Jump to content
Terre des Éléments

[Event RP] Festival des Quatre Divinités II


Recommended Posts

Festival des Quatre Divinités II

 

Les elfes ouvrent leur domaine. Eolia, Fimine, Vulfume et Posicillon vous observent. Humains et elfes, main dans la main. Qu’importe la race, l’élément, le karma ou la faction. Voici la seconde édition du Festival des Quatre Divinités !

Pour la postérité, pour les générations à venir, venez témoigner de ces évènements !

 

 

 

[HRP : Vous avez jusqu’au dimanche 25 octobre pour poster ici même un RP en lien avec le Festival. Forme libre, RP individuel ou collectif au choix.

Vous souhaitez commenter votre RP ou celui de quelqu’un d’autre ? N’hésitez pas, un sujet est à votre disposition : 

https://www.terre-des-elements.net/forum/topic/9891-hrp-festival-des-quatre-divinités-ii/ ]

Link to post
Share on other sites

[HRP]

Suite à un léger appel du pied de Kyra...

* masse son mollet endolori *

... voici une invitation officielle à nous régaler de vos écrits, en vers ou en prose selon votre inspiration!

[/HRP]

 

Depuis bien longtemps ne vit plus beau festival

Rendez-vous festif par les elfes organisé

Démarré ce jour en une heure très matinale

Pour sept jours s’amuser, sans jamais se coucher

 

Pour un moment, ramener une vie normale

Sur ces terres déchirées, pour ses peuples lassés,

Sortir ses beaux atours et valser dans un bal

Se perdre parmi ces stands aux couleurs chamarrées

 

Ce moment de réjouissance, de concorde et paix

Mérite de passer à la postérité

Pour être chanté pour des décennies encore

 

Bardes et poètes, ménestrels et aventuriers

Pour illuminer la fête de leur plume d’or

A narrer les plus beaux exploits sont tous conviés !

 

Link to post
Share on other sites

 

Le festival avait commencé, dans une clairière gérer par les elfes. Des elfes, oui. Des VOLEURS de cookies. Si je suis venue aujourd'hui c'est pour utiliser la magie et enfin brûler une des précieuses clairières des ces oreilles pointues. La vengeance dois primer sur le reste . Pour les cookies !

….

….

….

Après plusieurs tentatives, il semblerait que la magie soient bridé sur cette clairière ! C'est un complot ! Maudits elfes !Il faut que je trouve un autre moyens de parvenir à mes fins !

Réfléchis, réfléchis !

….

….

….

….

Trouvé ! Héhé, HAHAHA !! Si la magie ne marche pas je vais donc utiliser des moyens naturel et tout à fait normaux, simple comme bonjour!

Je sais déjà à qui demander !

 

Sepertina :
Y a moyen que vous me prêtiez des feu grégeois et des allumettes?

Notre Général :
Oula j'ai pas de feux grégeois moi

Mélii :
j'ai un feu gregois en coffre

Sepertina :
Je prends
Tu n'as pas d'allumettes?

Mélii :
T'en a besoin de combien ?

Sepertina :
Tu en as combien?

Notre Général :
Je regarde si j'ai

Mélii :
Je suis a coté je peux en faire quelqes unes

Notre Général :
J'ai 49 allumettes

Sepertina :
Je les prends!

Notre Général :
Les 49 ?

Mélii :
T'en faut plus ?

Notre Général :
Ok je termine un truc et je te les donne

 

Mélii :
Sous toi Sepertina

 

Pratique cette connexion mentale qui marche alors que je ne peux pas utiliser le moindre sort ! Quand je dis que c'est un complot ! Les elfes ne méritent aucune confiance !

Ils payeront leur méfait!

Avec ce que j'ai en inventaire ça devrait le faire :

image.png.9242e0f8e70dce59b3dcbdac7c3a16d5.pngFeu grégeois+allumettes= FEU!!!!!!

 

Maintenant, il faut que je trouve un endroit, safe, pour démarrer le feu...

Hum...

....

....

Cet arbre là bas devrait le faire !! Pantyn m'a affirmé qu'il arriverait à dessécher la cascade avec Karamell grace à leur amour ardent apparemment, j'sais pas si ça fonctionne mais bon !

image.png.d68f35861aa317482b3ed09078cac938.png

 

 

Link to post
Share on other sites

Une craqueuse d'allumette ? Allait-elle encore frapper ?

 

En tant que disciple de Posicillon je devais agir, je devais noyer cette étincelle dévastatrice, et ainsi protéger le Festival des Divinités.

Vulfume est connu pour sa fougue chaleureuse, mais un bon coup de flotte là-dessus et ça en calmerait plus d'un !

 

Bon où se trouvait-elle ? Je devais chercher les traces de cendres, un peu comme quand je piste les limaces dans mon potager de gentil mage herboriste (chasseur)/cueilleur. Si tant est que j'arrive à les rattraper ces foutues limaces.

 

Une odeur de souffre planait, j'étais sur la bonne piste ! Je me cachais derrière un petit buisson, étonnement feuillu d'ailleurs ? Je m'insérais dans ce feuillu, juste avant de trouver une grosse branche sur laquelle m'appuyer pour espionner la fameuse pyromane.. mais, en réalité je tombais sur notre beau et grand Yaninho qui tentait de remplir les ballons du festival avec un gaz échappant de ...euuuh. Bref d'où l'odeur de souffre.

Fausse piste, mécréant ! Je quittais mon buisson avec l'étrange sensation de me sentir observé par celui-ci. La branche sur laquelle je me tenais semblait provenir d'un sapin qui dégorgeait sa sève, car mes mains étaient toutes souillée. La texture et l'odeur qui en émanait me rappelait les folles nuits passées avec mon beau Sergent, un pied noir sorti de la pinède méditerranéenne , étrange...

 

Je continuais mon enquête, et sur ma route j'entreprit de me laver les mains dans un petit tas de neige.

P.A.R.F.A.I.T

Allez hop trois belles boules dans les mains je vais vous la calmer l'allumeuse ! Et VLAN, dans ta face la limace !

 

captur27.png

 

Ne me remerciez pas d'avoir, bien évidemment, sauvé le Festival des Quatres Divinités.

Et hop je m'enquille quelques délicieuses bières de Lalis pour fêter mon joli coup.

 

Link to post
Share on other sites

Ma (re)découverte du festival avançait bien : durant la première journée, à son ouverture j'ai aider une petite fille à s'enlaidir en massacrant de bon cœur des farfadets pour lui rapporter des morceaux de leur cadavre puis je suis aller essayer ma chance sur le stand de farce et attrape... Je suis convaincu que le gérant de ce stand fait parti des Fnous, il n'y a qu'eux pour être aussi tordu !


Le soir venu, la 1ère séance de bataille de boule de neige eu lieu, même si ce fut plus une bataille de construction de statue. Faisant parti du 1er groupe à batailler, j'ai participé aux explications des règles aux groupes qui suivirent mais quand ces derniers revinrent, ils nous informèrent que des elfes s'amusaient à déplacer les pierres élémentaires en plein milieu de la bataille, rendant cette dernière encore plus chaotique qu'elle ne l'était déjà !


Le lendemain matin, les choses sérieuses allaient commencer : la chasse aux trésors était désormais ouverte ! Le 1er indice n'était pas bien compliquer à comprendre pour beaucoup mais une fois au 2nd indice, ce fut la débandade de la plupart de mes concurrent de la première heure. Pendant quelques instant, j’observai une poignée d'AD courir d'une statue de divinité à une autre sans qu'ils sachent quoi chercher, puis j'ai tourné les talons pour aller à l'endroit indiquer. Un quart d'heure plus tard, j'étais de retour à la zone du festival, coupon prouvant ma réussite en main.


Mais quand je décide de partir pour la 2e chasse, l'elfe gardant l'accès à ma ville élémentaire me refuse le passage ! J'ai beau tout essayer, ce bouffeur de salade ne veut rien entendre ! Comme si le fait d'avoir réussi aussi facilement leur première chasse les avaient vexer.

rp210.png

Heureusement, ils me laissèrent quitter la clairière... une fois que plusieurs heures ne se soit écouler...


Comme quoi Sepertina avait raison : on ne peut pas faire confiance en ses végans aux oreilles pointu !

Link to post
Share on other sites

Le Festival avait de nouveau lieu ! Les elfes (cela m'étonne bizarrement, ne puis je m'empêcher de penser) et la Guilde des Chasseurs, l'avait réorganiser, comme l'avait précédemment fait Mystica. 

Voir tout le monde s'amuser, se lancer des boules de neiges pour transformer les passants en bonhomme de neige, virevolter parmi les convives, danser avec sa bien-aimée, prier son Dieu. Tout cela n'était que joie et bonheur, sauf quand une trouble fête s'amuse à jouer avec le feu. 

 

J'en venais même à oublier le différent entre les factions, oublier ma rancœur de n'être que faiblesse en ce monde ou seul celui qui est fort impose sa loi.

 

Mais dans mes pensées, une sombre idée germait, faisant son chemin, doucement, surement. Les Elfes, ce peuple enlisé dans sa sempiternelle guerre contre les Orcs, avaient accepté d'aider la Guilde pour ce festival. Cela cachait surement quelque chose, surtout venant d'eux. Mais quoi ? Bien doué celui qui saurait déchiffrer leurs impassibles visages. 

 

Mais soit, je voulais profiter du moment présent, profiter des mets proposés mais aussi de la boisson à volonté ! Et quelle quantité, je me disais que j'allais pouvoir faire une réserve pour le Roy !

unknown.png

 

J'avais néanmoins, un projet d'une tout autre mesure. Cela faisait longtemps que je n'avais pas ouvert mon coeur, à cette belle dame, qui me le vola lors d'une nuit étoilée ! 

Ce fut fier de cette conviction, et fort de mon amour, que je l'invitât sous le cerisier en fleur, la prenant dans mes bras et valsant avec elle , non sans avoir invité Calyso à se rendre au banquet pour leur laisser place libre. 

 

Cette brise qui soufflait, cet atmosphère douce et chaleureuse, et les statues des Divinités qui semblaient observé la scène de leurs regards bienveillants me mit en confiance et c'est d'une voix audible et chantante que je commençais à déclamer le texte suivant !

 

Ô Dieux éternels, 

Cela est sans regrets

Que je voue ma vie

A cet Astre unique !

 

Poiscillon, Fimine,

Eolia et Vulfume,

Point de trahison,

Juste un sincère Amour,

 

Quen et Niue,

Aucune animosité,

Un élan de passion,

Vous aura vaincu.

 

Ô Etoiles éternels

En ces cieux, 

Vous nous observez.

 

Ô toi mon Astre,

Ta douceur et ton amour, 

En ce lieu m'emplis.

 

Ô toi Ginji, ma douce étoile

Qui par le passé,

Sauva mon âme tourmenté.

 

En ce lieu et n'importe ou,

Je plongerais mon regard,

Dans tes jolis yeux, 

A en perdre toute notion de temps

 

Pour toi, et en cet instant, 

Braver les enfers j'irais,

Car nulle peur ne m'habite

A part celle de te perdre. 

 

Accepterais tu de lier nos destins,

Devant ce cerisier et sous les étoiles,

Symbole de notre Famille, 

Et cela pour l'éternité ?

 

unknown.png

 

Je finis donc sur cette note, mon cœur vibrant, tremblant dans l'émotion mise. Je ne pouvais détacher mon regard de cette jolie femme qui depuis les premiers instants ou je l'avais croisé, avait fait exploser mon coeur d'un sentiment inconnu jusqu'alors.

Elle était beaucoup pour moi, et je me devais de le lui montrer, et quel n'était pas plus magnifique lieu que celui ci ? 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Le retour de l'Obsession

 

 

Asherah.

Asherah était une guerrière native des forêts boueuses de Terra.

Asherah avait longtemps vécue seule et isolée et était passée maître en maniement des dagues.

Asherah avait été recrutée par Mystic Aura et lui était désormais entièrement dévouée.

Asherah avait pour habitude de rêver régulièrement d’un Serpent.

 

Le Serpent.

Le Serpent était couleur roche et semblait solide comme la pierre.

Le Serpent avait les yeux rouge sang et des crocs intimidants.

Le Serpent était immense et aimait donner son avis sur la vie d’Asherah.

Le Serpent apparaissait à Asherah dans chacun de ses Songes.

 

Les Songes.

Les Songes avaient toujours été très présents dans la vie d’Asherah.

Les Songes étaient le seul endroit où Asherah n’était plus seule : elle y retrouvait le Serpent.

Les Songes avaient permis à Asherah de rencontrer sa nouvelle famille : les Eyras des Songes.  

Les Songes permettaient au Serpent de créer chez Asherah des obsessions.

 

Une obsession.

Une obsession peut prendre le dessus sur le flegme d’Asherah.

Une obsession peut l’obnubiler pendant des jours et des jours.

Une obsession peut concerner tout et n’importe quoi.

Une obsession est née lors du Festival.

 

Le Festival.

Le Festival est organisé par les elfes et la Guilde des Chasseurs.

Le Festival devrait être un évènement pacifique.

Le Festival devrait être un moment de partage.

Le Festival regorge de boules de neige.

 

Les boules de neige.

Les boules de neige sont d’un blanc immaculé.

Les boules de neige sont froides et humides.

Les boules de neige sont puissantes.

Les boules de neige peuvent transformer tout le monde en bonhomme de neige.

 

Les bonhommes de neige.

Les bonhommes de neige sont rigolos.

Les bonhommes de neige sont immobiles.

Les bonhommes de neige sont facilement destructibles.

Les bonhommes de neige doivent envahir ces lieux.

 

Ces lieux.

Ces lieux regorgent de convives.

Ces lieux seront bientôt le théâtre d’un spectacle glaçant.

Ces lieux regorgent désormais de bonhommes de neige.

Ces lieux hébergent Kyra.

 

Kyra.

Kyra est perchée sur une montagne.

Kyra est inaccessible aux attaques de boules de neige d’Asherah.

Kyra est la seule qui a échappé au courroux d’Asherah.

Kyra est celle qui nargue depuis toujours Asherah avec son Armure d’Or.

 

L’Armure d’Or.

L’Armure d’Or scintille de mille feux.

L’Armure d’Or est portée par une guerrière rousse qui apparaît et disparaît n’importe où.

L’Armure d’Or devrait être portée par Asherah.

L’Armure d’Or redevient pour Asherah sa principale Obsession.

 

boulash.thumb.gif.e027710e368acde1d2fd850d7baecced.gif

 

 

Edited by Asherah
Link to post
Share on other sites

  - Bloubloubloub !

Cédille se réveille brusquement et sort la tête de l’eau, juste avant de se noyer. Il regarde autour de lui et découvre une grande fontaine très jolie ; c’est d’ailleurs dans celle-là qu’il a fait la sieste, il s’en rappelle maintenant. Visiter cette grande ville, s’exclamer devant chaque plante et poser des questions à tous les habitants l’avait épuisé, surtout que Cécile et lui passaient leur temps à se perdre ; alors, quand il a vu toute cette eau pure, il a décidé qu’y dormir serait très bien. Après tout, c’est l’élément de Papyscillon !

  

AZok5Op.png.58f428f1cc2927a023d7d811198b9747.png

 

Sauf qu’il a lentement glissé pendant la nuit, jusqu’à finir totalement immergé dedans et… et bien voilà, il s’est réveillé, et c’est le matin ! Maintenant, il est temps de reprendre l’exploration : direction…

 

 

 

  - On va où, Cécile ?

<<  - omaïgaud ! Regarde, Cédille, il y a une guerrière trop classe ! Va lui parler, on lui demandera même où elle a trouvé ses armes !>>

Cédille fait la moue : sa sœur n’en démord pas, elle veut son épée, alors que c’est lourd et dangereux. Ses tentatives de faire un aquasabre se sont soldées par un échec et si elle n’abandonne pas l’idée, elle veut un substitut en attendant… Enfin, tant pis, quand elle a une idée en tête, le petit frère ne peut que céder. Et puis, la dame a l’air gentille, au moins !

 

Alors il sort de l’eau, se secoue comme un petit chiot et va lui parler avec toute la politesse dont il est capable.

  - Bonjour jolie madame aux oreilles pointues ! Auriez-vous l’eau-blinance-

Vziiioufvvrouffiii ! Téléportation !

  - … de nous déssigner un magasin d’épées ?

La dame ne répond pas. Alors, Cédille s’approche un peu – ses drôles d’oreilles la rendent peut-être un peu sourde ! – et répète :

  - Bonjour jolie madame aux oreilles pointues ! Auriez-vous les pliances de…

Vzooourfouiiiiii ! Téléporation !

  - … nous destiner un magasin d’épées ?

Toujours rien. Cédille ne se décourage pas, très patient :

  - Bonjour jolie madame aux oreilles pointues ! Auriez-vous…

Psfrouaaavroutvhiiii ! Téléportation !

  - … l’obstinance de-

<< Cédille ! Tais-toi et ouvre les yeux, idiot ! >>

Le magicien regarde autour de lui : les voilà dans une grotte, avec des statues de toutes les couleurs.

  - Hooo ! C’est joli !

Cédille va de l’une à l’autre, les touche, grimpe dessus, teste le son que les orbes font quand on frappe dessus avec un caill-

Crac.

  - … Cécile ? J’ai…

<<  - Cht. Sors discrètement avec l’orbe. Ils n’ont rien vu.>>

jLhwNzN.png.ba515813f0801fe0b497d32b423030ed.png

 

 

 

Woaaaaw ! Des ballons ! Un poisson ! Des statues ! De la neige ! Une cascade !

<< Je vais la remonter en nageant !>>

  - Mais… Cécile, c’est imposs-

<< Pfeu, mentalité de perdant.>>

Cédille n’insiste pas, préférant découvrir ce nouvel endroit. Ho, il y a tant à faire ! Par quoi commencer ? À qui parler en premier ? Tout serait si long à faire, encore plus à décrire !

 Par exemple…

 

Papoter avec les elfes

xMHAbAV.png.ecd9ca42ec9672425069792f08735b17.png

 

Avoir un super nouvel ami (que Cécile éventrera plus tard avec un « t’as passé l’âge des peluches, endurcis-toi ! » mêlé d’un étrange plaisir sadique, soi-disant pour aider la petite fille)

tSjb8zG.png.1e2c6de632fb1597f3013c6ddb6a9ecc.png

 

Jouer au pendu (Cécile a surestimé le second degré de son petit frère, heureusement que la corde a cédé…)

N8n5adi.png.32be74a53fc4d3fe5a88c7828adffe5c.png

 

Dormir avec Papyscillon

ISqwGY3.png.0298d3b72604bc2b1020479b14eb0895.png

 

Gagner de façon incompréhensible au jeu de force et d’arc (le gérant a eu envie de faire plaisir à ce p’tit bonhomme, mais chhht)

MyHIYCR.png.ff037c20e57721bb8d51c1954e2ac980.pngF5lihwa.png.2022658dc34039f3ad55af2c6c5cfa45.png

 

Dévorer les gâteaux entre amis (ils ont demandé à tout le monde, personne ne sait de qui c’est l’anniversaire :o)

603fdBZ.png.ac231d63ab746457be34ec7639f9d1e5.png

 

Déguiser la petite fille (saisissant !)

hDArRgF.png.d589b9cf8ec7a0d3c3c6ffdcb58842f1.png

 

Faire la chasse aux bonhommes de neige avec Radorable (juste un pitit extrait de la super chasse, c’est elle qui l’a fait !)

XbStZ8o.png.ad10749e909a3595e9278d09f96fadca.png

 

Faire un duel épique avec Trepsi… terpsit… la Madame Rôdeuse Verte et finir transformé en même temps ([ceci est une reconstitution])

e6OyDYN.png.9495c4b5b273cf0fdb2985f5f33f0d51.png

 

Siester sur les bancs qui redonnent plein de force

M3hey69.png.d4885f25bbe1bb9e8da58783b9f7d482.png

 

Se faire escorter par Radorable pour chasser le trésor, et gagner une super fleur !

sWCxZbG.png.969aba5f289386b58d233b6d37720e2d.png

 

Mettre des bières partout avec Radorable et la Madame Rôdeuse Verte.

wFBmziQ.png.4d007138a1f76fe1c10c75dd1dfbaf2d.png

 

Remonter la cascade à la nage (c’est ce que Cécile affirme à avoir fait quand Cécille est tombé dans les vapes après avoir trop respiré l’odeur du jus piquant qu’ils ont mis partout, mais Cédille a le sentiment qu’elle a eu une petite aide…)

BhIsL8E.png.6b78fef337f54666d731d5ab626a5d1d.png

 

Et pis, et pis, la plus belle des plus superbes des merveilleuses choses… Un festi-cœur autour du plus magnifique des cerisiers au monde. Bien sûr, Cédille l’avait repéré depuis le début et faisait toutes ses siestes dessus – Cécile s’occupant de grimper au sommet –, mais quand Rade a commencé à faire le cœur en bières et amener les gens dedans, les FNous s’y sont mis ensemble et c’était vraiment trop super ! Malgré ses jambes drôlement fatiguées, Cédille a voulu aider, car il fallait encore des gens pour aller dans le cœur. Tiens…

 

 

Pourquoi pas cette personne tout encapuchonnée de vert et qui semble toute seule ?

 

 

  - Bonjour Monsieur ! Eske… hum, pardon ! Puis-je sociliter votre cooporéation dans le festi-cœur ?

Le Monsieur – puisque c’en est un – se tourne vers Cédille, qui manque d’hoqueter de surprise : il lui manque un œil ! Mais, très poli, il ignore Cécile qui jette « beuaaaark, dégueu » et écoute. Le Monsieur a l’air embêté, et répond calmement :

  - Je vais devoir refuser. Hum… et qui est derrière ce projet ?

  - Les FNous ! Même que j’en suis un !

Un petit sourire tire le visage sérieux du Monsieur Borgne, qui murmure « ils sont encore là, alors… tant mieux». Cédille insiste en se tournant vers le cerisier pour montrer la scène :

  - C’est une occasion unique, pour montrer qu’on s’aime tous !

  - Si seulement c’était aussi simple…

Le jeune magicien se retourne pour lui demande pourquoi il dit ça, mais… plus personne ! Quelle drôle de rencontre, songe Cédille.

 

Quel type relou, pense Cécile.

 

 

Heureusement, ils y arrivent quand même, et c’est trop beau !

 

arbre5.png.1c33de907a97723275709b125552e38a.png

Pourtant, ils n’ont pas le temps de se réjouir : après la super bataille de boule de neige, il y a le quizz à préparer. Mais entre Cédille qui ne sait pas lire et Cécile qui déteste ça, ils ne sont pas sortis de l’auberge…

 

 

Tant pis, ils s’amuseront quand même !

Edited by Cédille de Werven
Link to post
Share on other sites

Cela faisait de longues années que j’arpentais ces terres. De grandes batailles en beuveries générales j’en gardais de bons souvenirs et de bons camarades de fête comme de combat.

 

Quand les feuilles commençaient à rougeoyer j’avais toujours en moi deux sentiments.

De l’appréhension tout d’abord. En effet, après la saison des couleurs se profilait celle de la mort, froide et monotone. Après le spectacle que nous offre Dame Nature chaque année il faut bien lui laisser le temps de se reposer un peu. Mais la pensée de longues soirées au coin du feu en bonne compagnie me redonnait le sourire.

 

Puis un sentiment de joie. L’odeur de la fumée sortant des chaumières, le bruit des feuilles et autres glands qui s’écrasent au sol dans la Grande Forêt me faisait me sentir vivant. Et puis il y avait l’anniversaire bien sûr, celui de notre arrivée à toutes et à tous sur ces Terres. En plus la date tombait bien puisque le vin venait tout juste d’être tiré…Ah j’avais hâte de me rendre au festival cette année, comme une impression de renouveau.

 

J’enfilais délicatement une cape chaude et décidait de me mettre en route. J’espérais croiser là-bas des amis, des anciens qui retrouveraient le chemin et bien entendu, les membres des Constellations toujours prompt à participer à ce type de rassemblement.

J’entendais déjà au loin le son des instruments des bardes, ménestrels et autres troubadours.

Petit passage par la grotte avant de pénétrer dans la Grande Clairière. Le temps était clair, les rires joyeux et l’accueil d’une envolée de ballons vers mon visage était plutôt…inattendu.

 

Le petit pont de bois craquait sous mes pieds, j’avais dû prendre un peu d’embonpoint depuis la dernière fois pensais-je.

Le jeu du marteau, du pendu, une cible avec…un arc, Berk je préfère les arbalètes mais qu’importe l’organisation à l’air au top alors allons vérifier les stands. Boissons diverses, gâteaux, cocktails ou encore tourte tout y était. Les Elfes avaient mis les petits plats dans les grands. Je me servais une bonne petit bière et allait m’allonger à l’Ombre d’un magnifique cerisier en fleur…Ahhhh…J’espère qu’on me préviendra quand le festival fermera, j’ai comme l’impression que dans une dizaine de bières Morphée aura eu raison de moi…

 

Alors d’ici là courrez mes chasseurs de Trésor, battez-vous avec vos boules de neiges automnales, pourchassez des pieuvres un peu bizarres, moi je m’y mettrais plus tard, Santé !

Edited by Ombre
Link to post
Share on other sites

L'Effet Papillon

 

image.png.73b305ed98e2750e2a8a692363976bb8.png

 

Les quatre statues élémentaires posaient déjà sur lui un regard bienveillant, dans cette grotte d’un blanc presque immaculé. Il n’avait pas encore atteint la clairière du festival qu’il entendait déjà. Il entendait les rires crispants de ces enfants qu’on gavait de friandises âcres, et à qui on offrait des ballons de baudruches trop colorés. Il entendait déjà l’extase des passants devant de médiocres spectacles qui dissimulaient bien leurs artifices et leurs mensonges. Il entendait surtout la légèreté de l’air et des âmes, insouciantes le temps de quelques journées.

 

Le concept le dépassait. C’était une vaste fumisterie. Un pur mensonge vendu à tous comme l’occasion unique de se souder face aux menaces qui lorgnaient à l’horizon.

 

L’homme de cendre se décida malgré tout à franchir le pas de la clairière. Le soleil l’aveuglait déjà et répandait sa douce chaleur sur les invités qui festoyaient. Et avec elle, une vague de bonheur inondait l’endroit. Le comble de l’ennui et de l’exaspération.

 

Un peu plus loin, il reconnut de dos les ailes bleutées du majestueux mage Bartimeus. Non loin de lui, sur un modeste pont de bois, une magicienne commençait à s’agiter. Il identifia rapidement Ginji, perturbé par le vol erratique de son papillon domestiqué. Par des mouvements de va-et-vient, l’insecte volant semblait s’en prendre à elle. Le guerrier s’amusait de la situation. Un papillon même en furie ne pouvait pas faire beaucoup de mal. A priori. La magicienne s’emporta dans une colère qu’on lui voyait rarement et lança l’un de ses sorts. Visiblement paniquée, le souffle de magie blanche qu’elle venait d’exhaler vint s’écraser à ses pieds, manquant de peu sa robe, et perçant les planches de bois sans bavure. Les planches cédèrent rapidement, emportant rapidement la magicienne sous l’onde. Alors qu’elle peinait à reprendre son souffle à la surface de l’eau, elle fut fauchée sans préavis par les corps lourds de Blublucur et Crystallus, deux idiots qui s’étaient réfugiés sur les hauteurs de la cascade, et qui de toute évidence n’avaient pas bien assimilés le concept de la cascade. Emportés à vive allure par le courant, ils prirent dans leur course infernale la magicienne aqueuse qui périt d’une manière peu élégante, avec les deux idiots.

 

Pendant ce temps, le pont se défaisait peu à peu, latte après latte, cordage après cordage. Bientôt il n’en resterait plus rien. Percevant quelques bruits inquiétants, le magicien Bartimeus se retourna lentement dans un geste majestueux. Très lentement.

 

Trop lentement.

 

A peine eut-il le temps de réaliser que le pont sur lequel il se trouvait ne serait bientôt plus, son corps vacillait déjà. Il ébaucha un mouvement d’aile, mais n’obtint en retour qu’une valse de flocons de neige qui se soulevaient du tas de neige artificielle posé non loin. Ce n’était pas l’hiver, mais c’était tout comme. Et pour un être chaud comme le magicien, il n’y avait rien à faire. L’homme glissa, fracassant son crâne sur la rive et laissant ses jambes bercées par le flot. C’en était ridicule.

 

Nul ne saurait dire si c’était le battement d’ailes de Bartimeus, ou celui du papillon de Ginji – c’était dire la puissance du magicien – mais le résineux non loin ploya sous son propre poids, avant de s’écraser dans un bruit sourd, à côté d’une nécromante ignée. Papp priait Vulfume de la protéger contre vents et marées, et son timing n’aurait pu avoir été plus parfait.

Sauf que Vulfume ne l’avait pas entendu. Prise dans le même coup de vent, la statue de la divinité s’effondra sur elle, la réduisant en une bouillie aussi immonde que les gluants des festipieuvres.


C’était un festival.

 

Décidément enjoué, le guerrier fit quelques pas de plus. Les autres convives étaient atterrés, portant la main à la bouche en état de choc. Sur l’autre rive, la rôdeuse Gamby peignait sur son visage une terreur non feinte. Elle venait tout de même de voir sombrer son amie Ginji. Elle recula de quelques pas, comme pour fuir un danger invisible. Elle n’avait hélas pas aperçu le gâteau d’anniversaire qui s’était matérialisé à ses pieds. Elle chuta en arrière et s’éclaboussa dans une masse indistincte de crème pâtissière. C’en était hilarant. Jusqu’à ce qu’elle réalise que son accoutrement de feuilles et de bois avait pris feu sur la bougie du gâteau. Les limites du camouflage sans doute. Toutefois, le brasier qu’elle était désormais serait probablement passé incognito en plein feu de forêt. Hephaistos en était presque jaloux.

 

Comme Ginji un peu plus tôt, elle entama l’improbable chorégraphie de son agonie, bousculant les quelques personnes qui étaient autour d’elles. Prinny, qui l’observait avec délectation, tenta l’une de ses plus subtiles approches.

 

« Bonjour, belle Gamby, je vous trouve bien chaude ce soir ! ».

 

A quoi elle lui répondit : « Aaaarrghhhahhahrrhahahrhahhh ».

 

Légèrement vexé par cette réponse, prinny se vengea en la poussant vers le petit ruisseau qui s’écoulait non loin. Telle une justice divine, le rôdeur aéride prit feu, tandis qu’il écourtait les souffrances de la terrane déjà à moitié calcinée.

Le rôdeur en feu accourut vers le sud, forçant le guerrier des Au-Delà à progresser dans cette direction, jusqu’à rejoindre la statue de Posicillon au pied duquel flottaient les corps de Ginji, Crystallus et Blublucur. Quel spectacle désolant.Voyant son comparse foncer sur lui, Karamelldansen se retourna et projeta ses quatre boules dans la face du rôdeur qui se retrouva propulsé loin. Très loin, traversant l’atmosphère tel un météore. Il faut dire que Karamelldansen avait un sacré coup de main de puissance. En bout de course, le rôdeur prinny n’était plus qu’un trait de fumée dans l’air. Difficile de savoir si cela était voulu, mais son corps vint s’écraser à côté de la nécromante Radegonde qui profitait de la vue, tranquillement assise sur son banc, sur les hauteurs de la clairière. L’impact fut si puissant qu’il déstabilisa la falaise. Dans un bruit sourd, celle-ci s’effondra, emportant avec elle la terrane, et ensevelissant par la même occasion quiconque n’avait pas su s’éloigner à temps : Petit Renard, Eanas, Manta, et Anydiah. La statue d’Eolia également. Mais personne ne s’attendait à ce qu’elle prenne ses jambes à son cou.

 

image.png.b9300dd21a8ec57f17308dc09f8e6f34.png

 

Hephaistos détourna de nouveau son regard vers le sud. Il fut estomaqué par la beauté du tableau qui s’offrait avec lui. Le guerrier terran, coiffé de sa chevelure ose fuschia, était posé là, à l’ombre d’un cerisier en fleur, et qui arborait des couleurs similaires.

 

Cet enchaînement machiavélique de morts subites semblait avoir pris fin pour de bon. Le jeune Karamelldansen y croyait en tout cas. C’était sans compter sur Selene. Prostrée derrière la statue de Fimine, elle venait de voir disparaître en un battement d’ailes ses comparses des étoiles, et quelques anciens compagnons de l’Au-Delà. Résolue à ne pas se laisser faire, elle se dirigea vers la statue de Posicillon, où flottait encore Ginji tel un nénuphar défleuri. Elle dépassa le cerisier en fleurs et frôla les boules de Karamelldansen. A fleur de peau et paniquée par ce contact qu’elle ne s’expliqua pas immédiatement, la magicienne terrane eut une réaction épidermique et lança un sort qui vint fendre avec vigueur le tronc du cerisier en fleur. L’arbre bascula et vint s’écraser sur les deux terrans sans demander son reste. Finir en terre pour un terran, un comble.

Un carnage, voilà ce que c’était. Un joyeux carnage. Un festival morbide. Une funeste sauterie. Les divinités avaient donc le sens de l’humour. Finalement, l’igné ne regrettait pas son choix.

 

« Mais… »

 

Une main venait de lui saisir la cheville. Il se retourna à la hâte. C’était Bartimeus, qui n’avait finalement pas succombé. Il avait tout de même mis tout ce temps pour parcourir trois mètres et venir lui toucher la cheville. La légendaire latence des magiciens.

 

« Heph… » prononça-t-il avant de succomber. Une nouvelle fois. Voilà qui était donc très utile. Voulait-il le prévenir de quelque chose ? Il fut coupé dans sa réflexion en entendant des bruissements au-dessus de sa tête. Il leva la tête et vit l’ombre de gregeon fondre sur lui, le glaive  pointé dans sa direction. Le sournois guerrier s’était faufilé sur les cimes de l’arbre le plus proche, prêt à bondir pour transpercer son adversaire. C’était donc la fin pour Hephaistos.

 

« Sprrrrsshhhhhhh »

 

En fait non. Gregeon venait tout juste de s’empaler sur le trident de la statue de Posicillon, éclaboussant sur le passage le visage cendré du guerrier. Décidément. Il serait finalement le seul survivant. Toutes les autres âmes avaient fui ou s’étaient réfugiées dans les troncs creusés ici et là. Il était le dernier survivant. Enfin il le croyait. Alors qu’il s’essuyait le visage du sang de gregeon, une hache tournoyant dans l’air avec une facilité déconcertante vint s’écraser entre ses deux orbites. C’était un travail d’orfèvre, net et précis.

 

GeneralThunderHK. C’était son visage qu’Hephaistos aperçut avant de sombrer.

 

 [Epilogue]

 

Le guerrier se réveilla en sursaut. Il posa son regard autour de lui. Il était toujours dans la grotte d’un blanc immaculé, adossé sur la statue de Vulfume. De toute évidence, il ne s’était pas encore rendu dans la clairière, et s’était contenté de roupiller, à distance du paisible vacarme qui l’attendait. Ce n’était donc qu’un doux rêve. Mais cela l’avait décidé. Il irait. Non pas parce qu’il avait finalement succombé aux charmes de la douce ambiance du festival, mais parce qu’il espérait bien que quelque chose tourne mal.

 

Un enfant s’envolant avec un ballon, avant de s’écraser au sol, ce serait déjà pas mal.

Edited by Hephaistos
Link to post
Share on other sites

Il était déjà venu ici, sa mémoire était trouble mais il se souvenait que déjà à l'époque il marchait seul. Connu pour être un grand solitaire, tous s'étonnaient de le voir en de pareils lieux, lui même n'aimait guère s'y attarder. Il s'était perdu et avait besoin de trouver un endroit calme, la foule l'oppressait et il avait du mal à se déplacer parmi tant de monde. Il retrouvait un peu de calme auprès d'un cerisier en fleur, moins peuplé que le reste du festival à l'accoutumé : le lieux regorgeait pourtant d'attraction et de buffets.

 

La nourriture était bonne ici, il s'en délectait comme à son habitude : bon certes, souvent il se goinffrait, mais seulement quand personne ne pouvait l'observer. Il ne voulait pas paraitre malpoli et préférait se dire gourmet que gourmand, même s'il était les deux dans le meilleur des cas. Après une tarte et une glace dégustait dans la plus grand précaution, le rôdeur reposait les couvert et assiette lavé, dans la plus grande discrétion. Si on ne l'avait pas vu manger, ce qu'il espérait, aucune chance qu'on suspecte quelqu'un d'être passé ici.

 

image.png.739c1f741b47ffd7dd212bced4ab18c9.pngimage.png.fe31f7301ba7c454f5cb099907500feb.png

 

Il prennait ne grande inspiration avant de traverser la foule pour fuir ce lieu surpeuplé. Chemin faisant il ne pu s'empêcher de ressentir son passé le rattraper, chaque pas lui faisait vibrer la plante des pieds et avant même d'atteindre la sortie il se résigna à récupérer un peu au bord de l'eau. Acceptant son sort il fermait les yeux afin de mieux se reprendre, tentant une sorte de méditation qu'il avait apprise des elfes. Il pouvait percevoir les silhouette se déplacer autour de lui quand il se rendit compte qu'une lui fonçait dessus sans prêter la moindre attention. Elle le traversait maintenant faisant battre son coeur plus fort que jamais. Ouvrant les yeux il s'aperçut qu'une bonne moitié des personnes qu'il pensait présente n'était qu'une projection de son esprit en transe. Et toutes les autres semblait se ruer sur un coin de falaise.

 

Après que tout le monde se soit écarté il trouvait cette fillette qui semblait triste, pour la première fois il était rassuré car cela lui semblait nouveau à première vue. La solitude l'avait rendu moins empathique mais il n'était pas un monstre pour autant. L'empathie, appuyé par une curiosité aigue le firent se diriger vers cette personne et souhaitant l'aider à oublier ses larmes, il l'aida à se déguiser. Après quelques accoutrement différent qui lui avaient fait oublier ses mauvais présentiment personnel, la petite commença à se montrer plus regardante et fît un caprice pour du maquillage, malgré les effort qu'il mettait à la satisfaire cette dernière ne voulait pas en terminer si simplement et trouver toujours quelque chose a redire jusqu'au moment ou elle exigea un miroir. Il se débrouillait avec l'environnement pour trouver quelque chose, un reflet dans l'eau n'était pas suffisant alors pour avoir la paix il décida de lui déloger une boule de cristal polie.

 

La sphère entre les mains, le rôdeur contemplait son reflet se félicitant de son ingéniosité. Mais un sentiment glaça son sang quand il vit que le visage n'était pas le sien, lui qui avait l'habitude de se vêtir d'un béret élégant et reflétant la violence dont il savait faire preuve ne distinguait dans la sphère qu'une immense et grossière coiffe recouvrant jusqu'à ses oreille. Une vibration comme il en avait senti plus tôt l'envahit au point de lui faire sentir avec détail le contour de chacun de ses os. Il devait quitter ces lieux au plus vite, outre les gens qui se bousculaient et semblait ignorer jusqu'au prémisses de la civilté, cette terre lui renvoyait quelque chose qu'il n'appréciait guère.

 

Donnant son miroir à la gamine, il s'enfuyait sans attendre qu'elle lui demande une nouvelle tenue, trop exaspéré par ses caprices et peu envieux de l'aider plus longtemps. C'est en se précipitant vers la sortie qu'il tomba nez à nez avec un alter ego aux similitudes troublantes et pourtant, portant un accoutrement bien différent. Le calme installé les deux se dévisagèrent longuement dans le silence avant qu'il ne brise le silence. Ce dernier n'eu qu'une parole avant de se dissiper dans un vrombissement.

"Je me porte bien ?"

 

Troublé par cette rencontre, le rôdeur s'isola longuement et se promis de ne revenir dans cette clairière que si il était strictement impossible de faire autrement.

Link to post
Share on other sites

Le rôdeur trônait fièrement sur sa branche, de laquelle personne ne pouvait l’apercevoir. Un point de vue unique sur le festival d’où il pouvait discrètement observer les gens. Les siens, et puis les autres. Il les croisait régulièrement sur le champ de bataille, son arc bandé en leur direction. Ici, tout n’était que paix et bienséance : il fallait donc se contenter de cela.

 

La plupart riait à gorge déployée, ou déployait leur gorge pour y engloutir des litres et des litres de bière. Bientôt,  ils seraient les marionnettes d’un spectacle de désolation. Leur réputation en prendrait certainement un coup.

 

Pantyn griffonnait quelques notes, décrivant leurs gestes, ou subtilisant une ou deux phrases lancées à la volée. Des mots sans queue ni tête dignes des plus absurdes élucubrations du tavernier de Melrath Zorac après 25h00 du soir. Mêmes les plus sages des convives se transformaient en bête de foire passée une certaine heure. Il notait soigneusement chaque nom. Si seulement il avait pu capturer l’instant, de manière plus visuelle.

 

Il aurait pu faire voler en éclat la réputation de certains. Mais il s’y refusa. Car hélas ses comparses de l’Au-Delà n’étaient pas en reste. Les pires larrons du lot.

Tant d’histoires à leur rapporter, ou à leur remémorer pour certains. De belles soirées en perspectives !

Link to post
Share on other sites

Ils avaient osés!

 

C'est d'un pas décidé et quelque peu outré que j'avançais dans la ville pour me rendre à ce fameux festival qui n'était en somme qu'une copie du premier, de l'Original auquel j'avais contribué!

La Guilde des chasseurs... Ah ça, c'étaient bien des voleurs, sans doute étaient-ils tombés sur quelques récapitulatifs de Mystica ou de Kaylis. Ils avaient dans l'idée de réunifier les éléments et d'instaurer un peu de convivialité voire de paix entre nous tous...

Bien sûr que l'idée était louable, elle était même géniale!

Mais c'était MON idée!

 

... oui enfin techniquement ce n'était pas entièrement vrai, sans Mystica je n'y aurais sans doute pas pris part de manière aussi active mais ce n'était que des broutilles techniques...

Etant la dernière des Gentils Organisateurs du Festival (GOF), je me devais de revendiquer la création de cet événement unique!

 

Quelle déception de constater une fois sur place qu'aucun émissaire connu de la Guilde n'était présent.

Ce sont surtout les elfes que j'ai pu croisé.. Eh bien tans pis, j'allais profiter à fond du Festival et traîner du côté des organisateurs, des teneurs de stands et ouvrir grand les oreilles!

Il avait cas bien se tenir le Geralt, parce que j'irais lui dire ses quatre vérités dès que je pourrais le revoir! 

 

En attendant ce grand moment, je vis une occasion unique de m'illustrer lors du quizz niveau difficile organisé par les érudits elfes! N'était-ce pas moi qui avait conçu le premier quizz? J'avais voulu faire connaître la grandeur de Niue à travers l'histoire de nos terres, il était temps de prouver que je pouvais non seulement concevoir un questionnaire mais aussi prouver mes connaissances dans ce domaine.

 

Je savais que j'aurais des adversaires doués, et je n'était pas certaine de finir première, mais j'espérais au moins finir en bonne place.

Il faut croire que Fimine m'apporta son soutien ce soir là, car ma rapidité et les connaissances accumulées me permirent de me hisser sur le haut du podium face à de nombreux adversaires!

 

- Alors, c'est qui la patronne ici hein?  Lançais-je en partant aux elfes incrédules.

 

Je ne doutais pas que Geralt en aurait vent d'une manière ou d'une autre!

Link to post
Share on other sites

J’espérais un bal de sorcières.

 

Une boum de démons.

 

Et voilà que je me retrouvais à chercher des ballons et à déguster des tourtes.

 

Bah, peut-être que je pouvais profiter d’être là pour mettre un peu d’ambiance.

 

Je me dirigeais prestement vers les ballons et les éclataient un à un à l’aide d’aiguilles de sapins arrachées au noble conifère.

 

PAF BOUM PAM, des enfants courraient en criant dans tous les sens, la fête commençait à me plaire.

 

Je me rendais ensuite au stand de tir à l’arc, personne ne regardait dans ma direction, tous étaient trop occupés à consoler leurs enfants. Le moment était donc opportun, je saisi l’arc et le brisa en deux, je plantais ensuite les restes au centre de la cible, superbe œuvre pensais-je.

 

Les nounours du stand ne résistaient guère longtemps à mes doigts crochus.

CRITCH CRATCH, quelques pelotes de coton plus tard je me tournais vers le cerisier. Le bois de ce dernier avait de bonnes vertus magiques et j’avais grand besoin de tester de nouvelles baguettes.

CRAC, j’arrachais quelques branches ainsi que les fleurs qui tentaient de se débattre dessus et les glissaient dans mon sac.

 

Un détour par le stand de vin afin de m’hydrater quelque peu. De là j’aperçois  des créatures étonnantes. Des bonshommes au chapeau rouge, des oiseaux sortis tout droit d’un roman de Jules Verne ou bien encore des pieuvres qui gesticulent.

 

Etrange, je vais peut-être prélever des ingrédients sur eux, cela pourra servir pour des potions dans l’avenir.

SPLOUTCH, BLOUF, SCRATCH, quelques bras arrachés, des jambes qui continuent à se promener seules et des flots de sangs plus tard je repars satisfaite de mes emplettes.

Au final, elle était pas mal cette petite sauterie.

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE TDE :)

Edited by Lyna
Link to post
Share on other sites

Les festivités avaient commencé. Terspi ne connaissait pas encore vraiment les habitants de Terra ni ceux des entités alentour mais elle ressentait la ferveur qui les animait tous à l’idée de participer à ce festival. Des humains, des elfes et d’autres créatures s’étaient rassemblés dans un lieu accessible uniquement pour l’événement et tous souriaient et bavardaient ensemble. Les quatre divinités avaient créé un espace de paix et de joie en invitant tous leurs disciples. Elles avaient mis le paquet : des ballons, des stands de peluches, un buffet, des gâteaux immenses, des bières à foison et des animations pour divertir tout le monde. Les plus belliqueux s’affrontaient en joute, les plus espiègles se lançaient des boules de neige, chacun y trouvait son compte. Un petit gars nommé Cédille de Werven lui avait balancé plusieurs boules de neige et elle s’était littéralement figée comme un bonhomme de neige tellement elle était glacée. Elle avait essayé de lui rendre la pareille mais en vain. La neige glissait entre ses doigts et le temps de préparer le projectile parfait, le gamin était déjà parti bien loin.

 

Elle contemplait ce nouvel endroit avec admiration lorsqu’elle rencontra une petite fille qui devait avoir l’âge du fameux Cédille. Au début, parler avec cette petiote l’avait rendue nostalgique. Elle souhaitait se déguiser et avait besoin d’aide pour fabriquer son costume. Elle était exactement comme sa petite sœur, Thalie, qui préparait leurs pièces de théâtre à la recherche de déguisements. Sans réfléchir, Terpsi se rendit immédiatement à la recherche des chapeaux que la petite fille souhaitait avant de déchanter en découvrant les « monsieur Deboncoeur ». Elle avait essayé de récupérer un chapeau sur ces danseurs agiles mais ils étaient bien plus puissants qu’elle et ne pliaient pas le genou malgré les nombreuses flèches qu’elle avait tirées. Elle rebroussa chemin avec déception et se rendit à la statue de Fimine pour prier et lui demander de l’aide. Elle posa plusieurs bières de Lalis autour de sa déesse en guise d’offrandes, s’agenouilla et ferma les yeux. Une fois qu’elle les ouvrit, qu’elle ne fut pas sa surprise de constater qu’un guerrier nommé Baracil avait bu ses boissons. Elle lui pardonna en voyant qu’il s’agissait d’un Terran, la tentation de l’alcool étant trop forte pour ceux portant le pendentif vert. Elle replaça les bières manquantes autour de la statue et se laissa à nouveau emporter par la grâce divine. Fimine lui apporterait de l’aide, elle en était convaincue. Récitant à voix basses ses cantiques, une odeur enivrante de bière lui lécha soudainement le nez. Une forte odeur, plaisante, invitant chaque Terran à trinquer et à se laisser aller. Fimine était bien là, à l’écouter, à l’entendre, et elle se manifestait. Remerciant sa divinité pour sa réponse, elle se releva et quelle ne fut pas sa surprise de voir deux FNous, Radegonde et Cédille, en pleine crise. Consumés par leur folie, ils déposaient des bières partout. Était-ce l’aide que Fimine lui envoyait ? Tels des robots, ils vidaient le stand de boissons pour poser chaque bière au sol. Cédille avait même bu deux pintes, un enfant de 8 ans ! Fimine n’y était pas allée de main morte ! A la fois sceptique et émerveillée, elle les aida en rajoutant des bières à droite à gauche tout en se demandant ce que signifiait tout ceci.

 

2107302120_Birescorrect.png.8f9e61a3160f43548736291004e66e85.png

 

Après avoir posé la dernière bière, Terpsi s’échappa de la zone en essayant de ne pas trébucher. L’alcool ne l’aidait pas à réfléchir et elle avait besoin de s’éloigner pour y voir plus clair. Elle se posa près du pont au nord et observa la cascade avec dépit. Comment allait-elle parvenir à obtenir les chapeaux de ces ploucs de Deboncoeur ? Pas avec sa fronde pouilleuse en tout cas ! Elle se sentait aussi utile que le poisson doré faisant « bloups » à côté d’elle. Avant de se poser près du pont, elle avait jeté un coup d’oeil rapide à l’endroit où se trouvait la petite fille, en se disant que Fimine l’avait peut-être fait disparaître ou qu’elle lui avait crevé les yeux mais non, elle était toujours là . S’avouant vaincue, elle quitta le pont en direction de l’enfant lorsque Radegonde vint vers elle pour lui proposer son aide. Avec une aisance déconcertante, la belle rousse lui apporta les chapeaux dont elle avait besoin en un rien de temps. Terpsi s’en débarrassa aussitôt en les jetant sur la petiote, accomplit ses autres caprices d’enfant gâtée avec l’aide de la nécromante et profita des derniers jours pour faire des rencontres et participer aux activités.

Link to post
Share on other sites

Que dire ? Cela faisait 5 ans que le festival n'avait pas eu lieu.

Karamell s'en souvient comme si c'était hier, l'une de ses premières initiations aux joutes. 

A l'époque, il avait fait un sacré carnage et n'en était pas peu fier. Cette année, il espérait faire tout aussi bien ! N'était-ce pas l'esprit du festival après tout, se défouler gentiment et sauvagement pour ne plus se taper après ? 

Bien sûr il n'y croyait pas. Il n'avait jamais été rassasié de sang et du bruit des os qui se brisent sous son fléau de raisins. Il s'amusait encore avec l'iris d'un microbe écrasé il y a peu, sûrement une poussière d'étoile qui s'était égarée par là...

 

[....]

 

Malheureusement pour lui les joutes ne se passèrent pas aussi bien que prévues. Sûrement le terrain qui était boueux ce jour là. Ou trop de mousse sur les chaussures, ça le faisait glisser, il n'était pas très adroit...

 

Pour se réchauffer le coeur et les jambes, il décida de participer aux joyeuses batailles de boules de neige de papillon organisées avec ses camarades AD :

 

boule_16.png

 

boule_17.png

 

L'ambiance était au rendez-vous, les tambours tambourinaient, le soleil rougeoyait et le seul hic c'est que a neige fondait.  Pas si fou cette neige artificielle en octobre... décidément ce réchauffement climatique ne s'arrange pas pensa-t-il.

Heureusement qu'il y avait la neige fournie en grande quantité par Bartimeousse aux grands pieds mais petites mains et par Pantyn le Gaybéquois. 

Ces deux derniers s'en donnaient à coeur joie et Karamell était au milieu à en profiter. On se serait cru dans une fontaine, mais de neige, tellement il en pleuvait de partout. 

 

Après s'être goulûment dépensés, ils retrouvèrent leur compère Hephaïstos pour lui raconter leurs folles aventures !

 

boule_15.png

 

 

Décidément, ce festival n'était que joie et bonheur. Un régal qui n'était pas arrivé depuis bien longtemps sur la terre des éléments...

 

Edited by Kirnes
Link to post
Share on other sites

A peine retourné au château des Constellations, après mes péripéties au phare d'Abroy, les vêtements ayant encore l'odeur âcre du poisson pourri qui envahissait la zone.

Que déjà j'entendais les bruits de couloir concernant un festival. Soit disant le Festival des Divinités. Qui se trouverait non loin de Melrath Zorac.

Mes poils se hérissaient à l'idée de se battre avec les autres éléments pour prouver la toute puissance de la Déesse Fimine.

Mais avant ça, il faudrait vraiment que je change de vêtement. Malheureusement même avec des essences d'huile de rose, pas moyen de faire partir cette odeur immonde.
Adieu vieil équipement, tu m'auras été d'une aide précieuse durant toutes ces années, mais c'en est trop pour mon pauvre nez! Au feu!


stuff.png.37e3c396f4556faba902924a02948eb7.png

 

Heureusement avec l'aide de certains Alliance, et des Constellations, aide qui a pu tarder à certains égards. J'ai pu me dénicher le meilleur équipement de ces terres.

 

stuff2.PNG.26f35dff464be07f4cee9bfebddaaf26.PNG

 

Un arc puissant, permettant à mes flèches de traverser n'importe quoi.
Une épaulette, me permettant de supporter mon carquois et mon arc.
Des chausses , à toutes épreuves me permettant de me faufiler ou bon(d agile) me semble.
Des gants, me permettant une meilleure précision.
Un béret, m'empêchant d'être aveuglé par les rayons du soleil.
Et une armure, légère et résistante pour me mouvoir aisément .  

 

Et quoi de mieux qu'un Festival entre élément pour le tester, et embrocher nombre d'ennemis.

A peine équipé, je me mis en chemin vers Melrath, d'un air déterminé et joyeux à l'idée de mettre à profit ce nouvel Arc dégageant une puissante aura meurtrière, une vieille comptine me revint à l'esprit, et je ne pue m'empêche de la chantonner sur le chemin.
 

Festivités et fanatisme.

Ode à la guerre.

Ô toi Déesse Fimine,

En ton honneur nous irons guerroyer
De jour tout comme de nuit
Nos ennemis nous irons traquer
Et nous n'aurons de répit
Que quand terre mère sera imbibée
Du sang de nos ennemis.

Ô toi Déesse Fimine,

Cette guerre vêtue d'une robe ensanglantée
Arrivera sans faire de bruit
De la Faucheuse accompagnée
Dans les champs, forêts et prairies
Et laissera derrière elle, de sang, une traînée
Dont seul sortiront les soldats aguerris

Ô toi Déesse Fimine,

Tes soldats par le sang galvanisés
Achèveront l'inaccompli
Prêts à tout sacrifier
Entre tes mains mettront leur vie
Prêchant la seule et unique divinité
En ces temps bien obscurcis

Ô toi Déesse Fimine,

En ton honneur nous irons festoyer
Jusqu'au bout de la nuit
Chantant, dansant à la gloire passé
Sur le cadavre de nos ennemis
Durant les grandes festivités
Aqueux, Ignés ou Aeris tous assujettis.

Ô toi Déesse Fimine.


 

Afin de trouver l'entrée de ce fameux Festival, je devrais pouvoir suivre les traces de sang sur le chemin, mais à première vue, je dois être le premier à m'y rendre, pas de combattant, pas de trace, rien!

Arrivé à Melrath, et après y avoir fait un tour, toujours rien, était-ce un traquenard?  
La seule chose qui me sembla diriger vers de quelconques festivités était une jeune femme assise non loin de la fontaine de MZ.
Suivie de près par son garde personnel, se tenant juste derrière elle, la main sur son épée sur le qui-vive.

Allant prudemment vers eux, je vis que la jeune femme n'était autre qu'une elfe! Et que c'est elle qui proposait le voyage vers le festival des divinités tant attendu.

 

Quelle ne fut pas ma déception, mon désarroi, lorsque je pénétra sur cette portion de terre vierge de toute violence! Que j'aperçu cette vision horrifique, de farouches guerriers de chaque élément, se jeter amicalement des boules de neiges, et trinquer autour de bière de Lalys.
Non loin d'eux se tenait une jeune elfe, elle avait l'air inquiète. Un peu d'action pensais-je!
Que nenni, elle voulait simplement se déguiser et se maquiller pour ressembler à une de ses affreuses pieuvre ou calamar que l'on ne trouve que dans ces contrées verdoyante où ne règne que paix, amour et ennui mortel.
Ni une ni deux, je ne me fais pas prier pour l'envoyer paître ailleurs cette sale môme capricieuse.
 

Tant de haine à la vue de cette fausse camaraderie, de la paix et la bonté qui se dégage de cet endroit et de ce festival! C'en est trop pour moi, je ne peux m'y résoudre.
Je file me mettre en embuscade non loin de la sortie de Melrath afin de montrer l'étendu de la puissance de Fimine aux âmes égarées.

 

Edited by Loxka
Link to post
Share on other sites

Le festival venait d'ouvrir ses portes. Un moyen de se rassembler pendant cette période trouble où l’animosité régnait et les tensions étaient plus vives que jamais entre les différentes factions qui essayaient d'étendre leur influence sur de plus en plus de territoires.

 

Je m'étais décidée à rejoindre le lieu du festival pour voir de quoi il retournait et Tigrrr m'avait promis de m'y emmener. On s'était donné rendez-vous à l'auberge sud de Melrath Zorac et comme bien souvent je le retrouvais en plein débat autour de multiples verres de boissons alcoolisés. Je dus le traîner en dehors de la taverne pour qu'il m'accompagne au festival et une fois arrivée sur place, de ce que je pouvais voir, il se déroulait à merveille. Les inimitiés semblaient avoir été mises de côté et même si quelqu'un était tenté de déranger le bon fonctionnement du festival, les Elfes veillaient au grain. Après avoir fait un rapide tour des lieux j'entrepris d'aider une fillette qui cherchait à se déguiser. Bien que le résultat était loin d'être visuellement satisfaisant, la gamine était aux anges et non contente d'avoir fait une heureuse je me décidai à faire un tour du côté du stand de farces et attrapes.

 

Quel erreur !

 

C'est après un énième aller-retour à ce stand et une énième téléportation que je me retrouvai les pieds dans l'eau en haut de la cascade à l'entrée de la clairière.

 

Je l'aurai un jours… Je l'aurai !

 

Malgré ma grande frustration, elle se dissipa à la vue imprenable que j'avais du festival. De voir tout ce monde fourmiller à la découverte des activités proposées. De voir Sepertina tenter de mettre le feu à la clairière. De voir Bartimeus calmer ses ardeurs en lui lançant des boules de neiges. De voir Kalharaan dévaliser le stand de bières. De voir Radegonde après avoir dévaliser le stand de bières et en déposer partout dans la clairière. Bref. De voir tout le monde profiter de ce festival dans une bonne humeur ambiante.

 

Soudain, je sentis deux mains me pousser, tournant ma tête j’aperçus Gamby un sourire aux lèvres. Je tentai de garder l'équilibre mais les pierres glissantes et la gravité m'attirant, je n’eus d'autres choix que de me raccrocher à la manche de la veste de Gamby, l’entraînant avec moi dans ma chute. La force avec laquelle j'avais dû l’attraper la propulsa proche du bord de la cascade et elle fut entraînée par le courant. Je me relevai rapidement et trempé jusqu'aux os pour tenter de voir si la chute de Gamby l'avait blessé mais en m’approchant à mon tour du bord, je la vis remonter à la surface indemne puis nageant tranquillement pour rejoindre la rive.

 

« Sautez ! Je vous récupère dans mes bras ! », s'écria Karamelldansen qui se tenait sur des rochers au bord de la rivière.

 

Un attroupement commençait à se former alors que je réfléchissais à la proposition du guerrier terran. Je pouvais entendre Sepertina m'interpeller.

 

« Ne fais pas ça Kiwae, laisses les A/D t'achever ! »

 

Je rigolais doucement à ces paroles, Sepertina semblait s'être vraiment bien intégrée aux A/D pour une stagiaire.

 

Puis la voix inquiète de Celeste La Juste me parvins.

 

« Une suicidaire ? »

 

Je vis Radegonde se joindre à l'attroupement, sûrement pour me voir me rétamer. Surtout vu la position délicate de Kara, s'il ne me rattrapait pas je me retrouverai soit sur les cailloux soit dans l'eau. Inutile de préciser lequel de ces deux points de chute serait le plus sanglant.

 

« J'ai les bras tendu sinon. », me dit Kara qui me voyait hésiter.

 

Ok, ok, ok.

 

« Je prends mon élan, attention en bas ! », m’écriai-je à la foule en contrebat puis je me tournai vers Kara.

 

« Prêt Kara ?

- Prêt ! », me répondit le guerrier tout sourire en bombant le torse.

 

2020-10-10_16h36_31.png.e9e8dd7b1ed6f553dbf724cebef4d9b7.png

 

Je me reculai de quelques mètres pour pouvoir prendre un peu d'élan puis je courus jusqu'au bord de la cascade avant de m'élancer. Au dernier moment je groupai mes pieds pour sauter, positionnant mes bras en l'air puis au début de l'envol je pliai mon corps au niveau des hanches tout en gardant mes jambes droites et les pieds pointés pour réaliser un saltos avant carpé. Le reste de la chute j'essayai de me positionner pour que mon corps soit à l'horizontal et que Kara puisse me rattraper au mieux dans ses bras.

 

Le sol se rapprochait de plus en plus vite et l'espace d'un instant je me demandai si ça avait une bonne idée de me jeter de cette hauteur. Puis un choc. Le guerrier n'avait pas pu complètement encaisser la vitesse de ma chute couplé à mon poids et au moment de me réceptionner son corps se recourba un peu sous le choc, genoux pliés.

 

On se regarda et on se mit à rigoler.

 

« Très beau vol ! », me dit le guerrier tout en me reposant à terre.

 

« Merci de m'avoir rattraper Kara. »

 

2020-10-10_16h41_51.png.5dcbb5f9763ae39742ab5b6b68a5b028.png

 

L’attroupement qui s'était formé se dispersa au fur et à mesure, certains semblaient déçus qu'un incident ne soit pas arrivé alors que d'autres semblaient excités à l'idée de de faire une bataille de boules de neige.

 

2020-10-10_16h40_39.png.58f3203adcd948d8173c48613619d70c.png

Link to post
Share on other sites

Je me lève tot pour pouvoir faire tout le ménage au fort, pendant que les autres dorment, je ne veux pas les réveiller, mais juste avant, je dois manger,

je m'habille en vitesse, et je pars à l'auberge, car ils ont de fabuleux et délicieux repas, avec mon bon verre de lait aux fraises.

 

Juste en sortant, j'entend des voix, ça crie, ça chante, de la musique?  On dirait que ça vient de MZ, notre ville adorée.

 

Je me rend là-bas pour voir qui fait tout ce vacarme, je ne veux pas que mes membres aient une mauvaise surprise s'ils passent par ici.

Je reste prudente, et j'avance doucement, surveillant dans la ville, je fais des petits pas de souris....mais non ce sont mes chaussures qui font couic couic,

faudrait que je les change. 

 

Oh! il y a deux personnes que je ne connais pas, je demande ce qui se passe, mais oups! Je m'accroche les pieds dans une ressouece qui traine,

comme j'ai la réputation de faire que des gaffes, je me relève très vite, gênée.   "Désolé".

Je vois leurs petits sourires en coin, j'essuis ma robe, et leur fais un pied de nez, mais la dame à la grosse tête, me fait entrer sans me demander si je veux entrer.

 

Je suis rendu dans une pièce, mais elle est super petite, quoi faire là-dedans? Je remarque une porte plus loin, 

au moins je peux ressortir par là.

Je me lance dans cette porte, et paf! me revoilà par terre, et tout le monde rit....pour ne pas montrer que ça me gêne, je ris aussi.  "Voilà, c'est moi!"

Je pose des questions aux amis, je reçois beaucoup d'aide, et je participe au festival, hummmm plein de nourritures!

 

Comme je finis assez vite, je retourne dans la petite pièce, bordel où est la foutue porte de sortie!!!

Alors je frappe tout les gros personnages, et celui du bas, me fait sortir, enfin!

 

Je pars réveiller Let-s, mais elle n'est plus là....je fais vite le ménage, et repars là-bas.

 

Je retrouve Let-s au festival, je l'ai pourtant pas vu entrer, c'est vrai, elle aussi est magicienne!  Je lui fais faire le tour, lui dis quoi faire,

première sortie avec ma lieutenant, elle est super contente qu'on ait fait tout ça ensemble, je lui montre qu'elle a une chasse aux trésors aussi,

ce qu'elle s'empresse de faire, je ne l'ai même pas vu partir!

 

Après tout ça, on reste tranquillement près l'une de l'autre, pour se reposer un peu.

Avant que je ne reparte avertir les autres de ce festival.

 

 

 

Celeste et Let-s.jpg

Link to post
Share on other sites
"Une arrivée surprenante"
 
 
Il était encore tôt en cette douce matinée automnale.
Le chant des petits oiseaux sonnait en mon oreille comme l'appel à une nouvelle journée en ce monde.
Tandis que mon premier œil tentait difficilement de s'ouvrir, le second, encore bien au chaud derrière les paupières, fût pris d'une petite crise de panique. Un PIED? D'un coup d'un seul, mes deux yeux étaient maintenant bien grand ouverts et ne semblaient absolument pas reconnaître l'endroit dans lequel je me réveillais. Tout ce que je voyais, c'était un pied....
 
La dernière chose dont je me rappelais, c'est que nous étions tranquillement installé à la taverne de Melrath Zorac, avec quelques amis notoires, et que nous parlions des problèmes de jardinage relatif à la concentration excessive de plantovor au cœur du marais d'IssCanak.
Fallait 'il, oui ou non, tenter d'éradiquer cette espèce invasive? Ou alors, la laisser coloniser nos jardins en tentant d'en apprivoiser les caractéristiques?
Vaste sujet, prêtant forcement à polémique et à un sir-otage excessif des différents breuvages disponibles en taverne.
 
 
Tandis que j'étais toujours étendu à même le sol, sur une pelouse inconnue mais sommes toutes assez confortable, je décidais pour satisfaire à ma curiosité de regarder un peu plus haut... surtout pour savoir à qui appartenait ce fameux pied.
 
 
Mes esprits se remettaient doucement en ordre...
 
 
Mais il en manquait un...
Sans titre-2.jpg
 
QUELLE NE FUT PAS MA SURPRISE QUAND JE PU METTRE UN CORPS ET UN NOM SUR CE PIED.
Aussi incroyable que cela puisse être, ma douce déesse se tenait là, devant moi, plus belle que jamais.
 
Sans titre-1 copie.jpg
 
 
ça y est, mon esprit Aéris avait refait surface. Grâce en soit rendu à la déesse.
 
Sans titre-2t.jpg
 
 
 
Hier au soir, tandis que la conversation devenait aussi soporifique que mon breuvage. Je me souviens très bien quand Kiwae est entrée dans l'auberge pour me soustraire à l'auditoire tavernicole.
 
 
En effet, quelques jours plus tôt, elle m'avait fait promettre de l'emmener aux festival des quatre divinités. Un belle kermesse en l'honneur de nos dieux. Et effectivement, nous nous étions donné rendez-vous à l'auberge de MZ.
 
 
L'entrée du festival était juste à coté de l'auberge et c'est une jolie petite elfe qui dispensait les tickets d'entrée. Je dois bien avouer, sur le moment, m'être dit à quel point il était plus facile de suivre Kiwae que de chercher par moi même quelles occupations trouver en ces lieux. D'autant que ma tête vacillait de gauche à droite comme une baguette de sourcier à la recherche de quelconque élément liquide.
 
Capture02.PNG
 
La fête était bondée et tandis que nous nous tenions devant le stand de farces et attrapes et que mon binôme tentait sa chance... POUF.... plus de Kiwae.
Mince alors ! Quelle était donc cette sorcellerie ?
Ni une ni deux, je tentais ma chance pour savoir ce qu'il en retournait.
 
ezfgde.jpg
 
POUF... DODO... Fini
 
 
Bon et bien, quoi qu'il me soit arrivé, et quoi qu'il soit arrivé à Kiwae, j'avais, au final, passé une superbe nuit à la belle étoile au pied de ma déesse.
 
 
Le soleil était déjà haut dans le ciel et faisait briller les quelques amas de neige qui se trouvaient ça et là. A cette heure, la fête était moins fréquentée que la veille au soir, mais quelques badauds arpentaient néanmoins les allées. Je vérifiais toutefois mon équipement ainsi que ma bourse, mais tout était en ordre. Personne n'avait eu la malice de me faire les poches.
J'étais en pleine forme.
Un petite fille se tenait non loin de moi, elle semblait attendre quelqu'un. Peut être allait-elle pouvoir me renseigner sur ce qu'il m'était arrivé hier.
J'allais à sa rencontre.
 
2020-110rr.png
 
à ma réponse (j'ai choisi la deuxième option), la petite fille me tira la langue. Je lui répondis par une grimace dont j'avais le secret.... Elle s'en amusa et d'un clin d'oeil espiègle, m'indiqua la direction d'un imposant tas de neige qu'elle m'invitait à aller visiter de plus prêt....
 
Qu'elle fût ma surprise quand je me rendis compte du contenu de l'imposant bonhomme de neige qui prenait place non loin du fameux stand de farces et attrapes...
 
Capturge.PNG
 
Je présentais alors que nous allions certainement bien nous amuser dans cette kermesse.
 
 
Link to post
Share on other sites

REINE DU FESTIVAL

 

 

La chouille s’installe doucement dans la nuit
Terre des éléments fête ses 13 ans
Eolia, reine à son tour
Elle trônera pour quelques jours

L’excitation qui hurle en moi ne pense plus à demain
L’appel est trop fort
Je lutte en vain

*interlude numéro 1*

·         Mystic ! Mystic !!!! Euh…*s’arrêtant subitement devant moi en reprenant ses esprits* GENERALLLEEEE ! Tu te rends compte !!! ça déchire grave ce festival, j’peux faire plein de bonhomme de neige !

Manta avait toujours pour habitude d’oublier les règles hiérarchiques, mais je ne lui en tenais pas rigueur, après tout il effectuait sa tâche de récolteur avec sérieux et son habitude exagérée pour se perdre ne me permettait pas de lui demander plus, après tout il fallait rappeler qu’il eut obtenu le premier prix dans ce domaine aux Gerger Awards cette année.

·         Manta, doucement ! Mis à part les bonhommes de neige, j’espère que tu as fait le tour des lieux pour me tenir au courant des diverses activités, je rentre d’une mission importante et tu comprends, l’heure n’est pas à la perte de temps ! JE VEUX TOUT FAIRE !!!

Le sourire de Manta s’effaça et une grimace apparue. Nul besoin d’en comprendre plus, la visite des lieux sera donc pour ma pomme :

Soldats par-ci, Lieutenants par-là
Faites attention, on vous bousculera
Plein de croche-pieds, plein de piétinés
De caillassés !

Eviter, slalomer,

Je m’aventurerais sur les sentiers

Eviter, slalomer,

Une boule de neige j’évitais

J’ai laissé mon manteau en Forto

Gelée dans le froid,

La bière est pour moi le prix pour me réchauffer.

 

*interlude numéro 2*

 

Alors que la bière améliorait l’état de santé de mon gosier, j’aperçu le reste de mes comparses.

Comme je pouvais m’y attendre, Welyn Kajima s’acharnait à ouvrir un tonneau de vin près du stand d’œnologie, alors que derrière l’arbre, Morphos s’extasiait et papillonnait autour du stand à peluche.

 

-          AIEUUHHH

Ah ? Aurais-je encore écrasé  un orbite ? Me demandais-je, après tout c’est déjà arrivé ! Pourtant j’ai fait attention où je marchais cette fois-ci !

Mais non, il s’agissait d’un magicien qui vociférait des injures sur ma très chère Asherah. Celle-ci lançait des boules de neige avec véhémence, surement une de ses récentes obsessions. Connaissant chaque membre de ma faction par cœur, cela ne m’étonnait pas non plus, d’autant que je ne pouvais qu’entre-apercevoir le sujet de son énervement. En effet, Kyra arborait fièrement sa belle armure d’or, armure qui torturait Asherah dans ses rêves et qui rêvait de lui arracher depuis des lustres. D’ailleurs, j’avais pu entr’apercevoir des plans d’attaques dans la faction récemment…

Détournant le regard pour le poser sur de nouveaux éléments et contenter ma curiosité, j’allais m’asseoir sur un banc pour retrouver un peu d’énergie quand mon corps heurta une petite fille.

-          Madammmmeee !! Vous pouvez m’attraper les ballons là ?

 

Quand dans son fort intérieur,

Un coup de vieux poignant,

La tristesse, l’angoisse et la peur m’assaillirent un instant

De demandes abusées elle ne cessa de m’assommer

Des déguisements et maquillages elle réclamait,

Je dis tais-toi, tais-toi !

 

Eclater, fracasser

Les Festipieuvres me cèdent leur bras

Eclater, fracasser,

 

Non, je n’arrêterai pas

Les voilà,

Oui ils sont là,

Tremblant dans l’hiver.

 

*interlude numéro 3*

 

Une fois débarrassée de la gamine, je pus enfin prendre un peu de repos sur un des bancs du festival. C’est que sa fatigue les morveux, heureusement que j’en ai pas. C’est alors que j’entendis qu’une chasse au trésor avec trois niveaux de difficulté était ouverte. Bien sûr que j’y participerai même si les énigmes n’étaient toujours pas mon fort…mais cela valait le coup de tenter ! D’autant qu’il y avait une durée limitée ! Je me relevais donc pour m’inscrire auprès de ces charmants…..PNJ ! (c’est comme ça qu’on appelle les gens ici) puis me mis à enquêter partout dans le monde.

 

Trouve tes indices mais n’en dévoile pas trop

Parcoure les lieux et observe les petits drops au sol,

Et parfois certains seront cachés sous des monstres cheatés.

Je n’abandonnerais pas, ma fierté est engagée.

 

*interlude numéro 4 *

 

Après plusieurs jours d’expédition, je réussis à arracher tous les indices aux multiples dangers pour rendre enfin cette quête. Dans l’ensemble, les indices étaient plutôt faciles à trouver mais encore fallait-il se rappeler du troupeau de Serpotue près des tombeaux ! Quoiqu’il en soit,  chasse fini dans les temps ! Et départ pour la bataille de boule de neige.

J’interpellais Manta et Welyn Kajima qui attendaient patiemment que le combat commence et leur donner quelques instructions glanées sur les notes d’information.

 

Congeler, Déposer,

De pierres vous consoliderez

Ramasser, puis lancer,

Je les enneigerais tous,

 

Les équipes sont là !

La partie est lancée !

Bataille terminée

Le festival  est pour moi le prix du succès.

 

Link to post
Share on other sites

Une inconnue à l’étrange allure se promenait dans la ville qui lui servait de refuge. Elle était donc allée a sa rencontre et découvrit pour la première fois, une native du peuple elfique. Cette dernière, de nature douce et bienveillante, lui parla du festival qui ouvrait ses portes à cet instant même et qu’elle était venue y inviter ceux qui le désiraient.

 

La nécromancienne profitait de cette nouvelle liberté qu’elle avait pour en apprendre plus sur les us et coutumes du pays dans lequel elle avait fuit. Lorsqu’elle avait appris qu’il y avait un festival, elle décida de s’y rendre, curieuse de ce qu’elle allait y découvrir et sachant que son garde du corps y viendrait sûrement également

 

Sur place, elle croisa de nombreuses personnes semblant venir de tout horizon. De nombreux stands proposant nourritures, boissons ou activités diverses. Les gens se bousculaient, s’interpellaient, se transformaient en bonhomme de neige grâce à une magie aqueuse…

ça discutait de tout et de rien, et la demoiselle écoutait curieuse tout ce qu’elle pouvait glaner en déambulant de stand en stand

 

C’est ainsi qu’elle tomba sur une fillette qui avait sûrement échappée à la surveillance de ses parents en courant partout et qui venait de lui rentrer dedans. La petite était sur le point de se mettre à pleurer et pour éviter tout ce vacarme inutile elle l’aida à se relever en se demandant où avait encore bien pu passer son chevalier servant. S’il avait été là, cette situation ne serait pas arrivée.

 

L’enfant ne voulait pas la lâcher et la suivait partout, ne cessant jamais de parler et manquant de se mettre à pleurer si elle faisait mine de s’éloigner ou de la gronder. Cela commençait à fortement l’exaspérer. Elle aussi aurait aimé profiter de cette journée de tranquillité.

 

Elle fini donc par accéder à toutes les demandes de l’enfant, le temps de retrouver ses parents :

lui acheter des ballons , lui trouver des déguisements tout aussi ridicules les uns que les autres...

 

Les heures passaient et elles finirent par retrouver les parents de la fillette un peu au hasard. Labra la leur remis avec soulagement. Elle pouvait de nouveau repartir profiter du festival tranquillement. Mais cette rencontre n’avait pas été vaine.

 

Elle s’éloignait en souriant, rangeant dans les plis de sa robe le document que la petite avait accepté de signé avec une goutte de son sang, et avec le sourire pour avoir passé une si bonne journée, scellant à jamais sa destinée. Mais pour l’heure, elle pouvait continuer de profiter avec insouciance de la vie. Quand l’heure viendrait, la nécromancienne saurait venir l’arracher au repos éternel

Link to post
Share on other sites

Ces derniers temps, Papp perdait la motivation. Son Dieu ne l'aidait plus. Elle avait l'impression qu'il l'avait abandonné. Peut-être n'avait elle pas assez prié? Ainsi, lorsqu'elle entendu parler du festival des divinité, elle se décida tout de suite a s'y rentre et a passer le plus clair de son temps devant la statue du grand Vulfume, afin de lui adresser toutes ses prières et ses pensées.

 

En arrivant a ce festival, elle couru a droite et a gauche. Elle passa bien entendu voir son Dieu, le salua, mais reparti aussi vite aider une jeune enfant, ou jouer dans la neige avec des constructions. Et sans qu'elle s'en rende compte, son Dieu, la délaissa pour de bon. Petit a petit, son talent disparaissait, elle ralentissait. Mais a ce moment là, ce n’était pas significatif.

 

C'est lorsqu'elle participa a sa première joute élémentaire qu'elle remarqua que quelque chose n'allait pas. Son équipe avait perdu son combat 10 a 62. a chaque pas elle était essoufflée. Elle n'arrivait même pas a lancer ses sort, et quand ils daignaient partir, il touchaient a coté, elle n'avait pas été aussi mauvaise combattante depuis bien longtemps...

 

Comprenant que c’était une punition divine, elle s'assit devant la statue de son Dieu, et le contempla en silence. Elle voulait rester là tout la journée, a admirer son Dieu. Mais son manque de patience la fit bien vite bouger. Après avoir fait un petit somme sur le bord de la statue, elle parti pour une chasse aux trésor. Et malgré ses essoufflement récurrent, elle traversa toutes les terres en deux jours, de l’académie a Ignis, en passant par le marais ainsi que MZ.

 

Elle passa même a coté de la statue de son Dieu, mais ne songea même pas a lui adresser une petite prière, elle était trop occupé par son jeu de chasse aux trésors.

 

De retour au festival, elle participa de nouveau a une joute espérant que ça chance revienne. Et pour en avoir de la chance, elle en a eu, elle réussit l'exploit de ne pas marquer un seul point. Elle qui voulait devenir plus forte que la grande Radegonde. Qui avait pour vocation d'être la plus grande nécromante de ces terres. Elle s’était faite laminer.

 

Cela ne pouvait pas durer! Elle s'assit devant la statue du grand Vulfume, et le fixa pendant des heures. Elle resta assise là, toute la nuit et toute la journée, a regarder son Dieu, ou tout du moins, a rester devant. Car au bout de quelques heures, elle s’endormit d'un sommeil on ne peut plus profond.

 

Le lendemain, après avoir passé autant de temps devant cette statue, elle se dit qu'elle ne pourrait que gagner cette nouvelle bataille de neige! Elle se prépara avec quelques Fnous et Tigrrr. Mais alors qu'elle allait mettre de la neige sur la construction inverse, elle s’endormit sur place. Elle ne bougeait plus. et les cries de ses camarades, ainsi que le froid de la neige n'en faisait rien. Elle reste là ressemblant a un cadavre.

 

Les minutes passaient, son absence se faisaient sentir. Et finalement le grand Vulfume décida de la réveiller. Elle ne comprenait pas ce qui s’était passé. Mais sans prendre le temps de réfléchir, elle reparti a l’assaut.

 

A la fin de cette bataille, elle réalisa. Rêvasser devant la statue, c'est le plus grand des outrages. Alors, doucement, elle retourna devant la statue, et se mit a prier, a voix haute. Elle chantait les louanges de son Dieu, comme son défunt Scorpionzz le lui avait appris:

 

Et voici, mon Dieu, le Pardon

Écoutes le peuple qui clame ton nom

Vulfume, Prions Résurrection

Au seul Dieu auquel nous croyons.

De par le feu et le fer

Par les âmes guidées en Enfer

Par les victoires de nombreuses guerres

Ce récit est notre prière.

Par ton marteau et tes tenailles

Par les volcans et la ferraille

D'une confiance aveugle et sans faille

Avec toi seront nos batailles.

Gloire à toi et à ta puissance

Honores nos vies et nos croyances

A nous, ton peuple, ton essence

A ceux qui t'offrent la Renaissance.

 

 

Finalement, elle resta le reste du festival devant la statue de son Dieu. Elle priait plus fervemment que jamais. Et lorsque le dernier défi qu'elle voulait relever arriva, elle le releva avec bien plus de succès que ce qu'elle n’espérait. Elle participa au quiz et arriva 5eme. Elle qui pensaient ne jamais y arriver. Son Dieu avait entendu ses prières et lui avait partagé une partie de son savoir.

 

Ainsi, elle décida que quotidiennement, elle prierais pour son Dieu, pour que jamais plus, celui ci ne l'oublie.

 

Link to post
Share on other sites

<<Regardez-les jouer, ces flamboyants enfants !

La neige fend les airs et les rires de même

Les boissons et les plats chassent chaque problème

Quelques jeux dans la cour et les voilà charmants…

 

 

Mais vite reprendront les bagarres d’avant

« Je suis plus fort que toi » ; « j’ai un plus bel emblème ! »

« Toi t’es qu’un grand méchant » ; « toi t’es quelqu’un que j’aime »

« Papa Vulmune a dit… » ; « respecte ma Maman ! »

 

 

La récrée est finie et la cloche s’emballe :

Le proviseur Meies punira tout vandale….

Les enfants sauront-ils tous à temps être en file ?

 

 

Sages d’Académie et Guilde des chasseurs :

Bonne chance et courage, estimés professeurs.

Pour unir ces gamins… une fête est futile.>>

 

Sonnet porté par le vent ; auteur inconnu.

Edited by Noeleroi
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...