Jump to content
Terre des Éléments

Manrek

Membres
  • Posts

    152
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Manrek

  • Birthday 01/15/1990

Recent Profile Visitors

1333 profile views

Manrek's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • Conversation Starter Rare
  • Dedicated Rare
  • First Post Rare
  • Collaborator Rare
  • Week One Done Rare

Recent Badges

0

Reputation

  1. Bonjour, je m'inscris pour être dernier comme d'hab Edit Matagot : En attente de validation !
  2. Les dernières poupées sont également dans la catégories "Autres" au lieu d'être dans la catégorie "Objet" comme les précédentes
  3. Suite Bug Prison Pour avoir bu une bière avant mon séjour , j'ai dû resté moins de 12heures à la taverne. Or je me retrouve avec une dette astronomique et des heures d'auberge injustifiées.
  4. Bonjour, Le séjour en prison devait être d'une semaine et a commencé lundi 25 Juillet aux alentours de 9h. À l'heure actuelle nous sommes toujours au même endroit.
  5. Coucou, partage de connexion avec Calyso vu qu'elle est vers chez moi
  6. Bonjour, Partage de connexion avec Onizuka et sûrement ses multis pendant quelques jours vu qu'il est chez moi
  7. A L'Aube d'une Renaissance... Après un passage pluvieux, le soleil revint enfin au bout du troisième jour, encourageant ainsi le départ, pour rejoindre Raghénor. Les blessés reprirent un peu du poil de la bête et tout le monde commença à préparer ses affaires pour reprendre la route. Nelwen manquait à l’appel avant le départ, obligeant Manrek à retourner à la grotte de Vhéno, lequel se doutait qu’il la trouverait là-bas en compagnie de Suyvel. Ce dernier fut surpris en arrivant sur les lieux, avec une drow également sur le point de partir. Il entama la discussion sur un ton amusé. -J’ignore comment tu as motivé dame Suyvel, ma chère Nelwen, mais celle-ci semble partir avec nous. -Ah ah ! Bien essayé jeune capitaine, mais je ne prends la même direction que vous. Ma destinée se trouve ailleurs… -Oh je vois, et bien je voulais te remercier une dernière fois avant de partir également. Merci pour ce que tu as fait pour nos compagnons d’armes mais aussi pour Nelwen. Tu lui as redonné espoir sur le savoir de ses origines et je comprendrais si elle désire te suivre. -Non Manrek, nous avons bien discuté avec dame Suyvel sur mes ancêtres et la région de Bathen. Je vais me laisser le temps de grandir et forger mon expérience encore à tes côtés. J’ai encore pas mal de temps devant moi pour me rendre sur la Terre des Eléments. -Sage décision Nelwen, reste auprès de ton capitaine, pour l’heure. Comme je te l’ai déjà dit, il n’y a rien de bon qui t’attend là-bas… -Bien… alors allons-y, les autres nous attendent. Dame Suyvel, je vous dis adieu, je doute que nos chemins se recroisent de sitôt, ce fut un plaisir de vous rencontrer. -Un plaisir partagé, mon cher Manrek. Pour ma part, je m’en vais sur le continent voisin. J’ai déchiffré une partie de cette mystérieuse grotte de Vhéno, et le nom de Sikiah en ressort… Ma curiosité me pousse à en apprendre un peu plus à son sujet… Sur ces dernières paroles, les deux Raghénoriens saluèrent l’aventurière solitaire, et retournèrent au campement avec le reste du groupe. Volker avait préparé le chariot et les chevaux, les convalescents s’installèrent dans la carriole et aussitôt rejoints par les deux retardataires, ils prirent la route en direction de Raghénor. Le trajet qui séparait les monts de Gälya jusqu’aux portes de leur Royaume, dura environ deux semaines. Entre les plusieurs haltes pour des pauses nécessaires, la traversée de la Forêt de Jihil et ses nombreuses créatures qui y rôdent, ou encore le rempart d’Almon et ses funestes histoires passées, le voyage se déroula malgré tout sans encombre. Pas l’ombre d’une réelle menace à l’horizon, qu’elle réponde au nom de Sigrith ou bien de Vadamar, une atmosphère calme les accompagnait tout le long du périple. Les derniers survivants du désastre des Terres de Kyzall arrivèrent à bon port, poussant enfin les deux grandes herses d’entrée du Royaume. Le Roi Rähor s’empressa de les accueillir, avec à ses côtes le Général Zaein déjà rentré de mission, mais très vite, la préoccupation se dessina sur son visage, lorsqu’il vit le faible effectif de retour à la maison. Il convoqua alors Volker, Cassy et Manrek à la salle du trône, pour demander un rapport rapide sur la situation. Dans la même pièce, se tenant à côté du siège du roi, une main posée sur son ventre arrondi et le visage inquiet, Naéhlya attendait impatiemment le père de son futur enfant. Lorsque les trois capitaines entrèrent dans la salle, une atmosphère morose s’installa. -Veuillez m’excuser de vous convier à peine rentrés de votre périple épuisant, je ne prendrais que quelques minutes de votre temps pour avoir un rapport sur ce qui s’est passé. Tout le monde s’attendait au pire en ne voyant qu’une dizaine d’hommes rentrer de mission, et le Roi, loin d’être dupe, savait qu’il devait s’attendre au pire. Volker débuta alors la conversation. -Nous nous sommes rendus aux portes du château de Kyzall, de là nous avons rencontré ce couard de Roi Lyrhus. A ce moment précis, nous avons subi un assaut d’une rare violence pendant une tempête de sable, ce foutu pleutre nous laissa devant l’entrée du fort, portes closes… -D’après ma sœur, les monstres proviennent du continent voisin, mais il n’y avait pas seulement des Entys, Hatilas ou encore des Gardabras… Vadamar était là… Un bref instant de silence régna dans la pièce, puis Manrek reprit le rapport sur un ton nerveux et fébrile. -Le Général Siménor est tombé au combat… lui, ainsi que la majeure partie de notre armée… Le Seigneur Rähor s’assit, une main sur son front, bouleversé par la nouvelle, tandis que Naéhlya fixa son conjoint, les yeux larmoyants et emplis de tristesse. - Par chance nous avons pu revenir sains et saufs grâce à ce colosse qui répond au nom de Jingäo. Nous devons notre survie au sacrifice de Sire Siménor et le frère de ce titan… - On peut dire que les nouvelles ne sont pas bonnes. D’abord le Seigneur Gabrön du Royaume de Zymgär qui a clairement clamé son assujettissement à Vadamar et entamé une guerre contre nous, nous faisant perdre une poignée d’hommes. Maintenant on apprend le massacre du bataillon de Siménor, nous devrions rassembler nos forces et mener un assaut décisif sur la partie Est du continent, et ainsi… -Assez ! Nous avons perdu bien assez de soldats et nous avons besoin de pleurer nos morts. J’ai pris ma décision et je vais l’annoncer de ce pas à l’ensemble de notre peuple. Manrek rejoignit sa douce Naéhlya portant leur enfant, et posa sa main sur son ventre ainsi qu’un baiser sur son front pour la rassurer après cette terrible épreuve. Pendant ce temps, le Roi Rähor dépêcha plusieurs gardes afin de rassembler le plus de monde possible devant la salle du trône. En quelques minutes, une foule se tenait devant le fort, citoyens, soldats, lieutenants, une grande partie du peuple raghénorien avait répondu présent pour écouter le discours du Roi. -Raghénoriennes, Raghénoriens, l’heure est grave ! Le royaume de Zymgär s’est rallié aux sinistres individus qui répondent aux noms de Vadamar et Sigrith, la peur a fait ployer le genou du Seigneur Gabrön, ne suivons pas son exemple. La couardise du Seigneur Lyrhus, quant à elle, nous a conduit à une décimation quasi-totale du groupe d’armée mené par le regretté Général Siménor… Suite à ces événements tragiques et nos pertes humaines, j’ai donc pris la décision de fermer les frontières, du port d’Elvon jusqu’au rempart d’Almon. Pour la sécurité de chacun, personne ne devra sortir du Royaume sans mon approbation, les échanges avec nos alliés seront limités, mais nous devons restreindre nos mouvements et nous focaliser sur la défense de nos terres. Je place notre Royaume en mode « sauvegarde », pour préserver nos citoyens et former nos futurs soldats ! Nous devrions tenir quelques années, et quand nous serons enfin prêts, nous mènerons un assaut décisif sur l’Est du continent ! Pour l’honneur ! Pour l’avenir ! Pour la survie ! Longue vie au peuple de Raghénor ! Un tonnerre d’applaudissements et des cris de guerre retentissaient glorieusement à la fin de ce discours. Le Roi avait su trouver les mots justes pour annoncer la gravité de la situation sans pour autant baisser les bras, et ainsi, remonter le moral de ses citoyens et de son armée. Se tenant légèrement à l’écart, le regard un peu désappointé, Zaein n’était pas ravi de la tournure des évènements. Lui, qui depuis toujours, attendait le bon moment pour réaliser son sombre projet, il le voyait à nouveau retardé par la prise de décision du Roi. Il retourna à ses quartiers, faisant un signe de tête à ses fidèles lieutenants, qui le suivirent, profitant que le monde soit tourné vers le Seigneur Rähor afin de trouver une alternative à ses plans… Manrek observa cette courte scène d’un œil peu méfiant, sans se douter une seconde qu’elle allait jouer un rôle majeur sur l’avenir de ses terres natales. Le destin allait préserver le Royaume Raghénor, mais pour combien d’années… ? **** **** **** -La situation bien que profitable, aux premiers abords, à notre projet, n’a finalement pas le résultat désiré. Rähor n’est pas décidé à mener l’assaut sur ce cher Seigneur Gabrön et nous permettre ainsi de nous débarrasser des restes des survivants. Nous n’avons pas encore assez de disciples avec nous pour renverser le pouvoir, et la marque de Mahzael n’a, pour l’heure, laissé aucun survivant… Pendant que Rähor renforce son armée, nous allons en asservir certains pour qu’ils servent nos idéaux. Vadamar et Sigrith vont devoir également préparer une nouvelle armée pour que nous puissions frapper une seule et unique fois. Profitons de la désertion de Manserk et de la mort de Siménor, pour changer nos plans et aviser pour ces futures années qui nous attendent. Halguéran, j’obtiendrai une dérogation du Roi pour que tu puisses partir hors du territoire avec Erzssak et ainsi, recruter des mercenaires, des clans isolés ou autres créatures qui seront prêts à nous servir. Ma chère Danaé, continue de jouer de ton charme et de tes envoutements pour conserver l’esprit de Kazzhir, Lysandra et récemment Adonis. Idéalement il faudrait que tu retentes avec ce brave Manrek, n’hésite pas à utiliser Naéhlya pour arriver à tes fins, il a quelque chose qui m’intrigue chez lui... Tu observas également les nouvelles recrues que notre cher Roi entrainera, et tu feras en sortes d’en prendre plusieurs sous ton aile. Pour ma part, je vais perfectionner ma magie d’asservissement et préparer des rituels pour offrir la « marque de Mahzael » aux plus valeureux raghénoriens. Ah ah, tôt ou tard ils succomberont à ce maléfice, ou mieux, ils deviendront mes démons domestiques. Bien, c’est parfait, finalement tout est une question de temps… La patience portera ses fruits et nous refaçonnerons le monde à notre image… Ah ah ah ! FIN de Cendre d’un Souvenir A suivre…
  8. Bonsoir, je viens également de vérifier dans ma galerie de quête complétée et effectivement elle n'apparaît pas non plus...
  9. La Nuit de l'Espoir... Quatre chaines robustes attachées à chaque membre, deux gardes postés en surveillance et un molosse aux crocs bien apparents, voilà le quotidien que subissait le colosse de Raghénor. Constamment pieds et poings liés, déplaçant des roches ou autre objets imposants, il ne pouvait se défaire de l’œil vigilant des soldats ennemis. En l’absence du Seigneur Zaein et de la majorité de ses subordonnés, seul le général Ranek se trouvait sur les lieux. Autrefois sous les ordres de Roi Rähor, ce sinistre individu d’une quarantaine d’année, au regard glacial et au teint terne, a très vite sombré dans l’autre camp. Bien connu pour ses salles de tortures et ses méthodes peu recommandables, il obtenait néanmoins, toujours ce qu’il cherchait à découvrir. Ce rôle de tortionnaire au sein de ce repaire, lui sied parfaitement, si bien qu’il prenait un malin plaisir à jouer de sa position pour torturer, asservir ou dans le pire des cas, exécuter des prisonniers. Ce dernier, un peu à cran suite aux récentes nouvelles, en profita pour relâcher ses nerfs sur le titan captif. CLAAAC, CLAAC Jingäo encaissa sans broncher, de violents coups de fouet dans le dos sans pouvoir répliquer. Furieux de ne pas faire réagir le barbare, il sorti ses deux dagues, utilisant une pour lui tailler le visage et l’autre pointée sur son thorax, s’enfonçant peu à peu dans sa chair. La douleur de ce supplice le faisait grimacer. -Aaah, voilà qui est mieux… Ton cher capitaine a donc fait échouer les plans de notre Baron en le payant de sa vie. Je vais t’envoyer le rejoindre, qu’en penses-tu hum ? Malgré la souffrance qu’il subissait, il esquissa un léger sourire et retorqua -Manrek est toujours là… ah ah il est bien plus coriace que ma carcasse… il viendra chercher sa femme et son fils… Ta tête roulera au sol… et Jingäo continuera de sourire… -C’est ce que nous verrons. De rage, il planta sa dague dans l’omoplate droite du barbare et la ressortit aussitôt, avant de retourner dans ses quartiers. -Nous verrons bien si ton « capitaine » arrive avant que tu ne te vides de ton sang. Ah ah. , adieu barbare, nous n’avons plus besoin de tes services de manutentions, je te libère de ton fardeau. Ah ah… Le temps s’écoula, tout comme le sang de ce brave guerrier qui ne pouvait stopper l’hémorragie, enchainé comme un esclave. Il commençait à transpirer, sa vue se troublait peu à peu distinguant tant bien que mal, deux autres gardes prendre la relève pour le surveiller, puis ferma les yeux. -Jingäo… rejoint les siens… Puis, après ses quelques mots, il s’évanouit sous la douleur, prêt à accepter son funeste destin. Lorsque celui-ci s’apprêta à rendre son dernier souffle, une main se posa sur sa plaie, une vague de chaleur apaisante parcourait son corps, puis un chuchotement le réveilla soudainement. -Les tiens ont encore besoin de toi, brave guerrier de Raghénor ! -Dame…dame Naéhlya… ?! -Chut…Gardes tes forces, nous n’avons que très peu de temps. Profitant du faible effectif ennemi, Naéhlya et son fils, réussirent à neutraliser deux gardes pour récupérer leur uniforme. En prenant l’apparence de soldat de Zaein, ils parvinrent à prendre la relève des deux gardes qui surveillaient le colosse mourant. Elle appliqua un sort de magie blanche dont elle en avait le secret, afin de cicatriser la blessure et revigorer ce dernier. -Voilà qui devrait te tirer d’affaire Jingäo, soit fort, nous reviendrons dans la nuit pour défaire tes chaînes. -Cette nuit ? -Yeah, on s’évade cette nuit vieux Jiji ! -Oui, cette nuit nous partons d’ici, avec le plus de monde possible. Nous profiterons de leur sous-effectif et agir pendant leur sommeil pour fuir cet enfer. Le colosse amoché sourit et se mit à rigoler. -Jingäo va reprendre les armes… Parfait, dame Naéhlya… -Nous allons revenir d’ici quelques heures, le temps de finir quelques préparatifs, et quand la lune sera au plus haut dans le ciel, il sera temps. Il acquiesça d’un signe de tête aux dernières paroles de sa guérisseuse, avant qu’elle ne retourne à l’extérieur quérir le reste des soldats et villageois de Raghénor. Sous l’emblème et la tenue ennemi, elle arriva aisément à embobiner les deux autres gardes, afin de prendre la relève durant la nuit. Accompagné de son fils, également dissimulé sous cet uniforme, elle s’empressa d’aller voir, en toute discrétion, tous les Raghénoriens, pour les prévenir de la situation et du projet d’évasion. La plupart étaient affaiblis, amaigris sans avoir la force de porter une arme, cependant, tous acquiescèrent sans hésitation au plan de la fille du défunt roi Rähor. Au péril de leur vie, ils étaient décidés à ne pas reculer et fuir de cet endroit. Parmi les survivants, Naéhlya n’était pas la seule à pouvoir se battre, elle rallia à sa cause, sans moindre mal, quelques vieilles connaissances. -Ce soir, nous profiterons du faible effectif ennemi et de leur sommeil pour s’enfuir de ce cauchemar. J’ai cru comprendre qu’il n’y avait que le Général Ranek sur les lieux, c’est le moment ou jamais ! Nous partirons donc vers l’Est, j’ai entendu dire que cette région du nom de Lesmû est occupée, en grande partie, par les elfes sylvains. Si nous avançons bien, nous pouvons y être en une semaine environ. Nous serions enfin libérés de cette emprise malsaine. -Tu peux compter sur Icaro et moi, nous répondrons présents le moment venu. -Merci à vous deux, ta magie nous sera d’une grande aide Cyria, le temps de trouver un arc en bonne et due forme pour ce cher Icaro. -Pour Raghénor, pour Manrek ! Mon arc sera à ton service, Naéhlya. Il est temps de se lever et de se battre. Dans l’ignorance la plus totale, installé dans son repaire rocheux dans la montagne, le général Ranek ne se doutait pas de ce qu’il se tramait. Cependant, au crépuscule, tout un peuple se préparait à renverser le joug de la tyrannie orchestré par le Baron Zaein et ses généraux du Purgatoire. La nuit tombe, une légère brise mêlée au chant et bruit de quelques animaux et insectes nocturnes, emportent la plupart des miliciens, qui montaient la garde, dans un doux sommeil. Cette fatigue soudaine n’était pas anodine, car, dissimulée sous le souffle du vent, Cyria fredonnait une mélodie soporifique, d’autant plus efficace avec l’effectif de l'adversaire réduit. Profitant que l’ennemi soit en grande partie neutralisé, Icaro récupéra un arc de bonne fortune, tandis que Naéhlya et Liroy partirent libérer le colosse encore sous surveillance. -Messieurs, nous prenons la relève, vous pouvez aller vous reposer. -Mais… le Général Ranek vient de nous demander de monter la garde en ces lieux… -Il nous a formellement interdit de quitter notre poste ! -Hum… il serait préférable de remonter en haut pour voir avec lui. Sentant qu’un contre-temps retardait le plan, elle fit un signe dans son dos afin que son fils fasse le nécessaire pour défaire les chaînes de Jingäo, puis elle s'adressa de nouveau à l'un des gardes. -Bien, montons tous les deux dans ce cas. Soudain, des bruits de pas retentissaient dans l’escalier, quelqu’un descendait tranquillement en applaudissant, interrompant ainsi la conversation rendant l’atmosphère très pesante. -Prodigieux, vraiment, une très belle tentative digne de la fille adoptive de, feu, le roi Rähor. Si je n’étais pas descendu, quelques minutes plus tôt, pour voir la carcasse de ce colosse, votre plan aurait pu marcher. Ainsi donc, je mets un visage sur la guérisseuse de ce cher Jingäo. Sous le regard consterné et anéanti des trois prisonniers, le tortionnaire esquissa un sourire narquois. La tension montait d’un cran…
  10. Rp pour Manrek Une histoire sur moi en ces terres ? Par où commencer, il y en a tellement… Quel sujet serait intéressant ? L’audacieuse et héroïque bataille sur la capitale, pour le contrôle des tours de Melrath Zorac contre la puissante faction de l’Au-delà. Ou bien les trébuchets qu’il ont construit devant notre petit repaire à deux reprises ? Ah ah il faut dire qu’ils m’ont bien accueilli sur ces terres, à coup d’échanges virils et tumultueux hé hé, ils m’ont bien rendu la vie difficile au début. Je ne vais quand même pas raconter la fois où je me suis jeté sur cette pauvre Nyxea croyant que c’était Adria Oricy… sombre histoire… j’ai dû m’excuser plusieurs jours… il faudrait que j’arrête de foncer tête baissée… bref passons. Tiens, je vais plutôt te parler de volonté et de témérité. Lorsque j’ai fait naufrage sur le Plateau d’Urgo, j’ai mis quelques temps à m’en remettre, notamment dans l’art du combat. Un peu blessé avec ma main droite, j’ai mis plusieurs mois à m’en remettre correctement mais je devais retrouver mon agilité et ma poigne rapidement. Une fois arrivée à Melrath Zorac, quoi de mieux que de se remettre en selle sur le combat à l’épée et pourquoi pas créer des liens et se faire des alliés… et aussi des ennemis. Très compliqué de ce faire une place quand on est un étranger, parmi toutes les grandes factions et les grands combattants déjà présents. J’ai donc décidé d’entrer en arène pour montrer ma valeur et tenter de trouver des coéquipiers afin de poursuivre mon objectif qui m’a poussé à venir sur ce continent. Malheureusement, tout ne se déroula pas comme prévu et j’ai essuyé bon nombre de défaites en arène, mordu plusieurs fois la poussière, si bien que je peinais à trouver des coéquipiers pour former une équipe et continuer à me battre en joute. En même temps, qui j’étais pour égaler les redoutables Yaninho, Karameldanssen, Tigrrr, Loxka ou encore Kiwae , avec bon nombre de participation et une expérience hors du commun. Mon petit clan ‘’Gladius Vagor’’ était ridicule comparé aux autres, et entre nous, qui suivrait un touriste, encore blessé à sa main, incapable de remporter le moindre petit combat… Je ne peux pas leur jeter la pierre, mais je ne devais pas abandonner, je ne pouvais renoncer. Après avoir mis une modeste affiche de recrutement sur le panneau de la guilde, à moitié visible parmi les autres annonces, j’ai repris mon épée en main, de nouveau prêt à en découdre. Mon Royaume natal comptait sur moi, je me devais de faire honneur à Raghénor et continuer à persévérer. A force d’acharnement, de sol embrassés avec mon profil ou des taillades et brûlures sur tout mon corps, je réussi enfin à retrouver le chemin de la victoire. Ma vingtième arène fut enfin un succès et est venu récompenser ma témérité et ma volonté. Depuis ce jour, j’ai retrouvé la mobilité et la souplesse de ma main sans lésiner sur les efforts et j’ai réussi à cumuler d’autres victoires, participer à d’autres batailles en dehors des joutes. Ainsi, mon petit clan s’est agrandit au fur et à mesure avec notamment des raghénoriens retrouvés, mais aussi, son lot de soldats et leur petit caractère et particularité à chacun. Moralité, peu importe les entraves, les pièges ou les difficultés que l'on rencontre, si nous avons la volonté de réussir, rien ni personne ne pourra changer quoi que ce soit. L'essentiel est de rester fidèle à ses valeurs et comme je dis toujours ''vouloir c'est pouvoir''. Je suis fier de ne pas avoir renoncé et d’avoir réussi à me faire une petite place parmi les grands, je suis loin d’être le meilleur ah ah et j’ai encore du chemin à parcourir. Je dois bien avouer que ce n’est pas facile tous les jours que ce soit en interne ou en externe hé hé, alors pour passer mes nerfs parfois je continue de m’exercer en arène… Un peu... Enfin un peu plus de 1000…mais c'est pour entrainer les jeunes recrues... Quoi ? Je ne suis pas colérique...Ton regard en dit long mon cher Grant Caurmalhad...
  11. Vous faites un challenge pour obtenir des médailles sur le forum ? 

    1. yaninho

      yaninho

      Ouiiiii mais il est trop fort Kara 

    2. yaninho

      yaninho

      T'es que Rookie toi

    3. Manrek

      Manrek

      Attends que j'ai mes mythiques du forum, je vais roxer avec les badges t'es pas prêt. 

  12. Manrek

    Manserk

    J'étais encore un jeune homme plein de vivacité et de fougue...à l'époque
  13. Bonjour, Suites à plusieurs remarques sur mes RP concernant les couleurs, il est vrai que suivant le thème du Forum (clair ou sombre) on ne distingue pas certains dialogues de personnages. En sélectionnant le texte vous pouvez les voir, mais à l'avenir j'ai changé de méthode pour qu'on arrive à me suivre. Je mettrai désormais des minis avatars devant le texte, ainsi qu'une liste récapitulative des personnages (car il y en a... Un peu) qui apparaissent dans le Rp concerné, liste qui sera au début du post et mis à jour au fur et à mesure, avec une petite description. Merci à vous pour votre lecture et vos retours
  14. Un p'tit tournoi ?

     

  15. Les Confessions d'une Nuit Le colosse ne cessa de scruter la jeune femme, l’observant de haut en bas, sur toutes les coutures, ce qui la dérangea quelque peu. Elle leva un sourcil d’un air curieux et finit par l’interpeller : - Que me vaut cette analyse insistante, cher titan ? - Suivez les flèches… Jingäo cherche les flèches et attend le signal pour les suivre. Mettant sa main sur son front, elle poussa un profond soupir. Manrek se frotta derrière la tête d’un air embarrassé et répondit à ce bon vieux barbare. -Suyvel est son prénom, comme toi tu t’appelles Jingäo, tu comprends ? -Hum… enchanté « Suivez-elle » je me nomme Jingäo chef et unique survivant du clan barbare d’Ogda, mon aîné. -Suis-je maladroit, j’ai oublié les bonnes manières. Comme tu as pu l’entendre, je me nomme Manrek, capitaine de l’armée de Raghénor et voici Cassy, également capitaine de cette même légion et ce cher barbare, Jingäo. Après quelques brèves présentations, Nelwen s’interrogea sur la présence de ses compagnons en ces lieux. Le guerrier au bandeau écarlate expliqua alors les événements récents qui s’étaient produits, amenant à cette situation assez critique. Sous le choc, elle garda néanmoins son sang-froid, malgré son jeune âge, puis elle s’adressa à Suyvel. - Je vais devoir y aller, nous reprendrons notre discussion un peu plus tard, dame Suyvel. - J’ai cru comprendre qu’il y avait des blessés ? Pour votre information, mes services d’herboriste sont à louer. Je connais quelques cataplasmes ou onguents qui pourront soulager maux et plaies… pour une rémunération correcte. - J’accepte volontiers votre aide en échange d’une bourse d’or ou de services. Suivez-nous jusqu’au village. Ils descendirent de la grotte de Vhéno et se rendirent au petit hameau où le reste des survivants se trouvait. A peine le temps des retrouvailles avec les troupes, que la jeune magicienne s’associait avec Sélénia pour prodiguer des soins aux trois malheureux. Le cas le plus inquiétant étant celui de Baranhor, toujours inconscient, Suyvel s’y pencha de plus près et réalisa un baume à l’odeur assez forte avant d’envelopper la jambe de ce dernier dans de gigantesques feuilles. Après plusieurs minutes, la fièvre du chevalier azur tomba puis il reprit peu à peu ses esprits. Manrek s’écarta un peu pour le laisser respirer, fouilla dans sa besace et tendit une petite bourse de pièces d’or à l’herboriste. Cette dernière le regarda d’un air curieux, le scruta quelques instants puis répondit. -Tu m’as l’air d’être un solide gaillard et talentueux guerrier. Que dirais-tu de m’aider à chasser une créature nocturne plutôt que de payer en or ? Nous irions ce soir tous les deux, pour la traquer afin que je puisse prélever quelques éléments dessus. Ne t’en fais pas, nous serions revenus avant l’aube. -Soit, je partirai en chasse ce soir donc, tu viens de sauver mon ami, je te dois bien ça. Profitant des dernières heures avant la nuit, il partit se reposer avant tout le monde, pour se tenir en forme et prêt à la traque crépusculaire. Pendant ce temps, les autres membres s’occupèrent des blessés, se remettant doucement sur pied, il était encore trop tôt pour résumer les récents événements. Cependant, Baranhor, à peine réveillé, attrapa le bras de sa sœur pour réclamer la vérité. - Frangine…Où sont tous les autres ? Où est Papa ? Incapable de prononcer le moindre mot, elle se mit à pleurer sans pouvoir s’arrêter. Le guerrier azur comprit et rabaissa la tête en frappant du poing le sol. Son regard s’assombrit, la haine l’envahit puis il s’adressa à nouveau à Sélénia. - Je vengerai notre père, je t’en fais le serment. Vide ton chagrin sur mon épaule, extériorise ta peine, Vadamar paiera ! Cassy, Cyria et Kélio venaient prendre part à la discussion et tentèrent de consoler également leurs amis. - Nous sommes là si vous avez besoin de soutien, votre père s’est sacrifié pour que nous puissions vivre. Nous allons retourner sur Raghénor faire notre rapport au Roi en espérant que du côté du Général Zaein tout va bien… - Merci Cassy, tu es une chic fille… J’imagine que tu dois t’inquiéter pour Adonis et les autres… - A vrai dire… Adonis a quelque peu changé ces derniers temps… Je ne le reconnais plus…Il a tendance à s’éloigner… La relation qu’elle avait avec ce jeune guerrier, parti avec le Général Zaein sur le territoire de Zymgär, semblait l’affecter. Elle qui vivait une petite idylle récente avec lui, craignait de perdre ce qu’elle avait commencé à construire avec ce dernier. Baranhor sentait le malaise monter et décida de changer de sujet. - Bon… parlons d’autre chose, je pense qu’on a eu notre lot de peine, discutons de choses plus… joyeuses. - Oui… tu as raison… Ils continuèrent de discuter jusqu’au soir, se remémorant le passé et les bons souvenirs, pour garder le moral. Malgré les malheureux événements, l’esprit était plutôt bon enfant, un brin jovial et s’endormirent un à un devant ce doux feu de camp. Une ambiance paisible et chaleureuse bercer ce petit groupe de survivants qui avait vécu un véritable enfer. Soudain, la jeune aventurière au teint sombre s’approcha du jeune capitaine au bandeau rouge, lui tapotant sa jambe avec son pied. - Manrek ? C’est l’heure d’y aller. - … Bien, j’arrive. Il enfila son armure, équipa sa lame, et quitta le campement en toute discrétion, pour ne pas réveiller tout le monde. Il avait pu remarquer que certains s’étaient endormis ensemble devant les braises, puis il rejoignit sans tarder sa coéquipière nocturne, dans cette petite forêt, aux abords de la grotte de Vhéno. Il avait un sourire en coin, quand il aperçu une deuxième silhouette aux côtés de Suyvel. - Je ne sais pas pourquoi mais je m’attendais à te voir ici, Nelwen. - Je t’ai laissé une fois tout seul… Vu les conséquences de mon absence, c’est terminé ! Je ne te lâche plus d’une semelle. - Dites donc vous deux, un peu moins de bruit, nous sommes ici pour traquer cette... Un bruit dans le feuillage, à quelques mètres, interrompit leur discussion. - Baissez-vous, elle est là ! Une créature immonde, aux couleurs grisâtres, semblable à un humanoïde au visage effroyable, avançait sous la lumière de la lune. Une monstruosité jamais vu sur ce continent. - Qu’est-ce que c’est ? - C’est une Tristombre, une créature connue pour ses larmes dans ma région natale. On en trouve généralement dans les grottes ou forêts assez denses, principalement de nuit. J’ai besoin de leurs larmes pour concocter des potions. - Bien, alors allons-y ! Comme ça, ce sera réglé ! - Attends, il ne doit pas… Manrek sauta sur le monstre sans hésiter et un peu précipitamment quand ce dernier se mit à pousser un cri suscitant l’effroi, immobilisant quelques instants le trio. Puis quand ils reprirent leurs esprits, pas moins d’une dizaine de ces créatures les avaient encerclés. - …crier… Elle enfouit son visage dans ses mains avant de grogner : - Mais quel ballot… - Ah ah oui, il est un brin fonceur. - Ok, mea culpa… Je vais régler ça. Tournoyant sur lui-même, lame en main, il terrassa la moitié des immondices, puis enchaina de multiples taillades rapides en se déplaçant rapidement pour occire les autres. Le combat fut expéditif et productif pour la récolte attendue de la jeune aventurière. - Tu es irréfléchi, mais tu compenses par ta maîtrise de l’épée. Sans tarder, Suyvel récolta toutes les larmes qu’elle pouvait prendre, le sourire aux lèvres. - J’ai bien plus de larmes qu’espéré, je vais pouvoir fabriquer une bonne douzaine de potions. De quoi réaliser des ventes intéressantes. Je peux même vous en donner quelques-unes, ça sera utile pour vos blessés. - Un marché est un marché, tu n’es pas obligé de nous donner quoi que ce soit, garde tes ressources. - J’insiste ! - Hihi Manrek tu ne changeras jamais. - Bien, bien, j’accepte… C’est toutefois étrange qu’il y ait autant de créatures venues de ce continent voisin… De plus en plus bizarre… - Je ne suis qu’une simple aventurière qui parcourt le monde, mais selon moi, quelqu’un aurait trouvé un moyen de connecter ces deux terres… Cette grotte en est peut-être la clé… mystère. - Oh oui j’aimerais tellement aller sur Bathen et voir si je retrouve mes parents… - Tu perds ton temps, Nelwen, il n’y a rien de bon à cet endroit… et il est hors de question que je retourne là-bas, je te l’ai déjà dit. - Oh, bon… - Bien, nous reprendrons notre conversation plus tard, je vais retourner à mon humble repaire concocter mes potions. Je vous souhaite une bonne nuit. Tandis que la jeune femme retournait à la grotte, afin de commencer la préparation de ses mixtures, les deux Raghénoriens retournèrent ensemble au campement en échangeant quelques confidences. - Tu sais, je t’envie Manrek. Tu as tes parents, bientôt ta propre petite famille, tu es bien entouré. Tandis que moi… si je n’avais pas rencontré Volker, je ne t’aurais sans doute pas connu non plus… et je serais toute seule à l’heure qu’il est… - Tu sais que tu peux compter sur moi et les autres. - Oui… mais j’aimerais tellement connaitre ma vraie nature… mes parents… Je pense que Suyvel a des réponses ou qu’elle me cache des choses sur cette région de Bathen, que j’ai parfois dans mes visions… - Si un jour nous avons la possibilité d’y aller, je t’y emmènerai, en prenant toutes les précautions utiles et en rassemblant le plus d’informations possible avant. Il est hors de question de t’amener dans un endroit hostile, tu comprends. - Merci…Manrek… Il se fait tard *baille* je vais dormir, bonne nuit. Tout deux retournèrent à leur couchage afin de profiter des dernières heures de repos qu’il leur restait, avant le lever du jour. Après un terrible et éprouvant périple, tout le monde dormait à poings fermés.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.