Jump to content
Terre des Éléments

All Activity

This stream auto-updates

  1. Last week
  2. C'est le jour d'une artiste douée. Bon anniversaire, Soraya !
  3. Une semaine s’est enfuie en catimini, et rien de bien nouveau ne s’est produit. Pas de mauvaise nouvelle, ni de bonne, et aucune de Cheuk Maurice non plus. Ce soir, Madame le Maire est restée à travailler tard dans son bureau du bâtiment de l’administration. Les locaux sont presque déserts, mais elle reste sereine et concentrée : la garde veille de près sur la ville, et sur elle-même en particulier. Aussi, lorsqu’un inconnu franchit la porte de son bureau sans être annoncé, elle se lève d’un bond. « Quoi ?! Qui êtes-vous ? Et que faites-vous là ? - Je suis Cheuk Maurice. » Et cela dit comme si ça expliquait tout. Madame le Maire, revenue de sa surprise, retrouve sa maitrise d’elle-même et se rassoit. Elle remercie le rôdeur d’avoir répondu à son invitation, puis se souvient que son bureau est fermé à clé. « Comment êtes vous entré ici ? J’avais verrouillé ma porte. - Rien ne résiste à Cheuk Maurice. » Interloquée, Madame le Maire se dit qu’elle a dû se tromper, étant donné que la porte s’est ouverte devant son visiteur sans un murmure. Elle ne perd néanmoins pas le fil de ses idées et aborde avec le rôdeur le sujet qui la préoccupe depuis des semaines. Cheuk Maurice a de son côté constaté la réalité du fléau et de la menace qu’il fait peser sur la région. Il ne connait pas la nature exacte du fléau, ni son origine, mais il se fait fort de le découvrir sous peu – et de lui apprendre la vie. Et sur ces mots, il prend congé aussi vite qu’il a surgi dans le bureau. Madame le Maire, estomaquée par ces manières abruptes, reste sans réaction quelques instants, puis se lance à sa poursuite dans les couloirs. Elle a pas mal de détails en tête, des actions à mettre en place avec le concours de la garde, l’investigateur académique qu’elle souhaiterait présenter au rôdeur... mais ce dernier semble s’être volatilisé à une vitesse déroutante. Elle finit par débouler dans la salle de garde, et le chaos indescriptible qu’elle y découvre la cloue sur place de stupeur. Une douzaine de gardes en armure gisent à même le sol, certains entassés les uns sur les autres, d’autres manifestement projetés contre les murs avec force. Madame le Maire repère sur leurs casques des traces de coup, en forme de semelle de botte, et comprend soudainement ce qui s’est passé. Elle lève les yeux au ciel tandis que sa paume vient frapper son front. Ces crétins ont essayé d’empêcher Cheuk Maurice d’entrer !!! Non seulement la garde n’a pas réussi à lui mettre la main dessus, mais quand le rôdeur s’est présenté de lui-même, ils ne l’ont pas reconnu et ont tenté de l’éconduire. Fort heureusement, il ne les a pas tués : ils sont juste inconscients, étendus pour le compte. Quelques mots lui reviennent en mémoire. ... Rien ne résiste à Cheuk Maurice... Elle réalise qu’elle ne rattrapera plus le rôdeur, maintenant. En revanche, elle connait certains gardes qui n'échapperont pas à un savon en bonne et due forme dès qu’ils tiendront à nouveau debout... Le lendemain, elle est néanmoins satisfaite d’annoncer à ses administrés que le célèbre rôdeur prend les choses en main. Avec un allié de ce calibre, il lui semble que le sort de sa chère ville est beaucoup moins incertain. La nouvelle se répand dans les rues à la vitesse d’une traînée de poudre, provoquant un grand soulagement parmi la populace. Certains pourtant émettent de sérieux doutes sur ce qu’un homme seul pourrait bien accomplir face à des hordes de morts-vivants, et se demandent ce que l’avenir leur réserve. Les anciens qui les entendent ne manquent pas de leur rétorquer : C’est l'avenir qui devrait s’inquiéter de ce que Cheuk Maurice lui réserve.
  4. Earlier
  5. Bonjour à tous, Pour se conformer à la réglementation en vigueur, stipulée par l'article L131-4, décret n°26 du 06/07/2021, je souhaite par la présente annoncer la réunion prochaine de l'amicale des Au-Delà. Bien qu'elle se tiendra dans un lieu tenu secret, la liste des conviés est désormais connue. Seront présents : - Hephaistos (et sa teuteu bigleuse Alcane) - Melii (ainsi que l'intréstupide Momo) - Amaranth (connue dans certaines tavernes / bordels sous le nom de Terpsichore) - Yaninho (et son coffre, pour qu'on ne le lui vole pas, ainsi que l'incroyablement nulle Zyther, et l'imposteur Régis) - Le vrai Régis (aussi connu sous le nom germanisant de "Schindler", très populaire dans les ascenseurs pendant la seconde guerre mondiale) - L'inimitable Falatapouet (parfois absurdement contracté en "odri" ???) - Karamelldansen (et sa tripotée de zéros - zéroïnes de guerre, tous souillés par la critique : Blublucur, Kouizinator, et la divine Marceline). - Malgré son inactivité, Bartimeus sera aussi présent (mais il ne parlera pas, rassurez-vous ; le faux-sosie de Régis, Krynn, pourrait même être de la partie). PS : O-Efa n'a pas encore confirmé sa possible apparition en guest-star. Nous vous tiendrons au courant. Ne l'oubliez jamais, merci. Espérant avoir répondu aux attentes, Bien cordialement, L'Amicale des A-D.
  6. Les jours passent, et Madame le Maire s’inquiète de l’absence de nouvelles concernant Cheuk Maurice. Elle finit par convoquer les officiers de la garde. Leur rapport est lapidaire : aucune nouvelle du célèbre rôdeur. Pourtant, eux aussi entendent dire qu’il est dans la région. Il aurait été aperçu à plusieurs reprises, mais la garde n’a jamais pu le croiser. Ce qui est plutôt curieux étant donné que les soldats multiplient les patrouilles dans tout le secteur de Melrath Zorac, au vu des événements actuels. Cheuk Maurice prendrait-il soin de les éviter ? Ce serait possible – il en aurait les capacités – mais nul ne voit la moindre raison à un tel comportement de sa part. Madame le Maire finit par renvoyer les officiers en les exhortant à se bouger : le sort de la ville en dépend peut-être ! Une gravité non-feinte, à laquelle le destin va se montrer imperméable – mais pas dénué d’humour. Quelques jours après, alors que la nuit est tombée, un rapport lui parvient d’une sentinelle inattendue : une des sœurs Gerger. Celle-ci lui signale innocemment que Cheuk Maurice a pris une chambre dans son établissement. Madame le Maire étouffe un hoquet de surprise, puis lève les yeux au ciel : le rôdeur est dans les murs de la cité, et pas un garde ne l’en a informée ! Puis elle se rappelle qu’à force d’envoyer des patrouilles dans toute la région, la garde a quelque peu délaissé la ville en elle-même. L’ironie de la chose lui laisse une certaine amertume en bouche. Quoi qu’il en soit, elle sait enfin où trouver le rôdeur. Et le lendemain, elle rédige une belle lettre et la fait porter à Cheuk Maurice par un de ses assistants. Lorsqu’il revient, la mine déconfite, Madame le Maire réalise que tout n’a pas dû se passer comme prévu. Et pour cause : lorsqu’il est arrivé, l’aubergiste lui a signalé que le rôdeur a rendu la clé de sa chambre de bon matin. Il a bien tenté de le rattraper, mais en vain. Cheuk Maurice a été aperçu à la porte occidentale, quittant la ville. Il n’a donc pas pu lui remettre la missive et a rebroussé chemin. Ulcérée, Madame le Maire réunit tout le personnel municipal dont elle peut se passer dans l’immédiat et les envoie sur les traces du rôdeur. Elle transmet également l’information à la garde, l’enjoignant de l’intercepter sans délai. Ce jour-là, il y a donc de l’animation en ville. Ce qui ne manque pas d’amuser les anciens, qui rappellent à tous ceux qui veulent bien les écouter une chose que tout le monde semble avoir oubliée. Personne ne peut trouver Cheuk Maurice : c’est lui qui vous trouve.
  7. Pour les amateurs de foot qui souhaiteraient se mesurer dans un concours de paris sur les résultats des matchs de la coupe du monde de foot qui commence ce dimanche, j'ai créé une league à cet effet sur le site https://monpetitprono.com Il vous suffit de rentrer le code PU8YMWZJ pour participer. Bonne chance.
  8. La religion est un sujet complexe dans la société drow. Pour autant, elle tient une place importante dans le fonctionnement de certaines cités, et elle a fortement marqué l'histoire de mon peuple. Même si le sujet m'incommode, je me dois de l'aborder pour que tout un chacun puisse comprendre de quoi il retourne. Je vais ajouter ces notes à l'index de mon journal.
  9. Lorsque les elfes n’étaient qu’un seul peuple, les drows vénéraient l’Unique, comme tous les autres. C’est le grand schisme qui a tout changé : les elfes noirs disent que le Créateur les a trahis au profit de leurs cousins sylvains, et abandonnés durant leur exil, mais la vérité semble être différente. D’après les elfes de la surface, ce sont les drows qui se sont détournés de l’Unique, initiant par là-même le grand schisme à venir, et leur chute. Après cela, une partie du peuple drow a cultivé un athéisme sans faille, pendant que l’autre se tournait vers certaines divinités non-inféodées à l’Unique. Ce qui m’amène à un sujet que je déteste par-dessus tout : le culte de Lloth. Dans les villes où il s’est implanté, il a insufflé les préceptes de cette divinité dans la culture drow et pris le pouvoir. Lloth est une déesse jalouse, tout adepte d’une autre religion sera donc persécuté et probablement tué s’il s’adonne à des activités religieuses dans une cité drow. Le simple fait de prononcer le nom d’une autre divinité est passible de mort si d’aventure une prêtresse de Lloth vous entend le faire. Cette règle est surtout valable pour les drows, non pour les étrangers – qui sont tous des incroyants et des hérétiques aux yeux du clergé de Lloth – , mais si une prêtresse souhaite sévir en entendant un étranger mentionner un autre dieu, elle a toute autorité et légitimité pour le faire. Cela peut constituer une façon habile d’amener, par exemple, un marchand à céder certaines marchandises de valeur en tant qu’offrandes pour apaiser le supposé courroux de Lloth. Toutefois, d’autres prêtresses, plus fanatiques ou xénophobes, ne cherchent qu’un prétexte pour faire du zèle ou nuire à des étrangers. Lloth a également incité les femmes à prendre le pouvoir, ce qu’elles ont fait, notamment à Maryvath, ma ville natale, la seconde cité de Bäthen par la taille. Chaque Maison noble est désormais dirigée par une matriarche – les Mères Matrones, comme elles sont appelées – et ses filles. Les Mères Matrones sont toutes de Hautes Prêtresses de Lloth, de par leur position. Et leurs filles doivent automatiquement embrasser l’infernale religion de Lloth et devenir ses prêtresses. Les huit Maisons Majeures ont le droit de siéger au Conseil de la cité, toutes les autres n’ont pas voix au chapitre. Au fil du temps, le clergé a établi un matriarcat tyrannique, où les hommes, dès qu’ils sont en âge de comprendre, sont instruits de l’infériorité de leur sexe, et brutalisés à l’envi pour leur faire passer toute envie de révolte. Dans le même temps, les femmes, dès leur plus jeune âge, sont formées au combat ; ajoutez à cela leur vigueur naturelle et vous comprendrez pourquoi les hommes drows se soumettent à cette domination abusive. Ils sont de fait quasiment exclus de toute fonction haut-placée dans la société et, dans le cas où ils auraient un certain pouvoir ou des responsabilités, ils héritent toujours d’une supérieure à qui rendre des comptes. Et bien entendu, seules les femmes ont accès à la prêtrise de Lloth. Celle-ci réprouve également tout engagement durable entre une femme et un homme : le concept de mariage n’existe tout simplement pas. Les femmes de ma cité ont tendance à prendre tous les amants qu’elles souhaitent et à s’en séparer dès qu’elles s’en lassent. De même, les hommes n’ont pas de prérogatives concernant leur descendance : seules les femmes ont pouvoir de décision sur l’éducation et l’avenir des enfants. A tel point que le concept de paternité s’est estompé dans la cité. Le mot ‘père’ lui-même a fini par être banni de l’usage, dans la langue drow. On parle plutôt de géniteur. Seuls les garçons sont éventuellement confiés aux hommes, s’ils sont jugés compétents pour leur éducation, ce qui arrive régulièrement, que ce soit pour les tâches domestiques, l’apprentissage d’un métier, le maniement des armes ou l’initiation à la sorcellerie. Mais cela n’arrive qu’après une période dite de sevrage – une quinzaine d’années pendant lesquelles les jeunes garçons sont confiés à une femme qui leur apprend les bases de la vie en société, et surtout la soumission. Lloth est connue comme la Reine Araignée : comme ses créatures chéries, elle a tendance à dévorer les mâles, et exige de ses prêtresses qu’elles en fassent autant. Elle apprécie que les femmes offrent en sacrifice la vie d’un amant, ou d’un fils. Dans les Maisons nobles, les Mères Matrones ont coutume d’offrir à Lloth leurs fils au-delà du second. En lisant ceci, chacun pourrait se demander ce qui peut bien pousser les drows à adorer une telle déesse. La réponse à cette question tient dans les valeurs du peuple drow, que Lloth a su exploiter en sa faveur, en faisant miroiter à mon peuple des promesses de puissance et d’un rang accru. Lloth confère toutes sortes de pouvoirs à ses fidèles : sortilèges de magie divine, faculté de lire dans les pensées d’autrui, influence sur les morts-vivants, convocation de démons... L’un des plus inattendus – et le plus avilissant, je pense – est de concevoir un rejeton avec un démon. De telles cérémonies sont chose courante dans les chapelles de Lloth, et toutes les Hautes Prêtresses ont connu au moins une union démoniaque, même si aucun rejeton n’en a été issu. De tels êtres confèrent du prestige à leur génitrice, du moins auprès du clergé. Et comme ils héritent d’au moins une partie des facultés surnaturelles de leur géniteur, ce sont des alliés puissants, et fidèles à leur mère. Pour toutes ces raisons, les Hautes Prêtresses de Lloth sont parmi les êtres les plus puissants de la création – et peut-être les plus malfaisants. Le premier symbole de leur caste est le fouet-serpent qu’elles reçoivent à la fin de leur initiation : animé et doté de une à six têtes, ce fouet inflige des morsures douloureuses et venimeuses. Le venin est généralement incapacitant mais cela peut être modifié en faisant appel aux pouvoirs de la Reine Araignée. Heureusement, toute la société drow ne semble pas avoir succombé aux promesses empoisonnées de Lloth. La première cité de Bäthen, Krysten itc, en est un exemple. Là-bas, de ce que j’ai pu en apprendre, ce sont les sorciers mâles qui tiennent les rênes du pouvoir. Si c’est exact, je suis bien sûre qu’ils auront veillé à étouffer dans l’œuf tout embryon de culte consacré à Lloth.
  10. A Melrath Zorac, le moral de la population n’est pas au beau fixe. Plus d’un mois déjà que le fléau s’est manifesté, et quatre semaines que les morts rôdent devant les remparts de la ville. Rien ne semble présager d’une fin rapide à la menace. Ni même d’une fin, d’ailleurs... L’anxiété est sourde mais palpable dans les rangs des habitants. Madame le Maire continue à maintenir le contact avec l’investigateur académique mais celui-ci s’est lancé dans des expériences d’alchimie qui l’accaparent et auxquelles elle n’entend goutte. Leurs deux dernières entrevues ont été peu productives. Elle préfère maintenant le laisser travailler sans plus s’en mêler. Le problème est qu’elle n’a pas grand-chose à annoncer à ses administrés, et elle sent bien que l’angoisse les ronge. Une bonne nouvelle serait la bienvenue. La garde de la ville n’est pas au mieux non plus. Tout un chacun la sollicite à tout bout de champ. En gros, dès que quelqu’un a besoin de sortir de la ville, il demande une escorte armée. Or la garde n’a pas les moyens de protéger chaque citoyen, et ses membres commencent à s’épuiser, à force de patrouiller sans cesse. Tout ceci a également un impact sur le commerce : les marchands deviennent réticents à tenter leur chance dans la région. Même si leurs convois ne sont guère menacés, ils ont déjà eu maille à partir avec des morts, et eux aussi réclament une protection. La Guilde des Chasseurs y contribue, pour soulager la garde, mais cela ne suffit pas encore. Et puis une rumeur commence à circuler en ville. Au débit, ce n’est qu’un chuchotis, mais il va en s’amplifiant peu à peu, tant et si bien qu’il finit par parvenir aux oreilles de Madame le Maire. Le célèbre rôdeur Cheuk Maurice aurait été aperçu dans la région. Un bruit qui suscite la curiosité, et un regain d’espoir. Sa visite semble trop providentielle pour n’être qu’une coïncidence : serait-il sur la piste du fléau ? Si oui, ce serait inespéré. Recevoir l’aide d’un tel justicier... même les mages n’ont pas une telle cote auprès de la populace. Pour Madame le Maire, c’est une aubaine, et il s’agit de ne pas la manquer. Le jour même, les officiers de la garde reçoivent l’ordre d’ouvrir l’œil et de transmettre à Cheuk Maurice une invitation de Madame le Maire, dès qu’ils réussiront à le localiser.
  11. Pour rappel : ATTENTION : NE PRENDRE EN COMPTE QUE LE RP POSTE AU MOIS D'OCTOBRE 2022 ! Hephaistos : Tyrel :
  12. Baracil : Calyso : Hephaistos : Karamelldansen : Kiwae : Suyvel : Terpsichore : Firehunt : 1 + 4 + 3 + 3.5 + 3.5 + 2.5 + 4 = 21.5/7 = 3.07/5 Ullr : 1 + 3 + 2.5 + 4 + 3 + 3 + 4.5 = 21/7 = 3/5 Hephaistos : 1 +4.5 + 4 + 3.5 + 3.5 + 5 = 21.5/6 = 3.58/5 Suyvel : 4 + 4 + 3.5 + 3.5 + 4 + 4.5 = 23.5/6 = 3.92/5
  13. A l’Académie, le Haut Conseil est en session. Les mages débattent des dernières nouvelles et de leurs possibles répercussions, ainsi que de la conduite à tenir. La situation paraît stabilisée : l’Académie n’a pas été attaquée de nouveau et, même si des morts-vivants hantent désormais les tunnels, la sécurité de l’entrée ne semble pas gravement menacée. La garde a été renforcée en conséquence et des mages se tiennent prêts en permanence à voler à leur secours en cas d’alerte. Rien ne semble remettre en cause l’efficacité de ce dispositif défensif. Du côté d’IssCaNak, le bourgmestre appelle toujours à l’aide, et les résultats de l’intervention des prêtres sont toujours aussi mitigés. Le Haut Conseil, après en avoir débattu, décide que le village n’est pas en danger immédiat et qu’il vaut mieux concentrer leurs forces armées ici, à l’Académie, le seul lieu à avoir connu une attaque en règle. Ce point est d’ailleurs souligné lors des débats : qui donc s’en prendrait à l’Académie ? Quelqu’un qui souhaiterait exercer une vengeance à l’encontre des mages ? Ou quelqu’un qui aurait intérêt à ce que l’Académie soit détruite ? Par exemple, pour éviter que ses mages ne finissent par nuire à ses plans... Les résultats obtenus par l’investigateur académique sont également examinés de près, même s’ils sont encore largement lacunaires. Leur émissaire leur signale qu’il a dû faire face à quelques contretemps imprévisibles, mais qu’il peut compter sur le soutien de la ville de Melrath Zorac et de plusieurs aventuriers. Il est donc plutôt optimiste sur la poursuite de sa mission et de ses chances de succès. Il souligne que les morts-vivants s’étant manifestés aux alentours de la ville ne sont ni bien nombreux, ni franchement redoutables, et que les efforts combinés de la garde et des aventuriers suffisent – au moins pour l’heure – à les tenir au large. A la lumière de ce rapport, le Conseil décide également de ne pas bouger pour soutenir militairement Melrath Zorac. La dispersion de ses forces présenterait des risques évidents, et un bénéfice qui semble faible. Les mages finissent leur réunion sur un point décevant et troublant : l’échec de leurs rituels divinatoires pour identifier la source du fléau, en dépit de leurs tentatives répétées. Certains des leurs sont des experts en la matière, mais rien n’y fait : ils se heurtent à une barrière impénétrable. Un voile noir au travers duquel ils ne parviennent à rien distinguer. Cela laisse penser que l’entité qui se cache derrière le fléau avait prévu cette démarche des mages, et qu’elle s’y était préparée. Pire, elle doit être d’une grande puissance, supérieure à la leur. Une autre possibilité serait qu’il ne s’agisse pas d’une entité unique et surpuissante, mais d’une organisation bien établie et ne manquant pas de ressources, notamment en matière de magie. Une organisation habituée du secret, tirant les ficelles dans l’ombre...
  14. Merci pour cette délicate attention J'adore le jeu de mots \o/
  15. C'est le jour de Karz, ça mérite bien une petite tournée générale. Joyeux anniversaire, Karz !
  16. L'histoire se passe dans la taverne de l'auberge de Melrath Zorac, au cours d'une discussion entre deux belles demoiselles. : Bon alors, ça avance au niveau de tes relations ? : J'en ai fait quelques unes oui. Mais rien de bien fantasmagorique. : Mais t'as essayé l'application dont je te parlais la dernière fois aussi ? : Bah oui, justement. Fallait que je t'en parle. Y'a vraiment de tout. : Raconte moi. : Bah attends, je vais montrer les différents profils rencontrés. Déjà le premier ... : Il a l'air sympa, mais vieux. Vraiment vieux. Puis teubé aussi. : Mdr ce type est juste affamé. Déjà, sa tête, tu te demandes l'intérêt d'une crête verte. J'ai l'impression qu'on a greffé un sapin mort sur son crâne. Puis premier contact, il voulait me faire faire un tour dans ce qu'il appelle un Kangoo. : Et t'as accepté ? : Bah ouais. Enfin, j'ai fait machine arrière en voyant les motifs sur la banquette. Un truc genre Spidermachin qui lance des trucs blancs. : Euh ... des trucs blancs ? : Genre des toiles d'araignée. : Ah ouais, j'allais dire, tu m'as fait flippé là. Fin' bref, et après ? : Y'a eu lui, aussi. : Ca va, il est beau gosse. : Ouais, c'est ce que je me suis dit au départ. Premier message qu'il me lâche : « Bonjour belle gourgandine, à toi de solutionner ma devinette : quel est le point commun entre les écureuils, les mésanges, les mulots et moi même ? » : T'as répondu quoi ? : Bah que j'en savais rien. : Et lui ? : Ils mangent des glands. : J'ai la réf. Technique, mais pas très subtil comme approche. : Ouais, mais il est parti direct. J'ai rencontré lui aussi, genre un peu plus tard. : Ah ouais. C'est un naruto boy non ? T'as pisté s'il courrait avec les bras en arrière mdr ? : J'avoue, j'ai pas fait gaffe. Mais pour sûr, ouais, il court. Mais genre beaucoup, et sans raisons. Et quand j'lui ai demandé pourquoi, il m'a juste répondu : « Ils viennent me chercher... Regardez, ils sont là ! Ils sont dans les campagnes, dans les villes ... ! » : Qui ça ? : J'en sais rien. Mais il faisait chaud tu vois. Et comme le soleil tapait ... Bah j'crois qu'il a flippé en voyant son ombre en fait. : Quel insatiable gougnafier. Tu ne lui as pas dit ? : Si si justement, mais il a rien compris. Il m'a répondu un truc genre « OMBRE ????? MAIS SUIS-JE ENCORE SON ALLIE ???? L'ALLIANCE ETOILEE DOIT SURVIVRE » ; puis il a continué de courir. En vrai, c'était drôle. C'est juste le cirque dans sa tête quoi. Et sur la route, j'ai reçu une notif pour un autre type. : Ah putain la gueule de pèlerin. Puis déjà, depuis quand ton âge est en décimal sérieux ? : Ouais bah attends. Déjà, c'est pas son âge, mais sa collection. Collection de je sais pas quoi mais il m'a gonflé avec ça. Vraiment, j'ai rien compris à ces karabistouilles. Il m'a parlé de ressources, genre qu'il en avait besoin pour produire des armes ou un truc comme ça. : Mdr il voulait p'tet détruire des tronches ou des bâtiments avec tout ça. : Je lui ai posé la question justement. Il m'a dit « Ouais nan, je touche plus aux bâtiments, j'crois que j'vais finir en zonz si j'attaque une forteresse. Et Keril Trucàfrire rigole zéro sur ça. » C'est quoi ce blaze ? : MAIS ATTENDS ! Le pire, c'est que ce Keril machin, j'lai trouvé sur l'appli aussi. Téma. : C'est ... pixelisé. Il ressemble à rien. Enfin, j'veux dire par là qu'on voit pas grand chose. Mais faut croire qu'il a du pouvoir, s'il peut mettre les gens en prison. : Ouais, c'est pour ça que je voulais le rencontrer. Pour le pouvoir. T'imagines bien que j'en ai rien à cirer de sa brouette. : Et alors ? : Bah il n'est pas venu. : Comment ça ? : Bah en fait, quand j'ai fait la proposition, j'ai pas fait gaffe, mais j'ai eu une réponse automatique. Il était inactif depuis 11 mois en fait. : Ah ... Et ca disait quoi la réponse automatique ? : « En cas d'absence, merci de contacter Tigrrr. Ou Balrog. Ou Razor. Ou Orus. Ou Profision. Ou Matagot. Ou Gpaletan. Ou Nihlanvi. Ou Vrégélaflem. Mais pas moi. » : Putain c'est un jeu de piste ton truc. On dirait une histoire à la Manrek. Genre juste le prologue, mais quand même. T'as essayé d'en joindre un pour voir ? : Ouais, Matagot. J'ai pas trouvé les autres. J'ai cru que c'était un bonhomme et tout, mais regarde par toi-même. : Sacrée chatte. Enfin chatte d'avoir pu trouver son profil hein. Et elle est cool ? : Je sais pas. : Quoi tu sais pas ? : Enfin, j'ai voulu lui parler, mais ça m'a été interdit. Fallait lui envoyer une missive. Ecrite entièrement à la main. Avec tampon du maire. Puis signé par le tavernier, mais en dehors des heures de grande affluence. Et fallait verser une commission aussi. : Drôle de coutume. T'as quand même pu avoir une réponse du coup ? : Non, même pas. La missive a été réceptionnée du samedi, et elle ne bosse pas ce jour là. : Ouais enfin, elle pouvait te répondre en début de semaine suivante aussi. : J'y ai cru aussi. J'ai quand même reçu une réponse automatique où il était marqué noir sur blanc : « Bonjour, Il n'y aura pas de distinctions pour le t...» : « Pour le T ? » : Ouais, la missive a été coupée à cet endroit. : « Pour le ... Tournoi ? » :Je sais pas, je pensais plus « Pour le traitement de votre demande », mais ça marche aussi. Fin' bref, tout ça pour qu'il est vrai que je suis un peu déçu de l'application. : T'as qu'à mettre un avis tiens. : Ouais t'as raison. Alors attends ... Hop c'est bon. Et une petite note en prime tiens. : Tu as mis combien ? : 1 étoile. : Ah ouais, c'est sec comme notation. Comme un récit au long cours quoi. Et c'était quoi l'avis du coup ? :J'en ai pas laissé, j'avais la flemme. Bon, on lève nos verres ? : En quel honneur aussi ? : Celui du ban de l'auteur de ce texte ? : Allez ! Et à notre liberté ! PS : L'histoire s'arrête ici, il n'y aura pas de suite. PS2 : Second degré.
  17. Bonjour à tous et toutes, Les distinctions ont été mise en place et les gains distribué Si vous voyez un oubli, n'hésitez pas à m'envoyer un MP sur le jeu. De plus, pour toutes les personnes présentes lors du Quiz, une poupée de Taurus géant vous a été offerte ! Merci à vous et bon jeu à tous
  18. La Manœuvre Hephaistos les avait quittés, tous agglutinés qu’ils étaient, pour accomplir sa mission. Il avait promis de les aider, et il tiendrait sa promesse. Sur le papier, le but à atteindre était simple. La renaissance du Rocchus Originel allait nécessiter de faire fusionner une ribambelle de rocchus, de toutes les variétés possibles, pour ensuite les refondre et les figer en une seule entité. Voire deux, pour assurer la survie de cette nouvelle espèce noire, et ce faisant, de tous les rocchus. La quantité de rocchus nécessaire était cependant considérable. Fidèles à eux-mêmes, les rocchus jaunes avaient très subtilement menti sur cette entreprise. « Un rocchus de chaque » avaient-ils annoncé. La pilule était ainsi plus facile à avaler. Après tout, quelques rocchus sacrifiés, au prix de la création d’autant de rocchus noirs, voilà qui ne choquerait personne, et certainement pas les rocchus (pour ceux qui seraient en capacité mentale de l’être, cela s’entend). Après tout, ce serait toujours moins que leur lot quotidien de rocchus décimés. Hélas non. En fouillant un peu, l’igné avait fini par faire avouer la vérité aux rocchus jaunes (derrière leur apparente rigidité, les rocchus jaunes sont finalement relativement souples quand ils sont exposés au tranchant d’une hache). La légende était limpide, gravée sous quelques antiques remparts de Til’Lunis : De ses pairs colorés, il renaîtra ; De leur montagne sacrifiée, il émergera ; Du feu ardent son âme se rappellera ; Et de la glace, son corps se redessinera ; « De leur montagne sacrifiée », telle était la phrase. Depuis Til Lunis, l’on apercevait le sommet des cimes enneigées, sur lesquelles s’agrippaient furtivement quelques nuages. Si c’était cela, une montagne, alors non, il ne faudrait pas qu’un seul rocchus. Plus probablement des dizaines, des centaines, voire des milliers. Même toute la population rocchus réunie en un seul endroit ne suffirait pas à constituer un monticule digne de ce nom. A la matière vivante, il fallait donc y mêler un liant, permettant d’atteindre des proportions suffisantes. Et ce liant, c’était de la matrice de rocchus mort. On ne tromperait pas les dieux avec un peu de sable du désert ou du gravier (et les dieux savent qu’il en a !). Il était donc désormais clair qu’il fallait d’abord récolter suffisamment de matrice rocchus. Assez pour constituer la fameuse « montagne » de la légende. Des éclats, des perles, des cristaux, tout serait bon à prendre. Les rocchus devraient donc devoir encore payer un lourd tribut avant de se sauver, et il les en avait prévenus. Ils étaient prêts. Ce serait un travail de longue haleine, qu’il ne saurait mener seul. La Terre des Eléménts allait devoir mettre du cœur à l’ouvrage. Le tout étant de les convaincre… Les rocchus n’avaient pas droit à la parole, et lui était le vil mercenaire de l’Au-Delà qui n’inspirait la confiance que de ses frères et sœurs d’armes. Et même parmi ceux-là, certains lui riraient au nez devant l’accomplissement d’une telle pitrerie. Cela ne pouvait donc pas passer par lui non plus. Il se rendit alors dans Melrath Zorac, en fin d’après-midi, et se mit à raconter à quelques gamins en vadrouille l’histoire des rocchus. Il leur décrit les caractères des jaunes, des verts, des rouges, et des bleu-mauves. Rapidement, chacun put s’identifier à l’un ou à l’autre. Il fut surpris de constater la diversité des réactions de ces jeunes âmes. Certains pouvaient être attendris par la simplicité des rocchus bleu-mauves, alors que leurs voisins étaient à l’inverse exécrés par tant d’idiotie. Certains voyaient en les rocchus jaunes des leaders nés, pendant que d’autres jugeaient leur comportement comme le mépris le plus abject qui soit. L’espoir modeste des rocchus verts suscitaient l’admiration des uns et l’agacement des autres. Les rocchus rouges faisaient se lever autant de gestes d’indignation, que de sourires complaisants. Mais quand il fut question de sauver ces petites pierres mal polies de l’annihilation, il n’eut aucun besoin de motiver les troupes. Chacun était bien déterminé à sauver son espèce favorite. Bien évidemment, il garda pour lui la finalité de l’histoire, le rocchus noir. Et c’est ainsi que discrètement, la manœuvre fut lancée. Personne ne se méfierait d’une bande de gamins défendant leur équipe favorite. Bientôt, s’amoncèleraient dans sa réserve secrète des milliers de débris rocchus. Du moins, il l’espérait.
  19. Bonjour à vous. Vu que la question nous a été posée à plusieurs reprises. Concernant l’animation en cours : suite à la demande de quelques joueurs, nous vous informons qu'il est pour le moment inutile de rechercher la personne indiquée par le PNJ Cheuk Maurice. Cette personne n'est pas accessible (pour raisons techniques), nous vous informerons dès que ceci aura été résolu. Merci de votre patience. Rappel important: pour toute demande, merci d'envoyer un MP à Kyra ou Matagot sur le jeu. Les messages venant par d'autres canaux (notamment Discord), ou adressés à d'autres personnes, seront ignorés. Bon jeu à tous.
  20. Un gros merci à Yaninho qui vient de me donner 2 de ses gains, par gentillesse!
  21. Bonjour, Petite MAJ des stocks. Aussi je tiens à vous informer que je propose des sceaux de rat sauvage contre un peu n'importe quel autre. N'importe quel autre exceptés les suivants: scorpion des sables momie enragée globrisson mantroligieuse plantovor multibec rousse traocle momie destructrice mante guerrière tombeau maléfique tortopic abeille psychopathe tarentule Phénix Arc-En-Ciel Pyranha Rat Sauvage
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.