Jump to content
Terre des Éléments

Suyvel

Membres
  • Posts

    1076
  • Joined

  • Last visited

About Suyvel

  • Birthday 04/21/1970

Profile Information

  • Gender
    Female

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Suyvel's Achievements

Rookie

Rookie (2/14)

  • Conversation Starter Rare
  • First Post Rare
  • Collaborator Rare
  • Posting Machine Rare
  • Dedicated Rare

Recent Badges

0

Reputation

  1. Joyeux anniversaire Karamel dansant !
  2. @baracil je me permets de te citer: "sa petite farce de mauvais diable lui avait fait prendre un peu de retard. Ce n'était pas digne d'un magicien. " Je te le confirme, ou plutôt Gandalf te le confirme: "Un magicien n'est jamais en retard, ni en avance d'ailleurs. Il arrive précisément à l'heure prévue."
  3. Si un jour, quelqu'un me demande de définir ce qu'est la chance, je pense que je lui répondrai: "La chance, c'est taper un ours des cavernes - un seul - et obtenir tout ça d'un coup." Douze ans que je joue à TDE et ça ne m'était jamais arrivé. Je n'ose même pas calculer la probabilité que ce genre de choses arrive...
  4. De mémoire, l'idée de la quête 'le loup et la dague' est de récupérer les marchandises du négociant Khal Himero (une caravane en perdition). Il faut avoir rendu visite à Hécate Homb et obtenu sa coopération de gré ou de force. Puis on va voir le chef brigand (Arsène) pour commencer cette quête. Son succès permet de conclure celle de la caravane en perdition.
  5. Une nouvelle arme pour fêter un jour spécial...? Joyeux anniversaire Hephaïstos !
  6. Raconte-moi ton histoire. Suyvel en restait figée. Muette. Elle ne s’était pas attendue à celle-là. Pourtant, cela faisait un moment déjà qu’elle se mettait en quatre – une expression qui faisait référence aux Seigneurs des Eléments, sans doute – pour le musicien qui lui faisait face. Le troubadour n’ayant pas l’air bien dégourdi, elle avait accédé à toutes ses demandes. Elle n’avait même pas émis de réflexion ironique, c’était dire... Et maintenant, ça ? Grant ne doutait de rien ! Ou plutôt, il n’avait guère idée de ce qu’il lui demandait. L’elfe noire avait beau être jeune au vu des critères de sa race, elle avait franchi le cap des cent-vingt printemps. Si elle devait tout reprendre du début, elle n’était pas sortie de l’auberge. Elle ferait mieux de l’acheter, d’ailleurs, vu le temps qu’elle allait y passer – et les tarifs qu’infligeaient les sœurs Gerger. Raconte-moi ton histoire. Que faire ? Un bref résumé ? Cela risquait de lui attirer plein de questions plus ou moins indiscrètes, et le bref résumé se transformerait inéluctablement en interminable explication de texte. Se concentrer sur un épisode significatif ? C’était certainement plus raisonnable... Mais à peine avait-elle commencé à plonger dans sa mémoire que certains souvenirs déplaisants cherchaient déjà à imposer leur importune présence. Des images défilèrent dans son esprit – une ténébreuse cité souterraine, les visages de proches, comme celui de sa mère, et de ses frères et sœurs... Elle rejeta le tout brutalement. Raconte-moi ton histoire. Elle se sentit piégée. Un refus sec susciterait l’incompréhension, voire la curiosité, pour ne pas dire des investigations intrusives. Et puis Grant était ménestrel, après tout : comme tous ses semblables, il était simplement à l’affût de nouvelles histoires à ajouter à son répertoire. Aucune malice dans sa demande, elle en était convaincue. Le musicien ne demandait qu’un récit qui fût digne d’intérêt. Elle n’avait pas de raison sérieuse de le débouter de sa requête. Mais plutôt que de plonger loin dans son passé, elle allait s’en tenir à des événements plus récents. Suyvel soupira et secoua ses boucles blanches. « Très bien, Grant. Laisse-moi te parler d’une elfe noire et de ce qui lui advint, en ce jour printanier de l’année cent-trois... » * * * * * Alors qu’elle foulait les terres Aérides pour la première fois, Suyvel se sentait ragaillardie. Il y avait dans l’air un elle-ne-savait-trop-quoi de pétillant, de revigorant... Elle qui avait longtemps vécu sous terre se sentait bien sous ce ciel immense. Ici, la lumière était partout, chassant loin les ténèbres de sa ville natale. Une statue attira son attention. Elle représentait une femme – une humaine, de prime abord, mais elle n’aurait su l’affirmer. Une femme à l’allure altière, qui semblait s’élancer vers les cieux. L’elfe noire héla une autochtone. Celle-ci répondait au nom de Schima et lui apporta quelques éclaircissements le plus volontiers du monde. « Il s’agit d’une représentation de la déesse Eolia, notre protectrice. » Instinctivement, Suyvel recula d’un pas, une foule de souvenirs liés au culte de Lloth assaillant sa conscience. La Reine Araignée était la ‘protectrice’ de son peuple – mais à quel prix ! La sombre déesse aimait le désordre. Il n’existait pas de souverain dans le pays des drows, juste des Maisons nobles qui se déchiraient pour quelques miettes de pouvoir supplémentaire. Aucune alliance ne durait, aucune relation non plus – le mariage n’existait tout bonnement pas, et l’idée de s’unir durablement à un mâle aurait fait hurler n’importe quelle femme drow, ou presque. Et Lloth était aussi malveillante qu’assoiffée de sang – y compris celui de ses fidèles, s’ils cessaient de plaire. Elle détestait les mâles et faisait en sorte qu’ils soient infériorisés, opprimés, voire humiliés. Mais elle les acceptait volontiers en tant qu’offrande, en sacrifice sanglant. Elle cultivait l’ambition chez ses fidèles, pour les pousser à s’entretuer, ce qui était une façon indirecte de récolter encore plus d’âmes. Suyvel regarda autour de la statue, s’attendant à y découvrir quelque autel ensanglanté. Mais rien de tel n’existait ici, et elle s’enquit auprès de Schima des voies d’Eolia, et des rites de son culte. « Des sacrifices... ? Non, la bienveillante Dame de l’Air ne demande rien de tel. Ceux qui souhaitent la célébrer ou la remercier lui adressent des louanges, ou apportant des offrandes dans ses lieux de culte. De menus objets, de la nourriture, ce que bon leur semble. De l’or, parfois, pour les plus fortunés d’entre nous, même si la déesse ne prise guère ce genre de don. Mais elle est sensible au geste que cela représente. - Pas de sacrifices ? Je vois... » En fait, Suyvel était un peu perdue. N’ayant guère connu que cela comme modèle religieux, elle n’imaginait guère qu’il puisse en aller autrement. Ce qui amena d’autres questions. « Et que vous enseigne votre déesse ? - Eolia patronne les artistes, chanteurs et musiciens. Elle aime la musique et les vents la répandent aussi loin qu’ils le peuvent. Elle aime la vie et la nature, ses enfants essaiment les graines des plantes pour qu’elles se multiplient et prospèrent... » Suyvel en était décontenancée. Une déesse bienveillante ? Qui aime la vie ? Qui ne demande pas de sacrifice ? Qui apprécie la musique ? Elle avait l’impression d’avoir été privée de tous ses repères d’un coup. L’elfe noire détailla plus avant la statue qui lui faisait face. Non, décidément, il n’y avait rien d’inquiétant dans cette représentation. Aucune promesse de châtiment, de courroux divin qui s’abattrait sur le fidèle qui ferait un pas de travers. En quittant son pays, Suyvel avait quitté sa religion avant toute chose, et s’était promise de ne jamais tomber dans les rets d’un culte quel qu’il soit. Mais là, elle ne voyait plus très bien au nom de quoi repousser une déesse telle que décrite par Schima. Elle allait devoir se renseigner plus avant. Pour l’heure, elle se contenta de remercier la jeune villageoise et d’en prendre congé. Dans les jours qui suivirent, Suyvel entra en contact avec les prêtres d’Eolia et put leur poser librement toutes les questions qui l’assaillaient. Elle était venue pleine de méfiance et de suspicion. Lorsqu’elle eut obtenu les réponses, Eolia avait gagné une nouvelle adepte – assez différente de ses adorateurs habituels, mais non moins fidèle. Ce jour-là, une drow mourut. Et une Aéride naquit. * * * * * « Voilà, Grant, tu as ce que tu voulais. - Merci à toi pour ce récit. Et pour ces confidences. » Confidences ? Certes, mais pas tant que ça. En fait, de ce côté-là, Suyvel estimait s’en sortir à bon compte. A très bon compte, même. Mais quelque chose en elle lui disait qu’il n’en irait pas toujours ainsi. Un jour ou l’autre, il lui faudrait bien raconter son histoire. Toute son histoire. Aussi déplaisante que cette perspective puisse être...
  7. Un petit oeuf en chocolat? (Pour certaines, ce sont les cookies, pour moi ce sont les oeufs...)

  8. Dans ce monde en pleurs Elle soulage les malheurs Et partage la paix de son cœur Pour offrir un peu de bonheur ... c'est pourquoi nous avons tant besoin d'elle. Joyeux anniversaire Calyso !
  9. Les astres assez bien figurent les abeilles De ce miel lumineux qui dégoutte des treilles Car voici que tout doux et leur tombant du ciel Chaque rayon de lune est un rayon de miel... ... tout comme chaque mot de Sélène. Joyeux anniversaire à elle !
  10. *En pleine partie de scrabble, tire 2 lettres et tombe sur un K et un X* Pffff... Je vais aller loin avec ça, moi... Mmmh.... et si....? *Réorganise ses lettres, en place cinq sur le plateau avec une case mot compte triple* L-O-X-K-A.... Youhooouuuu !!! Vraiment providentiel, ce rôdeur... Joyeux anniversaire !
  11. Petit dilemme: dois-je sourire devant Tigrrr? Car si je lui souris, ne va-t-il pas m'attaquer...? Joyeux anniversaire, le félin !
  12. * Essaie d'invoquer un certain démon ailé de sa connaissance * POUF ! (apparition soudaine) Ah zut, mauvaise formule... je recommence. Joyeux anniversaire, Daddy !
×
×
  • Create New...