Jump to content
Terre des Éléments

[Event RP] Tournoi de Melrath Zorac


Recommended Posts

Que vous soyez combattant, coach, spectateur ou journaliste sportif, n'hésitez pas à venir raconter en RP la manière dont vous avez vécu cette première édition du Tournoi de Melrath Zorac !

 

Vous avez jusqu'au 5 février 2020 à 21h

 

 

N'oubliez pas que pour vous inspirer, la Guilde des Chasseurs ouvrira au public avant les matchs les salles où auront lieux les combats des phases préliminaires et du second tour. Vous pourrez donc aller visiter ces lieux.

 

De même et de manière inédite, les matchs de la petite et grande finales seront accessibles via des tribunes, vous pourrez donc y assister en direct !

 

 

Pour plus d'informations n'hésitez pas à vous rendre sur le post des règles et organisation générale du tournoi (https://www.terre-des-elements.net/forum/topic/10012-tournoi-de-melrath-zorac-règles-et-organisation/)

 

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Pour des raisons de concordance d'emploi du temps, nous avions prévu, avec l'audacieux Prinny, d'entamer ce tournoi par une rencontre contre l'équipe du bout du monde. A savoir, les redoutables Seren et Pantyn tout droit sortis de l'écurie "Au delà".

Deux matchs sans interruptions...une victoire et un défaite. Nos adversaires étaient très bien préparés. Nous aussi. Et il faut avouer que la bagarre aura été largement équilibrée. Tant et si bien qu'à la fin des deux parties, il faudrait scrupuleusement se ruer sur le tableau d'affichage pour connaitre le résultat. 

 

Le tournoi commençait donc d'une façon, dont on pourrait dire : qu'elle n'avait rien de Seren ;)

 

"Et bien?" me disais-je... Il nous reste une semaine pour se reposer et affronter les autres équipes. Mais non, grossière erreur,  je ne m'étais, à ce niveau du jeu, pas encore rendu compte que j'étais le seul des 8 joueurs de la poule à ne pas faire partie du gang "Au Delà". Et ils avaient déjà tous fini tous les matchs. ils n'attendaient que mon fier rodeur Aéris et moi!!!

 

Waow, la pression!!! .... et pas à boire...Qu'Eolia m'en soit témoin.... j'avais une de ces soifs.

A peine remis de mon premier affrontement. Voilà qu'il fallait retourner dans l'arène sans se faire attendre.

 

Le vaillant Jackall serait l'assistant sans faille et sans reproche de l'ultra rapide Serpertina. Première manche sur une plage de faible niveau. Le climat est agréable, mais la soif se fait sentir et l'eau présente ici n'est pas potable.... On transpire sec avec mon binôme. Surement parti avec trop d'entrain. On enchaine les dé-boires. Et il faut l'avouer. L'issue et sans équivoque. Une lourde défaite nous est infligée.

Il va falloir que le match retour se passe autrement, sinon, l'espoir s'envolera aussi rapidement qu' il était venu.

 

Prinny me convie à nous rendre sans plus attendre dans la prochaine salle pour se venger de notre cuisante déconvenue. 

Je lui fait signe que non. Un moment. Il est jeune et fougueux, mais quand il croise mon regard, il se rend compte que son vieux guerrier à besoin de souffler un instant.

Nous nous rendons donc vers l'infirmerie pour nous faire examiner.

Je demande un protocole commotion pour vérifier que le choc que j'ai reçu quelques minutes plus tôt ne soit pas fatal à ma participation. Tandis que l'infirmière m'osculte, je fais signe à Prinny de prendre deux chopines bien mousseuses venues tout droit d'Aéris. 

Quoi de mieux pour nous revigorer? D'autant que le décolleté de la magicienne  aux oreilles pointues qui me soigne est tout à son avantage. Je me sent plutôt bien.... revigoré.

 

Effectivement. Mon état semble bon et ce nectar sans équivalent me rend un peu plus aérien. La pression tombe. Et je m'en remet une directement dans le gosier au grand damne  de mon accolyte anonyme qui se demande si je vais tenir debout. 

"Mais je vole mon ami!!!  Je plane!!!" 

Enivré par la bière et apaisé par la soigneuse... Je me mets à courir vers le prochain combat.

 

Dès cet instant, la défaite nous oubliera.

Prinny se rend compte de l'importance de cette mi temps .

Des soins délectables accompagnés par une ou deux bières bénis d' Eolia, et la victoire sera.

 

Tant et si bien que Fatalapouet et Bartimeus, tout aussi dangereux soient t'ils, en feront, un peu plus tard , les frais. 

 

Sortie de 6 matchs à la suite, je me sens étrangement bien. Aucune idée des résultats finaux. Pourtant, à en voir la bonne humeur de mon camarade, de bonnes nouvelles semblent poindre à l'horizon....

 

Team Eolia 

 

Capture202101211851.PNG

Link to post
Share on other sites

La poule A

 

Eolia avait surement veillé sur Prinny et moi pour que nous puissions, ne serait-ce, que sortir de cette poule aussi bien que nous y étions entré. 

Aussi surprenant que cela puisse l'être, nous l'avions pourtant fait, en bon et dû forme. Premier de la poule 

 

Nous accéderions donc en quart de finale du tournois. Mon duo et moi même espérions tomber contre une équipe un peu plus facile que celles que nous avions affronté jusque là. 

Il n'en serait rien. Contre nous, le tirage au sort avait désigné nos doubles Vulfumique. Un guerrier et une rodeuse feu. Et pas des moindres, le redoutable Malicius et la très résistante Soraya. 

Pragmatiques, nous nous disions que Soraya avait moins d'expérience que son binôme. Et qu'elle serait plus facilement atteignable. Très rapidement, nous nous rendions compte de notre énième erreur stratégique. Obligé de rattraper le tir, notre premier affrontement fût un réél succès.... mais pas pour nous...

 

Capturesoramali01.PNG

 

Petite déculotté dans une salle que nous découvrions, en même temps que l'aptitude à nous défier de nos adversaires...

 

La pression monte de mon coté; je vais tenter de trouver un peu de serénité chez Prinny.... Pas de soucis, il est très détendu... en arrêt cardiaque. 

J'hésite entre le bouche à bouche et le massage cardiaque... J'hésite vraiment.

 

Au bout de quelques secondes d'hésitation, Prinny ouvre finalement les yeux. il me demande si je vais bien... car j'ai l'air très pâle d'après lui...

Et bien, comme nous avions commencé dans ce tournois, nous commençons en quart de finale.

 

On se regarde, et finalement, on comprend qu'on à rien à perdre. 

Nos adversaires nous attendent, et nous nous promettons l'un l'autre de tout donner.... D'autant qu'une foule déchainée se trouve dans les gradins. Et semble assez hostile à notre encontre.

 

Le second match commence. Et là, c'est la révélation. Nous trouvons quelques automatismes et sous une pression constante, nous décidons de mettre à mal le rapide guerrier d'Ignis qui ne se retrouve pas tant avantagé par l'arène exiguë. L'arbitre signale la fin du temps réglementaire. Prinny fait la grimace, mais j'ai l'impression que nous étions un peu au dessus... 

Regard rapide sur le tableau d'affichage.

Effectivement, on était un peu au dessus de la joute précédente... mais pas encore suffisamment. 

A un petit point prêt, nous étions sorti du tournois...

 

Capturesoramali02.PNG

 

Egalité parfaite.

La foule est en délire. 

Contrairement aux autres quarts de finale, le dernier match sera décisif.

Nous ne sommes pas vaincu mais un simple victoire ne suffirait pas... il nous faut 11 points d'avance.

 

Et bien, on est pas rendus. 

Malicius demande un temps de pause. j'ai envie de lui dire merci tellement je suis tendu.

 

je fais signe à Prinny. Direction l'infirmerie. La pression, quand on l'a trop, il faut la boire.

On entre pour soigner quelques belles blessures. Mais rapidement, la bière d'Aéris nous permet de reprendre un peu de détachement. 

Nous n'entendons plus le brouha de la foule. On se prend à rire de notre situation tandis que les infirmières pansent nos cicatrices.

 

La corne sonne. Elle nous rappelle à l'ordre. Malicius et Soraya sont prêts. Perdu pour perdu, nous décidons de ne lutter que pour une chose faire honneur à nos adversaires et au public venu nous voir si nombreux.

 

Le match commence. La pression est tombée car notre sort semble sellé. Nous nous battons alors pour le seul plaisir du beau jeu. Le match est tendu et les ignés, en face, ne lâchent rien...

Etrangement, après quelques minutes, l'arbitre interrompt le match....

Une équipe aurait atteint le nombre de point suffisants?

 

Les équipes cessent les hostilités et tous les regard se tournent vers le tableau d'affichage.

 

Capturesoramali03.PNG

 

Incroyable.

Tout simplement incroyable.

 

L'arène retient son souffle, et un ange passe. 

Et puis, les cris d'encouragements et les hués se mèlent désormais. Une bagarre éclate dans les gradins.

 

Le corps arbitral nous fait signe de regagner les vestiaires. Nous sommes encore subjugués, tandis que Soraya et Malicius, très sportivement viennent nous féliciter. Nous leur témoignons alors tout notre respect.

 

Un match terriblement équilibré qui aura tenu le public en haleine. 

 

En route pour les demis finales.

 

Qu'Eolia veille sur nous.

Link to post
Share on other sites

Les résultats du premier tour du tournois étaient tombés. L'équipe de Jackall et Sepertina fut éliminée.


C'était inacceptable que cela finisse ainsi au premier tour. Elle élabora un plan qui allait à coup sûr perturber le bon fonctionnement du tournoi. La magicienne soupçonnait Yaninho, l'organisateur de ce tournoi, d'avoir fait preuve de favoritisme envers l'équipe de Bartimeus et de Falatapouet. 


Il est vrai que ces temps-ci Bartimeus et Yaninho étaient souvent ensembles... Ou alors serait-ce Bartimeus qui mousse Yaninho ? Non impossible, l'aqua ne ferait jamais une chose pareille. Elle en était sure! De plus, elle a dû dépenser beaucoup de po pour enchanter ses équipements alors qu’elle aurait pu les dépenser pour s'acheter ses précieux et délicieux cookies.


Elle alla voir son partenaire et lui expliqua son plan. Ils devraient voler la place de Radegonde et de Baracil, pour combattre Yaninho et Manrek, de ce fait le tournoi sera saboté et elle pourrait se déchainer contre Yan pour ce « favoritisme » et les dépenses financières.

Jackall semblait retissant mais finit par accepter.

 

Le jour des quarts de final,  l'équipe Jackall-Sepertina s’apprêtait à rejoindre illégalement la joute. Malheureusement, des chasseurs de la Guilde les empêchèrent au dernier moment. Et les menacèrent de ne pas perturber le bon déroulement du tournoi.


Sepertina se demanda comment ses maudits gardes avaient été au courant de son projet. Elle mènerait l'enquête! 

Elle prit une feuille de papier et griffonna dessus la chose suivante: 1768184028_tournoisrp.png.77ff0e9779b88b50760012c40baf85f2.png

 

Link to post
Share on other sites

Le Tournois de Melrath Zorac !!

 

L'annonce du Héraut de la Guilde des Chasseurs et l'émissaire de la Guilde, l'avait proclamé. Nombreux furent ceux qui postulèrent pour y participer ! 

Il était de ceux la ! Il se sentait prêt, même si cela devait passer par dévoiler un de ses secrets. 

 

Il s'entraînait sans relâche chaque jour pour que son affection ne soit pas connu, il s'exerçait en permanence et partout sur les Terres ! Que ce soit au marais, dans les ruines de Til Lunis ou de Til'Ra ou dans les forêt et à l'Académie, mais le plus dur était son entraînement sur ses terres élémentaires ! Ignis ! 

 

Depuis qu'il avait échoué ici, il se servait de son talent inné ! La capacité de sentir l'Aura des personne et Objets important l'entourant ! (Info HRP : C'est le CTRL + A) Il voyait donc le monde dans une nuance de vague d'aura Bleu ! Quand elle ne bougeait pas, cela était souvent un objet ou une créature de ses Terres sans réelle intelligence ! Quand elle bougeait, l'aura, il comprenait alors que c'était une personne qui approchait ! Mais souvent il était difficile de maintenir la capacité de sentir l'aura et le fait de se focus sur une personne et du coup elle disparaissait de son champ de vision ! 

 

Car en réalité, il était aveugle. Il ne distinguait quasiment rien de ce qui l'entourait. 

 

Il tentait en joute, mais il lui était impossible de maintenir l'Aura tout en combattant, de plus il lui arrivait trop souvent de se tromper de cible et tapait ses coéquipiers, coir les tuaient, ou alors il soignait ses adversaires alors qu'il suffisait d'un bon faisceau de pureté pour l'éradiquer !!

 

Cela l'énervait, le frustrait et le dégoutait, décourageait de combattre en Arène. 

Il s'était entrainé durant la semaine précédent le début du Tournois, mais plus il tentait et plus il se décourageait, plus il regrettait son inscription. Il était aller voir Yaninho pour lui demande s'il pouvait abandonner en faveur d'une autre personne. Il me dit que c'était possible uniquement si je trouvais une personne a distance pour me remplacer. Je demanda alors à une connaissance qui me dit qu'elle ne voulait pas ! 

Il fut alors obligé de se résigner à aller au combat ! Et devoir une fois de plus échouer lamentablement !

 

Mais il ne s'attendait pas à ce qui se passa ensuite ! 

Kyra vint le voir pour l'entraîner ! Pour lui apprendre une nouvelle manière de voir ses adversaires en Joute uniquement par contre ! Ils passèrent donc la soirée à lui inculquer à différencier les aura émanant des gens et non pas à forcer leur aura à émaner d'eux. Elle lui enseigna alors à ne se focaliser que la dessus, en lui apprenant à reconnaitre deux type d'aura ! Celle de l'allié et celle de l'adversaire !(Info HRP : Ce sont les nouveaux cercles de Joutes sous les joueurs) 

 

Avec son apprentissage aux veilles des joutes du Tournois, il ne lui restait qu'une soirée pour s'entraîner. Il tenta mais eu beaucoup de peine à appliquer l'enseignement de Kyra. 

 

C'est donc incertain mais sans le montrer qu'il se présenta avec Général ThunderHK au joute du Tournois ! 

 

Le résultat fut sans appel ! Ils avaient rien pu faire, et s'étaient fait écraser sans ménagement ! 

Leurs adversaires connaissaient que trop bien sa réputation de Sac à PV en joute, et avaient entrepris un focus systématique de son partenaire ! Il ne réagissait pas assez vite, pas encore assez accoutumé à cette nouvelle méthode de vision de l'Aura. Il n'arrivait donc pas à suivre pour soigner son compagnon ! Mais même si nous perdions, nous ne lachions pas l'affaire, nous avions réussi à faire quelque point , en faisant des meurtres, principalement THK qui tuait les ennemis, et lui en soignant comme un forcené son coéquipier ! 

 

Même si le résultat lui laissait un goût amère, et malgré sa cécité, il fut plutôt content d'avoir été jusqu'au bout et d'avoir tenté cette aventure !

 

Lors du prochain, il jura qu'il serait prêt et qu'il faudra compter sur une nouvelle force en devenir !

Edited by Kalharaan
Link to post
Share on other sites

Le Tournoi des Terr'tiflettes (version Terpsichore)

 

Il y a quelques jours de cela, beaucoup de jours même, au moins plus que douze, Terpsichore avait fait la rencontre d’un guerrier Terran qui ne l’avait pas laissé indifférente. Elle l’avait déjà aperçu sur Melrath avec sa chevelure rose fuchsia et sa drôle de dégaine mais elle n’avait pas osé l’aborder. Elle le trouvait tellement séduisant, un chef-d’œuvre de Fimine d’une indescriptible beauté. Jusque-là, elle l’admirait en secret en espérant qu’elle aurait un jour le courage de l’inviter à boire une bière. Elle fut toute excitée quand le calendrier de l’Avent-pas-après les réunit ensemble lors d’une joute. Il était impressionnant de loin et incroyablement gentil de près, rigolo, farfelu, velu, avec de grands bras. Elle se sentit à l’aise dès le début de leur combat et ils réussirent à maîtriser Tata Rade et la lutine rose avec une cohésion déconcertante comme s’ils avaient toujours fait équipe. Ils avaient réussi l’exploit de mettre Tata Rade à mal et rien que pour ça, elle savait qu’il y avait un truc entre eux. Même la belle rousse leur avait dit qu’elle avait été subjuguée par tant de talents.

 

Quand elle apprit qu’elle allait à nouveau le retrouver pour combattre, que le sort avait fait en sorte de les réunir pour le tournoi organisé par le grand Yaninho, elle sauta de joie dans la coquille et joua de l’orgue jusqu’au petit matin en sifflant des airs paillards. Ils allaient s’entraîner côte à côte et passer du temps ensemble, c’était fantastique.

 

Ils se retrouvèrent en taverne la semaine juste avant l’événement pour discuter des différentes stratégies. Elle essayait de ne pas penser à le dévorer tout cru mais ce n’était pas facile vu le charme émanant de lui. En parlant, ils découvrirent qu’ils avaient les mêmes passion : boire jusqu’à plus soif et se dévergonder. Ils commandèrent des bières à foison et mangèrent du poulet rôti avant chaque séance d’entraînement en discutant des meilleurs potions à utiliser, des équipements à avoir, des aptitudes à utiliser et de leurs futurs concurrents. Karamell ne connaissait pas grand-chose et elle lui expliqua l’abbé Abba des joutes. Elle lui paya même son attirail Mis-Teeq en demandant à papy Jacky de lui donner les sous. Il apprenait vite et pendant les joutes d’exercices, ils s’en sortaient plutôt pas mal. Le plus grand danger qui se présentait à eux était le duo Yaninho et Manrek, un magicien frêle de l’Au-Delà gentil et sincère et un guerrier musclé des Gladius Vador au tempérament belliqueux.

 

Pour leur dernière séance d’entraînement, ils demandèrent à Géfin de leur préparer un plat qui colle au corps, un plat bourratif qui donne plein d’énergie. Il s’en alla dans la réserve pour leur apporter de la tartiflette. Elle n’était pas au menu de la taverne mais il adorait en manger et en préparait souvent de grosses rations pour sa famille pour affronter l’hiver. Il l’avait justement cuisinée hier soir et il était ravi de leur faire goûter. Ce mélange de pommes de terre, fromage, lardons, oignons était un délice. Ils suggérèrent à Géfin de rajouter ce plat au menu mais il leur répondit qu’il préférait s’en tenir à la carte actuelle. C’était vraiment très gentil de la part de Géfin et pour lui rendre hommage, ils se trouvèrent un nom d’équipe mêlant la terre de leur pendentif et le repas de ce soir: les Terr’tiflettes.

 

Leur premier match fut contre Sparkman et Papp, deux nouveaux jouteurs. Elle connaissait Papp vu qu’elles partageaient la coquille ensemble mais pas Sparkman. Ils ne s’étaient pas entraînés contre eux avant et elle avait un peu peur de leur faire trop mal. Ils réussirent facilement à les surprendre et elle remarqua que Karamell avait écouté tous ses conseils prodigués pendant l’entraînement. Pour le match retour, ils utilisèrent les mêmes techniques de combat et ne laissèrent aucune chance à leurs adversaires.

 

Leur troisième match fut beaucoup plus compliqué. Ils affrontèrent Malicius et Soraya en n’ayant aucune idée des capacités de Malicius. Ils avaient déjà croisé Soraya et savaient qu’il fallait s’en méfier mais pour le guerrier, c’était un mystère. Une légende disait que Malicius avait fait des joutes autrefois. Le match fut tendu, Malicius était très rapide et la rôdeuse très résistante. Ils n’arrivaient pas à savoir lequel piégé et ils finirent par perdre à peu de choses près. La revanche ne leur donna pas l’occasion de faire mieux, ils firent même pire. Ils eurent du mal à se coordonner et elle se retrouva même paralysée, incapable de faire quoi que ce soit pendant que Karamell essayait de lui parler. Elle voyait sa bouche bouger mais elle n’arrivait pas à lui répondre.

 

Le cinquième match fut contre les redoutables Manrek et Yaninho. Ils furent écrasés comme des insectes et elle profita des retours à la salle de préparation pour boire quelques bières de Lalis. Le match retour fut tout aussi chaotique, sans doute dû à la fatigue et leur manque de motivation après une troisième défaite. En tournant autour de la table, Yaninho lui avait donné le tournis et elle avait vomi en cachette dans un coin. Il était temps pour eux de s’arrêter et de se reposer en auberge.

Link to post
Share on other sites

Le tournoi des Terr'tiflettes (version Karamelldansen)

 

Karamell n'aimait guère les gens. 
Sa différence l'avait toujours fait sentir à part, à chacun de ses passages en ville il se faisait dévisager et il détestait cela.
Cependant les Fnous l'avaient toujours regardé avec bienveillance et c'est pourquoi il les avait rejoint le temps du calendrier de l'avent.
C'était une période ou il avait toujours envie d'être entouré car il se remémorait les quelques nowel passés avec sa maman avant qu'elle ne disparaisse.

 

Il avait alors rencontré Terpsichore, une jeune rôdeuse terrane avec un gros problème d'alcool. 
Du moins c'est ce qu'il en déduisit en retrouvant sa carcasse à de nombreuses reprises au petit matin, dans les tonneaux de Gésoif.
C'était un état qu'il connaissait très bien et il admirait la résistance de cette jeune rôdeuse à l'alcool.

 

Lors d'un évènement organisé par les Fnous, il partagea donc une joute avec Terpsichore. Ce fût officiellement leur première rencontre.
Et leur première victoire également. Karamell fût impressionné par l'alchimie qui s'était créée lors de leur affrontement et il était curieux d'en apprendre plus sur sa camarade.

 

Le destin décida de les réunir pour le tournoi des joutes organisé par le terrible Yaninho. 
Ils décidèrent communément qu'ils avaient besoin d'entraînement. Surtout Karamell qui n'était pas un habitué des joutes, contrairement à Terpsi qui terrassaient tous ses ennemis.
Et pour cela, rien de mieux que de s'hydrater correctement. Le duo improbable enchaîna les pintes, les shots, les bouteilles, les tonneaux... ils se racontèrent leurs vies et se découvrirent de nombreux points communs.
L'amour de la chair, de l'alcool, des plantes et... des hommes. 
Il crut saisir des tentatives d'approches de la rôdeuse, tels que des mains sur la cuisse ou des baisers dans le cou, mais pour lui ce n'était rien d'autre qu'une amitié charnelle. Il en avait l'habitude avec ses camarades A/D.

 

L'entraînement du lendemain fût compliqué pour Karamell. La gueule de bois faisait qu'il se déplaçait très lentement et chaque bruit provoqué par les chocs lui donnait l'impression de s'enfoncer dans le sol.
Il entendait les cris de Terpsi qui lui disait quoi faire mais il en était incapable. Il s'écroula même sur lui-même à cause du poids de son fléau.
Heureusement, la jeune rôdeuse le rassura et lui prodigua des soins. Elle lui fit même boire une potion dont elle connaissait le secret pour enlever la gueule de bois.

 

La semaine fût faite de cette alternance : alcool, joutes, potion qui permet de reboire le soir.
Chaque soirée partagée les rapprochait un peu plus et la confiance grandissait. La veille du tournoi, ils partagèrent un repas qui tient au corps et qui les représentait bien : une tartiflette.
De bonnes patates, du fromage de vaches élevées sur Terra, de la bonne viande et des oignons de Melrath. Tout ce qu'ils aimaient. 
Ayant plusieurs coups dans le nez, ils décidèrent de s'appeler les Terr'tiflettes. 
Ce nom leur collait au corps : littéralement, ils suintaient de gras. 

 

C'est peut-être ce qui impressiona les premiers concurrents des Terr'tiflettes, Papp et Sparkman, qu'ils vainquissent sans grande difficulté. 
L'entraînement semblait avoir porté ses fruits, Karamell suivait bien les entames de Terpsichore et faisait couler le sang sur le sable de Melrath. 
Il était définitivement impressionné par la précision de sa camarade. Elle tourbillonnait sur le terrain telle une furie ! Rien ne résistait à son passage.

 

Presque rien.
Le second match se déroula contre l'organisateur du tournoi et un guerrier quelconque inconnu au bataillon. 
Les Terr'tiflettes s'étaient faits à l'idée qu'ils n'avaient aucune chance de gagner contre le responsable de toute cette animation. Ils décidèrent donc de se murger sans modération afin de faire passer la douleur plus rapidement.
Karamell ne garda donc que très peu de souvenirs de ce moment. Il se demanda d'ailleurs comment avait-il pu tenir debout toute la durée du match. 

 

Cependant, les Terr'tiflettes avaient oublié qu'ils devaient enchaîner sur un troisième et dernier match pour le tournoi.
La communication fût donc très compliquée, ils n'arrivaient qu'à balbutier quelques mots puisqu'ils étaient encore ravagés par l'almanach du père Bartimeus. 
Ils mangèrent le sable à maintes reprises, une sacrée déculottée comme on dit dans le milieu.

 

Tout penauds, ils décidèrent néanmoins de fêter cette bonne bastonnade par une bonne Tartiflette. 
Karamell était heureux que Terpsi ne lui en veuille pas de l'avoir fait perdre. Il se permit de dire qu'avec lui dans l'équipe, il n'y avait pas grand espoir qu'ils gagnent. 
Ce à quoi elle répondit en lui roulant un patin. Il comprit que c'était une manière d'arrêter de dire des bêtises, car après tout, s'ils avaient perdus, c'était ensemble.
Et puis, ils avaient gagné une belle amitié. 

Link to post
Share on other sites

Le tournoi de Melrath Zorac s'ouvrait.
Il avait été attendu par des combattants des quatre coins de la terre des éléments, et il permettait à chacun de tester ses aptitudes au combat.

 

Pour Radegonde, probablement la plus grande nécromante à avoir foulé ces terres, il était temps de prouver une nouvelle fois sa supériorité sur chaque âme qui vive, et également sur celles trépassées.

 

La nécromante fit preuve d'une puissance inégalée. Elle était magnifique, sa magie filait au bout de ses doigts, ses sorts les plus dévastateurs laissaient des cratères fumant dans les arènes de combat. Elle filait sur le champ de bataille et terrassait ses ennemis sans peine. La seule chose qui égalait sa puissance était la rousseur de ses cheveux.

 

Mais le destin était capricieux, et le hasard l'avait affublé d'un compagnon de bataille peu glorieux.

 

Il semblait fébrile dans ses mouvements, comme un nouveau né ou un blessé de guerre qui marchait pour la première fois depuis des mois. Comme si il n'avait plus l'habitude de courir, il s'appuyait sur les murs, ou se cognait dedans plutôt. Il était épuisé après avoir décoché 2 flèches, à tel point qu'il ne pouvait même plus faire un pas.

 

Le résultat final parlait de lui même. Seconde place lors des qualifications, expulsés lors des quarts de final, le seul maigre réconfort se trouvait désormais dans le fait que les seules équipes les ayant battus se disputeront désormais la victoire en finale.

 

 

Une infirmerie avait été dressée pour s'occuper des différentes blessures du tournoi. La nécromante s'approcha de la tente :
"Bonjour, ça serait pour soigner mon égo."

 

 

[HRP : Aucun soucis avec Bara, ne vous inquiétez pas, il est au courant et d'accord !]

Link to post
Share on other sites

7e jour de Créativa, an 114 Après Cataclysme

 

Il errait avec circonspection dans Melrath Zorak, à l’affut. Il avait appris bien assez tôt à se méfier des haut bâtiments sombres de la ville : des personnes peu recommandables pouvaient s’y cacher. Tueurs, voleurs et escrocs parsemaient la ville. Il avait atteint le quartier des apothicaires quand il entendit une voix déclamer :

 

« Oyez Oyez ! La Guilde des Chasseurs cherche de vaillants combattants pour participer au grand Tournois de Melrath Zorak ! Venez prouver votre valeur face aux plus féroces gladiateurs des Terres élémentaires ! »

 

Il se glisse dans la foule amassée autours du crieur publique… Qui n’en était pas un, au vu de l’armure noire qu’il arborait fièrement. L’émissaire de la Guilde énonce alors les règles du tournois. Les combattants seront répartis par duos, en laissant le hasard décider de la composition de chaque équipe. Une fois son discours terminé, l’émissaire demande d’une voix forte qui se porte volontaire pour le tournois. Sans trop réfléchir, l’elfe noir joue des épaules pour fendre la foule. C’est avec une certaine surprise qu’il se vit devant l’émissaire et qu’il s’entendit dire :

 

« Je me porte volontaire. Edward Blackwood, rodeur. »

 

Derrière son casque, l’émissaire lui retourne un regard placide puis prend note de son inscription.

 

« Très bien. Rendez-vous le 9e jour de Créativa pour l’annonce des équipes. Suivant ! »

 

Laissant l’émissaire et la foule de curieux derrière lui, il part en direction du fort des Gladius Vagor. Il devra s’entrainer dur avec les mercenaires, pour ne pas leur faire honte au tournois.

 

9e jour de Créativa, an 114 Après Cataclysme

 

Il y avait foule ce jour-là dans le centre-ville de Melrath ! Jamais il n’avait vu autant de monde au même endroit depuis qu’il errait dans les Terres élémentaires. Un groupe conséquent de guerrier, rodeurs, mages et nécromants appartenant à diverses factions, s’était formé autours de la fontaine. Il s’y joint discrètement. Yaninho, Lieutenant des Au-Delà et organisateur du tournois, se tenait au centre de l’attention. Appuyé contre la fontaine, il s’apprêtait à énoncer les résultats du tirage au sort.

 

Les équipes étaient réparties dans quatre poules. Il attendit patiemment, mais après la composition des 3 premières poules, il désespérait d’entendre son nom. Il s’apprêtait à quitter les lieux lorsqu’il entendit :

 

« Et la dernière équipe de la poule D est : Gregeon et Edward Blackwood. »

 

Gregeon… Il ne connaissait ce guerrier que de réputation, mais ne l’avais jamais rencontré jusqu’alors. Celui-ci l’identifia pourtant vite et il se fit interpeler par un imposant guerrier en armure lourde.

 

« Salut ! Je m’appelle Gregeon »

« Bonsoir Gregeon »

« Nous sommes dans la même équipe. Es-tu prêt pour ton entrainement ? »

Le drow sourit alors et lui répondit : « bien sûr ! »

 

20e jour de Créativa, an 114 Après Cataclysme, un peu plus tard

 

C’était leur dernier combat. La semaine n’avait pas bien débuté pour eux. Leur premier affrontement les opposait à Miata et Ginji. Ils eurent beau donner le meilleur d’eux-mêmes, ils durent s’incliner par deux fois. Un scénario similaire se déroula dans leur match contre Dame Radegonde et Baracil. L’elfe noir en accuserait bien les tables de la salle aux trésors de la guilde, se cognant régulièrement contre celle située en plein milieu de la pièce. Quelle idée de se battre en de tels lieux ! Surtout qu’il s’attirait la méfiance des gardes, qui veillent à ce que les combattants n’en profitent pas pour piller lingots et pièces d’or !

 

« Bon… On doit au moins remporter une victoire contre ces deux-là »

« Oui, pour l’honneur ! »

 

Gregeon hoche la tête et ils se lancent dans la bataille. Ils étaient dans l’une des cavernes magmatiques d’Ignis. Le guerrier lui conseille de faire attention à la lave qui circule par endroits, mais il rassure assez vite son compagnon : il connaissait les lieux. Cette arène lui rappelait la ville d’Ignis, où il avait fait ses premières armes. Ils se placèrent à proximité, fixant Héphaistos et Gamby de l’autre côté des flammes. Les combattants se jaugent du regard un moment en se déplaçant de part et d’autre des marres de laves. Chacun essayant de se placer du mieux possible pour parer à un premier assaut. Sans quitter leurs adversaires du regard, le guerrier aqueux lui murmure :

« Reste près de moi et laisse-les venir. Dès qu’Hepha est à proximité, on l’attaque ».

 

L’elfe acquiesce et se rapproche du guerrier. Puis, leurs adversaires se décident à lancer l’assaut ! Gregeon intercepte Hephaïstos et lui donne quelques coups d’épée. Ce qui laisse le temps à Edward de se rapprocher et de décocher. La flèche siffle au-dessus de l’épaule du guerrier aqueux avant de terminer son homologue igné. Une courte joie les étreint, mais ce n’était pas terminé. Ils devaient poursuivre ainsi pour s’assurer la victoire. Et ils continuèrent. Ils se coordonnaient de mieux en mieux, se plaçant judicieusement pour se soigner ou tuer. L’adrénaline du combat était montée et ils ne virent pas le temps passer. Lorsque l’arrêt du combat fut terminé, ils restèrent silencieux un instant. Puis se regardèrent en souriant : ils avaient gagné !

« Hé voilà… Nous l’avons, notre victoire en équipe sur ce tournois ! »

Link to post
Share on other sites

Tournoi, combats et cookies

 

Le tournoi allait bientôt commencer. Je cherchais en vain ma partenaire. Où pouvait-elle encore se trouver ? Elle n’était ni dans le fort, ni dans une auberge. Après tout, Sepertina était une récente recrue des Au-Delà, elle était encore sauvage et n’était pas habituée à la présence de son Général. Il fallait que je trouve un moyen de la faire venir et au plus vite !

 

Je me levais de mon trône afin de me rendre dans la chambre de Sepertina dans la demi grande demeure des Au-Delà (oui, nous n’avions qu’une moitié de fort). Dans les couloirs je croisai Karamelldansen qui était caché derrière un rideau à pousser des petits cris mais ceci ne me surprenait guère depuis le temps. Une fois arrivé dans la chambre de Sepertina, je pris la peine de piocher dans sa réserve de cookies afin de mettre mon plan à exécution. Je pris la direction de la grande porte d’entrée du demi fort et déposa au pied de celle-ci une montagne de cookies. Il ne me fallut pas attendre longtemps, à peine avais-je fermé la porte que j’entendais quelqu’un se jeter sur les cookies. En ouvrant délicatement la porte à nouveau, je dis à Sepertina :

 

« Il est temps, je t’offrirai une montagne de cookies quand le tournoi sera terminé ! »

 

Une fois bien équipés, l’arbitre nous fit signe qu’il était l’heure d’affronter le premier duo : Pantyn et Seren. Le combat fut rude contre le beau rodeur et la belle nécromancienne mais la victoire fut en notre faveur. La cohésion de notre équipe était parfaite, Sepertina se débrouillait à merveille à mes côtés. Afin de la récompenser et de l’encourager je lui tendis quelques cookies à la fin des combats.

 

A peine le temps de les engloutir, il était l’heure du second round contre Bartimeus et Falatapouet. Cette fois-ci notre rapidité et notre cohésion ne suffit pas. Nos deux adversaires remportèrent le combat. Après tout, ces deux-là faisaient partie de la puissante armée de l’Au-Delà !

 

Il fallait nous rattraper, nous devions impérativement gagner contre nos deux derniers adversaires : Tigrrr et Prinny. Il allait être difficile de l’emporter face à un duo si prometteur. La puissance du guerrier et la rapidité du rodeur eurent raison de nous malgré une victoire sur les deux matchs.

 

Nous étions éliminés mais nous n’avions pas tout perdu. Sepertina avait gagné une montagne de cookies pour la féliciter de ses performances et moi je gagnais un membre des Au-Delà encore plus puissant et affuté suite à ses performances. Aucun doute, Sepertina était une redoutable magicienne et elle avait bien sa place chez les Au-Delà.

Link to post
Share on other sites

Courez, courez, courez encore

 

 

L'annonce d'un tournoi de joutes à Melrath Zorac faisait des émules et étant une habituée de ce genre de combat en équipes je m'étais décidée à m'y inscrire. Lors du tirage au sort, je découvris que j'allais faire équipe avec la jeune Lily de la faction des Gladius Vagor, je ne la connaissais que très peu mais elle semblait motivée et déterminée à aller le plus loin possible dans le tournoi.

 

Après quelques entraînement, j'étais très satisfaite d'avoir Lily comme coéquipière sa fougue et son optimisme contrebalançait mon côté réservé et pragmatique sur la compétition. Le bruit courrait que beaucoup de personnes avaient parié sur notre équipe pour finir en première position de notre poule mais j'étais hésitante, persuadée que l'équipe composée de Lord Voldemort et Shorion allait nous donné du fil à retordre. Lily quant à elle était sûre qu'on allait finir premières et ne voulant ni la décevoir ni décevoir les personnes qui croyaient en nous, je tentai de prendre exemple sur elle et d'avoir une attitude positive.

 

Comme je le pressentais, les matchs contre Lord Voldemort et Shorion furent délicats, je fus la cible favorite de l'équipe adverse m'obligeant à courir pour éviter les frappes qui m'étaient destinées et dès que j'étais blessée je le disais à Lily pour qu'elle s'approche de moi afin de me soigner. Notre communication se passait plutôt bien, c'était plus une discussion entre nous que des ordres qui était lancés. Ce qui amena à quelques répliques qui nous firent rigoler pendant les matchs :

 

« Cours Kiwae, cours !

– J'essaye ! Je fais ce que je peux mais tu sais bien que les rôdeurs ne sont pas connus pour leur rapidité. » répliquai-je alors que je faisais encore un tour de salle en courant sous les rires de Lily.

 

Les matchs se conclurent sur une victoire et une égalité, ce qui me mit une pression pour les prochains matchs contre Badjo et Shindler qu'il nous fallait absolument gagner pour être tranquille.

 

Ce qui semblait être des matchs plutôt facile à gagner dû à la difficulté de mon ami Badjo à jouter – ou tout du moins c'est que je croyais – furent finalement beaucoup plus difficile que prévu. En effet, il semblait que Badjo ait été très bien coaché par Shindler et le premier match fut rude, cette fois-ci ce fut au tour de Lily de m'entendre lui dire de courir à de multiples reprises. On ne baissa pas les bras malgré notre surprise quant à la difficulté de mettre en échec notre équipe adverse, peut-être notre excès de confiance s'était retourné contre nous.

 

Malgré la défaite on se remobilisa pour le deuxième match, la motivation de Lily me fit sourire et j'essayai de cacher la pression que j'avais car il fallait absolument qu'on gagne ce match pour pouvoir se qualifier et je ne voulais pas décevoir Lily.

 

Finalement, on réussit à remporter ce deuxième match et la pression retomba, il nous suffisait juste de remporter nos deux derniers matchs contre l'équipe de Kalhaaran et Général ThunderHK et on serait premières de la poule. Je savais que Kalhaaran serait beaucoup plus dur à tuer que le Général et la stratégie était de nous concentrer sur lui et le tuer le plus de fois possible pour nous assurer la victoire. Notre plan se déroula sans problèmes, j'étais plus détendue pendant ces matchs, on prit soin de bien synchroniser nos attaques avec Lily et puis pour une fois qu'on avait pas à courir pour fuir les attaquants c'était beaucoup plus reposant. Soulagé d'avoir gagné largement les deux matchs et la pression redescendue, on commençait déjà à se projeter en quart de finale avec Lily.

 

 

Courir pour affronter la mort

 

 

Qualifiées en quart de finale, on attendait avec impatience de connaître quelle équipe on allait affronter. Lorsque j'appris qu'on allait se retrouver face à Bartimeus et Falatapouet j'étais partagée, c'était une des équipes les plus abordables mais on les avait déjà affronté une fois en entraînement et on avait perdu alors j'étais mitigée quant à une possible victoire contre eux.

 

Lily toute excitée me dit qu'elle avait parié sur nous pour la victoire en quart de finale et bien que je ne voulais pas la décevoir en ne croyant pas en nos chances je savais que ce serait très dur de gagner. Alors pour la rassurer je pariai sur notre équipe, des proches me dire qu'ils comptaient aussi sur notre victoire et cela me fit chaud au cœur de savoir qu'on avait autant de soutiens.

 

On était déterminées au moment de commencer mais très vite on se rendit compte que ce serait vraiment difficile même si on avait trois matchs pour faire la différence. On ne trouvait pas de solutions pour prendre l'avantage sur eux. Et très vite on passait plus de temps à courir pour fuir leurs frappes qu'à frapper.

 

« Cours Lily, cours ! »

 

Ce qui me faisait rigoler au tour précédent me faisait angoisser cette fois-ci, je ne voulais pas voir mourir Lily, je voulais qu'on y arrive pour elle qui avait placé tant d'espoirs dans notre réussite. Malheureusement le résultat fut sans appel et on perdit nos deux matchs. C'était une petite déception car on avait senti qu'on pouvait faire quelque chose mais ce n'était que partie remise et on fit notre dernier match l'esprit tranquille en sachant qu'on avait tout donné et qu'ils avaient été meilleurs que nous. J'étais très fière de Lily et de notre performance on avait pas à rougir du résultat.

 

Il s'agissait maintenant d'encourager mon binôme Tigrrr et aussi nos alliés les Constellations respectivement en petite et grande en finale.

Link to post
Share on other sites

Des années déjà qu’ils m’avaient laissée croupir dans l’ombre, pas même éclairée par de lointaines lueurs. Les richesses s’étalaient ici dans la pénombre totale. Les joyaux rutilants masquaient honteusement leurs éclats dans une obscurité pleine, tous pressés contre des dorures qui ne miroitaient d’aucune brillance.

Par-dessus tous, au gré du temps, un voile de poussière fine s’était déposé, délicatement, silencieusement. De sa splendeur passée il n’y avait plus grand-chose qu’un vague souvenir dans les mémoires. Dans ma mémoire.

 

Je continuais de porter, aussi fièrement que possible, l’insigne de la Guilde. Mais elle pesait de plus en plus douloureusement, alourdie par les années pendant lesquelles les chasseurs m’avait mise au rebut. Veillant rigoureusement sur une salle endormie, je restais là, plantée au milieu de cette pièce, à contempler le néant.

 

Le tournoi fût inespéré. Toutes ces arrière-salles oubliées, terrées dans les profondeurs du bâtiment de la Guilde, pourraient enfin être exhumées. Que ne serait cette salle des trésors sans des yeux pour s’y poser ? Que ne serait cette salle des trésors sans une douce lumière pour les éclairer ? Bien sûr, elle n’avait rien d’une salle de combat, avec son sol jonché ici et là d’une multitude de bibelots plus ou moins précieux. Je n’étais moi-même pas taillée pour cela, et je risquais d’être un peu bousculée.

 

***

 

J’étais désormais prête. Dans quelques heures, j’aurai une place privilégiée, à me retrouver au plus près de l’agitation des cœurs, du frémissement des membres, des entailles de la chair, et des épanchements du sang et des pleurs. Comme un témoin invisible, je resterai là, mes pieds fermement cramponnés au sol, au milieu des assauts rapides et des lents replis. Bientôt, ils seraient là.

 

***

 

Ils étaient si nombreux, si différents les uns des autres. Tous admirables et fascinants. S’affrontant deux par deux, ils s’efforçaient de combiner leurs forces, et de compenser leurs faiblesses. Il n’y avait pas de complicité immédiate, mais peu à peu, les combats les amenaient à se découvrir, à s’apprivoiser. Une métamorphose enthousiasmante.

 

Il y avait ce rôdeur qui bandait son arc comme personne, faisant filer ses flèches au travers de la pièce, comme un trait d’eau limpide et vif. Dans son sillage, l’air venait légèrement faire frémir les mèches bleutées dressées sur sa tête, dont on aurait dit une vague, figée, juste avant de s’abattre sur le rivage. L’accompagnait une jeune sirène, dont le visage s’ornait d’étranges motifs qui luisaient dans le noir. Son regard était langoureux et impitoyable, et peu se risquaient à le soutenir. Comme un baiser funèbre à chaque magie qui s’échappait de ses mains, elle ne laissait à personne le luxe ni le temps de croiser son regard.

 

Il y avait ce nécromant, à qui la grandeur certaine conférait un charisme incroyable. Sous son chapeau d’un rouge de sang, et derrière ses lunettes qui lui masquaient le regard, aucune émotion ne transparaissait. Les sorts s’échappaient de ses mains et brûlaient les chairs sans qu’aucun pli ne vienne déformer son visage. Entre les volutes magiques que l’un proférait, l’autre s’adonnait à une danse aussi sensuelle que mortelle. Enveloppée de tissus écarlates, la magicienne tournoyait gracieusement, tout en attisant le feu qui couvait au creux de sa main.

 

Il y avait cet être divin, comme descendu d’un paradis lointain. Flanqué de deux ailes immenses ralentissant son pas, le moindre de ses mouvements semblait durer une éternité, mais avec une exécution parfaite. Il vous enveloppait avec douceur au creux de ses ailes, avant de vous anéantir d’un rai de lumière aveuglant. Plus prostré, et d’un accoutrement plus sobre, un nécromant œuvrait à ses côtés, soutenant le moindre assaut, pansant les moindres plaies d’un halo qui animait ses membres. Si l’un semblait vulnérable, avec sa musculature saillante, l’autre était une eau gelée sous une épaisse couche de glace, inatteignable. Agitée mais silencieuse.

 

Il y avait ce guerrier à la lame tranchante, et à l’accoutrement zébré de jaune. Se faufilant ici et là, il faisait rugir le tintement de sa lame comme pour affirmer son territoire. A ses côtés, se mêlait un être tout aussi sauvage, dont l’apparence était inédite sur ces terres comme au Leiden. Il était pourtant tout aussi maître de son arc que n’importe quel rôdeur. Les deux bêtes se défendaient avec hargne, fondaient sur leurs proies, affirmant un peu plus à chaque coup qu’ils régnaient sur leurs adversaires.

 

Il y avait ce magicien revêtu des plus sombres habits que tranchait un liseré d’or qui en dessinait les pourtours. De gestes de main délicats et rapides, l’homme disséminait ici et là une foultitude de sortilèges, sans jamais approcher ses cibles, mais toujours en les brisant sèchement, foudroyant leurs espoirs. Son coéquipier robuste se faufilait entre les fumerolles magiques, soulevant sa longue cape d’un rouge qui aurait sans nul doute excité les taureaux les plus timides. Un bandana du même rouge lui ceignait le front, pressant un peu plus les veines qui enflaient sous la tension du moment. La sauvagerie du guerrier se ressentait dans la moindre lame qu’il assénait.

 

Il y avait ce guerrier à la chevelure sans pareil, d’un blanc immaculé que pas même le sang ne venait imbiber. Son regard était aussi tranchant que sa lame, et ne laissait nulle place au relâchement. Tout aussi tendu était le rythme à laquelle sa coéquipière libérait ses flèches qui perçaient l’air en sifflant. Sa silhouette glissait ici et là dans les moindres recoins de la pièce, projetant ici et là le rouge de sa tenue sur les boiseries de la pièce.

 

Il y avait ce guerrier, à l’armure épineuse, et qui se démarquait de tous. Ce n’était même pas ce fléau imposant qu’il trimballait avec aisance et dont les quatre boules armées saignaient profondément les chairs. C’était la couleur de ses cheveux, d’un rose virant au mauve, jamais vu, ni ici, ni ailleurs.  Imperturbable à ses côtés, une rôdeuse terrane souriante mais furieuse s’endiablait au rythme de l’entrechoquement des boules du terran, faisant claquer, impitoyable, la corde de son arc. Une symphonie mortelle.

 

Il y avait cette nécromante parée d’un rouge sombre, sur lequel retombaient des mèches baignées de rose. Elle proférait des incantations depuis des lèvres masquées sous d’épais tissus qui lui couvraient une partie du visage. Toute son intensité transpirait des deux rubis qu’étaient ses prunelles. Elle posait des regards sereins sur l’homme qu’il accompagnait. Ses mouvements étaient fluides comme une eau ruisselante, et son ombre azurée se mouvait aux quatre coins de la pièce pour laisser ses flèches fendre l’air autant que les crânes vers lesquels elles étaient destinées.

 

Il y avait ce guerrier à la carrure solide, d’une allure venue d’un autre monde, à peine humaine, et armé de deux traits de lumières d’un bleu clair à vous faire plisser les yeux. Pas dérangé ni par son aspect, ni par ses sabres lumineux, un magicien œuvrait à ses côtés. De sa robe grisâtre rayée de rouge, il dissimulait ses traits derrière un grand chapeau qui lui coiffait le chef, et exécutait en silence quelques magies.

 

Il y avait cet homme, plus proche du paysan peinard que du guerrier aguerri, au sourire ravageur que soulignait une épaisse moustache d’un rouge cramoisi. Ravageuses aussi étaient les fentes qu’il assénait au bout de la percée qu’il menait vers son ennemi. Son associé, qui portait haut les mêmes couleurs, n’avaient plus qu’à placer ici et là, dans une sérénité déconcertante, des flèches dont la trajectoire à peine courbe venait les faire se ficher dans les peaux de ses rivaux. Son calme olympien se démarquait de l’excitation contagieuse de son comparse.

 

Il y avait ce duo féminin qui démontrait comme nul autre que l’élégance et la précision du mouvement étaient des atouts redoutables vers la victoire finale. La première, parée d’un jaune solaire, décochait ses flèches aussi souvent qu’elle esquivait les coups de ses ennemis. La seconde, aux couleurs de Posicillon, s’avançait sans peur au-devant des combattants adverses et les achevait sans même un regard à leur égard, se contentant d’un léger rictus presque enfantin, à vous faire frissonner l’échine.

 

Il y avait aussi ce binôme, sans doute le plus dépareillé du tournoi. L’une rayonnait d’un rose éclatant, affichant une mine toujours réjouie, malgré l’enjeu du combat. C’était un bonbon savoureux, exhumant des bouffées d’amour et de candeur. L’autre campait une noirceur insondable, masquant son visage et ne révélant aucune émotion. C’était un cœur des ténèbres, transpirant la mort et dissipant des effluves fétides. Et défiant toute logique, ensemble ils avaient su lutter.

 

Il y avait ces deux femmes qu’aucun coup ne semblait endolorir. Disciple de Vulfume, la première promenait sa couette blonde au travers de la pièce, la parcourant avec une rapidité que peu de regards pouvaient soutenir. La seconde avançait avec plus de douceur, arborant un bleu sublime, et flanquée d’un papillon qui battait silencieusement ses ailes autour d’elle. Les coups pleuvaient mais rarement ils y cédaient. Les gouttes de sueur perlaient sans retenue sur les visages des adversaires rincés, mais dans leurs esprits, la frustration s’immisçait encore plus vite.

 

Il y avait ce brasier ardent qui couvait dans un écrin de glace, tournoyant dans les airs et impactant les chairs, aux mains d’un homme sévère à la peau aussi grise que la cendre. Tel un météore signant le ciel nocturne,  il venait s’abattre en pleine vitesse sur ses ennemis, avant de s’éteindre, tout fumant. A ses côtés, s’épanouissait dans cette atmosphère boisée une rôdeuse aguerrie, souple comme une branche et habillée d’étoffes qui la confondrait sans mal avec les tons de la forêt. Elle virevoltait entre les lueurs avec aisance, sans jamais attiser les flammes sur ses tissus.

 

Il y avait cette nécromante, dont les cheveux de feu couronnaient une robe émeraude. Précise et rapide, elle maîtrisait son art occulte sans ciller. D’un geste presque subtil, elle se saisissait de son ennemi, valsait avec lui quelques instants, avant de l’envoyer paître sur le plancher de l’autre côté où un rôdeur terran l’attendait, la main posée sur le carquois, et dégainant une flèche en un claquement de doigt. L’homme s’étonnait d’ailleurs presque de ses réflexes, à en juger par la constante expression de perplexité qui figeait son visage.

 

Il y avait enfin ce duo d’éléments contraires. L’un, adepte de Posicillon, était tout sauf une eau dormante, tout fougueux qu’il était tandis que l’acier de ses lames fouettait l’air de la pièce. L’autre, adepte de Vulfume, n’avait rien d’une cendre froide. Il s’échauffait telle une braise rougeoyante sous la flamme, et adressait ses plus belles flèches droit sur ses adversaires.

 

***

 

Cela avait été une lueur dans une éternité d’obscurité. Un festival de couleurs gesticulant, s’entremêlant, et explosant aux yeux du témoin que j’étais. Une mosaïque d’émotion qui avait parcouru le visage des combattants et des spectateurs. Une foultitude de marques, de bleus, d’entailles et de saignées dans les chairs. Une symphonie de cris de douleur, de joie, d’angoisse et de peine.

 

Ce fut quelques heures gorgées de souvenirs mémorables. La chute n’en fut que plus terrible quand les lumières s’éteignirent de nouveau, pour une nouvelle éternité.

 

Je me retrouvais alors seule, de nouveau, dans le silence et dans le noir, solidement plantée sur mes quatre pieds de bois.

 

 

 

 

Edited by Hephaistos
Link to post
Share on other sites

Plus dure sera la chute

 

Ils l'avaient fait. Et pourtant les bookmakers n'auraient pas pariés une pièce d'or sur eux.

 

Les phases de pools n'avaient pas été des plus simples, le jeune nécromant et son acolyte ailé avaient dû batailler férocement pour décrocher une misérable deuxième place. Deuxième place qui leur avait tout de même ouvert in-extremis les portes des quarts de finales.

Il faut dire que cette première pool était constituée à quasi totalité de valeureux mercenaire de l'Au-Delà. Les combats gagnés prenaient encore plus de sens, tout comme les défaites.

 

Mais voilà, les quarts de finales étaient à leurs portées désormais. Les plus impitoyables duos de combattants restaient, et ils étaient tous prêt à en découdre. 

Les blasons importaient peu, les classes étaient dépareillées, les éléments étaient mélangés. Malgré le fracas des armes, malgré la sueur des concurrents, malgré la brutalité des sorts, une odeur jusqu'a présent méconnue se faufilait dans les méandres de ce tournoi. La bonne humeur et les pop-corns se faisaient sentir !

 

Le duo de Posicillon devait se concentrer sur leur match à venir, car ça n'allait pas être une mince affaire. La fier rôdeuse aéride et la belle nécromante aqueuse allaient leur donner du fil à retordre. Et ce fut bel et bien le cas, même si les victoires s'étaient enchaînées pour les deux comparses, à aucun moment ils n'avaient prit pour acquis la victoire.

Le plus dure restait à faire.

Les demi-finales leurs réservaient un adversaire de taille, probablement les favoris de ce tournois.

Ce guerrier Igné qui tentait de cacher ses rides derrière un pavois d'une robustesse incomparable, le visage orné d'un foulard qui se mélangeait parfaitement à ses cheveux grisonnants de père de famille. Et ce Mage, qu'il connaissait fort bien, ils avaient foulés ces terres ensembles depuis de nombreuses années, à la recherche d'une magie toujours plus puissante. C'était un modèle de perfection dans l'art du maniement de la magie des objets. 

 

Mais voilà de part cette proximité le fidèle de Posicillon connaissait ses faiblesses, et le plan pour leur premier match fut vite élaboré : les sorts allaient pleuvoir sur ce pauvre Aeride. Tactique qui se révéla payante, l'euphorie commençait à monter au sein du duo. D'entrée ils avaient réussi à mettre une pression énorme sur leurs adversaires.

Le second match ne fut pas aussi facile, leurs opposants se réveillèrent et la colère de leur humiliation précédente se fit sentir. Ce fut une boucherie. Mais les aqueux tenaient bon !

Il restait un ultime combat, celui qui allait les départager.

Les deux camps devaient avoir atteint un niveau de stress incommensurable. Les favoris se voyaient traverser un précipice sur une fine branche de bois, elle pouvait plier et se briser à tout instant. Quant aux outsiders, les portes de la finale semblaient s'ouvrir à eux, mais elles étaient encore bien loin...

Les armures volaient en éclats sous l'impact des sorts, les combattants disparaissaient sous les coups d'épée, le public était tenu en haleine, le sang arrosait littéralement tous les murs de la salle de combat.

Quand soudain, le glas final retenti.

Tous se retournèrent vers le tableau des scores, et la surprise fut de taille.

Ils l'avaient fait, ils avaient gagné. Comment était-ce possible ? Le mage et le nécromant hurlèrent de joie, les félicitations pleuvaient, personnes ne s'y attendait, personne ne les attendait.

 

Mais les voix de l'Unique étaient impénétrable.

 

Tentant de se faire entendre malgré ce vacarme, la personne en charge du comptage de points avait une bien mauvaise nouvelle à annoncer... une erreur s'y était glissée.

Tel un serpent répandant son venin, la rumeur s'écoulait dans les artères de Melrath. A chaque pulsation le coeur de la ville propageait cette information.

Le fier duo de Posicillon lui, sirotait déjà des bières ou des laits fraises offert par les soeurs Gerger en taverne. Ils pensaient pouvoir s'enivrer légitimement de cette victoire, jusqu'à ce que la dite rumeur vienne se faufiler entre leurs oreilles. Le silence ce fit entendre, le nécromant et le mage se fixaient, quelle décision devaient-ils prendre ?

S'ils conservaient cette victoire elle allait leur laisser un goût amer, refaire ce dernier combat leur semblait hors de portée. Ils avaient épuisé toutes leurs ressources, et l'ascenseur émotionnel qu'ils venaient de subir était d'une rare violence.

Le nécromant vola une bouteille de liqueur et alla s'attabler seul dans un coin de la taverne, quiconque tentait de l'approcher se voyait envoyer paître par des grognements inaudibles dans le meilleur des cas ou par un tambourinage de torse en bonne et due forme dans le pire des cas.

Le mage quant à lui trouva conseil et réconfort dans les bras de son bel Igné Hephaistos, il sirotait son lait fraise tout en écoutant ses conseils avisés.

 

Ils devaient se décider.

Le mage alla voir son frère d'arme, il se servit un verre avec le peu de liqueur que le nécromant lui avait laissé. Pas un mot, juste un regard, un geste, le nécromant le savait, il l'avait compris depuis le début. Ils allaient devoir retourner sur le champ de bataille. 

Leurs adversaires s'en voulaient également de devoir recroiser le fer. Mais les tentatives de compassion de l'un comme de l'autre n'arrangeaient rien.

En choeur les fidèles de Posicillon annoncèrent : Allons-y.

Qu'importait l'issu de ce dernier combat, ils avaient eu leur victoire. Si bien qu'ils retournèrent dans l'arène vidé de toute énergie, comme s'ils savaient que ce combat était perdu d'avance.

Cette fois la victoire de leurs adversaires était incontestable. Ils avaient su rebondir plus férocement qu'eux, et c'est ce genre de détails qui montre la qualité de futur grand champion. 

 

Les portes d'une finale s'ouvraient bien aux deux aqueux, pas celles qu'ils avaient espérées, mais ils n'en étaient pas pour autant déméritant. 

Le podium leur tendait toujours les bras.

 

Edited by bartimeus
Link to post
Share on other sites

Les rounds préliminaires étaient terminées. La finale tant attendue allait enfin débuter. On pouvait observer les gradins se remplir à vive allure. 

Tout un chacun se rassemblait pour encourager (ou encore narguer) les valeureux combattants encore en lice dans le tournoi.


La tension était palpable d'un bout à l'autre du stade. Les partisans de l'Au-Delà occupaient déjà les meilleures places pour encourager leur frère d'arme Yaninho.
Il faut dire que ce dernier avait misé gros; sa place chez l'Au-Delà était mise à prix. Il ne pouvait pas décevoir une telle assistance; il deviendrait la risée de ses camarades et ça, il ne pouvait se le permettre.


Les cloches sonnèrent : le premier combat venait d'être lancé. Rapidement, on remarquait l'agilité des finalistes. Ils s'étaient bien entraînés et leur rapidité était à toute épreuve. 
Les frappes et les sorts s'enchaînaient à une telle vitesse qu'il était difficile de suivre la cadence depuis les estrades. Néanmoins, on pouvait ressentir que les cris d'encouragements venant des spectateurs revigoraient les finalistes.


Après de longues minutes de combat qui semblèrent interminables aux yeux des partisans, la première joute venait d'être remportée par le binôme Manrek et Yaninho. Leurs adversaires Miata et Ginji avaient néanmoins tout donné; ils s'étaient fièrement défendus. Les spectateurs en étaient ravis. La deuxième joute de cette finale n'était pas gagnée d'avance, et l'assistance se languissait déjà de la suite. Ça s'annonçait très serré, au grand bonheur des troupes s'étant précédemment inclinées au combat.

 

L'excitation était à son comble du côté des partisans de l'Au-Delà, ils avaient planifié toute une fête en l'honneur de leur comparse Yaninho, ils espéraient ne pas être déçus. Il n'était pas question d'annuler la surprise.


Les cloches sonnèrent à nouveau : la deuxième joute allait désormais débutée. Les paris déjà lancés, comment cette journée se terminerait-elle? 

Edited by Pantyn
Link to post
Share on other sites

En tant qu'émissaire civil, il me fallait à tout prix que ce tournoi soit une véritable réussite. Mon objectif était clair Qu'on puisse démontrer aux chasseurs de cette Guilde notre abnégation et notre ardeur au combat. Qu'ils comprennent et se rendent compte de la force de nos convictions. 

 

Et que dire du nombre d'aventuriers inscrits pour l'occasion. Ils venaient des quatre régions de nos terres, avec l'intime envie de se battre pour le plaisir de la confrontation tout en laissant le hasard faire son travail. Il est vrai que combattre avec un illustre inconnu n'est guère chose aisée, mais il faut croire que ce peuple va bien au-delà de cette futile banalité. 

 

Ma collaboration avec le guerrier Manrek en est une parfaite illustration. Lui, que j'aimais (et que j'aime toujours autant) martyriser, était dorénavant mon coéquipier à titre provisoire. Il avait une confiance en soi et de ses capacités presque inégalées, au point même qu'il me fallait sévir pour ne pas qu'il s'imagine déjà grand vainqueur. 


Notre entente venait à peine de débuter que nous devions déjà faire face à une pool d'un niveau certes hétérogène, mais relevé. Le tirage en avait voulu ainsi. Mais de toute manière, si vous voulions tant aller le plus loin possible, nous devions nécessairement affronter les meilleurs binômes présents. 

 

Les combats s'enchainèrent dans une frénésie étouffante. Était-ce réellement une épreuve de force ou une épreuve d'endurance ? Je ne saurai l'affirmer. Mais à chaque fois, nous étions prêts à en découdre, qu'importe les opposants et les restrictions. Notre ambition n'avait d'égale que notre folie. 

 

Et puis, et puis ... Nous découvrîmes cette magnifique salle des armes de la Guilde, recluse dans les fins fonds de leur bastion, où personne n'avait osé s'aventurer dans le passé. En quoi une salle aux allures si reposantes pouvait, en quelques instants à peine, devenir le théâtre d'une scène macabre, où le sang colorait de son rouge si caractéristique les coins d'eau pure bordant la pièce. 

 

...

 

Pensez-vous sincèrement que cela puisse me déranger ? Bien au contraire. La noirceur de mon âme ne peut nullement se sentir corrompue par cette image apaisante. Ils devront tous mourir s'ils imaginaient l'inverse. Des vaillants Radegonde et Baracil, en passant par mes amis de longue date que sont Falatapouet et Bartimeus, seules leurs morts pouvaient réconforter mes maux. 

 

Et que dire de cette salle des trophées, berceau de la grande finale de ce tournoi. Son architecture me rappelait à mes doux souvenirs d'antan, notamment en y apercevant certains monstres de ma jeunesse pour lesquels j'avais du plaisir à combattre, certains d'autant plus redoutables que bon nombre d'aventuriers de ces terres. 

 

Mais il me fallait rester sur mes gardes. Cette finale, je me devais de la gagner. Une question d'honneur. Seul représentant de la famille de l'Au-Delà, une défaite serait synonyme d'une humiliation sans précédents. Les yeux rivés sur mes adversaires du jour, ils devaient au plus profond d'eux-mêmes ressentir cette peur, cette crainte, non pas de perdre, mais de mourir d'une violence qu'aucun mortel ne puisse imaginer, même dans leurs plus tragiques desseins. 

 

L'histoire ne raconte pas leurs souffrances, mais elle ne retient que leurs morts.

 

Pour vous, mes frères d'armes, l'Au-Delà. 

Edited by yaninho
Link to post
Share on other sites

Durant l'une de ces pauses dans la forteresse AD, le Général ThunderHK entendu parler d'un tournoi de joute ayant pour émissaire civil Yaninho... Il ferait parti d'un binôme, lui qui déteste travailler en équipe. Mais avec qui...

 

Il hésita quelques minutes avant de se décider de s'inscrire. Cela lui permettra d'analyser les forces adversaires en présence afin de parfaire son entrainement. Pour ce tournoi, il abandonnera son arme contondante au profit d'une lame forgée au Nord du Marais, bien plus légère et en adéquation avec son agilité. En demandant conseils auprès des autres membres de sa faction, il s'équipa et apprit en quelques jours l'art du combat aux armes tranchantes sur ces terres...

 

Le tirage au sort eu pour résultat d'être en binôme avec un membre de la faction des Constels: Kalharaan.

 

Rageant devant la nouvelle, il se dit que de toute façon, quelque soit la personne avec lui, cela n'aurait rien changé. Il était trop sûr de lui en combat solitaire. Mais il réfléchissa...

 

Ce coup du sort pouvait en effet le servir à cacher sa véritable puissance au combat sur le terrain, tout en analysant les techniques des autres jouteurs qui pouvait rencontrer hors du tournoi.

 

Après le premier tour du tournoi, le constat était là: il avait trop limité sa force de frappe avec une épée originaire de ces terres et les sorts de soins de Kalharaan, de bonne volonté, n'était guère efficient sur lui.

 

Ce qui lui conforte dans son idée qu'il restera un combattant solitaire afin d'user de ses propres lames, sans laisser de traces.

Link to post
Share on other sites

Le Bon, La Brute .... et le Tournoi

 

Le grand jour était enfin arrivé, depuis le temps qu'il attendait ça ! Le Grand tournoi de Melrath Zorac allait commencer et avec lui, son lot de surprises et de rebondissements. Il trépignait d'impatience pour savoir avec qui l'aléa d'un tirage au sort allait le mettre en binôme pour braver les terribles affrontements qui l'attendaient.

 

Quelques membres des Gladius Vagor s'étaient inscrits fièrement pour porter le blason de la faction le plus haut possible, il fit quelques pronostics pour essayer de trouver son futur binôme, peut-être Soraya, ou bien Edward ou cette archère Terrane qui répond au doux nom de Terpsichore qui l'avait croisé un soir en taverne. Aucune prédictions de partenaire n'était bonne, son coéquipier allait être un membre de la faction ennemie, le puissant mage tant redouté de l'Au-Delà,  son principal rival de joute, le dénommé Yaninho.

C'est avec lui qu'il devra se hisser jusqu'à la meilleure place du tournoi qu'il puisse atteindre et honorer les Gladius Vagor comme il se doit.

 

 

Très vite, ils parlèrent stratégie en mettant de côté la guerre qui les opposait, pour pouvoir sortir des phases de poule. Parmi leurs opposants, il y avait la rôdeuse ignée de son clan, la douce et sauvage Soraya. Avec elle, le puissant guerrier Malicius avec lequel il était pressé de se mesurer pour voir quel Igné serait le meilleur ! Il y avait également Papp, fière nécromante des Thuatha Dé Chilandari, faisant équipe avec un rôdeur, Sparkman, au talent inconnu et une potentielle menace. Enfin, la dernière équipe, le duo Terran avec le redoutable guerrier Karamelldansen, puissant et rapide, accompagné de l'espiègle et jolie Terpsichore, une archère qui a très vite progressé ces derniers jours en combat.

 

-Bon, Manrek, on doit préparer des stratégies pour chacun de nos combats !

 

-Au calme! Je fonce dans le tas et je taillade à tout va !

 

-...

 

-...C'est ça ta stratégie... ? Tu vas leur faire ton visage neutre sans broncher ? Humpf je préfère la mienne !

 

-...

 

-…Bon ok..., trêve de plaisanteries, parlons sérieusement.

 

Pour chaque affrontement, ils établirent des tactiques en fonction leurs adversaires, et grâce à une étude approfondie pour chaque duel, ils arrivèrent à se hisser à la première place du groupe B sans perdre le moindre match ! Mais les adversaires n'avaient rien à envier à ce duo, car tous les combats étaient très serrés et intenses. Chaque joute avait été jouée avec le plus grand sérieux, et une ou deux bières.... La suite de la compétition promettait d'être fantastique et passionnante.

 

-Bravo Manrek ! Bien joué, tu as de bons restes pour un vieux…

 

-Je ne suis pas vieux ! J'ai 35 ans, mage en mousse ! Tu m'as pris pour ton toubib personnel ? Je vais devoir t'emmener à l'infirmerie, voir Calyso, pour te remettre d'aplomb !

 

Attendant les phases finales, il était fier des prestations de Lily, Soraya et Edward, qui ont porté vaillamment les couleurs des Gladius Vagor. Dans l'euphorie des qualifications pour le second tour, il profita de relâcher la pression en taverne et de boire cette dernière en compagnie des joyeux lurons qui s'y trouvaient. Il y avait, notamment, cette archère Terrane, rivale dans la première instance du tournoi, avec laquelle il passa la plupart de ses soirées en sa compagnie, à profiter de ce que les GerGer pouvaient proposer, à en oublier qu'il devait s’entraîner avec son partenaire de tournoi…

 

-MANREK ! Tu es où le vieux ? On nous attend pour les Quarts !

 

-Oui j'arrive ! Je peux finir ce que je suis en train de faire, non ?!

 

-Tu vas faire n'importe quoi à force de boire !

 

-Respecte tes aînés, canaille ! Je finis ma chope en bonne compagnie...

 

Les Quarts les opposaient à la puissante Radegonde et le talentueux archer, très mobile, Baracil. Un combat sans précédent, lors duquel Yaninho était très concentré face à la redoutable Radegonde, alors que le guerrier Igné fonçait sur le rôdeur. Après un combat acharné, ils parvinrent à remporter cet affrontement et se qualifient pour la demi-finale.

Encore occupé à fêter chacune de ses prestations chez les GerGer, avec quelques membres de sa faction, et aussi cette rôdeuse, souvent présente dans les tavernes également, qui aimait bien participer aux festivités avec lui.

 

-Encore dans la taverne ! Papy, active-toi ! On doit affronter des membres de ma factions, qui se trouvent être redoutables !

 

-Relaaaxe, on est un vin cuit,..heu un vin cul...invaincu pardon ! Ouh là, j'ai bu combien de verres moi ?

 

-... Concentre toi !

 

-Ok tranquille, je suis là !

 

Par manque de concentration, la première manche fut gagnée par les coriaces aqueux Bartimeus et Falatapouet !

 

-On a perdu…

 

-Ok c'est bon, je suis échauffé ! Arrête de regarder le postérieur de ton Barti ! On leur roule dessus maintenant !

 

 

La deuxième manche fut un combat exemplaire, digne des précédentes prestations qu'ils avaient pu montrer mais quand vint la troisième manche... Une maladresse, une erreur, un monde parallèle, une pirouette, un guet-apens, le double harmonique de Yan, personne ne comprit ce qui se passa devant cette inexplicable défaite et cette faute de comptage de points.

 

-Tu as voulu invoquer un deuxième Yaninho ? Etre éliminé, une fois, sur une seule attaque c'est ringard, tu veux pas faire comme les autres toi... 

 

-Tu es trop lent, aussi, Papy ! On va devoir refaire cette manche ! Concentre-toi !

 

Devant cette erreur d’arbitrage, la troisième manche fut rejouée, qualifiant le duo diaboliquement harmonieux pour la Grande Finale !

 

Tous les Gladius Vagor avaient les yeux rivés sur leur Général pour glorifier leur faction et tout donner pour cette ultime et dernière étape ! Affrontant le puissant duo des Constellations de l'Aube, Ginji et Miata ! Profitant encore une fois de la taverne en bonne compagnie, il était prêt ! Prêt à tout donner pour son équipe, pour sa faction, pour Vulfume !

 

Une salle ardente, comme son élément, à laquelle il s'y sentait très à l'aise et en confiance optimale ! Les coups d'épées s'entrechoquaient, les sorts magiques fusaient de partout ! Le combat fût rude devant ce duo porté par les étoiles ! Mais une bonne coordination, des enchaînements réalisés avec vigueur et des déplacements rapides et anticipés, parvinrent à les faire flancher, rendant victorieux le duo que tout oppose !

 

-Nous avons réussi !!! L'Au-Delà sera fier que j'ai porté la faction au sommet !

 

-Ouais pas mal... mais n'oublie pas que les Gladius Vagor sont eux aussi au sommet !

 

-Pas mal... pour un vieux…

 

-Pas mal...pour un flûtiste..

 

-…

 

-…

 

Les deux partenaires échangèrent quelques poignées de mains pour se féliciter l'un l'autre et retournèrent fêter, à leur façon, la victoire tant attendue de ce superbe tournoi de Melrath Zorac.

L'un avec ses sombres mercenaires qui forment la très populaire et puissante faction de l'Au-delà, l'autre à la taverne avec la charmante et délicieuse Terpsichore et ses camarades des Gladius Vagor, une faction qui entre peu à peu dans l'histoire...

 

Link to post
Share on other sites

Entraînements intensifs

 

 

- Un - Deux... Fu-Fu... Un - Deux... Fu-Fu... Un - Deux...
 

- Plus vite Ginji ! Tu traînasses ou quoi ?!

 

- Une-deux, une-deux, une-deux, une-deux...

 

- Voilà c'est mieux ! Attention : FENTE ! Un pas en arrière !

 

Maladroitement la magicienne esquiva d'un pas à reculons. 

 

- Pas le temps de rêvasser ! Reprends ta course ! Tnerual, Gamby, Malicius, Kalharaan : en position !

 

En quelques secondes les Etoiles qui assistaient à la séance se mirent en quinconce : impossible pour eux d'échapper aux ordres de la jeune guerrière Miata.

 

- Allez Ginji : en zigzag ! Et que je ne te vois pas te cogner dans l'un d'eux !

 

Sans avoir le temps de reprendre son souffle, l'aquamancienne s'exécuta : un virage à droite, un virage à gauche, un virage à droite, ne pas se prendre les pieds dans la cape, ne bousculer personne...

 

- Attention : PLAQUAGE !

D'un pas sur le côté Ginji s'extirpa de l'embuscade tendue par Miata.

- Parfait ! 20 pompes maintenant ! Aller : 1... 2... 3... 4... (...) et 20 ! Exercice suivant : je te fonce dessus pour t'attaquer au poing, tu dois absolument m'empêcher de t'approcher. Tu es prête ? COOOUUURS !

 

Et avant que Ginji n'ait pu esquisser un geste, Miata était déjà sur elle : pourquoi ces guerriers étaient-ils si rapides ?!...

Esquive à droite, esquive à gauche, reculer mais pas trop non plus pour ne pas risquer de se retrouver coincer, attraper Miata pour échanger de place avec elle afin de poursuivre sa course, la magicienne faisait de son mieux mais les coups de Miata pleuvaient en nombre et il lui était difficile de tous les éviter.

 

- Bien, maintenant nous allons faire l'inverse : à ton tour, essayes de m'attaquer, ne retiens pas tes coups surtout !

 

Sans hésiter, Ginji se mit à poursuivre l'ignée : sorts basiques, faisceau de pureté, aveuglement et désarmement fusaient à travers la forteresse des Constellations de l'Aube. Quelques vases furent brisés, des pans de tapis calcinés, beaucoup d'Etoiles furent bousculés dans la cohue.

Le petit manège dura un moment, jusqu'à l'arrivée de Calyso qui rentrait d'une cueillette...

 

Devant la surprise de trouver le fort dévasté, Calyso lâcha son panier rempli d'herbes médicinales. A la chute de l'objet au sol, tout le monde s'immobilisa et les regards se tournèrent lentement vers la nouvelle venue : nul n'ignorait que cette grande pacifiste interdisait que la moindre goutte de sang soit versé dans l'enceinte du fort...

 

Euh... Calyso, bon retour ! La cueillette a été bonne ?...

 

Le silence prolongé de la soigneuse ne laissait rien envisager de bon... Un rapide coup d'oeil sur l'état de la pièce fit comprendre à Ginji qu'elle avait intérêt à s'expliquer avant que Calyso ne sorte Betty...

 

Hum... Non mais attends Calyso, je sais ce que tu te dis mais... Nous nous entraînions avec Miata ! Le hasard nous a réuni pour le Tournoi de Melrath Zorac nous serons la seule équipe 100% Constellations ! Si nous voulons aller jusqu'en finale, il faut bien que nous nous exercions... Pour la gloire des Etoiles !

 

Se produisit alors l'impensable : au lieu de sortir la redoutable Betty pour vacciner tout le monde contre ce déchainement de violence, Calyso traversa la pièce sans un mot et prit place sur un des fauteuils entourant le trône du Roy. D'un geste de la tête elle sembla dire : "Continuez."

 

Et ainsi, purent se poursuivre les entraînements toujours plus intensifs de Miata et Ginji. Ceux-ci payèrent car le duo étoilé créa la surprise : réussissant à finir 1er de leur poule devant Radegonde et Baracil, l'équipe atteignit la finale, faisant briller à jamais le blason des Constellations de l'Aube au cours de cet historique Tournoi de Melrath Zorac !


24978_face.gifblason_7.gifguerrier_juste_3_face_0.gif

 

 

 

Edited by Ginji
Link to post
Share on other sites

L'homme descend parfois de son perchoir. Aujourd'hui il brave une pénible marche à travers les aléas de l'hiver pour rejoindre l'auberge au milieu de nulle part. Seul signe de civilisation à des kilomètres. Il entre, secoue ses habits couverts de neige et tape violemment ses bottes au sol. Devant lui une taverne rustique. 

 

- Eh bien en voilà une nouvelle, s'exclame une voix rauque mais joyeuse derrière le bar. 

 

L'homme répond d'un signe de main le regard attiré par un écriteau planté sur le mur des annonces.

 

- De quand date la nouvelle ? répond-t-il finalement.

- Le tournoi de Melrath Zorac ? Tout frais. Quelques jours.

 

Il s'attarde sur la missive.

 

- Un tournoi organisé par la Guilde des Chasseurs, Yaninho pourfendeur Au-Delà en émissaire civil. Les terres élémentaires ne cessent de me surprendre. Les règles sont étranges, aucune récompense ne semble dévoilée...  Enfin, il aura le mérite de pouvoir m’entraîner et avec un peu de chance de rencontrer de nouvelles personnalités.
 

Link to post
Share on other sites

 

La lutine était surexcitée ! Elle avait entendu parler d'une bagarre géante ! Les chasseurs organisaient une bagarre !

Elle s'était bien amusée, il faut dire, au stage des bêtises et tout ça et elle avait très envie d'apprendre à faire mieux.

 

- Marraine, dis, eske même les boulette peuvent jouer à la grande bagarre de la Guilde ?

- La Grande Bagarre ?

- Bah vui... j'ai vu les affiches !

- AAAAAAAAAhhhhhhhhhhhhhh !

La lumière se faisait jour dans la tête de Radegonde.

- Ah ben oui, tout le monde !
 - Oui mais je suis trop padouée...

La lutine tournait en rond en faisant la moue.

- Ce n'est pas grave, tu ne seras pas toute seule, tu auras un ou une partenaire.

 

Après avoir bien réfléchi, elle avait trop envie de s'amuser ! Du coup elle a envoyé une missibulle à Yaninho pour lui dire qu'elle voulait participer. Et attendait avec impatience de savoir avec qui elle allait jouer.
Puis vint le tirage... Lord Voldemort... elle ne le connaissait pas beaucoup, mais pour sûr, s'il est un membre à l'infini de l'au-delà, il doit savoir se battre lui !

- Bien !

 

Sur le pied de guerre le jour-dit du début, entourée de bulles et de rose... piske c'est classe... elle se tint prête, aux ordres de son compagnon. Ou au moins aux directives.

Elle plaignait un peu son infortuné compagnon, mais quand même, elle était sûre de pouvoir faire des choses bien !

Un petit coaching, elle s'assit en attendant leur tour, ou leurs adversaires.

- Allez, on y va !


Ah ! Elle avait oublié à quel point les joutes c'est fatiguant !

- Se concentrifier, courir dans tous les sens... courir derrière son coéquipier, taper, soigner, faire des bulles, revenir, aller à droite, écouter bien ce qu'il lui dit, on est trop fatigués... attendre pour mieux repartir...

Les bagarres successives étaient drôles, difficiles, essoufflantes, tuantes, et même qu'une fois, au début du match, elle était morte tout de suite, tuée par Lord Voldemort... on avait bien ri, mais du coup on était moins bien concentrés.

Ce fut expédié en une seule fois ! Tous les matchs effectués ! Elle était fière d'elle ! Ouah ! C'était plutôt bien... mais les adversaires étaient clairement meilleurs. Puis il fallait attendre les résultats des autres.

 

Les résultats sont arrivés quelques jours après.

- Topis... ça sera mieux pour le prochain...

Elle était un peu déçue... mais pas trop... Ils s'était bien défendus ! Elle espérait qu'il y en aurait plein d'autres organisés pour qu'elle devienne une super bagarreuse de joute !

 

Link to post
Share on other sites

Les rues étaient animées. On s'activait aux étals, où les camelots hélaient la foule qui se déployait en flots ininterrompus. Mais l'humeur, même à la réjouissance, n'avait pas la légèreté des festivités de d'habitude. Elle s'était teintée d'une nuance martiale, on venait ici assister à la violence des combats du tournoi organisé par la guilde des chasseurs. Leur quotidien, rythmé par la violence et récompensé par l'or, les avait lassé sans doute, et ils s'étaient mis en quête de plus de violence et de plus d'or encore. Cependant, il n'avait pas lieu de les en blâmer, cela faisait longtemps qu'un évènement de ce type n'avait pas été tenu, et des personnages que l'on avait plus vu depuis bien longtemps étaient sortis de leur isolement pour venir y assister. Sans compter qu'un retour à plus de violence, allait s'avérer nécessaire sur ces terres. S'écartant un peu de flot des badauds, le nécromant s'assit sur un tonneau, à l'ombre. Il réfléchit au déroulement de ses derniers combat. Au côté de son camarade aqueux, il avait fait coulé le sang à maintes reprise, et ils s'étaient assez bien débrouillés, ce qui leur permettrait au moins de continuer à jouter encore un moment. C'est tout ce dont il avait besoin, un tremplin pour laisser se déchainer son exaltation guerrière et la fureur de ses pouvoirs. Et même si il savait qu'il devait transcender les éléments dans une certaine mesure, il avait été plaisant de retrouver sa nature aquatique, propice aux déchainements en tous genre. Ces blancs becs de l'air étaient aussi légers d'esprit que ceux de la terre de moeurs, et les adeptes du feu ... Ah oui, c'est vrai, ils existaient ceux là. Profitant du calme relatif de l'endroit, il lui revint à l'esprit des histoires, des souvenirs d'antan, qui lui avaient été relayés avant qu'il ne soit lui-même. Des histoires d'un des tournois les plus glorieux qui fut, du temps où des grands héros repaissaient l'appétit de leurs bottes de la poussière cette terre, bien que l'ardeur de leurs foulée elle ne semblait jamais pouvoir être contentée. Ses yeux se fermèrent pour un moment. Cette histoire, je vais la raconter ici.

 

 

C'était le temps des tumultes , ou plutôt dans une accalmie, après la terrible bataille contre les faucons du crépuscule, vils animaux sévissant, comme les cactus qui acceptaient à l'époque de leur servir de perchoir, au sud de Melrath Zorac . Il ont depuis été massacrés jusqu'au dernier et remplacés par les foulets afin d'humilier leur mémoire. Sur l'actuel chemin menant vers la tente des nomades, là où fut un temps la tente des amis élémentaires, un grand tournoi prenait place, en l'honneur du squelette de dragon se tenant non loin.

C'était la veille du combat final. Tous étaient allés se couchés, sauf un combattant, dont les éclats rougeoyaient sous la lumière des derniers rayons de soleils. Le grand captain rocchus ne prenait pas de repos. Face à lui, le tourniquet d'entrainement rocchus, armer d'un bouclier, et pivotant pour répliquer quand on frappait d'ici. C'était un poste hérité de père en fils depuis des temps immémoriaux, et son  nom seul faisait trembler les plus aguerris.  Pourtant, captain rocchus le vainquit en un seul coup. Cependant, son coeur n'était pas à la joie, car il lui avait été attribué comme partenaire quelqun d'autre que son fidèle cacatoes, et ne plus l'avoir sur l'épaule compromettait son équilibre. Bien sûr l'oiseau lui même n'intervenait que rarement dans les combats, un preux de l'étoffe de captain rocchus pouvait s'en sortir seul. Mais sans repères, avec un partenaire des moins réjouissant, dont nous reparlerons plus loin, ses capacités étaient largement diminuées. Il avait réussi à s'en sortir, jusque là, mais demain ce serait une autre paire de manches. 

Car ses adversaires, venus à bout aussi de tous leur autres rivaux, semblaient vraiment menaçant. Il y avait d'abord l'archer. Lequel me direz vous ? Eh bien c'est un archer, son nom n'a donc pas marqué l'histoire. D'habitude, d'ailleurs, les rocchus se moquent bien de ces drôles de compères affublés de justaucorps et de bonnets ridicules, les flêches de ceux-ci ricochant inutilement sur leur cristal lisse et impénétrable, mais celui-ci n'était pas comme tous les autres, il avait perfectionné la technique qui serait reprise unanimement plus tard visant à lancer son arc plutôt que de l'utiliser pour envoyer des flèches. Il y avait aussi le Garligu, personnage bien connu dans les environs. Sorcier assez talentueux, muni d'un turlututu chapeau pointu comme les autres, il avait longtemps vécu à Til'Ra et Til lunis en même temps pendant longtemps, tirant une grande fierté de ce fait qui lui donnait pignon sur rue aux yeux de ses concitoyens. Un jour cependant, tout s'était effondré pour lui : il avait vendu un rat à til lunis et un vêtement de couleur unie à Til'ra, et avait dû se résoudre à quitter les deux villes. Il avait ensuite voulu se construire un grand manoir un peu au sud de til lunis par manque d'affinité envers les souterrains, étant donné qu'une curieuse prophétie avait mis en évidence des pulsation de champs magiques caractéristiques d'égoûts dans les environs de til ra. Cependant, il dérangea les scorpions des environs, qui étaient alors bien organisés avec un shaman et des syndicats, et il avait vécu pour un temps dans le puits de l'oasis après qu'ils l'aient défait. Faute de mieux à faire, il avait alors participé à la plupart des combats agitant cette époque. A l'heure actuelle, il avait installé une tente munie d'une girouette là où s'établiraient plus tard de nombreuses factions, comme les amis élémentaires comme nous l'avons dit plus haut. Le tournoi s'étant installé justement dans les parages, il y avait vu une aubaine et sa tente s'était consacrée aux paris et à la buvette. C'était un homme des plus retors, répondant au nom de Garribu le presseur de canards en plastiques.  Le captain rocchus se dit qu'il vaincrait, et retourna trouver de la sérénité plus loin en prévision du match du lendemain.

 

Le lendemain, c'est une foule en délire, et déjà bien attaquée par les divers breuvages proposés (et pour un temps aussi par les tubercules filandreux, qu'on avait finalement invité aussi dans les gradins). Et quel beau monde il y avait là ! Bébert Lambert, Frédric l'arracheur de cages thoraciques, Gontrand le virtuose de la truande, la grenouille verte d'irliscia ... Tout ce que l'époque contait de légendes, de personnages avec le moindre renom dans les environs avait fait le déplacement. Captain rocchus se dirigeait vers l'esplanade où se tenait lieu le combat, où l'attendaient ses adversaires, qui étaient entrés en tapis vert. Son camarade le rejoint, il s'appelait Ruzmo, c'était un tortogriffe qui suite à une malédiction était obligé de se déplacer retourné sur sa carapace. Les règles de combats d'alors étaient différentes d'aujourd'hui, il s'agissait de frapper son adversaire par le biais d'une puissante attaque, digne des vrais guerriers, à l'aide d'un arme, pour enchainer ensuite sur un grand sortilège associé au type d'attaque que l'on avait mis. Comme il ne fallait pas tuer, une incantation spéciale pour marquer un adversaire comme défait était nécessaire, mais un contact physique suivit d'un bruit suffisamment discordant avec le chant pouvait la rompre, et ainsi il fallait souvent mettre un de ses adversaires hors combat avant de pouvoir éliminer l'autre. Cependant Ruzmo, qui grommelait en continu, n'arrivait guère à produire d'éclats de voix assez puissant pour pouvoir venir en aide au captain rocchus, dusse celui-ci se retrouver en danger d'élimination. Les règles propres au tournoi ne les favorisaient donc pas, à l'inverse de leurs adversaire, car Garlibu était très doué pour ce qui concernait l'adaptation de ses sorts, c'était un théoricien de la magie habitué à tester de léger changements sur les méthodes habituelles. C'était ainsi qu'ils avaient pu venir à bout de la terrifiante équipe des scorpions trompettants, créatures scorpions mi-hybrides mi-éléphants venus du désert des Akhs, arrivés sous les acclamations des scorpions des environs.  Le fait qu'ils soient tombés en équipe ensemble avait suscité des murmures, mais c'étaient de vaillants combattants venus de loin, et on avait de toutes façons guère le coeur à les séparer. Ils s'étaient faits surprendre par la rapidité d'enchainement de Garlibu avec ses sorts, après que celui-ci ait néanmoins fait annulé une élimination dans son équipe par ruse, créant la controverse. En effet, l'union trompettante de leur équipe était si parfaite qu'on ne pouvait pas trop déterminer si celui qui lançait le sort était celui qui avait frappé juste avant, ce qui ne posait pas de problème dans les matchs où il y avait un écart important mais ici, dans un combat très disputé, cela avait été annulé, ce qui avait changé la donne. Des rumeurs disaient que Garlibu, responsable des tirages, avait prévu cette botte secrète depuis le début, sachant que le tirage avait été considéré comme l'avantageant lui-même, et les scorpions étaient restés fort mécontents de la situation. 

Il était enfin venu le moment du choc. Les équipes se faisaient face, et Ruzmo, le premier, s'élança. Il n'était guère rapide, poussant par terre pour avancer avec sa queue, à deux empans de sa base, tandis que le bout de celle-ci était enroulée autour de la masse d'arme, de telle sorte qu'elle lui servait un peu de patte et de bras à la fois, tandis que ses pattes lui servaient de queue et son nez de vésicule biliaire. Captain rocchus lui, attendait un peu pour charger, restant comme à son habitude en contrôle de la situation. Cependant, c'était présentément une erreur, car l'archer, souhaitant depuis le début ignorer Ruzmo qui était une bien moindre menace, profita du fait que celui-ci s'était écarté de son adversaire pour lancer son attaque fétiche : le jet d'arc dans les jambes à vocation de croche-patte. Captain rocchus, en manque d'équilibre de par l'absence de son cacatoes, s'élança trop tard, et ne put rien faire pour éviter. Jubilant d'avance, l'archer s'apprétait à enchaîner. La situation était désespérée pour nos héros, car un coup terrible allait leur être porté : le croche patte n'était pas assez dévastateur pour mener à une élimination, mais même dans le combat de manière générale, enchainer une technique d'arme par un sort ou une technique spéciale (ou encore un chant pour l'interruption qui vous a été présentée plus tôt) était la méthode systématique, et renforçait grandement les effets des deux attaques. C'est ainsi que l'on se battait à l'époque, avec gloire et panache. L'archer donc se préparait à utiliser son bond d'argile, un saut sur place dont la force se transmettait à la verticale de sa cible, l'aplatissant dans la boue (d'où le nom). Mais un miracle se produisit : quelque chose que l'archer n'avait pas anticipé se produisit, ce à quoi s'exposent les gens qui, même si ils ont beau l'habitude de comploter à longueur de temps pour trouver leur prochain coup, manquent de savoir. Car si l'archer avait mieux connu la morphologie et la dynamique rocchue, comme il se doit pour tout honnête homme, il aurait pu réaliser là un sacré coup d'éclat. Ce qui se passa en réalité fut la chose suivante : l'effet croche pied de l'attaque portée était double, comme la plupart des coups des archers d'ailleurs. Le premier effet trébuchant est l'impact, hérité directement du lancer, puis la dynamique de l'arme, avec la corde qui revient en position initiale, donne un soubresaut supplémentaire, pour un effet trébuchant maximal. Cependant les rocchus ont un système pour se mouvoir fort particulier, ils sont munis de très courtes pattes, voir n'en ont pas, si bien que quand on leur fait un croche patte, ils se retrouvent posés sur le haut de leurs cranes, et quand on leur en fait un deuxième, ils se retrouvent à nouveau en position initiale. Cela sauva le captain rocchus, mais une attaque est étudiée au moins intuitivement pour réagir aux contres, et il était fort mal parti à cause de sa carence de cacatoes, et ainsi il ne put s'en tirer à si bon compter et se mit à rouler. Ce qui commença par le croche patte en mouvement circulaire vertical se transforma bien vite en roulboul'rocchus, qui à cause du mouvement de rotation latéral généré par le problème d'équilibre de côté dégénéra en tourneboul'rocchus, et il percuta son partenaire. L'énergie cinétique se conserva, et le mouvement de rotation latéral s'imprima au tortogriffe et le vertical lui donna une impulsion vers l'avant, et ainsi il déboula en tournant, rentrant droit dans l'archer qui avait bondit, et fut percuté en suspension dans les airs, ce qui le fit volé, suivi du regard par toute l'assistance, avant d'aller s'écraser bien plus loin. L'occasion était sensationelle pour captain rocchus, que le choc avait arrêté, et il reprit son équilibre en faisant une double esquive, avant de s'élancer au corps à corps du sorcier. Il affronta celui ci avec technique et mobilité, et d'un coup, de son bras que l'on croyait un moignon puisqu'il y mettait son crochet, qu'il avait délaissé au profit de son sabre d'abordage pour le tournoi, mais qui en fait était juste court, BOUM ! torgnole, charlaffe, pas à droite, esquive en se penchant vers l'arrière, et enfin un coup de sabre proprement MAGISTRAL !!!!! La foule s'était levée, tandis que Captain rocchus entonnait son incantation. Mais un drame se produisit. Sa magie était puissante, mais son chant cristallin si pur et donc facile à perturber fut interrompu. L'archer, par terre, sonné, avait quand même réussi à lancer un caillou, suivi du son de la corde de son arc, qu'il avait fait aller à vide. C'était ce même son qui faisais de dédaigner la plupart des archer à notre Héro, ce son fade et ridicule, tranchant d'autant plus avec la perfection du chant rocchus. Mais le jet de caillou, connu parfois sous le nom de jet basique et que les rodeurs en tous genre se mettaient à enchainer un grand nombre de fois déjà à cette époque, était ce qui l'avait vraiment énervé. Les caillous étaient bien pâles en comparaison des rocchus certes, mais les jeter ainsi, sans même se poser de questions ... Les des vagues de haines se rencontrèrent, trop forte pour le corps même d'un rocchus, et le quittèrent donc, s'atténuant, mais atteignant en partie Ruzmo, qui était un vétéran, doté d'un caractère déjà assez fort d'ordinaire. Le tour qu'on lui avait joué n'arrangeait déjà en rien son humeur, et il s'élança vers l'archer en grondant. Cependant, le tournis le repris violemment, et il s'immobilisa de manière incontrôlée, ce qui le fit se retourner sur son ventre tandis que l'élan l'amenait au dessus de l'archer. Il n'y aurait plus à s'en soucier pendant un moment, mais la situation avait quand même pris un détour des plus sombres, car le sorcier avait levé son épée, chargée de magie, qui lui permettrait d'enchainer un puissant coup avec une incantation rapide, et captain rocchus, que la rage avait quitté n'aurait pas le temps de parer. C'est alors que cela commença. De manière ténue d'abord, puis de plus en plus fournie, le vrombissement s'agrandit. Les feuillus de l'assistance avaient commencé à vibrer à l'unisson, et l'ancienne alliance réveillait un antique pouvoir dans le cristal des rocchus, qui se chargeait d'énergie. Décuplée par la sérénité du capitaine, l'énergie bloqua le rayonnement magique et l'épée rebondit sur le corps dur du rocchus, rebondissant sur son propriétaire qui avait commencé directement l'incantation, et comme le sort était totalement perturbé, une explosion magique puissante s'ensuivit, et alliée à un coup de sabre de notre protagoniste, elle envoya valser Garibu. Le chant rocchus, répondit au vrombissement des feuillus, et le mage fut éliminé. Le silence retomba sur la foule stupéfaite. L'archer eut ainsi un peu de temps pour se reprendre, mais inspiré par la scène qui venait de se dérouler, Ruzmo frappa violemment de sa masse d'arme, et l'enchaina avec une incantation surprenament rapide, bien qu'il ait mis du temps à la lancer (en réalité dans sa magie curieuse, brute et sauvage, l'incantation d'élimination variait très peu de la normale, si bien que l'archer passa à deux doigts de la mort), et pour la première fois du tournoi le tortogriffe élimina quelqun. Un rare sourire, béat et apaisé, fendit son visage. 

Alors que les vivats commençaient à être lancés cependant, le mage se releva furieux, se préparant à lancer un sort dévastateur avec la magie dont il avait saturé les environs un peu plus à chaque tour, qui allait briser les sorts de protection liés au tournoi et créer de grands ravages, tant sa colère était grande, comme l'est celle de tous ceux refusant de reconnaître la grandeur du peuple rocchus. Mais un concert, étrangement similaire à celui des feuillus, et d'une puissance sonore encore plus grande, l'arrêta subitement. C'étaient les scorpions, prêts à déterrer la hache de guerre, leurs camarades à tête d'éléphants en tête, et ainsi le sorcier du retourner s'embusquer dans le puit de l'oasis. La foule se dirigea vers sa tente, la colère s'était levée petit à petit sur ses différentes arnaques, notamment au niveau des paris, et certains cherchèrent à récupérer leurs mises. Cependant, ils n'avaient pas le coeur à confisquer la caisse de la buvette, et sans pouvoir dissocier, ceux qui s'estimaient lésés se remboursèrent directement en boisson. Les célébrations furent mémorables, des bêtes entières furent mises à cuire sur de grands feux, et le tumulte dura bien longtemps dans la nuit. On scanda le nom de captain rocchus, et ce avec tant d'ardeur, qu'il est parvenu jusqu'à nous. 

 

Un bien belle époque que celle-ci, se dit le nécromant. En se levant, s'étirant, et s'éloignant dans la nuit naissante, alors que le flot des visiteurs avait cessé. Bien triste est la vue qui s'offre à ceux qui ont encore en mémoire des temps glorieux. La tristesse l'arrêta un temps, mais il se reprit, et avança plus fermement. La détermination ne lui faisait pas défaut. Tout restait à faire. Mais à ce propos ... Il se tourna vers le tonneau. De l'énergie magique s'accumula dans sa main, et passa au liquide à travers le bois. C'était une simple charge magique, mais tousser après avoir consommer le breuvage créerait une déflagration puissante. Il était bon que le privilège de boire à telle foison que l'on en tousse revienne à ceux sont l'intention est irrépressible, pour qui créer une explosion en toussant ne pouvait être une gène, mais manifesterait une prolongation de l'intensité de leur volonté. Il fit la liste mentale des bois sans soif du dimanche et m'as tu vu que j'picole de ces terres, et se demanda en s'éloignant, cette fois pour de bon, si la maison GV était assurée contre les incendies et autres explosions.

Edited by odriistfen
Link to post
Share on other sites

Un beau matin s'annonçait, la neige se retirait petit à petit sur les terres de basses altitude. Ne laissant que peu de temps aux aventurier, déjà les forces de ce monde annonçait le prochain événement. Depuis qu'un nouveau dieux était arrivé au panthéon, on avait rarement le temps de se remettre de ses émotions. Que ce soit bien ou mal personne n'avait son mot a dire sur la agissement des personne siégeant aux côté de l'unique.

Traînant ses lourdes pensée jusqu'au temple de la capitale, un homme avançait avec peine sous le soleil brûlant du désert nordique mais il ignorait tout de la tournure que sa journée prendrait. Arrivant aux portes de la grande ville, il appris la nouvelle qui était affiché sur les murs de la guilde des chasseur: un tournois était lancé, les inscriptions étaient ouvertes. Cela impliquait qu'il y participe, il ne pouvait pas y espérer de grande victoire mais sa grandeur d'autrefois était déjà trop ternie et il se devait de se battre. Il rêvait de quelques victoire et de voir son nom au plus haut des mémoriaux qui seraient érigés mais il savait que ses réflexes de combattant d'antan n'étaient plus que des souvenirs.

 

Quelques semaines de préparatif plus tard...

Il avait retrouvé une partie de ses capacité motrices et pouvait se mouvoir à peu près correctement dans l'arène, les affrontement qu'on lui avait offert pour s'échauffer n'étaient pas réellement compliqué au vu de son binôme réputé et parmi les lieutenant et généraux des plus grande factions de ces terres, il n'avait pas trouvé de personne disposé à faire des échanges amicaux pour l'aider à s'exalter. Il faut croire que les adversaire, aussi réputé qu'ils soient, étaient plus motivé par un affrontement sans défi. Les combats du tournoi se succédèrent sans trop de surprise et malgré l'aide acharné de son comparse le duo fût éjecté du podium rapidement.

 

Il ne restait que les paris pour briller mais là encore les capacité cognitives venait à manquer. Il avait parié sur des équipes bien souvent classé à l'opposé et seul quelques points furent validé pour son compte. Les stratégie furent d'une déconcertante similitude, les gladiateurs ayant choisit des armes à distance et une armure légère se faisant souvent annihiler par des coups toujours plus fort, peut-être trop fort pour qu'ils puissent s'attendre à cela. On vantait souvent la beauté des affrontement sur la durée mais cela ne semblait pas être les souhait des dieux qui préféraient voir leurs enfants mourir brièvement, peut-être pour leurs éviter de souffrir trop longtemps. Les nombreux aventurier se ruant dans les gradins ne semblaient pas dérangés par ces spectacles manquant de superbe aux yeux de notre mirmillon vaincu.

Après l'affrontement, une réunion de rétrospective fût organisé brièvement, un grand succès selon les rumeurs. De quoi tenir les esprit occupé mais rien qui ne retint l'attention de cet homme blasé les pensée qui le pré-occupait, c'est sans gloire qu'il contemplait son nom au bas des stèles neuves.

Link to post
Share on other sites
Il était venu le temps...

Le temps de prouver ma dévotion au Constellation et a Vulfume.

Quoi de mieux qu'un tournois aléatoire organisé par la guilde. En parlant d’aléatoire, le jour du tirage au sort tous les combattants s'étaient donnés rendez vous dans la guilde.
 
Un silence de mort, et une certaine tension s'était installée. Tout le monde était impatient de savoir avec qui il allait devoir composer pour espérer gagner le grand tournois de la Guilde.
Le destin avait voulu que je me retrouve avec Ginji, mage des Constellations, nous nous connaissions déjà bien.
Une mage au service de Posicillon.
Une guerrière au service de Vulfume.
Le duo était improbable, mais nous avons tout le loisir de s'entraîner dans notre tente.
 
Après de multiples entraînement, nous y étions, le début de la compétition, les phases de poules.
Les dieux avaient été avec nous, un match de perdu sur six. Cela nous avait assuré la première place du groupe.

Direction les quarts de finale, nous affrontons des collègues Ignés, nous étions confiantes, et nos entraînements continuaient porter leurs fruits.
Vulfume était de mon côté ce jour la.

Les demies finales, nous tendaient les mains. Nous affrontons les premiers de la poule A, des adversaires coriaces mais à notre portée. Un nouveau jour où les dieux étaient avec nous, une défaite pour deux victoires. La chance nous souriait.

La finale, le moment tant attendu, nous nous retrouvions face à l'équipe phare de la compétition, tous les pronostics allaient en leur faveur. Pourrions nous créer la surprise ?
Malheureusement, ce jour là, nos adversaires avaient été meilleurs.
Ce jour là, les dieux nous avaient abandonnés.
 
 
 
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...