Jump to content
Terre des Éléments

[Event RP] Contes de Noël de la Terre des Éléments [+ 113 AC]


Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Les lutins Fesoch ont refait leur apparition sur la Terre des Éléments ! Cela ne peut vouloir dire qu'une chose... Noël approche à grand pas !

 

Cette année nous vous proposons de partager les contes et fables de Noël qui ont bercé votre enfance ! Que vous veniez d'Aqua, d'Ignis, d'Aéris ou de Terra, que vous soyez humain, elfe ou ent, que vous y croyiez ou non, il est fort à parier que lors de votre enfance on vous a bercer avec ces contes hivernaux.

 

Pas de règles particulière, laissez libre cours à votre imagination et écrivez les plus beaux contes de Noël de TdE !

Respectez l'univers du jeu évidemment.

 

L'évènement RP sera ouvert jusqu'au samedi 9 janvier inclus.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

La soirée au coin du feu s’annonçait douce. Je me laissais lentement emporter par la chaleur ambiante. Un petit verre de cognac afin de finir la soirée affalé dans mon vieux fauteuil. J’en sortais quelques instants pour me faire infuser une petite tisane, histoire de me donner bonne conscience à quelques jours des fêtes et….des abus !

 

Le feu crépitait dans l’âtre, mes chaussettes (humides) pendaient à la cheminée, non pas en attente du gros barbu mais plutôt parce que j’avais passé la journée à parcourir la forêt or la forêt en cette saison : ça craint, ça mouille, ça pique, c’est froid !

 

Bref, je me laissais doucement aller et finissais par trouver le sommeil, enfin le pensais-je…

 

Eh toi là, le gars à moitié endormi !!

 

Qui moi ??

 

Ouais toi là, tu penses que c’est le moment de flemmarder ? Vraiment ? Tu penses pas avoir mieux à faire ?

 

Ben écoute non, et puis d’abord tu es qui toi ?

 

Un petit être tout vert se tenait devant moi, il portait un chapeau vert, une chemise verte et un pantalon vert. La modeuse Kris Tyna n’avait pas dû lui expliquer qu’on pouvait panacher les couleurs. Enfin bref, ce lutin se tenait sur mon ventre et me parlait de façon quelque peu agressive.

 

Tu sais que le Père Noël  a paumé sa gnôle ? Hein tu le sais ça ?

 

Non je ne sais pas et même si je le savais que voudrais-tu que ça me fiche ?

 

Tu penses qu’il fonctionne comment le traineau, hein ? Tu penses qu’on peut piloter une luge qui vole avec des rennes sans être un minimum bourré ?

 

Un temps de réaction. J’écarquille les yeux, j’ouvre, je ferme, j’ouvre, je ferme, il est toujours là !

 

Bon écoute s’il te faut de l’alcool j’en ai plein la cave, va te servir et déguerpis s’il te plaît.

 

J’en veux pas de ta gnôle à 15 Po de chez Lideule, il me faut de l’alcool mais ça tu dois en avoir mais également des baies roses qui ne poussent qu’au fond de la forêt et un peu de neige des hauts sommets…

 

Et tu penses que moi, Ombre, je vais bouger pour aller te chercher des bonbons roses et de l’eau gelée ?

 

Oui car le Père Noël a dit que le seul qui comprendrait son besoin d’étancher sa soif c’était toi, tu es le meilleur, le plus aguerri, le plus noble, le plus…

 

Ouais, ouais c’est bon mes bottes sont propres inutile de continuer, bon tu m’attends ici je vais te chercher ton bordel.

 

Ni une, ni deux je me mis en quêtes des dites baies, j’en avais vu dans la forêt ce matin, ça ne devrait pas être bien compliqué.

Arrivé devant le buisson je croise une famille hérisson qui se fait un petit festin des dites baies.

 

Dites les érinacéidés vous voulez bien me passer une poignée de petites baies s’il vous plait ?

 

Eri quoi ? Il nous insulte le grand en capuche là ?

 

Non, non c’est votre classe d’animal, enfin vous êtes des hérissons donc des érinacéidés comme les ours sont des plantigrades quoi.

 

Eh t’as entendu Wilbear il t’as insulté de Plantigoinfre !!!

 

D’un coup un ours gigantesque surgit de derrière les buissons.

 

ROUARRRGHHHHH je vais te manger vil intrus !!!!!

 

Soudain un blanc, mais genre un vrai blanc, je me retrouve couché au milieu de la neige avec un sac plein de baies roses. Je ne sais par quel miracle, je n’ai pas tout suivi, je pensais que l’ours m’avait dévoré, apparemment non j’étais trop imbibé pour lui !

 

Par chance j’avais atterri dans la neige. Je m’empressais de ramasser quelques poignées et de descendre la montagne afin de rejoindre le lutin vert.

 

Oups, un caillou, oups, une falaise, oups je….TOMMMMMBBEEEEEEE !!!

 

PAF PAF PAF PAF, une main minuscule me mettait des baffes, un truc vert et un peu grossier.

 

Réveille-toi empaffé , les ingrédients sont là, aide moi à les mettre en bouteille.

 

Ni une ni deux je m’empressait de nettoyer une bouteille, j’y versais de l’alcool, de la neige ainsi que les baies. Une fumée étrange s’échappa du goulot et la boisson devint verte rouge et or !

 

WOUAHOU j’avais jamais vu ça, je peux goûter ?

 

Non, pas pour toi mais merci quand même, allez retourne dans ton fauteuil et va dormir.

 

Ce que je fis, machinalement….

 

Le lendemain matin le réveil fût dur, l’impression de ne pas avoir dormi et d’avoir fait un sacré rêve. J’en été arrivé à en rire seul en me disant que j’avais un peu dû forcer pour m’imaginer une telle histoire.

 

M’enfin il fallait retourner couper du bois, le Réveillon c’était ce soir. Je saisissais ma paire de chaussettes qui laissa s’échapper une petite fiole de liquide rouge, vert et or….

 

HO HO HO Joyeux Noël les amis !!!

Edited by Ombre
Link to post
Share on other sites

Le plus beau cadeau de Noël 
C’est de me couvrir de merveilles 
Le plus cadeau de Noël
C’est de me donner masse oseilles

 

Le plus beau poème de Noël
Ne peut exister que sous le ciel d'Eolia
Le plus beau poème de Noël
C'est d'avouer que seul le jaune triomphera (hic)

 

La plus belle magie de Noël
C’est de voir ma collection s'agrandir
La plus belle magie de Noël
Du coffre se servir sans nul consentir

 

Le plus beau message de Noël
C'est de continuer à dominer ces terres
Le plus beau message de Noël
C'est de laisser Efa loin derrière

 

Je vous souhaite une joyeuse fête
Que jamais rien ne vous inquiète
Je vous souhaite la sérénité
Avant que je vienne vous éclater

 

Les AD, mes amis, ma famille ... !
Soyez fous, soyez habiles,
Soyez heureux et généreux
Noël est un jour merveilleux
Alors faisons tous ensemble une trêve

Et offrons à notre magicien d'amour tout ce dont il rêve ! 

Link to post
Share on other sites

Nouvelle de Noël

***

 

Inlassablement vêtu de rouge et de blanc,

Jamais il ne pouvait passer inaperçu.

Son échine courbait sous un dos imposant,

Chargé de mille choses rondes et pointues,

 

 

Malgré ses dentiers que souvent, il égarait,

Il esquissait toujours de très larges sourires,

Derrière sa large barbe, dissimulés

La solitude lui tirait quelques soupirs,

 

 

Loin du monde, de ses rires, et de ses cœurs,

Il parcourait de cent yeux les terres alentours,

En recherche d’une lueur, d’une chaleur,

D’un être intrigué par ses disgracieux contours,

 

 

Le jour où un tel être viendrait s’y risquer,

Il l’inviterait sur son dos, toujours chargé,

Et l’âme curieuse, naïve et enchantée,

Tout doucement, sans bruit, viendrait s’y empaler.

 

 ***

 

 

 

 

Spoiler

image.png.f4fefcb917b6fd77ccf832368b8069a2.png

 

Edited by Hephaistos
Link to post
Share on other sites

J'avais entendu dire que le père Noël était de retour sur MZ, je me rendis vite où il était. Je m'assied sur ses genoux heureuse de le retrouver, tout à coup, je le vis pleurer... "mais qu'est-ce qu'il y a? Vous n'allez pas bien?"  Il essuya ses larmes, et avec de grands yeux tristes, il me dit : " Ma chère Céleste, chaque année je distribue des cadeaux, mais pour qui? Sur MZ, il n'y a pas d'enfants, vous êtes tous grands! "   Je lui donnai un mouchoir, car son nez coulait.  Je lui dis : " Mais, on est tous des enfants quand cette fête arrive, on redevient petits, nos coeurs battent plus fort, nos yeux s'illuminent, et nous chantons tous de belles chansons, et on se retrouve tous chez vous, tous fébriles à l'idée de vous revoir, ainsi que vos elfes et vos rennes, et que dire de nos beaux sapins décorés avec amour. "     Et dans ma tête, je revis toujours les beaux jours de cette fête passé avec mon tendre époux Khorne et nos amis, et moi aussi je suis triste parce qu'il n'est plus là, et combien il me manque!  Je pleure en silence, mais il restera toujours dans mon coeur.   

image.thumb.png.fbaea68333a5586002de1d4bac95493e.png
 
 
 
 
 
 
Link to post
Share on other sites

Le Grizznard

 

Elle s’installa dans son lit la larme à l’oeil. Monsieur Reine, leur petit pensionnaire pendant 24 jours, était retourné près du Père Noël pour l’aider à livrer les cadeaux. Terpsichore ne l’avait pas montré aux autres mais elle avait eu un pincement au coeur en sachant que le renne ne rentrerait plus avec eux dans la coquille. Monsieur Reine avait créé une cohésion entre tous les habitants des Terres des Éléments et elle avait fait des rencontres improbables grâce à lui. Il allait beaucoup lui manquer même s’il avait juste l’air de ruminer et de se foutre complètement de leurs activités.

 

Après avoir dit au revoir à Monsieur Reine, elle s’était dirigée en taverne sans les autres pour commander de nombreuses bières et parler avec les habitués. Elle ne voulait plus penser au calendrier de l’Avent et au petit renne. Elle avait réussi à se changer les idées mais elle s’était sentie à nouveau triste en poussant la porte de la coquille et en voyant quelques carottes mangées de Monsieur Reine au sol. Elle s’était dirigée vers son lit telle une momie enragée sans jeter un regard à ses copains FNous. Elle avait le cafard et elle risquait de réagir mal à la moindre bulle mal faite. Allongée, les yeux rivés sur le plafond, elle essaya de se remémorer un bon souvenir pour oublier sa peine.

 

Elle se rappela d’un Noël un peu étrange quand elle était enfant. Elle avait été punie avec ses sœurs la veille de Noël car elles avaient eu l’idée lumineuse de partir en douce pour aller voler des poulets chez un ermite vivant dans la forêt. Elles avaient voulu attraper les volailles pour les déguiser en petits soldats pour une pièce de théâtre mais le propriétaire les avait vues dans le poulailler. Trois petites têtes blondes, ça ne passe pas inaperçu. Le vieil homme avait informé leur père qui les avait enfermées dans leur chambre après les avoir grondées pendant de longues minutes. Leur papa était rarement énervé malgré leurs nombreuses bêtises mais cette fois-là, il s’était montré très sévère. Il avait hurlé que le Père Noël ne viendrait pas et qu’elles étaient privées de sortie pendant une dizaine de jours. Un drame pour les fillettes, habituées à courir partout et à faire leurs spectacles. Elles avaient pleuré toute la journée et leur mère commençait à éprouver de la compassion pour les trois petites malheureuses.

 

« Chéri, tu ne crois pas que tu as été un peu trop sévère...»

 

« Tu penses que la punition n’est pas justifiée ? »

 

« Si, mais c’est bientôt Noël et je n’en peux plus d’entendre leurs sanglots...Va leur parler, raconte-leur une histoire ».

 

Le père grimpa la série d’escaliers menant à la chambre de ses filles et il ouvrit la porte en essayant de garder un air sérieux et fâché. Au fond de lui, il ne trouvait pas ça bien grave, il y avait bien pire que de voler quelques poules mais il devait leur montrer qu’elles avaient été trop loin. Il n’aimait pas les voir pleurer à chaudes larmes et se sentait comme un monstre sans coeur. Il s’installa sur le lit de l’aînée et les invita à le rejoindre. Thalie, la plus petite, se plaça sur les genoux de son père : quand à Clio et Terpsi, elles se glissèrent sous ses bras.

 

« Je pense que vous avez compris qu’il ne faut pas voler, même si c’est pour vos pièces de théâtre. Monsieur Allekar vous aurait prêté ses poules si vous le lui aviez demandé...*

 

Il marqua une pause et les regarda l’une après l’autre. Elles séchaient leurs larmes en l’écoutant attentivement.

 

« Mais si je vous ai crié dessus, c’est parce que j’ai eu peur que vous croisiez le Grizznard ! »

 

« Le Grizznard ? » demanda innocemment Thalie en se frottant les yeux.

 

« Oui, le Grizznard. un grizzli avec des pattes de canard ! Il sort des profondeurs de sa grotte, située dans la forêt, pour chercher de la nourriture avant le lever du jour...Et bien souvent, il s’attaque aux oiseaux et aux poules ! De nombreuses personnes racontent qu’elles ont trouvé des poils d’ours et d’énormes traces de pattes de canard autour de leurs poules éventrées. Un groupe de randonneurs affirme même l’avoir vu rentrer dans sa grotte lors d’une balade nocturne. Ils ont voulu le suivre mais la bête a crié lorsqu’ils se sont rapprochés et ils se sont enfuis à toutes jambes ! »

 

« Mais comment ça se fait que tu ne nous en as jamais parlé ? » dit Clio, intriguée.

 

« Parce que je n’ai pas eu à le faire jusqu’à aujourd’hui vu que je ne savais pas que mes filles étaient des voleuses de poules ! » répondit le père en chatouillant Clio et Terpsichore. Les filles rirent et présentèrent une nouvelle fois leurs excuses en disant qu’elles ne recommenceraient plus pour ne pas se retrouver face au Grizznard. Leur père fut rassuré et elles retournèrent chacune dans leur lit. Il déposa un baiser sur le front de chacune d’entre elles, éteignit la lumière de la chambre et s’en alla.

 

[Une minute plus tard]

 

Les filles avaient attendu que leur père soit à nouveau dans la cuisine pour discuter entre elles.

 

Clio : Il nous prend vraiment pour des billes...Un Grizznard !

Terpsichore : S’il pense que ça va nous arrêter de sortir et de courir dans la forêt !

Thalie : Non, papa ne dit que la vérité !

Clio : Thalie, arrête de croire tout ce que papa dit ! Il voulait juste nous effrayer !

Thalie : Mais non, je suis sûre qu’il existe !

 

Les deux plus grandes n’insistèrent pas et s’endormirent. Le lendemain, quand elles retrouvèrent leurs parents dans le salon, il y avait des cadeaux sous le sapin à leur plus grand étonnement. Elles étaient tellement heureuses que le Père Noël fut venu malgré leur bêtise de la veille. Elles coururent vers les cadeaux bien emballés mais furent surprises de voir des petits trous dans ceux-ci en s’approchant. Quand elles voulurent les attraper, les présents se soulevèrent d’eux-mêmes et partirent dans tous les sens dans la pièce en se cognant contre les murs. Leurs parents rirent aux éclats en voyant leur incompréhension et elles mêlèrent leurs rires aux leurs lorsqu’elles entendirent « cot cot ! »

 

Edited by Terpsichore
Link to post
Share on other sites

Quelque part, au fin fond d’une grande forêt,

Dans les friches d’un sous-bois ou juste à son orée,

Se trouve, dit-on, une plante au feuillage mordoré

Aux propriétés légendaires et honorées

 

Ses cousines rouges et vertes par tous sont picorées

La bleue, plus dangereuse, est la plus dévorée

Car ses vertus sont par tous les mages adorées

Mais la jaune serait encore améliorée

 

Afin de la trouver, ces terres sont explorées

Nombreux sont encore ceux à y collaborer

Mais nulle âme n’aperçoit son feuillage coloré

Pas même dans Melrath ni son quartier arboré

 

Cet échec durable ne peut être que déploré

Car il ne laisse qu’espoirs déçus, évaporés

Ah ! Quand donc pourra-t-on enfin commémorer

La date de la découverte du feuillu doré !

 

Link to post
Share on other sites

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

Imaginez que père noël le grand
Souhaitant soudain compléter sa tournée
S’en fut perdu dans les terres des éléments
Les vœux de tous voudrait réaliser

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

Sep et Terpsi pour se remplir la panse
Auraient reçu un festin bien garni
Sur un plateau, des bières en abondance
Un verre de lait, et une centaine de cookies

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

Baracil et Prime, tout ensanglantés,
Pourraient monter sur le traîneau joli
Si fatigués de perdre leur foyer
Directement les mener en Laponie

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !


Le côté sombre ne serait pas en reste
Tout les AD trouvant près d’la cheminée
une arme de siège caché dans leurs chaussettes
Manrek pleurant en haut des cimes enneigées !

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

Pour éviter d’autres vœux à la con
Le père noël serait livré ficelé
A quelques orcs, aimant farce et marrons
Le règne sombre pourrait bien commencer …

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

 

De MZ au Marais
C’est noël, c’est noël
De MZ au Marais
Tous les vœux sont exaucés !

Link to post
Share on other sites

Petit Flocon

 

Il était une fois un petit flocon de neige.

Entouré de tous ses amis il vivait dans un nuage bien garni.

D’un blanc immaculé, le nuage se voulait très douillet.

Et pourtant, cela ne saurait durer, fatalement il ne pourrait y échapper.

 

Blottis dans ce lumineux cocon, tous s’amusaient sans restriction.

Mais un jour, Flocon de neige, vit se former un cortège.

Ses amis sautaient un à un, dans le ciel à pieds-joints !

 

« Mais que se passe-t-il ?! », tout surpris hurla-t-il.

Tous éparpillés, nul ne lui répondit, trop occupés à sauter dans le ciel infini.

Et bientôt Petit Flocon fut isolé, tous ses amis s’étaient envolés.

Le nuage jusqu’alors si accueillant, était désormais bien terrifiant.

 

Rassemblant son courage, d’un pas peu assuré, au travers du nuage il se laissa tomber.

Emporté par les vents… Il affronta tempêtes et tourments.

Une seule idée animait son esprit : retrouver tous ses amis.

 

Il traversa monts et forêts, affronta grêles et gelées.

Par le vent plus d’une fois fut presque broyé, sans jamais maîtriser sa destinée.

Petit Flocon ne voyait nulle possibilité de retrouver ses amis évaporés.

Et alors que tout semblait perdu se produisit l’inattendu…

 

Le vent se calma et le petit flocon chuta.

Vers la terre, inlassablement attiré, il sentait ses derniers instants arriver.

C’est alors qu’en lieu et place de l’impact, il atterrit sur le sol, intact !

Ses amis étaient tous réunis, et ensembles, sa chute avaient amortie.

 

Il les avait retrouvés, tous en ce lieu rassemblés !

Les petits flocons sur la terre, recréaient leur vie d’avant dans les airs.

Amusement et chamailleries, leur joie se propageait à grands cris.

Avec un grand émerveillement, Petit Flocon découvrit la Terre des Eléments.

 

Déjà là-haut tous ces jolis flocons, avaient compris leur divine mission !

Descendre du ciel et transmettre à tous la bonne nouvelle :

« Ho-Ho-Ho, les premiers flocons tombent à flots,

Entendez-vous cet appel ? Voici le temps de Noël ! »

 

 

Signé : Selene & Ginji

 

Edited by Ginji
Link to post
Share on other sites

Petit papa Noël,
Tu es descendu du ciel,
Avec des lutins en ribambelle.

 

Mais ces derniers,
Considérant qu'ils étaient exploités
t'ont tous abandonnés.

 

Alors pour livrer tes cadeaux,
Tu t'es retrouvé avec un lourd fardeau ;
Car même si tu es costaud,
Tu n'es plus un jouvenceau. 

 

Tant d'enfants à satisfaire !
De Melrath Zorac, tu as contacté le maire
Ce dernier, très autoritaire
Engagea des habitants extraordinaires.

 

Comprenant vite l'entourloupe,
Une partie des troupes,
Quitta la chaloupe.


En effet qui voudrait travailler 
Pour un vieux satyre


Qui ne rémunère pas ses salariés ?
Devenant de vrais martyrs 


Pauvres petits lutins,
Qui sont chassés du soir au matin !

 

Devant tant d'injustice,
C'est avec un sourire Malice
Que je décida d'entrer en lice
Et de jeter le Père Nowel au précipice !

 

Après tout si les enfants 
veulent des cadeaux géants,
Ils n'ont qu'à demander de l'argent
à leurs chers parents.

 

C'est pourquoi mon ami,
A partir d'aujourd'hui,


Nowel se fera sans toi Papa
Car tu n'es qu'un ingrat.

 

Edited by Kirnes
Link to post
Share on other sites

Légende de Noël des contrées D'Eolia. Déesse du Vent, de l'Air et du Ciel.

 

troll_boss.png

 

Le Troll amnésique.

 

Les trolls sont des personnages forts intéressants. Non pas qu'ils brillent par leur capacités intellectuelles à résoudre quelconque énigme, ils sont néanmoins gentils et très sociables. Bien qu'un peu rustres et il est difficile de ne pas déceler chez eux un certain sens de l'humour. Les légendes racontent qu'ils se transforment en pierre à la vue du Soleil. Cette allergie commune aux vampire serait même à l'origine des Rocchus communs.

 

Quoi que l'on en pense, ils sont surtout reconnu pour leur principal défaut : ...ils sont particulièrement gourmands. Vous me direz, bah, est ce cela un si gros défaut ? Si je vous dis qu'ils sont exclusivement carnivores, que leur appétence va à de la chair fraîche et que leur menus préférés se composent d'êtres humains, d'elfes ou tout autre animal de taille moyenne ?

 

Enfin, tout cela pour vous dire qu'il y a très très très longtemps, dans une contrée reculée, vivait au fond d'une paisible forêt de conifères : Bald Nruck. Un troll solitaire assez rustique. Tout allait bien pour lui, il parcourait son domaine à la cueillette de quelques bûcherons égarés, de jeunes elfes débutants, de gobelins aventureux. Et quand ces derniers venaient à manquer, les bois lui livraient toujours un cerf ou un sanglier à se mettre sous la dent. Mais lors d'un hiver particulièrement froid et neigeux, en ce début de mois de Festiva, notre pauvre ami, qui n'était pas troll à faire des provisions, se trouva fort dépourvu quand la bise d'Eolia fût venue. Au bout de quelques semaines, son estomac le faisait trop souffrir. La faim le poussait alors à quitter son abri pour partir à la recherche de quelques pitances propres à sa survie. Mais le Soleil lui faisait peur, hors de question de finir en rocchus... mais la faim, cette faim lancinante lui faisait perdre la raison. Au diable le soleil !!! On ne l'avait plus vue depuis des jours, caché par un épais manteau nuageux qui n'en finissait pas de déverser cette neige poudreuse sur la forêt.

Il partirait donc...

 

Cap au nord, vers les montagnes, refuge des gobelins qui, se disait-il, seraient de sortie pour trouver eux aussi, de quoi se sustenter. Mais les gobelins vivaient en communauté au fond des grottes et avaient probablement constitué quelques provisions. La neige avait complètement recouvert les entrées des cavernes. Cela ne présageait rien de bon pour notre ami. Il continuerait dons son périple. Marcher pour manger... ou mourir.

 

Il marchait, marchait, par delà les montagnes, les cimes. Bien que robuste et possédant une grande réserve de graisse. Bald Nruck commençait à ne plus ressembler à un troll digne de ce nom. Ils sentait ses forces s'épuiser. Cela faisait presque une semaine qu'il n'avait pas soupé. Ni dîner, ni même déjeuné d'ailleurs.

 

Alors que le blizzard s'était levé. Que l'épais manteau de neige devenait un véritable obstacle à sa progression... Un sensation olfactive qu'il avait presque oublié vint à se rappeler au bon souvenir de ses épaisses narines. Un fumé divin qui lui redonnait enfin l’espoir... de la chair fraîche. Bien fraîche.

L'odeur était presque imperceptible. Mais se sens là ne le trompait pas. Ça sentait bien la chair fraîche.

 

Il se concentrait donc sur cet unique espoir et commençait à remonter la piste. Son cœur battait la chamade et dictait à ces massives jambes d’accélérer le rythme. Un changement brutal de direction du vent et la piste serait perdue.

Alors qu'il galopait maintenant vers ce potentiel repas... une sensation bizarre l'envahit. Il en avait senti des odeurs, et remonté bien des pistes. Mais quelque chose l'intriguait... il ne connaissait pas cette odeur particulière. La curiosité se mélangeait alors à l'appétit. Il courrait maintenant à en perdre la raison ; et plus il progressait, plus l'odeur se définissait.... et plus il la sentait, moins il la reconnaissait. Et pourtant, diable que cela sentait bon....

 

 

Ça y est !!! Au loin, il distinguait quelque chose. Un lueur. Une habitation peut-être, une cheminée ?

En tout les cas, cela n'avait pas l'air d'être un village. Trop risqué pour un seul Troll affamé.

 

Il se rapprochait donc prudemment. Et oui, comme il le devinait, il s'agissait bien d'une maison isolée au beau milieu de nulle part. Plantée la, toute seule et dont il se dégageait une odeur... une odeur envoûtante. Un fumé excitant... quelque chose de magique. Un festin en vue...

 

La bave dégoulinait de ses grosses babines en gelant presque aussi tôt. Plus il se rapprochait de l'habitation, plus cela dessinait sous sa bouche, une épaisse barbe de cristaux de givre.

Arrivé au niveau de la demeure, notre troll s'aventurait à jeter un coup d’œil par une fenêtre en vue d'élaborer un plan simple. Un plan de table.

 

Quelle ne fut pas sa surprise en regardant à l'intérieur. Une foule de petits êtres humanoïdes s'activaient à courir dans tous les sens, construire des choses étranges, cuisiner …. Ce qui lui vint directement à l'esprit à la vue de toute cette vie serait d'en confectionner une brochette. D'autant que ces petits bons-hommes ne semblaient pas dangereux pour un sou. Le plan serait simple, il toquerait à la porte, les créatures lui ouvriraient, et il n'aurait plus qu'à en faire la récolte avant de se mettre à table.

 

Comme vous l'aurez compris, notre troll venait de tomber précisément, sur l'atelier de confection des lutins du Père Noël. Et que son plan, aussi louable était il, s'il devait le mener à bien, allait compromettre durablement la mise en place des festivités de cette année et certainement des suivantes.

 

TOC TOC TOC !!!

Le plan était lancé.

Les lutins qui se trouvaient à coté de la massive porte en chêne, cessaient leurs activités pour aller jeter un œil par l’œilleton. Peu habitué aux visites, ils s’interrogeaient en cœur « Qui c'est ? Qui c'est qui sait ? »

Le lutin le plus proche de l'entrée, observait donc par le judas. De l'autre coté, se tenait Bald Nruck et sa barbe de givre. Mais à hauteur de l'orifice, de l'autre coté, on n'apercevait qu'une épaisse barbe blanche. Il répondit donc à ses amis : « Pfffffff !!! Bah ce n'est que notre Père Noël qui revient sûrement vérifier que nous sommes bien affairés au travail!! Je lui ouvre... »

 

Au déclic de la serrure, ce qui devait arriver, arriva....

 

 

 

 

Spoiler

La Déesse Eolia, prévenue du sinistre avenir par le Blizzard lui même, gela le troll sur place à l'instant même ou la porte s'ouvrait. Il n'était pas dans ses habitudes d'intervenir dans la vie des êtres vivants. Mais là, il en était de l'avenir de Noël.

 

 

Ce qui est plus étrange, c'est que les lutins, devant le golem de glace qui siégeait devant leur porte, prirent leur air compatissant et décidèrent de venir en aide à ce géant glacé qui allait trépasser. Ni une, ni deux, couvertures ,eau chaude et victuailles furent mise à contribution pour restaurer l'étrange personnage. Au bout de quelques minutes, le troll revenait à la vie... Mais son cerveau restait néanmoins complètement gelé. Les lutins , pour malins qu'ils étaient, comprirent très vite le bénéfice qu'ils pourraient trouver à se servir de leur nouvel ami comme d'une sorte de troll à tout faire.

Et c'est depuis ce jour, que le Troll Amnésique sert de domestique dans l'atelier du Père Noël.

A ce que l'on en sait, il ne mange plus de viande mais exclusivement des gâteaux. Et grâce au bonnet de noël magique que lui a tricoté la mère Noël. Bald Nruck ne craint presque plus les rayons du Soleil...

 

trollamnesique.png

 

 

Link to post
Share on other sites

 

D'aussi longtemps que je me souviennes, la nuit souvent était mienne

Les premières clairières que je traversai, déjà parmi les étoiles je me perdais

Quandj e grandis un peu, je marchais la nuit, sans lune, ni feu

Cette obscurité pleine de mystères, regorge de beauté éphémère

Laissez-moi donc vous conter, une histoire bien aimé

 

Dans ces contrés, la nuit était bien ma période préférée. Bien que les saisons jamais ne l'allonge, on y voit rarement très loin et les gens y sont tous copains. Seul quelques magiciens obscurs ont développés cette qualité. Des alchimistes certifiés peuvent vous donner ce pouvoir sans pareilles, moyennant moult ingrédients, parmi les plus demandés des marchés. Les rares fous ayant osé briser cette période de calme et de paix, ont payé cher pour leurs forfaits. Les éléments très rarement prennent parti et protègent leurs enfants. Sous leurs manteaux, même les plus vifs et discrets meurtriers ne peuvent cueillir leurs pêchers, et indemne s'en réchapper. Si les plus matinaux, à force de se lever tôt, écourtent sans cesse ce temple figeant le temps, il existe bien une déesse, peu connus des ingénus, et dont les draps fait de tresses, jamais lumière passer ne laissent. Elle aurait bien besoin d'aide, pour permettre à tout un chacun, de profiter de son dessein, et asservir toute la plèbe.

 

Pour vous habiller tout en noir, cherchez de cette histoire,

Le draps de la déesse, dont le nom jamais ne cesse,

D'animer en secret, une grande communauté.

Nyx

Link to post
Share on other sites

La neige était en vue,
Comme cela était prévu !
Les flocons sont tombés abondamment,
Déposant sur les corps ensanglantés un joli manteau blanc.

 

Les habitants ne s'y sont pas trompés,
Les premières batailles de neige ont éclaté !
Cela me fait penser à ma faction,
Pleine d'excitation et d'exaltation.

 

Les années ont passé,
Mais rien n'a changé !
La neige fait toujours la joie des enfants,
Et toujours autant celle des malveillants !

 

Noël approche à grands pas,
La neige sera bien là !
Quand le manteau blanc sera apparu,
Ce sera une belle saison de meurtres de prévue !

Edited by Jackall
Link to post
Share on other sites

Les flocons étaient dans le ciel
Pour les aventuriers ça semblait si irréel
Il faisait beau, c'était dimanche

 

Noël allait bientôt sonner
Et ils allaient tous se rassembler
Pour accueillir le papa à la barbe blanche

 

L’automne était bien amorcé
Les meurtriers étaient tous rentrés
Plusieurs souhaiteraient prendre leur revanche

 

La trêve était déjà commencée
Pour plusieurs, ça ne pouvait durer
Il fallait assouvir cette soif si étanche

Link to post
Share on other sites

Conte pour enfants arrogants

Tome 2 - Comment maîtriser ses vils progénitures. 

Edition Bibliothèque de Melrath.

 

Bonjour les lutins,

Nos cadeaux sont-ils prêts ?

Car il ne serait pas très malin

De nous laisser sans sachets.

 

Bonjour Père Noël,

Comme ton traineau semble beau

As-tu pensé a ta ronde annuel ?

Il ne faudrait pas oublier de marmots.

 

Bonjour petit Renne,

Arrives-tu a passer des portes ?

Car avec toute ta couenne

Il y a des chances que jamais tu n'en sortes.

-

Bonjour petit garnement,

Pourquoi es-tu si insolent ?

Tu veux finir à l'isolement ?

Alors un coup de fouet, et bon vent !

 

Link to post
Share on other sites

Il est tard et nous sommes en plein hiver de ce côté-ci des Montagnes Naines, non loin du territoire Orc. Je suis assis à ma table songeant comme à l'accoutumée aux étoiles et à ce que je suis. C'est ce moment que choisit alors un vieil homme pour entrer dans la taverne, vêtu de haillons, une paire de soulier en bois fortement usés, ainsi que d'un pardessus bouffé aux mites. Il s'approche de la cheminée, demande le menu du soir et retire ses sabots pour se mettre à l'aise. 

 

L'homme mange sans un mot, une fois le repas servi par le Tavernier qui le regardait d'un air étrange, et sceptique. Il devait surement se demander comment le vieillard payerait son repas. Mais l'étranger n'en reste point là sur sa requête et demande alors qu'on lui apporte un pichet de lait, puis des gâteaux. Choses que le tavernier amena de suite. 

 

" -Bonsoir, vieil homme, pourrais-je vous demander de me régler la note de 3 pièces d'or et 2 coins de cuivre pour votre repas ? demande alors le Tavernier. 

  -Bonsoir tavernier, mais en cette soirée, j'aimerais payer mon repas par un récit, à la tradition des Bardes de Krash'Tarvilk ! répond simplement l'étranger.

  -Faites donc mon sire, et que vos paroles égaye la morne assemblée et que les étoiles jouissent de vos tours de magie ! s'exclame le tenancier dans le rite des bardes. "

 

Le Barde prit donc sa chaise et s'installa devant la cheminée puis invita tous les gueux de la taverne à s'installer autour de lui. 

 

Dans un souffle, la lumière de l'âtre baissa, puis de petites lueurs apparurent dans les mains du Conteur, pour s'animer au fur et à mesure qu'il déroulait son histoire.

 

      Nous sommes en plein Automne, les arbres commencent à se dévêtir, retrouvant leur apparence première, de simple tronc avec des rameaux de branches qui s'agite dans le vent frais qui descend des Monts pour venir caresser les marais d'IssCanak ! Et le Chaos est sur le point de s'abattre sur ces terres, alors que sonne l'Heure des Morts. Les Terres des Eléments furent secouées une fois, puis deux et ensuite trois ! Les Ombres du passé ont ressurgis durant le printemps, annonçant par la même la fin de l'Unité et de la Paix ! 

Il fut Un ! Puis Deux ! Mais jamais il ne fut Trois car il fut vaincu ! Les légendes en parlent ainsi, mais moi je le dis haut, je le clame fort ! Il est encore parmi nous, à asseoir son noir dessein face à Quen et aux peuples libres ! Mais ce n'est pas de lui qu'on parlera aujourd'hui, car Niue n'est pas, Rebom n'est plus et les Légions Maudite commandées par Arasgyl furent anéanties par les Races secondaires de ce monde ! 

 

Ouvrez vos oreilles, car voici l'histoire d'une vie, l'histoire d'une mort et celle de l'éternité.

 

      En cette période d'Automne vint le Premier, il était le Verbe, la Parole, il était la Voix de l'au-delà, fidèle à ses gens, partisan farouche du chaos mais honnête dans ses actes, il dirigeait ses légions d'une main de fer, à défaut du fouet qu'il utilisait sur le deuxième ! Le Deuxième était l'Esprit, le Savoir et la Magie dans toute sa puissance, il était le Cœur de l'au-delà. Sans peur, sans reproche, il obéissait à la Voix en commandant à ses sous fifres par la contrainte et la violence ! Mais point de combat, point de rébellion car venait le Troisième, il était la Force, il était le Gardien et la Puissance, il était le Corps de l'au-delà ! Il supportait sans broncher les tâches, officiait à merveille son rôle de Défenseur de la Voix et de l'Esprit ! 

Ensemble ils étaient la Trinité au sein de l'au-delà, ils étaient crains , mais adulés. Ils faisaient fuir les différentes races à leur approche. Ils aimaient se déchainer sur les Terres afin de faire éclater leurs puissances ! 

Mais ils étaient pas 3 seulement, ils étaient multitudes, ils étaient nombreux, ils étaient les adhérents du principe fondateur de tout tourment, celui du Chaos. Ils étaient Mercenaires, libres et fiers. Quand ils voyageaient, on lisait la-déception et la-déconvenue dans l'addition salé qu'ils faisaient payer à ceux qui leur résistaient. 

Durant ce mois d'Automne ils firent sans cesse des victimes, ils grossirent leur rang, et continuèrent de mener la vie dure aux habitants de ces terres ! 

On dit même que leur terrible forteresse pourfend les cieux sous l'aspect d'une simple Tour ! Mais les apparences sont souvent trompeuses. 

 

Mais ici, rien n'est Bien, rien n'est Mal, il n'y a que vision subjective de chacun envers l'autre alors voici ce que vous devriez tous retenir en cette soirée de Noël !

 

Au début fut le Vide, puis vint le Temps

Ensuite naquit les Eléments, 

Convergent vers l'Unité, afin de sublimer la Création !

Ni Ambition, ni Désir, une seule pensée,

Unir en un lieu, Amour et Passion !

L'amour d'autrui, la passion pour untel, 

Rien de tel pour forger des âmes neuves !

L'amour est neutre tandis que la passion est dévorante !

Impossible de résister , juste se laisser emporter 

Par cette compagne sauvageonne qu'est la Vie !

On définit le Bien et le Mal sur des Actes et une Morale !

Mais l'Esprit est Pureté, la Voix est Honnête et le Cœur est Audace !

Alors cessez de Juger, cessez d'Envier ! 

Emparez vous de votre Destin, car seules vos Convictions vous mèneront vers l'Eternité !

La Mort n'est pas une Fin, elle est le Commencement de votre Cheminement !

Vers ce qui fera votre Compréhension et votre Acceptation des actions des autres !

 

Voici ce qu'est le Verbe, voici la force des Mots, mais que certains oublient aux détriments des autres ! Alors en cette période, en cette soirée, que la neige efface les impuretés et que dorénavant seul votre Cœur portera la Voix tandis que vos Yeux porteront votre Ame.

 

 

Link to post
Share on other sites

Atchoum, Père Noël !

[Hrp: hommage à un p'tit conte de Noël de mon enfance ^^ "j'aime lire n°215"]

 

 

Dans l’atelier du Père Noël, les lutins travaillaient comme des fous. Si tout se passait bien, dans quelques jours, le Père Noël pourrait distribuer les jouets…. 

 

Atchoum !!!!!

 

Les lutins sursautèrent et échangèrent un regard circonspect, le Père Noël était-il… ? Non, impossible … Si ?

 

Atchoum !!!                                                                                                                                                       

 

Un silence de plomb écrasa l’atelier….

Leur pire crainte venait de se réaliser, le Père Noël était malade et cela au pire moment…. Il restait tellement à faire…. Les derniers cadeaux à emballer, le traineau à remplir, les rennes à préparer, les cadeaux à mettre dans la hotte, le festin à organiser, les cadeaux à charger… Des cadeaux, tellement de cadeaux, jamais ils n’arriveraient à tous les manipuler sans casse…. Quelle idée de stationner le traineau en haut de l’escalier de glace… Certains étaient même d’une taille démesurément grande… Franchement, qui avait bien pu commander un Minao Taurus géant grandeur nature en peluche ? Surement un aventurier qui avait dû en découdre maintes fois avec lui, et qui désormais ne pouvait plus s’en passer, même la nuit…

 

AAAAAAAAAAtchooooooooouuuuuuum ! Tous sursautèrent à nouveau.

 

« Pas le temps de tergiverser, cria l’un d’eux. 

- Oui, si on le veut on doit pouvoir y arriver ! 

- Noël ne peut pas être abandonné ! ajouta un dernier. »

 

Les lutins se réunirent. Il fallait s’organiser ! »

 

« Pourquoi ne pas demander de l’aide aux grandes gens qui vivent sur ces Terres dites Elémentaires ?

- Ils sont forts et pourraient surement aider à transporter les cadeaux dans le traineau. 

- C’est vrai ! Et à harnacher les rennes aussi !

- Mais il ne faudrait pas qu’ils sachent que le Père Noël est malade, cela pourrait détruire la magie de Noël. 

- Pourquoi pas… On pourrait leur demander de rapporter de quoi aider le Père Noël sans pour autant leur donner plus de précisions… »

 

La lutine en chef se mit à rédiger frénétiquement sur un bout de parchemin :

 

« Il faudrait leur demander de venir avec tout ce qui nous manque ainsi que des remèdes ! Rocchus de toutes les couleurs… Fleurs jaune et oranges… Du bois magique… Quoi d’autre à votre avis ?  demanda-t-elle en levant les yeux vers l’assemblée inquiète.

- Pourquoi ne pas ajouter des feuilles de ces plantes baveuses dont le Père Noël raffole tant en tisane, questionna Festosh, ça lui fera surement plaisir d’en avoir pour son rétablissement !

- Si tu veux. Festosh, voici la liste de tout ce dont nous avons besoin. Essaie de convaincre les élémentairiens d’en rapporter au maximum. Tout le monde est d’accord avec le plan, on demande un coup de main à ces personnes ? »

 

Elle attendit que tous acquiescent avant d’ajouter :

 

« Tout le monde à son poste ! »

 

Des décisions furent prises. Khare Ibouh s’occuperait des rennes, Ticuistoch du festin et Lukhado du chargement du traineau. Tout devrait être fait de sorte que les élémentariens croient participer à différentes quêtes joyeuses et loufoques dans l’esprit de Noël. Jamais ils ne devraient s’apercevoir que leur but ultime est en fait la guérison du maître des lieux et donc le sauvetage de Noël.

 

 

C’est ainsi qu’en ce mois de Festiva de l’an 113, sous la bienveillance de l’Unique, les terres enneigées du pôle nord accueillirent une bande de joyeux personnages. Chacun à leur façon ils aidèrent, en décorant, en chassant les dindes, en chargeant les cadeaux ou encore en apportant les ingrédients du remède.

 

Ces joyeux lurons l’ignoraient tous mais, cet hiver-là, ils sauvèrent Noël. Car quoi que les lutins eussent pu penser le remède n’était pas constitué de rocchus ou de bois magique. Non, le remède était en fait constitué de l’unique et du plus simple, mais en même temps du plus compliqué des ingrédients en soi : de l’Esprit de Noël. Et ils en avaient eu à foison !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edited by Gamby
Link to post
Share on other sites

Légende du royaume de Sirath retranscrite par Kiwae Sil Tâ

 

Si pour certaines races de la Terre des Éléments l’apparition de la neige est synonyme de réjouissance en hiver. Pour les sirathiens, la neige aussi rare qu'elle soit était associée à un événement sombre de leur histoire qui au fur et à mesure devint une légende et une période de rassemblement lors du Kalahstar plus communément appelé solstice d'hiver.

 

Le jours le plus court 

 

Il était une fois un hiver rude. Si rude que le froid venant des montagnes de Kalahs c'était engouffré dans les terres du royaume de Sirath. Ce n'était pas inhabituel d'avoir de la neige en hiver jusqu'à Sildi Han même si cela restait un phénomène assez rare. Cependant, il y avait quelque chose de mauvais à ce froid, à cette neige qui s'accumulait.

 

Plus le solstice d'hiver approchait, plus la neige venait grappiller du terrain sur la ville de Sildi Han jusqu'à ce qu'elle en soit complètement recouverte.

 

Les plus jeunes sirathiens se lançaient dans des batailles de boules de neige effrénées dans les rues de Sildi Han, heureux de pouvoir toucher à de la neige pour la première fois. Et c'est bien ça qui aurait dû éveiller la suspicion des démons de Sirath. Cette neige n'était pas naturelle. La lave de Vulfume circulant dans les veines des sirathiens leur conférait une chaleur corporelle beaucoup plus élevé que d'autres races, si bien qu'un simple contact de la main sur la neige aurait dû la faire fondre ; or cette neige ne fondait pas. Le froid glaçant de la neige s’immisçant dans la peau des sirathiens les faisait même frissonner.

 

Après plusieurs jours, certaines personnes remarquèrent l'apparition de golems de neige dans les rues de Sildi Han mais n'y prêtèrent pas plus attention que ça. Sûrement un coup des jeunes qu'ils disaient. Ce n'est qu'après de mystérieuses disparitions que les érudits commencèrent à se pencher sur cette fameuse neige. Ils étudièrent les golems de neige et arrivèrent à la conclusion que la neige était vivante, capable de prendre forme. Une fois cette découverte faite, les sirathiens devinrent méfiant des golems de neige. Il devait bien y avoir une raison à la présence de telles entités.

 

Le soir de la veille du solstice, un jeune sirathien téméraire se baladait sur une place désertée quand il se retrouva nez à nez avec un golem. Golem qui ne s'y trouvait pas quelques secondes plus tôt. Il se retourna et vit trois autres golems aux alentours. Il commença à courir dans la direction opposée aux golems mais d'autres apparurent devant lui. Soudain, quelqu'un le pris par le bras et le retourna dos aux golems et lui demanda :

 

« Est-ce que tu es en train de penser aux golems ?

- Oui, lui répondit le sirathien.

- Alors, arrêtes d'y penser.

- Quoi ?

- Imagines-les en train de fondre ! »

 

Cet inconnu dont le visage était caché par une capuche lui pris le visage entre ses mains pour empêcher le sirathien de regarder les golems. Alors, il ferma ses yeux et quelques seconde plus tard des bruits d'éclaboussures se firent entendre. Autour d'eux plus aucun golems n'étaient présents mais des flaques d'eau les remplaçaient.

 

Le lendemain, toute la ville parlait de cet inconnu qui avait sauvé un sirathien de l'emprise de golems. Une nouvelle tempête de neige approchait et le roi de Sirath craignant qu'encore plus neige ne s'accumule et que davantage de ces mystérieux golems n’apparaissent, ordonna alors à ses troupes d'allumer des feux dans la ville afin de faire fondre un maximum de golems. Un ordre qui fut fatal pour des centaines de sirathiens.

 

Alors que les sirathiens tentaient d'allumer des feux, les golems se mirent en mouvement et se fut un massacre. Les golems projetaient de la neige sur les démons de Sirath, cette neige vivante qui s’imprégnait dans les tissus de la peau et s'y développait en l'espace des quelques secondes, immobilisant les sirathiens. Après plusieurs minutes, cette même neige se coagulait formant de la glace et les golems les explosaient en morceaux ne laissant aucun trace des sirathiens.

 

Les démons de Sirath censés être immortel ne pouvait lutter contre ce maléfice. Cette neige présente partout dans la ville et qui pouvait se transformer en golem en un claquement de doigt. La panique s'installa dans Sildi Han, tout le monde était dépassé par la tournure des événements. C'est alors qu'apparut cet inconnu au milieu des quelques troupes de sirathiens encore en vie.

 

Qui était-il ? Personne ne le sut. Il demeura un mystère tout comme cette neige malveillante cette année là. Il retira sa capuche. Impossible de savoir si le visage de l'inconnu était féminin ou masculin. Il y avait comme un miroitement. Un trouble. De sa peau émanait une lumière presque aveuglante. Alors le détail qui attira l'attention après son visage fut sa couronne. Une couronne faite de bois de cerf et de fleurs entremêlé de métal.

 

L'inconnu se tenait au milieu d'un nombre incalculable de golems de neige. Il écarta les bras attirant l'attention des golems et s'adressa à eux :

 

« Si vous voulez vous nourrir de pensées ou de peurs. Je suis là. »

 

La neige tombait et les golems se rapprochaient de lui prêts à attaquer. Le peu de sirathiens présents jurèrent que l'inconnu pleura. Des larmes. Des larmes coulèrent de ses joues et tombèrent au sol. C'est alors que la neige qui tombait se transforma en pluie et les golems fondèrent à vue d’œil.

 

Des cloches retentirent, le jours le plus court de l'année était fini et avec lui avait disparu cette mystérieuse neige.

 

De l'inconnu, il ne resta que sa couronne. Et un nom pour cette fameuse journée où tout a basculé pour beaucoup de sirathiens.

 

Kalahstar, le retour de la lumière.

 

Depuis, les démons de Sirath se rassemblent tous les ans à cette période. La tradition veut que les sirathiens portent une couronne de bois de cerfs et le soir à la fin du Kalahstar ils se retrouvent pour allumer des bougies et les déposer dans des lanternes volantes.

Link to post
Share on other sites

Noël. Ce mystérieux père passait chaque année, avec des promesses de joies et de bonheur, portant lumière et chaleur dans le coeur de chacun.

Depuis le temps qu'il passait et vu l'état actuelles des terres, il y avait guère de quoi s'extasier malheureusement. UN illusion, une nouvelle promesse futile, finissant en n'ayant rien fait avancer. Cependant, il en était encore qui révérait cet instant, et le vieillard, sans être un foudre de guerre, ne trahissait pas non plus d'idéaux, sa monotone inefficacité restant au moins fidèle à elle même. Le nécromant, le plus grand de ces terres à marcher sous le signe de l'eau, soupira. Une année encore il se laisserait aller à la mascarade, et rejoindrait le camp de ce bien éraillé contre ceux venus briser l'un des rares espoirs animant le coeur de ceux qui peuplaient ces terres qui se délabrait sans cesse.

 

_____________________________________

 

Dans un soubresaut, le dernier des petits voleurs s'abattit au sol, une décoration roulant hors de sa main inerte. La justice avait été faite. Les explosions dégénératives avaient arraché des portions des sapins, dehors, laissant le reste se flétrir. Quelques rennes agonisaient ça et là, le sang quittant les plaies au niveau de leurs bois arrachés se mêlant à la neige. Le troll avait déjà ri aux menaces de finir en bas de la cheminée, pour y trouver flames et douleur, avant que sa chute par dessus le bord du toit ne transforme ses paroles en cris de terreur. Pas à pas, affront lavé après affront lavé, le bien reprenait pied sur ces terres. Sans s'attarder sur les remerciements dont le recouvraient les serviles lutins, le père noel ou sa compagne, le nécromancien reprit sa route. Dehors, les réjouissances allaient bon train, chaque famille regroupée autour d'un maigre foyer pour éloigner le froid, chacun trouvant sa force dans le regard des autres. Les contes de noel emplissaient les yeux des enfants de magie.

Bientôt il faudrait écrire de nouveaux contes songea le nécromant, car la lumière réinvestirait ces terres, non pas la flamme ténue d'une bougie que l'on allume pour tromper le froid de l'hiver, et l'obscurité des longues nuits qui le caractérisaient, mais une nouvelle lumière, irascible et éclatante, réindiquant la voie à ceux qui avaient perdu la foi, et consumant ceux qui s'en étaient détournés, avaient perverti son idéal. Autour des mains du nécromant, une énergie vive commençait à s'accumuler, dans un mouvement formant une spirale, et dont les couleurs et motifs faisaient songer à la voute céleste, loin, bien loin au delà des têtes et des préoccupations humaines. Il s'en assurerait. SI longtemps les plaintes des morts lui avaient semblé une musique intolérable, il savait maintenant que lorsqu'il abattrait ceux qui faisaient obstacles au retour de la lumière, à la naissance de l'ère rêvée par les enseignements de Quen, leur râles au premier abord impie serait en fait la base d'une nouvelle mélodie, plus belle et grandioses que toutes celles connues jusqu'alors. De la plus modeste des chaumières aux plus orgueilleux des pics montagneux, de l'eau stagnante et alanguie du marais à l'irrépressible fougue de l'océan, changez vos contes, annoncez le retour de la lumière, faites naître l'espoir et trembler ceux qui sont responsables de la décadence de ces terres. Portez aux ciels les louanges d'Arquen. Je porterai bien haut, et en tous lieux sa volonté, dont la marche a pris son essor, et nous changera tous à jamais.  

Edited by odriistfen
Link to post
Share on other sites

Sur les terres enneigées du Père Noël est né
Un petit renne, il est encore tout bébé
Ses parents sont par le Père Noël employés
Et livrent des cadeaux chaque année

 

Un jour, il tomba dans la poudre magique
Celle qui rendait les rennes uniques
Qui leur permettait de s'élever
Et dans les cieux s'envoler

 

Mais dans le ciel, perdu
Il vint à manquer de poudre
Il se rendit compte de sa bourde
Et sur le toit des Fnous il chut

 

Il finit sa chute dans la fontaine
Dans la demeure au marais de la nymphe
Les Fnous l'accueillirent comme un prince
Et le nommèrent Monsieur Reine

 

Durant 24 jours, ils s'occupèrent du renne juvénile
Avant de le ramener à sa famille
Ils espéraient désormais le revoir dans le ciel
Pour propager la magie de Noël

Link to post
Share on other sites
  • Kyra locked this topic
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...