Aller au contenu
Terre des Éléments
 Nerië

Rumeurs, panique et folie ( Concours RP )

Recommended Posts

Bonjour à vous,

 

Des messages seront postés tout au long de la journée sur la criaillerie afin d'enrichir le RP de l'animation de demain, samedi.

 

Nous vous proposons d'agir autour de ces petits messages, au travers de screen/petit ou long texte, racontant ce que vous en avez vu. Vous êtes libres de ce que vous voulez en faire ! Je vous invite à poster vos textes en dessous de mon message.

 

Pour ceux qui étaient absents ou n'ont pas pu voir la criaillerie, ne vous inquiétez pas, vous pourrez aussi participer. Je mettrai en ligne ce qui a été posté à la fin de ce message.

 

Le concours se terminera mardi 8 mai 23h59 (fuseau horaire de Paris Mach Gulam).

On désignera le/la gagnant(e) le 10 mai au plus tard. 

 

Merci à tous :)

 

_____________________________

Les messages de la criaillerie :

Dans les Ruines de Til’Lunis, près de la forteresse des Sentinelles de Niue, les créatures semblent avoir gagné en proportion.

Là où tout ce petit monde errait dans l’ignorance de l’autre, une certaine tension commence à croître.

Les sablobosses se montrent plus féroce à l’égard des pilleurs de tombes.

Ces derniers se retrouvant acculer face à la férocité nouvelle du Spectre espion.

 

~~

 

On nous annonce que le Taurus, fou furieux, est descendu dévorer les porcelets et écureuils qui profitaient tranquillement de l’herbe au pied de la montagne.

Le plateau est à présent recouvert de sangs et d’entrailles…

Qui sera la prochaine victime du Taurus ?

Et si… Dans sa folie aveugle, il décidait de s’en prendre à la Tour des Au-Delà ?

 

~~

 

Recluses à l’extérieur des Ruines de Til’Lunis, les tortogriffes commencent à vouloir récupérer du territoire.

Nombreuses, elles se rapprochent des lieux. Leur groupe est si oppressant que la dernière lueur des lieux s’éteint… Laissant les momies aveugles de toutes ripostes.

Les tortogriffes écrasent sans vergogne les piètres momies de poussières et bandelettes. Et elles envahissent la place.

La Tour des Thuatha Dé Chilandari se retrouve encerclée.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

15255618481159845210.png

 

Cela faisait de nombreuses années que les Au-delà ne sortaient plus de leur forteresse. Le sommeil lourd, l’ennuie et la lassitude ne les motivait plus comme avant.

 

C’était une journée comme les autres, pourtant, quelque chose d’étrange se passait sur Melrath Zorac…

 

Sur un coup de folie, Jackall (alias Thierry Pastor) s’adressa à ses lieutenants :

 

« Fiers combattants des Au-delà, voilà de nombreuses années que nous n’avons pas combattu ensemble. J’exige un rapport détaillé de la situation pour que nous établissions un plan d’attaque ! »

 

Yaninho, (alias Patrick Sébastien) magicien et lieutenant des Au-delà s’agenouilla devant son Général avec des nouvelles fraîches :

 

« Mon Général, après reconnaissance, je peux vous assurer que d’étranges choses se préparent sur Melrath Zorac. Nous devons aller combattre ! C’est l’occasion idéale de réveiller nos anciens frères d’armes pour combattre une dernière fois à vos côtés… »

 

Ravie d’entendre son lieutenant le plus combattif aussi enjoué que lui à l’idée du combat, il répondit :

 

« Très bien, nous prendrons part au combat alors ! Et nous reviendrons vainqueurs en faisant couler le sang et ce, qu’importe le mal qui se trouvera là-bas ! Quels sont les forces dont nous disposons pour le combat ? »

 

Au moment même où le Général termina sa phrase, 8 individus encapuchonnés firent leur apparition derrière Yaninho (alias Patrick Sébastien). Tous se présentèrent :

 

« Héphaistos, (alias Amandine du 38) pour vous servir mon Général ! »

 

« Schindler (alias Régis) prêt à combattre à vos côtés ! Après 10 années d’entrainement intense, me voilà aujourd’hui assez fort pour combattre les terribles moskitos des sables qui peuplent Melrath Zorac »

 

« Bulbi-bulbi » s’écria avec fureur Karamelldansen.

 

« Je vous assure que nous allons en faire qu’une bouchée, tels des fruits de la passion mon Général ! » annonça avec fermeté Prinny (alias Francky Vincent).

 

« A votre service mon Général ! Je me battrais corps et âme pour faire tomber l’ennemi. De quoi vous rappeler le temps de notre toute puissance, un voyage dans le passé ! » hurla Fukaeri (alias Desireless).

 

« Jusqu’à la mort ! » annonça le terrible Lord Voldemort

 

Étonné de ne voir que 6 personnes prendre la parole, le Général s’adresse aux deux individus encapuchonnés restant :

 

« Qui êtes-vous ? Prosternez-vous devant votre Général ! »

 

Yaninho s’écria soudainement :

 

« Mon Général, voici deux nouvelles recrues prêtent à vous servir. De nombreux individus rejoignent notre cause, pourvu que ça dure ! »

 

Les deux individus s’annoncèrent :

 

« Pantyn (alias Gerri Lacosta) prêt à mourir pour vous et ce malgré mon accoutrement gitan ! »

 

« Shiver (alias Edouardo) pour vous servir ! Mon Général, je vous aime le lundi, et vous aimerai tous les jours de votre existence ! »

 

Fier de ses combattants, le Général annonça :

 

« Voilà de nouvelles têtes qui vont ajouter du sang neuf à nos rangs ! Ce soir nous allons combattre comme nous le faisions des années auparavant. Ce soir nous allons maculer la terre de Melrath Zorac du sang de nos victimes. Je veux du sang, n’oubliez pas qui nous sommes… »

 

HRP : Merci à Guix et Exo, ça faisait des années que je n'avais pas pris plaisir à revenir sur le jeu. Sachez juste que les AD présents se sont bien amusés c'est pourquoi nous avons mis ces avatars pour l'animation histoire de marquer le coup !

Modifié (le) par Jackall

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’atmosphère était étrange dans les rangs Au-Delà qui se dirigeaient vers les remparts Ouest de la cité de Melrath. Les enjeux étaient sérieux, et le sang allait couler. Ce n’était pas le genre de chose qui était pris à la légère par ce conglomérat de mercenaires affûtés.

 

Pourtant, quelque chose était différent. Une brève lueur dans le regard de chacun. D’habitude, il y avait bien une petite lueur, doublée d’un léger sourire. C’était sans nul doute l’imminente délectation de goûter au sang de quelques âmes.


Mais non, cette fois-ci, c’était autre chose, quelque chose se rapprochant de l’éclair de folie. Et cette infection les touchait tous autant qu’ils étaient. Peut-être cela avait-il un lien avec ce pourquoi ils se rendaient à la capitale ?

 

Sur le palier de la cité, un brigand les attendait, les invitant à entrer. Ils étaient tous là, regroupés, et réajustant les derniers détails qui feraient de ce moment un souvenir parfait.

 

Jackall, fier général de la faction, et dont les espoirs récents d’être rejoint par le plus grand guerrier de ces terres – et dont nous tairons le nom par respect pour les Au-Delà pour qui ce refus fût un affront, un échec et une tristesse insurmontable – avaient été déçus, réajustait le duvet à peine naissant qui florissait sous son nez, comme si l’homme avait été doté d’une moustache fournie et digne des lointaines contrées du Meh Ksik. L'homme ne cessait pas de ruminer cet échec, et ne cessait de marmonner dans sa moustache son duvet "C'est pas fini, folie, fini, ooooh".

 

Yaninho venait, pour la première fois de son existence, d’ôter la capuche qui masquait sa chevelure. Et alors que tout le monde suspectait un crâne dégarni occasionnellement décoré de quelques poils pubiens - faisant illusion pour les mal voyants seulement -, il arbora effectivement un crâne dégarni occasionnellement décoré de quelques poils pubiens – dont l’appartenance sera également gardée secrète pour des raisons qui nous échappent - . Ce qui n’empêcha pourtant pas le mage de se comporter comme s’il disposait d’une épaisse touffe de trois rocchus de haut, la recoiffant sans cesse et s'assurant bien qu'elle tenait sur sa tête.

 

Le jeune Karamelldansen, qui ne semblait plus grandir depuis quelques années déjà, était déjà à quatre pattes à demander à ses comparses si l’on voyait bien son gros bulbe. Il avait également préparé deux brins d’herbes de 6,74 centimètres de long – soit un Yaninho, unité de mesure communément admise par l’ensemble de la communauté des Au-Delà – qu’il agitait déjà comme deux lianes prêtes à fouetter les parties les plus inattendues de ses adversaires - et notamment la fameuse caroncrule lacrymale.

 

Fukaeri était là également, mais semblait ailleurs. Elle ne cessait de tournoyer au vent, les bras étendus vers l’horizon, et en susurrant d’une voix aigüe « Pluus loiiiiiiiiiiiiiiin », ce qui devenait d’une gênance extrême pour ses compagnons de route dont la vision psychédélique de la tournoyante magicienne provoquait quelques nausées. Surtout, tous se demandaient ce qui se trouvait « plus loin ». Mais la réponse était sûrement aussi palpitante qu’une soirée de conquêtes de nos jours.

 

Prinny aussi était de la partie, mais sans que personne ne s’en rende compte, le rôdeur s’était enduit le visage d’un peu de terre sombre des marais. Cela faisait ressortir d’autant plus le sourire coquin – voire carrément pervers et inquiétant – qu’il arborait sans discontinuer. Comme si l’homme était figé dans sa folle passion. Il fixait avec insistance la seule femme du groupe, Fukaeri, mais qui, continuant de tournoyer,  n’avait pas le temps de réaliser que Prinny la fixait. De toute façon, le rôdeur se serait mangé les deux mains tournoyantes de la magicienne au moins trois fois avant d’atteindre son but. C’était peut-être ainsi à  Prinny que s’adressait le « Plus loin » de la chanteuse en herbe – pas celles de Karamelldansen.

 

Pantyn observait la scène, ou peut-être pas. C’était difficile à dire depuis qu’il avait placé deux fonds de flacon de vie devant ses yeux. C’était d’ailleurs un choix curieux à adopter avant d’aller au combat. Le rôdeur se promenait avec beaucoup d’assurance – visiblement très fier d’arborer deux bouts de verre sur son visage – mais se plantait dans tous les arbres et rochers déposés sur son passage. Contrairement à Prinny, l’homme ne décochait pas un seul sourire. En même temps, il était seulement venu pour décocher des flèches. Il semblait aussi très perturbé par la caravane abandonée non loin de là, comme si sa maison avait été détruite.

 

Il y en a un autre qui semblait habité par une force obscure. Hephaistos se tenait en périphérie du groupe, le regard vidé de toute once d’intelligence – non pas qu’il en eût regorgé en temps normal -. Il avait tailladé ses cheveux sur le haut de son front, lui donnant l’air négligé d’une prostituée des bas-fonds de l’Académie. Il n’avait pas adressé un mot à ses frères et sœurs d’armes. Non, il avait passé son temps à s’en prendre verbalement à tous les rocchus sur son chemin, leur reprochant de lui avoir dérobé 333 francs 1000 CFA. Pendant quelques minutes cependant, il s’en était pris à Yaninho, l’homme ayant la réputation de mendier plus vite que l’ombre de Scarnade.

 

Shiver était aussi dans les rangs, et l’homme était, dans un autre registre, aussi dérangeant que Prinny. Le guerrier avait le même regard figé, fixant avec un regard lubrique la belle paroi bien dure des contreforts de la cité, ou même les troncs épais des palmiers du désert. Il tenait dans ses mains un bouquet de fleurs de cactus fraîchement cueillies et qui lui masquaient la moitié du visage, empêchant de devenir ce qu’il faisait avec sa bouche.

 

Il y avait aussi Schindler. Mais lui, il avait l’air juste l’air idiot avec son sourire niais et ses cheveux arrangés comme un traocle. Il aurait proposé à ses confrères de se battre avec leur sexe, et il aurait trouvé ça génial. Et il aurait certainement eût un rire gras à l’énoncé de cette idée brillante. Fondamentalement, le Schindler qui s’apprêtait à franchir les portes de la cité n’était pas si différent du Schindler habituel.

 

Et enfin, il restait un dernier nécromant, lord voldemort, et qui ne semblait pas avoir été affecté par la sombre folie qui les entraînait les uns après les autres. Peut-être serait-ce lui qui mènerait fièrement sa faction à la victoire, ou peut-être allait-il les laisser s’aventurer dans la cité, livrés à eux-mêmes et à leur folie, se réjouissant de voir s'abattre leur joug incontrôlable sur les pauvres êtres encore sensés. Ou peut-être sombrerait-il lui-même, à l’image de ses compagnons.

Ce qui était sûr, c’est que la soirée n’en serait que plus folle.

Modifié (le) par Hephaistos

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Karamelldansen alias Bulbizar  la super-star hibernait depuis plusieurs mois maintenant, lorsqu'il fût réveillé par un cri de femmelette. 

 

"DEBOUT GROSSE GRENOUILLE VISQUEUSE, ON A DU PAIN SUR LA PLANCHE"

 

Il reconnut tout de suite la voix pré-pubère de son acolyte Yaninho.

Ce dernier n'avait pas changé,  l'oeil gauche qui semblait chercher la lune et l'oeil droit qui n'arrêtait pas de tourner sur lui-même, comme s'il était perdu au sein même de son globe oculaire. 

Le jeune magicien annonça au bulbe l'invasion des brigands du désert et de la ville de Melrath Zorac.

Le plan des Au-Delà était simple : tuer tous ceux qui seraient sur leur passage,  brigands, habitants ou simples rocchus et récupérer tous les butins possibles.

 

Quoi de mieux pour se remettre en forme qu'un bon pillage ? pensa-t-il.

 

Il rejoignit l'ensemble des troupes qui se préparait au combat à venir. 

Il reconnut ses camarades, certains d'entre eux arborant maintenant une belle moustache bien velue et la coupe mulet. Le look a toujours été très important dans cette faction.

 

Après s'être bien récuré les griffes et vidé le bulbe, Karamell était fin prêt à tout déchirer. 

 

Les troupes de l'Au-Delà s'avancèrent vers la cité les cheveux au vent, chantant de vieilles chansons paillardes telles que "Un petit cactus en mousse"  ou "groseilles de la passion", tout ceci dans le but bien évident d'effrayer les badauds.

 

Lorsqu'ils arrivèrent, c'était la cohue bohue et toute la ville était... nue. Les villageois comme les brigands s'étaient enduits d'huile et combattaient à bras le corps.

Il était impossible pour des cerveaux aussi étriqués de comprendre ce qui se passait. Shiver, Prinny et Schindler ne pouvant se contenir,  se déshabillèrent et se jetèrent dans la mêlée.

Jackall le général, du haut de son mètre vingt tenta de les raisonner :

 

"HE MAIS REVIENDEZ, C'EST PAS CE QUON CETAIT MIS SUR QUOI DACCORD"

 

Personne n'ayant vraiment compris les ordres, ils suivirent leurs camarades dans la bataille.

Karamell griffait, cognait, mordait absolument tout le monde. Il n'arrivait plus à contrôler sa violence et son comportement, au point qu'il attaqua plusieurs fois ses camarades qui firent de même.

Une étrange magie semblait opérer sur l'ensemble des combattants car tous avaient perdu la raison et cela ressemblait plus à une orgie qui aurait mal tourné qu'à une réelle défense de la ville. 

 

Plusieurs fois, il fût pris d'attaque par des gens à la casquette rouge qui voulait l'attraper mais le bulbe s'enfuyait en criant :

 

"NOUS VOUS NE M'ATTRAPEREZ PAS,  

C'EST PEUT-ETRE VOTRE HISTOIRE,

ENSEMBLE POUR MON BULBIZARRE,

JAMAIS VOUS NE M'AUREZZZZ"

 

Et puis tout d'un coup tout s'arrêta. Tout le monde se regarda l'air pantois, honteux d'être nu et couvert de boue, de sang et de restes de cadavres déchiquetés. 

Un fantôme s'approcha et pris une photo de l'ensemble des personnes présentes. Et tout le monde rentra comme si de rien n'était.

 

En tout cas c'était une bonne baston se dit la super-star. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voulant aider toutes les personnes possibles,

Papp devait tanner quelques écureuils, aux cimes,

Quelle fut sa surprise lorsque sur la route elle croisa le Taurus,

Qui s’en était pris à ces petites créatures, et même plus…

Dans sa folie, il semblait avoir attaqué la tour des Au-Delà

Et la jeune aventurière ne pouvait tolérer cela.

Personne ne se trouvait dans les parages,

Elle tenta donc de lui faire barrage ;

A coup d’explosions dégénératives elle le mit à terre

Et décida de prendre route vers le désert.

 

Quelque chose lui avait semblé étrange dans le comportement de son ennemi

Elle avait senti une force bien trop maléfique monter en lui

A la recherche d’une très puissante camarade elle traversa les décombres

De Til’Lunis, pour y trouver la nécromante Radegonde.

Les créatures y vivant, qui s’ignoraient usuellement,

S’entre-tuaient dans les ruines, et ce férocement.

 

Ayant rejoint sa tour encerclée par de nombreuses Tortogriffes,

Papp secoua sa camarade, pour lui imposer un réveil un peu tardif.

La puissante nécromante ne comprenait pas plus ce qu’il se passait,

Et se proposa de se rendre à l’académie pour enquêter.

De son coté, Papp rejoignit la hutte pour y trouver d’autres aventuriers

Qui auront peut-être des informations à lui donner.

En entrant dans le bâtiment, le sang au sol la choqua,

Quelque chose se tramait, mais elle ne savait pas quoi…

La taverne de l’auberge était étrangement fort peuplé,

Et tout le monde était étrangement agité…

Personne n’en savait plus qu’elle sur ce qui se tramait,

Alors elle décida de faire un petit somme, pour se reposer.

 

 

Lorsqu’enfin elle se réveilla ;

Plus personne ne se trouvait là.

Sans prendre le temps de manger quoi que ce soit elle sortie,

Et couru vers Melrath d’où elle entendait beaucoup de bruit,

C’est avec surprise qu’elle croisa de nombreux brigands

Un à un elle les attaqua ajoutant des taches de sang

A celles qui était déjà présentes,

mais qui devaient provenir de vaillants paysans…

 

La garde de Melrath semblait débordée,

Et pour les aider il n’y avait qu’un ou deux aventurier

Papp ne comprenait pas où ils étaient

Avant d’arriver à la porte de la cité

 

Tout y semblait dévasté,

Il n’y avait plus un garde dans la cité

Seul une trentaine d’aventuriers combattants

Pour sauver les citoyens restants

Mais maints d’entre eux étaient morts

Poignardés ou noyés par ces voleurs d’or.

A peine avait elle franchi l’entrée

Qu’un aventurier semblait l’attaquer

Ne voulant pas se battre sans savoir contre quoi

Elle s’enfuit à la recherche de Sepertina

Le chef des brigands venait juste de mourir

Mais cela n’empêchait pas les autres de périr

Le vaillant aventurier l’ayant occis

semblait sombrer dans la folie

Nul ne pouvait l’arrêter

Sans être contraint de le tuer ;

Deux ou trois décès plus tard

Ce fut au tour de Pantyn d’être dans le noir

Pour ne pas le laisser sombrer plus longtemps

Elle l’attaqua le plus vigoureusement.

Elle fini par l’achever,

Et des cailloux il laissa tomber

La jeune nécromante semblait être attirée par ces derniers

Et sans savoir pourquoi ne pouvait que les ramasser

Perdant la maîtrise de son corps

Elle attaqua Shorion, encore en encore,

Et alors qu’une dernière frappe l’aurait achevée

Une flèche de Baracil la fit tomber.

 

C’est seulement à la nécropole qu’elle retrouva ses facultés.

Inquiète pour sa camarade et voulant comprendre ce qui se passait

Elle se précipita vers la ville sans prêter attention aux brigands,

Alors que tout le monde essayait de stopper Yaninho couvert de sang.

 

L’infection se transmettait ainsi de combattant en combattant,

Et la ville semblait plonger dans le néant

Personne ne savait comment arrêter cette folie de plus en plus meurtrière

Et chacun étaient forcé de combattre ses pairs.

 

Bien des attaques se perdaient contre de vaillants aventuriers

Certains finirent par croire qu’ils le faisaient exprès

Mais malgré l’envie d’abandonner,

Ils revenaient toujours ne pouvant laisser Melrath condamnée

 

Ce carnage continua plus d’une heure durant

Papp y participait, comme tous les combattants

Elle vit plusieurs de ses alliés sombrer dans la folie

Elle était forcée de les tuer pour leur sauver la vie…

 

Finalement alors qu’un nécromant igné était infecté

Un vaillant rôdeur l’abattit d’une flèche bien lancée

Et bien que chacun était prêt à s’en prendre à lui

Il resta préservé de la folie

 

Tous semblait se calmer,

Les choses avaient l’air de se régler

Les aventuriers se réunirent pour se féliciter,

Avant de chacun de leur coté se disperser.

 

Papp ne comprenait toujours pas ce qui s’était passé,

Et préféra se coucher plutôt que d’enquêter

Dans une tour non loin du refuge elle se reposait

Bercée par les cris causés par les meurtres d'autres aventuriers...

Modifié (le) par papp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela faisait quelques heures que je suis dans une caverne de glace aux Cîmes à tuer quelques grizzlis en hibernation. J'ai décidé de rentrer dans la tour de l'Au-Delà après avoir récupéré leurs fourrures.

J'ai aperçu un Taurus de loin quelques fois, sans que lui ne me repère... D'autres n'ont pas eu cette chance...
Je préférai ne pas parler de ce qui leur est arrivé quand cette chose leur a mis la main dessus... Rien que d'y penser m'horrifia au plus haut point..

Cette chose, ce monstre, quoi qu'il en soit, n'était certainement pas humain ! Il semblait mesurer près de trois mètres de haut, une montagne de muscles et à la peau couverte de cicatrices..
 

Oh non... il a happé un écureuil" qui tentait de se réfugier sous l'arbre "et massacré comme si de rien n'était.

Tuer les humains, je peux le tolérer, tuer les animaux est un tout autre problème. Leurs fourrures sont très utiles pour l'artisanat, ce sacrifice constitue un énorme gâchis.

 

Taurus était entrain de salir le plateau et semblait rechercher sa prochaine victime.
"ça suffit, tu seras toi-même la prochaine victime". A ces mots, il fut éjecté dans le ciel.

 

Entre colère et soupir: Qui va nettoyer mon coin paradisiaque?

 

****************************************************

 

Les habitants de la citadelle de Melrath Zorac s'étant désignés pour être des victimes des brigands, ils avaient décidé de barricader des portes et des fenêtres pour se protéger mais sans succès. 
Pas âme semblait vivre, tout était calme.

Il faisait chaud tandis qu'ils devaient se poser une multitude de questions: dont la plus importante: Allaient-ils survivre? Aucun habitant n'est idiot, après tout, ils savent ce que des brigands pouvaient faire des victimes en période de guerre.

Le soleil pointa à peine le bout de son nez tandis que je passais les portes de la citadelle de Melrath Zorac, les compagnons de l'Au-Délà étaient là, ainsi d'autres aventuriers plus ou moins connus. Armés jusqu'aux dents, prêts à repousser des brigands.

 

Mais la seule chose qui m'intéresse était un caillou que portait le chef des brigands, Keitar, à quel point, il contrôlait son hôte est fascinante et il rentrerait peut être dans ma collection personnelle avec d'autres objets maudits.
Pour m'emparer de ce précieux, il faudrait tuer celui ou celle qui récupéra la Pierre.
A peine avoir réussi à tuer le grand guerrier, Karamalldansen. le Caillou semblait vouloir m'infecter mais faute de temps, il fut ensuite volé deux fois par la magicienne terrane, Sanae, je décidai d'abandonner, n'ayant plus le courage de continuer à surveiller des porteurs de l'infection.

Le sang a été versé.

Il était temps de tuer ces brigands et aider mes compagnons d'armes à tuer pour leur plus grand plaisir, leurs démons sont insatiables. Quand vont-ils arrêter d'assouvir leur désir de tuer? Aucune idée.

 

 

 

 

 

 

PS: Bon, aucune inspiration ce soir, j'ai écrit les événements que j'ai pu passer hier toute la journée, ce RP est séparé par les étoiles en deux parties.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Casting :

 image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png Yaninho, auteur, dans le rôle du magicien puissant mais mendiant.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png Pantyn, dans le rôle du nouvel arrivant chez les Au-Delà. (L'heureux élu !)

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png Shiver, dans le rôle du gardien du bastion ex-trafiquant de roses.

image.png.49319533ba02180534316740533a1abd.png Jackall, dans le rôle du Général Suprême de la Sainteté ou du Dieu sur Terre. 

image.png.ff74acdf0c838146f8b4eb1b25ef7c03.png Karamelldansen, dans le rôle du petit toutou de compagnie.

image.png.c2abe59d57917c065e8c4f8b79e16604.png Hephaistos, dans le rôle du casse bonbons d'amour de service.

image.png.3b82a07cfc1d981545c60b60899a9021.png Schindler, dans le rôle de Régis. 

image.png.8cf9f677e8e212094814427717dbf3f4.png Fukaeri, dans le rôle de l'immortelle boudeuse qu'on adore.

image.png.5107519ff0fc208d33e3693bbf0cce3c.png Lord Voldemort, dans le rôle du "Ah j'ai volé ton nez" sans jamais le récupérer. 

image.png.5373f8badb1cc193d16c6326d191afaf.png Prinny, dans le rôle flippant du rôdeur exubérant. 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Mais tu crois vraiment que cela puisse fonctionner ? 

Par ces mots, je sentais une certaine animosité dans les yeux de mon nouveau camarade de chasse. Pantyn était un tantinet perplexe à l'idée de faire leur rencontre, un sentiment se confondant entre excitation et peur. Ce n'est pas tous les jours que l'on intègre la faction des Au-Delà. Il lui fallait franchir le pas pour s'affranchir de cette crainte et devenir l'un des membres de notre famille. Enfin, savait-il encore sur quoi il allait tomber ... 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Ne t'inquiètes pas, tu verras, ils sont tous adorables. Tu peux me faire confiance. 

Confiance, confiance. Pourquoi j'emploie ce terme en jouant avec les pièces d'or que je viens à peine de lui subtiliser ? 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Nous y voilà. Ce bastion. Majestueux tel notre grandeur, fait de pierres comme nos cœurs, il n'a d'égal en pareil monde. Nous avons écrit les plus belles lignes de nos combats en ces murs. Si tu fais davantage attention, tu remarqueras que nous affichons les têtes de nos victimes sur des lances, elles-mêmes attachées au sommet de la forteresse. Ce qui est, en somme, signe de notre puissance sur ces Terres.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : J'en compte deux.

 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : (...) Bref, avançons si tu le veux bien. Aaaaaaaah enfin ! Commençons par le commencement. Tu vois là-bas, celui qui tient l'entrée, c'est Shiver. Il est en période d'essai. C'est notre ancien jardinier. Ancien, car du jour au lendemain, il a décidé de vendre des roses à la sauvette, faisant concurrence à Zethyr. Depuis, il n'est plus le même. Mais tu vas vite voir par t ...

A peine eu-je le temps de terminer mon explication - n'ayant certes aucun intérêt, mais que voulez-vous, je me dois de lui expliquer la situation avant qu'il n'accourt. - Mais le rôdeur n'en avait que faire. Il s'arrêta quelques instants, contemplant le sinistre paysage empli de sang et de cadavres. Il semblait divaguer, hors de contrôle et n'hésita pas à avancer en direction du bastion, se léchant la boule qui lui servait de coupe de cheveux.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Que vous êtes belle Shiver ! Je dois avouer que je suis fort intimidé par votre enivrante chevelure ... Et que dire de votre puissante queue. Cela me rend toute chose !

Ni une, ni deux, je me devais d'agir, voyant mon acolyte dans une situation plus qu’embarrassante. 

 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Alors là non. Tu tentes de communiquer avec une tyrano-sirène. Elles pullulent autour de nos bâtiments. Mais prends garde, ce ne sont que de vilaines et bien laides sorcières.


image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Tu veux dire comme Radegonde ? 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Oh non, je n'irais pas jusque-là tout de même. J'ai du respect pour ces sirènes. Comme je te disais, Shiver est notre premier rempart. C'est vrai qu'il ne tape pas de mine quand tu le regardes. Et c'est vrai en fait.


Nous voyant faisant face à l'entrée du bastion, Shiver, tel un fidèle serviteur ne pu s'empêcher de montrer son autorité en haussant la voix.

 

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : HALTEEEEEEEEE LA ! Il compte aller où Chupa Chups ? 

 

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Dans ton c ...


image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Château ! Oui château, puisque Pantyn est dorénavant l'un des nôtres, et j'ai trouvé que le moment était opportun pour lui présenter les membres de notre tribu vois-tu Shiver. 

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : Avec tout ce qui se passe en ce moment, notamment la recrudescence de vols de pièces d'or, de ressources, d'équipements et d'esprits dans le coffre de la faction ...

Me sentant concerné par cet affront, je n'ai eu d'autre solution que de répondre à cette attaque dissimulée. 

 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Ce n'est pas MOI bon sang ! Enfin si, mais pas pour tout. Presque tout. J'ai dû voler pour à peine 4.000.000 de piécettes d'or. Est-ce vraiment un crime ? Au fond, je ne suis qu'un petit être fragile et sans défense, constamment martyrisé par tout type de créatures les plus dangereuses les unes des autres. Les rocchus bleu-mauve, les cactus piquants verts, maintenant les moskitos ...

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : Lesquels ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Ceux des sables, tellement résistants et coriaces, un peu comme Siroco. Tu devrais les éviter à l'avenir, ils ont surement la rage.

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : T'es un boloss' frère. Bon, ça reste entre nous cette fois-ci. Du coup, Sa Majesté a décidé d'élever le niveau de sécurité à son maximum pour éviter ce genre de désagréments. Il a appelé ça le plan "On-ne-sait-pas-qui-vole-mais-c'est-surement-Yaninho-LOL" et a tweeté ça sous le #BalanceTonClodo; qui risque d'être top tendance dès lors que l'information circulera dans Melrath Zorac. 
Dorénavant, pour rentrer dans la forteresse, il te faudra me donner le mot de passe. 


Je dois avouer qu'à ce moment très précis, je n'avais aucune once d'idée concernant ce qui a pu être choisi. Bulbi-bulbi ? Jackall le chacal ? Schindler fête la Chandeleur ? 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Hephaistos le cassos ?

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : Non

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Lord Volpatamort ?

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : Toujours pas. Dernière tentative.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Vous me cassez les bonbons.

 

image.png.6007ad58c014c84e17dd81553f4032ef.png : Oui, c'est bien cela, vous pouvez entrer.

La mine déconfite, intrigué par ce choix de mot de passe, d'un signe de main, j'invitais mon confrère à passer la porte et découvrir les lieux. Du bruit, des rires, des coups ... Ah, qu'il fait bon vivre chez les Au-Delà. Et quel constant plaisir de revenir par ici. 

 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Bienvenue chez toi, mon ami. Notre Général ne devrait plus tarder à te recevoir. Il est en ce moment même sur le trône. Je te laisse faire le tour en attendant si tu le souhaites.

 

Pantyn commençait à prendre ses aises. Il abandonna son arc l'espace d'un instant, le posa sur une table située non loin du grand bureau face à l'accueil - servant davantage aux jeux de cartes ou aux bras de fer qu'à toute éventuelle stratégie - et décida d'élever la voix afin de m'interroger.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Mais Jackall n'est pas présent sur le trône ? 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Alors en fait, si. Mais pas sur le trône royal. L'autre.

 

Une main se posa sur mon épaule. Cette odeur, je pourrais la reconnaître parmi tant d'autres. 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Vous auriez pu vous laver les mains, Mon Général.

 

image.png.49319533ba02180534316740533a1abd.png : Pas le temps de niaiser mon cher Bras Droit. Un plaisir de vous voir ici, quelles sont les nouvelles ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Des dettes, encore des dettes, toujours des dettes. J'arrive même à avoir des dettes et à perdre de l'argent en vendant ce que je récupère sur les différents monstres peuplant nos terres. Permettez-moi de saluer votre superbe moustache Mon Général. Vous êtes davantage viril, et je dois avouer que cela m'excite tout particulièrement.
Bref, je viens ici avant tout pour vous présenter notre nouveau collègue. Pantyn, si tu veux bien te prosterner devant sa Grandeur.


Pantyn s’exécuta sans tarder, prêtant par la même occasion fidélité et allégeance à son Général et aux autres compatriotes, qu'ils soient soldats ou lieutenants. 

 

image.png.2234f19932dcbad6a9c442a7e80508f1.png : Chupa Chups, par les pouvoirs du Dieu que je suis, je vous déclare officiellement membre des Au-Delà. Bravo, félicitations, blablabla, allez on va boire. 

Il faut croire que l'adhésion sous notre blason n'est plus aussi complexe qu'auparavant. Par contre, en ce qui concerne les festivités, aucun doute, nous sommes bien consciencieux. 

image.png.dc836debe4ce554073b88111eaf46cd5.png : Levons tous notre verre pour notre nouveau frère d'arme, Marionnette ! 

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Mon Général, c'est Pantyn.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.pngLaisse le, depuis quelques temps, il ne semble plus lui-même. Il manque cruellement de sang. Un peu comme nous autres. Les temps sont durs, les proies rares pour nous, prédateurs. Regarde notre toutou. Il est grippé, si ce n'est rouillé. Karamelldansen, viens ici ! Va chercher nonosse ! C'est un bon chien ça ! Ah oui ?

 

image.png.ff74acdf0c838146f8b4eb1b25ef7c03.png : Bulbi-bulbi-bulbiiiii !!


image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Oh je ne l'avais pas vu, il est chou ! Allez donne la patte !! Excusez-moi, mais c'est quelle race de chien au final ?

image.png.7069c7b105ccb14c3af9ebbd83a8ad02.png :C'est un bâtard.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Très bien, un mélange de quelles races dans ce cas ?

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Ah mais je ne parlais pas de races. 

image.png.ff74acdf0c838146f8b4eb1b25ef7c03.png : Bulbi-bulbi !

 

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Sans vous ...

A peine tenta t-il de terminer sa phrase que Schindler ne fasse son entrée, remarquée et remarquable ceci étant dit.

 

image.png.fbd01b8bc45d815a902435132b7bf1f0.png : SANG TUER MORT. SANG TUER MORT. SANG TUER MORT.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Très bien, donc voici Schindler. C'est un bon gars. Il n'a pas eu une enfance facile comme tu peux le voir à son faciès. Mais si je peux te donner un conseil : n'emploie jamais le mot sang à ses côtés sinon ... 

image.png.3b82a07cfc1d981545c60b60899a9021.png : SANG TUER MORT. SANG TUER MORT. SANG TUER MORT.

Pris de colère, Le Général ne pu retenir sa colère. Pour preuve, il appela Schindler par son surnom.

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Régis !! Ferme-là ! 

image.png.916177d754c078e1faaff5525ee65924.png : Calmez-vous Mon Général, vos plaques d'urticaire vont de nouveau apparaître si vous insistez. Je m'occupe de Schindler.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Merci Fukaeri, votre bonté vous perdra.

image.png.0eba032c742d5b260868cb64b9f6d25f.png : Permettez-moi Fukaeri, mais avez-vous des problèmes capillaires ? Vous avez surement trop abuser de la bave d'escargros. Je vous ai confondu avec le balai brosse. C'est à s'y méprendre, sachez le, ma chère.

L'assemblée se mis à rire sans vergogne. Quel panache, quel culot ! Il a su se mettre tous les mâles présents dans sa poche. 


image.png.8cf9f677e8e212094814427717dbf3f4.png : Ah ah et il se trouve drôle Chupa Chups ? Si c'est comme ça, je pars bouder. Na !

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : C'est pas grave, c'est quotidien. Elle supporte mal d'être la seule femme du groupe. Mais au fond, elle nous adore. Surtout son Général, mais ça, c'est encore un autre débat. Profitons de cette accalmie pour rencontrer notre forgeron attitré. Sans lui, nos guerriers ...

image.png.3b82a07cfc1d981545c60b60899a9021.png : SANG TUER MORT. SANG TUER MORT. SANG TUER MORT.

 

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : REGIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS !!! 

Vous avez tué Schindler dans la zone 'La Tente des Beaux gosses'

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Son cas est réglé Mon Général.

 

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Merci Mon Bras Droit, vous êtes sans nul doute le meilleur aventurier que la Terre des Eléments ait porté en son sein. Je devrais contacter les autres Dieux afin qu'on érige une statue en votre effigie...

 

image.png.54c184c401a313d7b923d2f9c2070a58.png : J'imagine que la statue sera en train de mendier ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Ah, tiens, Hephaistos. Tu devrais faire gaffe à tes arrières. Tu vois Schindler ?

image.png.c2abe59d57917c065e8c4f8b79e16604.png : Bah non.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : C'est normal, parce que je l'ai tué.

image.png.f259eb2869857a2b6f7b6aa4be4b09ad.png : Bah comment veux-tu que je le vois s'il est mort ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Bon, comme tu l'as compris Pantyn, Hephaistos est ... différent. Il sait maîtriser les mots à la perfection, et il est drôle quand même. Je pense avoir fait le tour de ses qualités. Pour tout ce qui touche au combat, c'est tout l'inverse. Il lui est arrivé une paire de fois de combattre en tenant sa hache à l'envers.

(...) 

Oui, oui,  en tapant avec le manche, il s'est coupé quelques doigts. Ça ne doit pas faciliter la chose. Et c'est aussi pour cette raison que Notre Général a insisté pour qu'il soit formé par Arenator, ce dernier pouvant lui inculquer les bons réflexes à adopter et lui transmettre toute l'expérience qu'il a pu accumuler au cours de ces longues années, lui permettant de devenir sans nulle once de doute le meilleur guerrier de ces terres et un exemple pour nous tous.


Je repris mon souffle et mes esprits, puis en lançant un énième sourire complice à Pantyn, je lui fis part d'une concession.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Voilà, nous avons fait le tour. Certains de nos amis les plus fidèles sont en ce moment portés disparus. Hibernent-ils ? Méditent-ils ? Seul Dieu le sait. Toujours est-il que nous pensons constamment à eux : Daddy, Selene, Bartimeus, Rhadamanthe, Jenzaiyk et j'en passe.

image.png.da4253674c9c0a78f86171c3e595b1c2.png : Vous m'avez oublié Yaninho.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Ah et Lord Voldemort aussi.

image.png.5107519ff0fc208d33e3693bbf0cce3c.png : C'est tout ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Oui.


image.png.b131a6f006c4e9ddffbfcb926880f92a.png : Vraiment ?

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Tu ne fais que me pourchasser lors de nos entraînements en joutes. Tu espérais peut être davantage de sympathie de ma part ? En plus, tu n'as pas voulu jouer le jeu en montrant ta pilosité, alors que cette règle provient de l'article 1er de la nouvelle convention des Has been, élaborée par notre Général. En plus, franchement, ne pas avoir de nez à notre époque ... Fin' on a connu plus glamour. Il faut assumer dorénavant.

image.png.561051859494c313970805191b3a57f3.png : Oui mais je suis chauve et imberbe.

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : On a tous des problèmes dans la vie Lord.

L'ambiance était glacial. Comme sur la banquise en hiver, sans pour autant être sur la banquise et en hiver. Quand soudain ...

image.png.e4f48cbb3bd0d1041a74dce0d8942436.png : Les amis ! Les copains ! Les gens ! Les gars !! Youhouuuu c'est moi !!!! 

 

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Que se passe t-il Prinny ? 

image.png.b3614925f7fd521dc4042fcb7c19834f.png : Je reviens de la mine.

image.png.a78b7c801cfcb4c0a663f6dd6b20eb2d.png : Le retour du nain casse bonbon. 

image.png.5373f8badb1cc193d16c6326d191afaf.png : Toi tu vas voir, je vais te lancer des cures dents, tu vas le sentir. Ouais et donc, j'ai reçu une alerte google en me baladant : notre tour à été attaqué ! 

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Mais qui oserait faire ça ? (On sent le Général qui flippe là)

image.png.78acab5cf2b571092e166d5ad5e2785b.png : Déjà, une chose est sûre, ce n'est pas moi, vu comment je suis faible.

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Bonne déduction Hephaistos. Montrez-moi le message que vous avez reçu Prinny.

Jackall commença à lire à voix haute le contenu du message.

 

Citation

 

On nous annonce que le Taurus, fou furieux, est descendu dévorer les porcelets et écureuils qui profitaient tranquillement de l’herbe au pied de la montagne.

Le plateau est à présent recouvert de sangs et d’entrailles…

Qui sera la prochaine victime du Taurus ?

Et si… Dans sa folie aveugle, il décidait de s’en prendre à la Tour des Au-Delà ?

 

 

 

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Qui est ce Taurus ? Un aventurier perdu ? J'ai connu un Torse nu, un fidèle ami indien, faisant parti d'un groupe de musique, dont la pratique courante était de former des lettres avec leurs bras, mais jamais de Taurus. Vous avez des informations dessus ? 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Oui Mon Général, prenez mon Tdedex.

image.png.5373f8badb1cc193d16c6326d191afaf.png : Sachez Mon Général que j'ai tout fait pour l'arrêter ! Je lui ai lancé flèches sur flèches. Par dépit, j'ai même commencé à lui envoyer mon arc, mon carquois, mes chaussures, et enfin mes vêtements ...

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Oui, je confirme, nous pouvons le voir. Quelle horreur. Profitez en pour vous habiller, ça en devient terriblement gênant. Plus encore que lorsque Schindler, Lord Voldemort et Hephaistos décident de dormir ensemble.

 

image.png.8354e857e3f4639220ca0aa931def972.png


image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : C'est une belle machine que vous avez là. 

image.png.824614ccb2e85bfdcc31d07377b3b8e3.png : Merci Mon Général, sans vous manquez de respect,  je n'ai fait que la voler dans le coffre vous savez ...

 

image.png.3b82a07cfc1d981545c60b60899a9021.pngSANG TUER MORT. SANG TUER MORT. SANG TUER MORT.
 
image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Il est déjà de retour lui ?! 

image.png.8cf9f677e8e212094814427717dbf3f4.png : Oui, le cooldown de la résurrection n'était que de 400 secondes.

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Ah, bon très bien.

 

Jackall, fier Général des Au-Delà pris dès lors une voix terriblement grave. Enfin plus qu'à l'accoutumée. Un doux mélange entre le cri de mort du traocle et celui de Schindler.

image.png.02d7e0920ecc837347995099fd55e2c9.png : Très bien Messieurs,  
Je crois qu'il est grand temps de partir. Prenez vos affaires, vos pyjamas et vos doudous, car nous allons tous ensemble en route vers la mine pour régler le cas du Taurus géant, et pourquoi pas se farcir quelques dissidents présents. Et n'oubliez pas la laisse pour Karamelldansen !

MESSIEURS ! AD UN JOUR, AD TOUJOURS !


Ils levèrent tous leurs armes vers le ciel pour montrer leur soutien et leur envie d'en découdre ! Mais la question que tout le monde se pose à l'heure actuelle : sont-ils tous prêts pour leur retour ? La suite au prochain épisode ... 

 

ADfinal.jpg

 

(Merci Zethyr pour le dernier montage, t'es un bg d'amour <3 )

 

 

 

 

image.png

image.png

image.png

image.png

Modifié (le) par yaninho

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Furbal émit un faible gémissant apeuré, les oreilles basses et la queue entre les jambes. A peine osait-il lever un peu la tête au-dessus des herbes hautes où il se dissimulait, pour jeter un regard.

 

Les grognements féroces et les hurlements animaux étaient bien assez éloquents : sortir de sa cachette semblait une mauvaise idée. Une très mauvaise idée.

 

Surtout pour Furbal, un simple pangolin, encore très jeune, et de surcroît bien petit, même pour son âge. On aurait eu du mal à imaginer créature plus inoffensive : une petite boule de fourrure soyeuse, aux grands yeux inquiets et au regard doux. Le genre de regard capable de faire fondre le cœur de pierre de l’être le plus endurci et le plus cruel qui soit. Même Hephaistos n’y aurait pas résisté... enfin, s’il avait eu un cœur, bien sûr... (enfin bon, c’est un mauvais exemple).

 

Furbal avait vu le jour dans la forêt d’Irliscia, où la vie pouvait être douce, mais pas toujours facile. Quand votre chemin croisait régulièrement celui d’une créature comme le dragon griffu, on ne pouvait pas dire qu’il était jonché de pétales de rose. Et d’autres prédateurs certes moins impressionnants mais bien plus nombreux guettaient les pangolins. Surtout les plus jeunes, qui étaient des proies faciles. Ce qui donnait une idée de la chance hors du commun qu’avait eu Furbal de survivre jusqu’alors.

 

Les humains faisaient partie du problème quotidien qui se posaient à ces créatures sauvages. Certains d’entre eux les chassaient pour leur fourrure rare et très prisée. D’autres, comme les soldats d e la garde, ne leur avaient jamais causé le moindre tort.

 

Jusqu’à ce jour du moins.

 

Sans aucune raison, les humains qui patrouillaient dans la région s’en prenaient désormais aux pangolins, sans la moindre raison. Furbal avait croisé leurs regards fous, leurs yeux emplis d’une rage sanguinaire, et avait senti le mal qui les habitait comme un chien sent l’odeur d’une charogne laissée trop longtemps au soleil : comme une violente agression. Il s’était donc carapaté en couinant, sans demander son reste. Ce qui lui avait évité de partager le sort de nombre de ses congénères plus grands et trop courageux pour leur propre bien. Car les humains faisaient preuve d’une férocité inouïe.

 

Là-dessus, les squelettes rampants se joignirent à la fête, attaquant tout le monde sans distinction. Ce qui transforma la scène de carnage en chaos total.

 

Furbal sentit que c’était le moment ou jamais. Il jaillit de son taillis comme un boulet de canon et fila se cacher dans un autre. Qui se trouvait être un feuillu vert, lequel émit des réserves sur la conduite du pangolin en faisant observer que le petit animal n’avait pas sollicité sa permission d’agir de la sorte. Et le feuillu détestait que l’on regarde sous son feuillage. Un peu affamé de surcroît, il se décida à étrangler le jeune malappris. Furbal ne demanda pas son reste et se libéra du feuillu dans une explosion de feuilles arrachées. Il fila vers l’ouest, croisa une groupe d’oryctes bleus, lesquels le virent venir et se déployèrent en arc de cercle pour l’intercepter. Les insectes se jetèrent sur lui à son passage.

 

Et leurs mandibules se refermèrent sur du vide.

 

Furbal avait déjà franchi leur ligne et s’éloignait, accélérant encore. Tout à l’ouest s’ouvrait une partie de la forêt qu’il savait peu peuplée et où il pourrait s’abriter. La terre promise, en somme.

 

Alors qu’il apercevait les frondaisons salvatrices, une ombre immense vint s’abattre sur lui. Il couina de désespoir.

 

Le griffu remontait du sud, droit vers lui.

 

Ne tenant pas à finir brûlé vif, il tourna précipitamment à droite, vers le nord, dans un tourbillon de touffes d’herbes arrachées. Courant à perdre haleine, il sema tous ses poursuivants, évita toutes les embûches, mais dut brusquement s’arrêter.

 

Une haute muraille se dressait devant lui, mettait fin à sa folle cavalcade.

 

Il était arrivé devant le nid des humains, à ce qu’il en avait appris de ses congénères. Pas vraiment le genre d’endroit où il serait allé chercher refuge... mais le comportement des diverses créatures qu’il croisa dans les parages le dissuada de rester sur place. Toutes, du moskito au scorpion, semblaient vouloir sa peau. Alors il longea le mur hermétique, jusqu’à ce qu’il trouve un passage.

 

Ainsi commença la première virée de Furbal à Melrath Zorac.

 

Si le pangolin avait trouvé que le chaos régnait en Irliscia, ici les choses atteignaient un niveau encore bien pire. Les humains se battaient entre eux, et comme si cela ne semblait pas suffisant, ils se trahissaient régulièrement, se retournant soudainement contre un des leurs à tout moment, sans raison apparente.

 

Le flair de Furbal lui apporta néanmoins un indice quant à la raison de ce pandémonium : l’odeur du mal était bien plus forte ici, carrément pestilentielle. Le pangolin secoua sa truffe et mit les pattes dessus comme pour chasser l’épouvantable fumet.  Ce faisant, il perdit de vue un instant ce qui l’entourait, et lorsqu’il leva à nouveau les yeux, ce fut pour croiser le regard d’un humain, qui le lorgnait d’une façon dérangeante. L’homme semblait atteint de démence. Etant donné les événements actuels, on aurait pu lui accorder de larges circonstances atténuantes, mais le fait était que la folie ambiante n’avait pas eu d’impact particulier sur lui. L’aliénation était son état normal. Il était psychotique au dernier stade, et en plus faisait une fixette sur la violence. Pour achever le tout, il adorait s’en prendre aux plus faibles.

 

Avec un sourire de joie perverse, le colosse en armure leva une hache d’armes démesurée et l’abattit sur le pangolin pour le réduire en quartiers.

 

Ce fut alors qu’un souffle de magie blanche particulièrement dévastateur balaya le guerrier comme un fétu de paille. Trop accaparé par la perspective d’un meurtre facile, il avait perdu de vue son environnement au mauvais moment. Un humain encapuchonné venait ainsi de sauver la vie de Furbal. Ce dernier fut tenté de se réfugier dans les pieds de son sauveur. L’homme arborait une coiffure passée de mode, mais Furbal trouvait ses longs cheveux frisés très semblables au pelage de sa maman. C’était rassurant. Les yeux de l’homme l’étaient beaucoup moins et Furbal sentit la même folie, le même mal le ronger. En outre, le magicien était en compagnie d’une étrange créature verte qui avait repéré le pangolin et qui se serait jetée sur lui, en l’absence de la laisse tenue par l’humain. Frustrée, la bestiole piaulait des « bulbi-bulbi-bulbiiii » et labourait le sol de ses griffes en espérant faire lâcher son maître.

 

Furbal n’attendit pas de voir comment l’humain allait réagir.

 

L’instant suivant, il était déjà hors de vue.

 

Il finit par trouver un refuge très provisoire dans une haie. Au moins, il pourrait souffler un moment avant de reprendre sa course... mais les combats finirent par se rapprocher de sa cachette, de tous les côtés à la fois. Cerné, il s’aplatit autant qu’il le put, les pattes sur ses oreilles, tremblant comme une feuille.

 

Devant lui, un homme habillé de toges noires et rouges mourut, abattu par ses compagnons.

 

Et un galet étrange tomba juste devant le pangolin.

 

Le bruit attira son attention, et il ouvrit les yeux, dans lesquels se reflétèrent les volutes envoûtantes d’une puissante magie maléfique...

 

* * * * *

 

Le désert septentrional, loin du tumulte de la ville.

 

Là aussi, le chaos avait fait son œuvre. De nombreuses créatures, minérales, végétales, animales ou autres s’étaient entretuées dans le plus parfait désordre, sans la moindre raison. Crohonde, la fourmi-soldat, faisait partie des rares survivants. Elle avançait cahin-caha, car une de ses six pattes lui avait été arrachée. Et sa carapace portait les traces d’un combat violent : griffures profondes, morsures féroces... Une de ses puissantes mandibules avait même été brisée en son extrémité. Un fait significatif, car exceptionnel.

 

Alors que Crohonde se trainait dans les sables du désert vers la quiétude de sa fourmilière – enfin, en supposant que sa fourmilière existait encore – elle réfléchissait à l’explication qu’elle allait donner sur son état, si ses congénères venaient à s’en étonner. Car Crohonde avait un problème : les fourmis-soldats étaient les plus dangereux prédateurs de la zone, et elles faisaient tout pour maintenir ce statut. Dans cette optique, il était délicat pour Crohonde de leur avouer ce qui lui était réellement arrivé.

 

La fourmi n’avait croisé qu’un seul adversaire, une créature dont elle n’avait jamais vu le pareil dans la région, d’une taille ridicule et d’une dangerosité insignifiante. Elle l’avait attaqué, bien entendu. Au terme d’un bref combat, seule la fuite lui avait permis de rester en vie pour constater l’ampleur du désastre en ce qui la concernait.

 

Elle arrêta une version qui semblait tenir la route : elle prétendrait qu’elle était tombée dans une embuscade tendue par une meute de tortogriffes. Ce serait toujours moins honteux que d’avouer avoir été mis en déroute – et à moitié en pièces – par une petite boule de fourrure aux grand yeux si mignons.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[HRP: Ça fait longtemps que je n'ai pas écrit de RP donc je ne sais pas ce que ça va donner, c'est un texte moins fun que les autres car j'avais envie d'aborder un peu le côté traumatique/attaque de panique qui pourrait découler des évènements de l'animation liés à la cette psychose dont nous étions infectés. J'ai mis des screens pris pendant l'animation pour illustrer le texte mais je les ai mis sous spoilers parce que je ne sais pas trop si ça peut gêner des personnes d'avoir les images qui coupent le texte.]

 

Les mains encore tremblantes et le regard hagard survolant les nombreuses tâches de sang qui jonchaient le sol de Melrath Zorath, Kiwae réalisait que le cauchemar était enfin terminé. Un voile venait de se lever et peu à peu elle reprenait ses esprits. Sentant un liquide chaud lui descendre le visage, elle porta sa main gauche sur son front et l’essuya. Du sang. Beaucoup de sang. Ses yeux tombèrent sur ses vêtements. Encore du sang. Impossible de savoir s’il s’agissait uniquement du sien mais elle pressentait que ce n’était pas le cas. Avec la désagréable sensation que sa main droite tenant son arc était moite, Kiwae ne put s’empêcher de voir qu’il était lui aussi ensanglanté. Toujours du sang. Elle ne voyait plus que ça. Ajoutez à cela l’odeur pestilentielle qui imprégnait maintenant les lieux lui provoquant un haut le cœur. Sa respiration devint alors saccadée avec l’impression qu’un étau se refermait autour de sa poitrine. Un frisson lui parcouru la colonne vertébrale, qui se propagea en tremblements tout le long de son corps. Elle pouvait sentir son cœur palpiter et une chaleur se répandre alors que sa bouche s’asséchait. Des gouttes non de sang mais de sueur perlaient sur son front. La jeune rôdeuse se trouvait paralysée, incapable d’agir. Elle essayait de fixer un point précis en face d’elle tout en inspirant et expirant à plusieurs secondes d’intervalles afin de se calmer mais elle n’y arrivait pas.

 

Une seule pensée lui parvenait dans ce vacarme intérieur comme un vestige de la psychose qui l’avait infectée peu de temps auparavant.

 

Il est un lieu où tout se mêle, où la droite est gauche et la gauche est droite, où la raison se perd et hésite. Le seul salut possible est alors de suivre ce qui va droit, fût-ce la mort elle-même.

 

Un vertige l’a pris alors que la sensation de cette perte de contrôle lui revenait.

 

Des flashs de souvenirs réapparaissaient devant ses yeux à vive allure.

 

La traversée du désert avec la présence anormale de nombreux brigands. L’arrivée à Melrath Zorac mise à feu et à sang par cette confrérie.

 

Spoiler

anim.jpg.4a7f52c560494345cea9dc7ff02c07e2.jpg

 

La cohue autour de deux personnes en particulier. Keitar, le régent et Assalnr d’après les quelques informations glanées pendant la bataille. Ils dirigeaient l’assaut mais beaucoup de combattants avaient apparemment répondu à l’appel de détresse émis par des gardes de la cité.

 

Spoiler

anim2.jpg.bb65d40fe76c8e57694ca806998c3b09.jpg 

 

La mort de Keitar. La pierre. Cette maudite pierre. Celle par laquelle la psychose c’était répandue. La propagation de cette folie se réalisant de la mort de son porteur à son tueur. De la mort de son porteur à son tueur. De son porteur à son tueur. Et ainsi de suite. De son porteur à son tueur. Et ainsi de suite. Et ainsi de suite… Sa flèche s’enfonçant dans le torse de Karamelldansen. La perte de contrôle. Le comportement d’autodestruction, qui lui avait été un temps familier il y a quelques années de cela, refaisant surface tant l’énergie maléfique était écrasante. Cette envie de garder la pierre en sa possession tout en voulant la détruire. La mort. Cette libération. Puis recommencer. Être déconnecté de la réalité. Tuer ou être tuer. Posséder la pierre ou la détruire. Plus rien n’avait de sens. Une autre flèche trouvant le corps de Karamelldansen. L’insoutenable poids de la psychose. La mort. Encore. Recommencer. Recommencer jusqu’au retour à la réalité. Cette dure réalité.

 

Une main se posa sur l’épaule et l’a sortie de sa torpeur d’un sursaut. La jeune rôdeuse se tourna vivement tout en prenant d’une posture de défense.

 

Tigrrr.

 

Spoiler

anim3.jpg.51a42a4252e51ef26722f7373c4eb20b.jpg

 

La présence rassurante de Tigrrr à ses côtés après ce carnage était familière et lui permis de se raccrocher à la réalité. Il était comme un roc, inébranlable. Elle prit une profonde inspiration et secoua sa tête comme pour chasser le souvenir des évènements qui venaient de se dérouler. Le calme était revenu dans son esprit après cette tempête émotionnelle. Les plaisanteries de Tigrrr lui redonnèrent le sourire et ensemble ils se dirigèrent vers le fortin de l’Alliance.

 

Spoiler

anim7.jpg.59ce67c1a48547f1e81fbbfe4cd52d7f.jpg

image.png.0318036d76d8315b9912ba406ba95c8c.png

anim5.jpg.acfb5242814ea45d35de4c8eb5a4c154.jpg

 

Tout du moins c’était ce qui était prévu… Jusqu’à ce qu’ils furent distraits par la présence d’une certaine Nerië.

 

Spoiler

anim6.jpg.20b55aa8f4b12b15d9dac3c01935e2dc.jpg

 

Modifié (le) par Kiwae

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Merci à ceux qui ont déjà postés.

Au vu du peu de réponses vraiment dans le sujet, je rallonge la durée du concours au 12 mai 23h59. J'annoncerai le gagnant dimanche soir.

(Ne me frappez pas ceux qui ont respecté les délais T_T)

 

Bonne soirée :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le rôdeur était de sortie ce soir là, il avait rendez-vous à la tente des sentinelle pour parler d'affaires politiques avec leurs général. Ne sachant que trop peu de choses sur cette faction, le rôdeur se présenta en tenue de combat, il s'était même échauffé en faisant de petits bonds sur la route. Il avait cessé ses échauffements à la vue de quelques brigands qu'il avait tué avant que ceux-ci n'ait le temps de rire. Bien heureux de s'être évité le ridicule, il allait frapper à la porte avec fermeté lorsqu'il aperçu d'énorme tas de sables déborder du coeur des ruines de Til'lunis. Cette partie était habituellement peuplé de quelques pilleurs qui cherchait les trésors de la défunte cité, décidément il se tramait quelque chose d'inhabituel. D'abord des brigands éloigné du désert occidental et maintenant les ruines de la cité s'ensevelissait d'elle même ? Cela faisait des lustres que les ruines était là, protégée d'une telle fin par les collines, montagnes et la végétation environnante.

e5410a8dbbe22decd7b446509429410f.png

Il décidait d'aller voir ce qu'il se tramait, après tout il n'avait pas eu d'heure de rendez-vous et il n'était pas spécialement pressé aujourd'hui. Il tuait les quelques momies qui barrait le passage avant de se rendre compte que ce n'était pas du sable normal qui occupais les murs mais bien des sablobosse de taille titanesque. D'abord pris de panique, il recula d'un pas ou deux avant de se ressaisir et de prendre les masses d'assaut. Ces cibles, bien plus large que d'ordinaire, ne lui donnèrent pas grand mal. En quelques minutes, il était passé, observant les voleurs retranché dans un coin et acculé avec, ou bien par, un spectre espion. Il se demandait si ce dernier ne pouvais pas traverser les murs pour fuir les sablobosse ou bien si il s'était pris d'amusement à effrayer encore plus les malheureux voleurs ainsi piégés.

Quelques pas plus loin, il guettais encore les amas de sables se reformer derrière lui quand son attention fût attiré devant lui, il venait de manquer de se faire arracher le visage par une tortogriffe. Bondissant de nouveau en arrière, il observa le reste des ruines envahi par une quantité phénoménale de ses congénères. Les momie déchainée habituellement ici n'était plus que des tas de sang et de bandelettes inerte. Il ne pouvait qu'imaginer le sort des pauvres malheureux qui trainait dans cette partie des ruines d'ordinaires. Armé de courage mais pas de folie, ce dernier rebroussa chemin pour aller à la rencontre qu'il avait initialement prévu.


f7f58a2be09033360070f686c459b86f.png

De retour devant la forteresse, il tambourina à la porte à plusieurs reprise sans qu'on ne lui réponde. Il voyait cependant de nombreux brigands arriver de la mine et se diriger vers Le désert occidental, là ou résidait leurs quartier général. Il supposait qu'un pillage avait eu lieux récemment et qu'il rapportait le butin en cherchant à éviter l'armée de tortogriffe. Une fois quelques dizaines de brigands tué, le rôdeur fût piqué par la curiosité. L'activité des brigands était-elle lié au évènements anormaux dans Til'lunis ? Allaient-ils vraiment vers leurs cachette ? Pourquoi étaient-ils si nombreux et si faibles ? Et ou était donc passé les habitants de la forteresse des sentinelles ? Il se fît tout discret et quand une autre recrue fit son passage, il ne la tua pas mais la suivit en toute discrétion. Arrivé à la première bifurcation, quelle ne fût pas sa surprise de voir sa proie tourner vers Melrath Zorac. Peu de temps après aux portes de la ville, il vit un amas de recrue et d'aventuriers, tous aussi enragé les uns que les autres. Il achevait son brave éclaireur avant de rejoindre la foule pour essayer de comprendre quand il vit un brigand plus puissant que les autres se démarquer du lot. En fait, tout le monde essayait de le tuer mais il ne semblait pas possible à vaincre. Mettant son coeur à l'ouvrage, il cru croiser le blason des sentinelles au milieu de la foule mais il était tellement prédominant parmi cette foule de bras cassé que le brigand le pris pour cible rapidement. Sans avoir le temps de comprendre ce qui lui arrivait, il se retrouva dans une barque accompagné de Charon. Peu habitué à le voir, il eut un peu de mal à négocier mais rapidement, il fût jeté hors de la barque et repris connaissance dans la cité.

Il pris le temps de contempler le désastre, la cité était à feu et à sang, des barricades bloquait l'accès aux bâtiments et quelques aventuriers étaient aux prise avec des petites mains de la caste de vandales. Sentant ses pulsions meurtrière se réveiller, il entrepris d'achever les aventuriers les plus faibles avant de tuer les vils qui tentait d'envahir la capitale. Tuant tout ceux qu'il pouvait sur son passage, il se mis plusieurs fois la foule à dos et commençait à en connaitre les moindres détails de la barque du passeur. Le sang coulait le long de sa peau, avec une douceur que peu savent reconnaitre mais qui le rendait euphorique. Son sang commençait à se mélanger à celui de ses victimes quant il trouva un cailloux pâle qui rendais la couleur du sang encore plus pure. Au cours de la soirée il le perdit plusieurs fois mais n'avait de cesse que de vouloir le retrouver pour y regarder les gouttes de sang se former et en tomber avec un léger bruit presque imperceptible. A chaque fois il tentait de s'isoler avec pour mieux savourer cette utopie mais rapidement, la foule revenait à lui, comme si tous était attiré par cette étrange pierre. Même les moins habitués à combattre étaient présent pour essayer de lui dérober son précieux bien et le garder l'écoulement de quelques gouttes relevait quasiment de l'impossible.

Le soleil commençait à faiblir et l'ardeur du combat persistait lorsqu'une brutale onde de choc parcouru la ville. Les gens cessèrent immédiatement de s'entretuer et la paix semblait être revenue. Certains étaient en pleurs devant le sang jonché sur le sol, d'autres criait de désespoir des êtres perdu durant la batailles mais lui était droit. Il n'avait plus de camarades depuis qu'il avait déchiré ses vêtements aux couleurs des étoiles, plus de but précis et tout ce carnage ne lui laisser que percevoir les lois qui régissaient ce monde. On est jamais mieux aidé que par soit-même et le seul but est de survivre le plus longtemps possible. Il essuyait son visage pensant à ses regretté camarades mais il fût presque soulagé de n'en avoir vu que quelques-uns sur le champ de batailles. Les autres étaient fort probablement saufs et vu le manque d'organisation, aucun n'avait eu le temps de se venger pour les adieux dévastateurs qu'il leurs avait fait.

Après quelques rassemblements pour manifester la joie que les murs ait tenu face aux envahisseurs, tout le monde reparti dans son coin. Quelques-uns essayaient encore de tuer des ennemis de longue date mais aucun ne réussi à l'atteindre avant qu'il ne soit en sûreté. Cette bien sombre soirée restait positive dans l'ensemble, seul son passage chez les sentinelles était à remettre et il avait vécu des évènements historiques qui le firent réfléchir à son passé et son avenir. Le rôdeur exténué se laissait tomber dans un lourd sommeil qui serait probablement houleux et marqué de quelques cauchemars, à moins que son cerveau tordu ne tourne encore ça de manière à lui paraitre satisfaisante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

 

Il m'a été demandé un retour plus personnel sur les textes. Si certains en veulent, ils peuvent m'envoyer un MP.

 

Encore une fois, merci à tout ceux qui ont participé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×