Jump to content
Terre des Éléments

Nerië

Membres
  • Posts

    128
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Nerië

  1. Bonjour, Nous avons nettoyé la liste des parrains hier soir. Cela a entraîné une redirection des filleuls sur les parrains restants. C'est pourquoi certains d'entre vous ont reçu une grande quantité de MP's. Si vous souhaitez être retiré de cette liste, n'hésitez pas à nous prévenir. Nous en profitons pour dire que si vous êtes intéressés pour être parrain, on peut vous rajouter à la liste également ! ( Faut envoyer un MP à Scar pour ça ! =D ) Bon jeu !
  2. Si vous souhaitez un skin, après validation de la quête, il est préférable de venir nous voir avant de lancer la production du skin.
  3. En six ans les idées et points de vue évoluent. En l’occurrence, le fait d'avoir une distinction personnelle d'un métier qui nécessite plusieurs personnes c'est un problème. Donc même si l'idée a été évoquée il y a fort longtemps. Aujourd'hui, nous ne sommes pas d'accord avec.
  4. Bonjour, Une distinction a été donnée à Jackall en l'honneur de son immense charisme ! Comme cela semble faire des émules. Les distinctions données récemment sont RP, elles reflètent un aspect du personnage qui en reçoit une. Elles n'ont d'autres valeurs que symbolique. Seulement, cela prend du temps pour trouver les visuels et les idées vous concernant. C'est pour ça qu'elles ne sont pas distribuées par lot. Des joueurs peuvent faire des propositions pour d'autres joueurs. Bon jeu,
  5. Bonsoir, Un objet a été ajouté à Gefin, dans toutes les meilleures tavernes tenues par la GerGer's compagny ! Je vous laisse découvrir lequel ! Une distinction a été offerte à Scarnade parce que même en son absence, vous aviez encore peur de lui. Bon jeu
  6. Joyeux anniversaire Radegonde ! Une année de plus de raleries, moi qui espérait qu'avec l'âge ça s'améliore... J'espère que t'as aimé ton cadeau ! Comme il n'avait pas de sujet, je me suis permise
  7. J'avais dit une semaine, au hasard. En sachant que Zethyr a réussi, avec son multi, à passer lvl 35 en 13 jours. Si un joueur ne connait pas le jeu, on peut dire qu'en 15-17 jours, c'est plié...
  8. Je ne pense pas que ce soit pertinant de te créer un compte et d'être sur MZ le soir-même. Passer une semaine sur tuto+TE+KM, ça me parait pas non plus la mort.
  9. Bonsoir à tous, Une distinction unique a été donnée à Zethyr pour marquer sa folie des femmes auprès de tous. Vous pouvez l'admirer sur sa fiche joueur. Et voici comment tout a commencé... (Admirez le talent de monteur de Zethyr !) https://youtu.be/jicZmv_k5Ew Bonne soirée et bon jeu à tous,
  10. Akaresh "Et si on uppait notre tente là parce qu'elle est un peu moche !" C'est ainsi qu'hier soir le jeu a assisté au up de tente le plus rapide de TdE ! De la casermate en bois jusqu'au château, en une heure ! (On aurait pu faire plus vite, mais on est un peu lent à trouver les items =D )
  11. Le vilain serpent a mangé un rat et donc... Voilà =D
  12. Bonjour à tous, Akaresh fait son retour parmi nous en tant qu'admin rôliste. Il aura donc en charge, comme moi, la gestion des quêtes, des animations, la cohérence du RP du jeu et toutes sortes d'autre choses afin de vous offrir une meilleure expérience de jeu. En revanche, si vous avez des soucis concernant le jeu en lui-même (gestion des joueurs, serveur, bugs, etc ...), il faudra continuer à harceler Guix et Keril. Bonne soirée,
  13. Bonsoir, La récompense d'Hephaistos lui a été remise. Il s'agit d'un skin unique pour son arme que voici : Voici le RP attenant à l'arme => Iverness d'Hephaistos Bon jeu et bonne soirée
  14. Cette nuit là la Lame d’Assalnr s’était brisée. Malgré toute sa puissance et la magie qui la protégeait, elle n’avait pu résister au choc du pouvoir maléfique face à elle. Dans la cohue et l’affrontement son propriétaire l’avait lâché, et il n’était pas parvenu à la récupérer. Trop affaibli, trop blessé et sans le support de sa fidèle dague, il avait quitté le champ de bataille. Et elle était restée là. Seule. Rompue. A même le sol. Abandonnée. Elle qui lui avait tant donné à lui, qui l’avait tant cherché. L’arme avait changé de maître à de nombreuses reprises depuis sa création. Forgée pour convenir à chacun, être malléable à la volonté de son porteur afin de mieux répondre à ses exigences. Elle avait été épée, sabre, lance, et plus encore. Aujourd’hui, elle était dague défaite. Mais elle n’avait rien perdu de son essence magique. Il lui fallait juste un peu de temps. [...] L’homme au visage cendré contemplait le sang autour de lui. Il n’en avait pas vu autant devant lui depuis longtemps. Le sang était projeté sur les murs, étalé au sol, mélangé aux eaux claires de la cité. Il dégoulinait sur les façades, suintait depuis les corps inanimés des nombreuses victimes de la soirée. Il n’y en avait partout. La cité était méconnaissable.Alors qu’il contemplait cette désolation, l’œil du guerrier s’arrêta sur une lueur métallique qui fendait une mare de sang à quelques mètres. Une dague. Une dague d’apparence banale, brisée en deux dans la bataille. Que ferait-il d’une dague, lui qui depuis toujours maniait la hache ? Rien, sans aucun doute. Et pourtant il était attiré vers elle, comme un chasseur vers sa proie. Il jeta un œil autour, furtif, et aperçut quelques silhouettes encore derrière le voile de poussière qui avait envahi Melrath. D’aucune ne semblait avoir repéré l’objet au sol. Il s’approcha discrètement et la saisit fermement. La lame brisée se sentit touchée que l’on fasse à nouveau attention elle. Elle qui n’a toujours été que l’outil de son propriétaire. Ne dit-on pas que les armes sont comme les femmes ? Qu’il faut savoir en prendre soin ? Et le soin qui lui était apportée déclencha ce qu’aucun autre, depuis le créateur, n’avait eu accès. Un lien profond entre l’acier et l’homme. Je suis Iverness. Me voici à présent à toi. Murmure mon nom et mon pouvoir sera entièrement tiens. Pense le et je te protégerai. Sur ce laïus psychique avec son nouveau maître, le morceau de lame brisée se reforma. A son nom, elle devint autre chose. Une arme qui conviendrait mieux au désir du guerrier. Ce dernier ayant un grand désir de puissance. Iverness se modela selon les rêves. Il n’avait jamais vu une arme pareille. Cette dague qu’il tenait encore quelques secondes plus tôt se mua devant ses yeux. Le manche s’allongea et s’orna de quelques sinistres symboles. Puis l’acier se déforma pour donner naissance à des appendices de part et d’autre du manche, telles des branches se détachant du tronc d’un arbre. La partie supérieure de ces appendices se refroidit rapidement en un acier sombre et robuste. La partie inférieure demeura en fusion, tel un brasier ardent perpétuel. L’homme plaça ses mains sur le manche. Il était brûlant, réchauffé par le métal en fusion. Aucun homme n’aurait pu tenir cette arme plus de quelques secondes, sauf cet homme-là, passé par les Enfers, et à la peau cendrée. La lame de la dague devint plus large et dessina rapidement les contours d’une hache bien aiguisée, constituée aussi d’un métal brûlant et à la chaleur insupportable. A tel point que bientôt, le métal se para d’une couche de glace, suffisamment épaisse pour rendre plus supportable l’ardeur du métal, mais assez fine pour se fissurer à l’impact et assurer aux victimes le contraste violent et mortel du feu et de la glace. Cette arme était le reflet parfait d’Hephaistos, abritant les flammes les plus intenses en son cœur, sous un manteau de cendres froides. [RP écrit par Hephaistos et moi-même]
  15. Bonsoir ! Merci et désolée... J'avais mis une date aléatoire à la création de ce compte. Je vais rétablir ça, vous vous faites avoir tous les ans quand même ^^'
  16. Bonjour à tous, Il m'a été demandé un retour plus personnel sur les textes. Si certains en veulent, ils peuvent m'envoyer un MP. Encore une fois, merci à tout ceux qui ont participé.
  17. Bonsoir à tous, Merci à ceux qui ont participé au concours RP autour de l'animation Psychose. Le gagnant est Hephaistos. La récompense sera discutée avec lui, et nous annoncerons ce qu'elle sera plus tard ici. Bonne soirée ! =)
  18. Bonsoir, Merci à ceux qui ont déjà postés. Au vu du peu de réponses vraiment dans le sujet, je rallonge la durée du concours au 12 mai 23h59. J'annoncerai le gagnant dimanche soir. (Ne me frappez pas ceux qui ont respecté les délais T_T) Bonne soirée
  19. Plusieurs jours après l’attaque du convoi, l’ambiance au camps des brigands changea. Les voleurs et assassins s’impatientaient, comme si les richesses acquises sur le convoi ne leurs suffisaient plus… Keitar s’était discret, et le peu où il apparaissait des regards se posaient sur lui avec envie. Un sentiment de jalousie régnait dans le bastion. Les nouvelles recrues étaient sur les dents. Ils avaient été recrutés il y a peu de temps, pour asseoir la domination des brigands sur Melrath Zorac. Mais elles étaient peu formées à la rigueur du métier. Ils pensaient que la vie n’était qu’un facile coup fourré. Ils n’avaient pas eu le temps de se retrouver face à la précarité et la pauvreté. Ils arrivaient à une période faste de leur confrérie. L’argent coulait à flot. Assalnr avait semble t-il disparu de la circulation. Depuis cette fameuse soirée, plus personne ne l’avait revu. Nombreux étaient-ils à se moquer de sa lâcheté. Or, Assalnr était beaucoup de choses, mais certainement pas un couard. L’assassin suivait à la trace Keitar. Quelque chose de louche se tramait, et il était convaincu que cela venait de lui. Il ne comprenait pas encore quoi, mais il finirait par le savoir. Pour l’instant, il observait, et guettait le moment opportun pour agir. En pleine nuit, Keitar débarqua dans la taverne où dormait la plupart des hommes, grimpa d’un bond sur le comptoir, se postant en chef incontesté de toute cette troupe. Les yeux rouges, une intense fatigue marquant ses traits, il observa l’assemblée pathétique à ses pieds. Il serra avec force de galet entre ses doigts. Il ne le quittait plus. Keitar se nourrissait de la puissance contenue dans ce si petit caillou, et cette pauvre pierre puisait dans l’énergie vitale de son hôte tel un symbiote. - Bande de fainéants ! hurla Keitar, d’une voix puissante, presque assourdissante. DEBOUT !! D’un ordre que l’on ne contredit pas, la masse commença à s’éveiller. Ils grommellèrent d’une telle brutalité. L’aurore ne pointait pas encore le bout de ses rayons, ils n’avaient pas encore décuvé de la veille, et voilà qu’on les exhortait à ouvrir les yeux. Ils fixèrent Keitar d’un oeil morne, s’interrogeant sur la venue de leur chef à une heure si… précoce. A présent que le chef avait obtenu un semblant d’attention, il pu continuer. - Depuis notre retour, vous semblez vous ennuyer. Et je n’en peux plus de vous voir à demi mort, sans rien faire, à vous reposer sur vos lauriers. La chance ne nous sourira pas toujours ! L’esprit embrumé par l’alcool, la confrérie des brigands le regardait plein d’incompréhension. Ils voulaient se rendormir, mais ne pouvaient y parvenir tant ils étaient captivés par l’orateur. - Demain soir, nous prendrons Melrath Zorac et toutes ses richesses ! Nous la ferons trembler demain soir ! Alors préparez-vous bien et aiguisez bien vos lames. Le sang coulera ! Dans la soirée du 5 Laboria [+111 AC] Profitant du calme de cette belle soirée, les brigands entourèrent l’ensemble des places fortes de la ville avant d’y pénétrer. Ils la prirent en étau, plus personne ne pouvait y entrer… Et encore moins en sortir. La confrérie, sous la régence de Keitar, gagna Melrath Zorac et entreprit consciencieusement de tuer chaque personne et piller chaque recoin. Mettant la glorieuse cité à feu et à sang. Pourtant, quelques civils réussirent à barricader les bâtiments, fermant l’accès aux maisons et lieux importants à ces sauvages. Ces derniers passèrent plusieurs heures à essayer de fracturer les entrées, mais les Melrathiens commençaient à avoir l’habitude d’être le centre de toutes les convoitises et barbaries. Le temps obtenu par la population permis à un garde de s’échapper et de faire parvenir l’information aux autres villes, et demandait de l’aide. Mais pas seulement, il le demanda à toutes personnes qu’il croisait dans l’espoir que cela suffirait… L’appel fut entendu et de nombreux combattant rejoignirent Melrath Zorac, chacun pour ses propres raisons. Mais peu importait, ce qui comptait était le nombre impressionnant de présents sur la place de la ville. Alors que Keitar continuait ses exactions, il fut surpris d’entendre des hurlements là où tout n’était devenu que silence. Auraient-ils raté des inconscients ? Il s’approcha de la source du bruit lorsqu’Assalnr apparu derrière lui, stoppant son avancée. Il allait l’insulter et le repousser quand ce dernier le lâcha et lui indiqua du regard les cadavres de ses recrues. - Nous devons quitter les lieux, ordonna Assalnr. - Hors de question ! Ils ne peuvent rien faire contre moi ! s'enorgueillit le brigand. L’assassin soupira face à la bêtise sans cesse renouvelée de Keitar. Il le regarda s’engager à corps perdu dans un combat déjà terminé. Les combattants qui venaient d’arriver posséder eux aussi une lueur d’avarice au fond de leurs iris. Assalnr regagna les ombres, sans perdre de vu l’imbécile. Il devait à tout prix récupérer ce galet et le ramener à Nahdril. Il n’entendait pas faillir à sa mission. La traque se propagea dans toute la ville. La plupart des alliés de Keitar étaient tombés, ou ils mourraient face à la puissance de l’ennemi. Le brigand luttait tant bien que mal. L’énergie du galet se répandant dans ses veines et autour de lui, lui apportant la force de résister tout en le consommant de l’intérieur. Assalnr tentait de lui venir en aide, caché dans la cohue de l’assaut, gagnant la confiance de Keitar en attendant le moment fatidique où il pourrait lui porter le coup fatal et récupérer l’objet. Mais cela ne suffit pas. Le corps de Keitar arrivé au bout de ses capacités. Le caillou avait soif d’une énergie nouvelle. Il chauffa dans la main du brigand, le brûlant tellement qu’il fut obligé de le lâcher. Assalnr s'apprêtait à porter le coup final et s’emparer la pierre. Mais rien ne se passa comme prévu. Dans sa précipitation, il fut éloigné de Keitar, perdant l’occasion de mettre fin à ses jours. Keitar mourut. Plusieurs personnes tentèrent de s’emparer du précieux, mais il se méritait. Seul le tueur de l’hôte précédent pouvait prétendre à un tel honneur. Spacks récupéra la pierre et les évènements s’enchainèrent. Assalnr chercha à tuer chacun des porteurs, sans succès… Et pourtant la liste fut longue, tout comme cette soirée… SpacksJackalllMach GulamSanaePantynPappBaracilKaramelldansenFukaeriSanaeScarnadeYaninhoFukaeriSanaeBaracilSepertinaScarnadePantynSepertinaYaninhoAlzeusLord voldemortSanaePantynJackallDelosSepertinaBaracilSanaeYaninhoPappKaramelldansenKiwaeBaracilKaramelldansenMach gulamHephaistosKaramelldansenPappAlzeusYaninhoHephaistosScarnadeLord voldemortKaramelldansenKiwaeScarnadePrinnyYaninhoKaramelldansenJackallScarnadeSepertinaBaracilDelosBaracilYaninhoSepertinaSanaeKaramelldansenHephaistosSepertinaYaninhoGinjiLord voldemortLoxka Le temps s’écoula rapidement et lentement en même temps. Assalnr ne parvenait à rien. Le chaos régnait en maître. Ils s’entre tuaient tous pour obtenir un galet qui ne les conduirait qu’à leur perte. Tous paraissaient avoir perdu la raison. Et lui ne savait plus où donner de la tête, perdant sans cesse de vue la personne maudite. Alors qu’il retrouva enfin le porteur, l’énergie maléfique s’accru. Il n’y avait pas fait attention avant, comme si quelque chose le protéger de cette pandémie. Usant de ses dernières forces, il se rua en direction du nouvel hôte, un nécromant igné. Il pouvait sentir toute la puissance qui provenait de lui alors que tout son être faiblissait sous le sacrifice qu’il devait consentir pour tenir un simple caillou. A l’instant où il allait lui planter sa lame dans le coeur, une explosion de magie le repoussa, ainsi que tous les autres autours de lui. L’objet avait-il atteint le paroxysme de sa puissance ? En voulant encaisser le coup, il croisa les bras face à lui. Sa dague subit le choc de plein fouet, se brisant nette. Il jura, lâche sa lame fidèle dans la précipitation, pendant qu’il en cherchait une nouvelle désespérément. Il devait abattre le porteur, sans quoi le cycle ne se terminerait jamais. Un rôdeur terran s’approcha du nécromant et lui planta une flèche en plein coeur. Mettant fin à ses jours, mais aussi à tout le reste. L’air devint plus respirable et les esprits sortirent de leurs torpeurs. La folie s’éloignait de leurs âmes. L’assassin observa la scène, complètement stupéfait, perdant de vue quelques secondes sa mission. Il cligna plusieurs fois des yeux, se rendant compte qu’il manquait quelque chose. A bout de souffle, il chercha désespérément le galet, mais ne parvient à le trouver dans la cohue. Son corps menaçant de céder, il dut se résigner à fuir. Ou mourir. Il pesa rapidement le pour et le contre, et choisi finalement de quitter les lieux. Il n’avait pas rempli sa mission auprès de Nahdril, mais il pouvait lui fournir des informations capitales sur ce qu’il venait de se dérouler.
  20. Bonsoir à vous, L'animation est terminée. Nous avons eu des retours du discord/criaillerie/message privé, mais c'est plus simple pour nous d'avoir un retour centralisé. Dites nous ce que vous en avez penser, ce que vous pensiez que nous pouvons améliorer, ce genre de choses. Ce topic n'a pas pour but d'être un pugilat. Merci à tous de votre participation, nous avons passé une bonne animation avec vous. N&G
  21. Bonjour à vous, Des messages seront postés tout au long de la journée sur la criaillerie afin d'enrichir le RP de l'animation de demain, samedi. Nous vous proposons d'agir autour de ces petits messages, au travers de screen/petit ou long texte, racontant ce que vous en avez vu. Vous êtes libres de ce que vous voulez en faire ! Je vous invite à poster vos textes en dessous de mon message. Pour ceux qui étaient absents ou n'ont pas pu voir la criaillerie, ne vous inquiétez pas, vous pourrez aussi participer. Je mettrai en ligne ce qui a été posté à la fin de ce message. Le concours se terminera mardi 8 mai 23h59 (fuseau horaire de Paris Mach Gulam). On désignera le/la gagnant(e) le 10 mai au plus tard. Merci à tous _____________________________ Les messages de la criaillerie : Dans les Ruines de Til’Lunis, près de la forteresse des Sentinelles de Niue, les créatures semblent avoir gagné en proportion. Là où tout ce petit monde errait dans l’ignorance de l’autre, une certaine tension commence à croître. Les sablobosses se montrent plus féroce à l’égard des pilleurs de tombes. Ces derniers se retrouvant acculer face à la férocité nouvelle du Spectre espion. ~~ On nous annonce que le Taurus, fou furieux, est descendu dévorer les porcelets et écureuils qui profitaient tranquillement de l’herbe au pied de la montagne. Le plateau est à présent recouvert de sangs et d’entrailles… Qui sera la prochaine victime du Taurus ? Et si… Dans sa folie aveugle, il décidait de s’en prendre à la Tour des Au-Delà ? ~~ Recluses à l’extérieur des Ruines de Til’Lunis, les tortogriffes commencent à vouloir récupérer du territoire. Nombreuses, elles se rapprochent des lieux. Leur groupe est si oppressant que la dernière lueur des lieux s’éteint… Laissant les momies aveugles de toutes ripostes. Les tortogriffes écrasent sans vergogne les piètres momies de poussières et bandelettes. Et elles envahissent la place. La Tour des Thuatha Dé Chilandari se retrouve encerclée.
  22. Afin d’éviter tout ennui, il fut convenu que les brigands et assassins passeraient par le tunnel reliant le Nord d’IssCaNak avec Melrath Zorac. Ainsi, ils partirent comme ils étaient arrivés : discrètement. Laissant pour seul trace de leurs passages, un convoi détruit. Aucun membre n’en avait réchappé, les cadavres gisaient dans le tunnel à la merci des charognards. Si personne ne les retrouvait rapidement, il est presque sur qu’il ne restera plus rien de leur existence passée. Le chemin du retour avait pour réputation d’être plutôt calme. Seuls quelques arrachias et rats d’égout se promenaient en son antre. Rien qui n’effrayait les malfaiteurs. Et pourtant… Quelques minutes avant le départ, une énergie puissante et maléfique avait envahi les lieux, se concentrant autour d’un Keitar trop curieux. Assalnr avait bien essayé de l’empêcher de connaître une erreur si… inutile, mais il était arrivé trop tard. L’assassin serra fort la mâchoire, de colère, face à l’incompétence crasse de celui qu’il considérait comme un profond imbécile. Il ferma les yeux un instant, se retenant de ne pas lui planter sa dague en plein coeur, et lorsqu’il les ouvrit à nouveau l’énergie semblait avoir disparu. Assalnr s’approcha vivement de Keitar, qui tenait le galet comme si sa vie en dépendait. Ce dernier planta ses iris, qu’une lueur différente animée, dans ceux de son confrère. - Imbécile ! As-tu oublié ce que nous a dit Nahdril ? persifla-t-il, se posant de toute sa carrure devant lui. Keitar l’observait comme s’il ne le voyait pas vraiment, comme s’il n’était rien. Assalnr n’aimait pas du tout ça. Lorsqu’il tendit la main pour récupérer l’objet de leur mission, un sourire indéchiffrable s’afficha sur le visage du voleur qui fait frémir l’assassin. Sans plus un mot, Keitar rangea le galet dans une des poches intérieur de sa veste et se détourna de l’assassin. Il ordonna de plier bagages, ils quittaient les lieux. Tous lui obéirent, même les membres de la confrérie des assassins. Ce qui laissait encore plus dubitatif Assalnr. Il était convenu que tous rejoignent le campement des brigands, près du refuge des nomades. Assalnr suivait de près Keitar, il le trouvait… changer. Il n’arrivait pas à définir le sentiment qu’il éprouvait. Il n’avait pas rêvé ce qu’il s’était passé dans le tunnel, et pourtant, tout le monde agissait comme si de rien était. L’assassin entendait les hommes savouraient leur victoire, à grande effusion de joie mais surtout d’alcools et de femmes. Néanmoins, quelque chose clochait… Keitar avait vécu le retour au campement perdu dans la brume de son esprit. Depuis qu’il avait touché cette fichue pierre, il ressentait tout différemment… Quelque chose exacerbait ses sensations. Il avait besoin de se retrouver seul, alors qu’habituellement, il serait allé fêter une telle victoire en bonne compagnie, sous un flot d’hypocras. Le brigand glissa sa main dans sa poche et retrouva le contact du galet. Depuis qu’il l’avait lâché, il avait l’impression qu’il brûlait contre sa poitrine, or il était aussi froid que les neiges des Cîmes au toucher. Il n’avait pas vu que l’assassin l’avait suivi. Qu’il lui faisait face, une lueur entre la colère et la jalousie dans les yeux. Keitar ferma brièvement ses paupières qu’il sentait lourde, avant de les reposer sur un Assalnr immobile. Il détestait cet homme. Son poing se referma férocement sur le galet, alors que le voleur s’avançait dans la direction de son ennemi. A nouveau, l’air devient oppressant, lourd, malsain… Keitar s’écroula au sol. Enserrant sa tête de ses mains, sans jamais lâcher la pierre, comme si elle était ancrée en lui. Il semblait s’abandonner petit à petit à la folie, à bien plus que ça… Des voix hurlaient et chuchotaient sous son crâne. Elles lui intimaient tellement de choses… À la fois douce et brutale, conseillère et tyrannique, une voix parmi toutes se faisait plus claire, plus impérieuse. En proie à une lutte interne, Keitar tenta de se relever, cherchant à reprendre le contrôle sur lui-même, faire taire les voix qui le pressaient de tuer, se venger, lui susurrer qu’il était seul… Seul face à l’ambition de l’assassin, des autres voleurs, de Nahdril… Keitar sombrait dans la paranoïa. Lorsqu’il parvint à se remettre debout, le combat était terminé. Si bref… Keitar n’avait eu aucune chance de victoire. Assalnr tenta à nouveau de s’approcher, mais il fut repoussé sans difficulté. - Elle est à moi ! tonna Keitar d’une voix d'outre tombe. Une aura nauséabonde tournait autour de lui, à la recherche de nouvelles victimes. Désormais, le pouvoir se libérait, répandant sa folie partout sur son passage… Plus tard, des rumeurs du désert septentrional parvenait à Melrath Zorac. Une missive pour la Mairie, et une autre pour la Gazette de la ville. Deux gardes morts. Un sablobosse plus gros, plus entreprenant que les autres, s’était attaqué Tileman, à l’intérieur de la hutte. Jusqu’ici, ces créatures se contentaient d’attaquer les malheureux cherchant à gagner IssCaNak. Tileman se porte très bien grâce au courage de ces valeureux gardiens. Que la panique commence.
  23. Le tunnel reliant l’Académie au Marais d’IssCaNak était long et tortueux. Malgré l’aspect sombre et effrayant des lieux, il n’existait qu’un seul endroit pour mettre en place une embuscade. L’ancien repaire, aujourd’hui abandonné, d’un groupe d’aventurier, que tous s’accordaient à dire qu’ils étaient morts. On ignore comment. Peut-être dévorés par une tarentule géante, ou un voletou sournois. Les préparatifs ont dû être fait vite, et bien. Nahdril ne leur avait laissé que quelques heures pour tout mettre en place. L’information qu’il possédait était récente et serait obsolète s’ils ne se dépêchaient pas. Keitar arriva quelques minutes après Assalnar, ce qui eut pour conséquence d'accroître sa contrariété. Le chef des assassins s’activait déjà avec ses troupes. Ces derniers avaient pour mission de surveiller le tunnel sur plusieurs kilomètres avant l’arrivée du convoi au repaire abandonné. Créant ainsi un réseau d’information infaillible. Cachés parmis les ombres, ils se transmettraient l’avancement du chariot de manière régulière. Alors que les brigands avaient pour mission de préparer le piège. Ils commencèrent par bloquer l’étroit passage. Ce qui consistait l’étape la plus facile. Keitar observa l'amoncellement de rondins, troncs et planches de bois que venait de bâtir ses brigands. Un coup d’oeil approbateur et il quitta le passage pour déposer ses propres pièges. L’impasse temporaire n’était qu’en cas de problème avec les autres pièges. Sur une partie du chemin, il ordonna de creuser des trous peu profond, de faire naître des talus de sable. Créant un chemin chaotique pour un chariot. Mais pas suffisamment pour faire naître une angoisse supplémentaire à la caravane. Le but était qu’une roue se brise ou s’empêtre, bloquant ainsi l’avancée du groupe durant plusieurs heures. Temps qui permettrait aux deux confréries de faire leurs offices. Keitar piégea plus sournoisement quelques passages à l’aide de fil de soie, cordelette et noeuds. Ainsi que de divers objets piquants et aux tranchants effilés, qui avaient été enduit de poisons, potions de sommeil et d’hallucinogènes. Malgré le nombre imposant de brigands présents, la dizaine de membre de la Garde n’était pas à négliger. Après des heures d’attentes et de placement, Keitar reçu d’Assalnr le signal d’approche du chariot. Ce dernier quitta sa cachette, marchant dans les ombres afin d’observer la caravane approcher de sa fin. C’est avec un sourire orgueilleux qu’il constata qu’un garde avait été contraint de s’allonger dans le convoi après une mauvaise chute lui ayant brisé la cheville. Les autres regardaient autour d’eux d’un oeil morne, épuisé, ou paniqué. Néanmoins, une pointe d’agacement marqua les traits du voleur en voyant qu’ils s’approchaient plus près de l’impasse qu’il l’avait prévu. Il serra avec force les dents, maudissant ce magicien qui lui avait promis un effet ne dépassant pas la demi-heure de ses potions. Quel charlatan ! Quoi qu’il en soit, ils se trouvaient tout de même dans un état laborieux, et une des roues du chariot crissait de douleur, proche de se briser. Keitar avait appris à guetter ce genre de défaillance qui lui faisait gagner sa vie. Cinq… Quatre… Trois... Deux... Un... Crac. La roue se brisa nette, les chevaux s’affolèrent, ajoutant une dose de panique au groupe. Les gardes se placèrent autour du convoi, armés, prêt à défendre au péril de leur vie ce qu’il contenait. Deux jeunes mages descendirent voir ce qu’il en était, sous les ordres du meneur. En sortant ses dagues de son dos, l’adrénaline de Keitar commençait à se diffuser dans ses veines. Encore quelques secondes et tout ce beau monde disparaîtrait. Il était convenu qu’Assalnr lance la première offensive. Il devait, ils le devaient tous, attendre. L’assassin apparu derrière le jeune magicien qui tentait plusieurs incantations dans l’espoir que cela réparerait la roue cassée. D’un mouvement sec, la dague trancha la gorge du jouvenceau. Il n’eut pas le temps de crier. Rien. Sa vie s’achevait sans qu’il ait pu s’en rendre compte. La jeune magicienne, quant à elle, poussa un hurlement si strident qu’il donna envie à Keitar de se jeter sur elle pour la faire taire. La panique atteint son paroxysme. Le signal était donné. Le jeu pouvait commencer. Keitar se lança avec fougue dans la mêlée. Au côté des membres de sa confrérie mélangé aux assassins. La suite ne fut que chaos, sang, corps éventrés, et hurlements. Grâce aux pièges empoisonnés, le combat ne s’éternisa pas. Embuscade dans les tunnels de l’Académie - Repaire Abandonné : chemin étroit etc. Il y eu quelques blessés parmi les rangs des assaillants, mais aucune mort n’était à déplorer. On ne pouvait pas en dire autant de l’autre camp. Tous mort ou presque. Chacun profita de l’ardeur gagnée au combat pour continuer leurs méfaits. Fouillant, pillant et détroussant de chaque objets qui pouvait avoir une valeur. Keitar, lui, poussa un soupir de satisfaction et se dirigea vers le butin. Tous avaient reçu l’interdiction de s’approcher. Seul les deux chefs pouvaient y accéder. Instinctivement, il ouvrit le coffre en premier. Ses iris s’illuminèrent en voyant l’étendu du trésor qu’il avait entre les mains. Il cligna plusieurs fois des paupières avant de se reprendre. Il aurait tout le temps qu’il voulait pour contempler ces richesses une fois sa mission accomplie. Il fouilla parmi tout ce que transportait les précédents propriétaires et mit la main sur ce que convoitait leur commanditaire. Une ridicule bourse en cuir sombre, fermée par deux cordelettes usées par le temps. Parmi tous les trésors amassés, c’était le contenu de cette ridicule bourse en cuir que voulait Nahdril. Il leur avait bien spécifié. “ Ne l’ouvrez sous aucun prétexte.” Avait jugé utile de préciser Nahdril à ses deux alliés. Curieux, Keitar fixait l’objet de toutes les convoitises. Il jeta un oeil à droite à gauche afin de vérifier que personne ne l’observait. Tout particulièrement le chef des assassins. Il repéra ce dernier plus loin, occupé à malmener, pour ne pas dire torturer, le faible magicien qui avait eu pour mission, regrettable, de transporter tous ces trésors. Le dernier survivant. Le pauvre hère qui tenait les rênes avant que tout son univers sombre dans la mort. Sans doute l’assassin avait-il eu pour ordre de lui soutirer quelques informations. Certain que personne ne faisait attention à lui, il mit la main dans le sachet, espérant y trouver quelques diamants. Le bout de son index entra en contact avec une pierre, lisse et douce… Keitar fronça les sourcils, déçu de ne point retrouver l’aspect angulaire caractéristique de maintes pierres précieuses. Il l’attrapa à pleine main afin de la sortir de son emballage et voir quel était l’objet de sa déception. Lorsque le regard du chef des brigands se posa sur le galet au coutour imparfait, mais d’une blancheur immaculée, quelque chose changea… Tout bascula… Un cri. Une interjection. Mais déjà, il était trop tard...
×
×
  • Create New...