Jump to content
Terre des Éléments

calyso

Membres
  • Posts

    873
  • Joined

About calyso

  • Birthday 04/11/1988

Profile Information

  • Gender
    Female
  • Location
    Sous les étoiles

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Recent Profile Visitors

6592 profile views

calyso's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • Dedicated Rare
  • Conversation Starter Rare
  • First Post Rare
  • Collaborator Rare
  • Posting Machine Rare

Recent Badges

0

Reputation

  1. bonsoir je m'inscris Edit Matagot : validé !
  2. bon anniversaire à notre royroy
  3. Vader n'est plus chez nous. Par contre j'accueille LuLuNe et Prinny du 19 au 24 juillet : co partagée durant ce temps
  4. bon anniversaire petit caramel dansant ^^
  5. Pour Calyso Elle qui avait aidé les musiciens depuis le début, répondant à leurs moindres demandes, ne savait pas que répondre à celle de Grant Caurmalhad. Il ne lui demandait pas moins que de rédiger ses mémoires. Savait il que l’espérance de vie d’un elfe était bien au-delà de celle des humains et qu’elle était donc bien plus âgée que son apparence laissait paraître ? Ce n’était donc pas quelques pages qu’il faudrait pour raconter sa vie mais des dizaines et tout cela en à peine un mois… Après réflexion, elle réussi à négocier non pas toute l’histoire de sa vie mais un seul et unique récit qu’elle promis de vite lui rapporter. Elle préféra rejoindre la Clairière pour réfléchir en toute quiétude et coucher sur le vélin ses lignes à l’encre bleue *********************************** Contrée Natale Cette histoire se passe durant mon année sabbatique, après avoir quitté les Constellations et peu avant que je ne fonde avec Anamaya La Voie de Yeratel. Seule, libre de tout engagement, j’avais décidé de retourner faire un pèlerinage sur les terres elfiques qui m’avaient vu naître. Cette idée m’était venue au détour d’une discussion avec les mages elfiques de la forêt d’Irliscia. Atteindre Lesmû, n’aurait pas été une simple affaire si mes amis elfes ne m’avaient pas révélé qu’ils disposaient d’un moyen pour s’y rendre, mais qu’il me fallait l’autorisation de leur prince pour m’en servir. Acquiesçant j’allais lui demander audience et il accepta de me recevoir. Il ne fut pas trop compliqué de le convaincre et il m’invita à revenir dès que je serais prête. En échange de ce service, il me confiait la mission d’apporter un rapport à la cité de Saintes et de ne jamais parler de ce moyen de voyager. J’acceptais. Après avoir rempli ma sacoche de provisions et autres objets nécessaires a mon voyage, je retournais voir le prince. Celui-ci me conduisit au pied du monument érigé au cœur de la forêt et, au moyen d’une clé qu’il portait à son cou, d’une formule et d’une combinaison de signes sur lesquels il appuya, il ouvrit un passage suffisamment grand pour ne laisser passer qu’une personne à la fois. Après l’avoir remercié, je pris une profonde inspiration et, le cœur battant la chamade, je traversais la porte de lumière. Je mis un moment pour distinguer ce qu’il y avait de l’autre coté, aveuglée que j’étais. Quand je pu enfin visualiser les gardes qui m’observaient, hallebardes pointées vers moi, je levais les mains en signe d’apaisement tout en leur montrant le médaillon représentant un soleil doré que le prince m’avait prêté. Je fut conduite auprès d’un archimage dans l’un des derniers niveaux de la tour cité. En regardant par l’une des nombreuses fenêtres qui éclairaient l’escalier, je fut prise de vertige devant l’a-pic qui me séparait de la terre ferme et me concentrait plutôt sur le mur intérieur qui regorgeait de tableaux, mosaïques et gravures tout au long de cette longue ascension. Je fus introduite dans un bureau à l’allure de bibliothèque tant les murs étaient recouverts de livres. Attendant sous bonne garde qu’on me reçoive, je parcourais la pièce du regard. Un vénérable elfe aux cheveux et à la barbe blanche en robe d’argent fini par nous rejoindre et congédia les gardes. Après un long interrogatoire magique plutôt éprouvant où il me questionna sur tout et où j’eus l’impression qu’il lisait en moi comme dans un livre, il accepta de me croire et me conduisit dans une autre salle où un cercle de téléportation complexe était gravé au sol. Il m’expliqua que les deux grandes citées elfiques s’échangeaient des marchandises et hommes ainsi mais qu’il n’y en avait pas d’autres de cette ampleur ailleurs et qu’il me faudrait revenir le voir pour pouvoir rentrer chez moi une fois que j’aurais récupéré une gemme dans la forêt de prunus. Saintes était à l’opposé de Fang Dolm ; c’était une ville fortifiée qui s’étalait sur plusieurs lieux tout autour d’une foret et de parcs ; le seul grand bâtiment était le palais administratif et j’eus tout le loisir de la parcourir après avoir remis le rapport au dirigeant indiqué par le prince d’Irliscia. Je profitais ensuite des jours suivants pour visiter la ville : fureter dans les diverses échoppes, déambuler au travers de la foret, parcourir quelques manuscrits dans la grande bibliothèque et tout cela sans se sentir étrangère au milieu de mes congénères. Après avoir déniché une carte de la région et m’être renseigné auprès de plusieurs habitants je repris la route, à pied cette fois. Il ne me fallu qu’une journée pour rejoindre mon village natal ; enfin ce qu’il en restait. L’endroit avait été déserté et la nature avait repris son droit sur ce qui avait résisté à l’incendie. Tandis que je déambulais au milieu des ruines, je me remémorais ce tragique moment, bien des années auparavant. Revivant ce jour où j’avais tout perdu, je senti ma vision s’embuer de larmes qui coulèrent le long de mes joues. Je m’arrêtais à l’endroit où se dressait naguère la demeure familiale et laissait enfin sortir ma tristesse, comme si un barrage cédait. Après de longues minutes, une fois le torrent tarie, je fit pousser un arbre par magie : un magnifique saule pleureur aux feuilles légèrement bleutées s’éleva et recouvrit la zone. Rendant ainsi un hommage à ceux qui avaient périt ici. Me relevant, malgré l’épuisement que je ressentais, je poursuivis ma route jusqu’au village voisin, où je demandais le gîte pour la nuit. Celle-ci ne fut pas de tout repos, mais paradoxalement, je me senti libérer d’un poids. Après avoir remercié et pris congés de mes hôtes, je pris la route qu’on m’indiqua pour la foret de gemmes et plus couramment appelé foret des pruniers éternels. En effet, en m’approchant, je ne pus que m’émerveiller devant cette magnifique foret rose et je pressais le pas pour m’enfoncer sous ses frondaisons, faisant voleter les pétales au sol. Je passais le reste de la journée à m’y promener et me trouvais un coin où passer la nuit. Le lendemain je repris ma promenade, m’émerveillant à chaque détour et récoltant une gemme par ci, par la, sur le tronc des arbre. Celles-ci étaient de couleurs variées, tantôt lisses et opaques comme de galets, tantôt translucides et pointues comme les cristaux des rocchus. Je me demandais même si les deux n’étaient pas liés. Après une nouvelle nuit passée sur place, je pris le chemin du retour de Fang Dolm, avec une dizaine de cristaux différents dans mon sac. Les elfes vénèrent la nature et dans cette contrée, l’Arbre millénaire en est devenu le temple. Je décidais donc de faire un détour afin de m’y recueillir. Le trajet prit quelques jours et je campais le long de la route ou chez quelques habitants quand mes pas me conduisaient près d’une habitation. Ce pèlerinage me fit l’effet d’une promenade de santé ; traversant les montagnes par un étroit corridor, puis la vallée de Drooth, je finis par distinguer l’arbre gardien de la région. J’arrivais a son pied le lendemain et levait les yeux vers son sommet. J’avais l’impression de n’être qu’une petite fourmi face à l’immensité de cet arbre dont la hauteur dépassait la plupart des habitations que je connaissais. La journée se poursuivit en méditations et prières entre les larges racines au bord d’un des multiples petit lac qui s’étaient formés à sa base. Une fois que je sentis mon âme aussi apaisée que ce lieu, je repris le chemin vers la tour-cité de Fang Dolm, longeant le lac des îles flottantes jusqu’au point le plus au nord puis je m’enfonçais dans la forêt qui encerclait la citée tel une immense barrière naturelle De retour, je demandais à une sentinelle de me conduire auprès de l’archimage de la dernière fois. Après un long entretien, quoique plus posé que le premier, il m’autorisa à visiter la citée le temps qu’il prépare le portail et je lui confiais ma récolte de cristaux. La aussi je passais quelques jours à déambuler de laboratoires d’alchimie, en bibliothèques sans oublier les jardins intérieurs et le magnifique observatoire au plafond étoilé au sommet de la tour. Chaque endroit était un lieu encore plus beau que le précédent. Et je fus attristée de devoir partir alors que je n’en avais aperçu qu’une infime partie. A mon retour à Irlisicia, je clignais quelques peu les yeux suite à l’éblouissement de la traversée. Quand je les réouvris, le prince m’observait, un léger sourire amusé sur les lèvres. Il m’invita à aller prendre le thé et après lui avoir contée mon aventure, je lui remis le pendentif qu’il m’avait prêté. En prenant congé, j’eus l’impression que ce voyage, qui me semblait avoir duré un mois, n’avait été qu’un doux rêve. *********************************** Elle remit son parchemin, au musicien en s’excusant pour l’attente. - J’espère que cela vous conviendra ainsi qu’à votre femme. Puis tandis que Grant Caurmalhad commençait à le lire. Elle le salua et prit congé, effleurant le médaillon d’argent dissimulé sous sa robe.
  6. Cette quête ne me dit rien...
  7. Bon anniversaire à Hephaistos ^^
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.