Aller au contenu
Terre des Éléments
Guest Orus

Vers un Avenir incertain.

Recommended Posts

Guest Orus

HRP/ postez ici ce que bon vous semblera. Il faut néanmoins que cela ai un rapport avec l'animation qui débute.

Tout texte non RP sera supprimé sans commentaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sewin venait de remonter dans la marais d'IssCaNak, ce n'était pourtant pas son genre de patauger dans la boue et dans la vase, il avait une préférence pour le sang.. Arrivé au niveau de sa taverne favorite, celle où se réunissaient tous les combattants, peu importe leur dieu ou leur attirance karmique, il entendit l'aubergiste discuter avec un inconnu, à propos d'une activité étrange sur Melrath Zorack...

Peut-être s'agissait-il de brigands, comme on en avait vu par le passé.. Mais un mot resta dans la tête de Sewin.. Rôdeurs.. Que feraient-ils ici ? La voix de Germahnï sanglotait, comme si ces rôdeurs étaient venu mettre à bas la ville.. Peut être une nouvelle famille pour Sewin.. Ou tout du moins une occasion de retrouver et de rassembler la Sapere Aude !

Sewin était euphorique, une occasion d'agrandir l'armée maléfique du royaume.. mais après quelques minutes de réflexion, sa joie de dissipa pour laisser place au doute..

Peut-être est-ce une armée de justiciers inconnus venus surveiller les jeunes combattants.. Ou encore une puissante troupe de rôdeurs venus détruite la ville et tuer ses résidents, qu'importe les idéaux et le karma..

Cette histoire est tout de même inquiétante, préparons nous à lutter..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sortais de l'auberge du marais pour monter à la capitale de Meralth Zorac pour faire les courses.

Etrange... j'entendais des bruits de pas derrière moi. Curieuse, je me retournais.

"je n'ai pas le temps, je dois faire des courses"

Et je repris la route...

Encore un bruit, je voyais bien que quelque chose bougeait, c'était une petite silhouette cachée derrière le rocher.

Je sortis donc mon épée de son fourreau et j'avançais vers lui prudemment.

Enfin arrivée à sa rencontre, je me retrouvais face à une créature bipède, toute verte, le visage caché par sa capuche de couleur beige et tenant dans une de ses mains un grand arc, trop grand pour sa petite taille...

Pourquoi se cachait-t'il derrière ce rocher? Sans réfléchir, je le tuai en deux coups, et le rôdeur vert mourra à l'agonie.

"Étrange créature... Que fait-elle ici?"

De loin, la capitale de MZ était bruyante, encore curieuse, je me hâtais.

Les gardes surveillaient les portes et contrôlaient tout ceux qui entraient et sortaient de la ville.

"Que se passe-t'il?" demandai-je à un garde.

Il me dévisagea, le visage pâle et tremblant.

"Il y a une alerte, il paraît qu'il y a une invasion de rôdeurs"

"Vous parlez de cette créature verte?"

"L'avez-vous vu?"

Je fis oui de la tête en rentrant dans la ville.

"Vous ne nous aidez pas?"

Je ne répondis pas, mais lui offris un sourire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est quoi encore cette histoire ? J'y étais il y a à peine deux heures, y'a rien dehors ! Des gobelins, j'en connais. S'il y en avait, tu penses bien que je le saurai. On le sentirait d'ici ! C'est que ca pue ces bêtes la, t'es vraiment trop naïf mon pauvre. Et ce serait des éclaireurs ?! Ils brillent déjà pas par leur intelligence, qu'est-ce qu'ils iraient éclairer ?

Quoi les dessins ? Quels dessins ? Moi aussi je peux faire. Tu vas voir, donne moi ca...

Vert...inachevé...mal habillé... Voila.

fdsp.jpg

Et l'arc ? T'es vraiment con. Un arc...et puis quoi encore...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon...

Faut-il vraiment croire les bruits qui courent dans la taverne ? Ne serait-ce pas plutôt des paroles d'ivrognes ?

Après tout, El Gobo m'avait dit être le dernier gobelin de ces terres.

Certes, fut un temps, il y eu aussi Stanislas, mais El Gobo m'a dit ne pas pouvoir assurer la pérennité de la race avec lui. Et de toute façon, il a disparu "“ paix à son âme.

Donc, soit ce sont de stupides racontars, soit El Gobo m'a menti.

Ou alors, la Déesse, dans sa grande bonté, a décidé de lui créer des congénères pour qu'il s'ennuie un peu moins.

Après tout, il l'a toujours bien servie, n'hésitant jamais à boire un verre à sa santé ( un verre de bière de Terra bien entendu ).

D'un autre côté, je sais pas trop s'il sera très content de savoir qu'il n'est plus unique.

Tout ces autres lui sur ces terres, ça risque de le perturber encore plus qu'il ne l'est déjà.

Que faire ?

Le mieux serait d'aller voir sur place, histoire d'en être sûre.

J'aviserai ensuite...

Et je demanderais à Ao ce qu'il en pense, même si je me doute déjà que, si cette rumeur s'avère réelle, il ne doit pas, mais alors pas du tout en être ravi.

Modifié (le) par Essénaï

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mandragore redescendait tranquillement des cimes enneigées après avoir fait de fructueux échanges commerciaux.

Il faisait beau et la lumière de ce soleil hivernal rendait la neige encore plus éclatante.

Contente de sa journée et plutôt insouciante, elle sifflotait.

Mais ces quelques notes moururent très vite sur ses lèvres au détour du chemin...

Elle se figea et observa en silence l'étrange créature qui se tenait à quelques pas d'elle... emmitouflé dans une grande cape, un arc à la main...

La créature ne semblait pas menaçante mais la jeune nécromancienne décida de ne pas prendre de risque. Et en plus, elle pourrait étudier la chose de près et sa peau d'un beau vert foncé titillait son instinct de tanneuse... quelle belle peau à ajouter à sa collection !

gob_0110.jpg

Satisfaite de son oeuvre, la jeune nécromancienne reprit sa route vers la ville... mais plus elle avançait, plus elle apercevait de ces êtres bizarres et ils étaient de plus en plus nombreux...

Ca sentait mauvais cette histoire et d'un coup, son enthousiasme était douché...

gob_0210.jpggob_0310.jpggob_0410.jpggob_0510.jpg

Il y en avait partout autours de Melrath Zorac, ça n'était pas possible ! C'était une invasion !!!!

Le soleil se couchant, les ombres s'allongeant dangereusement, la jeune femme décida de rentrer à l'abri des remparts pour la nuit. Ils offraient une bonne protection... mais demain il lui faudrait tirer ça au clair en allant parler aux gardes de la ville....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi je suis revenu dans ce désert ?

J'ai eu tort de croire mon informateur. je savais pertinemment qu' " il " ne pouvait pas être de retour. J'aurais senti sa présence. Mais la douleur dans mon bras était suffisamment douloureuse pour me dire qu'il se tramait quelque chose. Pas suffisamment douloureuse hélas pour m'annoncer son retour. Mais peut-on parler vraiment de retour, alors qu'il ne nous a jamais fait le malheur de sa présence ? J'en doute ...

En tout cas, c'est n'est pas sa puissance que je ressens. Elle semble si présente dans l'air, et a la fois très faiblement perceptible. C'est comme si des milliers de faibles particules de magie se réunissant pour former ...

* Plusieurs murmures ainsi que des bruits de cordes tendus se firent entendre *

37 Flèches ont été décochés quasiment toute en même temps. Quelques unes, trois pour être plus précis, en face de moi et la majorité dans mon dos. Les trois flèches viennent difficilement s'enfoncer dans mon bras droit, qui m'a servi de protection. Le reste des flèches dans mon dois n'eurent aucun effet. Heureusement pour moi, même si ses inconnus ont su faire preuve d'une once d'intelligence en frappant dans mon dos, ils ignorent que ma cape provient d'une peau unique de Dragon qui est de base très résistante, en plus d'être imprégné de magie nécrotique la rendant aussi résistance que de l'acier. Il est clair de toute façon que, qui que soit ce groupe de personnage, ils sont tous extrêmement faibles. La douleur que m'a procuré ma blessure m'a a peine fait oublier celle qui ronge mon bras depuis plusieurs années. On pourrait presque ne pas remarqué que je saigne tellement mon bras est marqué a jamais de l'affreuse malédiction qui l'habite, ainsi que des multiples blessures que je me suis infligé pour oublier la douleur de cette malédiction ...

Mais c'était pile ce qu'il me fallait. Inutile de devoir prendre une dose de sang pour lancer mon sort.

En un instant, je retirais sans grande difficulté les flèches de mon bras et donna un violent coup de poing sur le sol. Comme a son habitude, ma magie devenait a présent palpable dans une large zone autour de moi. Mes ennemis n'ont compris que trop tard que leur essence vitale allait être capturer pour devenir miennes. Quelques secondes suffisent avant d'entendre plusieurs bruits de corps inertes tombant sur le sol. Je m'approchais de l'un d'entre eux avant de découvrir avec amusement que ce n'était que de vulgaires gobelins. Mais j'étais déçu à présent. Je n'ai pas cette exemplaire de peau dans ma " réserve " ... Quelle tristesse ! Une peau tanné sur une bestiole morte n'a que très peu d'intérêt. On ne peut capturer la beauté de la créature via sa peau qu'en la dépeçant vivante. Quel coup dur ...

* Un cri se fit entendre a quelques mètres a la gauche de Guix,laissant apparaître un gobelin encore vivant à ses yeux *

Joie !

La journée commençait si mal, mais on dirait que le tableau n'est pas entièrement noir. La source de cette puissance localisé dès a présent, elle ne m'intéresse plus désormais. La seule chose qui peut m'intéresser encore par contre, c'est la peau de cette sublime créature. Et qui sait, si cela se trouve, je pourrais découvrir d'autres indice sur le lieu ou se terre Rebom ...

gobs.jpg

" Nous avons des choses a nous raconter tout les deux ", lui dis-je en léchant mon couteau de dépeçage ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Minuit.

L'heure de la pénombre, de la délivrance. L'heure où je flâne sans retenue dans les marécages humides et les déserts arides, bercé par cette douce lune ténébreuse, loin des rayons insolents du grand astre. Parmi les nombreuses bonnes choses de ce monde, rien n'est plus apaisant qu'une brise glaciale pour faire oublier tout le passé. Plonger dans la nature dormante et se sentir libre ... c'est paradisiaque.

Mais cette nuit, tout semble un peu plus différent qu'à l'accoutumé ... dans l'auberge, d'étranges dessins tapissent les murs et les endormis remuent de tous côtés, comme abandonnés à une angoisse insupportable. Qu'ai-je manqué, aujourd'hui ?

Je sors de l'auberge, mais je ne trouve ni solitude, ni silence allégeant. Les gardes discutent entre eux et leurs murmures semblent porteurs d'une curieuse inquiétude, ce qui me pousse à tendre l'oreille pour les écouter plus attentivement. La curiosité est un vilain défaut ... mais n'est-ce pas mon rôle, en tant que créature nocturne, d'observer les hommes ? Les phrases incompréhensibles dans leurs bafouillages nerveux ne laissent échapper que quelques mots indiscrets : « rempart sud ... étranges créatures ... rôdeurs ... »

Au final, rien de bien concluant. Je retourne à l'auberge pour l'instant, car je ne suis pas à mes aises avec ces gardes et ces veilleurs qui rôdent à l'extérieur. Ils semblent être à l'affût du moindre geste, du moindre souffle trop insistant. Il se passe des choses mouvementées, ça se sent dans l'air. Qui vient perturber la nuit que je croyais si imperturbable ? Qui vient tourmenter ce peuple déjà bien tourmenté ? Est-ce que les dessins de l'auberge y sont pour quelque chose ? Mystère ...

Quoi qu'il en soit, je reviendrais plus tard dans la nuit et j'irais au rempart sud ... pour y éclaircir ce mystère ... en tuant s'il le faut !

Modifié (le) par Zhamath

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un autre événement important sur MZ!

Après avoir lu la missive reçue de la part des admins, je sortis de l'auberge située proche de la mine pour faire un ptit tout lorsque je vis un petit être étrange.

Croyant que c'était Korshar, je m'approcha tranquillement en gueulant:

-Hey Koshar, ca va? Ca fait longtemps qu'on t'a vu!

Cependant, en arrière de ce dit Korshar, il y en avait un autre...

-Mon dieu, Korshar, tu t'es multiplié? ce sont tes jumeaux? tes amis?

Sans réponse, je décida de m'approcher encore plus proche à côté de cette chose. Lorsque je fus à côté de lui, je vis tout d'un coup que c'était un gobelin éclaireur. Un de ces êtres immondes ici, sur MZ! Il fut hors de question pour moi de les laisser repartir sans avoir pu faire un geste prouvant que les humains savent se défendre.

Après avoir visité quelques maps et tué 3 gobelins, je décida de rentrer à la forteresse de l'Alliance pour prendre du repos et repartir plus tard en force à la chasse aux gobelins.

Avant d'aller me coucher, j'espèrais que mes gestes ne rendront pas Korshar mécontent.

HRP: D'autres parties de RP pourraient voir le jour plus tard.

Désolé pour mon RP et pour mes futurs RP, mais je ne suis vraiment pas doué pour ces textes...

Modifié (le) par darksamb

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les évènements de Melrath Zorac se propageaient rapidement. Après quelques heures seulement, le rapport des gardes de la ville était déjà publié partout, y comprit dans le Marais d'IssCaNak. Plongé dans ses pensées, Elrindil commençait déjà à élaborer un plan, tout ce qu'il y a de plus machiavélique. Du parchemin, une plume et de l'encre, voila ce dont il avait besoin.

Chef gobelin.

Mon nom est Elrindil, guerrier, lieutenant de la toute puissante faction, Sapere Aude. Les échos de vos actes de barbaries sont arrivés jusqu'au Marais d'IssCaNak, lieu d'où je vous écrit actuellement cette lettre.

Passons sur les détails, et arrivons-en au fait. Vous semblez être à la tête d'une armée, et j'ai une offre à vous faire. Une forte récompense en pièce d'or vous sera attribuée pour chaque meurtre commis sur un membre d'une des factions de cette liste:

-L'escorte d'Eolia blason_25.gif

-Les Constellations de l'Aube blason_7.gif

-Le Souffle d'Eolia blason_18.gif

-La Fraternité des Initiés blason_33.gif

Elrindil, Sapere Aude.

Elrindil relu sa lettre. Les gobelins savaient-ils seulement lire? Aucune importance, il aurait au moins essayé. A l'aide de sa flûte du phœnix, il joua quelques notes. Une flamme apparut devant lui, une plume flamboyante à son coeur. Il prit la lettre et la jeta dans cette flamme, qui disparurent toutes deux. Les gobelins étaient désormais en possession de la missive, à eux de faire le bon choix.

*****

Quelques jours plus tard, la réponse des gobelins était la. Elrindil pu y découvrir sa propre lettre, recouverte de sang, de morve, et d'autres saletés qu'un corps de gobelin peut produire - et ce n'était pas de la boue. Un tel refus ne resterait pas impuni. Le guerrier commença à rassembler ses affaires, dans quelques heures, il tuera du gobelin. Au lieu de faire d'une pierre de coup, en faisant tuer ses ennemis, et en récupérant la récompense de la garde pour avoir protégé Melrath Zorac, comme il l'avait prévu, il se contenterait de couper des vilaines têtes.

Modifié (le) par Elrindil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le vent souffle près du camp des nomades.. et l'odeur apportée n'est pas bonne...

Comme d'habitude , je sort , et reste près de l'auberge pour m'enntrainer tout en coupant des allumettes pour une commade de thewhite .Même l'aubergiste et les deux du camp nomades sont encore en train de dormir. . Sauf que la , c'est bizarre ... quelque chose d'ignoblement vert , dans un manteau mareon pourri, squatte mon terrain d'entrainement...on dirait une banane ouverte qui a pourri pendant quelques mois , voir quelques années .. Et Bingo : l'odeur est pareil ....Donc ou bien on a une invasion de banane pas fraiches ( foutus OGM !) , ou bien une chose non identifié . Cela m'intrigue .

Bravant l'odeur en fourrant mon nez sous ma cape , je m'approche de la chose. Bon , jusqu'a maintenant , n'ayant jamais vu de banane avec un nez , encore moins velus et parsemés de boutons gris , je me dit première hhypothèse ecartée. Ensuite , je vois que la chose est armée d'un arc . Bon , on ourra peut-être utiliser la fraternitée des rodeurs , mais j'en doute . Ensuite , elle est comme un jaguar , couchée au milieu du desert , comme si elle restait discrète tout en attendant sa proie.Je m'arppoche , et voit que la chose ne pas pas vu ( vraiment bigleuse , je suis juste a coté d'elle). et je lui fait :

"Qui est tu .. ou plutot qu'est tu ?"

La chose parait surpriqss et me dit :

"Chut , tu vas me faire repéré ! "

Au truc vert et marron au milieu du desert ed sable blanc ... J'ai failli lui dire d'aller a la bibliothèque de MZ , pour acheter un livre comme " La discretion pour les nuls" , mais je me couche pour "ne pas le faire repéré". Heureusemenet , mes habits a moi me cache un minimum. Je lui dit donc:

" Maintenant , repond a ma question !"

La bestiole hesite , puis me fait :

"Ok , mais dit cela à personne .. je suis un eclaireur gobelin .....

-Un eclaireur ?dis-je. Puis , avec de l'ironie dans ma voix : Celui qui allume les lantrernes?

- Heu .. ça je sais pas .. on m'a juste chargé de surveiller l'auberge , pas autre chose ... je demanderais a mon chef .

OK , l'intelligence et lui ne vivent pas dans le même corps. Mais j'ignore , et je lui dit:

"D'où vient tu ?

-Bah du pays des goblins "

bien sur , suis-je bête.....

"Et il est ou, ton pays ? dis-je d'une voix faisant remarquer l'etat d'epuisemenet total ou je basculais un peu plus a chaque reponse du gobelins.

-Heu , ca je sais plus . J'ai jamais eu le sens de l'orientation ...."

Ok , il m'enerve. Approche douce terminée : je passe passe a l'approche frontale:

"Et qu'est-ce que tu fait la ?

-Je suis en mission.

-Oui , je m'en doutait. Pour qui ?

- Ah bah ça c'est un secret !

-Allez , dis le moi .....

-Nan !

OK , approche frontale terminée en echec. Methode offensive activée. Je le prend par le coup , me plante bien en face de lui pour qu'il me voit et hurle :

-DIS LE OU CE SOIR , LES SERPENTS MANGERONT TES TRIPES EPARPILLES SUR LE SOL !

J'ose pas lui dire que je le ferais jamais ... Ca put deja assez comme ça ...

Le gobelin semble enfin avoir l'air cooperant .. Il me dit :

-Pour les armées gobelines ....

- A parce que y'en a d'autres après ?

-Ben oui , nous les archers , on est tellement nuls qu'on y va en premier , pour se faire massacrer les premiers....

La , il depasse les bornes .. S'attaquer a l'honneur des rodeurs .. je le repose par terre , Pointe mon arbalète sur lui et le tue . Mais comme la dernière fois avec le lutins , pas de lutins emprisonnés , non .. je retrouve seulement son casse-croute , des potions de vie ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest citron

Depuis peu, les gardes semblaient nerveux dans tout Melrath. Je pu le constater en arrivant dans la ville récemment. Je me demandai qu'elle pouvait être la raison de toute cette agitation. Après tout, pour que les gardes soient tellement préoccupés par quelque chose, il fallait que ça soit important. D'ordinaire, ils se la coulaient douce. Cela relevait donc de l'exploit de les voir courir dans tous les sens. Je décidais de me renseigner auprès de l'un d'eux afin d'en avoir le coeur net :

- Excusez-moi, pouvez-vous me dire la raison de toute cette agitation en ville ? Je n'ai jamais vu ça auparavant....

- Actuellement une étrange présence rôde en ville, nous n'avons pas encore réussi à déterminer ce que c'était, je vous conseille de ne pas rester trop longtemps dehors, les rues sont devenues dangereuses. Maintenant veuillez m'excuser, il faut que je transmette des directives aux autres gardes afin de renforcer la sécurité de Melrath.

Et bien ! D'habitude les gardes aimaient faire la causette plutôt que de travailler ! Et maintenant ils n'ont plus le temps ! Tout cela est vraiment étrange... Comme d'habitude, ma curiosité étant très forte dans ces moments là, je pris la folle décision de partir à la recherche de cette présence qui mettait tout Melrath sans dessus-dessous. C'est alors que poussée dans mes réflexions, je pensais déjà être allé trop loin, j'avais atterri au campement Nomade. Et là ce fut un spectacle bien étrange qui s'offrit à mes yeux :

anim_j10.jpg

D'étranges créatures vertes, vêtus de capes brunes, petites, avec un arc pour arme.... Où avais-je déjà vu ça ? Cette description me rappela étrangement ces êtres aux marais qui sont tout sauf amicaux, comment les nomme t'ont déjà ? Ah oui ! Les orcs ! C'est exactement ça ! Ces petites créatures ressemblaient à des orcs en miniature. Je crois que dans certaines histoires on les appelle "gobelins". Maintenant je ne pensais pas qu'ils pouvaient exister ! Faut-il penser que cela est un mauvais présage ? Allez savoir, seul l'avenir nous le dira....

Modifié (le) par citron

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toc Toc Toc Toc Toc...

Quelqu'un me réveilla en tambourinant la porte de la chambre de l'auberge.

La réveil était dur, j'ai passé la nuit à faire des courses, chercher les ressources de bûcheron. Sûrement ce stupide garde qui avait demandé de l'aide.

Je me levai de mauvaise humeur, j'ouvris la porte.

Surprise, ce n'était pas un garde, une personne que je n'avais jamais vu, il a une belle cicatrice au milieu du visage.

"Je suis le Capitaine Ashbert, j'ai reçu une lettre d'un de mes gardes que vous avez vu les gobelins."

"Que voulez-vous?"

"voulez-vous bien nous prêter main forte? Il faut empêcher les gobelins de pénétrer dans l'enceinte de la ville."

Sans répondre, j'allais fermer la porte mais il la bloqua avec son pied.

Soupir, je fis oui de la tête..

"Très bien, Empêchez les intrus d'envahir la capitale."

Un ordre... Soupir...

Modifié (le) par Hilda

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

... Il est temps d'aller voir ces fameux rôdeurs.. Je me dirige vers ma chambre d'auberge, regarde mon arc.. Les nouvelles ne sont pas bonnes, mon frère d'arme Elrindil m'a prévenu du caractère... du caractère de ces choses.. L'avenir de la Sapere Aude ne changera peut-être pas finalement.. A moins que..

Je sors de la chambre, armé, tend une petite bourse à l'aubergiste et me dirige vers le wagon qui me guidera à la mine.

Arrivé, je croise un être d'une laideur assez remarquable, une cicatrice sur le visage..

"- Ah ouais, ils sont sacrément dégueulasses en effet.."

Je m'approche tout de même pour essayer d'engager la conversation.

"- Bonjour, je suis le Capitaine Ashbert, avez vous été informé de ce qu'il se passe sur Melrath ?

- Oh merde ! T'es pas un de ces, de ces..

- Des ces gobelins, non en effet, je ne ressemble pas à ces hideuses créatures..

- La vache, elle doivent être sévèrement moche alors !

- Ouais bah c'est bon j'ai compris, tu veux m'aider ? Ramènes-en moi un, en vie , et vite !

- T'as de la chance que j'ai promis à Elrin de les éclater, j'vais me charger de faire ton boulot."

Je sors du bâtiment et me dirige vers la ville, en espérant croiser quelques uns de ces gobelins.

Arrivé au niveau de l'ouest de la ville, j'aperçois trois silhouettes, c'est moche, ça pue.. Soit c'est un UE, soit un des ces petites monstres tant recherchés et pourtant présent en grand nombre.. Je me dirige vers eux, serein. Quand une flèche se planta devant moi, le gobelin n'a pas l'air content.. J'hésite à prendre le combat au sérieux, mais c'est tellement tentant.. Tentons le strike ! Je tire un premier jet dans la jambe du premier, ses compagnons paniquent et se regroupent tous autour. C'est le moment, je tire un premier jet double, une flèche fini dans la crâne du premier, l'autre transperce la poitrine du second avant de finir sa trajectoire en plein cœur du troisième. Il en reste trois, je tente le feu d'artifice en leur lançant une bombinette de feu, mais ces bestioles ont l'air immunisées au feux.. Comment innover ? Je prend mon souffle, met mes épaulettes et fonce dans le tas avec ma première fronde ! Après quelques minutes, mon corps est souillé de sang, mais pas le mien... Le mien n'est pas vert.

- Alors alors, il veut quoi le moche ? Une carcasse ? Ah merde, il avait dit en vie.. Tant pis, on verra plus tard.

Je ramasse les quelques potions de soin que les gobelins ont lâchées dans la bataille et m'en vais vers la mine, en ne manquant pas de lancer un des vêtements souillés de.. de merde en fait, au Capitaine Ashbert.

Modifié (le) par Sewin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Monsieur près de la porte n'avait pas l'air en forme. Normalement, il faisait toujours des blagues, disait qu'il ne voulait pas de bavouille parce que c'est pas propre, jouait à avoir l'air dégoûté après avoir reçu sa bavouille du jour, mais Tapate savait qu'en fait, il aimait bien les bavouilles. Il se sentait moins seul, le pauvre Monsieur qui attendait toujours devant la porte. Personne ne le laissait rentrer, pourtant il avait l'air sage, le Monsieur. L'autre Monsieur aussi, il était sage, même s'il faisait semblant d'avoir l'air méchant. Ils devaient très bien s'entendre, les deux Messieurs, c'était un peu comme s'ils étaient un couple de vieux Messieurs, toujours ensemble, toujours au même endroit.

Mais même les choses qui restent toujours pareilles changent parfois. Aujourd'hui, ils avaient peur, les Messieurs. A l'approche de la bavouille surprise du matin, ils ont hurlé et ont commencé à pleurer. Ca fait bizarre de voir un grand Monsieur très fort pleurer. Quand ils sont deux et dans les bras l'un de l'autre, ça fait encore plus bizarre. Comme les fois où il arrive des choses très graves qui rendent tout le monde très triste. Et les gens très tristes, c'est pas bien. Les sourires et les blagues, c'est beaucoup plus rigolo que de pleurer.

Quand Tapate leur a demandé ce qui leur faisait peur, les deux Messieurs ont seulement dit que c'était vert... petit... dangereux... Ensuite, celui qui boude toujours est tombé. Il n'était ni malade, ni blessé, il avait seulement perdu connaissance, alors Tapate a obéi quand l'autre lui a demandé de les laisser seuls. Il était tombé parce qu'il avait très peur. Il aurait pu se taper la tête et se faire très mal. Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. Avoir tellement peur qu'on pourrait se faire très mal, c'est dangereux. La solution, c'était de trouver ce qui lui avait fait si peur, et de s'en occuper pour que les Messieurs n'aient plus peur.

En montant vers le côté où le soleil ne va jamais, elle trouva un machin qu'elle ne connaissait pas près de l'entrée de la grotte. Vert... petit... mais ça n'avait pas l'air très dangereux. Ce n'était peut-être pas ce qui faisait peur aux Messieurs. Elle s'en approcha, pensant trouver un nouveau compagnon de jeu. Elle lui fit une bavouille, et comprit : il était dangereux à manger, le machin. Avec un goût pareil, il était forcément empoisonné. Petit, vert et dangereux.

Après s'être soigneusement nettoyé la langue, elle observa le machin plus attentivement. Il essayait de lui lancer des trucs piquants. D'après sa couleur et son goût, il n'était pas mûr. Peut-être que c'était une pomme? Une petite pomme verte, piquante par-dessus le marché ? Elle recouvrit sa patte de mana pour se protéger du poison, essaya de toucher la pomme et l'écrabouilla par mégarde. Une compote verte et dangereuse se répandit sur le sol. Elle avait neutralisé un des ennemis des Messieurs. Elle nettoya soigneusement la compote, pour éviter qu'un passant ne s'empoisonne par mégarde.

Sans perdre de temps, elle revint sur ses pas. Le boudeur était allongé à l'ombre du mur et se remettait peu à peu de sa frayeur. L'autre, debout à ses côtés, surveillait la plaine désertique qui séparait la ville de l'oasis. Quand elle lui décrivit ce qu'elle avait trouvé, il eut l'air un peu sceptique, mais promit de transmettre l'information à ses chefs. Pour sa part, Tapate lui assura qu'elle allait rester dans les environs et continuer la chasse aux pommes, pour être sûre que personne ne s'empoisonne.

Elle lui donna également l'adresse de l'auberge où elle allait dormir. Elle serait disponible nuit et jour pour soigner les victimes des petites pommes vertes qui piquent.

Modifié (le) par Tapate

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

* Un bruit de pas précipités, annonçant la venue de plusieurs personnes, se faisait entendre dans les escaliers, avant de frapper violemment à la porte de la chambre en demandant a rencontrer un certain nécromant *

NON.

Qui a bien pu leur dire que cette chambre était mienne ? J'avais scrupuleusement annoncé à l'aubergiste que je ne désirais être dérangé sous aucun prétexte. Elle m'aurait donc trahie ... Elle ne paie rien pour attendre ! Je vais faire mine de ne pas être présent, comme ca ils me ...

* Le gobelin, a l'entente des voix derrière la porte, se mit a hurler. Guix n'eut pas le temps de le faire taire, qu'un des mystérieux individu qui le quémandait se mit a enfoncer la porte pour entrer dans la chambre, laissant apparaître a ses yeux le vil spectacle: Le gobelin, attaché en étoile comme si on allait l'écarteler, et le nécromant tenant un objet pointu. Celui ci l'envoya avec violence en direction du garde, qui lui effleura la joue et se planta parfaitement dans le mur *

" Que me voulez vous ? ", disais-je d'un ton méprisant. Je remarqua en même temps qu'il portait tout l'attirail d'un garde de Melrath Zorac. Je lançais un regard assassin en direction du gobelin, qui manqua de s'évanouir tellement mon envie de le tuer était parfaitement visible.

Le garde semblant encore hésiter, avant que ses confrères le rejoignent dans ma chambre et que l'un d'entre eux, le plus costaud visiblement, dise:

" Le temps nous est compté, et j'en suis désolé mais nous n'avons guère le temps pour les politesses. Nous sommes la garde personnel du Capitaine Ashbert. Des rumeurs disent que vous avez capturés un de ses vils rôdeurs dont on ne sait rien de leur présence, à part le fait que celle-ci n'est pas normale. Nous constatons que ses rumeurs étaient fondés, et le Capitaine Ashbert aimerait vous rencontrer vous et la créature, vivante ! Nous n'avons que peu de temps en dépit de la situation, considéré donc que ceci est un ordre, et que si vous ne coopérez pas ... "

La peur était palpable, mon bras la ressentait. Mais elle n'était pas tourné vers moi, mais plutôt sur le danger que représentait ses gobelins. J'aimerais tous les tuer pour leur impertinence, mais me mettre a dos toutes la garde de Melrath, aussi incapable soit-il de pouvoir capturer une de ses faibles créatures, n'était pas une bonne idée. Adieu la tranquillité de la chasse de ce Démon ...

" Très bien ", soupirais-je. " J'accepte d'amener ce gobelin a votre Capitaine, puisque cela paraît urgent. Emmenez moi. "

Cette fois-ci, même le plus vaillant des gardes paraissait anxieux. Il regardait ses confrères, sans savoir vraiment quoi répondre.

" Ca va, ca va, j'ai compris, Je suppose que celui-ci se terre en dehors de Melrath, sinon il serait venus me voir lui même. Dites moi seulement ou je peux le trouver et vous pourrez vivre très vieux, disons quelques jours encore "

Les gardes ne semblaient pas apprécier l'humour, mais l'un d'entre eux m'annonça que je pourrais trouver le Capitaine dans la hutte près de la mine, a fair ele maximum pour recruter autant de personnes pour contrer cette espèce d'invasion gobeline. Je partis donc pour la mine.

En chemin, pas un seul gobelin n'est venu a ma rencontre. Néanmoins, je croisa plusieurs personnes apparemment dévoué a la protection de Melrath qui semblait chasser ses gobelins, sans grand succès.

Arrivé a la mine, je n'eus pas vraiment le temps de comprendre ce qui m'arrivait. La foute était sur place, avide de réponse quant a ses rumeurs d'invasions. Ses voix se mirent a résonner dans ma tête, vraiment, je détestais me retrouver au milieu de toute cette populace bruyante ... Quand l'homme qu'on m'a décrit comme étant le capitaine m'a vu, un sac dans mon dos contenant quelque chose qui avait l'air vivant, me fit signe de venir.

" Ah, vous voila enfin, c'est vous le nécromancien en question qui a capturé l'un de ses gobelins ? Parfait, parfait, mais discutons en priver je vous pris " dit-il en prenant mon bras et en m'amenant a part dans la pièce.

blablaca.jpg

Je n'ai même pas eu le temps de répondre qu'il était déjà parti. La déception, puis la rage se lisait sur mon visage. Mais j'allais tout de même obéir a son dernier ordre, en envoyant le message a ce dénommé Orus.

Très cher Orus.

Le capitaine Ashbert a prit possession du Gobelin et va dès a présent l'interroger, il vous veut a ses cotés pour celui-ci.

Néanmoins, je tiens à rajouter une chose. Je ne connais pas vos méthodes pour les interrogatoires. je tiens néanmoins a vous mettre en garde. Si je ne récupère pas ce gobelin vivant, et avec sa peau dans un état de conservation optimal ( Donc pas de brûlures, de lacération, de trous, de déchiquetage, d'arrachage de membres et j'en passe ), mon prochain message vous sera écrit non pas avec du sang de monstres mais avec celui de la garde de Melrath, avec pourquoi pas la tête de votre cher Capitaine en cadeau si l'envie m'en prend.

La seule chose qui me permettrait d'oublier que vous avez détruit MON gobelin serait de savoir qu'ils sont de connivence avec un dénommé .. Rebom. SI vous apprenez quoi que ce soit sur ce personnage, soyez sur que si vous ne me donnez aucune information, la tête de votre capitaine ne sera pas la seul à tomber.

Veuillez agréer mes sincères mécontentements, Guix

Modifié (le) par Guix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Creativa le 8 : Revenant du grand verdoyant visqueux du non méconnu marais, je passai la nuit dans l'auberge non loin de la mine.

Creativa le 9 : Je me réveillai par un rayon des plus doux qui émanait de derrière le rideau, encore une belle journée. Je décidai donc de flemmarder au lit, ouvrant le tissus qui obstruait l'entrée du soleil dans la pièce.

10 heures enfin sorti, il était temps, c'est tout juste l'heure pour aller cueillir des lavandes. La rosée est passée, et le soleil n'est pas encore trop fort. J'ai donc fait la récolte dont j'avais besoin tout en faisant attention aux dragons qui auraient pu déranger. Ils étaient revenus, ces êtres volants élémentaires, trop vite remplacés par ceux que marraine et moi avions tués il y a un mois de cela.

Je descendis donc à l'auberge de la ville, afin de pouvoir rencontrer quelques changeurs, car ce qui me faisait défaut était bien des cailloux.

J'avançai en direction du rempart Ouest de Melrath que je venais d'apercevoir lorsque j'entendis comme des ricanements et m'arrêtai. Quelques secondes plus tard, je vis trois flèches passer non loin de moi, dont une entre deux de mes orteils. Ça ne fait aucun doute, c'était bien une belle journée. Mais qui pouvait être le propriétaire de ces flèches? Sewin était devenu bien trop faible depuis peu.

gob_re12.jpg

Les projectiles venaient de derrière ce gros rocher, j'en fis donc le tour en oubliant les questions qui pouvaient me venir. Une fois derrière, je vis trois créatures de couleur verte, chétives, le visage paraissant difforme, de ce que l'on pouvait apercevoir par delà le grand manteau à capuche qui les habillait. Des gobelins !

Je connaissais ces individus, j'en avais déjà lu dans des contes certes, mais aussi vu en vrai. Le gob'vert qui vivait chez les NOUS sous son gros cailloux, était des leurs. D'ailleurs, les raisons de son départ ne sont pas non plus des plus claires, il voulait les rejoindre? Car il est soit disant partie dans une autre faction, mais d'après les dires, il reste toujours sous son cailloux. Une chose est sûre, tout les gob' sont tous aussi laids les uns que les autres, tous aussi fourbes par la même occasion. Après les avoir dépouillé de ce qu'ils n'auront plus besoin la où ils sont, j'allai donc en ville.

gob_re11.jpg

Arrivé aux portes Ouest de la cité, un des deux gardes m'interpela.

- Hey toi ! Tu n'as rien croisé d'anormal sur ta route?

- Et bien si, trois gobelins embusqués on tenté de m'ôter la vie mais c'est la leur qu'ils ont perdu.

- Des gobelins dites-vous? Si c'est le cas, la ville court un danger. De toutes parts, il m'en revient que des passants se font agresser. C'est un peu déplacé, mais pourriez vous faire le tour des remparts pour les débusquer? Car voyez-vous je ne peux pas quitter mon poste, mais il faut bien que quelqu'un aille les voir, sinon nous vivrons comme un siège.

- Je vais essayer, mais je ne garantie rien.

Je parti donc pour faire le tour de la muraille. J'en fis même le tour complet, en alerte tout du long, prêt à frapper sur n'importe quel suspect potentiel, mais je ne rencontrai aucune de ces bêtes démoniaques. Je me demandais si quelqu'un n'était pas passé avant moi et avait fait le ménage à ma place. Rendu au rempart Est, un bruit me stoppa net, un ronflement. Une flèche me passa largement au dessus de la tête. Ah, si quelqu'un est passé, il en a raté un ! Et celui ci est aussi dissimulé en arrière d'un imposant amas sédimentaire, quand ils ne s'y cachent pas dessous c'est derrière. C'était ma chance ! Je contournai de nouveau l'imposant rocher, et au tournant je fini nez à nez (ou plutôt torse à nez, car ces follets ne sont pas plus hauts que trois pommes) avec un autre de ces êtres abjects, à qui j'octroyai le même sort qu'à ses acolytes croisé plus tôt dans la journée. De l'autre côté du caillou, j'infligeai de nouveau un châtiment sacré, c'est tout ce que méritait ces immondes entités maléfiques, au dodo ma belle (ou mon beau, j'avoue que vérifier ne me vint pas à l'esprit).

J'avais oublié qu'ils se déplaçaient toujours en groupe, car comme le dit le dicton : un gob' seul est un gob mort, sauf s'il s'agit d'un goblaid comme celui qui jadis créat les NOUS il y à fort fort longtemps. Des pleutres, tous des pleutres. Où sont les créatures sanguinaires que sont les gobelins? Ceux-ci se défendaient que trop mal pour être des guerriers, archers ou non, ils étaient bien trop faibles. Des éclaireurs? Une armée serait en marche contre notre chère et tendre cité?! Si ces suppositions étaient justes, nous en serons avertis bien assez tôt...

Les ronflements continuaient, ils avaient l'air de provenir d'en haut, de se qui camouflait le monstre que j'avais occis quelques minutes auparavant. J'escaladai donc sur ce grand et gros amas de pierres, et j'y trouvai un guerrier en armure auprès d'un feu et entouré de flèches plantées autour de lui ou cassées, son armure avait l'air aussi lourde qu'impénétrable, le mystère était résolu. Je décidai de laisser la le mortel, rien ne pouvait l'atteindre de toute façon, les gobelins avaient déjà essayé en vain.

Je parti donc pour l'auberge, et rencontrai un garde qui somnolait. Il m'aperçut et me demanda si tout allait bien, je lui retournai la question en lui faisant part de mon inquiétude du fait qu'il semblait s'endormir. L'homme n'avait pas quitté son poste depuis plus de vingt-quatre heures, il attendait désespérément la relève qui avait peut être été prise en embuscade.

Terreur? Ce n'est pas encore le cas, mais si ça continue, cela pourrait bien arriver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« Meralth Zorac est attaquée par une horde de gobelins ! »

Ce message de détresse était parvenu jusqu'à notre campement. Comme beaucoup d'autres

membres de l'Alliance, je pris la décision d'aller porter main forte aux soldats de la ville qui

semblaient être en difficulté.

Avant tout il fallait prendre suffisamment de provisions pour ne pas tomber à court d'énergie lors du

passage dans les mines reliant le Marais à la ville en danger. Ce serait bête de se précipiter sans être

préparé. Après quelques heures de sommeil, j'entrepris mon périple qui me mena ainsi aux abords

Nord de la ville.

Je n'eus même pas le temps de récupérer que j'aperçus déjà un groupe de gobelins prêt à en

découdre. Brandissant leurs arcs sans sommation, ils envoyèrent une nuée de flèche en ma direction.

Malheureusement pour eux, leur talent était loin d'atteindre le niveau de leur laideur : aucune de

leurs flèches ne m'atteignit, la plus proche étant tombée à plus deux mètres de ma position...

Je parvins à m'occuper de leur cas très facilement. Je me dis que cela ne devait être qu'un groupe

d'éclaireur mal entraîné. En effet, comment de tels individus auraient-ils pu causer une quelconque

difficulté aux gardes de la ville ? Faisant le tour de la ville, je vis beaucoup de leurs confrères, mais

aucun d'entre eux ne posa de réelles difficultés. Était-ce une mauvaise plaisanterie ?

Me dirigeant aux abords de la ville, je croisai le capitaine des gardes de la ville auxquels je demandai

des informations.

- Bonjour Capitaine, pourriez-vous me dire où se trouvent les assaillants de la ville, afin que je puisse

aider.

- Bonjour à vous Aventurier, ils sont actuellement en train de semer le chaos autour de la ville, faite

bien attention à vous !

- Vous parlez des ces bons à rien que j'ai pu croiser, incapable de viser correctement avec un arc, qui

ne poserait aucun soucis à n'importe quelle personne maniant un temps soit peu correctement une

arme. J'espère que vous n'avez pas alerté tout le royaume uniquement pour s'occuper de ce genre

de vermine...

- Euh... Nous ne disposons pas de suffisamment d'informations actuellement. Il se peut que leur

renfort arrive bientôt. Nous sommes actuellement en plein interrogatoire d'un de ces individus pour

avoir plus d'information sur leur objectif. Je vous conseille de vous préparer au pire.

- Je l'espère bien pour vous, car si vous alertez tout le royaume à chaque pseudo-attaque de ce genre

de créatures, vous risquez de ne plus être pris au sérieux.

Après notre discussion, j'allai en direction de la taverne pour me rassasier et consommer quelques

bières, histoire de n'être pas venu en ville pour rien...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joie, et crie dans la tente en cette mâtiné de créativa, chaque membre de l'escorte se préparaient comme chaque matin depuis quelque lune a affronter de nouveau ennemis.

Un rumeurs circulait quand même, Melrath serait attaqué.

Vue l'alcool et la façon de parler de parler de certains plus les différents bruits qui résonné dans la forteresse j'avais du mal a comprendre.

Gobelin, Garde, Flèche, attaque , maléfique....

Je devait en avoir le cœur net. Je prenait ma petite gourde et une vieille mandragone qui trainait, j'ai un vieux souvenir de celle ci, de l'avoir reçu en pleine tête il y a quelque temps, mais m'avait permis de faire la connaissance d'une magnifique demoiselle.

Mon abreuvoir remplie, je sortis du baraquement en direction de la mine. Enfin sur Mz, je pris la première auberge. Besoins d'un peu de repos mais surtout d'écouter ce qui pouvait se dire de bien plus prêt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De l'attrait des gobelins pour le caillou ;

Môman parle souvent d'un gobelin un peu à la masse qui se battait avec cette dernière. Elle dit aussi qu'il affectionnait par dessus tout les cailloux. Non pas qu'il cognait dessus avec sa masse, il aimait simplement se terrer sous les cailloux. Pourquoi, ça môman ne me l'a jamais dit. Et j'ai eu beau chercher sous tous les cailloux que je trouvais jusqu'à aujourd'hui, je n'y avait trouvé aucun gobelin. Mais aujourd'hui...

Aujourd'hui, je sortais de la ville, comme à mon habitude, pour aller jouer avec les scorpions et les serpents - moi je préfère les fourmis, mais môman me dit que jouer avec les scorpions et le serpents, c'est moins dangereux que jouer avec les fourmis, et c'est là que j'en ai vu un.

gob1.gif

Moche, vert, moche, petit et moche, c'était sur, j'avais un gobelin sous les yeux. Loin d'être rassuré, je décampai pour ne pas qu'il me voit. Et là, surprise, d'autres gobelins.

gob2.gif

Je ne m'arrêtai pas et continuai ma course effrénée, mais d'autres gobelins rôdaient...

gob3.gif

Des gobelins, partout, qui semblaient guetter les alentours de Melrath Zorac. Et tous, sous des cailloux ou non loin de cailloux. Je continuai à courir, jusqu'à arriver nez à nez avec l'un d'entre eux. Seul.

gob4.gif

Je n'allais pas courir tout le temps, à un moment mon souffle m'empêcherait de continuer. S'il fallait châtier des gobelins, autant le faire en pleine forme plutôt qu'épuisé. Je m'approchai donc du gobelin, tout en tenant fermement mon bâton.

- Patamup ! T'es un gobelin c'est ça ?

- ..... [bruit rauque impossible à retranscrire]

- T'es là pour quoi ?

- ..... [idem]

Le gobelin lança une flèche avec son arc dans ma direction. C'en était trop, quitte à mourir, autant lui cogner dessus un peu avant. Contrairement à ce que je pensais, un gobelin c'était mou et ça se châtiait facilement. Je décidai donc de faire demi-tour et de régler leur compte à tous ceux que j'avais croisés jusque là.

En rentrant, je pensais à la raison pour laquelle ils pouvaient bien être ici. A Melrath Zorac, il y a plein de cailloux. Ils doivent en vouloir à nos cailloux ! En plus, il m'avait attaqué au moment où je lui avait demandé pourquoi il était là... Il ne voulait surement pas que je sache ce qu'ils complotaient avec les cailloux. Faut vite que je prévienne môman !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jorg ressortait tranquillement de la grotte abondante en arachnide et décida de prendre un peu de repos à l'auberge de la mine...

J : "Hey ! Aubergiste ! Ouais toi, grouille toi ! J'veux une chambre et de suite !"

Gertrude toisa le mage et répondit d'un ton sec.

G : "C'est pas la politesse qui vous étouffe vous. Vous avez de quoi payez au moins ?"

Le lanceur de sorts agita sa bourse près du nez de la jeune fille avec un sourire vulgaire.

J : "Ça suffira m'dame ?"

L'aubergiste sans répondre lui indiqua les escalier et lui passa des clés. Jorg lui tapa les fesse avant de monter les escalier.

J : "Vous pouvez toujours me rejoindre dans ma chambre ce soir, je suis pas contre payer un supplément."

Le temps qu'elle lui jette une bière il avait déjà fermer la porte.

Le lendemain matin le mage ce réveilla tôt, après tout l'avenir...heu...c'est mieux tôt..ou un truc dans le genre. C'est toujours intéressant d'être le premier debout, il y a quelques pièces qui traîne encore sur le sol, des oublis , on peut partir sans payer aussi. Cette fois ci Jorg n'était pas seul, un Soldat avec un casque ridicule semblait attendre tranquillement et l'interpella.

A : "Aventurier ! Viens par ici j'ai une mission pour toi et elle paie bien !"

Le soldat était en fait capitaine et il ce nommait Ashbert, il expliqua a Jorg ses inquiétude au sujet d'étrange créatures qui roderaient dans les environs. Sa mission était simple il fallait capturer une de ces créatures pour les interrogés. Le mage intéressé par la récompense s'empressa de participer à la chasse, il remarqua hélas que les créatures manquaient cruellement de vitalité...A force d'en tuer et d'en tuer il y pris goût si bien qu'il oublia totalement sa mission et passa la journée à envoyer des boule enflammée sur toutes les petites créatures qu'il trouva. Le soir enfin il rentra à l'auberge de Melrath Zorac exténué.

J : "C'est bizarre j'ai l'impression d'avoir oublié quelque chose."

Jorg pris quelque minutes pour réfléchir puis soupira.

J : "Bon si j'ai oublié c'est que ça ne devait pas être important allez hop au lit."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ayant glané plusieurs rumeurs à la taverne et ayant aussi glané pas mal de bières, Mandragore, les doigts (et le reste) un peu engourdis par l'alcool décida de se mettre à la recherche du capitaine Ashbert. Elle le trouva facilement, les gardes aux portes de la ville lui ayant dit où le trouver.

Le fier soldat voulait lui confier une mission de la plus haute importance : capturer un gobelin contre une petite somme d'or. Mandragore accepta, après s'être assurée qu'elle pourrait garder les peaux des vilaines créatures qu'elle tuerait au lieu de capturer. Et surtout, qu'elle n'avait besoin de n'en capturer vivant qu'un seul et pouvait disposer à sa guise (et à celle de son couteau.... d'où l'expression "un couteau bien aiguisé"...) de tous les autres.

La nécromancienne se mit donc en route en pensant à ses 1000 pièces d'or (y'a pas de petit profit) et pista sans aucun soucis les vilaines choses vertes... pas difficile, les environs de Melrath Zorac pullulaient de ces trucs. Elle jeta son dévolu sur le premier gobelin qu'elle aperçut et hop ! lui sauta sauvagement dessus.

Ah zut... mort...

Bon ben un second alors c'est pas grave, ça pousse partout.

Re-zut...

Ah y'en a un autre là-bas !

Reuuuuuu-zuuuuteuh !!!

C'était mal parti.

Au bout d'une dizaine d'essais ratés (enfin, pas pour sa collection de peaux), la jeune nécromancienne s'assit sur une pierre et se mit à réfléchir au moyen de capturer vivant un gobelin autrement qu'avec un couteau à dépecer ou une attaque de foudre en pleine tête...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une lettre arriva sous la porte de ma chambre.

Soupir... Quand vont-t'ils me laisser tranquille?

Je la ramassai et la dépliai:

Bonsoir Hilda,

Vous avez quelques jours pour ramener les gobelins captifs.

Sans comprendre sa signification, je remarquai qu'il n'y a pas de nom.

Pour retrouver la tranquillité, il faut que je finisse rapidement la mission du capitaine. Il est tard, une bonne nuit de sommeil pour être en forme demain...

Encore un soupir...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rumeur courait, elle avait atteint tous les recoins de Melrath avant de se joindre aux échos des Marais. Des gobelins avaient pris place à la surface. Pauvre Melrath Zorac, elle subissait tant d'attaques.

Recluse dans sa chambre depuis ... Trop longtemps pour s'en souvenir. Elle avait espéré dépérir au début, enfin non surtout vers la fin, au début elle espérait qu'on viendrait la tirer de ses songes sans fin ... Mais personne n'est venu, et les rêves sont devenus cauchemars, au seuil de la réalité ...

Mais dans mon désir de mourir, de ne plus voir continuellement son visage figé sur ses pupilles, ne plus l'entendre lui susurrer ses paroles envoutantes. La fin de son combat qu'elle avait espéré gagner autrement, en vivant. Elle se sentait enfin partir, ne plus jamais souffrir et surtout ne jamais lui offrir son corps.

" Exoriel ! Exoriell ! Réveil toi ! "

Une voix paniquée. Un désir de la sauver. L'idiot savait-il seulement dans quoi la ramenait-il ? Il la connaissais, mais elle avait oublié.

Une pression sur ses épaules et à nouveau cette voix, toujours cette peur, il murmurait le plus rapidement possible une incantation. Il l'avait ramenée ... Et tout lui revenu, cette voix, la sienne. Guix.

" Idiot !

- Non, on dit merci de m'avoir sauver. "

Il la retenait toujours, fermement, comme si il avait peur de la perdre, à nouveaux, trop de fois.

" Non, tu auras dû me laisser partir ... "

Après tout, il ignorait son secret, pourquoi elle venait de défaillir, de périr au nom d'une malédiction sans âge. Et il disparut, comme il était arrivé. Un jour, il faudrait qu'elle règle ce problème ... Un jour, qu'elle remettait toujours à plus tard ...

___

Il lui fallu quelques jours pour que tous les échos de cette rumeur lui parvienne. Des gobelins. Des gardes effrayés, comme toujours, ils n'ont jamais su protéger correctement cet endroit. Les attraper. Les faire parler. La rumeur d'un puissant nécromant qui menaçait la cité.

Au final, peu d'information intéressante, ci ce n'était les gobelins et le nécromant.

Exoriel, en chemin pour le lieu des futurs combat rêvasser à ce que pourrait lui apporter ces bêtes mythiques. Il lui en fallait un, elle devait l'examiner, essayer de mêler son sang impur à sa potion. Personne ne parlait d'eux dans les livres, mais ils étaient bien là, et il se pourrait qu'ils soient la clef ... Après tout ce temps, elle avait encore de l'espoir. Cela en était presque pitoyable.

Et ce puissant nécromant l'intriguait, se pouvait-il qu'il puisse se mesurer à sa propre magie ? Qui était-il ? La puissance ... Ce nom résonnait en elle, elle désirait sa puissance, ses secrets.

Arrivée à l'orée du désert, une foule s'était massée autour d'un étrange personnage, défiguré par une cicatrice. Ils scandaient de l'aide, ils avaient peur. Le peuple était décidément trop bruyant. Il discutait avec un autre personnage, plus en retrait, qui lui aussi semblait apeuré. Pourtant, elle n'avait croisé aucun petit être vert, à son grand regret. Ils s'efforçaient d'ignorer les jérémiades de la basse populace, trop concentrer, ils ne la virent pas arriver auprès d'eux.

" Bonjour ! Nous avons besoin de gens courageux qui souhaitent nous aider à combattre les gobelins ! Ramenez nous un de ces spécimens vivants et vous serez récompensé. "

Elle le fixait, d'un air presque ahuri, qui était-il pour lui ordonner ainsi d'aller chercher des gobelins et de lui ramener. Mécontente, elle hésitait à s'en prendre à sa vie, publiquement, devant tous, en faire un exemple ... Mais c'était sa vie qui serait prise en exemple après. Relevant sa capuche sur sa tête, elle tourna le dos, furieuse, en médisant sur son compte.

Il avait bien de la chance qu'elle voulait une de ces bestioles, mais concernant la vie et la fraicheur du gobelin, rien n'était moins garanti. Elle lui en rapporterait surement un, mort et incomplet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×