Jump to content
Terre des Éléments

Les 'coups-qui' attirent la vengeance


Recommended Posts

Les fêtes de fin d'année arrivaient sur la ville de MZ. Une « trêve » avait lieu dans la ville, interdisant tout meurtre. Mais la magicienne n'était pas dupe. Certains elfes allaient en profiter pour manigancer des plans machiavéliques, Sepertina en était sûre. Elle devait découvrir ce que ces maudites oreilles pointues tramaient pour les empêcher de nuire et vite.


La magicienne ignée entra dans le bâtiment de Melrath Zorac pour aller voir Brings. Aussitôt une odeur de cookie lui parvint. Elle observa les alentours et là elle la vit. Une elfe qui sévissait sur ces terres depuis plusieurs années déjà. Suyvel Ayflesh. Si cette créature sentait les cookies, c'est qu’elle en avait volés. Cela fournissait à la magicienne une raison supplémentaire de purger la ville des elfes présents. Tout cookie de ces terres lui appartenait, même ceux qui n'étaient pas encore en sa possession.

L'elfe semblait dormir tranquillement sur le piano. Sepertina s'approcha doucement, sans un bruit. Si Suyvel se réveillait, elle tenterait de s'échapper. L'échec n'était pas permis.

 

Équipée de son orbe, la magicienne frappa. Au bout de quelques attaques, l'elfe disparut laissant derrière elle une tache de sang.


C'était bien fait pour elle. La prochaine fois, elle réfléchirait à deux fois avant de posséder des cookies et de dormir « innocemment » sur un piano.

 

Des objets étaient tombés. Sepertina fouilla rapidement le tas.

« Un sac de diamants ? Pas très intéressant et ce n'est pas ce que je cherche… »

Au bout de quelques secondes, elle commença à désespérer, peut-être que l'elfe malgré son sommeil avait réussi à les emporter avec elle. Finalement elle les trouva.

 

Ses Précieux Cookies Spéciaux.

 

Elle se dépêcha de les cacher sur elle. Sepertina partit les mettre en sûreté dans sa cachette ultra-secrète pour éviter que Suyvel puisse les lui voler. A peine cela fait, des bruits se firent entendre et des gardes de la guilde des chasseurs entrèrent dans le bâtiment. Ils attrapèrent la magicienne et baragouinèrent qu'elle avait enfreint le pacte de non-agression présent sur la ville pour les fêtes de fin d'année et qu'elle allait passer le temps des fêtes en prison.


Elle tenta bien d’expliquer que cette elfe était en train de manigancer un plan pour gâcher les fêtes de Nowel, peut-être même attaquer sournoisement le Père Nowel !

 

Mais rien n'y fit, les gardes ne l'écoutaient pas et elle fut mise en prison.

Link to post
Share on other sites

Une lueur crépusculaire, blafarde.

 

Ce fut la première sensation qui parvint à l’esprit embrumé de Suyvel.

 

Lorsqu’elle eut quelque peu récupéré, elle se rendit compte qu’elle était revenue en un endroit hélas un peu trop familier : la nécropole. Le recycleur d’âmes se tenait non loin d’elle. Elle tenta de rassembler ses souvenirs encore confus. Elle s’était rendue en la ville de Melrath Zorac pour profiter des festivités de fin d’année… Là, elle avait improvisé un petit récital au piano, et le sommeil avait finalement eu raison d’elle. Elle n’avait pas pris la peine de réserver une chambre, suite à l’annonce de la trêve des fêtes de fin d’année. Et voilà ce qui en résultait.

 

Ah ben bravo pour l’esprit de Nowel !

 

Un indélicat dépourvu de scrupules avait manifestement profité de la situation pour l’attaquer et l’occire dans son sommeil. Le souvenir d’une vive douleur, suivie d’une chute dans le néant, refit surface et attisa sa rancœur. Un sentiment déplacé en cette période…

 

Bon, la première chose à faire est de sortir d’ici.

 

En peu de temps, elle fut de retour dans les murs richement décorés de la ville. Madame la Maire n’avait pas fait les choses à moitié cette année. En retournant à l’auberge, elle fut contactée par un guerrier Aquéen, Karz, qui avait assisté à son agression. Etant donné l’interdiction de molester quiconque, il n’avait pas osé s’en prendre à son agresseur, qui était en fait une personne à laquelle elle n’avait pas songé : Sepertina, la magicienne pyromane, paranoïaque et légèrement xénophobe. Karz avait néanmoins pu récupérer un certain nombre d’objets personnels qu’elle avait perdus dans l’affaire. Une fois la restitution effectuée, Suyvel s’était interrogée sur la ligne de conduite à tenir. Elle avait eu envie de s’en prendre à l’humaine, mais elle avait vite appris que celle-ci se trouvait désormais sous les verrous, pour la période des fêtes, suite à son acte.

 

Difficile de la trucider sous le nez de la garde…

 

De plus, c’était un coup à se retrouver bouclée dans la cellule voisine de Sepertina, pour un bon moment.

 

Alors ça, pas question !

 

Et puis les festivités se préparaient, et elle n’avait pas envie de le rater juste pour le plaisir douteux d’occire l’humaine. Pas envie du tout. A ses yeux, elle n’en valait pas la peine. Finalement, une autre pensée s’immisça dans son esprit.

 

La vengeance est un plat qui se mange froid.

 

Suyvel passa donc les fêtes dans la ville, sans plus se préoccuper de Sepertina, mais fort accaparée par les lutins du Père Nowel, de toute évidence débordés durant cette période de l’année. Ce fut l’occasion pour elle de démarrer une jolie collection de poupées et même de recevoir quelques cadeaux, soit de la part des lutins reconnaissants, soit de la main du Père Nowel en personne. Oui, Madame la Maire avait vu les choses en grand.

 

Durant cette période, Suyvel réalisa que son paquet de cookies avait quelque peu fondu. Or elle n’en avait pas croqué un seul depuis longtemps. Elle supposa que Sepertina avait fait main basse dessus, connaissant son amour immodéré pour ces biscuits. Elle eut alors l’idée de demander à la garde si elle pouvait demander restitution de ses biens, qui avaient dû être confisqués à l’humaine lors de son arrestation. La guilde des chasseurs lui apprit qu’ils n’avaient pas trouvé de gâteaux sur elle, ce qui laissa l’elfe noir perplexe.

 

Qu’a-t-elle bien pu en faire ?

 

Avant le jour de Nowel, lors d’une visite à l’Académie, elle se plongea dans une recherche documentaire sur la magie divinatoire, et finit par mettre la main sur un sortilège permettant de localiser des objets personnels. Ses cookies semblaient remplir les conditions pour que le procédé soit efficace. Elle accomplit donc le rituel et, après une heure d’efforts, elle vit apparaître dans un miroir une scène qui lui était familière.

 

Le quartier des apothicaires… L’auberge du quartier sud…

 

La vision lui sembla se centrer sur un meuble en particulier, un buffet qui appartenait à… hé bien… elle n’en savait rien au juste. Intriguée, elle fit un passage en ville pour se rendre sur place et constater que ledit meuble était bien là, tel qu’elle l’avait vu. Elle hésita un instant puis ouvrit une porte : aucune réaction de l’assistance.

 

Fort bien. Je vais pouvoir l’examiner en détail.

 

La fouille fut aisée et rapide, mais décevante. Soit ce n’était pas là que se trouvaient ses cookies depuis le départ – et son rituel avait échoué – soit ils avaient été déplacés. Mais par qui ? L’humaine était toujours derrière les barreaux, et l’elfe noire l’imaginait mal confier à qui que ce soit la garde de ses précieux biscuits.

 

Ou alors… étant donné le tempérament parano de Sepertina…

 

Suyvel examina le meuble en détail et finit par se rendre compte que la planche en bas du buffet était amovible. Elle parvint à la lever et se rendit compte qu’elle dissimulait le fond du meuble tout en ménageant une cache, où se trouvaient des petits sacs. L’elfe noire en sortit un et l’ouvrit pour découvrir…

 

… des cookies !

 

Le sac en était rempli. Une vingtaine au bas mot, bien plus que ce qu’elle avait perdu. Et il y avait plusieurs autres contenants. Combien de biscuits l’humaine avait-elle entassés ici ? Combien de larcins et de méfaits ce butin gastronomique représentait-il ? Et combien d’autres cachettes y avait-il encore ?

 

La première pensée de Suyvel fut de tout ramasser et de filer, imaginant d’avance – et avec délice – la tête de l’humaine quand elle se rendrait compte du pillage de sa cachette. Puis elle se dit que c’était un peu facile, que ces biscuits ne lui appartenaient pas… et qu’il y avait probablement mieux à faire.

 

Dès le lendemain, elle se lançait dans de nouvelles recherches à l’Académie, mais cette fois dans la section hermésisme de la bibliothèque. Elle découvrit une recette qui lui parut prometteuse. Après en avoir réalisée une copie sur parchemin, elle quitta le prestigieux centre de savoir et partit récolter les ingrédients idoines. De retour à son laboratoire, elle se lança dans une confection totalement nouvelle, qui l’absorba pendant des heures. Et lorsque le résultat lui parut satisfaisant, elle décida de mettre en œuvre son projet machiavélique.

 

La nuit suivante, une ombre se glissait en tapinois dans l’auberge sud de la ville, passant insoupçonnée des rares yeux encore présents. Dans le cas contraire, les résidents auraient pu témoigner avoir vu passer une elfe noire affichant une expression empreinte d’une rare sournoiserie.

 

Et ils auraient pu indiquer que celle-ci, en quittant les lieux, s’était débarrassée d’une fiole vide…

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...