Jump to content
Terre des Éléments

Matagot

Matagot
  • Posts

    213
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Matagot

  1. Au sud de l’oasis verte, les papillons à corne voletaient tranquillement avec leur grâce habituelle. L’endroit paraissait parfaitement calme, sans la moindre once de danger. Ce n’était pas le cas. La menace était invisible, car magique : la barrière qui ceignait le cimetière de Til’Lunis luttait pour colmater la brèche ouverte par Uskul, l’investigateur mandaté par l’Académie, il y avait déjà deux mois. Le passage était resté ouvert tout ce temps, mais le sortilège du mage faiblissait, et peinait à se maintenir face à la puissance de la barrière, née de la volonté commune d’un groupe de mages puissants. Les aventuriers de la région en avaient largement profité pour explorer la zone, et venir en aide à ses ‘habitants’ – des esprits de personnes bien réelles, mais décédées depuis longtemps, très certainement à l’époque où de mystérieuses forces occultes avaient déferlé sur le cimetière. Ces entités spirituelles en avaient retiré un peu de sérénité, et un jeune homme du nom de Gille en avait même profité pour le quitter, après avoir compris que Sophie, sa promise, ne reviendrait plus… Les aventuriers en avaient également bénéficié, profitant des indications judicieuses des résidents et de leurs bénédictions. Tout cela avait été très positif, mais ce moment de répit touchait à sa fin. Une petite fille fixait avec attention le passage ouvert vers le cimetière. Rien ne laissait supposer sa présence, invisible qu’il était, perdu dans la canopée si dense, mais elle semblait le discerner, le voir se déformer, s’effacer partiellement, regonfler… La petite fille sentit qu’elle devait le franchir maintenant, ou qu’elle resterait définitivement bloquée ici, hors de son foyer. Mais ce n’était plus si important pour elle. Elle n’avait plus envie de rentrer. Elle continua donc à observer sans bouger, à voir le passage décliner, puis s’évanouir dans le néant. Et la barrière magique reprit ses droits. Le cimetière de Til’Lunis était à nouveau hors du monde. Ce fut à ce moment qu’un autre passage s’ouvrit. Et celui-là paraissait plus avenant, plus clair. La petite fille le regarda avec attention, puis fit un pas hésitant dans sa direction. Elle ne savait pas où il pouvait bien mener… mais rester ici ne servait plus à rien. Sa mère ne reviendrait plus. Et elle avait retrouvé sa poupée, le dernier cadeau de celle qui lui manquait tant. La serrant un peu plus fort sur son cœur, elle avança vers la lumière…
  2. Bonjour à tous et à toutes, Un mois: C'était le délai (délibérément confidentiel) pour terminer l'animation du cimetière de Til'Lunis. Bravo à tous ceux qui en sont venus à bout, ils reçoivent une distinction qui est fonction de leur degré d'avancement dans les missions à réaliser. Un joueur a également reçu une distinction unique pour son record de vitesse pour boucler l'animation. Pour ceux qui n'ont pas encore terminé l'animation, pas de panique: elle reste ouverte encore un moment, au moins jusqu'à mi-janvier. Même si vous ne l'avez pas commencée, vous avez donc encore le temps d'en profiter. Merci de votre participation et bon jeu à tous.
  3. Le 7 Festiva. Dans les jardins de l’Académie, un large groupe s’était constitué. Et du beau linge : des mages, des mages, encore des mages, rien que des mages. Le Grand Maître présidait l’auguste assemblée, qui n’avait rien de festive. C’était lui qui avait convoqué un maximum de ses subordonnés car il avait pris la mesure de l’œuvre qu’il entendait accomplir ce jour : le rituel d’abrogation de la dissimulation des sceaux nécrotiques. S’il voulait que le rituel prenne effet sur toute la Terre des Eléments, il allait falloir lui fournir du mana en quantités proprement gargantuesques. Uskul était présent, bien entendu. L’investigateur académique avait tenu à participer au rituel, en gage de gratitude pour les aventuriers qui avaient rendu tout ceci possible. Et il lorgnait du côté du Grand Maître avec anxiété. Il connaissait le rituel, pour l’avoir étudié dans le détail avec lui, et il en comprenait toute l’exigence, la maîtrise et la concertation qu’il allait requérir. Un échec serait vite survenu… mais avec le concours du Grand Maître, il avait bon espoir. Celui-ci avait pris le temps qu’il jugeait nécessaire pour préparer le rituel au mieux, quitte à faire patienter les aventuriers. Uskul admirait sa rigueur et sa sérénité. L’assistant du Grand Maître passa dans les rangs pour indiquer à chacun la place précise qu’il devait occuper : là non plus, rien n’avait été laissé au hasard. Les mages, vus du ciel, composaient un glyphe ancien, une rune incarnant l’annulation. Puis le Grand Maître leva haut son bourdon de mage. Uskul se tendit. C’est parti ! L’assemblée des mages entama la litanie du rituel. Il allait durer six heures pleines. La magie n’était pas chose aisée à dompter. Les badauds qui se pressaient à l’entrée de l’Académie ce jour-là purent témoigner des immenses vagues de puissance magique qu’ils ressentirent jusqu’aux tréfonds de leurs personnes, ainsi que des chants mystérieux et des lueurs féériques qui montaient vers les cieux. Le Grand Maître finit par conclure le rituel : il sentait qu’il avait été mené à son terme de façon satisfaisante. Surprenant un regard inquiet d’Uskul, il lui fit un signe d’apaisement. « Tranquillisez-vous : le rituel est accompli. Il va prendre effet progressivement, mais une chose est sûre : la dissimulation dont bénéficiaient les sceaux nécrotiques appartiendra bientôt au passé. - C’est une excellente nouvelle, Grand Maître. Dois-je en informer les aventuriers ? - Bien sûr. Précisez-leur tout de même que cela va prendre du temps : le sortilège que nous avons dissipé est antique, fait pour durer. Il va résister encore un moment. Certains sceaux seront révélés avant d’autres, et nous n’y pouvons rien. Qu’ils se montrent patients : l’abrogation fera son œuvre, quoi qu’il arrive. » Et le Grand Maître prit encore un moment pour remercier tout un chacun de sa contribution. Uskul, lui, alla boucler son sac : après une bonne nuit de repos, il comptait se rendre à Melrath Zorac. Il avait une grande nouvelle à annoncer à la population. Aux aventuriers en particulier.
  4. Bonjour à tous, Une brèche a été ouverte! Et vous êtes invité par l'Académie à vous y aventurer. Certaines personnes du village aurait aperçu une fillette aux abords du cimetière, personne ne sait qui elle est, mais ils sont tous sûrs et certains qu'elle viendrait de ce lieu caché. La zone vous est ouverte pour une durée limitée. Ne traînez pas, ou vous risqueriez d'y rester enfermé! ------- Le point d'accès se trouve au sud-ouest de Melrath Zorac, la zone est en PVP libre mais une chambre d'auberge vous permettra de vous y abriter. PS : La maintenance qui était prévue aujourd'hui est reportée à une date ultérieure pour cause d'incident technique indépendant de notre volonté Vous serez informé dés que nous pourrons fixer une date. Bon jeu à tous
  5. Le 11 Campana. Uskul s’en était retourné à l’étude des livres acquis auprès des héritiers de feu Mortifer. Depuis une douzaine de jours, il ne connaissait plus guère d’autre occupation. Après la découverte des sceaux nécrotiques, il n’avait mis le doigt sur aucune révélation majeure, et le Grand Maître se chargeait de préparer le rituel d’abrogation. Autant dire que ses journées n’étaient pas passionnantes… Toutefois, le livre qu’il tenait en main venait de capter son attention : il traitait d’un lieu antique, très particulier… un lieu bâti par une ancienne civilisation, disparue depuis des siècles. Til’Lunis. Ses citoyens avaient pour coutume de rendre hommage à leurs morts dans un endroit à part de la ville, une sorte de cimetière, ou de mémorial… L’endroit avait été construit au fil du temps et les citoyens n’avaient pas ménagé leur peine pour le transformer en un lieu de résidence digne de ceux qu’ils avaient chéris. Le lieu avait été soigneusement entretenu et même habité. Rien de bien extraordinaire jusque-là… mais l’auteur parlait ensuite de forces occultes qui se seraient abattues sur ce site cérémonial, forçant les citoyens à s’enfuir. Ils auraient même scellé le site par magie, pour éviter que certains d’entre eux ne soient tentés d’y retourner honorer leurs chers disparus. Cette découverte laissa Uskul songeur. Certes, ce texte ne révélait rien de précis… mais l’investigateur pressentait un lien avec les sceaux nécrotiques. Et puis l’idée de fouler un sol consacré puis dévoyé par des forces occultes ne le séduisait guère… mais s’il ne tentait rien, il n’apprendrait rien non plus. Alors il finit par se décider. Uskul prit le chemin de Melrath Zorac, une fois de plus. Mais cette fois, il obliqua vers le couchant et le désert occidental. Lorsqu’il vit les ossements blanchis du dragon, il sut qu’il n’était plus très loin de son objectif. Alors il lança une détection de la magie… et il ne fut pas déçu. La barrière magique élevée par les mages de Til’Lunis était bien là, et toujours active malgré les siècles. Une magie puissante l’avait enfantée, de toute évidence. Il hésitait à l’annuler. Après tout, peut-être les habitants de Til’Lunis avaient-ils de très bonnes raisons de sceller le lieu ? Mais cela faisait si longtemps… Le risque était faible que les forces mentionnées soient encore à l’œuvre. Uskul opta pour un compromis : il tenta de créer une brèche dans la barrière magique, sans pour autant l’abattre. Après une heure d’efforts, il sentit qu’il avait réussi : un passage était ouvert, vers le sud, à travers la canopée. Devait-il s’y rendre en personne ? C’était tentant mais pas sans risque… et puis il avait encore beaucoup de travaux de lecture devant lui. Il valait mieux déléguer. Et il savait que certaines personnes ne demanderaient pas mieux qu’un saut dans l’inconnu. Il s’en alla vers Melrath Zorac, contacter une fois de plus les aventuriers pour leur faire savoir qu’une nouvelle zone était accessible et attendait d’être explorée – avec prudence – pour livrer ses secrets. Les aventuriers lui avaient déjà largement prouvé qu’ils étaient à la hauteur des défis les plus ardus. Il les incita à ne pas traîner : sa brèche ne durerait pas éternellement. Il avait senti la puissance de la barrière, et elle reprendrait le dessus tôt ou tard.
  6. Le 6 Campana. Presque une semaine venait de s’écouler en lectures ininterrompues ou presque pour l’équipe de mages chargée d’analyser les livres de feu Mortifer. Uskul se sentait déjà exténué par le manque d’exercice physique et les longues soirées à la lueur des chandelles. Mais la tâche primait sur toute autre considération. Et son abnégation allait payer, précisément ce jour-là. Alors qu’il venait de parcourir les deux tiers d’un ouvrage nommé La Légion des Morts, il tomba sur un passage qui capta toute son attention. Il dévora les pages suivantes en ignorant tout ce qui pouvait bien se passer alentour. Et au bout de deux heures, il sortit en trombe des locaux – houspillé vertement par le bibliothécaire au passage – pour aller demander audience au Grand Maître de l’Académie. * * * * * « Des sceaux ? - Exactement, confirma Uskul. Comme les sceaux de résurrection, qui ramènent les vivants à la vie. Sauf que ceux-là sont conçus pour agir sur les morts. - Je ne suis pas expert en la matière, mais c’est également le cas des sceaux de résurrection, non ? - Pas exactement… Les sceaux de résurrection agissent sur les vivants tombés sous les coups pour leur éviter de mourir réellement. Ils les gardent en vie, en somme. Les morts-vivants, eux, ne sont nullement en vie : ils ont seulement été réanimés par un sort nécromantique. En aucun cas un sceau de résurrection ne permettrait de relever un mort-vivant, puisque la vie l’a quitté depuis longtemps. C’est pour cela que d’antiques nécromanciens ont un jour créé… des sceaux nécrotiques : des artéfacts capables de garder leurs serviteurs macabres perpétuellement à leur service, quand bien même ils seraient abattus. - Et vous pensez que c’est là le secret des morts-vivants qui nous harcèlent ? Des sceaux nécrotiques ? - Oui, je le crois. L’adepte des maudits qui les a relevés devait connaître le secret de ces sceaux et en aura doté ses serviteurs. - Mmmh, c’est possible… mais les faits semblent contredire votre théorie : il est de notoriété publique qu’un certain nombre de morts-vivants disposent de sceaux de résurrection. Les tombeaux maléfiques, par exemple. - C’est là que les créateurs des sceaux nécrotiques se sont montrés particulièrement vicieux. Un de leurs subterfuges a précisément consisté à doter certains morts-vivants de faux sceaux de résurrection, pour égarer ceux qui s’intéresseraient de trop près à leur œuvre. - Des faux sceaux… ? Et nul ne s’en est aperçu ? - Il semble que non. D’après ce que j’en sais, ils ressemblent à des vrais à tout point de vue. La seule règle à retenir est celle-ci : si un mort-vivant porte un sceau de résurrection, c’est obligatoirement un faux. - Je vois… Il est toutefois surprenant que nul sceau nécrotique n’ait été trouvé depuis le début de l’invasion des morts-vivants. - C’est un autre des subterfuges utilisés par leurs créateurs : un sort de dissimulation fait partie du processus de création des sceaux nécrotiques. Il empêche quiconque ne connaît pas le contre-sort de les découvrir accidentellement. - Ah oui, très habile de leur part… En somme, si nous voulons briser la marée des morts, il nous suffirait de lancer ce contre-sort à grande échelle… sur toute la région, en somme. Ensuite, tous ceux qui combattraient les morts auraient une chance de découvrir les sceaux nécrotiques qui les réaniment. Et alors, privés de leur magie, ils resteraient inanimés définitivement… - Grand Maître, vous lisez dans mes pensées. » L’interpellé sourit avec bienveillance et prit quelques notes sur un parchemin en vue d’organiser au plus tôt le désenvoûtement des sceaux nécrotiques. Il posa quelques questions précises à Uskul pour être certain de ne rien omettre. « Une fois ce rituel mené à bien, je compte sur vous, Uskul, pour le faire savoir de tous. Vous pensez que les aventuriers de la région participeront à l’éradication des morts-vivants ? - Ils nous ont prouvé leur implication dans la défense de l’intérêt commun, Grand Maître. Ils répondront présent encore une fois, soyez-en sûr. Mais… - Un problème ? - Disons… un inconvénient. Les sceaux nécrotiques font tous l’objet d’une malédiction qui ne peut être levée sans détruire l’artéfact. Celui qui trouve un de ces objets maudits ne peut plus s’en défaire. Impossible de le céder à une autre personne, par exemple. Seule la mort met fin à ce lien. Je ne pense pas que cela arrêtera les aventuriers, mais… par honnêteté envers eux, il me semble important de les en informer. - Puisque nous le savons, autant partager ce savoir. Qui sait ? Peut-être l’un d’eux trouvera un expédient pour contourner ce désagrément. Ne négligeons pas leur ingéniosité. Et s’ils trouvent moyen de briser la malédiction, nous serons bien contents qu’ils nous fassent profiter de leur découverte. - Très clairvoyant de votre part, Grand Maître. - Bien. Ceci étant réglé, voyons le rituel d’abrogation de la dissimulation des sceaux nécrotiques… » Et les deux mages se plongèrent dans l’étude détaillée de la formule ésotérique.
  7. Le 4 Campana. Le Grand Maître de l’Académie vit son assistant entrer dans son bureau, porteur d’une conséquente pile de parchemins qu’il déposa devant lui, et l’entendit lui demander laconiquement de bien vouloir signer la liasse. Le mage haussa un sourcil. « De quoi s’agit-il au juste ? - L’ensemble des actes de reconnaissance destinés aux donateurs qui ont répondu à notre demande, Grand Maître. Maître Uskul m’en a communiqué la liste ce jour et m’a demandé de rédiger ces actes pour ensuite les officialiser par vos soins. - Ah oui, quand même… ça en fait, de la paperasse ! » Le Grand Maître trouvait qu’il croulait déjà sous les tâches administratives, en voir arriver une de plus n’était pas pour le réjouir. Mais il était de bonne humeur : la collecte de fonds avait été un succès. Les livres de feu Mortifer étaient en cours d’analyse, et hors de portée de Rebom. Et il devait reconnaître que Uskul avait eu raison de croire dans les aventuriers de la région : à eux seuls, ils avaient réuni tout l’or manquant. Aussi fut-ce de bonne grâce que le Grand Maître parapha chacun des parchemins avant de les remettre à son assistant. Celui-ci se chargerait de les faire parvenir à chacun des destinataires. Avec toute la reconnaissance de l’Académie.
  8. Les distinctions liées à la collecte de fonds pour l’Académie ont été attribuées à tous les participants. En cas d’erreur ou d’oubli, veuillez contacter un modérateur. Quelques chiffres pour résumer cette seconde partie de l’animation des 15 ans de TDE : · 40 personnages y ont participé ; · 12 d'entre eux ont fourni 80% de la somme totale ; · 4 factions se sont fortement mobilisées ; · Les Constellations de l'Aube ont fourni à elles seules presque la moitié de la somme totale. Bravo à tous ! De plus, les donateurs les plus méritants ont tous reçu un acte officiel de reconnaissance de l’Académie, par régularisation. Voici les règles pour sa bonne utilisation : · Il est utilisable à volonté, à la date de votre choix (pas de date limite) ; · Vous pouvez choisir de le faire valoir et demander à peu près n’importe quoi en échange : objet, service, etc. Votre seule limite sera votre imagination. Quelques points à prendre en considération : la demande doit être dans les cordes des Mages de l’Académie ; sa valeur ne peut pas être largement supérieure au don réalisé ; et l’Académie ne versera pas la moindre pièce d’or. Envoyez votre demande à un modérateur ou un admin, en expliquant ce que vous souhaitez (messages de type RP bienvenus mais non obligatoires). Les admins évalueront si la requête est acceptée par l’Académie ou non. Une fois la requête acceptée, il ne sera plus possible de revenir en arrière pour demander autre chose à la place ; · Dans le cas contraire, vous pouvez également choisir de conserver cet acte et de le placer en collection (pas de retour en arrière possible). Bon jeu à tous.
  9. Le 31 Ciella. Quelque part dans un lieu secret, au cœur de l’Académie. Sous l’œil vigilant des mages, la garde académique s’échinait à transporter les coffres remplis d’or, jusqu’à un disque miroitant par lequel ils disparaissaient avec leur chargement : un portail dimensionnel qui menait à Fang Dolm. Les mages avaient sorti le grand jeu pour assurer une livraison des fonds rapide et sécurisée. De l’autre côté, l’émissaire de l’Académie veillait à leur bonne réception et les comptabilisait. Rien ne devait manquer pour que la transaction finale puisse avoir lieu comme prévu. Les héritiers de feu Mortifer n’étaient pas du genre à accepter un paiement approximatif. Une troupe de la garde académique avait franchi le seuil pour sécuriser le point d’arrivée, et des mages l’avaient accompagnée : il était à craindre que Rebom tente une manœuvre à Fang Dolm même. Uskul avait tenu mordicus à la présence d’une force de sécurité idoine sur place. Et de toute manière, l’émissaire avait besoin de nombreux bras pour remettre les fonds aux héritiers de feu Mortifer. De fait, il avait soigneusement planifié la remise des fonds avec les héritiers : le portail avait été ouvert à l’intérieur des locaux d’une banque. Ainsi l’or était sécurisé immédiatement par le personnel, au profit des héritiers dont le représentant comptabilisait l’or reçu. Dès que la dernière pièce d’or fut engloutie dans les coffres de la banque, le représentant donna son assentiment pour la remise des livres de feu Mortifer. Et le ballet s’inversa, les gardes repartant en sens opposé pour emporter les ouvrages de nécromancie vers l’Académie, toujours par le biais du portail dimensionnel. Là-bas, ils furent remis à la garde vigilante du bibliothécaire, connu pour faire frémir même les plus téméraires des aventuriers. Dès le lendemain, une section de mages était déléguée pour prendre connaissance du contenu des livres, à la recherche d’informations sur la raison pour laquelle les morts-vivants se relevaient sans cesse. Uskul lui-même était présent, ayant absolument tenu à faire partie de ce groupe. Même ainsi, il savait que cette séance de lecture allait durer des jours, voire des semaines…
  10. La collecte de fonds initiée par l'Académie est désormais terminée. Nous avons le plaisir d'annoncer que la communauté a su relever ce défi malgré l'importance de la somme. Félicitations à tous les participants ! Comme promis, une nouveauté sera donc mise en place d'ici peu. Date prévisionnelle: le 11 novembre. Une interruption du jeu est à prévoir pour raisons de maintenance technique. Les récompenses liées à l'animation vont être distribuées dans les jours qui viennent. Juste un peu de patience, cela ne tardera pas. Encore bravo pour votre implication dans cette animation. Le récit officiel va suivre son cours et de nouveaux événements vont vite pointer le bout de leur nez... Restez à l'écoute!
  11. A la tête d’une imposante troupe de l’Académie, Uskul avançait dans les tunnels. Le jour même, un commandant de la garde académique s’était présenté à lui, mandaté par le Grand Maître pour convoyer les fonds récoltés. Il dirigeait une large escouade de soldats vétérans, flanquée d’un groupe de crabes jade-or et des mages qui les contrôlaient. C’est qu’il en fallait, des bras, pour charger et décharger les coffres qui recelaient vingt-cinq millions de pièces d’or. Et une somme aussi mirobolante pouvait aiguiser bien des appétits. Ce n’étaient pas les individus peu recommandables qui manquaient dans la région. Rebom lui-même était un risque lointain certes, mais s’il avait entendu parler des efforts de l’Académie pour racheter l’héritage de feu Mortifer, il était à craindre qu’il tente un de ses coups tordus pour que le convoi n’arrive pas à bon port. La colonne de gardes, épaulée par les mages et leurs crabes, était aussi là pour dissuader tout voleur – et repousser un éventuel assaut des sbires de l’Ombre Suprême. La somme demandée avait finalement été réunie – et dans les temps. L’investigateur académique se souvint de la manière dont la collecte s’était conclue, pas plus tard que la veille… * * * * * Il était derrière son bureau, dans le petit local que l’aubergiste de la Pinte d’Or avait mis à sa disposition, très occupé à refaire ses comptes et rédiger des relances auprès de potentiels donateurs, lorsque deux jeunes femmes s’étaient présentées. Elles étaient fort chargées. La première, vêtue d’une tenue de forestière, prit la parole : « Nous venons contribuer au fonds pour le rachat des livres du nécromant. - Fort bien, fort bien ! L’or nous fait encore défaut pour réaliser cette acquisition. Un don sera le bienvenu. - Quelle somme vous manque-t-il au juste ? - Deux millions et demi, en gros. - Mmmh… attendez. » Et les deux femmes se mirent à déposer des sacs visiblement lourds, tintant de leur contenu, devant le mage. Celui-ci se fit la réflexion que sa seconde visiteuse était une consœur magicienne, d’après sa tenue. Mais il ne la connaissait pas. Il les observa empiler les sacs avec intérêt, au début, puis sentit naître la surprise. Le tas devenait plus que conséquent, et elles continuaient à apporter davantage de fonds. La rôdeuse finit par arrêter son manège et compter les sacs. Elle ne paraissait pas complètement satisfaite, alors elle entreprit de fouiller son sac et en sortit trois bourses qu’elle lança sur le tas. « Voilà ! Deux millions et demi… toutes nos économies à ma sœur d'armes et moi, mais le compte devrait être bon. A vous de jouer, messire mage. Nous comptons sur la diligence de l’Académie. » Et elles prirent congé d’un Uskul médusé. C’était le 27 du mois de Ciella, en l’an 116. Un jour avant la date limite. * * * * * « L’entrée de l’Académie est en vue ! » Ce cri de l’éclaireur tira l’investigateur de ses souvenirs. Ils arrivaient à bon port, avec la somme requise, et sans avoir subi d’attaque. Avaient-ils surestimé les risques ? Rebom n’avait probablement pas entendu parler de leur action, finalement. Ce fut donc en toute quiétude que le convoi franchit les portes de l’Académie, qui se scellèrent à nouveau derrière lui…
  12. A Melrath Zorac, le soir, l’ambiance était festive à l’auberge de la Pinte d’Or. Un convive, cependant, ne s’amusait pas. Il était trop occupé à mettre ses comptes à jour. Et à examiner le calendrier pour la énième fois, aussi. Uskul, l’investigateur académique, tenait ses comptes avec une rigueur d’orfèvre et préparait ses prochaines entrevues avec des donateurs potentiels. Pourtant, les chiffres sous ses yeux étaient satisfaisants, et même rassurants. Le mage refit encore une fois ses calculs. Oui, ils étaient corrects. Les dons avaient déjà dépassé la moitié de la somme nécessaire à l’acquisition du fonds documentaire de feu Mortifer. Mais le 28 Ciella n’était plus très loin. Il restait néanmoins trois semaines. Seulement trois semaines… Uskul tenta de repousser cette angoisse sourde qui le tenaillait depuis qu’il avait appris qui était leur adversaire. Après tout, les aventuriers avaient une nouvelle fois répondu présent, et le montant des dons laissait espérer une heureuse conclusion. Si le rythme des dons se maintient sur ces trois dernières semaines. Là était la question : les aventuriers ne risquaient-ils pas de s’émousser ? De s’épuiser ? De douter ? Notre sort à tous dépend de leur détermination. Et il comptait bien continuer à leur rappeler l’importance de la tâche. Son importance vitale. Rebom ne doit pas gagner. A aucun prix. Si jamais cela devait advenir… alors la Terre des Eléments pourrait vite se renommer la Terre des Morts-vivants. Jamais ! L’Ombre ne gagnera pas !!! Perclus de fatigue, Uskul décida de s’octroyer quelques heures de sommeil avant son premier rendez-vous de la journée. Il faudrait qu’il ait les idées claires. Et qu’il soit persuasif. Il ne pouvait pas se permettre le luxe d’échouer.
  13. Une semaine s’était envolée et l’échéance du 28 Ciella commençait déjà à se profiler. Uskul était de retour dans le bureau du Grand Maître de l’Académie. Ce dernier usait de sa magie pour établir une communication directe avec leur messager à Fang Dolm. Après quelques minutes de concentration, une image se forma dans le miroir mural : celle de l’émissaire. Comme convenu, il se présentait au rapport. « Mes respects, Grand Maître. Comme convenu, après notre dernier entretien, j’ai investigué sur notre concurrent. Ce négociant n’a clairement pas les moyens nécessaires à un tel investissement, d’après ce que la Guilde des Marchands locale a pu m’indiquer. Cela m’a incité à prendre l’individu en filature. Dès le lendemain, il partait pour la ville de Saintes, avec deux gardes et des chevaux rapides. J’ai donc décidé de les suivre. Trois jours après, nous arrivions dans ce grand port fluvial et maritime. - Ce négociant a des possessions là-bas ? - Juste un comptoir commercial, de ce que j’ai pu apprendre. Et un entrepôt de marchandises. Mais je me suis dit qu’il venait peut-être rencontrer ses partenaires… ou ses commanditaires. - Très juste. Et que votre surveillance vous a-t-elle appris ? - En fait, la population locale parlait beaucoup d’un événement très récent : l’arrivée d’un navire étranger. Et pas de n’importe quelle nation : celle de Krshn’Akÿr. » Uskul et le Grand Maître échangèrent un regard surpris. « Un navire orc ? - Exactement, Grand Maître. Les citoyens de Lesmû ne sont pas en guerre avec les orcs, mais les relations avec ses turbulents voisins ne sont pas bonnes. Néanmoins, le navire orc s’est présenté de manière pacifique, et a donc reçu la permission de mouiller dans le port de Saintes. Tout le monde se demande la raison de sa présence, naturellement. D’autant qu’il ne semble rien faire de particulier : pas d’achat, pas de débarquement de marchandises… même son équipage ne quitte guère le bord. - Intéressant, mais est-ce lié à notre affaire ? - J’en ai vite eu la confirmation, Grand Maître. Le négociant s’est vite présenté au port, devant le navire, et un gobelin en est descendu pour le rencontrer et lui parler. Etant donné sa tenue, je pencherais pour un dignitaire de haut rang, ou un représentant officiel. - Avez-vous pu surprendre la teneur de leur échange ? - En recourant à la magie, oui. Le négociant a informé le gobelin que son offre était retenue par les héritiers de feu Mortifer. Il l’a également informé que l’Académie était sur les rangs, mais n’était pas en mesure de tenir l’échéance de début Campana. Le gobelin a grimacé en disant que c’était une bonne chose, mais que la nouvelle n’allait pas faire plaisir à son seigneur. Et qu’ils allaient activer davantage la levée des fonds pour être sûrs de tenir le délai annoncé, pour début Campana. Suite à cela, le navire orc a appareillé vers le sud, le jour même. - Alors ils n’ont pas encore les fonds… Néanmoins, il serait périlleux de compter sur une défaillance de leur part. - Sans doute, Grand Maître. Je recommande de remettre les fonds aux héritiers pour la fin du mois de Ciella. - Nous ne modifierons donc pas notre objectif du 28 Ciella pour la fin de la collecte. Uskul, veillez à ce que cette date soit tenue. » L’investigateur académique approuva, bien décidé à finaliser la collecte dans les délais impartis. Le Grand Maître se tourna à nouveau vers l’émissaire. « Et dites-moi, ce gobelin… a-t-il mentionné qui était son seigneur ? - J’ai… surpris un nom durant leur échange, Grand Maître. » Le ton hésitant de l’émissaire interpella ses interlocuteurs. Ils pressentirent qu’ils n’allaient pas aimer ce qu’ils allaient apprendre. « Un nom ? Lequel ? - … Rebom. » Uskul eut l’impression d’être jeté dans une cascade d’eau glacée. « L’Ombre Suprême ? - Il semblerait, hélas… - Cela expliquerait bien des choses, j’en ai peur, intervint le Grand Maître. D’abord, la question des moyens financiers. Et ensuite, l’intérêt pour de tels savoirs. - Mais qu’en fera-t-il au juste ? questionna Uskul. - Rien qui puisse nous plaire, je le crains. En fait, nous pouvons redouter que de nouveaux fléaux s’abattent sur toute la région si jamais Rebom fait main basse sur les livres de feu Mortifer. Déjà, nous aurions peu de chances de nous débarrasser des morts-vivants. Et qui sait si Rebom ne trouvera pas le moyen de les contrôler, ou de les renforcer… - Une sinistre perspective… - En effet, Uskul. Alors faisons circuler l’information que si notre collecte échoue, Rebom mettra la main sur ces noires connaissances, et que tout un chacun en pâtira. Nous devons tenir le délai. A tout prix ! Dites bien que notre offre de reconnaissance envers nos généreux donateurs est plus que jamais d’actualité. Nous honorerons cette dette. - Bien compris, Grand Maître. Nous ferons l’impossible. Je repars dans l’instant. » Et Uskul reprit le chemin de Melrath Zorac, où il claironna à qui voulait l’entendre que l’ombre de Rebom planait à nouveau sur la Terre des Eléments.
  14. Tout se passait bien. Les dons continuaient d’arriver et les divers entretiens que l’investigateur avait pu avoir s’étaient déroulés au mieux. Madame le Maire de Melrath Zorac lui avait prêté une oreille attentive et s’était engagée à organiser des actions auprès de ses administrés pour encourager les dons. Il avait également obtenu l’appui du bourgmestre d’IssCaNak. Et il devait rencontrer prochainement les elfes d’Irliscia. Vraiment, tout se passait bien. Jusqu’à l’arrivée de cette missive de l’Académie. Maître Uskul, Le Grand Maître vous fait mander. Veuillez vous présenter devant lui sans délai. Il compte sur votre habituelle diligence. Il avait été surpris par le côté péremptoire de cette injonction. Et par le fait que le sujet de cet entretien ne soit pas mentionné, aussi. C’était inhabituel et mystérieux. Aussi avait-il tout laissé en plan pour regagner l’Académie au plus vite. Dès qu’il s’était présenté devant l’assistant du Grand Maître, il ne lui avait fallu patienter que quelques minutes pour se voir accorder audience. Cela disait à quel point le sujet était prioritaire. Uskul salua le Grand Maître, qui l’invita à s’asseoir avant d’entrer dans le vif du sujet. « Je viens de recevoir un message de notre émissaire auprès des héritiers de feu Mortifer. Il est arrivé à Fang Dolm et a pu les rencontrer. - Oh ! Très bien. Notre proposition a-t-elle eu l’heur de leur convenir ? - Malheureusement non. Ils ont reçu une meilleure offre. » Uskul en resta sans voix, sidéré. Puis il se reprit. « Meilleure… ? Quelqu’un a renchéri sur cette somme faramineuse ? - Non, tout de même pas… mais cette personne s’est engagée à verser l’intégralité des cinquante millions dans quelques semaines. Pour le tout début de Campana. - Dans cinq semaines, donc… Par les cendres de Karnak ! Qui dispose de tels moyens ? Qui est cette personne ? - De ce que notre émissaire m’a dit, un négociant originaire de Fang Dolm. - Un marchand itinérant ? Et pourquoi s’intéresserait-il à l’héritage de feu Mortifer ? - Cela est un mystère. Ainsi que la provenance de ses ressources. Ce négociant ne dispose clairement pas de tels moyens. Il doit avoir des partenaires d’un tout autre acabit. Il se pourrait même qu’il ait juste été engagé pour mener la transaction. C’est du moins ce que pense notre émissaire… il doit se renseigner davantage et revenir vers moi dès qu’il en saura plus. - Très bien… Mais au fond, peu importe : ce qui compte, c’est le délai qu’il nous impose de fait si nous souhaitons remporter l’enchère. Car si notre offre arrive après la sienne, nous n’avons plus aucune chance, c’est bien cela ? - En effet, Uskul, en effet… C’est bien pour cela que je souhaitais avoir cet entretien avec vous. Il va nous falloir nous hâter. Nous devrons disposer des vingt-cinq millions qui nous manquent pour… le 28 Ciella au plus tard. Nous devrons alors envoyer les fonds pour qu’ils arrivent à Fang Dolm avant que notre rival ne revienne conclure la vente. Où en êtes-vous de la collecte ? » Uskul laissa échapper une grimace crispée. « Je pensais qu’elle se déroulait très bien, mais maintenant… Nous disposons d’environ sept millions en l’espace de deux semaines. Pour une échéance dans cinq semaines, le rythme actuel est insuffisant. - Pouvons-nous espérer d’autres donateurs ? - Certainement, et j’en ai déjà contacté certains. Je vais multiplier mes démarches. Et je me demandais… serait-il possible d’envisager une incitation aux dons ? » Le Grand Maître se renversa confortablement dans son fauteuil et prit le temps d’examiner la suggestion. « Ce serait certainement envisageable, et même souhaitable. Encourageons les bons gestes. Dites à tous que l’Académie remettra un acte de reconnaissance aux plus généreux de nos donateurs. Cet acte sera nominatif et incessible. Leurs détenteurs pourront à tout moment solliciter un service ou une contrepartie plus matérielle en échange de la restitution de l’acte. Bien entendu, étant donné la situation, ladite contrepartie ne pourra en aucun cas être financière. Autrement dit : l’Académie ne versera pas la moindre pièce d’or. Et la contrepartie devra être raisonnable au vu du don réalisé. - Merci, Grand Maître. Je vais faire circuler cette information parmi mes contacts. Espérons que cela nous permettra de tenir ce délai. - Faites tout ce qui est en votre pouvoir, Uskul. Nous ferons de même. Et nous restons en contact. A bientôt. » Et après avoir pris congé, l’investigateur reprit la route de Melrath Zorac où il se mit à claironner les dernières nouvelles. Clôture de la collecte le 28 Ciella au plus tard. Et si elle est couronnée de succès, remise d’un acte officiel de reconnaissance de l’Académie pour les donateurs les plus méritants.
  15. Uskul relisait le message qui venait de lui parvenir de l’Académie. Le Grand Maître l’informait de la suite de la collecte de fonds engagée : comme prévu, les vingt-cinq millions avaient été atteints. L’Académie allait donc envoyer séance tenante un émissaire auprès des héritiers de feu Mortifer pour leur présenter sa proposition : une promesse d’achat sous trois mois, avec la moitié de la somme demandée en acompte. Il lui faudrait un peu de temps pour arriver à destination, car les héritiers de feu Mortifer résidaient à Fang Dolm. La réponse ne viendrait pas immédiatement. Ce qui n’était pas un réel problème. Le seul problème est de savoir si quelqu’un d’autre va se manifester… et s’il serait en mesure de nous devancer. C’était la pensée qui hantait Uskul. Imaginer que la solution au problème des morts-vivants soit là, à portée de main, dans les écrits collectés par feu Mortifer, et qu’un autre les coiffe au poteau au dernier moment… Le mage tenta de chasser ces idées négatives. Il avait de bons motifs d’espérer. De très bons, même. Les habitants de la région avaient écouté attentivement sa requête et y répondaient avec célérité. En moins d’une semaine, il avait déjà réuni cinq millions. Et ce n’est qu’un début. Uskul se disait qu’il pouvait multiplier les démarches auprès de tous les groupements qui possédaient des biens, ou des moyens de lever des fonds. Il avait d’ailleurs audience avec madame le Maire le lendemain. Et il prévoyait de solliciter d’autres contacts. Ainsi, il augmenterait ses chances de trouver de généreux donateurs. Nous pouvons y arriver. Nous le devons.
  16. Bonjour, Suite à une question posée, nous vous informons que les joueurs n'ayant pas fait la première partie de l'animation en cours, ou ne l'ayant pas terminée, peuvent sans problème participer à la seconde. Bon jeu à tous !
  17. Suite de l’animation des 15 ans Pour tous ceux qui attendaient impatiemment la suite de l’animation ‘les morts marchent de nouveau’, une bonne nouvelle : elle est lancée ce jour, samedi 9 septembre 2023. Les textes officiels sont disponibles ici : https://www.terre-des-elements.net/forum/topic/12639-les-morts-marchent-de-nouveau/ Comme annoncé précédemment, cette partie consiste en un défi lancé à toute la communauté : rassembler la somme de vingt-cinq millions en or. Si tous ensemble, vous parvenez à le surmonter, une nouveauté sera mise en place ! Comme d’habitude, vos récits liés à l’animation sont les bienvenus. Vous pouvez les publier dans ce sujet : https://www.terre-des-elements.net/forum/forum/178-tde-f%C3%AAte-ses-15-ans/ Les admins vous remercient de votre fidélité. Bon jeu à tous !
  18. Plusieurs jours après, Uskul était reçu en audience privée par le Grand Maître de l’Académie. Ils échangeaient ensemble sur l’avancement de leur collecte de fonds. Le Grand Maître paraissait plutôt satisfait. « … Outre les efforts consentis par chacun des membres du Haut Conseil pour réallouer une partie de leur budget annuel, de nombreux mages ont réalisé des dons sur leurs deniers personnels. A l’heure actuelle, nous approchons la somme de… vingt millions. » Uskul, qui compulsait les feuilles de compte également, se permit de ne pas partager son optimisme. « Ce ne sera pas assez. » Le Grand Maître posa sa feuille et ses lorgnons sur le bureau, et se cala plus confortablement dans son fauteuil. « Uskul, vous êtes bien conscient du peu de temps dont nous avons disposé. C’est déjà formidable d’avoir pu amasser un tel montant dans ce bref délai. - Bien entendu, Grand Maître, et ne croyez pas que je minimise les efforts accomplis, ou que je n’en sois pas reconnaissant à chacun… Mais le fait demeure : si nous ne pouvons pas disposer de l’intégralité de la somme, nous serons dans l’incapacité de nous porter acquéreurs des biens de feu Mortifer. » Le Grand Maître prit quelques instants de réflexion avant de répondre. « Certes, au final, il nous faudra l’intégralité de la somme demandée… et cela me semble réalisable, avec plus de temps. - Si je puis me permettre, le temps est la ressource qui risque fort de nous faire défaut. Il suffit qu’un seul acquéreur se manifeste avant nous, et nous pourrons dire adieu à cette collection de livres. - En effet, mais considérons la chose de façon plus pragmatique. La somme demandée est tout bonnement pharaonique. Si nous avons du mal à la réunir rapidement, qui donc serait en mesure de nous coiffer au poteau ? » Uskul jaugea l’argument avant de se prononcer. « A part quelques puissants et opulents nobles étrangers, je ne vois pas… - Et parmi cette poignée de personnes, combien pourraient être suffisamment intéressées par les savoirs de feu Mortifer pour engager une telle dépense ? - A peu près aucune, j’imagine… mais je ne saurais l’affirmer. - Moi non plus, Uskul, moi non plus. Cela reste néanmoins une hypothèse robuste, sur laquelle nous pouvons bâtir une stratégie. Dans les prochains jours, les dons devraient atteindre les vingt-cinq millions. Soit la moitié de la somme exigée. Je me propose donc d’envoyer un émissaire auprès des héritiers de feu Mortifer. Il leur fera connaître notre intention de nous porter acquéreurs de ses biens, et pourra engager une promesse de paiement étalée, avec règlement immédiat d’un acompte de cinquante pour cent. Si les héritiers acceptent la proposition, tout risque sera écarté. Et même s’ils la rebutent, je doute que quelqu’un puisse réunir la totalité de la somme plus vite que nous. » Uskul grimaça en songeant que l’avenir allait dépendre de la rapacité des héritiers. « Restera à trouver le solde… pensez-vous que cela soit réalisable ? - Pas par nos seuls moyens, Uskul. L’effort consenti est déjà énorme, aller plus loin reviendrait à mettre en péril les finances de l’Académie pour plusieurs années. Je sors d’un échange plutôt âpre avec le Maître du Trésor. Si j’avais suivi ses recommandations, vous ne disposeriez que de la moitié de la somme actuelle, et encore… mais je lui ai rappelé le vote du Haut Conseil et il s’y est plié. Il n’en demeure pas moins qu’il a raison sur le danger que présente une fuite massive de nos fonds propres. Nous allons donc avoir besoin de partenaires. » Uskul interrogea le Grand Maître du regard, visiblement curieux de savoir à quoi il pensait. Ce dernier l’éclaira sans attendre. « C’est là que je vais à nouveau avoir besoin de vos services, Uskul. Reprenez la route. Faites savoir à tous que l’Académie travaille à résoudre le mystère de la réanimation perpétuelle des morts-vivants. Parlez-leur de notre projet d’acquisition des livres de feu Mortifer. Mentionnez le fait que l’Académie a consenti un investissement considérable pour le bien de tous, mais que cela ne sera pas suffisant. Et demandez-leur de participer à cet effort. » Le mage évalua les chances d’un tel projet. De nombreux individus avaient proposé leur aide pour traquer l’Adepte des maudits. La ville de Melrath Zorac avait soutenu ses recherches. Si ce soutien ne se démentait pas, alors l’affaire était sans doute jouable… « Il en sera fait ainsi, Grand Maître. Pour le bien de l’Académie. - Pour le bien de l’Académie. Et pour le bien de tous, Uskul. » Le mage s’inclina et quitta le bureau. Il avait quelques bagages à préparer en vue d’un départ sans délai. Où irait-il ? Probablement là où il pourrait rencontrer le plus de monde : à Melrath Zorac. Il se dit qu’il pourrait descendre à l’auberge de la Pinte d’Or, là où il avait pris ses quartiers la dernière fois…
  19. Le Haut Conseil était en session, et la discussion battait son plein. Uskul achevait de développer ses arguments en faveur de la requête présentée. « … et pour cela, Vénérables Membres du Conseil, je vous demande de valider le projet d’acquisition du fonds documentaire de feu Messire Mortifer. » Les réticents ne manquaient pas autour de la table, et le Maître des Savoirs était le plus audible d’entre eux. « Uskul, le fonds en question tourne exclusivement autour de la nécromancie. Telle n’est pas notre spécialité. Cette acquisition n’est pas fondée. Et surtout, cela n’a plus vraiment de sens : vous nous avez rapporté vous-même que le responsable de la prolifération des morts-vivants avait été châtié une bonne fois pour toutes. Le risque est écarté. Que le monde extérieur se charge de se réguler lui-même. Observons notre principe de non-ingérence, comme à notre habitude. » Une opinion qui fait naître un concert de murmures approbateurs. Le Maître des Défenses, lui, ne partageait pas ce point de vue et le fit savoir à l’auguste assemblée. « Notre principe de non-ingérence nous a très certainement permis d’éviter moult conflits, mais un fait demeure : nous ne pouvons pas demeurer en dehors du monde extérieur comme s’il n’existait pas. Car tôt ou tard, il se rappelle à notre bon souvenir, que nous le souhaitions ou non. L’Adepte des Maudits n’est pas le premier à s’en prendre à l’Académie, et nul doute qu’il ne sera pas le dernier ! Aujourd’hui encore, nous subissons les conséquences de notre propre politique : nous sommes quasiment en état de siège à cause des hordes de morts-vivants à nos portes. Nous devons desserrer cette étreinte. Maîtres, vous m’avez conféré de larges moyens pour renforcer la sécurité de notre chère Académie, et je vous en sais gré. Mais je vous le dis : la menace morte-vivante perdure, et elle va éroder progressivement nos forces. Nous l’avons simplement tenue à distance… et j’ignore combien de temps nous tiendrons. » Un silence préoccupé suivit cette déclaration. Le Grand Maître en profita pour prendre la parole. « La sécurité toute relative que nous vivons entre nos murs ne doit pas nous faire oublier les réalités extérieures. C’est précisément pour cela que ce Conseil a dû mandater Uskul en toute urgence, il y a quelques mois. Maître Uskul, encore merci pour vos efforts. - Mille grâces, Grand Maître. Vénérables Membres du Conseil, soyez assurés d’une chose : la mission que vous m’avez confiée me tient particulièrement à cœur. Et c’est pour la mener à bien que je vous recommande d’acquérir les biens de ce maître nécromant. » Et Uskul déposa la liste des biens près du Grand Maître. Celui-ci s’en empara et la parcourut, puis finit par demander : « Quel est ce nombre en bas de page ? - Le prix demandé par les héritiers de feu Mortifer. » Le Grand Maître fut pris d’une légère quinte de toux, et fit passer le document. Plusieurs membres du Conseil faillirent s’étrangler en le lisant. « Ah oui, tout de même… Ils ne seraient pas un peu gourmands, ces héritiers ? - D’après le bibliothécaire, qui a procédé à l’examen de la liste, ce prix semble justifié, à la fois par l’ampleur de cette collection d’ouvrages, et par sa qualité. - Une analyse certes rassurante, mais qui ne va pas nous laisser de marge de négociation… » Le Maître des Défenses intervint de nouveau. « Je crois que la question n’est pas tant le prix qu’il nous coûtera de faire ce que nous devons faire… mais celui qu’il nous en coûtera de ne pas le faire. » Nouveau silence. Celui-ci fut lourd. Le Grand Maître s’éclaircit la voix. « Bon, je crois qu’il est temps de passer au vote. Que ceux qui sont en faveur du projet d’acquisition lèvent la main. » Lentement, une par une, les mains se levèrent. Le Grand Maître eut un sourire épanoui. « Unanimité en faveur du projet présenté. Vous m’en voyez ravi. » Se tournant vers le scribe : « Depuis combien de temps cela n’était-il plus arrivé ? - Je l’ignore, Grand Maître. Je ne suis le scribe du Conseil que depuis trente ans… - Ah oui, c’est juste. Veillez à consigner le résultat de ce vote, surtout. » Mettant ainsi fin à l’aparté, le Grand Maître s’adressa au Conseil : « Estimés Membres du Conseil, l’acquisition des biens de feu Mortifer est entérinée. Reste à trouver les fonds nécessaires… Que chacun me fasse parvenir au plus tôt une estimation du budget qu’il peut affecter à cet achat exceptionnel. Et proposez-moi toute idée susceptible de nous procurer des liquidités. Faites passer le mot à tous les mages de l’Académie : tous les apports seront les bienvenus. Il nous faut de l’or. Et vite. » Et la séance fut levée. Chacun aurait fort à faire dans les prochains jours…
  20. Les morts marchent de nouveau – seconde partie Uskul s’affairait dans les rayonnages de la bibliothèque de l’Académie. Inlassablement, il consultait des ouvrages ayant trait aux morts-vivants, à leurs capacités, à la nécromancie… depuis maintenant huit mois. Huit mois d’une vie de rat de bibliothèques, à chercher la moindre information, la moindre piste, et à la suivre pour voir si elle pouvait déboucher sur une réponse à la question qui l’obsédait : Comment les morts-vivants peuvent-ils se relever sans cesse ? Huit mois de labeur acharné pour un maigre résultat. Hélas, la nécromancie n’était pas le sujet favori des mages, et cela se ressentait dans le contenu de la grande bibliothèque. Uskul avait fini par se tourner vers certains de ses confrères mages et leurs collections privées, en espérant y trouver la perle rare : un grimoire traitant des morts-vivants et de la façon de les détruire à tout jamais, par exemple. Mais là également, ses espoirs avaient été déçus. Et ses confrères n’en savaient pas davantage. Après ces mois de recherche, Uskul était probablement devenu le mage le plus calé sur la question des morts-vivants, ce qui en disait long sur l’expertise moyenne des mages en la matière. Alors, encore et toujours, il revenait vers la bibliothèque, formant des vœux pour qu’il y découvre un jour le grimoire providentiel. Pour l’heure, il avait terminé d’examiner une nouvelle fournée d’ouvrages – en vain – et il se décida à les rendre. L’austère bibliothécaire était à son poste et l’accueillit d’une question : « Alors ? Votre recherche a-t-elle été plus fructueuse avec ces livres ? - Non, malheureusement, et je crains de ne jamais – Uskul s’était interrompu. Son regard venait de tomber sur un morceau de parchemin posé sur le bureau du bibliothécaire. … suite au décès du Grand Mortifer, Maître Nécromant, nous portons à votre connaissance la mise en vente de… Uskul posa machinalement les ouvrages sur le bureau, relut l’annonce et se tourna vers le bibliothécaire. « Ce message… est-il récent ? - Hmm ? Oh, oui, arrivé ce jour. Je ne l’ai pas encore traité. Il faudra que je liste les biens en vente et que je voie si… Hé ! On ne court pas dans la bibliothèque ! » Mais il parlait dans le vide : Uskul était déjà loin. Il venait d’avoir une illumination, et il n’avait pas de temps à perdre. Car s’il voulait profiter de l’opportunité, il allait devoir obtenir en urgence une audience auprès du Haut Conseil.
  21. Bonjour, Mise à jour Changements de dénomination sur les manches/poignées et leurs recettes: Outils artisanaux: manche court / manche solide deviennent poignée simple / manche simple Outils d'artisan chevronné: poignée courte / poignée solide deviennent poignée solide / manche solide Outils diamantins: poignée fine / manche robuste deviennent poignée renforcée / manche renforcé Les poignées sont destinées aux outils de tanneur et d'herboriste (couteaux et serpes), les manches à ceux de mineur et de bûcheron (pioches et haches). En espérant que cela sera plus clair comme cela. Bon jeu à tous et bonne vacance pour ceux qui y sont encore. La Horde des Admins
  22. Pour vous, fidèles de TDE, voici quelques nouvelles qui pourront vous intéresser. Tout d'abord, la suite de l'animation 'les morts marchent de nouveau' est toujours d'actualité, elle était prête à sortir dès la fin de la première phase. Initialement, nous l'avons légèrement décalée pour faire place à l'animation de Nowel, puis nous avons eu une idée d'extension de cette animation, à sortir aussitôt après ce qui était initialement prévu. Cela a donc induit un report, et suite à un manque global de disponibilité de notre part, nous avons progressivement laissé cette sortie se décaler de plusieurs mois. Nous n'avons pas spécialement communiqué sur le sujet, et nous sommes désolés si nous vous avons donné l'impression d'avoir abandonné le projet: tel n'est pas le cas. La bonne nouvelle est que nos travaux sont quasiment bouclés, nous prévoyons donc la phase 2 de l'animation pour la rentrée. Rendez-vous le samedi 2 septembre. Par ailleurs, nous travaillons sur du nouveau contenu pour les joueurs de haut niveau. Il reste encore pas mal de travail sur ce chantier, mais nous pensons pour l'heure le finaliser vers septembre-octobre. Davantage de nouvelles à venir dès la rentrée. Restez à l'écoute! La Horde des Admins
  23. Bonjour Petite annonce rapide. Le joueur Baracil se voit octroyer 2 semaines de prison à compter d'aujourd'hui et ce, jusqu'au lundi 17 juillet 2023 inclus, pour Chainkill sur les joueurs Gregeon et Hephaistos. Texte reprit sur le forum dans "Annonces officielles" en date du 21 septembre 2021 : La joueuse Melii se voit mute du discord pour une durée indéterminée pour cause d'agressivité envers les admins. Par cette annonce https://www.terre-des-elements.net/forum/topic/157-annonces-officielles-des-administrateurs/?do=findComment&comment=110260, Keril a clairement déclaré que le débat concernant le tournoi et l'absence de distinctions était clos, et que chacun était prié d'éviter toute remarque à ce sujet. Melii ayant contrevenu à cette règle, et ayant déjà été sanctionnée pour cela, elle se voit cette fois attribuer un mute permanent sur le Discord du jeu. Bon jeu à tous La Horde des Admins.
  24. Gagnant : Gregeon Radegonde Firehunt General THK Schindler Miata Ullr Yaninho Manrek Shiver ------------------- Miata Radegonde Firehunt Schindler General Thk Gagnant : Gregeon Yaninho Shiver Ullr Manrek ------------------- Gagnant : Shiver Miata Ullr Firehunt Baracil Yaninho Gregeon Radegonde Schindler General THK -------------------- Gagnant : Radegonde Gregeon Ullr General THK Yaninho Baracil Firehunt Kiwae -------------------- Gagnant : Gregeon Firehunt Ullr Yaninho Miata General THK Radegonde Baracil Shiver Schindler
  25. Bonjour à tous et toutes, Les fêtes sont passées, et le lutin et l'Esprit de Nowel ont rejoint leurs pénates ! Ramenant avec eux, les derniers cadeaux et objets perdus lors de leurs visites. J'espère que cette petite animation rapide vous aura plu en attendant la seconde phase de l'animation des 15 ans. Aussi, des distinctions pour cette courte animation ont été créées. 3 étaient facilement obtenable si l'on trouvait les 9 événements à faire. 77 participants au total on obtenu cette distinction : Nowel de l'an 115 : Participation Vous avez participé à l’événement du Nowel de l'an 115. Vous avez ramasser au moins un objet laissé par les lutins du Père Nowel 66 participants au total on obtenu cette distinction : Nowel de l'an 115 : Esprit de Nowel Vous avez réussi à aider jusqu'au bout l'Esprit de Nowel envoyé par les lutins. Il vous en aura fait voir le bougre. 47 participants au total on obtenu cette distinction : Nowel de l'an 115 : Trouve-tout Vous avez réussi à trouver tous les cadeaux laissé par les lutins au travers de Melrath Zorac. C'était une bonne séance de marche. ------------- En espérant que les fêtes ce soient bien passées chez vous. Nos meilleurs vœux de la part de toute l'équipe Matagot
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.