Jump to content
Terre des Éléments
Sign in to follow this  
Selene

Noire Soeur

Recommended Posts

Le démon qui veillait à l’entrée de la caverne aux araignées, bien dissimulé dans l’ombre, reconnut l’humaine comme étant une invitée permanente de sa maîtresse et prit la peine de la saluer. Si jamais elle venait à se plaindre d’un manque de respect de la part du démon auprès de son invocatrice, il pourrait fort bien connaître des moments désagréables. Les drows s’y entendaient en supplices interminables et le démon n’avait aucune envie d’y goûter. De plus, le caractère de sa maîtresse l’incitait à la prudence… Après ce salut, il lui dévoila l’entrée de la demeure de Hycate. Cette dernière avait opté pour une caverne spacieuse dont l’entrée était fort réduite, une simple ouverture dans une paroi de la grotte aux araignées. Afin qu’elle ne soit pas découverte sans peine par d’éventuels intrus, Hycate l’avait masquée par un sortilège d’illusion, qui donnait l’impression que le mur de la caverne n’offrait aucune faille. Le démon dissipa le sort juste le temps pour Selene d’entrer dans la nouvelle cachette.

 

Même si le terme de cachette semblait vraiment inapproprié pour ce lieu.

 

Plusieurs salles naturelles dans la pierre étaient reliées par de courts tunnels, et on y avait déjà disposé des meubles divers, des tapis, des tentures… même certaines des stalactites et stalagmites portaient des ornements, ou étaient sculptées, ou encore luisaient de couleurs évanescentes et surnaturelles : la drow y avait apposé des feux féériques, un sort peu connu par ici mais très répandu parmi ses semblables.

 

L’ensemble était plutôt animé et loin d’être aussi désert que Selene l’aurait supposé.

 

Cinq ou six humains allaient et venaient, tout à leurs divers travaux d’aménagement. Deux entités démoniaques les surveillaient d’un air peu amène. Une troisième fit son entrée peu de temps après, portant un humain inconscient sur son épaule. Passant à côté d’une Selene immobile sans lui prêter attention, il porta son fardeau jusqu’à une pièce attenante où des cages avaient été installées. Le démon posa l’homme sur le sol de l’une d’entre elles, sans ménagement, et referma la grille en sortant de cette geôle. Les autres humains présents échangèrent quelques regards aussi consternés qu’inquiets et se remirent à l’ouvrage avec empressement.

 

Une femme passa avec un plateau de victuailles et Selene lui emboîta le pas, pensant trouver sa comparse là où se rendait l’humaine. Elle fut désappointée de voir que la salle en question était vide. La femme se contenta de déposer son plateau et quitta les lieux sans demander son reste. Un filet de voix attira néanmoins l’attention de la Terrane : une autre ouverture conduisait à une nouvelle caverne, et la voix lui était familière. Elle la franchit sans attendre et se trouva dans un lieu sombre, peuplé de nombreuses araignées de toutes tailles.

 

Hycate était bien là, en pleine incantation inintelligible pour l’humaine.

 

Spoiler

 

drow_m10.jpg

 

 

 

 

Elle devait user de la langue drow, dont les sonorités étaient désormais familières à Selene, mais dont la compréhension lui échappait encore largement. Devant Hycate se dressait un autel de pierre orné de runes et de motifs typiquement drows, et surprise : un homme y reposait, inconscient. Hycate sembla mener ce qui ressemblait à un office religieux. Elle approcha alors de l’autel et se saisit d’une dague ouvragée, qu’elle plongea dans la poitrine de l’homme alors que ses chants atteignaient leur paroxysme. Les araignées qui se tenaient jusqu’alors immobiles connurent un instant de flottement puis déferlèrent sur le corps sans vie, manifestement pour en faire leur repas.

 

Hycate, un sourire satisfait sur le visage, prit alors conscience qu’elle avait une visiteuse.

 

« Selene ! Quelle bonne surprise. Tu es venue voir notre nouveau repaire ? »

 

D’un geste ample, elle désignait ce qui les entourait.

 

« Tu arrives à point nommé. Je viens de terminer une série d’offrandes à Lloth, qui m’a fait la grâce de les accepter. Voilà qui est de bon augure : la Reine Araignée me semble à nouveau favorable, en dépit des errances hérétiques de… l’autre. »

 

Le temps avait passé, mais Hycate avait toujours du mal à parler de son alter ego disparu.

 

« Du coup, je pense pouvoir bénéficier de son appui, ce qui facilitera mes projets. »

 

Tout en conversant, elle était revenue dans la salle attenante et, tout en se servant dans le plat de victuailles, elle s’affala nonchalamment dans un profond canapé. Elle fit signe à Selene d’en faire de même. Et lorsque celle-ci l’interrogea au sujet des esclaves humains, Hycate eut un petit rire sec, méprisant.

 

« Des femmes de notre qualité ne devraient jamais avoir à se soucier de mesquines questions d’intendance. Là d’où je viens, mes semblables ont pour coutume de prendre des serviteurs parmi les races inférieures qui les entourent. Puisqu’ils ne valent rien comme combattants ou comme magiciens, qu’ils se rendent au moins utiles en nous servant ! Et quant à ceux pour lesquels c’est encore trop demander… »

 

Hycate eut un geste explicite vers la salle voisine où se tenait l’autel ensanglanté. Un sourire torve l’accompagna.

 

« … leur vie peut encore nous être de quelque utilité. »

 

Elle remplit un gobelet d’un vin capiteux et le tendit à sa comparse.

 

« Alors ? Que dis-tu de notre nouvelle demeure? »

 

Edited by Suyvel
Ajout d'une illustration

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'emboîte le pas à une esclave qui dépose finalement les victuailles, trop heureuse de ne trouver personne dans la pièce et repas au pas de course à d'autres tâches, sous la surveillance étroite des gardiens. Un stress permanent pour ces humains. Je fronçais les sourcils, toujours pas de signe de ma comparse. Qu'est-ce qu'elle mijotait donc ici?

Un chuchotement étouffé parvint à mes oreilles au bout de quelques secondes de silence. Je compris qu'une pièce voisine se trouvait de l'autre côté de ce genre de salon, et je me dirigeais donc par là, débouchant sur une petite grotte sombre. 

Je m’apprêtais à franchir le seuil quand je fus stoppée dans mon élan par la vision grouillante d'une multitude d'arachnides en folie, tendues dans leurs toiles, prêtes à bondir. Je découvrir ainsi Hycate en pleine incantation dans une langue aux sonorités drow, que je ne pouvais cependant pas comprendre.

 

Je regardais tout cela, à moitié fascinée mais aussi à moitié horrifiée, alors qu'un homme inconscient reposait sur l'autel luxueux et sertis de signes étranges. L'elfe noire s'empara d'une dague et d'un geste vif poignarda l'homme d'un coup dans la poitrine. Ma bouche s'ouvrit sous le coup de la surprise, alors que les bestioles grouillantes se précipitèrent soudain  sur la carcasse pour s'en repaître. 

La Drow m'aperçut alors et me salua joyeusement, tout en entreprenant de m'expliquer vaguement ses intentions. 

 

- Salut Hycate! Oui, je vois que tout est bien installé ici, c'est immense... Des offrandes à Lloth? Ah oui je vois, mais des offrandes humaines aussi? C'est qui ces personnes, des criminels, des harmoniques ou ennemis de ta déesse?

 

Ça me paraissait inconcevable qu'elle prenne des gens au hasard pour des sacrifices, autant choisir des ennemis que l'on tuerais de toute façon, bien que le concept de sacrifice humain même me répugnait. A quoi bon sacrifier une vie pour s'attirer les faveurs d'un dieu qui n'intervenait finalement jamais directement dans le monde des humains. 

Je croyais en Fimine oui, et en Niue bien sûr, mais je les voyais comme des sortes d'esprits, des guides spirituels représentants un mode de vie et de pensée, un chemin karmique. Aussi je ne comprend pas très bien quand Hycate évoque la possibilité de son appuis pour de nouveaux projets.

 

- De quels projets parles-tu? Je pourrais sans doute t'aider, moi aussi, non?

 

Non pas que j'étais jalouse, mais elle pouvait quand même me tenir au courant non? Nous avons tous fait ensemble depuis si longtemps...Enfin presque, parce que c'est vrai qu'elle a parfois omis de me mettre au courant de certains de ses plans. 

 

- Et les esclaves, c'est qui? On en a vraiment besoin tu crois?

 

Nous allons tout en devisant dans la pièce voisine, j'imite la Drow et m'asseois dans un des canapé et grignote quelques  aliments. Puis, quand elle m'expliqua les coutumes de son peuple, je fis un légère grimace pour montrer ma désapprobation. 

Elle me tend un verre de vin que je prend dans les mains, en même temps que l'indignation gronde en moi. 

 

- Mais... attends! Tu ne crois pas que ça va attirer l'attention de la population alentours?  Il finiront par ne plus nous faire confiance, voire pire, alerter les adeptes de Quen sur nos agissements! Et puis de quel droit on prend la vie de tous ces gens. Il ne nous ont rien fait! Moi je veux bien combattre des ennemis, des gardes, des mages ou des combattants, mais pas la simple population innocente!

 

Je goûtais le breuvage au parfum enivrant en secouant la tête. 

 

- Non, là, je t'avoue, je ne nous reconnais plus trop dans tout ça! C'est pas le lieu, mais les esclaves, les sacrifices, ça devient dément là!


 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La fin du rituel religieux avait fait naître des questions chez Selene.

 

« Salut Hycate! Oui, je vois que tout est bien installé ici, c'est immense... Des offrandes à Lloth? Ah oui je vois, mais des offrandes humaines aussi? C'est qui ces personnes, des criminels, des harmoniques ou ennemis de ta déesse? »

 

La drow sourit à la mention des offrandes humaines.

 

« Au-delà de l’offrande de l’énergie vitale du sujet, ce qui compte dans les sacrifices à Lloth, c’est l’âme qui lui est consacrée. Les animaux en étant dépourvus, il faut bien trouver des sujets adaptés au rituel. Humains, nains, elfes... font de bons sacrifices. Les elfes sylvains, en particulier, satisfont les appétits de la Reine Araignée, puisque ce sont nos ennemis héréditaires. Lorsque je voudrai faire de meilleurs sacrifices, je m’arrangerai pour en capturer un ou deux... Pour l’heure, je me borne à faire enlever quelques habitants de la région. Et ceux qui ne peuvent ou ne veulent me servir finissent sur l’autel. Hum... des criminels, tu disais ? »

 

Hycate parut soupeser l’idée un moment.

 

« Ils ne feraient pas de meilleurs sacrifices que d’autres... mais peut-être que je pourrais en enrôler certains afin de leur confier certaines tâches subalternes. Lorsque j’aurai amassé assez d’or, pourquoi pas... »

 

Selene la tira de ces considérations.

 

« De quels projets parles-tu? Je pourrais sans doute t'aider, moi aussi, non? »

 

La drow en revint à la raison de son invitation. Elle sourit, car Selene la connaissait bien.

 

« Oui, bien sûr. C’est pour cela que je t’ai invité aujourd’hui, mais tu t’en doutes. »

 

Selene porta son attention sur un serviteur qui passait à côté et émit un nouvelle remarque.

 

« Et les esclaves, c'est qui? On en a vraiment besoin tu crois? »

 

Hycate eut un regard surpris pour sa comparse. Lorsqu’elle lui expliqua les coutumes de son peuple, elle vit que l’humaine s’agitait sur son siège.

 

« Mais... attends! Tu ne crois pas que ça va attirer l'attention de la population alentour? Il finiront par ne plus nous faire confiance, voire pire, alerter les adeptes de Quen sur nos agissements! Et puis de quel droit on prend la vie de tous ces gens. Il ne nous ont rien fait! Moi je veux bien combattre des ennemis, des gardes, des mages ou des combattants, mais pas la simple population innocente! »

 

Hycate prit un air peiné.

 

« Tu me crois incapable d’être discrète ou quoi ? Mes démons enlèvent des personnes isolées, sans laisser de témoin. Aucune chance que quelqu’un nous attribue ces enlèvements, la plupart des gens parlent simplement de disparitions inexpliquées. Quant aux adeptes de Quen, même s’ils nous soupçonnaient, il faudrait déjà qu’ils nous trouvent ! J’ai soigneusement dissimulé ce repaire par la magie, comme tu l’as vu. Et même s’ils parvenaient jusqu’ici, ils devraient encore faire face à quelques défenses magiques que j’ai préparées... et à mon service d’ordre. »

 

D’un geste, elle désignait négligemment Kurg, qui rôdait non loin d’elles, et ses semblables.

 

« De quel droit prend-on leur vie ? (La drow eut l’air sincèrement éberlué) Mais du droit du plus fort, bien sûr ! Et ils ne représentent rien à nos yeux... juste la populace locale sur laquelle nous sommes appelées à régner tôt ou tard, lorsque notre quête de puissance nous emmènera vers les plus hauts sommets ! Nous aurons tous les droits sur eux, y compris de vie et de mort... Autant qu’ils s’y habituent tout de suite. Les faibles servent les puissants, c’est dans l’ordre naturel des choses. Toutes les sociétés que je connais fonctionnent sur ce principe, les humains ne font pas exception... Qu’est-ce qui te chagrine là-dedans ? »

 

Selene secouait la tête pour marquer sa désapprobation.

 

« Non, là, je t'avoue, je ne nous reconnais plus trop dans tout ça! C'est pas le lieu, mais les esclaves, les sacrifices, ça devient dément là! »

 

Hycate eut un fin sourire.

 

« Considères-tu que le pouvoir est démence ? »

 

Elle la laissa examiner la question et ses implications. Depuis un moment déjà, elles s’étaient lancées toutes deux dans une course à la puissance personnelle, elles n’avaient aucune divergence de vue à ce sujet et Hycate le savait. Là où Selene semblait en désaccord, c’était sur les retombées de ce pouvoir acquis. Hycate, elle, savait parfaitement quoi en faire : la société où elle avait grandi était pétrie de pouvoir, et les puissants faisaient tout ce qui leur chantait.

 

« Si oui, le fait que notre environnement devienne dément voudrait dire que nous sommes sur la bonne voie. »

 

Elle eut un clin d’œil complice.

 

« Revenons-en à mes projets, si tu veux bien. »

 

La drow était un peu déçue du manque apparent d’appétence de la Terrane pour les fastes du pouvoir, mais cela ne changeait en rien ses plans.

 

« Je me suis renseignée sur un ancien Académicien qui se livrait autrefois à certaines recherches peu orthodoxes. Tu sais que les Sages interdisent certaines pratiques comme la sorcellerie, et qu’ils restreignent certaines spécialités comme la nécromancie. Ils la tolèrent, tant qu’ils estiment que cela ne met pas en danger leurs précieux savoirs et leur sécurité. Le mage dont je te parle était féru de rituels antiques comme de nécromancie et s’était livré à différentes expériences –

- Jusqu’à ce que l’une d’elles tourne mal ?

- Jusque à ce que l’une d’elle fonctionne trop bien, en fait. Le mage a apparemment levé une horde de puissants morts-vivants qui ont échappé à son contrôle et failli l’écharper. Le genre d’incident que les Académiciens ne tolèrent pas, évidemment. Le mage en question s’est enfui en catastrophe avant que ses pairs ne lui demandent des comptes, et on ne l’a plus revu dans la région. Les morts-vivants ont été contenus dans le laboratoire du mage et un prêtre de Fimine a été sollicité de toute urgence pour sceller ladite pièce, vu qu’elle se trouve en sous-sol. Et c’est là que ça devient intéressant... »

 

Hycate fourragea dans une pile de grimoires et parchemins disparates et s’empara d’un document qu’elle tendit à Selene.

 

« Voici le rapport du prêtre. Il dit qu’il a eu recours à des Enfants de Fimine pour reboucher définitivement le tunnel qui menait à la pièce souterraine. Le tunnel, uniquement. Pas le laboratoire. Ce qui signifie que les travaux du mage doivent toujours s’y trouver. Tu me suis ? »

 

La drow se remit à farfouiller dans la pile pour en extraire un plan de l’Académie.

 

« Et j’ai pu localiser l’endroit où se situe cette crypte. Je vois donc deux façons de procéder. Première solution : nous ouvrons un nouveau passage depuis la salle située au-dessus du laboratoire, à travers les dalles et la terre... de gros travaux en perspective. Et je doute que les Sages voient cela d’un bon œil. En plus, il n’est pas dit que nous tombions exactement au bon endroit du premier coup. Ca pourrait nous prendre un certain temps... D’où la seconde solution : une adepte de Fimine que je connais en appelle aux esprits de sa Déesse pour obtenir d’eux qu’ils lui indiquent le lieu exact et qu’ils lui rouvrent le passage. Et alors nous pourrions faire main basse sur tout ce que le mage a dû abandonner dans sa fuite : anciens grimoires, reliques magiques... Qu’en dis-tu ? »

 

Hycate sourit, comptant sur l’attrait que représentait un ancien laboratoire de magie rempli de savoirs antiques pour une assoiffée de connaissances comme Selene...

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'écoutais Hycate me répondre après l'avoir assommée de questions. Il faut dire que la vision de toutes ces étrangetés avaient soulevé nombre de dilemmes qui s'imposaient d'un coup à mon esprit. 

Elle me parle des humains, de l'offrande de l'énergie vitale, de l'âme de la personne, ajoutant que personne ne fait de meilleurs sacrifices que d'autres, sauf pour les elfes sylvains. Après d'autres questions, elle s'indigne de ce que je puisse les poser, arguant qu'elle sait prendre ses précautions pour ne pas se faire repérer. De plus, le repaire est introuvable. Je suis bien obligée d'admettre qu'elle a raison.

 

Mais elle rajoute qu'on peut faire tout ça du droit du plus fort. On peut faire ce qu'on veut, sans foi ni loi. Oui, c'est d'ailleurs l'avis de certains de mes compagnons de l'Au-Delà, mais pas vraiment mon avis personnel. Torturer et tuer des simples civils n'est pas ma tasse de thé. Elle n'a pas l'air de comprendre de ce qui me chagrine, et je suis moi-même dans l'incapacité de le lui expliquer clairement. Je secoue la tête négativement pour toute réponse. 

 

- Je ne sais pas, mais tous ces gens, jusque -là, on les as aidés. C'est ce qui fait notre renommée et notre puissance. Ça me donne l'impression de les trahir là...

 

Elle me parle alors du lien entre démence et pouvoir, me laissant réfléchir quelques instants.

 

- Je crois que le pouvoir peut le devenir, si on le laisse prendre le pas sur la raison. Si nous utilisons le pouvoir à bon escient, dans le but que l'on se fixe et sans trop de dérive, cela peut-être bon. 

 

La drow enchaîne alors avec une petite pirouette rhétorique qui ne m'atteint pas vraiment.

Elle revient sur le sujet d'origine, ses plans, sans que je ne cherche finalement pas à rétorquer encore.

Je l'écoute une fois de plus parler d'un Académicien de génie, en quête de savoirs interdits, qui a finalement réussi à lever  une armée de morts-vivants.  C'est un prêtre de Fimine qui aurait aidé à les enfermé dans le laboratoire du "sage" avec tous ses travaux. 

 

- ...Ce qui signifie que les travaux du mage doivent toujours s’y trouver. Tu me suis? 

 

Je hoche la tête. Elle commence de nouveau à éveiller mon intérêt, malgré toutes nos divergences. 

 

- Et alors nous pourrions faire main basse sur tout ce que le mage a dû abandonner dans sa fuite : anciens grimoires, reliques magiques... Qu’en dis-tu ?

 

- Je vois, oui! 

 

Je retrouvais un peu d'entrain.

 

- Bonne idée! Je pourrais faire ça, oui, appeler des élémentaux de Terre et demander leur aide. Cela me permettrait de rendre hommage à Fimine, voilà un bon moyen de les convaincre.

 

Et c'était vrai, j'envisageais sérieusement de rendre hommage à ma déesse avec les nouveaux pouvoirs que nous pourrions tirer des grimoires contenus dans cette crypte. 

 

***********************************

 

Deux jours plus tard, nous étions à l'Académie, dans les dédales des couloirs tortueux, au niveau de la salle des novices, là où Hycate avait identifiée comme étant le laboratoire souterrain. Je n'avais encore jamais contacté des esprits de la Déesse mais j'avais la formule, et je savais que j'en avais la puissance. 

Après une longue série d'incantations, m’époumonant sans relâche sous le regard avide de ma comparse, je vis apparaître un Gardien de la Terre, tout de boue et de pierre formé. 

 

"Quelle est ta requête?", demanda-t-il simplement.

 

- Je désire accéder au laboratoire enfoui de l'académicien dissident, ce lieu que certains des tiens ont définitivement clôture, sous l'impulsion d'un mage de Fimine, notre grand Déesse. Je désire lui rendre hommage grâce aux travaux de cet homme. Je ne souhaite que glorifier notre Déesse Mère.

 

L'élémental eu un regard suspicieux envers la Drow, restée non loin de nous.

 

"Et elle, elle n'est pas des nôtres?"

 

Je mentis sans hésiter, il me fallait convaincre l'Enfant de Fimine.

 

-Elle est une de mes disciples, elle a choisi la mauvaise voie par le passée mais elle désire se racheter et vénérer Fimine. 

 

Nul doute que la Drow n'appréciera pas, non pas pour le mensonge, mais pour la place de subalterne à laquelle je la réduit. 

Le gardien de la terre hocha la tête après quelques secondes de silence et un bruit de grondement retentit dans les tunnels. Bientôt d'autres comme lui furent là. Le sol trembla, de plus en plus fort, et un trou béant commença à se creuser à une dizaine de mètres à côté de nous. 

 

"Voilà!" fit simplement l'esprit de Fimine quand les tremblements se furent calmés, "dans une heure le passage se refermera de nouveau. Bonne chance!"

Puis il disparurent tous comme ils étaient arrivés. 

 

 

 

 

Edited by Selene

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hycate observait l’appel aux Esprits de la Terre avec le plus vif intérêt. Elle-même était une invocatrice compétente mais, à cause des allégeances passées de son alter ego, elle ne pouvait guère espérer invoquer autre chose que des esprits de l’Air, qui ne lui seraient d’aucune utilité dans la situation présente. Maintenant que Suyvel n’était plus qu’un fâcheux souvenir, et qu’elle avait mis fin à tout lien avec le Culte d’Eolia pour se tourner vers Lloth, elle pouvait peut-être escompter quelque résultat sur tout type d’élémental. Mais elle en doutait.

 

Eolia ne m’aura pas pardonné d’avoir écarté Suyvel, qui était une de ses fidèles. Et les autres Seigneurs élémentaux ne verront pas d’un bon œil une requête d’une prêtresse de la Reine Araignée.

 

Aussi avait-elle préférer s’abstenir, du moins tant que le besoin ne s’en faisait pas davantage sentir, et se tourner vers les convocations démoniaques. Pour le reste, par chance, Selene était là. En revanche, elle était manifestement novice en la matière et ses incantations se prolongeaient sans recevoir de réponse. Elle n’avait pourtant pas l’air de mal s’y prendre, Hycate en était convaincue, mais elle manquait d’expérience et de maîtrise. Cette attente s’étira sur des heures et la drow finit par s’en agacer. Elle eut toutefois la sagesse de ne pas houspiller sa comparse – un geste qui l’aurait distraite de son invocation et qui l’aurait probablement condamnée à tout recommencer depuis le début, ce que Hycate n’aurait pas supporté.

 

Lorsque l’élémental parut, ce fut donc comme une délivrance pour la drow.

 

Elle faillit bondir en avant pour prendre la discussion en main et activer les choses, mais se rappela qu’elle risquait surtout de tout faire échouer. Aussi se contint-elle, quitte à se mordre les lèvres.

 

Selene dispose de toute la faveur de Fimine. Elle va y arriver bien mieux que moi.

 

Et de fait, les négociations furent agréablement brèves. Le gnome de pierre qui s’était manifesté se borna à prendre connaissance des désirs de son invocatrice, et ne sembla nullement vouloir s’ y opposer. Toutefois, la présence de Hycate constituait un obstacle que l’entité surnaturelle ne manqua pas de souligner d’une question. La drow serra les dents.

 

J’aurais dû prendre mes distances. M’éloigner durant le rituel. Ma curiosité pourrait bien nous coûter cher.

 

Mais Selene fit preuve de sang-froid et déclara :

« Elle est une de mes disciples, elle a choisi la mauvaise voie par le passé mais elle désire se racheter et vénérer Fimine. »

 

Hycate eut un léger sursaut.

 

Une disciple ? Vénérer Fimine... ? Et puis quoi encore ?! C’est du délire et elle le sait.

 

Elle eut alors l’intuition de ce que sa comparse tentait d’accomplir.

 

Elle le sait, mais le gnome non. Et il n’a aucun moyen de le vérifier.

 

De fait, l’esprit parut se contenter de cette assertion et fit appel à plusieurs de ses frères pour commencer à dégager un passage dans le sol. Les secousses qui en résultèrent ébranlèrent le sol alentour, menaçant de jeter à terre les deux femmes, mais ce ne fut que passager et aucun dégât apparent n’en résulta. Le tunnel, en revanche, béait de nouveau vers les profondeurs. Les esprits se retirèrent en avertissant Selene qu’elle n’avait qu’une heure devant elle avant que le passage ne se referme.

 

C’est assez court, mais ça devrait être suffisant.

 

Hycate faillit s’engouffrer dans le boyau obscur avant de se rendre compte que Selene risquait de rencontrer quelques soucis dans ces conditions. La drow comptait sur son infravision naturelle pour percer les ténèbres. Selene n’en était pas dotée. Elle était en train de sortir une lanterne de son sac et de l’allumer. Hycate s’en serait bien passée mais elle aurait dû faire une croix sur l’assistance de sa comparse, aussi la laissa-t-elle inonder le tunnel de la lumière tremblotante de la flamme. Quarante marches plus bas, le passage était barré par une porte, qu’elle ouvrirent tant bien que mal à cause des gonds encroûtés de terre. Et derrière s’ouvrait une crypte en mauvais état : le laboratoire du magicien, à n’en pas douter. L’autre bonne nouvelle était que le lieu était totalement désert.

 

Aucun danger. C’est parfait !

 

Hycate se précipita en avant, avide de faire main basse sur les trésors que l’endroit ne pouvait manquer de receler.

 

Elle se mit à trier tout ce qu’elle trouvait sur les tables et les étagères du lieu : fioles, cornues, objets magiques, livres... rien n’échappa à son œil critique. Elle ouvrait chaque grimoire, chaque rouleau de parchemin qu’elle dénichait et le parcourait rapidement pour jauger la valeur de sa trouvaille. Elle n’avait pas l’intention de tout emporter : seuls les savoirs antiques et rares retiendraient son attention.

 

Et soudain, en déroulant un parchemin, elle ouvrit de grands yeux.

 

Le gros lot ! Encore mieux que ce que j’espérais !

 

Se souvenant  brusquement de la présence de Selene, elle coula un regard en douce derrière elle. La Terrane était toujours là, non loin d’elle, mais elle lui tournait presque le dos et n’avait rien remarqué, trop occupée à farfouiller dans le bric-à-brac du lieu. Hycate fit discrètement disparaître le parchemin dans sa manche.

 

Celui-là est pour moi. Inutile qu’elle le sache ; ça évitera des fâcheries.

 

Puis elle poursuivit ses recherches, ravie de ce premier résultat.

 

Ce fut alors qu’elle l’entendit.

 

C’était comme une lamentation, et Hycate crut un instant que l’humaine se plaignait de cette tâche, ou d’un manque de résultats dans cette fouille. Mais la seconde fois, Selene également leva la tête et interrogea sa complice du regard.

 

C’était quoi, ça ?

 

Pour la troisième fois, la plainte se fit entendre dans la pièce.

 

C’était plus fort. Plus net. Oh non... ça veut dire que ça se rapproche ?

 

Soudain alarmée, Hycate murmura quelques formules de protection basiques. Elle ne savait pas à quoi elle avait affaire, elle ne savait même pas si elle était menacée, ou comment – mais elle pressentait un danger et ne voulait pas être prise totalement au dépourvu.

 

Une silhouette apparut à l’entrée de la salle.

 

Ou du moins juste à côté, traversant le mur pour apparaître aux yeux des deux femmes. C’était une silhouette indistincte, une ample cape marron et déchirée, dotée d’un capuchon rabattu sur le front. Le vêtement flottait à un demi-mètre au-dessus du sol et aucun pied, aucune jambe n’était visible. Lorsque la créature releva la tête, elle n’offrit nul visage à contempler – rien que des os. Le sang de Hycate se glaça.

 

Un spectre ! Probablement une des créatures appelées par l’ancien propriétaire des lieux...

 

Le fantosh leva deux mains décharnées devant lui et attaqua en émettant une nouvelle lamentation lugubre.

 

« Attention, évite tout contact ! »

 

Hycate suspectait dans l’attitude du mort-vivant une intention de se saisir de l’une d’elles. Elle en ignorait la raison et préférait rester dans l’ignorance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Drow parait comprendre mes intentions quand j'explique faussement à l'élémental la présence de cette dernière. Elle n'aime guère mon explication, je la sens fulminer à côté de moi, mais elle a au moins le tact de ne pas protester pour ne pas griller mon argument. 

Lorsque nous nous retrouvons enfin seules, prêtes à  explorer les lieux, je sors une lampe de mon sac et nous descendons dans le boyau des tunnels. Cinq bonnes minutes plus tard, nous voilà entrées, et tout semble désert. 

 

Tout comme la Drow, je commençais à regarder, cherchant ce qui pourrait nous être utile. Il valait mieux chercher chacune de notre côté, car nous avions peu de temps. Je regardais avec attention les lieux, les tables, les meubles. Il y avait là des fioles avec des liquides douteux, poisons ou potions, je ne saurais le dire juste en les regardant, mais je n'avais pas le temps non plus de tous les étudier. Je me concentrais donc plutôt sur les écrits, parchemins, et livres qui se trouvaient ici. 

Quand soudain un bruit étrange se fit entendre, mais c'est quand il retentit plusieurs fois que nous commençons vraiment à nous inquiéter.

 

J'entends la Drow incanter quelques formules de protection et je fais de même, et immobiles et silencieuses, nous attendons.

La créature se manifeste en débouchant de nulle part, d'un mur. Elle semble translucide et impalpable, un genre de spectre. 

 

- La horde de morts- vivants du mage....

 

Alors que l'intrus lève les bras en déboulant vers nous, Hycate me fait comprendre qu'il ne faut pas le toucher et elle esquive en vitesse. Je suis pour le coup un peu mois rapide et ma jambe pars sur le côté une fraction de seconde avant que le spectre n'ait posé sa main dessus. 

 

- Tu sais comment t'en débarrasser, de ces trucs ?! 

 

Je tente un faisceau lumineux, à force de vivre dans le noir, ils n'aimeront surement pas. Effectivement, la créature émet un genre de sifflement et s'éloigne dans l'obscurité. Sauf que 10 secondes plus tard, il y en a 3 nouvelles qui sont apparues...

Elles commencent à se glisser le long des murs et instinctivement, je me rapproche de la Drow. Nous enchaînons les attaques pour les repousser mais cela ne semble que provisoire, à chaque fois elles reviennent à l'attaque. Occupée à éviter l'une d'elle particulièrement véhémente, je n'ai pas vu la main d'une autre approcher et je sens soudain une chose visqueuse sur ma cheville.

Je pousse un cri et tente de me débarrasser de la créature. Dans le même temps, je sens une chaleur là où le monstre me touche et comme une forme d'aspiration...Je me sens devenir pâle et faiblarde, pas bien assurée sur mes appuis, quand une décharge envoyé par la Drow de libère enfin du fantôme. J'ouvre de grands yeux en constatant que la créature a presque doublé de taille, et avec les autres tout autour, nous voilà encerclées, piégées comme des rats. Il y en a maintenant au moins 6...

 

- Elle se nourrissent de notre énergie, si ça continue comme ça elle deviendront de plus en plus fortes!

 

Le pire dans tout ça, c'est que je n'ose pas lancer de boule de feu ou autre sort dévastateur, qui sait quel effet cela aura dans cet endroit comme un vase clos, avec sas doute de la poudre explosive ou je ne sais quoi.... On s'est encore fourré dans un beau pétrin!

Edited by Selene

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sous sa forme spectrale, le fantosh se révélait un adversaire délicat à affronter : les attaques physiques n’avaient pas prise sur lui. Fort heureusement, la magie, elle, semblait l’affecter. Les sorts lumineux de Selene, en particulier, le faisaient reculer vivement, et même protester, d’après son sifflement où se mêlaient rage, peur et dégout. Les sorts de Hycate le secouaient également, mais le fantosh était résistant. Il fallut plusieurs coups au but, portés à pleine puissance, avant qu’il ne se dissolve dans l’air de la petite pièce souterraine, comme s’il retournait au néant.

 

Un néant dont trois autres spectres étaient alors déjà sortis.

 

Une partie de chat s’engagea, les fantosh tournant autour des deux intruses et tentant de les surprendre pour se saisir d’elles, et les vivantes – décidées à le rester – essayant de les éloigner d’elles. Un jeu assez compliqué dans une pièce relativement exiguë, sans position abritée ou facile à défendre.

 

Un cri de détresse informa Hycate que la partie prenait une mauvaise tournure.

 

Selene venait de se faire agripper par un spectre ! Et à en juger par ses forces qui déclinaient et sa pâleur à faire peur, le fantosh était en train de lui soutirer son énergie vitale. Hycate, pourtant peu impressionnable, sentit ses cheveux se hérisser sur sa nuque.

 

Un drain de vitalité. Qui opère par contact, manifestement. Voilà pourquoi ils essaient de nous toucher.

 

La drow déchaîna aussitôt une rafale de sortilèges d’attaque aussi puissants que possible, droit sur le spectre, tout en gardant un œil sur les deux autres.

 

Si je me fais prendre moi aussi, c’est la fin !

 

Hycate, agile et rapide, parvint à les tenir à distance, et le spectre qui avait capturé Selene finit par céder sous la violence de ses assauts. Il lâcha sa proie, non sans avoir doublé de volume. Selene trouva encore la force de crier :

 

« Elle se nourrissent de notre énergie, si ça continue comme ça elle deviendront de plus en plus fortes! »

 

Ce qui tira une grimace à Hycate.

 

S’ils deviennent plus puissants, ça va vraiment se gâter pour nous...

 

D’autant plus que trois autres spectres avaient fait leur apparition. Ils étaient donc maintenant six à leur tourner autour. Hycate avait beau se multiplier pour faire face à toutes leurs attaques, elle sentait bien qu’elle arrivait au point de rupture. D’un moment à l’autre, l’un des fantosh allait franchir leurs défenses et s’emparer de l’une d’elles.

 

Même moi, je ne tiendrai pas seule face à cinq de ces horreurs. Pas ici en tout cas.

 

Un repli semblait dès lors s’imposer, mais en était-il encore temps ? Pouvaient-elles se frayer un chemin jusqu’à la surface sans se faire prendre ? Hycate en doutait. Le meilleur plan aurait été de jeter en pâture aux fantosh une proie facile, destinée à leur faire oublier la drow un instant – juste assez longtemps pour filer comme l’éclair. Mais le seul appât ici présent était Selene.

 

Est-ce que je la sacrifie pour m’en tirer ?

 

C’était une option, bien évidemment. La plus rapide, la plus facile. Et Hycate n’était pas du genre à faire dans le sentiment quand sa vie était en jeu. D’un autre côté, si elles étaient ici, c’était précisément grâce aux pouvoirs de Selene. L’abandonner elle signifiait renoncer à ses pouvoirs à l’avenir. Une perspective qui n’enchantait pas particulièrement la drow.

 

Elle peut encore m’être utile. Quelles sont mes autres options ?

 

Le second choix était celui de continuer le combat. Hycate croyait moyennement dans leurs chances de le remporter. Cela d’autant moins que d’autres spectres pouvaient à tout moment rejoindre leurs six semblables déjà présents. Ce qui l’amena à considérer la troisième possibilité.

 

Est-ce que je tente d’en appeler aux pouvoirs de la Reine Araignée... ?

 

C’était probablement leur meilleure chance d’en sortir indemnes toutes les deux.

 

Si Lloth est bien disposée à mon égard.

 

Là était l’inconnue. Suyvel avait renié la déesse et son culte. Or Lloth n’était que peu encline au pardon. Si elle était toujours en colère après elle, Hycate risquait fort d’en faire les frais. Lloth pouvait ignorer sa requête.

 

Hypothèse la plus optimiste. L’autre étant qu’elle en profite pour me tuer et entraîner mon âme dans ses Abysses.

 

Il était toujours délicat pour une de ses prêtresses de savoir si elle était dans les bonnes grâces de Lloth. Celle-ci ne laissait que rarement paraître son déplaisir. Elle se plaisait à laisser ses suivantes dans l’incertitude. Ce qui était une façon de les pousser à faire montre d’un zèle permanent.

 

Hycate avait récemment mené quelques cérémonies en l’honneur de sa déesse, et ses sacrifices avaient été acceptés, dévorés par les araignées – les créatures de Lloth. C’était de bon augure. Pour autant, Hycate n’avait encore aucune certitude.

 

Voilà peut-être une bonne occasion d’en savoir plus long. Une requête mineure ne devrait pas indisposer la Reine Araignée.

 

Lloth pouvait conférer à ses adeptes un certain pouvoir sur les morts-vivants. C’était à cette capacité que Hycate pensait pour les sortir d’affaire. Elle finit par se décider et, se concentrant sur le nom de sa déesse, formula un appel à Ses divins pouvoirs :

« VADE RETRO ! »

 

La voix de Hycate tonna dans la pièce, comme emplie d’une puissance qui lui était bien supérieure. Des particules d’un mana noir comme une aile de corneille se formèrent dans l’air autour des fantosh et s’agglutinèrent sur eux. Les morts-vivants hurlèrent de douleur et de détresse, rompant leur sarabande menaçante et se mettant à voleter en tous sens, comme pour échapper à une nuée d’insectes furieux. L’un d’entre eux finit par disparaître dans un mur, probablement en espérant que la distance le sauverait de ce supplice. Mais la manifestation la plus éclatante – au sens littéral – du pouvoir de Lloth fut ce qui se produisit pour le fantosh qui s’était gorgé des forces de Selene : il explosa silencieusement en un million de fragments et retomba comme poussière.

 

Hycate exultait.

 

« Créatures sans âme ! Craignez le pouvoir de la Reine Araignée ! »

 

Et elle se tourna vers Selene, une expression de triomphe sur les traits.

 

« Sors maintenant ! »

 

Elle laissa à Selene plusieurs secondes d’avance, le temps de s’assurer que tous les fantosh restaient bien sous l’influence de son sort et ne faisaient pas mine de poursuivre la Terrane. Puis elle se décida à faire retraite à son tour. Mais elle se força à ne pas courir : elle prit le risque de tourner les talons et de partir en marchant, sans se hâter.

 

Lloth me protège. Ce n’est pas à moi d’avoir peur. Je suis Sa prêtresse. Je suis Sa voix. Qu’ils me craignent ou ils goûteront à Son courroux !

 

Et ce fut sans être inquiétée qu’elle parut en haut des marches, toujours sans se presser, altière et orgueilleuse. Outre la satisfaction de savoir désormais qu’elle avait recouvré les faveurs de Lloth, elle avait offert à Selene une petite démonstration des pouvoirs que la sombre déesse accordait à ses vestales.

 

Des pouvoirs bien réels, comparés à ce que Niue ou Quen ont à offrir : de belles paroles, autant dire rien !

 

Cela devrait amener l’humaine à réfléchir sur ses allégeances et lui faire comprendre où se trouvait son intérêt. Selene partageait avec Hycate une soif de puissance presque inextinguible et ne pouvait qu’être tentée par la noire puissance de la Reine Araignée.

 

Tout en souriant à Selene, elle leva un sourcil comme pour l’interroger, mais aucun mot ne franchit ses lèvres.

 

Alors ? Qu’en dis-tu ?

 

Elle était curieuse de voir comment l’humaine allait réagir.

 

Edited by Suyvel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne suis pas blessée physiquement et pourtant c'est tout comme. Je me sens faible et peu assurée sur mes appuis, bien que la créature fantomatique m'ait enfin lâchée. Hycate m'a une fois de plus sauvée la mise. Elle a su me défaire de la griffe du fantosh tout en échappant aux autres spectres qui voulaient sans nul doute lui infliger la même chose qu'à moi. 

Pour autant nous n'étions pas sorties d'affaire. Je n'avais plus autant d'énergie qu'en entrant ici, et même Hycate ne pourrait tenir bien longtemps contre ces créatures. Je faisais mon possible pour l'aider, ou tout du moins pour ne pas avoir à lui redemander de l'aide. Dans l'espace exiguë de la caverne, je me déplaçais proche du sol, d'un endroit à un autre pour éviter le contact avec les spectres. 

 

Je songeais moi aussi à fuir, à rejoindre le trou d'entrée par lequel nous étions arrivées, dans ma tête, nulle autre possibilité ne faisait jour. J'ignorais en retour les sombres possibilités qui défilaient dans l'esprit de la Drow.  J'en étais à rassembler des forces pour exposer mon idée à ma comparse quand je l'entendis incanter une formule qui m'était totalement inconnue. Les effets de son sort me firent encore plus ouvrir de grands yeux.  Ce fut quelque chose que je n'avais jamais vu. Comment pouvait-elle posséder de tels pouvoirs? D'où celait pouvait-il venir?

Je vois soudain le spectre le plus gros, celui qui avait bien entendu pompé mon énergie vitale un peu plus tôt, exploser littéralement devant mes yeux et se transformer en une sorte de poussière. Les autres fantosh n'étaient pas épargnés pour autant et des formes noires les poursuivaient sans relâche.

Lorsque finalement, Hycate lança à la cantonade qu'il fallait craindre les pouvoirs de la Reine Araignée, j'en restais bouche bée, jusqu'à ce qu'elle me sorte de mes pensées en m'intimant de sortir d'ici.

 

Je ne me fit pas prier, et partit en trombe, aussi vite que mes maigres forces me le permettaient, pour remonter par l'ouverture qui avait été dégagée par l'élémental de terre que j'avais invoquée. Notre petite exploration tournait court, mais nos étions sauves, c'était le plus important. Tout en remontant, je visualisais l'expression triomphante de ma comparse. J'avais du mal à réaliser tout cela. La voilà investit de nouveaux pouvoirs, ceux de cette déesse qu'elle honore désormais par des sacrifices humains... Je ne peux à la fois pas le croire, et pas non plus l'accepter. Loth n'est pas faite pour ces terres, de ce que j'en sais. Son culte vient d'ailleurs, ici c'est le domaine de Niue et de Quen... 

Mes réflexions s'interrompent quand Hycate sortit à son tour, d'un air royal et tranquille, comme si elle avait simplement décidée de sortir maintenant et qu'il n'y avait nul danger derrière nous. Elle se contenta de me regarder et de hausser légèrement les sourcils d'un air interrogateur et moqueur à la fois. 

 

- Bon... je... Oui je dois admettre que ta déesse te confère désormais de sacrés pouvoirs. C'est... intéressant et surprenant. Mais ce qu'elle demande en échange, tes histoires de sacrifices... c'est trop!

 

Je tâchais de rassembler quelques secondes mes idées pour exprimer au mieux ce qui me dérangeais.

 

- Et puis, toute ma vie jusque-là a été consacrée à Fimine et à Niue. Les pouvoirs que j'ai, la magie que je peux faire, et celle que toi aussi tu utilise ou utilisait jusque-là, vient des dieux élémentaires et karmiques. Je ne peux pas renier ça. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

« Bon... je... Oui je dois admettre que ta déesse te confère désormais de sacrés pouvoirs. C'est... intéressant et surprenant. Mais ce qu'elle demande en échange, tes histoires de sacrifices... c'est trop! »

 

Si Hycate avait escompté un intérêt franc et enthousiaste de la part de Selene, elle aurait été déçue. La Terrane semblait repousser l’idée de rejoindre le culte de la Reine Araignée. Mais la drow sut déceler le trouble qui habitait sa comparse. Et ses premiers mots trahissaient un intérêt voilé, certes, voire muselé, mais qui n’en était pas moins réel.

 

Elle est tentée et ça lui fait peur.

 

Rien de très étonnant à cela après tout. Selene était une fidèle de Fimine depuis... combien de temps au juste ? Hycate n’en savait rien, mais aussi loin que remontaient ses souvenirs, elle avait toujours connu la Terrane comme une fidèle zélée de la Mère de la Terre. Son allégeance à Niue était plus récente, mais sa conviction n’en était pas moins forte : au fil de leurs innombrables discussions théologiques, Hycate avait eu tout loisir de s’en rendre compte.

 

Remettre sa foi en cause doit être vraiment dur. S’apercevoir que ce en quoi l’on croit ne vaut pas la peine d’être défendu... c’est comme douter du sens que l’on a donné à sa vie.

 

Du coup, elle se raccrochait au premier prétexte venu pour repousser en bloc l’idée d’une conversion à Lloth. La première réaction de Hycate aurait été de morigéner sa comparse pour son manque de lucidité mais cela n’aurait rien donné de bon. Au contraire, si elle voulait l’attirer vers sa religion, elle devait la convaincre, ou mieux, la séduire.

 

« Oui, les pouvoirs que confèrent la Reine Araignée sont grands. Et c’est pour cela qu’elle exige le prix du sang en retour. Personnellement, mon cas était un peu particulier, à cause des actes de... mon autre moi-même. Il m’a fallu réaliser un certain nombre de sacrifices afin de rentrer dans les bonnes grâces de ma déesse. Si tu devais un jour lui rendre hommage, tu n’aurais pas ce handicap. Quant aux sacrifices, où est le souci ? Lloth exige de l’énergie vitale avant tout. Combien de vies as-tu déjà interrompues, que ce soit en ma compagnie ou avant même de nous rencontrer ? Tuer ne te dérange pas. Ca ne t’a jamais dérangé, je le parierais. Lloth ne demande rien d’autre. Si sacrifier de pauvres hères sans défenses te pose problème, tu pourrais fort bien lui offrir la vie de tes ennemis. Il suffirait de les capturer et de les sacrifier selon les rituels appropriés – que je serais en mesure de t’enseigner. »

 

Hycate laissa Selene y songer, mais sa réponse fut à l’image de la première et confirma ce que la drow avait intuitivement saisi.

 

« Et puis, toute ma vie jusque-là a été consacrée à Fimine et à Niue. Les pouvoirs que j'ai, la magie que je peux faire, et celle que toi aussi tu utilises ou utilisais jusque-là, vient des dieux élémentaires et karmiques. Je ne peux pas renier ça. »

 

La Terrane s’accrochait à sa foi première, à sa déesse élémentale comme à Niue. Toute fois, les arguments qu’elle avançait n’était pas entièrement vrais, et cela laissa une belle ouverture à Hycate pour rétorquer :

 

« Quoi ? Tu m’as vu renoncer aux sorts que j’utilisais avant de rejoindre les rangs de la prêtrise de la Reine Araignée ? Non, pas pour la plupart en tout cas, et tu le sais pertinemment. Certains des pouvoirs que tu possèdes sont liés à tes dieux, pas tous. Les magiciens utilisent avant tout des sortilèges issus de la magie profane, comme la Frappe Céleste ou le Souffle de Magie Blanche. Tous ces sorts ne relèvent pas de la magie divine, tu pourrais donc continuer à les utiliser même si tu reniais ta foi. Bien sûr, Fimine te donne un ascendant sur ses enfants, mais Lloth te conférerait du pouvoir sur les siens : les démons des abysses, comme Kurg. Et sur les morts-vivants, comme tu as pu le constater toi-même. Niue, lui, te donne accès à certains sortilèges de magie divine, comme Châtiment de l’Unique. C’est de la poudre aux yeux, si tu veux mon avis ! Là d’où je viens, il existe des sortilèges de magie profane qui ont à peu près le même effet – et qui sont plus puissants ! Si tu le voulais, je pourrais très bien les partager avec toi. »

 

Le regard qui lui adressa Selene en disait long sur son incrédulité.

 

« Quoi ? Tu en doutes ? Alors laisse-moi t’offrir une petite démonstration. Allons plus loin, dehors. »

 

Lorsque qu’elles furent en un lieu calme et désert, Hycate s’arrêta et lança a à sa comparse :

 

« Reste tout près de moi. Ne t’éloigne pas. Sous aucun prétexte. »

 

La drow commença à incanter et une redoutable puissance naquit dans les cieux au-dessus de leurs têtes. Peu de temps après, des rochers en feu s’abattirent en sifflant autour d’elles, causant des impacts terribles et des explosions de flammes. Lorsque Hycate y mit fin, une large zone était ravagée autour d’elles. Cette partie des jardins, encore si verte, si vivante une minute plus tôt, ne ressemblait plus à rien, si ce n’était à une désolation.

 

Une partie des jardins de l’Académie.

 

Cette pensée fit tiquer Hycate.

 

« Viens, ne restons pas ici. Les sages ne vont pas apprécier mes talents de jardinage, je pense. Autant être loin quand ils viendront ici. »

 

Et elle se dirigea vers l’entrée des tunnels, non loin de là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désormais à l'abri et loin des hordes de morts-vivants qui ne nous voulaient visiblement pas que du bien, je pus prendre le temps de réfléchir plus posément à la situation. Les paroles de Hycate furent soigneusement écoutées, car, il me fallait bien l'avouer, les pouvoirs dont elle faisait preuve me semblaient incroyables et je ne pouvais nier que cela me rendait envieuse. Mais la perspective de devoir renier mon allégeance à Fimine ou à Niue m'empêchait de me laisser aller à seulement envisager une telle possibilité. 

 

Hycate me parle de son cas un peu particulier. j'en déduis qu'elle a du accomplir des rituels très précis et en grand nombre pour retrouver les faveurs de sa déesse. Mais elle précise qu'il en serait différemment pour moi, et que le prix du sang n'impose pas de victimes particulières. Elle a raison, car tuer ne me dérange pas, du moins pas sous certaines conditions. J'aurais donc tout le loisir de choisir précisément les victimes que je jugerais nécessaire d'être sacrifiées... Voilà qui me laisse songeuse.

 

Oui, de ce point de vue là, tu as raison, ce n'est pas donner la mort qui me gêne, mais il me faut une bonne raison pour le faire, et pas avec une victime au hasard... Du moment que je peux choisir...

 

J’enchaîne en parlant de mon allégeance à mes divinités de prédilection. Si la déesse Araignée demande l'exclusivité, je ne saurais renier Fimine et Niue pour elle, voilà qui est plus que certain!

Je n'avais effectivement pas fait très attention à tout cela, mais il s'avère que Hycate me remet les points sur les "i" en précisant d'emblée qu'elle n'a renoncer à aucun ancien sort ou type de magie avant de revenir vers Lloth. Il est vrai que je n'y avait jamais réellement songé en ces termes, mais en cherchant à peine plus loin, je constatais qu'effectivement, la plupart des pouvoirs que j'utilisais provenait de la magie profane, éventuellement liée à l'Unique mais en aucun cas directement liée à Fimine. 

Quand à Niue, il avait certes un rôle dans certains sorts dévastateurs mais de la même façon, cela ne représentait pas l'essentiel de la magie que j'utilisais. Mais de là à prétendre que ce n'est que poudre aux yeux! J'affichais un air sceptique. 

 

« Quoi ? Tu en doutes ? Alors laisse-moi t’offrir une petite démonstration. Allons plus loin, dehors. »

 

Je la suivis vers les jardins de l'Académie, où elle me fit une démonstration d'un sort qui ressemblait étrangement au Châtiment de l'Unique qu'il m'arrivait d'utiliser. Je restais prudemment auprès d'elle, comme elle me l'avait demandé. Il s'avéra qu'au bout de quelques minutes, le terrain ressemblait à un champ de guerre et les dégâts semblaient supérieurs à ceux que j'aurais infligé avec mon propre sort.

Hycate m’entraîne alors de nouveau plus loin, de sorte que nous ne soyons pas vues par un des sages de l'Académie, cela pourrait nous causer quelques ennuis. Une fois à l'écart, je prend le temps de répondre à ma comparse. 

 

Oh... C'est assez incroyable... Je dois dire que je suis surprise.. 

Tu as raison, et si je comprend bien tes propos, rendre hommage à la déesse araignée ne m'empêcherait pas de continuer à honorer aussi Fimine et Niue. 

 

Après tout oui, pourquoi les dieux ne pourraient-ils pas tous cohabiter ensemble, comme nous autres humains ou autres races le faisons aussi, que cela soit par la guerre ou la cohabitation pacifique ? Lloth trouverait peut-être une place parmi le panthéon des divinités de la Terre des éléments. 

 

Je me sentis soudain un peu bête d'avoir opposé tant d'hostilités aux croyances de Hycate, il était peut-être temps que je m'ouvre à d'autres possibilités, ou du moins que je l'accepte sans réserve de la part de ma comparse. 

 

Bon, tu m'as convaincue, je suis désolée d'avoir douté comme ça. En tout cas, je comprend que tu te tourne vers ta déesse et je ne critiquerais plus cela, promis!

En fait, je suis presque curieuse d'en savoir un peu plus. Ta déesse, elle accepte d'être honorée même par ceux qui ne viennent pas de sa terre natale, même par ceux qui ne sont pas Drows? 

 

Me laisser tenter? Oh peut-être pas encore de suite, mais qui sait, la possibilité pouvait désormais prendre forme dans mon esprit... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

« Oh... C'est assez incroyable... Je dois dire que je suis surprise... Tu as raison, et si je comprend bien tes propos, rendre hommage à la déesse araignée ne m'empêcherait pas de continuer à honorer aussi Fimine et Niue. »

 

Hycate, qui reprenait de plus en plus la mentalité d’une prêtresse zélée, faillit bondir en entendant la dernière partie de la phrase, et réprimer vertement de telles paroles.

 

Hérésie !!!

 

Voilà ce qui lui traversa l’esprit à ce moment-là. Mais elle se contint in extremis. De fait, Selene était une hérétique, une hérétique qu’elle essayait d’amener de son propre gré sur les voies de Lloth. La sermonner d’emblée aurait été contreproductif.

 

De tels propos lui auraient coûté cher dans ma ville natale.

 

Lloth était une déesse jalouse. Ses prêtresses ne le savaient que trop et veillaient à garder le peuple drow dans Son église. Les hérétiques – ceux qui vénéraient d’autres dieux – étaient châtiés aussi durement qu’impitoyablement. Fort heureusement, Selene n’était pas dans une ville drow, et Hycate non plus. Elle ne pouvait donc pas compter sur la force de coercition de l’Eglise de Lloth pour faire rentrer Selene dans le rang. Il lui fallait la séduire, elle se le répétait sans cesse pour ne pas l’oublier, pour ne pas céder à la tentation de la châtier pour sa foi divergente.

 

La drow en était là de ses réflexions lorsque Selene, qui semblait ne pas s’être aperçue de son conflit intérieur, ajouta :

 

« Bon, tu m'as convaincue, je suis désolée d'avoir douté comme ça. En tout cas, je comprend que tu te tournes vers ta déesse et je ne critiquerai plus cela, promis! En fait, je suis presque curieuse d'en savoir un peu plus. Ta déesse, elle accepte d'être honorée même par ceux qui ne viennent pas de sa terre natale, même par ceux qui ne sont pas Drows? »

 

Une avancée qui ôta un grand poids à Hycate et chassa ses pensées néfastes.

 

Enfin, on progresse !

 

L’intérêt avoué de Selene lui ouvrait des portes, et Hycate avait de quoi satisfaire sa curiosité.

 

« Lloth accepte les dévotions de tous, qu’ils soient d’une race ou d’une autre. Même si elle est souvent associée à notre peuple, c’est uniquement parce que son culte s’est essentiellement répandu parmi mes semblables, presque exclusivement en fait. Tout un chacun peut l’adorer et bénéficier de Ses Grâces. La seule condition existante est pour ceux qui souhaitent accéder à la prêtrise de la Reine Araignée : il faut être de sexe féminin. Lloth est une déesse matriarcale, qui promet le pouvoir aux femmes, et ne tolère donc que les femmes dans Son clergé. »

 

Un petit sourire complice à l’endroit de Selene.

 

« Tu remplis donc toutes les conditions pour devenir une vestale de Lloth. »

 

Son sourire s’élargit.

 

« Et quand ce sera chose faite... tu pourras montrer à tes camarades masculins de l’Au-Delà ce qu’est la vraie puissance. Ca te dirait de voir ces gros machos s’incliner devant toi ? Peut-être même devenir la première femme Général de ta faction ? »

 

Elle lui laissa le temps de visualiser la chose, que le plaisir anticipé la tente encore davantage. Puis elle reprit :

« Pour l’heure, je vais avoir pas mal de choses à t’apprendre : les préceptes de Lloth, son modèle matriarcal, les prières, les rites... et aussi quelques sorts profanes, notamment celui dont je t’ai donné une petite démonstration. Je te propose de retourner à notre repaire. Nous en profiterons également pour inspecter notre butin fraîchement gagné, qu’en dis-tu ? »

 

Dans sa manche, elle sentait le parchemin qu’elle avait escamoté, et elle brûlait d’impatience de le lire en détail. Mais elle était presque aussi impatiente d’amener Selene sur les voies de la Reine Araignée. Hycate était certaine que l’humaine y gagnerait beaucoup en puissance, et elle aurait besoin d’une acolyte avec de grands pouvoirs pour mener à bien les plans qu’elle échafaudait.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit à petit, dans mon esprit se formaient des idées, des envies, des rêves que je n'avais jusque là jamais osée formulés. Je dois avouer que la perspective de diriger ma faction ou d'acquérir de nouveaux pouvoirs exaltaient mes sens et faisaient fonctionner mes pensées à plein régime. Et puis, l'idée d'être initiée par Hycate, de passer encore du temps avec elle... Tout cela me donnait une chance d'accéder aux mêmes pouvoirs qu'elle, et non de me sentir inférieure et bien inutile comme je m'étais sentie il y a peu. La Drow m'avait montré à plusieurs reprises les pouvoirs faramineux dont elle était investie et il me fallait admettre que j'étais loin de l'égaler. A vrai dire, elle gagnait tellement vite en puissance que de jour en jour, je sentais l'écart entre nous se creuser. 

 

Je marchais à ses côtés dans les tunnels, songeuse.


Une vestale de Lloth...?

 

Je mesurais le poids de ses mots quelques instants, imaginant ce que cela pourrait donner. Être à nouveau d'égale à égale avec Hycate, fomenter de nouveaux forfaits et nous amuser comme des folles, voilà un beau programme!

 

Oui, retournons au repaire! J'ai hâte de commencer à vrai dire! Tu m'a convaincue, je deviendrais une disciple de la Reine - Araignée. Mes ennemis, nos ennemis craindront son courroux, car je choisirais avec soin les sacrifices qui lui seront offert... 

Enseigne-moi le culte de Lloth, ma chère Hycate! Je serais une disciple des plus assidue!

 

Dans ma voix transparaissait l'empressement et la passion que je ressentait. L'excitation me gagnait et j'étais désormais pressée de démarrer l'initiation. 

Je pensais à peine aux trésors que nous avions amassés,  ravie d'avoir désormais un nouvel objectif. J'affichais ainsi un air enjoué durant tout le trajet et nous fumes bien vite de retour au repaire, où j'affichais un sourire ravi au démon gardien de l'entrée.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le démon gardien se demanda ce qui lui valait sourire si radieux lorsque Selene passa devant elle. Comme sa maîtresse l’accompagnait, il jugea plus prudent de ne pas poser de question ou de faire de remarque, et décida que cela n’avait pas d’importance. Après tout, il était là pour garder l’entrée du repaire de son invocatrice, pas pour se préoccuper des humeurs des visiteuses agréées. Il prit une posture qu’il jugeait impressionnante et feignit d’ignorer l’humaine.

 

Hycate, elle, jubilait sans trop le montrer. Elle avait finalement réussi à ferrer sa prise et à l’entraîner sur la voie qui était la seule valable à ses yeux. De plus, elle espérait réellement que Selene y gagnerait en pouvoir, ce qui lui serait utile pour ses projets. Y compris pour l’adoration de Lloth. Une prêtresse pouvait se faire entendre de la Reine Araignée à elle seule, mais un groupe y parvenait généralement avec bien plus d’efficacité. Un cercle clérical, dans la religion de Lloth, pouvait compter jusqu’à huit membres – 8 étant le chiffre du Chaos, le Suprême Principe de la Reine Araignée. Si Selene accédait effectivement à la prêtrise, elles seraient déjà deux. Pas encore très impressionnant, comme cercle clérical, mais toujours mieux qu’un groupe d’une prêtresse. Si la voix de Selene se joignait à la sienne, les suppliques de Hycate porteraient plus profond dans les Abysses de Lloth.

 

Les jours qui suivirent furent donc très studieux.

 

Hycate enseigna à Selene les préceptes de Lloth : le refus de l’ordre établi, la foi en une société à peine organisée, régie par les forts et les puissants, et surtout le matriarcat – l’inversion du genre dominant, le règne des femmes sur les hommes. Puis vinrent les prières et les rituels en l’honneur de la sombre déesse, sa soif de sang et d’adoration devant être souvent satisfaite. Enfin, suivirent les sorts cléricaux que Selene allait devoir assimiler avant de pouvoir les utiliser quand elle serait devenue une prêtresse de Lloth – ces sorts n’ayant aucune efficacité sans le pouvoir divin de la Reine Araignée. Il s’agissait de pouvoirs destinés à nuire à autrui, à contrôler les morts-vivants, et à appeler des démons des abysses – les serviteurs de Lloth essentiellement.

 

Hycate insista sur le fait que Lloth n’était pas née de l’Unique, contrairement à Quen et Niue, ou même aux quatre Seigneurs des Eléments. Elle était une autre déesse, indépendante, de même rang que lui, une rivale. Et elle visait à le supplanter, à établir sa domination sur ces terres et à imposer sa propre église. Celles qui l’y aideraient seraient évidemment largement récompensées ! En tant que pionnières du culte dans la région, Hycate et Selene pouvaient fort bien accéder à de hauts rangs dans la future Eglise de Lloth. Et rien ne comptait autant que le rang aux yeux de Hycate.

 

Les deux femmes passèrent aussi du temps sur la maîtrise du sort profane Pluie de Météores. Hycate se montra une enseignante exigeante et impatiente, à son habitude. Elle ne passa pas la moindre erreur à Selene et la pressa de recommencer mille fois, pour affirmer sa maîtrise et développer sa puissance. La drow voulait une comparse aussi puissante que possible, et Selene avait du chemin à faire avant de rivaliser avec elle désormais. Et ses progrès n’étaient pas très rapides – d’ailleurs, même quand ils l’étaient, Hycate ne se montrait jamais satisfaite.

 

Plusieurs semaines filèrent à toute vitesse.

 

Un jour, voyant que Selene avait acquis les bases nécessaires pour prétendre devenir une acolyte – une prêtresse novice – Hycate se lança dans une divination pour essayer de déterminer le regard que Lloth pouvait bien porter sur l’humaine. La drow ne savait pas trop si la conversion de l’humaine trouverait grâce aux yeux de l’imprévisible Reine Araignée... à sa connaissance, seuls les drows vénéraient Lloth et elle ne voulait pas conduire Selene au suicide. Le rituel lui révéla une certaine curiosité de la déesse pour Selene. Cela était rassurant. Aucune garantie que Lloth accepterait Selene comme sa prêtresse, mais au moins ne l’engloutirait-elle pas dès qu’elle ferait sa demande.

 

Rassérénée, Hycate alla trouver Selene et l’enjoignit à rédiger ses vœux de prêtresse. La cérémonie d’ordination était désormais proche...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les jours passaient dans un joyeux tourbillon incessant. Il y a avait toujours quelque chose à faire, à apprendre, à découvrir! J'étais auprès de Hycate une élève assidue. Je buvais ses paroles et intégrait les préceptes de Lloth comme s'ils avaient toujours été miens. Cette nouveauté m'attirait et m'exaltait au point que le reste pouvait se trouver reléguer au second plan. Cela tombait bien: le refus de l'ordre établi, la loi du plus fort et tout ça, c'étaient déjà des idées en vigueur au sein de l'Au-Delà. 

 

Quand vinrent les travaux pratiques, je fus encore plus enthousiaste. Les prières et les incantations me fascinaient et les intonations de la langue Drow me donnèrent un peu de fil à retordre. La prononciation des syllabes était exigeante et je mis toute mon ardeur pour déclamer correctement les paroles sacrées de la Déesse Araignée. 

Joindre aux prières des sacrifices humains du sang de mes ennemis me ravit et je trouvais une nouvelle dimension, ou même une nouvelle vocation dans cette activité.

La Drow se révéla être une professeure exigeante, si ce n'était intraitable! Je fis et refis des centaines de fois les incantations, recommençant inlassablement jusqu'à ce que la moindre intonation soit parfaite. 

 

Nous avons poursuivi avec les sorts cléricaux, qui pour le moment n'avaient aucun effet mais qui me serviraient si Lloth m'acceptait comme prêtresse. Il y en avait beaucoup et chacun avait un rôle précis. Mais cette multitude d'informations en si peu de temps contribuait à m'emmêler les pinceaux et il m'arrivait fréquemment au début de mélanger les phrases. Ma comparse ne manquait pas une occasion de me rappeler à l’ordre et d’une manière agressive. J’avais beau faire les meilleurs efforts possible, je n’avançais pas assez vite, jamais assez vite au goût de la Drow.

Seules ma soif de pouvoir et la volonté de me rendre au même niveau magique que Hycate me permirent de subir sans broncher ses incessantes remontrances.

 

Ça et aussi la fréquentation à mes quelques heures perdues (bien assez rares je devais l’avouer) de mon nécromant de l’Au-Delà. Mon dépeceur de lapin me manquait parfois et j’essayais de trouver un peu de temps à passer avec lui. Je lui parlais de mes projets, de mes aspirations et il semblait enchanté pour moi. Je l’imaginais déjà régner sur l’Au-Delà d’ici quelques temps, avec lui comme compagnon… !

 

En parallèle, j’appris également le sort profane Pluie de Météore. Après tous ces apprentissages, ce fut à nouveau un laborieux apprentissage. Il fallait de la rigueur et de la précision, et malgré ma fatigue, je m’entrainais inlassablement sous les injonctions de la Drow. J’eus au final le plaisir immense de reproduire la dévastation qu’avait effectuée en première la Drow sur les jardins de l’Académie.

 

Un jour, elle m’annonça enfin que j’étais prête pour devenir novice et me demanda de rédiger mes vœux de prêtresse. Je passais une soirée studieuse à mettre sur le papier mon adoration pour la Déesse-Araignée,  et mon désir de la servir. Le lendemain, j’allais prévenir Hycate que j’étais prête.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le refuge de Hycate, dans la grotte aux araignées.

 

Le lieu était calme, voire désert, mais l’observateur attentif y ressentait une tension particulière dans l’air. Et des effluves de magie divine. Dans la chapelle de Lloth, une cérémonie était en cours. Hycate officiait, déclamant les sombres cantiques à la gloire de la Reine Araignée, et Selene lui répondait lors de passages bien précis. Une faible lumière émanait de quelques bougies à la flamme chiche, ce qui était voulu. Une messe à Lloth se déroulait normalement dans le noir, la Reine Araignée étant une entité des Abysses, donc des ténèbres. Cela n’aurait pas posé de problème à la drow, dotée d’une infravision naturelle, mais aurait été bien plus problématique pour l’humaine. Hycate avait préféré lui éviter de vivre en aveugle sa propre cérémonie d’ordination – point n’était besoin d’ajouter à l’anxiété déjà vive de Selene.

 

Alors que l’office approchait de sa conclusion, de la fumée commença à se dégager de l’autel sur lequel Hycate avait disposé une offrande propitiatoire – un humain sacrifié. Hycate fronça les sourcils. Ce n’était pas au programme.

 

D’où cette fumée peut-elle bien provenir ? Est-ce une bougie qui... ?

 

 

Mais elle doutait que cette émanation soit naturelle. Et cela se confirma lorsqu’un son discret mais profond parcourut chaque recoin de la chapelle. Puis un courant d’air venu de nulle part s’abattit sur elles et sur les bougies, plongeant la pièce dans l’obscurité, comme si un géant avait soufflé de manière un peu appuyée. Hycate et Selene se retrouvèrent aveugles, ce qui n’inquiétait pas outre mesure la drow – son infravision allait prendre le relais dans quelques instants, le temps que ses yeux s’adaptent. Ils n’en eurent pas le temps, ni le besoin. Une aura sombre et pourtant légèrement lumineuse s’élevait maintenant au milieu de la pièce. Elle dévoilait une silhouette indistincte que Hycate n’arriva pas à identifier malgré l’acuité de ses sens. Et soudain elle comprit : la nouvelle arrivante n’avait pas de forme, ou plutôt elle en changeait en permanence.

 

Une Yochlol !

 

 

Les Yochlol étaient une race de démons des Abysses, créées de la main de Lloth, à laquelle elles servaient de messagers – la Reine Araignée ne se déplaçant jamais en personne. Sur le plan physique, celle-ci ressemblait à un amas de chair tentaculaire, sur lequel on aurait posé quelques éléments de visage : un œil par ci, une bouche par là... Rencontrer une Yochlol était rare : il fallait demander audience à Lloth, et que celle-ci soit d’humeur à l’agréer. Ou bien qu’elle souhaite châtier la requérante, pour une raison ou une autre. Mais surtout, seules les grandes prêtresses de Lloth avaient la capacité d’appeler une Yochlol. Hycate, qui était déjà heureuse d’être encore considérée comme une prêtresse de sa sombre déesse, n’avait pas le rang requis pour procéder à une telle invocation, et n’aurait jamais osé la tenter en l’état actuel des choses.

 

Pour de l’inattendu, c’était du sensationnel.

 

Hycate étant consciente que son rang ne lui permettait pas d’obtenir un tel résultat, les raisons de la présence de la Yochlol était limitées. Le démon aurait certes pu venir de sa propre volonté, mais ce n’était pas dans leurs habitudes, d’après ce que Hycate avait pu en apprendre. Il fallait donc en déduire que c’était par la volonté de Lloth qu’elle était apparue en ce lieu. Ce qui pouvait être extrêmement positif – ou bien l’inverse...

 

Hycate ne se faisait aucune illusion : si la Yochlol venait la châtier, elle serait tout bonnement incapable de lui résister. Elle espéra ne pas s’être trompée dans son interprétation des augures et s’inclina avec la plus grande déférence devant le messager divin.

 

A ce moment, la Yochlol changea complètement de forme et prit l’apparence d’une svelte drow.
 

Spoiler

 

yochlo10.jpg

 

 

Entièrement dévêtue, elle s’avança lentement, nonchalamment, jusqu’à se planter devant Hycate.

 

« Soyez la bienvenue en cette modeste chapelle bien indigne de la gloire éternelle de Lloth. Votre présence est un immense honneur.

- La Reine Araignée ne se soucie guère du faste de ce lieu, du moins pour l’heure. Elle est davantage intéressée par le caractère inhabituel de ta requête...

- Je me doute que demander l’ordination d’une humaine ne doit pas être chose courante. Toutefois, si je me permets une telle demande, c’est que je crois en son potentiel. De plus, en ces terres, mon peuple est fort peu représenté. Si je dois y établir l’Eglise de la Reine Araignée, je vais devoir recruter parmi les humains.

- Encore faudra-t-il qu’ils soient dignes d’Elle. Soit, procédons. Présente-moi ta recrue. »

 

Hycate se tourna vers sa comparse.

 

« Puissante Envoyée de Loth, voici Selene, magicienne, instruite dans la Voie de La Reine Araignée. Selene, Lloth nous fait l’honneur de Sa présence à travers celle de Son Envoyée. Louée soit Lloth ! »

 

La Yochlol se déplaça et vint se tenir face à Selene, la jaugeant longuement. Elle finit par énoncer :

 

« Si vous êtes sincèrement désireuse d’entrer dans le clergé de Lloth, vous avez l’attention de la Reine Araignée. J’attends de vous trois choses : vos vœux, une offrande... et un peu de votre sang. »

 

La façon dont elle prononça le denier mot avait quelque chose de profondément dérangeant. Hycate eut néanmoins un signe d’encouragement pour Selene.

Edited by Suyvel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je restais quelques instants muette de stupéfaction devant l'apparition fantomatique devant moi. Hycate ne m'avait pas précisément dit à quoi m'attendre avant de commencer le rituel. Sans doute qu'elle-même ne savait pas exactement ce qu'il allait advenir. J'avais remarquée que son expression la plupart du temps impassible avait trahit une fraction de seconde sa stupeur. Elle n'avait pas du penser que cette Envoyée de Lloth viendrait en personne. De mon côté, il fallait avouer que je n'en menait pas large. Un charisme impressionnant se dégageait de la Yochlol luminescente, et je remerciait Lloth de me permettre ainsi de la voir, moi qui ne possédais nul don de nyctalopie. 

 

Avant la cérémonie, j'avais appris mes vœux par cœur, mais j'avais l'impression de me liquéfier sur place et d'oublier toute pensée cohérente sous le regard de braise de la démone présente ici. 

 

Je... Merci pour cet honneur, glorieuse Lloth... Je.... je ressens votre immense présence à travers celle de votre Envoyée. Louée soit Lloth!

 

En commençant avec ces quelques mots, je pris de l'assurance et ma ferveur pris le dessus, toute excitée que j'étais de prononcer mes vœux.

 

Puissante Déesse! Accorde-moi la grâce de ta bienveillance, à moi, simple humaine, qui désire rejoindre tes rangs et faire connaître au monde ton culte. Je promet d'engager mon âme, mes pouvoirs et mes forces à te servir dignement. Je ferais trembler tes ennemis et t'offrirais leur âme en sacrifice, car mon bonheur sera de te plaire et d'étendre ta toute -puissance sur ces Terres. 

Glorieuse Lloth, je souhaite de toute mon âme devenir une de tes vestales. Accorde-moi tes dons, et je jure de tout faire pour ne jamais te décevoir, de t'obéir et de songer à célébrer ta toute-puissance avant toute autre chose. Louée soit-tu, Ô grande Déesse, je remet désormais mon sort entre tes mains avec cette offrande.

 

J'avais pour offrande un elfe sylvain capturé par mes soins. Celui-ci m'avais donné du fil à retordre, mais je savais qu'il s'agissait de la meilleure offrande possible pour la Déesse-Araignée. J'avais d'abord passée de nombreux jours aux abords et dans la forêt d'Irscilia. Tout en récoltant des plantes qui ne poussaient que là-bas pour regarnir mon stock, j'en avais profité pour espionner les allées et venues des elfes qui avaient la fâcheuse habitude de suivre régulièrement les mêmes chemins qu'ils avaient déjà empruntés. Les habitants avaient ainsi pu remarqué que je ne représentait pas une menace et s'étaient habitués à mon aura maléfique. J'avais fini par me cacher un soir dans les branches d'un arbre, et, mon élément aidant, je me suis fondue dans la nature, quasi immobile, guettant ma proie pendant de longues heures nocturnes. C'est à l'aube qu'un bel éphèbe imberbe était passé sous mon arbre. Avec la flûte du Phoenix que je possède, je lui ai joué une belle mélodie du désœuvrement, si bien qu'il n'a pas pu appeler à l'aide ou même se débattre. J'en ai profité pour le ficeler rapidement et le ramener, le tirant derrière moi à l'aide d'un sort d'hématocrite améliorée pour me donner un peu plus de force. 

 

Je me tournais donc vers l'obscurité où attendais mon elfe étourdis, bâillonné et attaché. Je le fis glisser devant la grande Yochlol avant de me munir d'un grand couteau sacrificiel pour déclamer avec ferveur:

 

Grande Lloth, je t'offre en sacrifice l'âme d'un de tes ennemis héréditaire en gage de ma bonne foi. Daigne accepter cette offrande! Que sa mort t'apporte l'apaisement et la gloire!

 

Je me mis alors à genoux devant le supplicié, brandit haut le couteau et le lui plantais sans autre forme de procès dans le cœur. J'avais opté pour un sacrifice réussi et sans bavure plutôt qu'une mise à mort impressionnante avec plein de sang qui gicle... J'apprendrais sans doute au fil du temps ce qui plaisait le plus à Lloth. 

 

Laissant le couteau sacrificiel dans le corps inerte de l'elfe, je sortis une légère dague de ma tunique, tendit mon bras vers l'Envoyée de la Déesse et m'entaillais l'avant bras. Le récupérais le précieux liquide dans un petit bol avant de le tendre vers la Yochlol. 

 

Voici mon sang, liquide vital qui t'es désormais consacré, Ô grande Déesse! Louée soit Lloth!

 

Tout était désormais joué, mon coeur battait la chamade devant l'incertitude qui me taraudait tout autant que de voir l'expression avide du Démon devant mon sang.

Edited by Selene

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Yochlol avait écouté les vœux de Selene avec attention, mais avait gardé une expression indéchiffrable. Lorsque l’humaine eut terminé, et qu’elle chercha un signe d’approbation du côté du démon, elle dut finir par faire une croix dessus. Le regard de la Yochlol était indéchiffrable, et se perdit même dans le vague à un moment. Il reprit toute son acuité quelques instants après et le démon finit par prononcer un simple mot, bien esseulé :

 

« Continue. »

 

Hycate déglutit par réflexe dans la tension de l’instant. Elle non plus ne savait trop comment interpréter l’attitude du démon. Mais au moins ne semblait-il pas contrarié ou hostile.

 

Tiens bon, Selene, ne flanche pas maintenant !

 

 

L’étape suivante s’annonçait décisive. Si le sacrifice avait l’heur de plaire à la Reine Araignée, celle-ci accepterait certainement Selene comme prêtresse. Restait à savoir si Selene s’en acquitterait convenablement, et c’était là que Hycate avait un doute. Elle savait que l’humaine avait des principes, et qu’elle ne tuait pas sans discernement tous ceux qu’elle ne considérait pas comme ses ennemis. La vie des gens du commun, notamment, n’était pas sans valeur à ses yeux. Alors allait-elle franchir le pas et tuer un individu qu’elle aurait probablement protégé en temps normal ? Ou bien allait-elle reculer et épargner son prisonnier ?

 

Si sa foi vacille, si elle refuse l’offrande d’une âme à Lloth, alors… la Yochlol va nous en faire payer le prix. A toutes les deux…

 

 

Hycate s’était en quelque sorte engagée en présentant Selene à Lloth pour son ordination. Elle l’avait recommandée. Si l’humaine faillissait, la faute en rejaillirait sur la drow. Et Lloth n’était pas une divinité clémente. Fort heureusement, Selene, comme transfigurée par l’exaltation du moment, prononça des paroles vibrantes de foi et accomplit le sacrifice de l’elfe sylvain sans la moindre hésitation, sobrement et efficacement. Hycate sentit comme un grand poids s’envoler de ses épaules. Elle exultait presque mais se garda bien de le montrer.

 

Elle l’a fait ! Elle n’a pas faibli !

 

 

Et comme Selene avait pris la peine d’aller capturer un elfe sylvain, race honnie de Lloth, il était peu probable qu’elle n’apprécie pas cette attention toute spéciale. Elle tourna son regard vers l’Envoyée. La Yochlol semblait avoir une nouvelle absence, et Hycate soupçonna qu’elle communiquait par l’esprit avec sa Divine Maîtresse.

 

Selene, elle, ne parut pas s’en apercevoir, ou du moins ne s’en formalisa-t-elle aucunement. Délaissant le corps sans vie du sacrifié, elle tira une dague pour s’entailler l’avant-bras et remplir un bol de son propre sang, comme exigé par le démon. Lorsqu’elle le lui tendit, la Yochlol parut soudainement bien plus intéressée et prit le bol de façon assez cérémonieuse. Puis elle huma profondément l’odeur du liquide vital, en fermant les yeux.

 

Le temps suspendit son vol.

 

Au bout de quelques secondes qui parurent d’interminables minutes aux deux femmes, la Yochlol ouvrit les yeux et porta le bol à ses lèvres. Elle but une gorgée du sang, sembla en éprouver la saveur, puis posa le bol sur l’autel.

 

Et le démon eut une nouvelle absence.

 

Lorsqu’elle revint à elle, la Yochlol se tourna vers Selene et prononça d’une voix basse et terriblement sérieuse :

 

« Fort bien, mortelle. La Reine Araignée est satisfaite par tes vœux comme par ton offrande. Et ce que j’ai vu dans ton sang lui convient également. Ton hommage est accepté et Lloth t’offre ceci comme symbole de sa protection. »

 

Le démon tenait à la main un petit pendentif, une simple chaînette d’argent portant une petite araignée d’obsidienne. Selene, tout comme Hycate, aurait été incapable de dire d’où elle avait sorti cet objet. Elle aurait juré que le pendentif n’était tout bonnement pas là l’instant d’avant. Quoi qu’il en soit, la Yochlol s’avança, ouvrit le pendentif et le passa au cou de l’humaine.

 

« Selene de Terra, la Reine Araignée te reçoit comme sa représentante en ces terres impies. Tu es désormais prêtresse de Son Ordre et protectrice de Sa Foi. Avance toujours sur Sa Voie et elle marchera dans tes pas pour te prêter Sa Puissance. »

 

Puis elle approcha son visage de celui de l’humaine, assez pour qu’elle sente son souffle.

 

« Ne la déçois pas. Ne la délaisse pas. Ne la renie pas. Jamais. Ou tu sentiras le poids de Sa Divine Colère. »

 

Hycate ne fut guère surprise par cet avertissement qui avait tout d’une menace à peine voilée.

 

Lloth n’a aucune bienveillance pour eux qui faillissent.

 

 

Tel était le lot de ceux qui adoraient des divinités maléfiques : ils pouvaient être les favoris de leur dieu un jour, et n’être plus rien le lendemain. Dès qu’ils avaient commis un acte qui ne plaisait pas à leur protecteur, celui-ci avait tendance à oublier tout le crédit qu’il leur portait, pour ne se souvenir que son déplaisir. Le dieu retirait tout pouvoir et toute protection aux fautifs et ne dédaignait pas, s’il en avait l’occasion, les châtier de façon plus sévère – et plus définitive.

 

Son message délivré, la Yochlol se tourna vers Hycate.

 

« La Reine Araignée ordonne que la foi de Sa jeune novice soit testée. Pour progresser dans la Voie de Lloth, elle doit subir l’épreuve des ténèbres au plus tôt. »

 

Hycate soupesa l’exigence inattendue. Lloth était une déité des abysses et ses fidèles du peuple drow vivaient à son image, dans l’obscurité de leur royaume souterrain. Selene n’était pas de sang drow, et les humains craignaient généralement les ténèbres. Celles qui avaient peur du noir ne pouvaient pas sérieusement prétendre servir Lloth.

 

Hycate tourna son regard vers Selene, la jaugeant un instant.

 

Pourra-t-elle s’affranchir de ses peurs ? Il le faudra bien…

 

 

Elle s’inclina respectueusement devant la Yochlol.

 

« Il en sera fait selon la volonté de la Reine Araignée. Louée soit Lloth ! »

 

Et le démon disparut dans des vapeurs méphitiques.

 

* * * * * * *

 

Hycate prit le temps de réfléchir à la façon d’exaucer sa protectrice. Elle passa la soirée à remettre la chapelle en ordre et fit préparer un bon repas pour Selene et elle-même. Non seulement il leur fallait reprendre des forces après toutes ces émotions, mais il convenait de fêter l’ordination de Selene convenablement. C’était un beau succès.

 

Ce ne fut donc que le lendemain qu’elle aboutit à un projet convenable et qu’elle s’en ouvrit à Selene.

 

« Lloth a ordonné que tu passes une épreuve, tu t’en souviens… Je cherchais ce qui pourrait convenir et je me suis souvenue d’une quête que j’avais en tête depuis un moment. J’étais à la recherche d’un objet consacré à Lloth qui se trouverait sur ces terres et j’ai récemment rassemblé assez d’indices pour savoir où il doit se trouver. Il s’agit d’un bourdon de prêtresse, qui ornerait fort bien cette chapelle et rendrait ainsi mieux hommage à notre déesse. Cela pourrait répondre à ses exigences car, vois-tu, le bourdon doit se trouver… »

 

Elle prit une brève inspiration avant de lâcher l’information cruciale.

 

« … au fond de la faille abyssale, dans les tunnels de l’Académie. »

 

Selene savait aussi bien que Hycate qu’une obscurité épaisse y régnait en permanence, et que des créatures dangereuses y guettaient l’inconscient qui s’y aventurait. Hycate, armée de ses yeux de drow, ne craignait guère cette perspective. Il risquait d’en aller tout autrement pour l’humaine…

Edited by Suyvel

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'attendais, anxieuse, que la Yochlol se décide enfin à donner un verdict. La nervosité montait au fur et à mesure que l'attente se prolongeait, si bien que je mis un moment à remarquer les yeux vides, presque vitreux, de l'esprit. Tout comme Hycate, j'en déduisis qu'elle communiquait ainsi directement avec sa maîtresse. 

Quand la Yochlol repris enfin la parole, j'en fus soulagée, car c'était pour m'annoncer une bonne nouvelle. Lloth avait accepté mes voeux! J'en fut presque trop abasourdie pour réaliser la magie de l'instant. Je regardais l'Envoyée de la Déesse-Araignée avec des yeux ronds, et  courbais le cou pour qu'elle l'entoure avec le pendentif qu'elle avait apparaître en un tour de main. Je n'osais souffler mot, tant la solennité de l'instant était puissant, j'aurais eu l'impression de la briser avec des mots futiles.

Je me contentais de hocher gravement la tête aux dernières paroles de la Yochlol, pleine de ferveur. Un frisson me parcourut néanmoins lorsque l'avertissement sonna à mes oreilles

 

Puis l'Esprit se détourna pour dire quelque chose à ma comparse, avant qu'elle ne disparaissent rapidement. J'eus encore un peu de mal à réaliser ce que je venais de vivre. Me voilà donc prêtresse novice de Lloth! Un monde de pouvoir et de noirceur s'offrait à moi. L'excitation et la jubilation prenaient finalement place en moi et je fêtais joyeusement mon ordination avec Hycate le soir même. 

 

 

Le lendemain,  ma mentor dans ma nouvelle religion me parla de l'épreuve des Ténèbres que je devais subir. A vrai dire, ne sachant pas trop à quoi l'attendre, je n'étais pas tellement inquiète que ça. Certes je n'avais pas de vision nocturne, mais je me débrouillais plutôt bien dans le noir en général. 

Elle me parla d'un objet sacré, un bourdon de prêtresse qui rendrait hommage à Lloth, et cela répondrait à la demande de la Déesse car il devait se trouver dans... la faille abyssale??

Je déglutis discrètement à cette annonce, mais n'en laissa rien d'autre paraître sur mes traits impassibles.

 

Soit! Je passerais l'épreuve comme l'exige ma Déesse et je ramènerais le bourdon pour la glorifier!

 

Après quoi je partis sans attendre me préparer pour mon expédition. 

Quelques heures plus tard, je franchissais l'entrée des tunnels de l'Académie et m'approchais du grand pont suspendus traversant la faille.J'avais déjà emprunté ce chemin et j'étais descendue au fond de la faille, mais toujours en compagnie de mes camarades de l'Au-Delà.... Cette fois, j'étais bel et bien seule. 

 

Après quelques acrobaties et un atterrissage sans douceur, je me suis retrouvée dans les ténèbres complètes des abysses. Je percevais à peine une légère lueur venant du haut du tunnel. Je restais quelques temps, jusqu'à ce que mes yeux s'habituent au noir et que mes pupilles soient ouvertes au maximum pour capter le moindre trait, la moindre lueur qui pourrait poindre au fond de cet obscurité. Je soupirais au bout d'un moment, vérifiant mon sac rempli à ras bord de potions. Il était temps d'avancer et de me risquer à la rencontre des créatures abyssales. Elles n'étaient pas tendres dans mes souvenirs. Et même si j'avais gagnée en puissance, elles restaient dangereuses et capables de m'envoyer à la nécropole... 

 

Un pas.... rien... deux pas... Toujours rien, mais je captais des sons qui s'amplifiaient et n'auguraient rien de bon. Trois pas.... Vlam! Un coup venu de nul part, je fais un pas de côté pour l'éviter et une morsure par là! A grand coups de soins et de potions, je progressais entre les vers sournois, les ulcausaurus et le kermotian hargneux. Plusieurs fois j'évitais la mort de justesse. N'y voyant goutte, et pour progresser dans un ordre logique, je longeais les murs pour me repérer.  Régulièrement, je déposais quelques pièces d'or par terre là où j'étais passée. Et régulièrement aussi, je lançais en l'air un sort de faisceau de pureté: l'espace de quelques secondes, des pans de la grottes étaient illuminés et les pièces au sol scintillaient, me montrant les endroits où j'étais déjà passée, et les ombres des monstres à éviter. 

Je cherchais ce maudit bâton comme une aiguille dans une botte de paille. J'y passais des heures et des heures et bientôt je manquais de potions. Je n'avais plus que mes forces pour me soigner et je m'affaiblissais de plus en plus. 

 

Un nouveau pas dans le noir et je dus rencontrer trois monstres en même temps. Je me suis sentie partir, je voyais déjà les lueurs de la nécropole et j'entendais presque le ton sarcastique de la recycleuse d'âme... Je priais Lloth de me donner la force de me soigner, mais je craignais qu'il ne fut trop tard. C'est alors que, par hasard, ma main étendu au sol rencontra un objet, ou plutôt un aliment qui avait du tomber de mon sac. Une carotte! Une carotte offerte par mon Eridani chéri. Je me souviens encore qu'il m'avait expliqué l'avoir enrichi en arrosant ses plants avec de l'eau mêlée de potion de vie. Après tout, je pouvais toujours essayer! Je croquais dans le légumes et me sentis de suite mieux. J'eux de nouveau quelques forces pour me soigner. Je souris en le remerciant intérieurement de son cadeau. Je cherchais à m'éloigner ds monstres pour réfléchir à la suite posément quand je butais sur quelque chose au sol. A tâtons, je me baissais et trouvais l'objet qui avait failli me faire choir....

Long et assez épais, il s'agissait apparemment d'un objet en bois, sculpté aussi car je sentais de nombreuses arrêtes sous la pulpe de mes doigts. On aurait dit un long bâton, je crois que j'avais trouvé le bourdon de prêtresse!!

 

Je lançais, soulagée, un dernier faisceau de pureté pour retrouver la sortie. Quelques mites venimeuses qui n'étaient rien comparés aux autres monstres me piquèrent un peu mais je n'en avais cure. Je remontais avec toutes les forces qui me restaient et pus enfin observer le bourdon de prêtresse que j'avais trouvé. Il s'agissait bien de cela, nul doute là dessus! Une pierre précieuse y était incrusté sur le dessus, et le travail de sculpture dessus digne des plus grands artisans!

Munie de mon précieux cadeau, je repris la route jusque vers notre repaire, épuisée mais satisfaite, et fière d'avoir pu remplir ma mission. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce ne fut que le lendemain que Selene reparut au repaire de la grotte. Et de fait, Hycate ne l’attendait pas de sitôt. Elle l’imaginait encore en train de cogiter sur la meilleure manière de s’y prendre pour s’aventurer dans la faille abyssale. La drow avait même pensé que l’humaine viendrait la trouver pour lui demander de l’accompagner. Etant donné l’épreuve qui l’attendait, cela n’aurait guère été surprenant. Hycate y avait songé et même envisagé d’accepter, sous certaines conditions bien sûr ! Après tout, c’était l’épreuve de Selene, et elle se devait de ne pas interférer. Sinon Lloth risquait fort de juger la chose sans valeur. Mais Hycate aurait pu laisser Selene passer devant et décider de leur parcours et de la méthode de progression à suivre. La drow se serait tenue derrière elle, en renfort contre les mauvaises rencontres, et en soutien en cas de coup dur. Vu la difficulté de l’épreuve, la Reine Araignée elle-même n’aurait pas trouvé cela trop protecteur, Hycate en était convaincue.

 

Et voilà que Selene revenait, fatiguée, les vêtements plus ou moins en lambeaux, mais avec sur les traits une expression de satisfaction évidente.

 

Hycate en demeura interdite quelques instants.

 

Elle y est allée seule ? Elle  y est allée et elle a réussi... ?

 

Ce fut seulement à cet instant qu’elle vit le long bâton noir que sa comparse tenait à la main. Il était couronné par une tête sculptée dans le métal, fait d’un argent pur, représentant une araignée. Et surtout, il émanait de lui des vibrations qui ne trompaient pas : celles d’un grand pouvoir magique.

 

Hycate sauta au cou de la revenante.

 

« Tu l’as fait ! Tu l’as fait !!! »

 

Elle en aurait pleuré de joie. Non seulement Selene revenait avec un artefact des plus puissants, qui honorerait Lloth, mais encore l’avait-elle conquis de haute lutte, par ses seuls moyens ! La Terrane prouvait là qu’elle avait des ressources insoupçonnées, et qu’elle était décidément précieuse. Elle progressait, encore et toujours. C’était du meilleur augure pour les projets de Hycate.

 

Après avoir enfin lâché Selene, elle prit le temps d’examiner sa prise. Nul doute à avoir, c’était bien le bourdon qu’elle cherchait depuis des mois maintenant.

 

Et offert sur un plateau, qui plus est.

 

Une prise qui trouverait une place d’honneur dans la chapelle de Lloth. Plus tard. Pour l’heure, il y avait plus urgent. Hycate proposa des soins à Selene, mais celle-ci n’était pas vraiment blessée, juste épuisée. La drow lui fit préparer un bon bain chaud ainsi qu’un repas copieux agrémenté de quelques remontants pour son mana bien affaibli. Et elle insista pour qu’elle prenne du repos. Autant qu’elle le jugerait nécessaire. Rien ne pressait pour l’heure.

 

Lorsque Selene se sentit pleinement revigorée, Hycate et elle se recueillirent à la chapelle pour prier Lloth. Hycate espérait que sa déesse – leur déesse, désormais – leur signifierait son approbation quant au résultat de l’épreuve dont Selene s’était acquittée. Le bourdon trônait à droite de l’autel, planté dans le sol, preuve du succès de l’humaine.

 

Dans leurs prières, toutes deux entendirent une voix dans leur esprit. Une voix connue.

 

La Yochlol , cette fois, ne se manifestait pas sous une forme physique, mais elle n’en était pas moins présente.

 

« Notre novice a subi l’épreuve des ténèbres et en a triomphé avec les honneurs. La Reine Araignée est satisfaite de ses efforts, de sa volonté et de ses résultats. Elle l’accueille donc dans son clergé comme sa prêtresse à part entière. Puisse sa foi ne jamais faiblir. »

 

Une pause, puis :

 

« La Reine Araignée aura d’autres projets pour vous. Vous recevrez ses instructions en temps et en heure. Soyez prêtes. »

 

Et le démon ne fut plus là.

 

Hycate prononça les louanges rituelles concluant la cérémonie et se tourna vers Selene, l’air satisfait.

 

« Encore toutes mes félicitations, ma belle. »

 

Pour autant, elles avaient du travail devant elles. La Yochlol avait clairement laissé entendre qu’une mission leur serait confiée, et plutôt tôt que tard. Hycate se disait que dans l’intervalle, elle avait tout intérêt à tester la maîtrise de Selene sur les sorts cléricaux.

 

Maintenant que l’humaine était officiellement prêtresse de Lloth, elle avait la faculté de puiser dans le pouvoir divin, et cela ne serait certainement pas de trop pour venir à bout des futures tâches qui les attendaient...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'étais revenue victorieuse, et rien ne me faisait plus plaisir que la surprise que qui se peignait sur le visage de ma comparse. Je pus lire cette expression aisément et j'eus le sentiment d'enfin gagner son  estime, si précieusement et jalousement gardée jusque-là. Je venais d'accéder à un niveau supérieur dans la cours des jeux que nous menions, et je me sentais enfin retrouver une place d'égale, ou presque, à ses côtés.

 

Nous avons fêté dignement mon intronisation, louées  Lloth comme il se doit, et après quelques jours festifs, Hycate m'enjoignit de reprendre l'entrainement, car nous devions nous tenir prête, la déesse ayant des projets pour nous! 

Je repris avec fougue les incantations des sorts cléricaux, invoquant syllabes après syllabes, mots après mots, avec les bonnes intonations. A chaque erreur, je lisais la désapprobation sur les traits de l'elfe noire, et je craignais des effets indésirables dus à ma mauvaise prononciation. Mais visiblement, je n'offensais pas Lloth et c'était là le principal.

 

Au bout de quelques semaines, je pus sans trop de difficultés invoquer des araignées et des démons mineurs. Les morts-vivants, ça c'était une autre affaire, et après 10 jours non stop à travailler cette invocation et un énième raté, j'en eu marre et je me pris une pause de 2 jours pendant lesquels je me changeais les idées en fréquentant assidûment mon nécromant de l'Au-Delà. Eridani, il  ne me laissait pas indifférente et jour après jour, il prenait une place plus importante dans mon coeur. Je passais deux jours enchanteurs à ses côtés, m'amusant avec lui à effrayer nos ennemis, à boire des coups à la taverne et à toute autre activité plaisante. 

 

Je revins en forme et à nouveau motivée pour reprendre auprès de ma comparse les exercices. Il m'avait fallu cela pour être reboostée et sereine. Je crois que la Drow ne vis pas de très bon augure mon absence, mais toujours est-il que ma petite escapade m'avait fait du bien. Je repris assidûment l'entrainement, et 3 jours plus tard, je réussis enfin à invoquer mon premier mort-vivant. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La période de calme n’avait pas été un luxe : Selene avait encore besoin de pratiquer les sorts cléricaux, Hycate s’en rendit vite compte. Et l’humaine butait encore sur les incantations, en langue drow évidemment, ce qui ne lui facilitait pas la tâche. A tel point qu’elle finit par s’agacer des ses échecs et partir pendant deux jours entiers.

 

Ce n’est pas ça qui va la faire progresser.

 

Mais Selene était revenue, reposée et remotivée, et avait repris ses exercices avec application. Pour finalement réussir à s’attirer les bonnes grâces de Lloth et relever son premier mort-vivant.

 

Ca, c’est encourageant.

 

Hycate était satisfaite, les progrès de sa comparse étaient évidents, quand bien même ils n’étaient pas toujours aussi rapides qu’elle aurait pu l’espérer... mais Hycate n’était pas un modèle de patience.

 

Et puis il y eut cette nuit.

 

Ce songe.

 

Cette voix.

 

Le lendemain, Hycate passa la journée en prières et divers offices religieux. Puis le soir, elle sortit de son silence et, autour d’une collation vespérale, s’ouvrit à Selene :

« J’ai eu un... rêve... non, disons une vision cette nuit. La Reine Araignée m’a montré notre prochaine assignation. Notre future victime. Il s’agit d’un homme venu d’une contrée fort éloignée, qui a fait un long voyage dans l’espoir d’échapper à son destin. L’idiot n’a pas vu qu’au contraire, il courait droit à sa rencontre. »

 

Un sourire sarcastique.

 

« Cet homme a abandonné son temple, son dieu, sa foi et ses frères, pour retourner sa veste au profit de leur pire ennemi ! De plus, il a volé une formule magique, une incantation majeure qui ne lui appartenait pas, et il compte apparemment s’en servir comme preuve de sa bonne foi auprès des adeptes du culte ennemi. Dans son esprit, il la remettra au camp opposé, la négociera pour acheter son entrée dans cette église et sa sécurité personnelle. Et tu sais ce qui est ironique ? Il s’agit d’un agent de Niue. »

 

Hycate guetta une réaction sur le visage de Selene, puis poursuivit :

« Un ancien agent de Niue, qui veut rallier le camp de Quen. Je me disais que cette mission ne serait pas pour te déplaire, non ? »

 

La drow laissa filer un fin sourire de connivence.

 

« Un voleur et un traître, voilà notre cible. Qui n’en a pas été récompensé, pour l’heure : figure-toi qu’en approchant le temple de Quen, il a été repéré et immobilisé par un agent de Quen, un vieil ent. J’ai pu le constater grâce à un sort de Vision Lointaine. Il a probablement cru qu’il s’agissait d’un ennemi, et l’agent de Niue n’a pas eu l’occasion de déclarer ses bonnes intentions. Mais bon, cela ne durera pas... Tôt ou tard, les agents de Quen viendront le combattre ou le chasser, et le malentendu se dissipera. Il faut donc frapper tant qu’il dure encore. »

 

Hycate s’était levée et marchait de long en large.

 

« Il est enfermé dans une zone restreinte et il semble n’avoir aucune échappatoire. Au moins pour l’heure. Et nous, rien ne nous empêche d’y rentrer... à nos risques et périls. »

 

Elle eut un regard qui disait clairement le péril que représentait l’individu à ses yeux.

 

« Bien que ses pouvoirs ne semblent pas pouvoir le libérer, ils sont intacts, et vastes. Le genre de sorcier à pouvoir appeler des renforts surnaturels, et pas des moindres. Lloth ne s’intéresse pas au traître – cela ne la concerne pas – mais le voleur lui déplaît. Déposséder un temple, aucune déité n’apprécie l’idée ! Notre mission consiste à nous emparer de son butin et à le consacrer à la Reine Araignée. Bien entendu, je doute que nous puissions l’obtenir autrement qu’en l’arrachant à ses doigts morts et refroidis... »

 

Elle n’ajouta rien. Une bataille d’un tout autre niveau les attendait, et elles le savaient toutes deux.

 

« Il va nous falloir un plan de bataille. Et un bon. »

 

Et les deux comparses passèrent une partie de la nuit à ourdir leur prochain méfait.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quand Hycate me parla de son rêve, de la volonté de Lloth et de cet homme rénégat qui avait trahi les siens, je me suis réjouie de cette mission que nous donnait la Reine Araignée... jusqu'à ce que Hycate annonce qu'il s'agissait d'un disciple de Niue. Je mis un moment à essayer de comprendre ce que cela signifiait, et la Drow dut voir le trouble sur mes traits, puis elle expliqua que c'était en fait un ancien agent qui avait trahi Niue.

Je me réjouie secrètement d'avoir à punir un nouveau disciple de Quen mais au final, je m'en serait remise à la sagesse de Lloth même si cet agent avait récemment rejoint Niue. C'était le fait qu'il ait volé une incantation qui avait déplu à la Déesse arachnide. 
Il était cependant drôle de constater qu'il s'était fait prendre à son double jeu puisque un adepte de Quen l'avait finalement immobilisé, et Hycate rappela la nécessité d'agir vite avant que d'autres n'arrivent et ne reconnaissent en ce renégat un allié. Il nous fallait au plus vite nous emparer de la formule et la consacrer à Lloth.

Nous voici donc quelques heures plus tard sur le lieu que la Drow avait repéré, une sorte de passage étroit entre les montagnes, cerné par des collines rocailleuses. Nous allions circuler à découvert. Le traître aussi cependant, était aussi très visible. Nous pourrions avoir l'avantage sur les premières attaques, mais elles viendraient d'assez loin et il faudra nous rapprocher.

Il apparut au bout de quelques minutes d'observation qu'il était seul. Nous étions visiblement arrivés à temps pour le contrer. Après une rapide concertation avec  ma comparse, je mis en pratique ce que j'avais appris avec ma mentor en préparant un sort de Pluie de Météore.

Je ne me risquais pas tout de suite à faire des sorts cléricaux, attendant de voir la puissance du renégat et ce qu'il valait. J'enchainais quelques sorts profanes en alternance avec la Drow avant que l'adepte ne nous repère et agisse à son tour. Il se mit à invoquer des formules et je me préparais mentalement à encaisser le choc et les dégats, persuadée qu'il allait nous attaquer directement. Au lieu de quoi, il fit apparaître l'un après l'autre des créatures autour de lui. Je connaissais ces silhouettes massives, des Gardabras! 

 

Désormais, atteindre directement l'adepte renégat serait beaucoup plus difficile... Quatre monstres  lui servait  maintenant de bouclier.

Je lançais un regard interrogatif vers Hycate. Quelle stratégie allions-nous choisir? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il régnait en ce lieu une atmosphère de fin du monde.

 

Le paysage en était rocailleux, austère, et l’orage qui menaçait avait fini par éclater. Des éclairs zébraient les cieux obscurcis par les nuages. La première attaque de Selene ne fit que renforcer l’impression générale : lorsque les météores s’abattirent sur la zone de l’adepte, les explosions se succédèrent.

 

Car l’adepte était toujours là, et bien là, empêtré dans les sorts de l’ent.

 

Pour autant, s’il ne pouvait fuir, il semblait disposer de l’intégralité de ses pouvoirs : il fit apparaître des boucliers de force pour encaisser l’attaque et, lorsque les deux magiciennes varièrent leurs attaques, il matérialisa des barrières étanches aux sorts. Et il ne semblait pas blessé. Même pas fatigué.

 

Dès que ses assaillantes firent une pause, se demandant quoi faire, il en profita pour passer à des incantations qui, si elles n’étaient pas offensives, lui assureraient néanmoins des renforts : des Gardabras apparurent et s’interposèrent entre l’adepte et les magiciennes. Hycate ne s’y attendait pas mais elle vit tout de suite le danger.

 

Il attend que nous nous tournions contre ses créatures pour nous asséner ses sorts offensifs par surprise.

 

 

Heureusement, sa comparse et elle avaient envisagé des situations de ce genre, et des stratégies adaptées.

 

« Selene ! Il nous faut des renforts nous aussi, sinon nous ne parviendrons jamais à l’abattre. Occupe-toi d’appeler des démons, je me charge de notre cible. »

 

Il fallait le contraindre à rester sur la défensive, coûte que coûte. Etant donné sa puissance, il était trop risqué de le laisser passer à l’attaque. Selene se plongea dans une incantation démoniaque pendant que Hycate bombardait méthodiquement la zone, touchant aussi bien les gardabras que l’adepte. Sans plus de succès que précédemment, mais les créatures n’étaient pas protégées, elles. Cela permit à la Terrane de mener à bien son invocation : trois démons de combat apparurent  au milieu de volutes ténébreuses et se ruèrent à l’assaut dès que Selene le leur commanda. Le choc entre démons fut violent, sauvage, bestial, sans règles. Le rideau défensif de l’adepte s’en trouva amoindri et Hycate renouvela ses assauts, bien décidée à faire tomber les défenses de son stoïque adversaire.

 

Pour autant, ce fut elle qui dut finalement faire une pause, le temps d’avaler une potion de mana.

 

Le visage de l’adepete était invisible dans les ténèbres de son capuchon. Mais Hycate aurait juré qu’il souriait lorsqu’il lança une nouvelle invocation... et les gardabras furent au nombre de huit. Les trois démons ne faisaient plus le poids.

 

Hycate pesta contre son adversaire.

 

« Selene ! Il nous faut plus d’alliés ! »

 

Et ainsi l’humaine fit-elle.

 

Aucun des deux camps ne voulait renoncer. Aucun des deux ne le pouvait réellement. Aucun des deux ne varia dans sa stratégie.

 

Après vingt minutes d’un combat acharné, l’adepte et les deux magiciennes – qui renforçaient régulièrement leur mana afin de tenir la distance – étaient toujours indemnes. Il y avait désormais une douzaine de gardabras, qui se battaient férocement contre une dizaine de démons. A leurs pieds gisaient une vingtaine de corps, des gardabras entremêlés dans le sang, la poussière et la mort. Les démons, eux, ne laissaient pas de cadavre derrière eux – ils s’évaporaient comme s'ils n'avaient jamais existé, n'étant pas de ce monde.

 

Hycate avait beau faire preuve d’une opiniâtreté sans faille, elle était frustrée de son manque de réussite. Profitant du fait que sa comparse venait de terminer une nouvelle invocation, elle lui enjoignit de la soutenir.

 

« Selene ! Il faut absolument renforcer notre attaque ou bien nous serons encore là demain. Attaque-le toi aussi, laisse les démons gérer le reste ! »

 

Mais cela serait-il suffisant ?

Edited by Suyvel

Share this post


Link to post
Share on other sites

« Selene ! Il nous faut des renforts nous aussi, sinon nous ne parviendrons jamais à l’abattre. Occupe-toi d’appeler des démons, je me charge de notre cible. »

 

Je répondit d'un hochement de tête aux paroles de la Drow, nous avions évoqué cette stratégie en nous préparant au combat et je songeais que le moment était enfin arrivé. Car je devais me charger d'appeler les démons pour lutter contre les Gardabras, et cette perspective me rendait à la fois fière et légèrement stressée. De ma réussite dépendant l'issue de notre entreprise: la victoire, ou bien une fin prématurée!

L'espace de quelques secondes, je fus comme paralysée, trop alourdie par le poids de cette responsabilité. Mais en deux secondes je fus capable de réagir et j'entonnais les sonorités étranges et mélodieuses du sort clérical:

 

Kwaë shinidi uruthys Opô'lene

 

Je prononçais les paroles avec une belle ardeur et fus récompensée par l'apparition d'un démon surgissant d'une volute de fumée noire, bientôt suivi par deux de ses semblables. Je poussais un petit cri de victoire, avant de me reconcentrer pour la suite.

Hycate de son côté attaquait notre cible, mais sans grand succès. Pire, l'adepte fit apparaître de nouveaux alliés, je réinvoquais donc à nouveau des démons.

 

Au bout de 20 minutes où aucun des deux camps ne prenait le dessus, et nos réserves de mana s'épuisant, la Drow se rendit compte qu'"il fallait réagir vite, au risque de nous retrouver sans aucune force d'ici quelques minutes. 

 

« Selene ! Il faut absolument renforcer notre attaque ou bien nous serons encore là demain. Attaque-le toi aussi, laisse les démons gérer le reste ! »

 

Il y avait désormais 13 démons face aux Gardabras qui n'étaient pas beaucoup moins. Je les laissais se battre entre eux et entrepris d'aider la Drow avec des sorts offensifs contre l'adepte. Je rassemblais mes forces, lançais un coup d'oeil vers la Drow et lançais coup sur coup une Pluie de Météores et un sort profane de Souffle de Magie blanche.  

J'espérais que Hycate saurait lancer ses attaques presque en même temps que moi pour ne pas laisser de possibilité à notre ennemis de réagir ou de se soigner. Il me fallut quelques secondes pour réenchainer avec une nouvelle Pluie de Météore. J'espérais ainsi achever vite notre cible en le bombardant d'attaque, quitte à être épuisée à la fin!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lorsque Selene se joignit à Hycate dans ses attaques sur l’adepte, la zone ciblée sembla disparaitre dans une apocalypse, de taille certes modeste, mais qui n’en était pas moins impressionnante. Les deux comparses donnaient leur maximum pour l’emporter à cet instant. Dans le chaos qui s’ensuivit, elle perdirent leur ennemi de vue, mais n’en continuèrent pas moins leur assaut, résolues à ne lui laisser aucune chance.

 

Puis leur mana finit par atteindre un seuil critique, et elles furent bien forcées de faire une pause. Chacune avala une potion pour recouvrer sa puissance magique, en attendant que la vue se dégage un peu.

 

Le dernier sort ayant fini de produire ses effets, elles distinguèrent quelques silhouettes : il ne restait plus guère que trois Gardabras, qui devaient faire face au double de démons. Leurs troupes avaient manifestement souffert de leur bombardement magique intensif, mais celles de l’ennemi encore davantage, de toute évidence. L’adepte, en retrait, était toujours debout, mais ses défenses avaient fini par céder, et il semblait avoir été atteint, quoique modérément, par le déluge de sorts offensifs.

 

En revanche, il avait profité de la courte accalmie pour préparer des sorts. Le premier qui tonna sur le lieu de la bataille fut un sortilège de Bannissement. Les démons furent instantanément renvoyés sur leur Plan, laissant les deux attaquantes sans troupes. Le second fut un sort d’invocation, qui fit apparaître cinq Gardabras de plus. Et le troisième rétablit des défenses autour de l’adepte, ce dernier avalant de surcroît une potion qui raviva ses forces physiques déclinantes.

 

Hycate fulminait.

 

« Par les Abysses ! Il ne va donc jamais céder ? Ne peut-il pas admettre sa défaite et mourir, tout simplement ?! »

 

La situation venait d’évoluer en leur défaveur, d’où la frustration de la drow. L’adepte était loin d’être au bout du rouleau et huit Gardabras se dressaient entre lui et ses agresseurs, au milieu d’un tapis de cadavres.

 

Hycate vit néanmoins une opportunité se profiler.

 

Si Lloth nous est favorable...

 

 

Elle se décida. Il fallait tenter le coup, même si l’issue était au mieux incertaine.

 

« Selene ! Il n’a pas l’air de vouloir nous envoyer ses Gardabras, il les garde pour sa protection. Je vais en profiter pour tenter quelque chose. Toi, continue à occuper l’adepte, qu’il ne puisse pas m’interrompre ! »

 

Et l’humaine reprit ses incantations offensives, pendant que Hycate se lançait dans un sort clérical aux accents sombres, puisant dans le pouvoir divin de la Reine Araignée. Si elle daignait accéder à cette requête, bien entendu. C’était le problème avec les divinités chaotiques : elles étaient changeantes, voire lunatiques. Selon son humeur – ou ses projets du moment – Lloth pouvait fort bien ignorer la drow, et le sort resterait sans le moindre effet. Celui-ci était un sort de haut niveau, impliquant d’autant plus la puissance de la divinité.

 

Lorsque les échos de l’incantation s’éteignirent sur le champ de bataille, Hycate guetta avec appréhension les signes de succès de son initiative. Rien d’évident n’attira son attention et elle se mordit la lèvre. Avait-elle présumé des bonnes grâces de sa divine protectrice ?

 

Un mouvement attira son regard. Elle examina ce qui se passait non loin de l’adepte... et elle poussa un cri de joie, aux accents triomphants.

 

Les Gardabras morts étaient en train de se relever.

 

Mais cette fois, ils n’étaient pas liés à l’adepte, qui regardait la scène d’un air médusé. Hycate sentit le lien qui désormais les unissait à elle : ces morts-vivants, relevés par la grâce de Lloth, étaient passés sous son contrôle.

 

« Tuez cet homme ! Abattez-le, je vous l’ordonne ! »

 

Et les cadavres animés se tournèrent vers l’adepte qui rugit de colère, de voir ses alliés se retourner contre lui. Les Gardabras vivants tentèrent bien d’abattre les traîtres, mais il était difficile de tuer ce qui était déjà mort. Les macchabées déferlèrent lentement et inexorablement sur les défenses de l’adepte, qui en faucha un certain nombre avec de puissantes attaques désintégratrices ou élémentales. Ce faisant, il négligea ses défenses, qui finirent par céder sous les assauts incessants de Selene. Une dernière pluie de météores le mit à genoux, et il mourut transpercé de plusieurs lames, de la main de ses troupes renégates.

 

Hycate exultait.

 

« Tué par ses défenseurs, quelle savoureuse ironie ! Louée soit Lloth de nous avoir donné la victoire ! »

 

Selene et elle se congratulèrent un moment, puis Hycate se rappela de leur mission et se dirigea vers le corps de l’adepte, qu’elle entreprit de fouiller. Elle trouva quelques colifichets magiques, des amplificateurs de sorts et des conteneurs de mana. Elle en soulagea le cadavre et les tendit à Selene.

 

« Au vainqueur les dépouilles », lui glissa-t-elle avec un sourire en coin. Elle était satisfaite de ce qu’elles venaient d’accomplir et la nouvelle prêtresse de Lloth avait tenu son rôle avec brio.

 

Puis elle finit par mettre la main sur un rouleau de parchemin, manifestement d’un âge vénérable. Elle le déroula précautionneusement, pour y découvrir d’antiques caractères runiques.

 

« Ca ne peut être que ça. Le sort que l’adepte a volé à son temple. »

 

Elle lança un regard à Selene, puis roula de nouveau le parchemin avant de le ranger dans un étui.

 

« Nous allons le rapporter à notre repaire et le consacrer à notre déesse. »

 

Et ainsi firent-elles.

 

Le soir, dans la chapelle de la Reine Araignée, les louanges des deux prêtresses résonnèrent pendant plusieurs heures. Après quoi, leur protectrice satisfaite, Hycate alla prendre une coupe de vin, avant de se diriger vers son lit. Elle ne tenait plus guère debout, et le vin n’y était pour rien. La dernière incantation qu’elle avait lancée avait puisé profondément dans ses forces et une simple potion ne suffirait pas à la requinquer. Il lui fallait du repos.

 

Un repos qu’elle estimait largement mérité.

 

Edited by Suyvel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×