Aller au contenu
Terre des Éléments
Selene

Noire Soeur

Recommended Posts

[Hrp]

Ces évènements se situent peu de temps avant l'assaut de la Garde de Melrath Zorac sur le campement orque de la forêt d'Irliscia, attaque qui devait ouvrir des failles dans les défenses orques et permettre aux aventuriers de s'y introduire. Des éléments du récit y font référence sans y être liés

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus

http://www.terre-des-elements.net/forum/index.php?showtopic=7553

(après le 5eme message)

[/hrP]

                  **************************************************************************************

 

SOMMAIRE

Ténèbres premières:   L'Appel à la Nuit

Ténèbres secondes:  L'Eveil à la Nuit

Ténèbres troisièmes:  Nuit tombante

Ténèbres quatrièmes:  L'Essor de la Nuit

Ténèbres cinquièmes: L'Apogée de la Nuit

Ténèbres sixièmes: Couleur Noir Minuit

 

                 **************************************************************************************

Ténèbres Premières

 

L'appel à la Nuit

 

 

 

Les oiseaux chantaient encore gaiement dans le petit matin ensoleillé quand je me dis qu "˜il était peut-être temps de partir si je ne voulais pas me faire surprendre. L'activité ne tarderait pas à fourmiller dans la cité d'Eolia que je venais souvent épier ces derniers temps. Quelques rumeurs m'avaient incité à venir voir de mes propres yeux ce lieu où j'avais dû mettre les pieds une ou deux fois en de très brèves occasions. Le fait de croiser de plus en plus de combattants de cette faction alors qu'ils n'avaient été que de pacifiques voyageurs en leurs temps m'avait conforté dans ma résolution d'en savoir plus sur cet irréductible village du Souffle.

 

Beuveries habituelles, réunion au sommet, plaisanteries entre amis... tout cela aurait pu vite me lasser si les agissements d'une certaine personne ne m'avaient mis la puce à l'oreille.

Une magicienne à la peau sombre faisait des allées et venues suspectes, s'éloignant parfois en catimini du camp et en y revenant de la même manière, parfois avec un de ses disciples, parfois seule.. Il m'était arrivée de la suivre à l'occasion, et ce que j'avais pu voir m'avait fait hausser un sourcil. Je l'avais observé notamment en compagnie de certains orcs, mais jamais je n'avais pu m'approcher pour découvrir plus avant ce qu'elle mijotait.

Une chose était certaine, elle cachait des choses à ses compagnons de faction...

 

Tout cela m'intriguait mais ne menait véritablement à rien, tout au plus avais-je un argument ou de quoi semer le doute dans l'esprit d'un Souffle si quelque chose devait mal tourner...

Je pris mes quelques affaires et me faufilai discrètement hors du buisson dans lequel je m'était cachée et m'apprêtais à rebrousser chemin en direction du désert quand un petit bruit indistinct s'éleva derrière moi. Instinctivement, je pris une petite poignée de poudre aveuglante dans ma main et attendis la suite...

Modifié (le) par Selene

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suyvel était satisfaite.

 

Son projet mûrissait, elle affinait ses plans et espérait bientôt réussir un coup fumant : porter une attaque au cœur du campement ennemi, au sein de la forêt d'Irliscia... et acquérir la connaissance d'une ancestrale magie. La simple perspective du succès qui s'annonçait la mettait en joie.

 

Elle venait de quitter Yazrain, auquel elle avait demandé un service bien précis -  de nature à l'aider dans son projet - et comme il avait accepté, elle cheminait en se disant que tout se présentait sous des auspices favorables. Il lui restait encore quelques points à régler et elle pourrait passer à l'application de son plan proprement dit. Ce fut à ce moment que l'un des sylphes qui veillaient sur la sécurité du village vint l'alerter.

 

La cité d'Eolia avait été bâtie de façon à rendre un perpétuel hommage à la Déesse, et les élémentaux de l'air - souvent appelés sylphes - y venaient souvent. Certains étaient sollicités par les mages du Souffle d'Eolia pour veiller à la sécurité des lieux et de leurs résidents. Suyvel elle-même avait usé de ses talents d'invocatrice pour renforcer les effectifs de ce guet magique. Il fallait bien dire qu'il était très performant. Les sylphes étaient invisibles pour le commun des mortels, rapides et perceptifs. Ils ne s'assoupissaient jamais -  du moins, pas temps qu'ils se manifestaient sur ce plan d'existence - et étaient indéfectiblement loyaux à la Dame de l'Air et donc, à ses représentants. La présence en la cité des prêtresses d'Eolia permettait de garantir leur fidélité inconditionnelle.

 

Ce sylphe-là faisait partie de ceux qui étaient sous le contrôle direct de la magicienne et comme elle était présente, ce fut tout naturellement à elle qu'il vint faire son rapport. Il tournoya en un lent mouvement autour de Suyvel tout en faisant entendre sa voix semblable au murmure de la brise.

 

« Magicienne, j'ai repéré un intrus sur le domaine. »

 

Suyvel oublia instantanément tout ce qu'elle avait en tête pour se focaliser sur cette information. Les intrusions avaient eu tendance à redoubler ces derniers temps. Le Souffle d'Eolia traversait une période agitée de son existence. Des ennemis rôdaient et une alerte de ce genre ne devait pas être prise à la légère.

 

« Qui est-ce ?

- Je l'ignore. Une humaine, vêtue comme une mage, c'est tout ce que je puis dire.

- Merci de ta vigilance, Sûlev Leyrob Daimaj. Où se tient l'indésirable ? »

 

Suyvel suivit le sylphe qui la guida vers une sortie du village avant de lui indiquer un bosquet relativement étendu et touffu. A distance, la drow considéra le lieu et prononça une brève formule magique : perception spatiale.

 

Il y avait bien une aura. Et une aura maléfique.

 

Elle était ténue. Si Suyvel n'avait pas su qu'il y avait quelqu'un ici, elle aurait fort bien pu passer à côté sans la sentir. L'intruse devait user d'un sort de camouflage d'aura pour passer inaperçue aux yeux des mages. Du coup, Suyvel était incapable de reconnaître l'aura en question - si toutefois elle la connaissait - tout comme elle ne pouvait évaluer sa puissance réelle. Autrement dit, elle ignorait tout de la menace. Sûlev intervint :

 

« Désires-tu que je te guide jusqu'à elle ? »

 

Suyvel considéra l'option un instant. Le sylphe ferait un parfait guide mais une magicienne avait les moyens de le repérer. De plus, la végétation était trop épaisse pour permettre de voir l'intruse de loin. Enfin, n'ayant aucune idée du péril qui l'attendait, elle préférait ne pas se mettre elle-même en difficulté.

 

« Je te remercie, Sûlev, mais je vais m'y prendre différemment. »

 

Elle allait souhaiter la bienvenue à leur visiteuse. Et l'accueil promettait d'être chaleureux.

Suyvel glissa une main dans sa besace et en sortit une fiole qu'elle lança en cloche vers le bosquet. Lorsque le projectile improvisé se trouva au-dessus, la magicienne lança un sort basique lumineux. Une attaque faible et non pyrogène, qui détruisit le flacon mais pas son contenu. Le liquide, dans l'explosion, se trouva transformé en un aérosol qui retomba lentement en cône, couvrant une zone d'une vingtaine de pas de diamètre.

 

Suyvel eut un sourire peu engageant et assembla une boule de feu.

 

Elle projeta la sphère flamboyante droit sur l'aire qu'elle venait d'arroser avec son produit. Lorsque la boule de feu atteignit l'endroit visé, toute la zone s'embrasa avec violence.

 

Suyvel contempla le spectacle avec satisfaction. C'était un stratagème qu'elle avait récemment mis au point pour pallier les déficiences de la boule de feu, du moins la formule qui était enseignée aux mages. Suyvel savait qu'il en existait une autre, pour l'avoir vue à Sorcere, l'académie de magie de Menzoberranzan. Une formule autrement plus puissante, qui produisait des ravages étendus. Mais elle était adaptée à la magie noire et la drow, bien qu'ayant été sorcière, n'avait aujourd'hui plus le niveau de maîtrise nécessaire pour un tel sort.

 

De même, il existait d'autres sorts répandus chez les mages humains, qui engendraient des effets assez redoutables. Des formules telles que Brasier. Mais celles-ci étaient généralement l'apanage des mages du feu. A cause de la vieille inimitié entre éléments, l'Aéride ne trouverait aucun Igné pour lui enseigner ce savoir.

 

Heureusement, si elle n'était pas pyromancienne, elle était hermésiste. Et elle avait pu mettre au point un composé volatil hautement inflammable. Répandu sur une zone, il agrandissait considérablement l'aire d'effet de sa boule de feu, au point de rivaliser avec Brasier. Suyvel savoura le spectacle des flammes rugissantes, se demandant si elles avaient englouti l'intruse. Elle s'attendait à voir une silhouette embrasée jaillir de l'enfer qu'elle venait de déchaîner.

 

Voilà l'accueil chaleureux promis aux indésirables en ce lieu ! Il leur en cuira...

 

Toutefois, la drow ignorait si l'intruse ne s'était déplacée entre sa détection et son attaque. L'aire d'effet n'étant pas non plus gigantesque, elle avait fort bien pu en sortir avant. Si la magicienne voulait vraiment débusquer sa cible, elle devrait peut-être étendre l'incendie.

 

A tout hasard, Suyvel sortit une nouvelle fiole et s'apprêta à récidiver.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien, rien ne suivait ce petit bruit étrange qui après quelques instants de réflexion me firent penser à du verre brisé. Immobile, je songeais qu'il valait mieux que je me mette à couvert quand je perçus une faible source de chaleur grâce à mon sort de perception que je maintenais constamment autour de moi. La moindre modification de l'environnement me parvenait, et je compris juste à temps le danger avant que la boule de feu ne fut projetée pour enflammer l'air de la zone que je venais de quitter.

Un grand bond vers la gauche me permis de me retrouver à l'abri d'un rocher certes inconfortable mais pratique. De la sorte, j'avais une vue sur mon agresseuse, la sombre drow que je m'amusais justement à espionner. Comprenant son manège lorsqu'elle ressortit une fiole de ces affaires en jetant des regards perçants aux alentours, j'eux l'idée de la contrer pour la prendre à son propre piège.

Néanmoins, je n'en était pas moins admirative, d'une certaine manière.

Elle avait trouvé un excellent amplificateur pour la boule de feu et optimiser ses dégâts.

Ma formule sur le bout des lèvres, j'invoquais la bulle de protection bleue sur la magicienne au moment où elle s'apprêtait à lancer son projectile. Immanquablement, la fiole rebondit sur la surface magique et vint s'écraser droit sur la drow en répandant le liquide inflammable sur ses affaires.

Éclatant d'un rire mauvais, je sortis de ma cachette et n'eux qu'à lancer un faible sort basique pour annuler l'effet de la bulle avant de faire apparaître une petite boule de feu à mon tour, menaçant mon interlocutrice de la réduire en brochette.

- Très joli coup de maître ! Je dois avouer que j'ai failli y laisser ma robe...

Un petit sourire engageant et un compliment pour commencer.

- Mais il faut croire que je suis plus coriace que cela. Relâcher son attention trop vite peut se révéler fatal...

Néanmoins, je ne désire guère m'attirer les foudres d'Eolia en te tuant ici. D'autant que j'ai l'impression que toi aussi pourrait avoir des choses à cacher et que tu ne souhaite guère ameuter les habitants autour de toi...

Tout en parlant, j'avais fait une rapide étendue de mon sort de perception pour vérifier que nous étions bien seules. Seuls des mouvements aériens se profilaient mais je n'étais pas capable de déterminer si c'était là l'œuvre du vent ou des esprits sylphes qui je le savais, aidaient à la surveillance de la Cité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lorsque Suyvel lança la seconde fiole, elle eut la surprise de la voir ricocher sur un obstacle invisible et revenir sur elle. Le flacon la heurta et, comble de malchance, se brisa, répandant son contenu sur les vêtements de la magicienne. Suyvel n'en revenait pas !

 

Mais en quoi est faite cette saleté de fiole ? En cristal ?!

 

Tenant à ce que ses décoctions hermésiques soient conservées en sûreté, elle n'achetait que des flacons robustes, de bonne qualité et en verre épais. Celui-ci faisait manifestement tache dans le paysage... La colère embrasa son regard pourpre.

 

Cet escroc de marchand ! Par tous les démons, il va connaître des moments pénibles... juste avant de mourir.

 

Elle reporta néanmoins son attention sur l'obstacle qui avait détourné son lancer. En y prêtant attention, elle discerna une barrière éthérée et translucide, légèrement bleutée, tout autour d'elle. Cela éveilla son intérêt professionnel.

 

Une sphère magique ?

 

Elle ne connaissait pas de tels sorts mais avait lu la description de l'un d'eux dans un grimoire. Elle ne savait pas que l'on pouvait en user de la sorte pour faire échec à sa méthode et se morigéna de n'y avoir point songé. Elle n'eut pas le temps d'aller plus loin dans ses pensées : un projectile magique vint heurter la barrière et la fracassa. Plus exactement, la sphère absorba l'attaque et se volatilisa. Un rire sarcastique parvint à ses oreilles et lui signala la présence, à l'orée du bosquet, d'une silhouette en robes.

 

« Très joli coup de maître ! Je dois avouer que j'ai failli y laisser ma robe... »

 

Suyvel connaissait cette silhouette. La voix également lui était familière. Ses sourcils se relevèrent.

 

« Selene ?! »

 

Elle avait déjà croisé la magicienne maléfique, brièvement, au domaine des Constellations... dans des circonstances très particulières, elles avaient mis de côté leurs différends pour faire face à un ennemi commun.

 

« Que fais-tu ici ? »

 

Mais surtout, la vue de la magicienne la renvoyait immanquablement à celui qui la lui avait montrée, via un globe de vision, pour la première fois. Ses pensées dérivèrent.

 

Helevorn...

 

La Terrane la ramena à la réalité présente.

 

« Mais il faut croire que je suis plus coriace que cela. Relâcher son attention trop vite peut se révéler fatal... Néanmoins, je ne désire guère m'attirer les foudres d'Eolia en te tuant ici. D'autant que j'ai l'impression que toi aussi pourrais avoir des choses à cacher et que tu ne souhaites guère ameuter les habitants autour de toi... »

 

La magicienne ne paraissait pas animée d'intentions meurtrières. Si cela avait été le cas, elle n'aurait eu qu'à lancer sa boule de feu sur la drow et son compte aurait été bon. Certes, elle en menaçait Suyvel mais ne semblait pas plus hostile que ça. Elle la tenait en respect... Avait-elle donc une autre idée derrière la tête ? Les yeux de l'Aéride s'étrécirent.

 

« Tu sais que tu n'es pas la bienvenue ici... Alors, à quel jeu malsain joues-tu encore ? »

 

Les mots de la Terrane firent leur chemin dans son esprit.

 

Des choses à cacher ?

 

Avait-elle épié ses faits et gestes ? Avait-elle surpris ses préparatifs ? Elle n'avait pas besoin de cela... Ce qu'elle préparait était déjà bien assez compliqué et périlleux. La présence d'une espionne, voire d'une gêneuse, n'avait rien pour l'enchanter. Elle eut envie de s'en débarrasser une bonne fois pour toutes... mais n'était pas en position de force pour ce faire. Elle allait devoir parlementer.

 

« Que veux-tu au juste ? »

 

D'un ton revêche.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sa position m'amusais. Elle ne devait guère apprécié, je le sentais d'ailleurs à son regard de braise, au ton de sa voix. Tout en elle rappelait la braise qui couvait et qu'un coup de vent suffirait à réanimer.

"Voyons, je me promène, les lois du Souffles interdiraient-elles de se balader aux alentours du campement", fis-je d'un air narquois.

Je fis disparaître la boule de feu, montrant par à un signe apaisant envers la Drow. Ni l'une ni l'autre ne souhaitions l'arrivée d'autres personnes dans notre petit entretien. J'étais suffisamment certaine qu'elle cachait des choses pour le déduire.

" Humm... et qu'est-ce qui te ferait croire que je veux quelque chose de toi? Non, une simple discussion amicale entre "collègues" me sied parfaitement! Pas toi?

Alors dis-moi, qu'est-ce qu'une elfe sombre au tempérament agité comme toi fait parmi les pacifistes et les doux rêveurs du Souffle. J'aurais pourtant pensé qu'un peu plus d'action et de sang te conviendraient mieux... avec le potentiel que tu aurais... "

Je laisse volontairement mes phrases en suspens. je cherche à la sonder, qu'est-ce qui se cache réellement sous son apparence de magicienne tranquille?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« Voyons, je me promène, les lois du Souffle interdiraient-elles de se balader aux alentours du campement ? »

 

L'expression moqueuse que la Terrane arborait tapait sur les nerfs de Suyvel. Et si Selene n'avait rien de particulier à dire, la drow n'avait pas le temps de rester là à l'écouter divaguer. D'autres questions plus importantes et urgentes requéraient son attention. Elle eut envie de la planter là, de faire demi-tour et de rentrer. Sauf que... si la Terrane le prenait mal, elle pouvait la faire rôtir.

 

Comme si elle avait lu cette pensée, la magicienne de l'Au-Delà éteignit la boule de feu. Suyvel posa sur elle un regard intense et l'examina avec une attention redoublée.

 

Nulle flamme en vue.

 

Un geste qui changeait la donne. Sans cette épée de Damoclès au dessus de sa tête, l'Aéride retrouvait une grande liberté d'action. Certes, elle restait recouverte de liquide inflammable, mais Selene ne pouvait plus en profiter pour la tuer instantanément. L'option meurtre revint trotter dans l'esprit de la drow.

 

Néanmoins cela aurait été fort mal la payer d'un geste qui avait tout de la tentative d'apaisement. Songeuse, Suyvel fit quelques pas vers la Terrane. Puis elle s'arrêta, se mura dans le silence et attendit la suite.

 

« Humm... et qu'est-ce qui te ferait croire que je veux quelque chose de toi? Non, une simple discussion amicale entre "collègues" me sied parfaitement! Pas toi? »

 

Pour ce qui était de la simple discussion amicale entre consœurs magiciennes, l'Aéride entretenait de sérieux doutes. Si vraiment Selene désirait parler, Suyvel craignait fort que ce qu'elle entendrait ne soit guère plaisant pour elle. La Terrane avait-elle dans l'idée de lui extorquer des informations ? Des sortilèges ? Des recettes d'hermésiste ?

 

Peut-être le secret de mon nuage de feu...

 

Toutefois, les premières paroles de Selene ne furent pas révélatrices de tels plans.

 

« Alors dis-moi, qu'est-ce qu'une elfe sombre au tempérament agité comme toi fait parmi les pacifistes et les doux rêveurs du Souffle. »

 

Suyvel en resta interdite un instant.

 

Elle pose la question sérieusement.. ?

 

La vision du Souffle qu'avait Selene l'amusa néanmoins un instant. Sa faction avait été pacifiste autrefois mais cette période était révolue. Lorsque Suyvel avait intégré ses rangs, elle tirait sur sa fin. Maintenant, le Souffle était une faction en guerre, avec d'autres factions... et contre les orques. La paix n'était plus qu'espérance lointaine. Mais cette étiquette de pacifistes collait encore à la peau des membres de la faction. L'héritage d'un passé. Une réputation surannée qui tardait à s'éteindre.

 

Si Selene connaissait certaines de nos guerrières, comme Ysabeau ou Elfe... elle changerait sans doute d'opinion sur la question !

 

Suyvel laissa filer un sourire. Pus elle répondit tranquillement :

 

« Si je suis entrée dans cette faction, c'est que le pacifisme et la rêverie ambiante  comme tu le dis si bien  me convenaient. »

 

Selene poursuivit sur sa lancée :

 

« J'aurais pourtant pensé qu'un peu plus d'action et de sang te conviendraient mieux... avec le potentiel que tu aurais... »

 

Le sourire de Suyvel s'éteignit. Elle se figea sur place.

 

De sang... ?

 

Quelques images ressurgies de ses jeunes années traversèrent brièvement ses yeux. Une main qui levait une dague. Un corps qui tombait au sol, et qui ne se relèverait plus.

 

Du sang. Partout, du sang.

 

Elle avait laissé toute cette haine, cette folie, cette violence derrière elle. Et pourtant... elles la poursuivraient toujours. De ce sentiment d'impuissance fataliste naquit la colère.

 

« Que sais-tu de ce qui me conviendrait mieux, pauvre sotte ?! »

 

La hargne de ces mots la frappa elle-même. Sa colère s'évanouit. Suyvel baissa machinalement le regard sur ses mains. Les considéra longuement, en silence. Puis les leva devant elle, en direction de l'humaine, et marcha lentement vers elle.

 

« Vois-tu ces mains ? Elles ont fait couler beaucoup de sang ces derniers temps... du sang orque, surtout... »

 

Tout en disant cela, elle arrivait devant la Terrane.

 

« En fait, elles en sont littéralement couvertes. »

 

Et elle fit le geste de s'essuyer les mains sur la robe de Selene. Celle-ci, dans un sursaut de dégoût manifeste, eut un geste de recul. Le regard de Suyvel brillait d'une lueur étrange.

 

Le pouvoir de la suggestion.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« Que sais-tu de ce qui me conviendrait mieux, pauvre sotte ?! »

Ca y est!! Elle s'énerve enfin, elle commence à lâcher prise et à dévoiler peu à peu sa nature plus brutale qu'elle ne veut le laisser penser. Au fond d'elle sommeille un être très différent de l'apparence qu'elle laisse entrevoir...

Je souris amplement sans bouger d'un cil.

« Vois-tu ces mains ? Elles ont fait couler beaucoup de sang ces derniers temps... du sang orque, surtout... »

« En fait, elles en sont littéralement couvertes. »

Ce disant, elle s'avance jusqu'à frôler ma robe pour s'y essuyer vivement les mains.

Avec une moue de dégoût ostensible, je me recule avec adresse en sifflant entre mes dents, retenant à peine une brutale injonction:

"Ne me touche pas avec tes sales pattes!"

Me radoucissant et souhaitant reprendre l'avantage, je poursuis:

" Tu risquerais d'être en contact avec du sang de tes frères... Vois-tu, moi aussi je fais couler du sang, et ces derniers temps ce sont des Souffles qui ont versés le leur..."

Mon regard intense se pose dans celui de la Drow avec insistance et la sonde.

" D'humain ou d'orque, le sang reste le même, le souffle de vie ôté à sa victime, ce pouvoir acquis sur les autres, le plaisir inégalable de contempler la mort... Au fond, peut-être ne sommes-nous guère si différentes que tu ne voudrais bien le croire, ne penses-tu pas?"

Un sourire mi sincère, mi moqueur s'est fait une place sur mes lèvres.

Je la provoque délibérément. Mais au fond, mes interrogations sont sincères. Ressent-elle cette excitation au moment ultime? Le plaisir de la chasse et de la capture, la victoire vibrant au coeur de son être? Quelle est vraiment sa nature de Drow en somme..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« Ne me touche pas avec tes sales pattes! »

 

Cette exclamation ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde. Suyvel songea qu'elle était révélatrice de toute l'estime que Selene lui portait en réalité.

 

Au temps pour la petite discussion amicale entre collègues, s'amusa-t-elle fugacement.

 

La suite devait lui donner pleinement raison.

 

« Tu risquerais d'être en contact avec du sang de tes frères... Vois-tu, moi aussi je fais couler du sang, et ces derniers temps ce sont des Souffles qui ont versé le leur... »

 

Le ton doucereux de la Terrane dissonait avec le venin du propos d'une façon insupportable pour l'Aéride. Suyvel n'aurait pas été davantage secouée si Selene l'avait giflée au visage. Une petite voix familière s'éleva sous le crâne de l'elfe noire.

 

« Ma pauvre, tu ne seras jamais bonne à rien. Tu n'es pas capable de protéger tes soi-disant amis d'êtres aussi insignifiants que cette humaine. Pas même de les venger. Alors à quoi sers-tu, exactement... ? »

 

Ses mains se fermèrent en poings et se crispèrent jusqu'à en faire blanchir les articulations. Une envie de meurtre la balayait toute entière, comme une lame de fond. Cette fois-ci, elle ne songeait pas à tuer Selene pour protéger le secret de ses projets, non. Elle voulait juste l'empêcher de récidiver. Et la faire payer pour ses meurtres.

 

« C'est ton ennemie, elle te provoque et tu hésites encore ? Tu es si faible... C'est pathétique. »

 

Un instant, la vie de Selene balança en équilibre instable sur le fil du katar qui, caché dans la manche de Suyvel, lui brûlait littéralement la peau.

Ironiquement, ce fut la Terrane qui fit pencher la balance, sans doute pas du côté qu'elle escomptait, mais se sauvant elle-même "“ sans le savoir "“ d'une fin violente et prématurée.

 

« D'humain ou d'orque, le sang reste le même, le souffle de vie ôté à sa victime, ce pouvoir acquis sur les autres, le plaisir inégalable de contempler la mort... Au fond, peut-être ne sommes-nous guère si différentes que tu ne voudrais bien le croire, ne penses-tu pas? »

 

Ces paroles étaient vides de sens pour Suyvel. La tension qui l'habitait s'atténua, puis s'envola, la laissant libre de réfléchir plus en profondeur.

 

Le plaisir de donner la mort ?

 

Elle ignorait ce genre de contentements. Lorsque Suyvel tuait, elle le faisait par nécessité, rationnellement, froidement, sans émotion mais sans plaisir non plus. La vue du sang la laissait de marbre, comme les tombes. Oh, elle avait bien tué par vengeance, ou sous l'emprise de la colère, mais jamais elle n'en avait tiré de satisfaction particulière. Ce genre d'acte lui avait juste permis de tarir la source de sa rancœur ou de sa fureur. Elle n'en avait jamais attendu plus que cela.

 

Différentes ?

 

Le mot lui trottait en tête et semblait ne pas vouloir en sortir. Suyvel reprit la parole :

 

« De quel pouvoir parles-tu ? Quel ascendant acquiers-tu en tuant un ennemi ? Une fois mort, il est définitivement hors de ton atteinte. Tu le libères de toute menace, de tout péril. Quant au douteux plaisir de tuer... le drow moyen te répondrait que le meurtre n'est qu'un outil, une manière d'accéder à ce que l'on désire réellement. Mes frères et sœurs de race, lorsqu'ils veulent s'amuser avec tes semblables, ne les achèvent pas "“ ils leur infligent mille tourments mais les gardent en vie par tous les moyens. Tant qu'il y a de la vie, leurs jeux malsains peuvent continuer. Avec la venue du trépas, tout s'arrête... »

 

« Nous arpentons peut-être la même route toi et moi, mais nous nous sommes seulement croisées, car nous ne la parcourons pas dans le même sens. Toi, pour je ne sais quelle raison, tu recherches le mal, l'avilissement et la dépravation... Tu t'y complais et tu veux t'y vautrer... Grand bien t'en fasse. Moi, je viens d'un monde fondamentalement maléfique. Un enfer que tu ne peux même pas imaginer dans tes songes. J'y ai vu mon peuple se perdre dans la damnation éternelle par la volonté de Lloth, cette infâme engeance d'un Mal si noir que tu ne pourras jamais ne serait-ce que l'approcher. J'ai réussi à m'y soustraire et j'ai laissé tout cela loin derrière moi... mais je sais pertinemment qu'il n'y a rien au bout du chemin que tu suis, Selene. Par contre, cette route te dépouillera de tout ce qui pourrait donner un sens à ta vie. Et lorsque tu seras au bout, tu n'auras plus rien à quoi t'accrocher. Plus rien du tout. Ta vie t'aura échappé et ton âme sera jetée en pâture aux démons. »

 

« Puisse ta déesse te protéger de toi-même et te guérir de ta folie... sinon, elle aussi, tu la perdras. »

 

Un silence, puis Suyvel tourna les talons. La conversation était allée bien au-delà de ce qu'elle avait imaginé ou souhaité. Elle préférait y mettre fin, même si la Terrane ne l'entendrait probablement pas de cette oreille. En guise d'adieu, elle lui lança simplement par-dessus son épaule :

 

« Ne reviens pas par ici, Selene. »

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle ne disais rien, elle paraissait presque perdue.. ou bien en proie à un tourment intérieur? Voilà qui promettait d'être intéressant.

Elle se décide finalement à répondre à mes provocations... par d'étranges avertissements. Elle me dévoilait beaucoup d'elle-même et de son passé ce faisant.

" Oui, les tourments, la souffrance... bien sûr qu'elle amuse aussi.. sentir une vie à la merci de nos actes apporte un pouvoir bien souvent proche de l'ivresse.

Le sang de la vie qui s'écoule, le moment où tout bascule...

Et, pendant une infime seconde, L'Equilibre parfait entre vie et mort, une notion qui t'es chère n'est-ce pas?"

Je lui offrit mon plus beau sourire ironique le temps de faire une petite pause

" Car la mort n'est qu'un recommencement, une fin de cycle qui se perpétuera à nouveau..."

Nouvelle pause pour prendre le temps de réfléchir aux étranges paroles de Suyvel. Elles se voulaient prophétiques mais sonnaient pourtant faux. Elle commençais déjà à s'éloigner mais celà ne m'empêcha pas de continuer.

" Tu semble bien sûre de toi, mais quel est ce Mal dont tu parles? De la même manière qu'il existe 1001 façon de faire le bien, il y en a autant de prendre des chemins de traverses, plus sombres, de penser à soi et d'être hors de la pensée bienséante du monde.. En somme, de faire le mal.

Oui, je le recherche, je veux comprendre chaque raison qui pousse un être à choisir cette voie de destruction.

Je m'y suis déjà heurtée aussi, lorsque je menaçais de m'arracher mes propres sentiments..."

Mon regard se fit plus vague quelques secondes à l'évocation d'un autre Drow..

" J'en explore tous les recoins jusqu'aux limites formées par mes certitudes et par ce qui donne sens à ma vie. Et n'aie crainte pour moi, je ne compte rien perdre, mais tout gagner. ma déesse y veille plus que tu ne le pense.

Car ce n'est qu'avec cette expérience de la voie de Niue que je pourrai en toute conscience choisir la meilleure façon de la servir et de prendre toute ma place en ce monde..."

Je laissais le silence s'installer quelques secondes. J'avais dévoilée moi aussi des pensées presque intimes et une désagréable sensation de vulnérabilité me taraudait. Je m'efforçai de la masquer avec une nouvelle provocation.

"Alors en fin de compte, toj et les autres défenseurs des opprimés, n'êtes guère plus reluisants que nous, voire même êtes plus mesquin encore...vous chercher à imposer votre vision du monde sous des airs de justice mais le fait est là. Tandis que nous avons la décence de ne pas nous cacher derrière les beaux discours. Les moyens restent les mêmes, quels que soient les buts à atteindre...la technique du loup prévaudra toujours sur celle de la brebis"

Je la fixais durement, elle avait cessé de s'éloigner depuis un moment déjà. Réagirait-elle à nouveau?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« Et, pendant une infime seconde, L'Equilibre parfait entre vie et mort, une notion qui t'est chère n'est-ce pas? »

 

A ces mots, Suyvel s'arrêta net. Elle demeura immobile, figée, tournant toujours le dos à Sélène.

 

Elle se moque de l'Equilibre ? De ce que je considère comme primordial ? De ce en quoi je crois ?

 

Elle n'avait même pas besoin de faire face à la Terrane pour sentir son sourire railleur.

 

Comment ose-t-elle !

 

Sélène poursuivit sa pensée et son discours.

 

« Car la mort n'est qu'un recommencement, une fin de cycle qui se perpétuera à nouveau... »

 

Suyvel pivota pour la dévisager, s'interrogeant cette fois sur le sens profond de ce que la Terrane venait de dire. Bien que cela ne sonnât pas faux à ses oreilles, elle y vit néanmoins un dévoiement malveillant. Et beaucoup d'orgueil.

 

Pour qui se prend-elle ? Pour la messagère de la Grande Faucheuse ?

 

Sélène se lança dans un long monologue, le premier depuis le début de leur discussion. Elle y exprima ses certitudes. Et lorsqu'elle dit :

 

« Et n'aie crainte pour moi, je ne compte rien perdre, mais tout gagner. »

 

... Suyvel sut qu'elle n'avait rien écouté de ses avertissements. Elle avait prêché dans le désert.

 

Autant parler à un mur !

 

La petite voix familière s'éleva à nouveau sous son crâne.

 

« Oui, ton ennemie est orgueilleuse, c'est certain... et c'est bien mieux que de n'avoir aucune fierté comme toi, n'est-ce pas ? Elle fait face, pendant que tu fuis... »

 

Je ne fuis pas : je m'en vais.

 

« Oui, tu as raison : joue sur les mots. Cela te permettra de nier la réalité, au moins pendant un temps... »

 

Je ne nie rien du tout ! Je m'en vais car cette discussion est vaine. Elle ne me mènera nulle part.

 

« La fuite non plus. »

 

Je ne fuis pas !

 

« Oui, tu as raison. Ce sont les lâches qui fuient. Et sinon, rappelle-moi : depuis quand es-tu devenue courageuse exactement... ? »

 

Suyvel serra les dents. Perdue au beau milieu de ce tumulte intérieur, elle pencha légèrement la tête en avant et, les yeux mi-clos, avança lentement vers la Terrane. Sélène continuait ses provocations mais, à ce moment-là, Suyvel n'entendait plus grand-chose, absorbée par son conflit personnel. Pourtant, elle perçut les derniers mots :

 

« La technique du loup prévaudra toujours sur celle de la brebis ! »

 

Une fois de plus, la petite voix intérieure fit entendre sa détestable musique.

 

« Voilà ! Elle a trouvé ce qui te définit le mieux : une brebis ! Une petite brebis noire qui a peur de tout, même de son ombre ! »

 

Et la voix émit un ricanement joyeux et sardonique. Suyvel se contracta un peu plus sous l'insulte.

 

C'est faux !!!

 

« Une petite brebis qui suit sagement le troupeau parce qu'elle a trop peur de se retrouver seule. »

 

Je suis ma propre voie !

 

« Une petite brebis qui obéit aveuglément à son berger. »

 

Je ne suis la brebis de personne ! Je vais où je veux, avec qui je veux !

 

« Une petite brebis qui a peur du loup. »

 

Une réflexion qui renvoyait impitoyablement Suyvel aux derniers mots de Sélène. L'Aéride hurla :

 

« ASSEZ ! »

 

Suyvel aurait voulu faire taire cette voix, par tous les moyens. Elle releva brusquement la tête, les yeux flamboyants de colère, et tout ce qu'elle vit était la Terrane. Le seul être sur lequel elle avait prise. En un éclair, elle lui décocha une terrible gifle qui fit chanceler Sélène. Puis elle se rua sur elle et la saisit d'une main au niveau du cou, tout en continuant à avancer. Déséquilibrée, la Terrane fut obligée de reculer pour ne pas s'étrangler complètement, jusqu'à ce que ses omoplates rencontrent durement l'écorce d'un arbre. La main gauche de Suyvel vint enserrer son poignet droit, maintenant son bras le long du tronc. Cela ne laissait à Sélène que son bras gauche pour tenter de briser la prise qui lui bloquait le larynx. Le rapport de force aurait pu paraître équilibré, mais il ne l'était pas. Suyvel avait beau être de taille moyenne, son sang drow lui conférait une grande vigueur pour sa mince silhouette. Les femmes de sa race bénéficiaient d'une force physique surprenante, en général supérieure à celle des elfes noirs. Ce n'était pas par hasard qu'elles dominaient la société drow... et que les guerriers drows de l'élite étaient souvent des femmes !

 

Avec un seul bras, il était douteux que Sélène pût se dégager seule de la prise de l'elfe noire. Et comme celle-ci lui écrasait la gorge et lui paralysait les cordes vocales, elle n'était même pas en mesure de prononcer le moindre sortilège.

 

Lui restait-il seulement une chance de se sortir d'une situation qu'elle avait - ô ironie - elle-même provoquée ?

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu à peu, la Drow ralentit, je la sens hésiter, prêter une oreille attentive à mes paroles, qui doivent commencer à la faire bouillir de l'intérieur.

A un moment elle se retourne, elle ne dit aucun mot mais elle semble faire face à un dilemme intérieur, revenir en arrière, repartir?

Quelques secondes s'écoulent à la fin de ma dernière phrase. J'attends ce qui va suivre avec excitation mêlée d'une pointe d'anxiété lié à l'inconnu.

J'en était à me dire qu'elle n'allait finalement pas réagir, lorsque d'un coup elle se précipita sur moi et m'envoya au sol avec une force phénoménale qui me surprit pour une personne de sa carrure, d'autant qu'elle n'était même pas guerrière. La force légendaire des Drows n'était donc pas un simple mythe...

Je n'eus guère le temps de m'interroger plus avant, en un clin d'oeil elle était sur moi et me prit à la gorge et me traina sur quelques mètres en arrière jusqu'à un tronc d'arbre.

Brutalement arrêté par le géant de bois, je réprimai un grognement et ne put qu'adresser un rictus à mon adversaire qui me broyait presque la gorge et m'empêchait de respirer convenablement.

Instinctivement je tentai de me débattre, mais son autre main vint bloquer une des miennes contre le tronc, et son corps empêchait mes jambes de tenter le moindre mouvement. Il semblait que j'étais bel et bien bloquée..

Rageusement ma main libre vient la saisir par sa chevelure blanche et je tire de toutes mes forces. Sa tête pars en arrière mais elle ne lâche pas prise pour autant. Je plante alors mes ongles de toutes mes forces dans sa main, ce qui la fait légèrement lâcher prise et me permet de prendre une respiration hachée.

A ce moment précis, je comprend soudain ce qu'il me reste à faire. Ténue et végétale, une conscience est venue frôler la mienne. Un picotement dans ma main collée à l'écorce par la poigne de la Magicienne me donne la clé.

J'entame une litanie magique mais n'ai le temps que de clamer les premières formules que la main de l'Aéride revient à l'assaut pour me faire taire. Les sons sortent tronqués de ma bouche et ne deviennent bientôt plus que murmures essoufflés mais mon esprit concentré sur mon sort invoque les formules et les guide à travers mon bras jusqu'à ma main collée à l'arbre.

Je ferme les yeux et visualise ce que je j'invoque. Je peine de plus en plus à respirer et me demande un instant si je n'agit pas vainement. Mais soudain je sens l'étreinte de la Drow à nouveau s'affaiblir. J'ouvre les yeux et comprend que mon sort a fonctionné, Une branche noueuse et souple de l'arbre a pu se mouvoir pour emprisonner le poignet de l'elfe sombre.

Surprise, elle ne réagit pas assez vite lorsque je me dégageai et lui fit finalement à nouveau face.

" Bien tenté! Je vois que ce que j'ai pu dire ne te laisse finalement pas de marbre..."

Un sourire satisfait éclaire désormais mon visage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lorsque la branche mince et souple vint d'elle-même enserrer son poignet, Suyvel fut si surprise qu'elle se déconcentra un instant, ce qui fut suffisant pour permettre à Selene de briser sa prise et de s'écarter. La Terrane reprit son souffle tout en lui faisant face. Puis elle finit par s'exprimer de nouveau :

 

« Bien tenté! Je vois que ce que j'ai pu dire ne te laisse finalement pas de marbre... »

 

Les mots ne l'émurent guère, surtout dans l'état de colère qui était encore le sien. Mais le petit sourire suffisant que Selene afficha alors suffit à provoquer une nouvelle explosion de rage pure chez la drow. Suyvel voulut se ruer sur l'humaine, prête à chasser définitivement ce sourire, à coups de katar par exemple. Mais la menotte végétale était toujours là, et son étreinte ligneuse était solide. Suyvel fut arrêtée net dans son élan et cria sa frustration. Se tournant alors vers l'arbre, elle leva sa main libre en un geste vengeur et prononça les premières syllabes d'un sortilège d'attaque : Boule de Feu. Elle allait réduire en cendres cet arbre pour le punir de son soutien à celle qui la narguait.

 

A cet instant, une infime parcelle de lucidité résiduelle parvint à se faire entendre dans la tête de la drow.

 

Tu es toujours couverte de ton fluide inflammable !

 

Instantanément, l'incantation mourut sur les lèvres de Suyvel. Sa colère chuta de plusieurs paliers d'un coup. Elle examina ce qu'elle s'était apprêtée à faire.

 

J'avais presque oublié... Ma colère m'a tant aveuglée que j'aurais pu me...

 

Elle ne termina pas cette phrase, tant l'horreur de cette idée lui était insupportable. Finalement, elle abaissa lentement la main sur la branche autour de son autre poignet, et formula un autre sortilège : Abrogation de la Magie. Le sort de Selene prit ainsi fin, rendant sa forme et sa souplesse initiales à la branche d'arbre, qui libéra Suyvel.

 

Mais elle était toujours d'humeur sombre. Toutefois, c'était davantage à elle-même qu'elle en voulait cette fois.

 

Ma colère a failli me détruire. Si je l'avais écoutée, elle m'aurait menée à ma perte.

 

Puis Suyvel tourna un regard étrange vers la Terrane. Indéfinissable mais exempt de colère. Et elle se mit à marcher dans sa direction. Elle la vit se raidir, s'attendant certainement à un nouvel assaut... qui ne vint jamais. Arrivée à sa hauteur, elle prononça un simple mot.

 

« Merci. »

 

Devant l'expression de totale incompréhension de Selene, Suyvel lui livra quelques explications.

 

« Tu as tendance à réveiller en moi quelques traits de caractère déplaisants, hélas inhérents à ma race, ou au moins à la civilisation qui m'a vue naître... Des penchants funestes qui ont fait de mes semblables le peuple le plus haï de ces terres. Qui ont fait que je n'ai pu supporter de vivre parmi eux bien longtemps. Qui ont fait que j'ai tout abandonné, et surtout leur façon d'être et de se comporter les uns envers les autres. Je me suis juré que plus jamais je ne leur ressemblerai. Parce que je suis persuadée qu'ils courent à leur propre perte. »

 

Selene, manifestement désarçonnée, la regardait d'un air interdit. Profitant de sa confusion, Suyvel s'approcha encore d'elle et vint murmurer à son oreille, comme si elle lui confiait quelque secret :

 

« Il est parfois bon que l'on vienne vous rappeler les raisons d'un engagement. »

 

L'Aéride recula un peu et sourit gentiment.

 

« Encore merci à toi, petite humaine. Notre rencontre m'a été d'une grande aide. »

 

Puis elle se détourna de Selene et s'éloigna vers le village.

 

« Va en paix. »

 

Tels furent ces derniers mots. Suyvel ne pouvait la voir, mais elle imaginait facilement la mine surprise et déconfite de Selene. Elle se rappela les conseils du maître d'armes de la Maison Ayflesh :

 

« Evite de faire ce que ton adversaire s'attend à ce que tu fasses. Privilégie toujours la surprise. »

 

Cette fois, elle ne ferait pas demi-tour, quoi que la Terrane puisse dire. Suyvel avait recouvré sa sérénité. Et ce sentiment de victoire sur elle-même n'était pas désagréable.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques temps plus tard..

Miocèene.

A nouveau j'allais consulter le Léviathan, mais pour une fois je n'avais rien pour lui. Cela sortait du marché que nous avions fait au départ et pour lequel il me permettait de progresser dans la voie de l'ombre...

C'est un tout autre évènement qui m'amenait vers lui à cet instant. Suyvel. La drow m'avait particulièrement intrigué et j'étais certaine que quelque chose de maléfique sommeillait en elle. Je venais ainsi voir la Bête afin de lui demander conseil.

Mes yeux plongés dans les siens, je communiquai en silence avec lui.

Il avait quelque chose qui pourrait m'aider, mais je devais lui apporter quelque chose en échange, lui donner une preuve que je méritais son aide...

« Apportes-moi la tête d'un de tes ennemis, mais je veux que ça soit un de tes frères d'élément. Prouve que ta volonté est plus forte que ton allégeance à ta déesse ! »

Sa phrase résonne comme une sentence de mort pour moi. J'eux l'impression de revenir il y a quelques temps, quand un elfe sombre m'avait demandé de trahir l'amour de mon cœur...

Ma dévotion à Fimine était sans borne depuis toujours, je ne souhaitais pas que cela changea. Il fut un temps je pensais qu'aucune limite ne se posait entre mon but et moi, que je pouvais tout sacrifier pour l'atteindre, mais je sais désormais que ce n'est pas ce que je désire. Je veux y arriver par les chemins que j'aurais moi-même choisis, quand bien même je devais attendre.

C'est à contrecoeur et la gorge nouée que j'ouvre la bouche pour m'opposer pour la première fois au Léviathan.

« Non Miocèene, c'est quelque chose auquel je ne peux me résoudre. Il est des limites que ma conscience m'impose, si forte soit mon envie d'atteindre mon but ! Si cela doit m'empêcher de poursuivre mon apprentissage avec toi, qu'il en soit ainsi ! »

Les yeux de la Bête se ferment et soudain un rire immense et machiavélique retentit dans toute la grotte. Ce cri est d'une telle intensité que je le supporte difficilement, comme si ma tête allait exploser rien que de l'entendre résonner dans mon crâne, ce qui me force à fermer les yeux à mon tour.

Soudain le vide, sa présence s'est retirée brusquement, laissant un grand silence tout autour de moi.

Je rouvre les yeux et découvre avec stupéfaction un étrange bijou à mes pied, en regardant de plus près, je constate qu'il s'agit d'une bague joliment ouvragée, à l'effigie stylisée d'une toile d'araignée avec un bijou en son centre, symbolisant probablement la bête. Un artefact drow à n'en pas douter.

Je relève les yeux mais le Léviathan à disparu. Peut-être n'attendait-il que le fait que je m'oppose à lui... Quoi qu'il en soit, j'avais dû lui apporter la preuve qu'il cherchait. Ne restait plus qu'à mettre ceci sur le chemin de Suyvel...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les jours avaient passé.

 

L'incident avec Selene était déjà oublié. Il faut dire que les évènements s'étaient précipités.

 

Suyvel était revenue de son expédition en Irliscia, après avoir tenté de faire tomber le campement orque. L'assaut de la garde de Melrath Zorac avait malheureusement échoué... mais il n'avait pas été vain, dans la mesure où les elfes avaient réussi à pratiquer des ouvertures dans les fortifications des orques. Malgré ce succès certes très relatif, l'elfe noire ne pouvait s'empêcher de se sentir déçue et un peu morose. Manifestement, ce ne serait pas demain que les orques seraient rejetés à la mer...

 

Ce jour-là, elle décida sans grand enthousiasme de s'aérer un peu la tête et de consacrer quelques heures à ses récoltes de gaulthérie. Rassemblant rapidement ses affaires, elle boucla son sac et partit pour un endroit qu'elle connaissait bien. Le climat local et surtout l'ensoleillement faisaient de cet endroit le lieu propice à une bonne récolte. Repérant des arbustes bien développés, elle posa ses affaires et entama son ouvrage. Bientôt, elle s'y absorba complètement, laissant de côté les sombres pensées qui l'agitaient.

 

Un léger bruit d'ailes vint la déconcentrer. Tournant la tête de part et d'autre, l'herboriste chercha à en déterminer la source, mais elle ne vit rien. Et le volettement s'était éteint brusquement. Il était pourtant proche. Elle fronça les sourcils.

 

Flap-flap-flap !

 

Le bruit reprit brusquement. Cette fois aux aguets, Suyvel pivota rapidement sur elle-même, et aperçut un petit animal volant qui disparaissait dans les frondaisons proches. Elle ne put l'identifier, mais son manège l'avait un peu surprise. Quel volatile avait-elle bien pu déranger ?

 

On aurait dit le vol d'une chauve-souris...

 

Elle connaissait bien l'animal et se serait prononcée en faveur de cette hypothèse, s'il n'avait pas fait grand-jour. Le petit chiroptère avait des habitudes nocturnes. Haussant les épaules, Suyvel décida que ce petit mystère était sans grand intérêt et s'en retourna à sa récolte.

 

Ce fut alors qu'elle le vit.

 

L'anneau d'or était enfilé à même une petite branche d'un des arbustes qu'elle taillait. La vision en était déjà surprenante, mais Suyvel aurait juré qu'il n'était pas là il y avait une minute. Avec les rayons du soleil, l'éclat du métal doré n'aurait pas manqué de lui indiquer sa présence. Interdite, Suyvel regarda autour d'elle.

 

Serait-ce une farce ? Un tour que l'on me joue ?

 

Mais elle paraissait seule en ce lieu, et les rayons du soleil lui interdisaient d'user de son infravision pour s'en assurer. Elle prononça alors la formule d'un sort, Perception spatiale, qui ne lui révéla rien de plus. Alors Suyvel en revint à l'anneau, dont elle approcha son regard. C'était un anneau plat, serti d'une gemme. Un motif arachnéen avait été finement gravé autour. Mais ce qui troubla le plus l'elfe noire, c'était que le bijou semblait être de facture drow. Elle tendit machinalement la main pour le prendre, mais se retint au dernier instant.

 

Et si c'était un piège ?

 

Elle opta pour un sort classique de détection des pièges.

 

Rien. Il ne se passera donc rien si je touche cet anneau.

 

Elle enchaîna avec Détection de la magie. Cette fois, le résultat fut très différent. L'anneau recelait un grand pouvoir. Rien qu'à agiter ses doigts autour, Suyvel ressentait des picotements révélateurs. La curiosité la titillait depuis un moment, son attirance pour les babioles enchantées vint renforcer son envie de se saisir de l'objet.

 

Ce qu'elle fit.

 

Comme prévu, rien n'arriva. L'anneau au creux de sa paume, elle l'examina de nouveau. La gemme au milieu de la toile semblait symboliser une araignée. Non, aucun doute, c'était typiquement un bijou drow. Certainement la propriété d'une prêtresse de Lloth. Cette pensée la fit de nouveau s'interroger sur sa présence ici. L'avait-on placé là afin qu'elle le trouve ?

 

Mais qui aurait pu... Helevorn !

 

Pour la première fois depuis des mois, elle songea de nouveau à l'elfe noir. L'origine drow de l'objet plaidait en faveur de cette hypothèse. Sauf que... le demi-démon avait quitté sa ville natale les mains vides, et n'entretenait plus de relations avec leur peuple. Certes, étant donné ses 'relations' et son statut, il pouvait s'être procuré cet objet.

 

Non... il déteste Lloth et sa clique.

 

A juste titre. Suyvel ne le voyait pas lui offrir ce genre de cadeau. Possible, mais peu probable. A moins qu'un autre elfe noir... ?

 

Yazrain !

 

Etait-ce un cadeau de son frère de race et de faction ? Si oui, c'était pour le moins inattendu. Et Suyvel n'avait pas reconnu l'aura du nécromant sur l'objet. Décidément, ce dernier semblait devoir conserver son mystère.

 

Par contre, ce qu'elle pouvait tenter d'apprendre, c'étaient les pouvoirs de cet anneau. La tentation fut grande pour la magicienne de le placer à son doigt sans plus attendre. Seulement voilà : si l'objet se révélait aussi puissant qu'il le promettait, avait-elle envie de voir ce bijou à son doigt tous les jours ? A nouveau, elle fixa la gemme au milieu du motif. Vision presque hypnotique, qui la ramena en arrière.

 

Des décennies en arrière.

 

A Menzoberranzan, la Cité des Araignées, où elle était née.

 

Dans une salle d'Arach-Tinilith, l'école de prêtrise de Lloth. Une vaste tenture noire pendait sur le mur du fond. On y avait serti des rubis qui formaient une grande araignée, et des diamants qui dessinaient les lignes de sa toile. L'ensemble valait la rançon d'un roi, mais rien n'était trop beau, trop cher ou trop ostentatoire pour la terrible Reine Araignée, à laquelle les femmes de son peuple vouaient une vie de dévotion aveugle. Pour les elfes noires, le culte de Lloth était la promesse de haut rang et de pouvoir. Deux valeurs qui dominaient la société drow.

 

Des images et des sons se bousculèrent dans sa tête. Le rugissement des flammes d'un brasero. L'odeur de l'encens, lourde et entêtante. Le chant des prêtresses novices. L'éclat d'une lame de couteau, froid. Le dos d'une apprentie, dénudé. L'odeur du sang qui coulait, âcre. Et les louanges à Lloth, encore et toujours.

 

« NON !!! »

 

Suyvel venait de crier ce simple mot. Le son de sa propre voix brisa la transe dans laquelle elle avait sombré. Elle considéra avec horreur l'anneau dans sa main.

 

« Plus jamais, tu entends ?! Plus jamais ! J'en ai terminé avec toi ! »

 

Elle jeta violemment le bijou au sol. Puis elle le piétina. L'objet était trop solide pour être détruit de la sorte, mais cela ne l'empêcha pas de persister.

 

« Maudite ! Maudite ! Maudite ! »

 

Cet accès de rage fut passager mais pas nécessairement salutaire. Lorsque Suyvel leva enfin les yeux de l'anneau qui était désormais enfoncé dans la terre meuble, elle ne se sentait guère soulagée. Elle n'avait même plus envie de terminer sa récolte. En fait, elle ne voulait pas rester ici plus longtemps.

 

Alors elle se saisit brusquement de ses affaires et s'éloigna rapidement, d'une humeur encore plus massacrante qu'à l'aller.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non loin de là, j'épiais la scène, cachée dans un buisson touffu. J'avais une bonne vision sur la drow et put remarquer toutes les étapes d'émotions qui la traversèrent en voyant le bijou.
Mon messager volant avait bien réussi sa mission, et Suyvel avait immédiatement vu la bague.
Cependant, je ne m'était pas attendue à ça! Sans doute rattrapée par quelque souvenir ou vision de ses origines, elle avait violemment rejeté le pouvoir du bijou au lieu de se sentir attirée..
Réprimant une grimace, je me mis en devoir de trouver une autre solution..

Je commençais par aller récupérer le précieux artefact dès que Suyvel se fut suffisamment éloignée. Je ne voulais guère perdre de temps et je me dis que l'improvisation était peut-être mon meilleur atout. Si je n'avais pas pu comme ça le lui faire enfiler par la ruse, je devrais donc user de force...
De force.. et de surprise...

Je la suivis à distance raisonnable et attendit que nous nous trouvions dans un endroit propice. Quelques arbres, un endroit peu fréquenté... Je la suivais d'aussi loin que possible de manière à pouvoir incanter sans qu'elle ne m'entende.

Soudain je décidai que le moment était venu et je murmurais avec espoir quelques mots que le vent emporta. Plus loin, à une vingtaine de mètres, au moment où l'elfe noire passait sous une branche, quelques lianes vinrent se mouvoir au dessus d'elle et l'emprisonnèrent en quelques secondes, l'empêchant de bouger, enchainée à l'édifice végétal...

" Eh bien, comme on se retrouve... Tu aurais pu rendre les choses un peu plus facile et moins contraignantes pour toi en acceptant mon présent... Mais bon, je m'arrange autrement, tu finiras par me remercier de permettre à ta vraie nature d'avoir libre cours..."

J'approchais doucement, je savais les lianes solides et entravée comme elle l'était, elle ne pouvait bouger le moindre doigt.
Pourquoi donc tenais-je tant à réveiller sa sombre nature? Encore mon désir assoiffé de connaissances, de chute vertigineuse vers la voie du mal, d'avoir une complice dans mes pérégrinations aussi sans doute... Peut importait au final, je n'avais que besoin de savoir..
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Distraite par de sombres pensées, Suyvel ne vit pas venir la menace. Elle se sentit brusquement entravée, incapable de bouger, et même soulevée du sol. Alors qu'elle se débattait, elle vit approcher la responsable.

« Encore toi ?! »

Elle avait pensé ne plus revoir Selene. La Terrane, malgré cela, semblait ne pas partager sa vision des choses : elle revenait à la charge.

" Eh bien, comme on se retrouve... Tu aurais pu rendre les choses un peu plus faciles et moins contraignantes pour toi en acceptant mon présent... Mais bon, je m'arrange autrement, tu finiras par me remercier de permettre à ta vraie nature d'avoir libre cours..."

Suyvel haussa les sourcils de surprise.

Son présent ?

Où diable l'humaine avait-elle pu se procurer un anneau drow ? Quoi qu'il en fût, Selene s'avançait déjà, l'objet entre les doigts, prête à le passer au sien. A cette pensée, une vague de panique envahit l'esprit de l'elfe noire.

Non ! Ça, non ! Pas question !!!

Elle s'agita en tous sens, espérant se libérer de l'étreinte végétale, mais l'ensemble défiait ses capacités physiques. Elle comprit que seule la magie pouvait encore la sortir de ce guêpier. Mais était-il encore temps ? Selene était proche, toute proche... Suyvel prononça les premiers mots d'une invocation destinée à appeler un secours surnaturel. Elle sentit alors les mains de la Terrane qui se posaient sur la sienne et tentaient de se saisir de son annulaire. Elle ferma le poing et se débattit encore, espérant retarder Selene, tout en accélérant son incantation. Les mots se précipitèrent hors de sa bouche. Etaient-ils encore corrects ? La formule allait-elle faire effet dans de telles conditions ?

Elle ne le sut jamais. Selene venait de réussir à s'emparer de son doigt et y enfila promptement l'anneau. Aussitôt, Suyvel se cambra dans sa prison de lianes, son invocation réduite à un long hurlement continu. Son esprit subissait une attaque d'une puissance hostile, et la douleur indescriptible qui l'accompagnait était incapacitante au dernier degré. Résister était futile. Elle eut l'impression de tomber, de sombrer dans le néant...

* * * * *

Très loin de là, et pourtant si près...

Aux frontières du monde physique et du plan astral.

Une noire entité rôdait inlassablement devant une barrière qu'elle désespérait de franchir. La seule porte qu'elle connût vers le monde physique lui était interdite par un barrage mental, la seule chose capable de la repousser, d'ailleurs. Car c'était une entité purement spirituelle. Une conscience désincarnée, que nous appellerons "˜la drow'. Oh, elle avait bien trouvé quelques failles, au cours de ces dernières années, et avait réussi à s'infiltrer passagèrement... mais elle avait toujours été refoulée au final. Elle avait réussi à se faire entendre par son alter ego du monde physique, mais pas à se faire écouter. Et son double avait au fil du temps dressé ce barrage mental qui n'avait guère fait que se renforcer, sauf en de brèves occasions.

Au grand dam de la drow.

Qu'elle soit maudite !

Elle vouait une haine féroce à son double du monde physique. Son alter ego si faible, qu'elle méprisait tant, et qui pourtant repoussait ses assauts. Qui avait érigé ce mur infranchissable pour elle.

Et alors l'impensable se produisit.

La barrière mentale parut se gondoler sous l'effet d'un assaut à la puissance incommensurable. Mais cet assaut ne venait pas de la drow, ni même du plan astral. Il venait du monde physique.

Par les Neuf Enfers, que se passe-t-il donc là-bas... ?

La drow n'en avait pas la moindre idée. Et voici que la barrière s'éventrait, se disloquait, se désintégrait ! Une voie royale vers le plan matériel apparaissait devant elle. On lui ouvrait grand les portes. Elle avait peine à le croire ! Encore plus incroyable, elle ne sentait plus aucune résistance de la part de son alter ego.

Elle était assaillie d'interrogations légitimes, mais pas au point de ne pas profiter d'une aubaine qu'elle appelait de ses vœux depuis si longtemps. Au fond, elle se moquait éperdument du pourquoi de la chose.

Seule comptait la victoire.

Alors elle prit son essor vers le monde physique.

* * * * *

Conscience.

L'idée la frappa et s'imprima profondément en elle alors qu'elle investissait ce corps matériel. Un flot de sensations incontrôlé se déversa en elle, menaçant de l'emporter. La chaleur corporelle. La faim. L'impression de flotter. La drow résista, lutta pour adapter son esprit et le connecter correctement au corps qu'elle tentait d'apprivoiser. C'était comme chevaucher un étalon sauvage ! Si elle le laissait la mettre à bas, il pouvait fort bien la piétiner. Et jamais auparavant elle n'avait tenu les rênes.

Toutefois, sa volonté était grande. Patiemment, elle guetta les sensations, les analysa, jusqu'à ce qu'elle en reconnaisse certaines. Alors elle les isola du flot et les guida vers les zones de son esprit qui lui paraissaient convenir.

Les informations sensorielles ici. Les informations motrices là...

Et au bout d'une éternité d'efforts laborieux, le contact s'établit. Elle parvint à interfacer correctement son esprit avec le corps.

Ce fut comme une naissance.

Une immense douleur. Une épreuve terrifiante.

La lumière qui lui frappait durement les yeux. L'air qui lui brûlait les poumons. La drow s'accorda un répit pour encaisser le choc et s'habituer au flot continuel de sensations, maintenant plus canalisé mais toujours grondant dans sa tête.

Puis d'autres sens se connectèrent à leur tout. Le toucher tout d'abord. La sensation de ses vêtements sur son corps. L'odorat, juste après. Le parfum de l'air, de la canopée encore humide. L'ouïe, ensuite. Le chant des oiseaux. La vue, enfin. Une silhouette devant elle.

Je ne suis pas seule... ?

Il s'agissait d'une femme, mais pas de sa race. Une humaine de taille moyenne et de silhouette commune, sans particularité frappante. Yeux verts, cheveux clairs, d'un blond qui tirait légèrement sur le blanc sous la lumière de midi. La femme portait une chevelure mi-longue. Quant à sa tenue... elle s'était drapée dans une cape noire, bordée de vert, et portait un pendentif vert émeraude autour du cou. Un symbole y était gravé. La drow eut une étrange impression de déjà-vu, bien que cette glyphe lui semblât totalement inconnue.

La drow prit une inspiration et se lança. Puisqu'elle n'était pas seule, il fallait qu'elle tente de s'adresser à elle. C'était une étape essentielle, qu'elle appréhendait un peu. Elle n'avait jamais communiqué autrement que d'esprit à esprit. Elle ouvrit prudemment la bouche et... laissa entendre un babillage informe et inepte. Contrariée, la drow se tut aussitôt en serrant les dents. C'était difficile de parler. Incroyablement complexe. Les mots à former et à transmettre au corps, les multiples petits muscles à actionner, la coordination du tout... il fallait une patience et une précision d'orfèvre pour réaliser tout cela ! Et une volonté colossale.

Si mon idiote de double y parvient, il n'y a aucune raison que je n'y arrive pas !

Il lui fallut quelques minutes d'essais frustrants mais lorsqu'elle parvint à articuler :

« ... qui... es... tu ? »

... elle sut que le plus dur était fait.
De plus, sa vision de plus en plus précise de l'humaine semblait ranimer quelque souvenir en elle.

« Je... t'ai... déjà vue, non ? »

Une image s'imposa à elle. La rencontre avec cette femme, aux abords d'un village.

« C'est toi... toi qui provoquais... l'autre ? »

Un sourire de satisfaction. Elle était en train de s'approprier la mémoire de son alter ego. Les souvenirs commençaient à lui venir.

« Tu es... Selene, c'est ça ? »

Une pause, puis :

« Est-ce toi qui m'as... appelée ici ? »

La drow voulut s'approcher de l'humaine, et ce fut à cet instant qu'elle prit conscience de la position qui était la sienne. Ses sourcils se froncèrent.

« Qu'est-ce que je fais ici, empêtrée dans ce fouillis de saletés ? »

Là encore, un souvenir émergea. Une branche qui s'enroulait autour de son poignet... non, du poignet de l'autre.

« C'est ton œuvre, hein ? »

C'était moins une question qu'une affirmation. Accompagnée d'un sourire approbateur, et pourtant dérangeant.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'observais avec une sorte d'étonnement mêlé de satisfaction l'étrange changement qui s'opérait lentement en la drow. Je ne savais pas ce qu'elle avait tenté d'incanter avant de laisser la place à sa sombre jumelle.

Je reste admirative de la rapidité avec laquelle l'entité jusque là reléguée en arrière-plan prend possession du corps et s'approprie ainsi le langage. Je lui souris d'un air assez carnassier, me contentant d'acquiescer à ses paroles. Nul besoin de mots, elle fait ses déductions elle-même et ne se trompe guère.

 

Sans une once d'hésitation, je murmurais trois mots et l'enchevêtrement de lianes se défait pour retrouver sa position végétale originale.

 

Bienvenue en ce monde.. !

 

J'hésite un instant avant de décider que je n'ai pas besoin de nommer l'entité pour l'instant, presque certaine qu'il n'étais pas appropriée que je la nomme du nom de la drow.

 

Souhaites-tu te restaurer? Ou explorer à ta guise cet endroit..?

Pour tout te dire, je ne savais pas exactement qui tu étais, j'en avait juste un peu assez du gâchis de potentiel que s'imposait Suyvel..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La drow avait pressenti en l'humaine une alliée plutôt qu'une ennemie. Lorsque celle-ci lui souhaita la bienvenue dans le monde physique, elle comprit deux choses : d'abord qu'elle ne s'était pas trompée à son sujet, et ensuite qu'elle savait qu'elle n'était pas... l'autre. Cela confirmait ses soupçons : elle l'avait probablement fait venir délibérément. Elle devait l'attendre.

Comme pour lui donner raison, Selene choisit cet instant pour annuler l'enchantement qui la maintenait captive du piège végétal. La drow voulut se rétablir sur ses pieds... et s'affaissa aussitôt au sol comme une marionnette dont on aurait coupé les fils.

Un juron en elfique noir s'éleva vers la cime des arbres, faisant fuir quelques oiseaux alentour. La drow n'était manifestement pas au point quant au contrôle moteur de ce corps. De rage et de frustration, elle frappa le sol du poing. Elle avait voulu prendre une posture digne devant l'humaine, et voilà qu'elle se retrouvait à plat ventre devant elle. í” cruelle ironie. Mais son attention se porta soudainement sur ce qu'elle venait de faire.

Mon poing !

Son poing avait réalisé très exactement le geste qu'elle avait voulu lui imprimer. Elle était donc parfaitement capable de se faire obéir de son corps. La colère l'y avait certainement aidée. Un peu de concentration ferait tout aussi bien l'affaire. Elle avait réussi à maîtriser un ensemble de muscles aussi complexe que ceux de la phonation, elle n'allait pas se laisser arrêter par des muscles aussi simples que des biceps, triceps et autres quadriceps.

Et effectivement, au prix de quelques tentatives incertaines, de tâtonnements et de gestes approximatifs, la drow parvint à se relever. Elle se tourna enfin vers Selene, qui patientait tranquillement en l'observant. L'humaine s'adressa de nouveau à elle :

« Souhaites-tu te restaurer? Ou explorer à ta guise cet endroit...?
Pour tout te dire, je ne savais pas exactement qui tu étais, j'en avais juste un peu assez du gâchis de potentiel que s'imposait Suyvel... »


La drow prit le temps de songer à ce que pourraient être ses projets immédiats. Lorsqu'elle répondit, sa voix était plus assurée, et également quelque peu différente de celle de Suyvel... Bien que ce soient toujours les mêmes cordes vocales qui étaient à l'œuvre, il existait pourtant une différence subtile, mais avérée.

« Hmm... j'ai bien quelques souvenirs de cet endroit mais... j'ai l'impression qu'il me reste largement étranger... Peut-être pourrais-tu m'en dire un peu plus à ce sujet ? Je n'ai jamais réellement arpenté les royaumes humains, c'était... l'autre... »

Ses souvenirs étaient communs à ceux de son alter ego jusqu'à son départ de Menzoberranzan. A ce moment-là, la drow était devenue une entité à part, indépendante... mais sans accès au monde physique et à la mémoire de Suyvel. Elle prit un air sombre.

« Je suis bien loin de mon foyer, de ma famille, de mon monde... »

Un mot, parmi ceux qu'avaient prononcés Selene, lui revint à l'esprit.

Gâchis.

La drow eut un sourire qui tenait davantage de la grimace. Ce mot-là sonnait juste dès qu'il s'agissait de décrire les actes de son alter ego. Elle lui avait gâché la vie. Gâché ses projets d'ascension sociale dans son monde natal. Gâché ses relations avec sa famille, et même perdu la faveur de Lloth, sa noire déesse. Gâché ses talents de sorcière, en se tournant vers la magie blanche. Oui, tout dans les actes de son double tenait du gâchis. Un épouvantable gâchis.

Dans un rictus, la drow articula :

« Tu ne crois pas si bien dire quand tu parle de gâchis... Ce mot définit parfaitement cette idiote ! »

Une pensée fit alors irruption dans son esprit, la frappant de panique.

Un instant ! Et si elle me gâchait aussi cette chance qui m'est donnée... ?!

Car la drow n'oubliait pas que son alter ego avait jusqu'alors tenu les rênes de leur vie commune entre ses mains, et n'avait que trop rarement écouté ses conseils. Son double qu'elle méprisait tant lui avait imposé sa volonté et sa vision des choses, aussi stupide fût-elle. A tout instant, elle pouvait fort bien revenir à la charge, reprendre le contrôle de ce corps et chasser la drow. En fait, il était même étonnant qu'elle ne l'ait pas déjà fait.

Est-ce l'anneau qui l'en empêche ? Et pour combien de temps... ?

La drow ignorait tout des pouvoirs de cet artefact. Il lui était néanmoins évident qu'il portait un ou plusieurs dweomer (1) créés par quelque prêtresse de Lloth. Par une haute prêtresse, peut-être. Car l'anneau semblait puissant. Elle en sentait le pouvoir irradier dans son doigt.

Mais elle doutait que cet anneau puisse la protéger bien longtemps. Quand son alter ego allait-il revenir à la charge ? Il fallait qu'elle sache. Qu'elle se prépare au mieux. Elle se força à se plonger en elle-même, à fouiller son esprit à la recherche de son double. Celui-ci était-il inconscient ? Endormi pour l'heure ? Juste entravé ? Et pour combien de temps encore ?

Ses investigations ne donnèrent rien. Rien du tout.

La drow finit par s'en étonner. Nulle part elle ne trouvait trace de son double. En fait... elle ne sentait même plus sa présence. Comme si elle avait été chassée de sa tête. Comme si... elle n'avait jamais existé. La drow était désormais seule. Elle baissa un regard incrédule "“ et empli de respect "“ sur l'anneau qui rayonnait toujours à son doigt. La drow finit par jeter la tête en arrière et laissa fuser un rire de joie sauvage. Elle exultait.

« Partie ! Chassée ! Oblitérée ! Cette idiote a fini de me gâcher l'existence !!! »

Elle en levait les bras au ciel et se lançait dans une valse improvisée.

« Je suis liiiiiibre ! »

Et elle entraîna Selene dans une farandole sauvage.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Enchantement drow destiné à conférer des propriétés magiques à un objet quelconque.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à ma joie d'avoir réussie, mêlée de satisfaction curieuse de découvrir la personnalité d'origine de la Drow, je finis par m'apercevoir tardivement qu'il lui faut un certains temps d'adaptation afin de maîtriser les divers muscles et fonctions de son "nouveau" corps. Je lui laissais ainsi le temps de bien s'y habituer, consciente de ses difficultés mais néanmoins impressionnée par la rapidité avec laquelle elle semblait réacquérir ses gestes élémentaires.

 

Je souris, toute à mes pensées! Je m'imagine déjà l'entrainant aux 4 coins du Marais à la poursuite des fuyards et autres porte-étendards de la pseudo-justice et de la liberté! Je nous vois repues de chasse en train de plaisanter après un bon carnage. Extrapolant le futur, je me dis que je pourrais peut-être la faire venir chez les Au-Delà, quelle tête alors feraient ceux du Souffle! Elle deviendrais une amie, une camarade avec qui faire les 400 coups...

 

Je m'interromps un moment dans la progression de mes pensées, le temps de voir où se trouve ma nouvelle connaissance dans la maîtrise d'elle-même.

 

« Je suis bien loin de mon foyer, de ma famille, de mon monde... »

 

Elle semble nostalgique, bien sûr! Elle viens d'un monde totalement différent que son alter égo l'a forcée à quitter. Mais elle apprendra à aimer celui-ci aussi, j'en suis certaine!

 

« Tu ne crois pas si bien dire quand tu parle de gâchis... Ce mot définit parfaitement cette idiote ! »

 

A ce moment là, j'éclate de rire, totalement d'accord avec elle. Cette drow ci me semble déjà 1000 fois plus passionnante que l'ancienne Suyvel!

 

"Ho que oui elle a déjà assez perdue de temps avec les défenseurs des justes, des incompétent et des fuyards! hahaha!"

 

A nouveau elle se tait, semble en proie à une agitation intérieure, comme si elle craignait que d'avoir parlé de son double ne la fasse revenir.

J'hésite à la rassurer en expliquant le pouvoir de l'artefact mais préfère finalement qu'elle s'en rende compte par elle-même. Elle est maître de sa vie désormais.

 

« Je suis liiiiiibre ! »

 

Soudain elle se met à crier et à danser follement, me prenant par la main et m'entraînant dans son sillage. Le souffle court, je la suis en restant à son rythme, prise par l'euphorie contagieuse de ma nouvelle comparse, je me met à rire d'un air dément.

J'oublie l'espace et le temps pendant ces quelques folles minutes où nous tourbillonnons d'allégresse et de joie.

 

Quand enfin  nous nous reprenons, atterrissant toutes deux dans l'herbe d'avoir tant fait les folles, un peu étourdies, je me tourne vers elle avec une réelle curiosité.

 

"Que compte-tu faire, maintenant?"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Grisée par l'allégresse et la danse échevelée, la drow s'assit un instant, le temps de reprendre sa respiration. Entre ses doigts, les brins d'herbe lui procuraient une sensation curieuse... pas désagréable, mais étrangère. Dans les sombres couloirs du royaume souterrain, l'herbe n'existait pas.

Ce fut ce moment, occupé par ces insignifiantes pensées, que Selene choisit pour poser une question :

« Que comptes-tu faire, maintenant ? »

 

C'était une bonne question.

Une excellente question.

 

A part prendre la place de son alter ego, la drow n'avait jamais eu de projets. Et pour cause : elle n'avait pas de corps, ni de vie à proprement parler. Seulement, la donne venait de changer. De changer du tout au tout.

 

Elle ramena ses genoux vers elle, les entourant de ses bras et y posa son menton. Elle s'accorda le temps de la réflexion, car la décision qu'elle allait prendre conditionnerait certainement le reste de son existence.

Elle savait bien de quoi elle avait envie ; retourner vers le monde qui l'avait vue naître. Retrouver sa famille et son rang, reprendre sa place dans la société drow, et travailler à accroître son pouvoir et son rang.

 

Seulement il y avait un léger hic : si jamais elle se montrait à nouveau en terre drow, elle se ferait écharper avant d'avoir fait trois pas. En s'enfuyant de sa cité, son alter ego lui avait aliéné ses proches et son peuple. Si jamais les siens la reprenaient, ils lui feraient payer le prix de la trahison - et ça, elle n'en avait aucune envie.

 

Je ne paierai pas pour les errements insensés de mon idiote de double !

 

Il valait infiniment mieux pour elle éviter de se montrer là-bas, au moins le temps de trouver un moyen - à supposer qu'il existât - pour rentrer dans les bonnes grâces de Lloth. Alors, avec la protection de sa sombre déesse pourrait-elle envisager un retour dans sa cité. Mais pas avant. Autant dire que ce n'était pas pour tout de suite.

 

Elle était coincée dans le royaume de la surface. Elle allait devoir se faire à cette idée, alors... peut-être pourrait-elle en tirer quelque profit, si profit possible il y avait.

 

Et sinon... autant s'amuser un brin.

 

Elle tourna son regard vers Selene. Seul point vaguement familier dans ce monde étranger. L'humaine l'avait aidée à reprendre les rênes de son existence. Elle s'intéressait à elle, c'était manifeste, et la drow se demandait pourquoi au juste. Entre la nécessité de trouver un guide en ce pays inconnu et la curiosité qu'elle éprouvait vis-à-vis de cette alliée inattendue, elle n'eut pas de mal à décider de la suite des évènements.

 

« Je crois que je vais demeurer ici quelque temps, alors... peut-être pourrais-tu me faire visiter la région ? Me dire ce qu'il y a à en raconter et me montrer ce qu'il y en a à voir... »

 

Elle se leva et baissa les yeux sur sa tenue.

 

Qu'est-ce que c'est que ces nippes ?!

 

Suyvel portait évidemment des habits confectionnés par les artisans locaux, dont l'ouvrage n'avait rien de comparable avec ce que l'on pouvait trouver dans les grandes cités drows. Au fil du temps, la magicienne avait composé avec cette contrainte, et évolué dans ses goûts en matière d'habillement, mais la drow restait fermement ancrée dans les standards de son peuple. Elle allait faire une remarque désobligeante "“ doux euphémisme ! "“ sur les goûts des humains en matière de fringues lorsque son regard se posa sur la tenue de Selene. Celle-ci, même si elle était de coupe, de tissu et de couleur différents, demeurait d'une qualité équivalente aux robes de la drow. Elle se contenta de soupirer.

 

Ça va être pénible, je sens que ça va être vraiment pénible de vivre dans ce trou paumé...

 

Bon, si elle ne pouvait guère espérer trouver une tenue de la qualité qu'elle avait connue dans sa cité, elle pouvait peut-être en adopter une qui soit plus en accord avec ses goûts. Elle se tourna de nouveau vers Selene pour lui demander :

« Et pour commencer, connaîtrais-tu une bonne adresse où trouver des habits convenables ? Les miens sont d'une... tristesse... une défroque de nonne, je suis sûre. Et je n'ai pas l'intention de vivre dans un couvent. »

 

La Terrane voyait une boutique où elle pourrait certainement trouver son bonheur, aussi la drow lui emboîta-t-elle le pas. Tout en cheminant, la drow se fit une remarque et demanda en guise de confirmation :

 

« Dis-moi, je ne crois pas m'être présentée à toi... ? »

 

Selene secoua lentement la tête, négativement.

 

« Mon nom est Suyvel Adele Hycate Trajek'Towardh Ayflesh, ou simplement Suyvel si tu veux. Oh, pas la Suyvel que tu connaissais. La véritable Suyvel. »

 

La drow réfléchit un instant.

 

« Si cela t'embrouille... tu peux m'appeler Hycate. J'ai toujours aimé ce prénom. Il me vient de ma trisaïeule. »

 

Elle avait besoin d'affirmer qu'elle n'était pas son alter ego qu'elle méprisait tant. Et elle ne voulait pas que la Terrane la voie comme la même personne. Si pour cela elle devait changer de prénom, c'était un sacrifice auquel elle était disposée.

 

« Ravie de faire ta connaissance, Selene. »

 

Et elle conclut ces présentations par un sourire complice et vaguement inquiétant, que Selene trouva prometteur.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ténèbres secondes

 

L'éveil à la nuit

 

 

Une belle nuit fraîche et claire s'est installée. Le profil de la lune se découpe sur l'horizon étoilé et semble appeler les ténèbres.. Je souris, j'aime ces moments calme au milieu de la nature. d'un geste j'invite ma compagne à me suivre.

Elle semble hésiter mais à peine une fraction de seconde et elle sors finalement du couvert boisé pour me rejoindre sur la plaine enherbée.

Ici, l'odeur putride du Marais se fait bien moins forte et il fait bon se déplacer parmi les hautes herbes, bercés par le chant de quelques oiseaux nocturnes. Les oreilles et les yeux aux aguets, j'entraine Hycate dans une petite chasse improvisée.

 

Nous ne sommes guère loin du bastion de l'Alliance, je préfère encore pour l'instant tenir ma protégée à l'écart des anciens compagnons du Souffle de son double, ne sachant trop comment elle pourrait réagir...

L'ambiance se fait calme, je commence à me dire que nous seront peut-être bredouille pour ce soir, les déplacements se faisant de plus en plus rares ces derniers temps.

 

Soudain un craquement venant de plus loin me fait m'arrêter, une main levée pour indiquer à la drow de faire de même. Le son de deux voix s'élève jusqu'à nous. Les voix s'approchent, je décide de les laisser venir jusqu'à nous. Lançant un sort de perception spatiale, je distingue deux membres de l'Alliance à quelques dizaines de mètres.

Tournant la tête vers l'aéride, je l'interroge du regard, lui adressant une question muette. As-t-elle envie de leur faire une petite frayeur? Est-elle prête?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'était Selene qui avait eu l'idée de cette petite partie de campagne improvisée. La drow n'y avait vu aucun inconvénient, préférant largement se balader à l'ombre des quatre lunes de la Terre des Eléments que de subir la morsure des quatre soleils.

Encore une brillante initiative de mon idiote d'alter ego que de quitter les confortables ténèbres du royaume souterrain pour venir rôtir à la surface !

Si elle avait eu son mot à dire, elle serait toujours dans sa ville natale et continuerait à tout ignorer du monde d'en haut. Si Suyvel avait eu plusieurs décennies pour apprendre à supporter la lumière du jour, la drow l'affrontait pour la première fois. Cela ne faisait que seize jours qu'elle avait pris le contrôle de son corps. Seize journées passées avec Selene, qui s'était révélée un guide patient "“ cela avait marqué Hycate car, si les rôles avaient été inversés, si ç'avait été Selene qui avait dû fouler le royaume souterrain, la drow n'était pas sûre qu'elle se serait montrée aussi conciliante. Du moins, pas sans l'augure d'un gain à venir.

Et elles se trouvaient en maraude sur le marais, la Terrane marchant devant. L'Aéride, grâce à sa vision nocturne, aurait fait un bon éclaireur, mais Selene connaissait infiniment mieux le terrain qu'elle. La drow lui avait donc cédé le pas sans discuter.

Les deux femmes progressaient discrètement, profitant de l'abri des arbres, jusqu'à ce que Selene fasse signe à Hycate de quitter le couvert végétal. La drow s'interrogea un instant sur ce changement, puis comprit que sa comparse devait avoir quelque idée en tête. Haussant les épaules, elle lui emboîta le pas. En deux semaines, elles avaient eu le temps de faire un peu connaissance, et la drow était certaine qu'elle marchait avec une alliée.

Les herbes hautes les empêchaient de voir au loin mais un craquement les avertit qu'elles n'étaient plus seules. Immédiatement, Selene leva la main vers elle, lui intimant de faire halte. L'humaine faisait montre encore une fois de sa prévenance envers la drow. Deux voix montèrent jusqu'à elles. Des voix mâles. Hycate, usant de son infravision, finit par repérer deux silhouettes non loin d'elles. Elle distingua un rôdeur, l'arc en main, qui ouvrait la marche d'un pas furtif, et un guerrier en armes, qui le suivait d'un pas plus lourd.

Ce fut à ce moment qu'elle sentit le poids de l'attention de la Terrane sur elle. Selene l'interrogeait du regard. Hycate leva un sourcil.

Que veut-elle donc ?

Désirait-elle s'en prendre aux deux hommes ? Et si oui, pourquoi à eux ? Pour la drow, il s'agissait de deux parfaits inconnus. Prise d'un doute, elle se concentra à nouveau sur eux, mais ne les identifia pas davantage. Alors qu'elle allait renoncer à comprendre, elle aperçut le symbole qui ornait leurs vêtements, et il lui sembla familier. Elle y songea quelques instants avant que cela lui revienne.

Le blason de l'Alliance.

C'étaient des alliés du Souffle d'Eolia, sa faction. Enfin, surtout celle de Suyvel. Peut-être des amis de son alter ego ? Cette pensée fit naître en elle des idées malveillantes. Elle n'avait jamais pu faire payer Suyvel pour tout ce qu'elle lui avait imposé par le passé. Elle se vengerait volontiers sur ses connaissances. Elle s'en délectait déjà.

Néanmoins, cela posait un léger problème : si les deux hommes connaissaient Suyvel, ils risquaient de l'identifier facilement. Et toute action contre des membres de l'Alliance pouvait valoir des déboires à Hycate lorsqu'elle rentrerait au village du Souffle.

A moins de ne laisser aucun témoin.

Un sourire mauvais accompagna cette pensée funeste.

Mais bien entendu elle ne pouvait pas prétendre connaître l'issue exacte d'un affrontement à coup sûr. Alors elle choisit de s'adapter aux circonstances.
Nouvel échange de regards avec Selene. Celle-ci requérait manifestement l'accord d'Hycate avant toute initiative. Elle ne l'obligeait à rien. Elle n'en avait d'ailleurs pas besoin : l'envie de jouer un tour pendable aux membres de l'Alliance commençait à tenailler la drow. L'Aéride hocha lentement la tête, en signe d'assentiment. Puis elle lui fit une série de gestes pour lui indiquer ses intentions.

Après quoi elle s'écarta un peu de Selene, puis se baissa dans les herbes hautes afin d'être sûre de ne point être repérée. Se concentrant, elle récita la formule d'un sortilège d'illusion, faisant apparaître sur le chemin que suivaient les deux hommes une réplique de Tigrrr, le général du Souffle d'Eolia. C'était là un piège perfide, un mirage destiné à attirer l'attention des deux hommes tout en les mettant en confiance... et, cerise sur le gâteau, s'ils devaient en réchapper, la responsabilité du guet-apens serait attribuée à Tigrrr. Voilà qui pouvait fort bien semer la dissension entre les deux factions.

Encore fallait-il que l'artifice ne soit pas éventé. La drow n'avait pas recouru à un tel sort depuis longtemps et n'était pas parfaitement satisfaite du résultat. De plus, elle éprouvait des difficultés à le maintenir. Si l'image se volatilisait sous les yeux des deux hommes, cela les mettrait en alerte.

Hycate choisit donc de se concentrer uniquement sur cette tâche, offrant à Selene une diversion qui, l'espérait-elle, lui serait profitable. La drow était persuadée que l'humaine avait une idée en tête au sujet de ces deux individus et elle était curieuse de voir de quoi il pouvait bien s'agir.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Drow semblait hésiter. Je pouvais presque sentir le cheminement de ses pensées et peu à peu, je perçus qu'elle reconnaissait les membres de l'Alliance, et son visage s'éclaira d'une expression malsaine de plaisir délectable.

Je souris doucement. L'envie de s'amuser la taraudait tout autant que moi. Sans doute la notion de vengeance envers son double entrait-il dans cette pensée.

 

Elle acquiesce enfin et tente de m'expliquer par geste son plan. je fronce un peu les sourcils, je ne suis pas sûre de tout comprendre mais je lui fait confiance. Elle n'attend d'ailleurs pas et se met de coté, se cachant encore plus aux regards indiscrets.

 

Regardant les deux hommes qui s'avançaient toujours, je vis soudain Tigrrr apparut de nulle part se dresser au loin. Les deux gars de l'Alliance allaient droit à sa rencontre. Retenant mon souffle, je reste un moment interdite, sans comprendre, avant de me tourner à nouveau vers Hycate et de voir sa concentration extrême. Tout s'éclaire soudain et je me dit qu'elle possède des talents incroyables et insoupçonnés.

 

je comprend que je ne dois pas perdre de temps et sors de l'obscurité protectrice des buissons pour me porter  un peu en retrait, à l'arrière du rôdeur et du guerrier qui, apercevant leur chef au bout du chemin, hâtent le pas à sa rencontre en le saluant joyeusement de la main, ne faisant plus attention aux bruits alentours.

 

C'est alors que j'entre en action. Incantant un puissant sortilège, je commence par lancer un Châtiment de l'Unique sur les deux soldats pour les rendre étourdis, et pour me laisser une minute, le temps d'appeler de nombreuses lianes et branches des arbres à proximité à se mouvoir pour venir emprisonner les deux hommes, désormais soulevés de terre de quelques dizaines de centimètres.

 

Mon rire, un peu sauvage, s'élève dans leur direction. Ils reprennent peu à peu conscience et s'aperçoivent de leur infortune, regardant dans la direction où se trouvait leur chef, l'incompréhension se lisait dans leurs yeux...

Je jette un bref coup d'oeil vers Hycate, me demandant si elle maintenait toujours son sortilège.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très concentrée sur son illusion, la drow ne pouvait guère que deviner ce qui se passait sur le sentier, en fonction des bruits qui lui parvenaient. Le sifflement caractéristique de projectiles célestes atteignit ses oreilles en premier.

 

Hum... une pluie de feu ? Selene a dû recourir au Châtiment de l'Unique.

 

Un sort qu'elle n'avait pas encore expérimenté. Il fallait dire qu'il ne lui plaisait guère de recourir à la puissance d'un dieu qui n'était pas le sien.

Le silence se fit. Puis Hycate crut percevoir une incantation. Elle s'acheva dans des bruissements d'origine végétale. Ce bruit sembla familier à l'Aéride.

 

Tiens tiens... on dirait que Selene a fait appel à sa technique favorite.

 

La drow avait déjà expérimenté personnellement le sort d'immobilisation de la Terrane. Comme elle n'avait pas entendu de bruits de combat, elle supposa que sa comparse avait atteint son objectif. Elle se décida donc à mettre fin à son sort, et l'image de Tigrrr vacilla puis disparut. La drow souffla. Le sortilège l'avait fatiguée davantage qu'elle ne l'aurait pensé. Elle finit néanmoins par se relever et avancer vers les trois silhouettes, dont deux flottaient au-dessus du sol, pris dans un enchevêtrement inextricable de plantes diverses. Hycate sourit. Ils n'étaient pas près de se tirer de ce mauvais pas. Elle connaissait la puissance de cette étreinte. Elle eut un petit sourire appréciateur à l'intention de Selene.

 

Ces deux-là sont à notre merci... pourquoi ne pas en profiter un peu ?

 

Il était clair que rien ne pressait les deux femmes désormais. Et la drow avait grand envie de passer sa frustration sur les deux hommes. Elle réfléchit un instant à ce qu'elle allait leur faire subir, et une idée lui vint. Examinant les liens végétaux, elle posa une main dessus et tenta une des sombres malédictions qui lui venaient de l'académie de sorcellerie de sa ville natale, là où elle avait appris les arcanes de son art.

 

« ... Yelene'pôthys maë kwell urushin sidia... »

 

L'énergie magique courut le long des lianes jusqu'aux deux hommes toujours prisonniers. Ils étaient encore un peu étourdis mais cela prit fin brusquement. Leurs hurlements déchirèrent la nuit. Hycate eut un sourire vénéneux d'assouvissement.

 

Il s'agissait d'un sort destiné à faire naître la souffrance, et les drows excellaient en cet art. Il ne causait par ailleurs aucun dégât physique, ce qui permettait de s'en servir pour tourmenter des cibles indéfiniment. Un sortilège noir, né de la magie du Chaos. Sous son influence pernicieuse, les lianes changeaient d'aspect, de couleur, finissaient par noircir et se couvrir d'épines aussi peu engageantes qu'acérées...

 

Souffrance surnaturelle. Noir supplice.

 

Et bien entendu, la drow le faisait durer. Encore et encore.

 

Un craquement inattendu attira soudain son attention. Le guerrier venait de réussir à se dégager un bras ! Hycate fronça les sourcils.

 

Comment est-ce possible ? L'entrave végétale de Selene est presque indestructible !

 

Indestructible par une magicienne, ou même une drow, sans doute. Mais par un guerrier expérimenté, en revanche, cela semblait moins évident. Il lui avait fallu du temps pour arriver à ce maigre résultat, mais il y parvenait néanmoins. Hycate, en réaction, lui envoya une nouvelle vague d'énergie mauvaise afin de paralyser ses gestes par la douleur. Le guerrier serra les dents pour ne pas hurler une fois de plus mais parvint à frapper de sa hache le réseau végétal qui entourait son compagnon. Les lianes tranchées net laissèrent échapper leur otage.

 

La situation n'était plus vraiment sous contrôle.

 

Prise d'un doute, la drow eut un regard interrogateur vers l'humaine.

 

Et maintenant ?

 

Profitant de ce moment de flottement, le guerrier finit de se dégager à coups de hache et de ruades.

Modifié (le) par Suyvel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En un instant, tout bascule!

 

Alors que Hycate a rompu son puissant sort et commence à s'en donner à coeur joie sur nos deux captifs, je ne peux réprimer un frisson et un sourire étire mes lèvres en songeant à quel point elle est différente de Suyvel. Celle-ci n'aurai jamais pu faire souffrir ainsi pour le simple plaisir.

Moi aussi je le pouvais, je l'avais déjà fait bien des fois, mais je détectais chez l'elfe noire une délectation à ce spectacle comme je ne l'avais rarement vu. Et utiliser mes lianes comme vecteur, oui, elle avait vraiment du talent. Les cris de souffrance sonnaient doux à mes oreilles, mais elle avait un don pour le faire durer... on aurait pu croire à l'infini. Rarement je m'étais laissée aller à user d'un tel sort aussi longtemps...

 

Un craquement interrompt mes pensées, me faisant regarder attentivement à l'origine du bruit suspect. Je hausse un sourcil en voyant un bout de hache dépasser d'une de mes lianes enserrant le guerrier. Comment a-t-il pu faire. Jusque là, elles ont toujours été indestructibles! Bon il est vrai que cet homme est particulièrement fort...

Je réfléchis à un moyen de remédier à ça alors que Hycate relance une vague de douleur. Mais la rebellion de l'homme continue et voilà qu'il tranche soudain la liane principale retenant le rodeur. Je pousse un cri de stupeur et de fureur mêlées à l'idée qu'ils puissent s'échapper.

 

En un rien de temps, le guerrier se libère à son tour alors que Hycate me lance un coup d'oeil interrogateur.

Ne pas paniquer! Que faire, que faire?

 

Déjà le guerrier se fait menaçant et dirige sa hache en direction de l'elfe noire, tandis que le rôdeur, plus agile, se carapate déjà en direction de la forêt.

je retiens mon souffle, en aucun cas il ne doit s'échapper

 

"Je vais l'empêcher de partir, occupe-toi du guerrier!"

 

Je hurle presque ma phrase à Hycate tant la panique me guette.

Je cours alors comme si j'avais le dragon griffu à mes trousses pour rattraper le rôdeur...

Me concentrant, j'incante un puissant sort végétal afin de mettre des obstacles sur la route du fugitif, faisant tomber des arbres et pousser des buissons sur son chemin.

Je m'arrête un instant, je ne vois plus l'homme. Un sort de perception spatiale me permet de le localiser, caché au pied d'un arbre, aux aguets...

 

profitant de ce bref repos, je jette un rapide coup d'oeil en arrière pour voir comment se débrouille ma comparse..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×