Jump to content
Terre des Éléments

Kiwae

Membres
  • Content Count

    22
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

Profile Information

  • Gender
    Female
  1. Kiwae

    La musique n'a pas dit son dernier mot

    Hello ! Pour ceux qui ne le savent pas je suis en ce moment en Nouvelle-Zélande (bientôt 5 mois !), après avoir passé 3 mois à travailler j'ai repris la route. Je suis actuellement sur le ferry pour aller sur l'île du Sud du coup j'en profite pour passer et vous mettre quelques musiques parce que qui dit roadtrip dit musiques donc voici une sélection de ce que j'écoute pendant mes trajets en voiture. On peut dire que c'est ma playlist spécialement créée depuis que je suis en Nouvelle-Zélande qui s'agrandie au grès des personnes que je rencontre et des musiques qu'ils écoutent et aussi de mes envies. (Je me suis fait ma propre version de cette chanson quand je l'écoute en voiture: I've been on the road in a car with no nameIt felt good to be out of the rainOn the road you can remember your name'Cause there ain't no one for to give you no painLa, la...) Je vais vous épargner en ne mettant pas toute les musiques de l'album The Suburbs d'Arcade Fire, je vous en mets quelques unes peut-être un peu moins connues. ^^ De la même façon je vous épargne tout l'album Rumours de Fleetwood Mac (j'avoue je suis obsédée par ce groupe en ce moment donc je l'écoute pas mal en voiture). Par contre je vous mets des piano demos de certaines chansons avec juste Stevie Nicks qui sont hyper cool à écouter je dis pas que les versions finales studios sont moins bien c'est juste différent et intéressant d'entendre la différence entre les deux versions. Pas une démo mais une version live cette fois. Bon allez, j'en mets quand même une de Rumours vu qu'elle est hyper connue je vous mets une version live de 1982, époque où il devait y avoir quelques problèmes dans le groupe surtout entre Stevie et Lindsey du coup on peut voir que s'est tendu entre eux comparé à d'autres versions lives. Chanson parfaite en voiture pour commencer la journée de route ou Go Your Own Way aussi ça met de bonne humeur. Bonus parce que je suis dans le pays des maoris je ne peux pas ne pas mettre Poi-E, je vous mets la version haka/thriller du film Boy par Taika Waititi donc une version courte mais la vidéo est fun. D'ailleurs je vous conseille de voir ce film de même que Hunt For The Wilderpeople (par Taika Waititi aussi) si vous voulez voir comment parlent les maoris et voir des paysage de Nouvelle-Zélande parce qu'il n'y a pas que les films Seigneurs des Anneaux ou Le Hobbit pour ça ! ^^ Si ça vous plait je pourrais rajouter d'autres musiques au fur et à mesure.
  2. Kiwae

    La fuite

    La fuite "Tout ce que vous avez à faire c'est décider de partir et le plus dur est fait." Tony Wheeler Partir. S'en aller. S'éloigner. Quitter. S'expatrier. Foutre le camp. Fuir. Fuir. Fuir très loin. Le plus longtemps possible. Autrement dit, voyager. Car le voyage c’est l’excuse que l’on utilise pour couvrir ce sentiment de fuite. Pleins de raisons peuvent amener à cette envie irrépressible de partir. C’est aussi beaucoup de déni. Moi fuir ? Non, pas du tout. Ça fait longtemps que j’y pense, que j’en ai envie. C’est le bon moment pour le faire. Bien que ce soit la vérité, il y a toujours ces raisons sous-jacentes qui poussent ce raisonnement rester enfoui dans les méandres de ton esprit pendant tout ce temps. Et alors comme ça c’est décidé. Tu vas partir. Enfin dans ta tête surtout, tu t’y vois déjà. Pour t’en convaincre tu en parles autour de toi, plus tu en parles plus tu as le sentiment de ne plus pouvoir revenir en arrière. Si tu l’as dit alors tu vas le faire, tu n’as plus le choix. Tu ne peux plus reculer. Tu auras l’air de quoi si tu ne vas pas au bout de tes décisions ? Si tu ne t’enfuis pas ? Mais tant que tu ne t’occupes pas de la paperasse, tant que tu n’as pas la lettre t’autorisant à rester dans le territoire dans lequel tu comptes t’enfuir, cela reste une douce fantaisie dans un coin de ta tête. Quand vient le moment fatidique, c’est l’euphorie. Tu as l’autorisation. Tu peux y aller. Et alors là il faut que tout s’enchaîne. Jusque là tu reportais ta date de départ fictive car tu étais "occupée" mais maintenant il faut avancer. Ce n’est plus deux pas en avant, un pas en arrière. Le moment passe. La routine revient. Elle s’immisce tranquillement, naturellement. Tu attends. Tu attends encore. La date supposée du départ se rapproche. Doucement mais surement. Il reste une étape à franchir avant, pour cela tu rencontres un spécialiste. Il t’explique les options qui s’offrent à toi. Tu fais ton choix et voilà. L’excitation est là. Tu le sais maintenant, tu as ton moyen de partir et surtout de revenir à ta guise. Il n’y a plus d’échappatoire. La réalité est là. Dure, implacable. Tu pars. Oui, parce que tu es toujours dans le déni et que tu ne réaliseras que plus tard ce dont il s’agit et que tu l’accepteras. Je pense donc je fuis. C’est aussi simple que cela. Les préparatifs se font lentement. La tournée d’au revoir avec tes proches se fait dans l’insouciance et la bonne humeur. Tu n’as pas peur de voyager seule ? Non. Il n’y a rien à ajouter. Cette fuite je la fais pour moi, contre moi. La solitude, cette compagne de voyage. Elle sera ma meilleure amie comme ma pire ennemie. Je le sais. Je le sens. Je l’accepte car c’est mon centre de gravité, j’en ai besoin. Me retrouver face à moi-même, me battre face à moi-même. Je revois une de mes mentors, son soutient est ce qu’inconsciemment je venais chercher. Je me sens prête. Prête à affronter l’inconnu. Ne pas savoir de quoi sera fait le lendemain, m’adapter à des imprévus. Ne pas planifier ou le moins possible car finalement rien ne se passe comme prévu. C’est un fait. La jours de ma fuite est là. Je suis calme. Beaucoup trop calme. Je fais mes au revoir. Je prends mes affaires. J’avance. Je me lance et m’élance vers cet endroit appelé Aotearoa. Et c’est comme ça que Kiwae a pris son arc et ses flèches et est partie aux pays des kiwis. "La vie, ça demande du courage et des sauts dans l’inconnu." La Vie Rêvée de Walter Mitty. [HRP: Bon vous l'aurez surement compris, je suis depuis un peu plus d'un mois en Nouvelle-Zélande. Au départ je n'avais pas du tout prévu d'écrire ce RP. ^^ Je voulais plutôt écrire sur Tāwhirimātea (se dit Tafirimatéa, le dieux du vent, des orages, des nuages...) car j'ai rencontré un maori quand je faisais de la cueillette et on a un peu discuté sur lui, comment était réalisé son tatouage maori, quelques légendes maoris. Du coup je voulais faire un petit RP en liant l'univers de TDE (étant une aéride) avec ce dieu du vent mais en écrivant c'est partis sur autre chose. Aussi parce que j'ai lu un article d'une pvtiste sur justement la fuite et que finalement en faisant le point sur toute les personnes avec qui j'ai discuté jusqu'à maintenant c'est une thématique qui revient très souvent. Mais du coup ça peut servir d'introduction pour d'autres RP en lien avec la culture maori. Désolé pour les fautes, j'ai écris ça hier soir (dans la journée pour vous ^^). Si jamais vous avez des petits commentaires ou questions vous pouvez les poser. Ka kite ano !]
  3. [HRP: Ça fait longtemps que je n'ai pas écrit de RP donc je ne sais pas ce que ça va donner, c'est un texte moins fun que les autres car j'avais envie d'aborder un peu le côté traumatique/attaque de panique qui pourrait découler des évènements de l'animation liés à la cette psychose dont nous étions infectés. J'ai mis des screens pris pendant l'animation pour illustrer le texte mais je les ai mis sous spoilers parce que je ne sais pas trop si ça peut gêner des personnes d'avoir les images qui coupent le texte.] Les mains encore tremblantes et le regard hagard survolant les nombreuses tâches de sang qui jonchaient le sol de Melrath Zorath, Kiwae réalisait que le cauchemar était enfin terminé. Un voile venait de se lever et peu à peu elle reprenait ses esprits. Sentant un liquide chaud lui descendre le visage, elle porta sa main gauche sur son front et l’essuya. Du sang. Beaucoup de sang. Ses yeux tombèrent sur ses vêtements. Encore du sang. Impossible de savoir s’il s’agissait uniquement du sien mais elle pressentait que ce n’était pas le cas. Avec la désagréable sensation que sa main droite tenant son arc était moite, Kiwae ne put s’empêcher de voir qu’il était lui aussi ensanglanté. Toujours du sang. Elle ne voyait plus que ça. Ajoutez à cela l’odeur pestilentielle qui imprégnait maintenant les lieux lui provoquant un haut le cœur. Sa respiration devint alors saccadée avec l’impression qu’un étau se refermait autour de sa poitrine. Un frisson lui parcouru la colonne vertébrale, qui se propagea en tremblements tout le long de son corps. Elle pouvait sentir son cœur palpiter et une chaleur se répandre alors que sa bouche s’asséchait. Des gouttes non de sang mais de sueur perlaient sur son front. La jeune rôdeuse se trouvait paralysée, incapable d’agir. Elle essayait de fixer un point précis en face d’elle tout en inspirant et expirant à plusieurs secondes d’intervalles afin de se calmer mais elle n’y arrivait pas. Une seule pensée lui parvenait dans ce vacarme intérieur comme un vestige de la psychose qui l’avait infectée peu de temps auparavant. Il est un lieu où tout se mêle, où la droite est gauche et la gauche est droite, où la raison se perd et hésite. Le seul salut possible est alors de suivre ce qui va droit, fût-ce la mort elle-même. Un vertige l’a pris alors que la sensation de cette perte de contrôle lui revenait. Des flashs de souvenirs réapparaissaient devant ses yeux à vive allure. La traversée du désert avec la présence anormale de nombreux brigands. L’arrivée à Melrath Zorac mise à feu et à sang par cette confrérie. La cohue autour de deux personnes en particulier. Keitar, le régent et Assalnr d’après les quelques informations glanées pendant la bataille. Ils dirigeaient l’assaut mais beaucoup de combattants avaient apparemment répondu à l’appel de détresse émis par des gardes de la cité. La mort de Keitar. La pierre. Cette maudite pierre. Celle par laquelle la psychose c’était répandue. La propagation de cette folie se réalisant de la mort de son porteur à son tueur. De la mort de son porteur à son tueur. De son porteur à son tueur. Et ainsi de suite. De son porteur à son tueur. Et ainsi de suite. Et ainsi de suite… Sa flèche s’enfonçant dans le torse de Karamelldansen. La perte de contrôle. Le comportement d’autodestruction, qui lui avait été un temps familier il y a quelques années de cela, refaisant surface tant l’énergie maléfique était écrasante. Cette envie de garder la pierre en sa possession tout en voulant la détruire. La mort. Cette libération. Puis recommencer. Être déconnecté de la réalité. Tuer ou être tuer. Posséder la pierre ou la détruire. Plus rien n’avait de sens. Une autre flèche trouvant le corps de Karamelldansen. L’insoutenable poids de la psychose. La mort. Encore. Recommencer. Recommencer jusqu’au retour à la réalité. Cette dure réalité. Une main se posa sur l’épaule et l’a sortie de sa torpeur d’un sursaut. La jeune rôdeuse se tourna vivement tout en prenant d’une posture de défense. Tigrrr. La présence rassurante de Tigrrr à ses côtés après ce carnage était familière et lui permis de se raccrocher à la réalité. Il était comme un roc, inébranlable. Elle prit une profonde inspiration et secoua sa tête comme pour chasser le souvenir des évènements qui venaient de se dérouler. Le calme était revenu dans son esprit après cette tempête émotionnelle. Les plaisanteries de Tigrrr lui redonnèrent le sourire et ensemble ils se dirigèrent vers le fortin de l’Alliance. Tout du moins c’était ce qui était prévu… Jusqu’à ce qu’ils furent distraits par la présence d’une certaine Nerië.
  4. Kiwae

    A votre bon coeur!

    Je n'ai pas encore pu faire cette quête et j'ai loupé votre première sortie du coup je me joindrais bien à vous si je suis disponible.
  5. Kiwae

    Le Pacte Maudit

    Voilà quelques semaines que le peuple Melrathien subissait des attaques de brigands qui avaient amené Mme le Maire à prendre des mesures drastiques pour endiguer ce problème. Mais cela ne semblait pas décourager pour autant les brigands qui continuaient leurs larcins en toute impunité. Plus récemment, l’incendie de la mairie avait fait beaucoup de bruit surtout lorsque l’un des lieutenants des Constellations de l’Aube s’était rendu de lui-même. Mais était-il vraiment coupable ou prenait-il le blâme pour protéger quelqu’un de sa faction ? Peut-être avait-il des intentions ultérieures ? Etant le Général des armées des Constellations de l’Aube il n’y a pas de doute qu’il avait dû réfléchir à son geste. Cependant le problème des brigands était toujours d’actualité. Kiwae avait écouté avec attention les récits des différents membres de sa faction ayant croisé ces malfrats au cours des derniers jours mais aucunes informations n’avaient pu être récupérées, les rencontres s’étant fini par la mort des brigands. La rôdeuse se dirigeait vers le camp des nomades pour récolter du bois verts. Arrivant sur place, elle jeta un coup d’œil du côté de la cabane des « Amis Elémentaires » s’assurant qu’aucunes âmes n’étaient présentes sur les lieux. Elle prit sa hache à double tranchant et se mit au travail. Le bruit de sa hache contre le bois rythmant sa réflexion. Question ! Quelle stratégie adopter pour obtenir des informations d’un brigand ? Conjecture, ils ne sont que des hommes de mains détroussant les poches des plus faibles. Ils sont tout en bas de la pyramide. En supposant que ces brigands ne soient pas corruptibles par l’argent et loyal envers leur organisation, quel autre méthode pourrait-on employer ? La menace ? Inutile, il n’aura rien à perdre surtout si on le menace de le tuer. Les menaces ne marchent que si elles sont exécutées. Ne jamais commencer avec la sanction finale ou vous ne pourrez plus aller qu’en arrière. De plus il n’y a aucune garantie que l’information soutirée soit juste. Pour obtenir des informations fiables, il faut être plus créatif que ça. Il faut remonter jusqu’à la source de l’information, trouver ceux qui ont un rang plus élevé au sein de leur organisation. Question ! Comment entrer en contact avec ceux-là ? Réponse, faire partie de leur organisation, s’y infiltrer, ne pas se faire remarquer, se fondre dans la masse. Comment faire pour y parvenir ? Il faut que quelqu’un se porte garant pour toi, faire en sorte qu’un de ces brigands te soit redevable, il faut que ce soit assez important pour qu’il t’amène à leur campement. Autre option, la trahison le mieux est qu’elle soit rendue publique cela aura plus de poids au moment de les « rejoindre » mais je ne vais pas m’aventurer sur cette voie là… Pour l’instant. Comment soutirer les informations nécessaires aux « plus hauts gradés » ? Commencer en bas de l’échelle comme ces petits malfrats puis grimper les échelons, gagner leur confiance, devenir indispensable au bon déroulement de leurs opérations, leur faire croire qu’ils ont absolument besoin de toi et non le contraire. Kiwae s’arrêta un instant pour essuyer les quelques gouttes de sueur qui perlaient sur son front et ramassa le bois vert pour le mettre dans sa besace. Elle décida de s’arrêter à l’oasis pour se rafraichir un peu avant de repartir. Arrivant au bord de l’eau, elle plongea les mains dans l’eau pour s’asperger le visage. Soudain, elle entendit des bruits de pas se rapprocher. Sa main sur le manche de sa hache, elle se retourna doucement. Devant elle, approchait un homme au visage marqué un peu plus grand qu’elle et trapu. On pouvait entendre les pièces s’entrechoquer dans une bourse accrochée à sa ceinture. Il marchait avec une certaine désinvolture presque fier comme s’il possédait les lieux. Tout chez lui criait que c’était un brigand. « Alors ma mignonne, on s’est perdue ! » Il la dévisagea de la tête aux pieds avec une lueur dans ses yeux. Kiwae ne montra rien de sa gêne et lui adressa un sourire crispé. Maintenant on peut être sûr que c’est un brigand… Ce n’est pas vraiment ce que je prévoyais mais peut-être que la méthode de la jeune fille naïve et aguicheuse sur les bords pourrait marcher, qui sait ? C’est tout ce que je déteste mais ça vaut le coup d’essayer. « Si je l’étais, est-ce que tu m’aiderais ? » Kiwae lui adressa un clin d’œil. « Bien sûr ma jolie, mais il me faudra un petit dédommagement pour mon aide. » Un dédommagement ? Il peut toujours rêver ! Il faut quand même que je tente pour voir jusqu’où cela me mène. « Cela va de soi ! » Répondit Kiwae en se rapprochant du brigand. « D’ailleurs, couper tout ce bois m’a ouvert l’appétit est-ce que tu aurais quelque chose à manger ? » Le brigand sembla hésiter, mais la jeune rôdeuse était maintenant juste en face de lui toujours avec son sourire aux lèvres. Le malfrat la reluqua encore une fois et sembla se décider. « Tu sais quoi ma belle, je vais t’emmener à mon campement ce n’est pas très loin et il y aura de quoi manger. » Ah ces brigands, toujours à penser avec leur… Ils se mirent en route et le brigand passa un bras autour de la taille de Kiwae qui se crispa fortement. Je déteste les contacts physiques ! Allez, il suffit juste que je garde mon calme et tout se passera bien. Ne pas prêter attention à sa sale main qui est posée sur le bas de mon dos ! Le brigand avait semble-t-il autre chose en tête et sa main continua de descendre le long du dos de la jeune rôdeuse et il se colla dangereusement contre son corps. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle réagisse au quart de tour. Elle lui prit sa main baladeuse et tordit son bras derrière son dos, l’immobilisant. Bien que le brigand soit de la même taille qu’elle il était beaucoup plus costaud et elle ne résista pas longtemps aux tentatives du brigand pour se dégager. D’un geste brusque il se libéra de son emprise et son poing serré entra en collision avec la lèvre de la rôdeuse, la force du coup la fit reculer de plusieurs pas. Le regard du brigand était noir de colère. « Qu’est-ce qui te prend je croyais qu’on était sur la même longueur d’onde !» Du revers de sa main Kiwae essuya le sang qui perlait de ses lèvres. « Moi aussi je le croyais jusqu’à ce que tu sois un peu trop tactile à mon goût. » Kiwae répondit de façon sarcastique. Le brigand ne comprenant pas, s’approcha avec un grand sourire. « Tu as du caractère pour une petite jeune femme, j’aime ça ! » Kiwae, exaspérée, recula au fur et à mesure. « Dommage, j’ai vraiment cru que ça allait marcher. Je ne pensais pas tomber sur quelqu’un de si répugnant ! » Le brigand la regarda avec un air confus pendant que Kiwae pris dans sa main gauche sa hache à double tranchant et la faisait tourner dans sa main. Une colère froide s’empara de la rôdeuse. Elle resta impassible mais ses yeux étaient glaçants lorsqu’elle s’adressa au malfrat d’un ton calme et détaché. « Pour commencer je ne suis pas TA mignonne, TA jolie ou tout ce que tu veux ! Et surtout je ne suis PAS petite ! » Le brigand n’eut pas le temps de réagir quand il vit la hache quitter la main de la rôdeuse et se ficher dans son torse. Le brigand bascula en arrière et s’effondra sur le sol. Elle s’agenouilla à ses côtés pour récupérer sa hache et lui ferma les yeux. Quel gâchis, j’aurais dû m’en tenir à ma stratégie de départ… Enfin, s’ils sont tous comme ça, la tâche va être plus difficile que je le pensais. Ou alors…Trahison ? Il va falloir y réfléchir sérieusement.
  6. Kiwae

    La musique n'a pas dit son dernier mot

    David Gilmour des Pink Floyd a créé une chanson à partir du jingle de la SNCF et le résultat est vraiment sympa :
  7. Kiwae

    Procession nocturne [RP de Groupe]

    Kiwae était assise en tailleur en haut d’une dune observant avec attention la sortie Est de la capitale. Le bruit avait couru dans la journée qu’une procession partirait le soir même, par curiosité elle avait décidé de voir de quoi il retournait. Un étrange changement de luminosité la fît se retourner. Le soleil se couchait avec une majesté presque surnaturelle. Le ciel se para de couleurs merveilleuses et, pendant quelques minutes, le désert lui-même s'embrasa d'écarlate. Puis la nuit fût là, si soudaine que la rôdeuse en sursauta presque. Des mouvements attirèrent son attention et elle les vit. Une dizaine de personnes sortant de Melrath Zorac illuminées par une lune presque ronde qui nimbait d'argent le sable du désert. Pensive, la jeune rôdeuse se demanda si elle devait rejoindre cette expedition...
  8. Kiwae

    La musique n'a pas dit son dernier mot

    Tiens quelqu'un d'autre connait First Aid Kit ! ^^ Ma petite contribution :
  9. Kiwae

    Joyeux anniversaire Guix!

    Bon anniversaire Guix !
  10. C'est une idée géniale, ça donne vraiment envie ! Après il faut voir comment ça va se passer dans le jeu, c'est qu'il va falloir bien s'en occuper de son familier ! ^^ Et puis s'il y a une possibilité d'avoir d'autres choix que Phénix/Dragon, peut-être des familiers avec des caractéristiques représentant chaque éléments ?
  11. Kiwae

    Déposez vos screens.

    Non Panda, il n'y a pas que toi qui ne savait pas !
  12. Kiwae

    Quel est le meilleur élément ?

    Le garnement posa une autre pomme sur le monticule. Kiwae s’approcha d’Aon d’une démarche souple et s’adressa aux personnes présentes. « Rien de tel qu’un défi d’adresse pour montrer que les Aérides ne font pas que brasser de l’air. On a déjà pu voir que quand il s’agit de viser le stock de la tavernière, ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde. » En revenant sur ces terres Kiwae avait abandonné son arc pour une fronde, discrète mais tout aussi efficace que ce soit pour frapper des bêtes ou des individus dangereux. Mais pour relever ce défi elle aurait besoin d'un arc.Elle espérait qu’elle n’avait pas perdu la main pour ce qu’elle prévoyait de faire. « Si cela ne te dérange Aon, je vais emprunter ton arc. » Aon la regarda et acquiesça. Elle prit l’arc de ses mains, le soupesa et l’étudia sous toutes ses coutures : type de bois, rigidité de la corde et autres détails futiles. Jugeant l’arc de bonne qualité, elle prit une flèche et se dirigea en face de la cible située à une dizaine de mètres. La flèche passa largement au-dessus de la pomme et se planta dans l’écorce d’un bouleau une dizaine de mètres plus loin. Elle pouvait entendre les quelques rires des personnes qui regardaient, pensant qu’elle avait raté sa cible. Un léger sourire s’étira sur ses lèvres. Elle prit une autre flèche du carquois d’Aon, se retourna en direction de sa flèche fiché dans l’arbre. Elle encocha sa flèche et dans un mouvement souple approcha la corde de sa lèvre, sa position parfaitement tenue. Muscles détendus, elle inspira et expira puis maintint son souffle ne faisant qu’un avec l’arc. Elle n’avait pas le droit à l’erreur. Le moment venu elle lâcha la corde de l’arc et la sentit vibrer. Elle suivit du regard la flèche filer en direction de celle enfoncée dans l’arbre. Celle-ci transperça la première flèche et la fendit jusqu’à la moitié. « Une flèche dans une autre flèche, ça vaut combien de points ? » dit Kiwae en se tournant vers les curieux assemblés autour d’eux.
  13. Kiwae

    Anniv' du chat !

    Joyeux anniversaire Tigrrr !
  14. Kiwae

    Fautes d'orthographe

    Chef Limac - MZ, Salle des fêtes Hum... Vous voudriez peut-être goûter à ma cuisine ? Sans me vanter, c'est la meilleure de tout le désert ! Tout le monde le dit ! Et ma spécialité, c'est le Scadaw, un véritable régal ! Une fois goûté, vous ne pouvez plus vous en passer ! Mais je ne peux malheureusement pas vous en faire actuellement... Voyez-vous, il faut des ingrédients spéciaux pour un plat aussi succulent, et je n'ai pas tout... Comment ? Je vous ai mis l'eau à la bouche et vous voulez aller chercher ce qui me manque ? Et bien... Si vous voulez... Il me faudrait alors quelques langues de serpent, de la chair de tortogriffe et des griffes de cette même créature pour le croustillant, dirons nous ! Pendant ce temps, je vais aller chercher des épices pour la recette... D'accord ?! Est-ce que ça ne serait pas "le Scladaw" à la place de "le Scadaw" ? Pour une quête il faut ramener un Scladaw donc je ne sais pas si l'erreur viens de ce texte où juste du journal des quêtes.
  15. Kiwae

    Joyeux Anniversaire Kerilou

    Apparemment il y a un anniversaire dont on a l'obligation de souhaiter ! ^^ Joyeux anniversaire Keril !
×