Jump to content
Terre des Éléments

Tales of Seishin


Recommended Posts

Sommeil


L’esprit du Corbeau s’était endormi.

Après avoir rejoint les enfers,
supporté sa nouvelle apparence
et oublié ce qui lui était cher,
ce qui faisait naguère son essence.

 

L’esprit du Corbeau s’était endormi.

 

Après avoir erré sur de nouvelles terres,
toujours en quête d’âme pour le satisfaire,
Errant, se cachant, tel une ombre sanguinolente
avec pour toute compagnie, une horde croassante.

 

L’esprit du Corbeau s’était endormi.

 

Après avoir trouvé la paix dans les caveaux,
mais aussi une famille, une Dame a respecter.
Et pourtant c’est auprès d’un lac et de ses eaux
qu’il vécu l’infamie de voir tout cela s’effondrer.

 

L’esprit du Corbeau s’était endormi.

 

Après être parti, envolé tel l’oiseau de mauvais augure
Annonçant l’aube d’une Ere nouvelle et funeste.
Mieux valait ça que d’être rongé, pour sûr,
Par une colère et une haine manifeste !

 

Alors l’esprit du Corbeau s’était endormi.

 

***

 

HRP : Rp connexe Requiem avant l’Envol du Corbeau

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Eveil

 

Trois ans c’étaient écoulés. Trois longues années, diraient certains mortels. De fait, le monde change en a peine trois ans. Certains partent conquérir de nouveaux horizons, d’autres arrivent remplis d’espoirs pour ces Terres qui leurs sont étrangères. Mais ce n’était qu’un battement d’aile pour celui qui s’était endormi.

 

Était-ce la faim, une faim dévorante et insatiable qui l’avait réveillé ? Ou était-ce le croassement des corbeaux et le picotement de leur bec sur ses membres ? Il était difficile de trancher. Seishin s’étira, comme pour chasser les oiseaux qui étaient sur lui. Puis il ouvrit les yeux sur ses compagnons au sombre plumage. L’heure n’était plus au sommeil. Le Corbeau devait reprendre son errance.

 

C’est sur la ville de Melrath Zorac que celle-ci recommença. Trois années c’étaient écoulées, mais les habitants de cette ville ridicule attendaient toujours qu’il leur rende les services demandés. Qu’il en soit ainsi, il finirait bien par dévorer leur âme tôt ou tard ! Et cela lui permettrait de reprendre ses repères.

 

Ses anciens réflexes ne s’étaient pas évanouis : toujours être sur ses gardes, toujours se méfier des allées et venues des aventuriers. Toutefois, il était moins agressif que dans ses « jeunes » années, allant jusqu’à discuter avec une rodeuse qui voulait être tanneuse. De fait, il n’avait pas encore trouvé de proies à chasser, la ville et ses alentours étant étrangement calme. Il s’en étonna, mais s’étonna encore plus de l’effet que cela avait sur lui.

 

La solitude lui pesait et le rongeait.

 

C’est alors que lui vient un lointain souvenir. Il se tenait au beau milieu d’un campement, renforcé par des palissades en bois. Il n’était pas seul, entouré d’hommes armés et de quelques femmes. Ils le regardaient tous avec un mélange de crainte et de respect dans les yeux. Il lu également de la loyauté dans leur regard.

 

« Oui… c’est vrai… J’avais rassemblé sous ma bannière nombre de guerriers. Des chevaliers sans maîtres, comme moi. Des bandits et des déserteurs aussi. Tous se battaient pour moi ! »

 

Alors qu’il prononçait ces mots pour lui-même, un sentiment de nostalgie s’empara de lui. Des compagnons. Une faction. Un but. Voilà ce qu’il lui manquait ! Mais qui voudrait suivre le sombre monstre qu’il était devenu ? A cette question le visage de Dame Labradorine refit surface à sa mémoire. Cette humaine et son gardien l’avaient accepté jadis. D’autres créatures en feraient peut-être de même ?

 

Dans tous les cas, il lui fallait trouver de courageux compagnons. C’est avec cette idée en tête que le Corbeau reprit son envolée !

Edited by Seishin
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Rencontre : la Chasseuse et le Corbeau

 

Au cours de son errance dans Melrath Zorak, une dame avait osé le héler. Seishin s'était retourné vivement, espérant assouvir sa faim... Mais l'âme de la vielle femme était frêle et mesquine. Il l'écoutait néanmoins. La vielle femme voulait qu'il parte à la recherche de ses enfants, dont elle s'était séparée plusieurs années auparavant. La colère s'emparait d'abord du Corbeau : avait-il l'air d'être un garde-chiards ? Puis, ce mouvement d'humeur passé, un plan se formait déjà dans sa tête. Il serait toujours temps de faire payer cet affront à cette femme en dévorant son âme et celle de ses enfants quand ils seront réunis.

 

C'est ainsi que le Corbeau explorait les alentours de la ville à la recherche des enfants perdus. Il eu l'agréable surprise de découvrir que l'âme de ces enfants était prometteuse : chacun avait un lien particulier avec les éléments primordiaux. Seishin jouait le jeu de l'entremetteur, se retenant de les dévorer sur le champ. Alors qu'il était à la recherche du quatrième et dernier enfant, ses oiseaux l'emmenèrent du coté des mines, au nord de Melrath Zorak. Ils y avaient repéré une personne partageant un lien fort avec la déesse de l'air.

 

Il se dirigeait vers l'enfant quand le nécromant s'arrêta net. Quelque chose avait retenu son attention, quelque chose d'inhabituel. Regardant autours de lui, vers le ciel, il repéra vite la source de ce sentiment. Un oiseau au plumage noir, posé sur un haut rocher, qui le regardait attentivement. Une certaine intelligence était visible dans le regard de l'animal. Etrangement, ses corbeaux n'osaient pas s'approcher de cet étrange congénère et ce dernier ne semblait pas répondre aux appels de Seishin. Au contraire, il surveillait le nécromant. Soudain, l'oiseau pris son envol en direction d'un bâtiment en contre bas. Le nécromant se promis d'aller inspecter le bâtiment après s'être occupé de l'enfant.

 

Quelques heures plus tard, alors que la pluie s'abattait en ces terres arides, Seishin débarquait dans la taverne des mines. C'était le bâtiment dans lequel l'oiseau c'était glissé. Tous les regards se tournaient vers lui à son entrée, mais il n'en avait cure. Il payait distraitement sa chambre un aubergiste tout tremblant. Puis il se tournait vers une jeune femme, accompagnée d'un oiseau au plumage noir. Un corbeau. Pas n'importe quel corbeau, celui qu'il avait aperçu plus tôt. Seishin s'approcha d'eux et s'adressa ainsi au corbeau :

 

" - Ainsi nous nous croisons de nouveau, Loki. Je t'ai vu voler avec mes corbeaux lorsque je traquais cet enfant. Je me demandais ce que tu gardais, mais je comprends mieux à présent."

 

L'homme décala légèrement la tête pour regarder la rodeuse. Il la regardait un instant, la jaugeant du regard. Une chasseresse. Mieux, une tueuse !

 

"- Bonjour, chasseuse. C'est un compagnon bien intéressant que tu as là, prends en soin. Il semble beaucoup t'apprécier. Ho... J'oublie les manières des mortels... Je m'appelle Seishin, alias le Corbeau. Enchanté."

 

La rodeuse caressa son corbeau d'une main, en le sermonnant sur sa disparition subite. Puis elle tourne de nouveau son regard sur l'inconnu qui lui faisait face. Il l'intriguait mais elle n'en montrait rien. Aussi lui répondit-elle laconiquement :

 

"- Kalshara.
Que voulez vous ?
"

 

Seishin prit le temps de sortir un morceau de viande séché qu'il déposa sur la table à l'intention de l'oiseau avant de répondre à la chasseuse.

 

"- Les corbeaux sont des oiseaux extraordinaires, mais j'ai passé trop de temps en leur seule compagnie. Je cherche des compagnons. Le Corbeau va créer sa propre faction : la Sombre Envolée. Je sens en toi l'âme d'une chasseuse et d'une tueuse. Tu aurais ta place dans ma horde, si tu le veux."

 

Seishin n'avait pas pour habitude de tourner autours du pot. Il préférait aller directement au but, d'autant plus qu'il n'était pas habitué à tant parler. Il sentait qu'il y avait quelque chose d'intéressant chez cette rodeuse. C'est ce sentiment qui l'avait poussé à l'aborder.

C'est alors qu'un léger "toc" se fit entendre à la fenêtre placée derrière Kalshara. Seishin tourne la tête en direction du bruit et reconnu l'un de ses corbeaux à la fenêtre. Ils avaient trouvés quelque chose pour lui. L'heure n'était plus au repos.

 

"- Quand tu seras prête, confies un message à n'importe quel corbeau que tu trouveras. Il me l'apportera."

 

L'homme esquisse un signe de tête pour saluer la chasseresse et caresse Loki avant de s'en retourner vers la sortie de l'auberge. Lorsqu'il quitte le bâtiment, l'aubergiste et les quelques habitués respirèrent de nouveau et les discussion reprirent. Timidement d'abord, puis de manière plus soutenue. Comme si le Corbeau n'était jamais venu. Seul restait le morceau de viande séché picoré par Loki pour témoigner de son passage.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.