Jump to content
Terre des Éléments
Sign in to follow this  
yaninho

Une Renaissance

Recommended Posts

« Rebom n’est plus. Ou tout du moins en apparence. »

 

Des saisons maintenant que la Guerre n'existe plus. Mais aussi des saisons maintenant que l'Histoire de Rebom domine nos contrées : celle d'un savant sanguinaire en quête d’un éternel pouvoir. Il ne reste dorénavant de lui que des écrits qui, d’une simple encre noire sur des vulgaires bouts de parchemins, narrent des exploits sans précédents. Du sang versé, des cœurs délabrés, des vies ôtées : tel est le prix de sa folie, mais aussi de son funeste échec. Perdu aveuglement dans un océan de frénésie, où flotte avidité et perversion, il s’est tue dans une douce mélancolie.


Les écrits sonnent et résonnent toujours comme faux. Subtil mélange de mensonges et de blasphèmes, tous s'allient pour nous affirmer sa mort. Le savent-ils vraiment ou veulent-ils tout simplement nous le faire croire ?

 

A cette question, ma réponse reste unanime. 

 

« Rebom n’est plus. Ou tout du moins en apparence... »

 

En apparence, oui. Car aujourd'hui encore, sa lypémanie enivre mes pensées, à tel point que je sens son âme m'effleurer sans cesse. Rien qu'en fermant les yeux, et ce à chaque nuit, dans un silence assourdissant, je découvre un nouveau chapitre de son périple. 


Au commencement, je ne voyais qu’une simple ombre, imposante certes, mais volatile, presque errante. Et puis le lendemain et les nuits suivantes, ma vision, au fil du temps, s’est éclaircie, dissipant la brume environnante. Et de cette même ombre que j’apercevais dans mes sombres rêves naquit un sorcier aux traits grossiers, précieusement enseveli sous une cape dont seul un regard d’un noir profond, pouvait vous paralyser et glacer votre esprit, laissant jaillir une soif insatiable de grandeur. Se tenant fièrement debout dans l’arène, personne n’était en mesure de l’affronter.


A vrai dire, nous n’étions plus dans le registre de la guerre, mais celui de l'abattage. Qu’importe l’élément, le nombre ou l’âge, il ne faisait aucune distinction dans le choix de ses victimes. Implacable, il ne laissait transparaître la moindre émotion sur le peu de visage qui me donnait de voir.


Rebom était en mission. Plus qu’une simple ambition, il voulait être ce qu’il a toujours rêvé devenir. Prenait-il encore la moindre once de plaisir à tuer ? J’en doute. Il ne lui fallait que des esprits humains pour assouvir son désir, ne tuant ainsi que par obligation. Chose faite, il venait de réussir sans difficultés la première partie de son plan. Néanmoins, il n’était guère le seul à avoir atteint brillamment cette étape, bien au contraire. Mais en comparaison avec ses prédécesseurs, quelque chose de particulier émanait en lui, d’une posture bercée d’une aura divine, ou tout du moins s’y rapprochant. Il ne pouvait en aucun cas échouer.


Il s’exila par la suite dans ce qui semblait être la tour d’un château, à l’abri des regards indiscrets, dans une pièce recluse et minuscule du fort. Il se sentait enfin prêt pour réussir ce que les autres ont raté. Il sortit de sa cape un livre d’une noirceur qui m’était encore inconnue, d’un noir bien plus noir que ses yeux charbonneux. Il l’ouvrit et le posa délicatement sur une vieille planche d’un bois sans saveur, qui lui servirait pour l’occasion de support de bonne fortune. Il prononça des mots d’incantation dans une langue bien trop ancienne pour le commun des mortels. Je tâchais de faire du mieux possible pour juste entendre les paroles magiques du sorcier…


Mais c’est à ce moment précis que mes pensées s’embrumèrent. Aussi bien à cet instant-ci que lors des sommeils futurs, il m’était impossible d’en connaitre la suite. C’est également depuis ce moment-là que je veux à tout prix savoir ce que je n’ai pu ouïr.


Certes, nous connaissons tous le fin mot de l’Histoire. Durant quatre jours, Rebom détenait un pouvoir ultime, inconditionnel, voire infini. Ou tout du moins en apparence. Ce n’est pas la guerre, ni même la quête de pouvoir qui le tua, mais uniquement l’utilisation d’une formule bien trop puissante pour sa chétive personne qui le dépassa et le surpassa.


Je ne veux pas servir la cause de Rebom. Nullement. Il était bien trop faible.

 

Je ne veux que devenir son Maître. Le Véritable Maître des morts pour contrôler le Monde des vivants.


Mais avant d’en arriver à cette finalité certaine, il me faut maîtriser une toute nouvelle magie. La magie noire, celle qui effraie tant, aussi bien profonde et envoûtante que dévastatrice, se doit de devenir mienne.


Il me faut aller encore plus loin pour apprendre…


Ce n’est qu’une question de temps.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...