Aller au contenu
Terre des Éléments
Yteyk Amris

Il faut sauver Léokal

Recommended Posts

Par une belle soirée de Creativa, règne une ambiance festive dans les tavernes de Melrath Zorac. Chopines et vins chauds remplissent leur office, rendant gais et enjoués même les plus rébarbatifs des nécromants. Comme d'habitude, c'est la Taverne de l'Auberge Sud de Melrath Zorac qui réunit le plus de fêtards, même en cette heure plutôt tardive pour la saison. Éclairés par les lumières dansantes des chandelles, les clients du tavernier s'en donnent à coeur joie, ripaillant à qui mieux mieux, dans les cris et les chants paillards.

Lorsque la porte s'ouvre, laissant passer une silhouette furtive, enveloppée d'une cape dont le capuchon masque son visage à l'assemblée. Sans dire un mot, elle s'avance au milieu de la pièce, et le tintamarre cesse progressivement, au fur et à mesure que les regards se posent sur cet homme à l'étrange attitude. Une sourde inquiétude gagne la salle, qui sent planer une menace dans cette présence intrusive. Le tavernier, inquiet de la bonne tenue de son établissement, se voit donc contraint, un peu malgré lui, de prendre les devants :

« - Bonsoir, étranger. Je peux te servir à boire?»

Lentement, l'homme se tourne vers l'aubergiste, et lentement, il abaisse sa capuche, provoquant de sourdes rumeurs dans la salle. A la vue de tous, s'offre le visage d'une jeune femme, traversé de part en part d'une terrible cicatrice. L'instant de stupeur passé, et l'inquiétude un instant oubliée, les commentaires vont bon train entre ce qui était il y a quelques secondes une bande d'ivrognes en pleine action. Ignorant ces commérages, elle grimpe prestement sur une table, et s'adresse à la foule.

« - Silence!» clame-t-elle, levant les bras au ciel pour demander le calme.

« - Silence, dis-je, car un grand danger nous menace!»

Un instant éteintes, les rumeurs reprennent immédiatement, et seule la voix autoritaire de l'étrangère ramène un semblant de sérénité.

« - Je suis Andia, espionne au service de la Garde de Melrath Zorac. J'ai assisté, impuissante, à l'enlèvement par de mystérieux malandrins de Léokal, l'ingénieur zoraquien. Hélas, ils ont réussi à s'évanouir dans la nature avant que je ne donne l'alerte! Mais, en examinant les lieux, j'ai trouvé ceci :» dit-elle, tendant un gant marqué d'un symbole inconnu.

« - Ceci, est la marque du Seigneur Fargol, que nous croyions tous mort et enterré depuis des années. Voici la preuve qu'il est vivant, et qu'il a de nouveau des projets pour Melrath Zorac!»

Ponctuant du geste ses paroles, elle lance sur la table le gant, bien en vue, pour appuyer ses dires par cette preuve tangible. Puis, elle reprend son discours :

« - Vous pouvez être sûrs qu'à l'heure qu'il est, Fargol a déjà torturé Léokal et obtenu de lui tout ce qu'il voulait - ou presque. Il nous faut craindre le pire, car doté des armes terribles de Léokal, Fargol peut nous assaillir à tout moment... Je vais repartir dans la forêt, et je vais retrouver la trace de notre ingénieur. Il nous faut le sauver, et empêcher Fargol de nuire à nouveau. Je reviendrai parmi vous, à la prochaine lune. Soyez prêts.»

Rabattant sa capuche sur son visage balafré, Andia saute à terre, et fendant la foule, sort de la taverne pour se perdre dans la nuit tombée.

Un silence de mort règne dans la salle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le jour se lève sur Melrath Zorac, baignant la cité maudite de la chaleur de ses rayons, dissipant la nuit et ses démons. Dans l'aube naissante, le chant du coq retentit, appelant les Zoraquiens au travail. Devant l'Auberge Sud, le tavernier, les yeux encore bouffis de sommeil après avoir émergé de son lit, descend l'escalier et ouvre sa fenêtre, pour bénéficier de la lumière du matin. C'est en baissant les yeux pour étouffer un baillement qu'il découvre, sur le pas de la porte, une enveloppe, scellée du sceau de la Garde de Melrath.

D'un coup, toute sensation de sommeil disparaît, et il se remémore la soirée qui a tant fait parler d'elle, ces derniers jours, dans la cité...

Fébrile, il ouvre la missive, et découvre un parchemin, qu'il s'empresse de lire :

« - Aux habitants de Melrath Zorac.

J'ai pu obtenir de précieuses informations, au cours de mes premières investigations. D'après mes sources, le Seigneur Fargol dispose d'une solide forteresse, quelque part en un lieu reculé, oublié de toutes et de tous. Cette forteresse fut bâtie il y a bien des siècles, par les ancêtres de l'actuel seigneur des lieux. Il semblerait qu'il y a bientôt cent ans, un terrible éboulement a condamné le défilé rocheux qui, seul, permettait d'y accéder. Tombée dans l'oubli, la forteresse a survécu, et assez incroyablement, Fargol aussi... Il doit y avoir là-dessous quelque tour de magie noire dont la provenance ne cesse de m'inquiéter. Je vais continuer mes recherches à ce propos.

Hélas, Fargol a déjà obtenu de terribles secrets de notre ingénieur, et a entamé la construction des armes diaboliques que celui-ci lui a livré sous la torture. Il semblerait, ici aussi, que Fargol soit en train de préparer une attaque sur notre cité, dévoré par la puissance nouvelle que les armes de Léokal lui confèrent... Je crains que nous ne devions encore subir les assauts de l'extérieur sous peu.

Peuple de Melrath, gardez la foi, nous sommes là, et nous veillons.

Andia, Garde de Melrath Zorac, Espionne au service de sa Cité.»

Le tavernier baisse lentement les bras, tentant de comprendre les implications du message qui lui était parvenu de si mystérieuse façon. Un instant plus tard, il sortait de chez lui et partait au pas de course vers le Sergent de la Garde.

Deux heures plus tard, le contenu de la missive avait fait le tour de la ville.

Un nouvel ennemi surgissait du passé...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques jours, Melrath est en ébullition permanente. L'annonce par la Garde du péril qui menace la ville a surchauffé les esprits, et tous les prétextes sont bons pour se battre. Chacun évacuant la pression comme il le peut...

Fargol... Ce nom n'évoquait rien, même dans la mémoire des plus anciens de la ville. Léokal, lui, était connu, enfant du Quartier des Apothicaires, sa vivacité d'esprit et son sens de la répartie en avaient fait, très tôt, une personnalité de Melrath. Devenu jeune adolescent, puis jeune adulte, ses inventions et ses talents de bricoleur l'avaient destiné à une carrière brillante. Engagé au service d'un étranger, il avait appris le métier "d'ingénieur", inconnu dans sa ville natale, mais ô combien prisé ailleurs dans le monde. Devenu l'un des meilleurs dans son domaine, il vendait ses services au plus offrant, mais revenait de temps en temps dans la cité de son enfance, saluer ses parents et sa fratrie.

C'est lors de ces visites qu'il a été enlevé... Quelles armes terrifiantes son esprit a-t-il bien pu créer? Les imaginations s'emballent, emportées dans un délire collectif où tous les cauchemars prennent corps.

C'est dans cette atmosphère... délicate, que parvint en ville un nouveau message d'Andia.

« - Aux habitants de Melrath Zorac.

J'ai bien progressé. J'en sais désormais beaucoup sur notre ennemi, mais je n'ai guère de temps pour vous écrire. Ils ont découvert ma présence, et me recherchent. J'espère que ce message vous parviendra... Je prie l'Unique pour cela.

J'ai découvert d'où provenait l'étrange longévité du Seigneur Fargol. Il héberge, en sa forteresse d'Esgandiar, un ancien mage, Olpiuns. Celui-ci lui aurait offert, pour sauver sa vie, l'éternité. Fargol est immortel, à moins d'un accident ou d'une épée à travers le corps. Je crois qu'il nous faudra passer par là.

Car Léokal lui a fourni les armes qui vont lui permettre d'assouvir ses pulsions de puissance et de domination. Son attaque contre Melrath n'est, pour lui, qu'une mise en bouche comparé à ses plans de conquête. Il nous faudra ruser pour l'emporter, cette fois... Je vais rester ici pour estimer ces forces, et trouver un moyen de nous assurer la victoire.

Esgandiar est située à l'ouest, par-delà le campement des nomades. Le défilé rocheux qui permet d'y accéder est obstrué, et je n'ai pas encore pu découvrir par où entrent et sortent ses hommes de main pour perpétrer leurs coups ou effectuer des reconnaissances.

Je vous écrirai à nouveau très bientôt.

Priez pour moi,

Andia, Garde de Melrath Zorac, Espionne au service de sa Cité.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Agitée par les avertissements de son espionne, la ville est rassemblée sur la place des Statues, chacun y allant de son commentaire, de son idée, de sa solution. C'est ce moment que choisissent pour survenir trois gardes de Melrath, qui fendent la foule jusqu'à la fontaine. Grimpant dessus, ils déroulent un parchemin, et s'adressent à la populace:

« Oyez, oyez,

Ecoutez le dernier message reçu d'Andia!»

A ces mots, le calme revient, couvrant l'assemblée sous un voile de silence. Tous écoutent les paroles de leur garde.

« - Aux habitants de Melrath Zorac.

Ca y est. Je sais à peu près tout. Fargol devrait nous attaquer demain, au crépuscule, porté par la magie d'Olpiuns et la technique de Léokal.

N'ayez crainte. Voici ce que nous allons faire pour emporter la victoire :

Tout d'abord, sachez qu'Opiuns est de notre côté. Ce matin, sur mon conseil, il a tenté de s'évader. Il a réussi à faire exploser les blocs rocheux qui fermaient l'entrée d'Esgandiar grâce aux ingrédients qu'il m'avait demandé et que je lui ai fourni. Malheureusement, Fargol a lancé à sa poursuite son Golem, et Opiuns a été repris. Mais le principal est accompli : nous avons la possibilité de passer par le défilé.

Car nous allons attaquer les premiers. Ce matin, à 6h, il faudra donner l'assaut. Je déblaierai l'entrée des obstacles provisoires que Fargol a fait disposer pour bloquer le passage, et vous foncerez. Mais attention, l'homme est fin tacticien, sa forteresse bardée de défenses, et il ne sera pas aisé à vaincre. L'effet de surprise nous y aidera grandement : ses forces ne sont pas prêtes à se défendre.

Éliminez les défenses qui vous barreront la route, atteignez et éliminez le Seigneur Fargol. Il faudra être forts, nombreux et prêts à mourir pour sauver Melrath! Une fois celui-ci éliminé, Olpiuns pourra peut-être partager son savoir avec nous!

Gardez la foi, la Garde veille! Je serai à vos côtés pour panser vos plaies, dans ces moments difficiles...

Andia, Garde de Melrath Zorac, Espionne au service de sa Cité.»

En quelques secondes, un cri de rage parcourt les artères de la ville, son coeur s'emballe, chacun des membres de la communauté brandit ses armes, prêt à défendre sa vie et celle de ses compagnons.

Le combat approche.

Soyez prêts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×