Jump to content
Terre des Éléments

Selene

Membres
  • Content Count

    497
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About Selene

  • Rank
    Plume d'Or
  • Birthday 04/10/1987

Profile Information

  • Gender
    Female
  • Location
    Alsace^^

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Recent Profile Visitors

6434 profile views
  1. Avec un peu de retard, joyeux anniversaire Kara et Yan
  2. Endormie, je fus peu à peu réveillée par des lumières bleutées chatoyantes au-dessus de mon lit. Un rêve étrange… ? Et comme la figure de la Drow apparue devant moi, non, c’était plutôt un cauchemar, mais éveillé ! Je m’assis, parfaitement lucide pour écouter les menaces de la Drow qui avait l’art de l’interprétation théâtrale. Impassible, j’écoutais jusqu’au bout sans réagir ou presque. Je ne pus cependant réprimer un air effaré quand je compris qu’elle tenait Eridani sous sa coupe. J’écoutais la suite en serrant les dents. Elle voulait qu’on la laisse tranquille pour mener ses projets. Et j’étais constamment surveillée, même si physiquement elle se trouvait visiblement assez loin pour l’instant. Le temps de comprendre tout cela et le visage disparut dans les dernières volutes de lumières, et la messagère arachnide involontaire tomba raide morte sur mon lit. Grimaçant, je la fis voler jusqu’au sol et me levais pour réfléchir à la suite. Je ne pouvais plus impliquer ma faction, et je ne devais rien faire qui put paraître suspect à un observateur. Voilà qui réduisait le champ de possibilités… Le lendemain, je prétextais devant mes camarades m’être trompée, que Hycate était partie vers d’autres lieux à conquérir et ne représentais pas un danger pour le moment. J’en profitais pour annoncer que je voulais me remettre un peu à l’hermésisme et passais de nombreuses heures les jours suivants à apprendre auprès de Daddy et Panda cet art particulier, quand je n’étais pas le nez plongé dans les livres… d’hermésisme bien sûr ! J’avais évidemment un but et une idée derrière la tête, mais je n’en montrais rien et n’en touchais mot à personne. J’étais la parfait apprentie hermésiste et passait mon temps à récolter, échanger les ressources et à produire. Je fis de nombreuses potions pour Yan qui était très gourmand en potion amplificatrice. Un de mes échanges m’amena à rencontrer Elena, du Souffle d’Eolia. Elle me fournissait une partie des nombreuses pierres dont j’avais besoin et qui étaient la base de l’hermésisme. J’étais certes de l’Au-Delà, mais tout le monde savait que je n’étais pas belliqueuse, et honnête en échange. Un jour, je me présentais devant les portes de leur village avec une cargaison de chanvre que j’avais promis à la guerrière. Ne me doutant pas de qu’ils allaient en faire, j’en profitais pour accepter l’invitation que j’escomptais secrètement à boire un coup chez eux. Je proposais insidieusement à ceux qui voulaient de tester la qualité de mon chanvre bio et plusieurs aventuriers se joignirent à nous pour un moment sympathique. Je gardais cependant la tête claire pour la suite. Il me fallait ensuite agir assez vite et discrètement. La plupart des habitants réunis donc à la taverne, je prétextais avoir besoin d’aller là où nul ne pouvais aller pour moi et sortis de la Taverne, me faufilant dans les ombres du soir jusqu’aux petites maisonnettes qui constituaient le village. Par chance, il y a longtemps, quand je rencontrais Suyvel pour la première fois, j’avais eu l’occasion d’entrevoir son habitation, je n’eus donc pas à chercher longtemps le lieu. Je priais pour que les espions de la Drow ne puissent me suivre ici. J’entrais en silence, tout était bien désert ici. La suite fut une autre paire de manches, et je passais de nombreuses minutes à fouiller les coins, recoins et tiroirs et sous le lit à la recherche de quelques affaires personnelles. J’espérais dénicher un objet suffisamment personnel pour Suyvel , auquel elle serait attachée. Je tombais sur des bijoux… voilà peut-être une idée…, puis sur un livre banal semblait-il… ; et finis par mettre la main sur une orbe. Parfait ! C’était son orbe de ses début, à laquelle elle avait même donné un nom, je ne me souvenais plus duquel ! Je remis vite les affaires en place et sortis me fondre dans les ombres, l’orbe bien cachée dans mes affaires. Je retournais à la Taverne pour ne pas éveiller les soupçons et souhaitait rapidement la bonne soirée à mes hôtes avant de passer les portes du Souffle, soulagée de ma mission secrète accomplie. Quelques jours plus tard, tout était prêt pour la mise en œuvre de mon plan. J’étais sur Terra, j’avais expliqué à mes camarades que je cherchais là-bas une fleur rare et desséchée que je voulais tester pour des potions. En vérité, j’espérais que les espions de Hycate ne me surveilleraient pas d’aussi près en ce lieu. La seconde raison était que je devais me trouver dans un lieu où je sois à l’aise, proche de mes racines, pour le rituel que je devais accomplir. Grâce à mes lectures et aux talents d’hermésistes de mes compagnons, je m’étais procurée de l’encens de projection extra-planaire, et j’avais commencé un petit entrainement à la méditation. J’avais également sur moi l’orbe de Suyvel. Je m’installais dans un petit coin proche de la forêt des Loups, j’étais bien, à l’aise, en communion avec la nature et, je l’espérais, les esprits. Après avoir allumé l’encens à côté de moi, et l’orbe de Suyvel entre mes genoux repliés, je me concentrais longtemps pour me mettre enfin en état de méditation. Je n’avais de cesse d’élever mon esprit, d’atteindre un autre plan… Je ne mesurais plus le temps, mais toujours est-il qu’à un moment, je pus retrouver une certaine conscience de moi, mais plus dans la forêt où j’étais au départ. Je me sentais vaporeuse, et je pouvais voir autour de moi-même si je n’avais plus de corps. J’étais un esprit en quelque sorte, et je me trouvais à priori dans l’Ether, je pouvais ainsi me déplacer, mais je ne trouvais nul repère comme je pouvais en avoir dans le monde matériel. Les alentours étaient changeants, des sortes d’explosions de lumières jaillissaient ça et là autour de moi. Il me restait à trouver Suyvel. Je me concentrais sur ce que je savais d’elle, sur ce que je me souvenais de nos rencontres lorsqu’elle était encore Suyvel, et non Hycate. Son esprit, projeté loin ici dans l’Ether par ma faute, par cet artefact que j’avais mis entre ses mains, devait errer quelque part. Il me fallait maintenant le contacter. Suyvel…. Suyvel… je n’avais de cesse de l’appeler mentalement.
  3. Selene

    Hydraktar

    Bon retour et bienvenue à Hydrakar moi aussi je me souviens de eddy Bon jeu avec ce nouveau personnage en tout cas
  4. Selene

    Commentaires HRP

    Héhé, toujours le bon mot pour chacun Suyvel J'ai aimé le tien aussi, en mode ange drow envoyé par sa déesse pour soigner la peur par la peur! Et un dernier petit mot pour dire que oui, moi aussi je prend plaisir à lire tous les textes et que chacun a son style et son humour ! Une mention spéciale à Hepha qui signe une belle légende qui pourrait entrer dans l'histoire de TDE Très belle plume que j'apprécie! Bravo à tous
  5. Tout avait commencé avec une plume. Une belle plume qui était venue étoffée la collection des objets plus ou moins poussiéreux qui traînaient au coffre du château. Et quelle plume ! De belles couleurs nuancées de gris chatoyaient à la lumière. Je m’enquis auprès de mes compagnons pour savoir d’où venait cette plume. C’est là que j’appris que de nouvelles espèces avaient fait leur apparition du côté de la côte d’Irscilia, et plus précisément vers le grand Phare. Mon attention fut tout de suite éveillée par ces propos. Des oiseaux… des plumes… Se pouvait-il que les Phoenix soient enfin de retour ? L’espoir ravivé dans mon cœur, je filais à l’endroit indiqué, sans me détourner de mon noble but. Si c’était bien cela, j’avais loupé de loin la primauté de la découverte de cet événement. Mais qu’importe ! Il me suffisait de les savoir enfin de retour sur ces Terres pour être comblée ! J’arrivais en vue du Phare et je n’avais toujours rien trouvé. Un drôle de pressentiment atténua ma joie et je poursuivi de plus belle, pressée par le temps. Je distinguais d’abord de grosses masses grises ou noires affalées sur le sol. Je scrutais les alentours et ce n’est qu’après quelques secondes que je vis les volatiles blancs et gris qui se confondaient avec les cailloux de la plage. Mais qu’est-ce qu’ils sont petits ! , me dis-je et à mesure que je prenais conscience de mon erreur, je comprenais que ces bestioles-là n’avaient encore une fois rien à voir avec les Phoenix que j’attendais. C’est alors qu’un drôle de ricanement vint troubler le calme côtier et je vis avec stupeur et horreur les oiseaux renchérir en chœur. Ah ! Ha ! Ha ! Ha ! Haha ! Se moquaient-elles de moi ? Oiseaux de malheur ! Je commençais à m’énerver et à m’en prendre aux vils volatiles quand j’entendis un aventurier s’exclamer que je ferais mieux d’entrer d’abord dans l’édifice. Il paraissait qu’un gars un peu trouillard payait bien pour le débarrasser de ces importuns. Ni une ni deux, je sautais sur l’occasion et entrepris vite et bien une extermination de mouettes en bonne et due forme ! Le destin me jouait décidément un mauvais tour, car elles revenaient sans cesse, malgré le sang de leurs congénères qui maculait le sol. Je ne m’arrêtais que quand elles cessèrent enfin de ricaner, leurs regards mystérieusement attirés vers l’horizon et l’océan impétueux. Peut-être les Phoenix attendaient-ils quelques part là-bas, au loin, sur un continent encore inconnus, le moment propice à leur retour… Ce n’était pas encore le moment… Je me détournais donc et remontais silencieusement au fort, me demandant combien de fausses joies je devrais encore affronter avant de les retrouver enfin.
  6. Tristesse et Frustration. Tels étaient les sentiments qui s’agitaient en moi depuis plusieurs heures. Nous avions pourtant tout donné ces derniers temps pour asseoir un peu de notre puissance sur ces terres. Nous voulions faire rayonner les Constellations autour de Melrath. Des morts et des tours si durement acquises ou entamées nous ont à nouveau été volées sous nos yeux impuissants. Sur les hauteurs de la falaise du Nord d’Irscilia, je laissais les éléments me bercer et apaiser mes véhémences. Je laissais les larmes couler et emporter avec elles le mal qui m’étreignait. Le sentiment d’avoir le cœur déchiré, partagé entre deux familles. Ceux qui sont ma famille aujourd’hui, et ceux qui l’ont été pendant si longtemps se font la guerre pour la conquête des territoires. Les Au-Delà si longtemps endormis se sont réveillés et leur puissance ne trouve pas de rival sur ces terres, que ce soit au sein des Constellations ou de toute autre faction. Ces tours que nous nous efforçons depuis plusieurs semaines de faire nôtres, parfois durement acquises et au prix de nombreux sacrifices… Elles nous ont été subtilisées avec une telle facilité par les mercenaires que c’en est frustrant. Nous ne sommes pas de taille à lutter contre eux, pas encore, malgré quelques incursions, malgré quelques actes héroïques de certaines étoiles. Mais je me souviens, je me souviens de ces temps reculés où les rôles étaient inversés, où la fourberie et les actes hostiles n’avaient presque plus leur place sur ces terres. C’est alors que la faction de mercenaires s’était créée. C’est alors que je les avais rejoint. Et nous avions rétablis une forme d’équilibre. Mais avec le temps, la balance s’était de nouveau renversée. Désormais, ce sont les Au-Delà qui mènent la danse et imposent leur loi. Et moi, j’avais senti que ma place n’était maintenant plus parmi eux. C’est d’abord un tout autre prétexte qui m’a fait quitter l’Au-delà et conduit chez les Etoiles, mais les astres savent se faire malicieux, et j’en viens à penser que j’étais sans doute destinée à revenir chez les Constellations. Cela nous prendrait sans doute du temps, cela ne serait pas facile, mais je n’avais en fin de compte jamais fait dans la facilité. Je m’investis sans limite pour œuvrer maintenant à aider ma famille. De mon poste, j’observe mes anciens frères d’armes jouer leur rôle et faire régner le chaos et la peur ici-bas. J’avais encore des liens avec eux, encore de l’affection pour eux. Mais j’allais jouer mon rôle moi aussi. Avec les Etoile, j’allais continuer à tout donner pour faire briller le ciel de mille lumières. Il était temps. Il était temps de raviver le feu des Constellations. Il était temps de rétablir l’Equilibre.
  7. Alors que je m’apprêtais à repartir au Marais vers le bastion des Au-Delà, une étrange sensation d'incursion mentale se fit sentir en moi. Je n'avais pas l'habitude de ce genre de communication, mais je l'avais déjà vécu à une ou deux reprise, aussi je compris bien vite de quoi il s'agissait et ne paniquais pas. Miocèene avait encore un détail à me fournit, preuve s'il en était qu'il s'inquiétait de moi dans une certaine mesure. Je lui en était gré. Si ma tentative un peu folle portait ses fruits, à la toute fin, il me faudrait penser à le remercier comme il se devait. Un objet pourvu d'un charme pour repousser le Mal... Voilà ce qu'il me fallait alors en premier. Je décidais de faire un détour par les Tunnels qui me mèneraient au nord du Marais. Il y avait là une église et des prêtres de Quen qui possédaient sûrement ce genre d'objet. En fait, je n'envisageais pas une seconde de demander poliment à ses dévots de me prêter un tel objet. Il n'y avait qu'une solution dans mon esprit, voler un tel talisman. Je me fis discrète et entrais dans l'édifice, feignant la prière, et passais quelques heures, patiente, à observer autour de moi. La tâche ne fut, pour une fois, pas aussi ardue que je ne l'aurais imaginé. Je vis plusieurs personnes passer et se recueillir devant un genre d'autel où était exposé une amulette ainsi qu'une petite note expliquant que, bénie par la grâce de Quen, cet objet avait permis au fondateur de cette église d'échapper aux forces maléfiques de Niue qui le poursuivait de ses foudres. Je souris en songeant combien les ignorants fidèles de Quen me préparaient le travail avec toutes ces indications. Me fondant entre les ombres de l'arrière du bâtiment, je contournais les bancs et le lieu de recueillement pour aller me cacher aux yeux des dévots dans un recoin sous l'escalier qui montait vers l'étage et la cloche de la bâtisse. Il me suffit d'attendre la nuit et le départ des prêtres qui logeaient non loin. Tellement sûr de leur supériorité, ils ne prévoyaient au final nulle protection particulière autour d'un tel objet.. Je n'eu qu'à me saisir de l'amulette une fois seule, et l'unique difficulté réelle fut de trouver comment sortir de l'édifice fermé à clef. Il me fallu au final monter à l'étage où un accès à l'extérieur se faisait par le toit circulaire. Un balcon et une rambarde en bois en faisaient le tour. Plutôt que de me rompre le cou en faisant de l'escalade, je trouvais un endroit où je pus sans trop de mal rejoindre le sommet de la petite colline attenante, et de là redescendre vers la plaine du Marais. Tout en rentrant au bastion, j'observais la belle amulette bleue en forme d'étoile qui se balançais déjà autour de mon cou. Espérons que cela suffirais à repousser les foudres de la reine Araignée! En vue du bastion de ma faction, je ralentis un peu le pas, songeant à ce que j'allais pouvoir dire à mes camarades, pour les convaincre de se joindre à moi et de m'aider dans mon entreprise. Il était déjà tard, et je trouvais attablés une bonne partie de mes frères et sœurs d'armes. Le silence se fit progressivement à mesure que j'approchais vers eux, un air contrit mais déterminé sur mon visage. Je pris soin de déposer le butin que j'amenais pour eux, avant de prendre la parole. - Mes amis, je vous dois des excuses. J'ai été bernée par Hycate et ai contribué involontairement à anéantir un contrat qui vous était destiné... Pire encore, en voulant réparer mon erreur, je me suis attirée les foudres de la drow et de sa divine protectrice, Lloth. En quittant son service, je suis devenue une paria... J'ai des pistes pour échapper aux foudres de Hycate et pour l'empêcher de nuire définitivement sur nos terres. Mais j'ai besoin de vous... Je vous rapporte quelques butins pour vous prouver ma loyauté et ma bonne foi. Un de mes frères d'arme pris la parole et m'informa que notre Général était partie à Irscilia, et qu'il reviendrait le lendemain soir. Nous pourrions alors faire un conseil de guerre, j'aurais l'occasion d'exposer tous les éléments en ma possession et eux décideraient s'ils pouvaient me suivre dans mon entreprise ou non. J'avais bon espoir, et ne sentais pas particulièrement d'animosité de leur part. J'avais toujours été fidèle et c'était là ma première erreur. Il me restait donc à attendre un peu, et je mis la journée suivante à profit en répertoriant toutes les idées et pistes qui me venaient pour interpréter les paroles du Léviathan...
  8. Je m'étais retirée dans une taverne en cette fin de soirée, rejoindre mon sombre compagnon devant un Gésouaf attristé de si peu de commandes. Nous devisions tranquillement, comparant nos collections respectives, quand mes yeux perçurent un mouvement d'une grâce qui semblait féline un peu plus loin. Fronçant les sourcils, je me demandais un instant si Lyncée, mon lynx et compagnon fidèle de mes aventures, se serait risqué dans une taverne pour la première fois de sa vie. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un tout autre genre de félidé! Un chat! Mais quel chat! Digne d'un tableau intitulé "Chat du Cheshire" que j'avais vu dans un des sombres recoins du Manoir d'Alucard il y a quelques temps... Que faisais donc ce chat aux couleurs extravagantes dans ce lieu inhabituel. Un poil aux couleurs de l’améthyste rayé de noir le faisait chat'toyer devant mes yeux ébahis. Son ronronnement murmurait des arcanes secrètes que je m'efforçais de percer sans succès. Il était vraiment étrange. Et bien plus classe que les vulgaire Félicius de l'Académie... Peut-être avait-il faim ou soif? Par chance Gésouaf proposait des choppes de lait frais. Après un petit ravitaillement, la bête serait peut-être plus encline à se laisser amadouer... Le temps de me retourner pour commander le bol au tavernier que le mystérieux félin avait pris la poudre d'escampette... Avait-il le pouvoir de se rendre invisible? Je retournais au bar méditer sur cette étrange rencontre. Quelque chose me disait que je le reverrais peut-être...
  9. Même en confinement, il y a toujours une flèche à suivre Bon anniversaire Suyvel!
  10. Encore une fois, le grand Léviathan répond sans détour à mes questions. Il est brut, et quand bien même ses réponses ne me conviennent pas complètement, je décèle la sagesse et la vérité dans ses paroles. Son esprit se fait invasif, voire carrément oppresseur quand j'évoque un retour possible de la Suyvel d'origine. Je peux le comprendre, cela serait effectivement faire revenir une ennemie de Niue et une adepte de Quen. Nul de notre côté du karma ne souhaiterait ça... Et pourtant... Il relâche la pression et finit par me dire tout ce qu'il me faudrait faire pour la faire revenir, dans l'intention évidente de me dissuader avec la complexité du protocole! A moins que... La lueur d'ironie qu'il me semblait percevoir chez lui me questionnait, mais je notais précieusement ses indications dans un coin de ma tête. Je laisse Miocèene replonger dans l'eau trouble sur ses sombres paroles. Merci Miocèene, je ferais de mon mieux pour servir Niue comme il se doit. Je repars d'un pas tranquille de la grotte, il me faut réfléchir à tout ça, et dans un cas comme dans un autre, je dois avant tout regagner la confiance de mes compagnons de l'Au-Delà. Je pouvais peut-être m'attaquer aux troupes du capitaine Golaris et ramener des preuves de mes forfaits pour faire avancer la cause de Niue. avec un butin en pièce d'or non négligeable... Oui cela m'aiderait certainement à reconquérir une place parmi les miens! La caserne des gardes était justement à côté! Je devais bien commencer quelque chose. Je vérifiais donc mon équipement et m’apprêtais avant de rejoindre la lourde porte de la caserne pour commencer mon carnage.... Quelques heures plus tard, je rapportais avec moi une quantité assez considérable de sang de garde, et surtout un joli coffre plein d'or et d'objets précieux qui étaient destinés aux plus nobles chevaliers de la caserne. Il était temps d'aller rejoindre le fort des Au-Delà!
  11. J'écoute le Léviathan répondre à mes questions. Je suis consciente que c'est un privilège qu'il m'accorde et j'ouvre grand mon esprit pour recevoir ses sages pensées. Ainsi, Hycate peux être vaincue, mais pas sans aide. Je l'écoute me récapituler les aides possibles: Niue, Quen qui ne daignerais sûrement pas m'aider, ma déesse Fimine, ou des aides mortelles comme les factions. Je ne comprend pas tout de suite pourquoi les faveurs de Niue me seraient refusées, jusqu'à ce qu'il m'explique que l'Adepte que j'ai éliminé avec la Drow était en fait un puissant disciple de Niue. Je secoue la tête en comprenant que la garce m'avait bien eu! Je n'étais pas certaine non plus des faveurs de Fimine, je l'avais à plusieurs reprises délaissée au profit de Niue, j'avais même joué dans le camp des anti-élémentaires au Festival des 4 divinités.... c'était trop incertain! Quand aux factions, je me refusais tout simplement à aller quémander l'aide des Alliances, quand bien même ils m'auraient écoutés. Il restait mes camarades de toujours... - Ta sagesse est immense, grand Miocèene. Mon instinct me souffle que c'est là la voie la plus sûre également. Je crois pouvoir retrouver grâce aux yeux des miens. Cette faute à été la première, et de manière involontaire, je pense qu'ils sauront me pardonner et m'aideront dans ma quête. Tuer la Drow, quelle dommage d'en arriver là, comme je regrettais la Suyvel d'origine finalement. Cette pensée amena soudain une question pour le Léviathan. - Toutefois, n'y aurait-il pas une autre possibilité? En usant d'un subterfuge ou d'une quelconque ruse, et plutôt que de tuer la Drow, pourrais-je la faire redevenir Suyvel, telle qu'elle était avant, avec sa sombre personnalité emprisonnée? Peut-être cette option là serait-elle intéressant à explorer également, elle ferait moins de ravages, même si le risque pour moi serait peut-être plus grand!
  12. J'écoutais avec attention le Léviathan, ou du moins, je le percevais et mettais une grande concentration à assimiler ce qu'il me faisait percevoir. Il confirmait en partie ce que je savais déjà. Lloth confère des pouvoirs supplémentaires à ses fidèles, je l'avais moi-même expérimenté, elle pouvait aussi accentuer des effets d'un sort profane, voilà qui expliquait a force de Hycate contre mes barrières protectrices. Mais d'autres facteurs venaient s'ajouter à l'appui de la Déesse Araignée: la faiblesse apparente de Hycate quand je l'avais fait émerger n'avait été que temporaire, elle avait déjà eu une grande force dans une autre vie et l'avais vite retrouvée; L'anneau que Mioceène lui-même m'avait donné et enfin, son entrainement sans relâche... A chaque nouveau facteur, je sentais la pression mentale du Léviathan s'accentuer, comme pour m'en faire le reproche ou mettre la griffe précisément là où ça fait mal, là où j'avais fait moins bien qu'elle... Un peu sonnée par ces révélations et cet envers du décor que je ne soupçonnais qu'en partie, je me mis à réfléchir à grande vitesse. Avec tous ces éléments qui jouaient en ma défaveur, et qui favorisaient la puissance de la Drow, étais-je en mesure de faire quelque chose contre elle? Je n'en était pas du tout certaine, et pensais déjà entendre la réponse sarcastique de la bête. Je m'y risquais pourtant: - Je comprends, je n'ai pas beaucoup d'avantage dans cette partie que je dois jouer maintenant contre elle. Y a-t-il une possibilité de la vaincre, de la chasser d'ici ou de l'empêcher de sévir d'une manière ou d'une autre?
  13. Ho super merci beaucoup
  14. Bonjour. Une petite nouvelle sur notre connexion: Valar
×
×
  • Create New...