Jump to content
Terre des Éléments
Sign in to follow this  
La Tavernière

Quel est le meilleur élément ?

Recommended Posts

Merel avait été un peu consterné d’entendre Yuwena parler de la sorte. Il connaissait bien le Souffle pour avoir quelques amies parmis cette faction.

« Sachez chère Yuwena que la violence n’est pas que physique. Elle peut revêtir bien des formes et la violence verbale en est une... Vous devriez méditer les propos d’Anamaya »

Réfléchissant quelques minutes supplémentaires, Merel reprit la parole pour exposer un fait qui n’avait pas encore été traité.

« Quelque chose de marrant vient de me sauter aux yeux. N’avez-vous pas remarqué les couleurs associées à nos éléments respectifs ? Rouge pour le feu, Jaune pour l’air et Bleu pour l’eau. Les trois couleurs primaires de notre monde. Seul la Terre se démarque de ces couleurs primaires en étant représentée par le Vert. Cela en fait un élément unique, à part des autres. Et le Vert représente très bien la mixité des éléments que l’on trouve ici-bas en étant une association de Bleu et de Jaune. Seul le rouge n’a pas l’air d’être très utile dans ce cas là. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne l’est pas pour autre chose ! »

Buvant le breuvage offert généreusement par ces compagnons d’un soir, Merel se remit à réfléchir à la question de la tavernière qui avait fait la sourde oreille à ses questions la concernant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca déblatèrre et ça dit beaucoup d'Anne rit. Le seul élément qui tienne la route, c'est la flotte. La preuve ? Quand tu pètes dans l'eau, ça fait des bulles. Va faire ça ailleurs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aon et VAL dansaient, remuaient leurs popotins et improvisaient de petites strophes à la gloire des éléments - oui la gloire peut prendre des formes inattendues parfois...

Merel, avec son sérieux et sa sagesse, avança un argument qu'Aon trouva très valable dans le sujet qui les occupaient depuis le début de la soirée !

Kaboji avait pris la parole lui aussi, à nouveau. Sans être parvenu à bien entendre ses mots, couverts par un bruit d'écrasement de Val contre le sol, Aon vit toute les têtes de l'assemblée se tourner vers Kaboji d'un seul bloc.

Il s'inquiétait de savoir si le rôdeur, qu'il portait dans son cœur, avait marqué un point de supériorité de son élément, l'eau.

Aon garda un œil sur tout cela, mais il avait encore envie de se balancer et de chantonner, sa chope à la main, en rythme avec son camarade aéride.

En cet instant, il ressentait jusqu'à la pointe des oreilles la pulsation de la Terre majestueuse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yùwéna regarda Merel droit dans les yeux :

"Bien sûr parlons de couleur de l'arc-en-ciel, c'est tellement plus important que la morale ! Vous ne savez pas quoi répondre au fait que votre élément se distingue ce soir pas des menaces, le meurtre ouvert et perfide, l'apologie de la dévastation et la non-reconnaissance de la neutralité ? Les paroles sont aussi de a violence et c'est pourquoi j'ai expliqué ma raison de l'avoir employée, hélas à tort, et c'est pour ça que je m'en suis excusée de mon propre gré, reconnaissant le tort que j'ai commis. Ce que vous n'avez pas fait ! Et pardonnez-moi si cela dépasse votre entendement, mais ôter le souffle d'un humanoïde est d'une brutalité qui surpasse de plusieurs sommets une insulte proférée dans une taverne."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yùwéna se vit servir un alcool de bambou, qu'elle échangea contre son verre entamé, mais bien réchauffé. Il y avait un petit mot d'Aon Duine, la jeune Aéride sourit au jeu de mot, puis rayonna en lisant la suite. Voilà qui la confortait, mais elle ne voulait pas laisser place à des accusations de divulgation de la vie privée, il lui suffisait de savoir qu'elle n'avait nullement mal agit, elle pour qui la morale était si importante.

"Merci Madame la Tavernière, vous en vouliez des nouvelles : le goût est merveilleux, un vrai délice ! Ah pardon ce n'est sans doute pas ce sur quoi portait votre question : sa couleur est ambre, chatoyant entre l'orange, le jaune et le roux. L'alcool me fait perdre le sens de ce qui importe, j'ai parlé d'intégrité et de respect plutôt que du principal : le ciel est bleu, le sang est rouge et le soleil jaune !"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merel avait sincèrement pensé que son argument aurait été bien perçu par l’assemblée. Parler des couleurs était l’occasion d’apporter un peu de légèreté au débat. Mais, devant les propos de Yuwena, il se devait de répondre, prenant son intervention comme une attaque personnelle.

« Vous trouverez des personnes prêtes à tuer dans tous les éléments. Malicius pour le Feu, Radegonde pour la Terre, Panda Man pour l’Air ou encore Bartimeus pour l’Eau, pour ne citer que les plus célèbres... Chaque élément à son lot de guerrier. Je ne vois en quoi mon élément se distingue ce soir plus particulièrement par les menaces que les autres. »

Repensant à toutes ces années passées à arpenter Melrath et ses environs, à sa première faction les arpenteurs de l’éternel, à ces compagnons aujourd’hui disparus Attila, Kez et tant d’autres, Merel crispa sa main sur son verre sans s’en rendre compte. Le regard au loin et d’une voix profonde à la limite entre la colère et la tristesse il reprit :

« Quant à ma personne, je ne vois pas au nom de quoi je devrais m’excuser ou reconnaitre des torts. Je n’ai pas proférer de menaces ni déformer les écrits de ma faction. Vous ne me connaissez surement pas encore très bien puisque vous êtes récemment arrivé en ces contrées. Aussi, sachez que je parcours ces terres depuis de très nombreuses années en étant pacifique. Le seul fait d’armes qui me caractérise a été perpétré il y a plus de 7 ans et encore... c’était de la légitime défense. Mais je ne pense pas que ma biographie soit le sujet de ce débat ce soir. »

Regardant cette fois Yuwena dans les yeux, il conclut :

« Vous devriez prendre exemple sur certains de vos ainés : savoir écouter est souvent plus important que parler toutes les cinq secondes pour ne rien dire. La parole est d’argent, mais le silence est d’or. Souvenez-vous également de mes premières paroles : tous les éléments sont nécessaires pour obtenir la richesse de nos contrées

Merel en avait un peu marre de ce débat qui tournait en rond, comme la Terre pouvait le faire autour de son soleil. Il salua respectueusement tout le monde et se dirigea dans un coin de la taverne où il pourrait terminer sa boisson un peu plus au calme en repensant à ces années passées. Tout en s’éloignant, il murmura dans un souffle:

« Tous les éléments sont connectés les uns aux autres. La Terre n’est que la cendre des morts pétrie des larmes des vivants. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les paroles de Loxka encore une fois sonnent juste à mes oreilles, le voyant lever son verre dans ma direction, je fais de même avec le mien, baissant la tête en guise d’approbation.

Quant à notre pauvre Val, le voilà sans cavalière, peut-être quelques aérides sont pacifistes, cependant, j’ai l’impression qu’ils ne savent guère tous ce qu’est le respect. Heureusement pour notre rôdeur, il a trouvé un luron pour mettre de l’ambiance dans la taverne.

J’écoute attentivement ce que dit le rôdeur Terran, lui aussi parle avec justesse. Par contre la réplique de la jeune magicienne Yuwena, encore une fois déteint avec le reste. Raison pour laquelle encore une fois à son encontre je m’exprime avec un sourire narquois.

«Le choix justement magicienne appartient à tous. Tu n’as point compris mes paroles. Cette discussion est stérile. Je n’ai jamais prétendu à ton encontre que tes propres choix étaient contraires à mes perceptions. Tu es libre de choisir ta voie, aussi, il est déplacé de juger ce que les autres choisissent comme idéaux. Pourquoi ôter la vie est –elle similaire ou pire à une insulte ? Parce que TOI tu le définis comme telle. Vois-tu notre monde n’est guère tout rose ou tout noir. Et je reviens toujours sur le fait que cette discussion n’a rien à faire ici-même. Merel à raison, réfléchis donc à ses paroles. Si tu y arrives … »

Normalement, rien n’était censé partir ainsi, ma foi, il y a des gens bien trop têtu pour pouvoir parler librement. Défendre ces idées, est une choses réfléchir aux paroles des autres en est une autre…

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Si je ne me trompe, ” la Conteuse savait qu'elle pouvait compter sur sa mémoire entraînée par son métier à retenir ce les paroles qu'elle entendait, „ vous avez offert une bière à la magicienne qui se vante de meurtre et des pouvoirs destructif de la Terre ; et plutôt que de réprimer la plus forte, ” Yùwéna prenait ce mot de le sens du bruit, „ violence verbale de la soirée, ni la menace d'assassinat qui s'en suivit, vous avez papoter avec celui qui les a commises, demandant son avis sur vos propres dires. Vous n'avez pas proférer de menaces, mais votre conduite complice fut tout aussi répréhensible à mes yeux. Cependant je vous accorde que puisque je passais mon temps à ne pas écouter, j'ai certainement tantôt mal citées leurs paroles et vos actions.

Je ne vous retiens pas, partez Monsieur si cela vous fait moins mal qu'une excuse, mais si vraiment vous étiez animé du pacifisme que vous prétendez vivre vous seriez aussi choqué que moi.”

Share this post


Link to post
Share on other sites

Anamaya hocha la tête en entendant la réaction de Yuwéna suite à sa réponse. Peut-être un jour serait-il intéressant qu'elles échanges. En d'autres lieux, d'autres heures. Pour l'instant, la vie des factions n'était qu'une parenthèse.... Aon et VAL donnaient un ton plus léger à l'affaire, ce dernier continuant à avancer ses arguments d'une façon peut être trop subtile pour que quiconque en prenne conscience. C'était pourtant là une démonstration des plus éloquente, qui fit sourire la prêtresse.

Elle secoua ses cheveux pour enlever le reste de la neige qui s'y était réfugiée et lui mouillait le cou, écoutant les paroles de Merel. Elle hocha la tête en signe d'assentiment, levant son verre vers lui alors qu'il s'éloignait pour le saluer, et le remercier d'avoir faire don de sa sagesse et de son histoire. Ignis et Yuwéna continuaient à échanger sur la notion de tolérance, et la prêtresse laissa son regard glisser vers les présents et s'arrêter sur Héphaïstos qui allait finir par s'endormir dans son coin. Elle murmura, moitié pour elle, moitié pour les deux qui échangeaient :

" Peut être qu'avec le temps on apprend à vivre les choses avec plus de distance... Parce qu'après tout, nous sommes tous maudits. Et que la mort, la fin, n'existe pas pour nous. Et s'il nous fallait juger et condamner chaque être ayant un jour fait couler le sang et bien... Nous sombrerions dans une morosité et une langueur qui ont déjà touché tant des nôtres... Les semeurs de mort qui agissent sans respect sont un fléau, pouvant briser les esprits et le goût de vivre. Mais il y a des semeurs de morts dans tous les camps. Simplement... L'esprit est peut être différent pour ceux qui sont sous la bannière d'Eolia, car ils pensent à la douceur et au don, plus qu'à l'appétit du sang, en théorie. Mais pourquoi cela ferait-il de l'air le meilleur élément? Autant dire que l'Air est le meilleur parce qu'il est le premier de tous à être appelé dans notre langue..."

Elle se dirigea vers Héphaîstos.

" Beaucoup ont déjà fait couler le sang. Et aimé ça. Y compris le mien. Mais vivre dans la colère ou la haine de ces personnes est éreintant et vain... Ils ont parfois un fond de sympathie, qui n'a rien à voir avec de la poudre aux yeux. Pas vrai Hépha? "

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'étais entré depuis un moment déjà, suivant la discussion on-ne-peut-plus animée, poussant des "hooo" et des "haaaa" d'émerveillement aux plus justes, aux plus précis arguments.

Je comptais continuer à faire ainsi jusqu'à la fin du débat, ne me considérant plus comme un aéride mais comme un fidèle de Niue, et surtout jugeant que les actuels défenseurs de l'air n'avaient pas besoin des piètres paroles que je pourrais maladroitement avancer, mais une phrase me força à sortir de cette passivité.

"Autre chose Yuwena, il me semble avoir déjà croisé un rôdeur de votre élément, il avait l'air d'être un peu votre contraire, puisque sa passion est de poser des bombes, alors ne nous faites pas croire que votre élément est peuplé d'être pacifique! Je ne pourrai vous croire."

Aucun malentendu n'était possible: j'étais, à ma connaissance, le seul artificier partageant l'élément de la Conteuse. Je ne pouvais rester cois face à une telle absurdité. Je n'avais tué qu'en duel,

La taverne était remplie, aussi décidai-je de revêtir le masque de doux simplet, qui abusait encore nombres d'aventuriers.

- Vi, mais mes bombes, elles sont pas là pour être méchant! Ca sert à plein de choses utiles, vous savez!

Estimant qu'en haussant la voix, je m'étais engagé irrémédiablement dans ce stérile débat -comparer ces choses vides d'existence que sont les éléments était absurde, autant que de se battre en leur nom- , je décidai malgré tout d'y prendre part, pour le plaisir de mettre des bâtons dans les roues de mes "adversaires".

Commençons par une pique: elle titillera l'attention des observateurs.

- Par exemple, on peut creuser les mines, avec! Et continuer à exploiter la terre, encore et encore! Il faut dire qu'elle ne se défend pas fort, cette Terre... Sauf quand le vent se lève, et envoie toutes sortes de morceaux partout, ou secoue toute la Terre!

Et de une.

- On peut aussi éteindre des feux, avec le souffle de l'explosion! C'est très fragile, un feu, comme une poupée! C'est éphèr... éphénè... Ca dure pas longtemps! Heureusement, car c'est tellement facile à manipuler, à soumettre, que ça deviendrait très très dangereux dans de mauvaises mains, si c'était pas aussi frêle!

Et puis, il n'y a que quand il y a de l'air qui l'aide, que le feu peut exister...

Et de deux.

- Mais les bombes, ça sert pas à grand chose, pour l'eau... Mais cey normal! Passque l'eau, il y a besoin de rien pour l'utiliser, c'est tout immobile, c'est pas dangereux du tout! Sauf, des fois, quand le vent est trop fort, et fais des grosses grosses vagues!

Et de trois.

- Bref, l'air des explosions, ça permet tout ça! Mais je fais attention à pas faire mouruter les gens... Après tout, ce serait tellement facile, avec la puissance de ce souffle, de tout balayer!

Enfin, facile... C'est très très dur de faire des bombes, en faites! Et très dangereux, elles peuvent exploser à tout moment!

Vraiment, essayer d'utiliser l'air, ce n'est pas facile du tout... Il est trop insaisissable, trop libre, et trop puissant pour qu'on le manipule. Au mieux, on peut espérer qu'il accepte de nous aider...

Pour conclure le tout, je jetai un coup d'oeil dans ma choppe, reçue de la tavernière à mon entrée, et mimai la surprise en poussant un cri

- Ho! Ma bière mousseuse a disparue! Elle s'est échappée du récipient!

Il ne se laisse pas se faire emprisonner comme ça, l'air... Heureusement que les bières givrée, épaisse et flambée restent bien sagement dans leur récipient, pour qu'on puisse les faire disparaître dans nos estomacs!

J'espérais que l'alcool qui leur imbibait l'esprit à tous, leur permettrait malgré tout de saisir le sens de mes propos. Tous les éléments étaient soumis à l'humain, sauf l'air.

Tous les éléments étaient frêles face au vent, n'étaient rien sans lui. Et, surtout, le vent étais bien plus puissants que les autres, mêmes s'il n'étalait pas cette force en permanence.

Je ne partageais pas le pacifisme de Yuwéna: le vent savait se déchaîner quand il fallait changer les choses. Le vent arrachait des forêts entières... Et nous pouvons bâtir en ces endroits, grâce à sa bonté.

A ces pensées, je pestai intérieurement. Je m'étais pris au jeu, et j'en venais à parler de l'air comme d'une identité vivante! De plus...

J'avais soif, sans ma boisson, à présent.

Edited by Noeleroi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette fois je ne me retins pas d'intervenir une nouvelle fois.

"La magicienne qui se vante de meurtre a un nom et est contre toute attente une des plus pacifistes et ouverte d'esprit envers ceux qu'elle pourrait considérer comme ennemis, et elle n'a d'ailleurs occis que peu d'aventurier au final, en 6 ans de déambulation sur ces terres.

Vous êtes bien jeune ici bas pour prétendre juger de ce qui selon vous est bien ou mal. En étudiant un peu plus l'histoire de ces Terres comme Suyvel l'a si bien fait remarquer, vous comprendrez peut-être l'absurdité de votre raisonnement.

Puissiez vous découvrir Quen et Niue et comprendre qu'ils ne représentent que deux manières d'aborder le monde, et que la voie sombre de la violence est tout aussi justifiable que celle du pacifisme, deux chemins pour arriver à un même but, tout aussi compréhensibles l'un que l'autre."

Je soupirais, j'étais bien placée pour savoir que la voie prise par quelqu'un pouvait bien souvent cacher des motivations surprenantes. Mais je cessais le débat là, car c'en était un autre qui nous intéressait ce soir.

"Mais revenons à nos moutons élémentaire et constatons que la Terre est la seule dont le symbole est continu et refermé sur lui-même, proche d'un cercle et par conséquent proche de la perfection!"

Un sourire amusé ponctue mon discours. Après tout ce n'est qu'un jeu que la Tavernière a lancé ce soir, mais je dois dire qu'il est drôlement amusant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après avoir écouter tout ce chahut, je me lançai, et proposa quelque chose.

"Cher amis, je propose que nous laissions cette pauvre jeune femme, complètement ivre à ses divagations. Nous reviendrons l'écouter lorsqu'elle aura décuvée.

Laissons la donc continuer à brasser de l'air, elle qui se sent si bien dans cet élément.

En si peu de temps elle a réussi à elle seule, à discréditer tout un élément, je plains les pauvres aérides qui oseraient s'aventurer dans cette taverne à présent.

Revenons en à nos moutons, si j'ai bien comprit tout le monde s'accorde pour dire que la Terre est le meilleur élément! Rien qu'en y voyant ses représentant on le comprend tout de suite!"

"Tavernière, servait à Dame Ignis, ce qui lui plaira, et dite lui bien que c'est de ma part!" Esquissant un petit sourire.

"Et oui, c'était bien de vous que je parlais, il faut avouer qu'il n'y a pas 50 aérides qui s'amusent avec des bombes.

Pour en revenir à ce que vous disiez, la Terre, de par sa bonté, et son amour envers tout être vivant, a décidée, de ne pas se défendre trop violemment, car d'un tremblement elle pourrait nous faire disparaître à tout jamais. Preuve que cet élément est bien le meilleur, elle sait être amical, et intransigeante quand il le faut."

Puis je décida de prendre une feuille qui traînait dans ma besace, en la pliant je finis par obtenir ce que je voulais pour ne plus rien faire d'autre qu'une simple démonstration.

*Agite son éventail près de son visage*

"Ahhhh si docile, quand on sait le manipuler."

Edited by Loxka

Share this post


Link to post
Share on other sites

Volatilisé. Disparu. Il n’y avait plus une once d’alcool dans l’organisme du guerrier igné. La tavernière semblait débordée de tant d’animations. C’était pourtant elle qui avait proposé le débat. Etait-ce encore là une autre preuve que les terrans parlent plus vite qu’ils ne réfléchissent ? songeait-il. Toujours était-il qu’il avait retrouvé un peu du sérieux qu’il avait perdu.

Il était assis, presque las, fixant le vide. Il ne cherchait plus le débat. Il attendait que le débat vienne à lui. Rien ne semblait plus le titiller. La magicienne aéride continuait ses longues envolées sémantiques, s’excusant plus et argumentant peu. Quelques-uns s’étaient essayés à quelques pas de danses. Le débat continua de s’égarer vers d’autres interrogations, questionnant le bien et le mal. Et c’est finalement Anamaya qui vint le tirer des affres de l’ennui.

" Beaucoup ont déjà fait couler le sang. Et aimé ça. Y compris le mien. Mais vivre dans la colère ou la haine de ces personnes est éreintant et vain... Ils ont parfois un fond de sympathie, qui n'a rien à voir avec de la poudre aux yeux. Pas vrai Hépha? "

Il lui sourit, comprenant exactement à quoi elle faisait allusion. C’était alors l’occasion parfaite de revenir dans la partie.

« Les voies à parcourir dans ce monde sont nombreuses. Et aucun élément n’embrasse davantage l’une ou l’autre. Les histoires, nos histoires, sont nombreuses, et riches. Mais personne ici ne peut utiliser son pacifisme ou sa violence pour aider son élément. Nous avons témoigné ici de quoi sont capables les éléments. Que ce soit l’eau, le feu, la terre ou l’air. Tous sans exception peuvent être d’une infinie douceur comme d’une extrême violence. »

Sa consœur Selene réagit au même moment, et allait dans le sens de son raisonnement. Il hocha de la tête dans sa direction.

« Le bien et le mal sont deux entités bien plus complexes que les élements, à un niveau bien plus supérieur. Et c’est un tout autre débat qui, j’en suis sûr, fera l’objet d’une prochaine soirée. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il se faisait tard lorsque Badjo atteint l'auberge au Sud de la capitale. Sa journée avait été longue, pourtant il ne se sentait pas encore l'envie de dormir. Le rôdeur était malgré la fatigue encore trop échauffé de sa course pour arriver avant l'heure où les sœurs GerGer se font impolies et montrent du doigt le cadran de leur horloge. Ce qu'il lui fallait c'était une bonne bière de chez lui pour terminer la soirée. Il entra donc dans la taverne privé.

Quelle surprise ? Une bande de joyeux fous, l'un d'eux déjà complètement rond, débattaient, tous fort animés. Badjo salua Suyvel et Anamaya qu'ils pouvaient atteindre, puis fit signe à la Tavernière et s'assit près de la table, mais un peu à l'écart, il était trop fatigué pour se mêler pleinement au débat. La Tavernière passa près de lui, au moment où il voulait commander, il réalisa qu'elle lui apportait déjà sa bière flambée. Plus étonnant encore sa bière d'Ignis dans une grande chope, pas la demi qu'on servait d'habitude. Il écouta alors la nouvelle recrue du Souffle, on voyait qu'elle prenait la morale vraiment au sérieux, au contraire de Val et deux membres de la Fraternité qui préféraient danser.[\u] La bière avait fait effet, la somnolence venait. Badjo se leva et dit :

"Le feu c'est la chaleur et la lumière, l'ardeur et la passière -- hips -- la passion ! Les deux premiers sont utiles, les deux autres sont ce qui vous rend tous si animaux -- animés ! Je vous laisse battre-- débattre vivement et m'en vais régénérer ma femme -- flamme ! ”

Badjo prit congé de ceux qu'ils connaissaient dans la salle puis rejoint, pas par le chemin le plus droit, mais en y arrivant de tout même, son lit et s'y coucha tout habillé.

Edited by badjo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yùwéna n'était pas ivre d'une gorgée de bière et d'une autre d'alcool de bambou répartis sur la soirée, elle était ivre de la frénésie de ceux qui croient en leur valeur morale et Loxka n'avait fait que décupler son ardeur à parler. La Conteuse avait une voix habituée à parler des heures durant s'il le fallait, mais son excitation la faisait parler plus vite qu'avant, elle prit une bonne inspiration avant sa tirade :

"J'espère au contraire -- madame qui ne dévoilez pas votre nom, mais en avez un -- que je ne découvrirai pas ces Dieux dont le prêtre crie :

Purifiez ce monde de l’infâme souillure des faux dieux, rasez leurs temples, brûlez leurs prêtres dévoyés, ceux qui resteront sourds à l’appel de Niue ne méritent rien d’autre. Je n'y retrouve pas la civilité, la douceur ou la clémence que l'on associe à la Déesse Eolia. J'ai dit tout à l'heure que l'air aspire aux hauteurs ! Tous c'est certain n'atteindront pas le sommet de la pureté morale, de la légèreté de l'existence et de la sérénité d'une âme qui a dépasser la violence. Hé bien peut-être que je ferai partie de ceux-ci, mais je tente cette aventure, et l'amélioration de soi n'est pas une qualité que les Terrans ici présent ont montrée ce soir, bien au contraire. Et Madame : la pacifisme ne se quantifie pas ! Soit on tue, soit on ne le fait pas ! Et à moins de regretter le trépas de au final bien peu d'aventuriers, vous avez probablement un fond de bonté comme le suggère justement Anamaya, mais vous ne pouvez arborer la distinction du pacifisme."

Badjo était arrivé en tout ce temps à la porte qui menait aux chambres à coucher. Yùwéna ne s'adressa donc pas directement à lui.

"Badjo ne fait que répéter ce que vous avez dit, Héphaistos quand la Tavernière vous récompensait, avant de vous perdre en contresens scientifiques et prédication de la fin du monde, et ce que Badjo dit est sensé ! Nous sommes tous ici animés par une ardeur que l'on peut associer au feu, mais voyez-vous Badjo ne se contredit pas : il ne réclame pas l'amour pour son élément, pour ensuite déclarer que tous les éléments sont amour et haine en égale partie. Mes principes moraux ne sont peut-être partagés autours de cette table, mais j'ai la constance de ne pas retourner ma veste à chaque tournant de la discussion.

Nous avons tous en nous une part des quatre éléments et Badjo me rappelle qu'il est temps que je tempère la feu qui commence à gagner sur l'air. Cette fièvre ne m'étonne pas après autant d'image de violence et destruction... consomption. C'est mon avis que quiconque tolère dans toutes les directions sanctionne et invite aussi : le despotisme, la pratique de la torture et un dernier exemple d'une longue liste : le racisme, dont Suyvel Ayflesh n'a jamais eu à souffrir en Aéris, c'est notable puisque la chronique rapporte que l'héroïne terrane Rayna voyait d'un mauvais œil Suyvel pour sa seule appartenance aux Elfes noires. Ce n'est j'espère pas représentatif, je ne le croyais pas jusqu'à ce soir... les doutes me prennent. Mais je vous en prie continuez comme si je n'étais pas là, vous en étiez avant les interventions ignées à : la Terre est le meilleur élément! Rien qu'en y voyant ses représentant on le comprend tout de suite!"

Yùwéna se rassit, sans être tout à fait sûre de tout ce qu'elle avait dit, normal qu'on ne puisse pas suivre son argumentation et en oubliait la moitié.

Edited by Yuwena

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon. Selene, j'la porte pas dans mon coeur, mais elle a pas tort. Elle est même pas loin d'avoir tout bon. Quant à Yuwena, faudrait qu'elle arrête de voler : de temps en temps, ça repose. Pour que j'entrave quéqu'chose à Loxka, faudra qu'sa grammaire s'améliore : ch'uis pas un cador dans l'gérondif mais l'mauvais accord du participe, ch'uis rétif. T'en f'ras un rap, moi j'men tape, mais sans grammaire , tu l'auras dans l'derrière.

Badjo, c'est mon pote, rien à dire. Sauf une chose : il a pas tort. Ca veut pas dire qu'il a raison ! Ca veut juste dire qu'il a pas tort.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kiwae observait d'un regard amusé Aon et VAL danser tout en prêtant une oreille discrète au débat, enfin ce qu'il en restait. Après avoir offert une tournée générale en pensant que la tension se calmerait, cela n'eut pas le résultat escompté. La discussion continuait de dériver et l'animosité était toujours présente. Heureusement de nouveaux participants se joignirent à la discussion permettant de revenir dans le vif du sujet.

Son regard dériva vers le guerrier Terran toujours endormit, son corps adossé au mur. Un sourire se forma sur son visage lorsqu'elle se rappela de ses interventions "Terre-i-fiantes" et se dit que c'était vraiment dommage que toutes les tentatives pour le réveiller aient échoué jusque là. Soudain une idée lui vint, elle se leva et se dirigea vers Géfin. Elle lui commanda ce qu'elle supposait être un plat que le guerrier devait apprécier d'après son discours : "la terretiflette" !

Elle rejoignit le guerrier assoupit et déposa le plat en équilibre sur les genoux du guerrier en espérant que l'odeur du plat vienne chatouiller ses narines et peut-être inconsciemment lui donnerait faim et le réveillerait.

Puis elle décida de rejoindre ses deux camarades rôdeurs sur la piste de danse improvisée, danser lui permettrait d'éliminer les toxines de l'alcool présentent dans son sang et le moment venu rejoindre le débat sans craindre que ses paroles soient déformées par son état d'ébriété comme ce fut le cas pour le rôdeur Igné.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Ne parlons pas de racisme, puisque c'est ce que nous faisons en dénigrant les différents éléments et leur représentant.

Vous qui aspirez aux hauteurs, à la sérénité, à la paix de l'âme, vous ne seriez pas ici si vous en aviez comprit les principes.

Et puis comme on le dit, les gens qui ne sont pas complètement certains d’avoir raison hurlent toujours plus fort que les autres, comme s’ils cherchaient surtout à se convaincre eux-mêmes."

Edited by Loxka

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fidèle à son élément, Yuwena continuait de s’éparpiller dans ses longues tirades. Et une nouvelle fois, elle prenait à parti le guerrier igné qui avait regagné tout son sérieux. Elle lui prêtait des contradictions à n’en plus finir.

« Ma chère Yuwena, il semble que vous aimez vous entendre parler. Peut-être même que vous n’aimez rien plus au monde que le son de votre voix parvenant à vos oreilles. Au point que vous ne tendez plus l’oreille pour écouter les autres, vous murant dans des mots qui n’atteignent plus personne. »

Il s’approcha d’elle, la regardant avec intensité.

« Une aéride comme vous devrait avoir quelques notions de ce qu’on appelle la subtilité. Mais votre jeunesse excuse vos méconnaissances. Sachez donc, puisque vous semblez ne pas le noter, que je tiens le même discours depuis le début, m’autorisant quelques ironies certes aux moments les moins opportuns. J’ai parlé d’amour oui. Mais j’ai parlé aussi de ce monde qui résulte d’une logique implacable, d’une harmonie profonde. D’un équilibre. Tout dans ce monde coexiste avec son contraire. L’amour n’est rien sans la haine. Et inversement. Le mal n’existe pas sans le bien. Et vice-versa. »

Il poursuivit.

« Un élément, pris dans son sens le plus littéral, n’est-il pas la partie d’un tout, d’un ensemble bien plus grand ? Là encore je prouve qu’un élément pris seul n’a pas d’existence propre. Il a besoin des autres pour vivre. Pour être. Le tout donne son sens à chacune de ses parties. Tout comme ce débat. Quel intérêt aurait ce débat s’il n’y avait qu’un élément à départager ? »

Et il termina son discours, conscient qu'il frôlait la lourdeur qu'il reprochait à la jeune aéride. Mais devant tous ces mots qu'elle lui avait lancé, la concision n'était pas aisée.

« La survie dans ce monde n’est-il pas régi par la loi du plus adapté ? Celui qui est le mieux adapté à son environnement, survit. Et pourtant, depuis aussi longtemps que le monde existe, ces éléments sont toujours là. Preuve que sous des considérations sérieuses, aucun élément n’est meilleur, aucun élément ne l’emporte sur l’autre. Nous avons assez écumé nos arguments, et tous peuvent être contredits. Alors par pitié, laissez ce débat s’imbiber de la même ivresse qui nous habitera bientôt tous ! »

Puis de manière plutôt surprenante, il prit congé de Yuwena d’un geste élégant. Puis il s’éloigna, espérant avoir incité les esprits à évoluer vers des pensées un peu moins sérieuses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Quelqu'un a vu l'homme Badjo ? Il ne semble pas avoir envisagé que nous dansions en espérant détendre un peu l'atmosphère..."

Aon comprit alors le lien entre la danse et l'élément Air !

Share this post


Link to post
Share on other sites

En pleine pause limo au milieu de la salle commune/piste de danse, VAL manque de s'étrangler de rire lorsqu'il entend Hepha faire son plaidoyer pour le bien et le mal.

Une grimace plus tard, le liquide citronné à bulles n'est sans doute plus dans ses narines et il peut enfin parler à ses compagnons les plus proches.

Ils sont marrants les Enfers!... Ah ouais non, les Au delà!...

Ils sont tellement convaincus par leur propre propagande qu'ils arriveraient presque à nous convaincre que c'est vrai!...

Le bien l'opposé du mal! L'amour se nourrissant de la haine et vice-versa! N'importe quoi!

Épaule gauche haute, épaule droite basse... Une onde semble traverser le corps du rôdeur alors que l'équilibre s'inverse.

Grand écart facial! En rythme!... Il invite Kiwae à faire de même.

Badjo? Il est passé et reparti, je crois...

Edited by VAL

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merel, en allant se placer un peu plus loin, entendit toutefois la réponse de Yuwena. Tournant la tête sans arrêté de marcher, il lui répondit:

"Si offrir une bière à Selene fait de moi un complice de ces actes, qu'en est-il de vous ? Vous qui avez également offert votre boisson à Hephaistos ! Je peux apprécier Selene sans avoir à me justifier. Vous voyez la paille dans l'oeil de votre voisin sans voir la poutre qui est dans le votre.

A ces mots, Merel tira une chaise à l'écart et plongea son nez dans son verre presque vide.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hephaistos qui se tenait non loin de Yuwena, entendit les quelques mots que Merel lui avait adressé.

« Boisson que j'aurais peut-être dû accepter d'ailleurs. Mon gosier est terriblement sec. »

Le terran semblait aussi chercher avec désarroi quelques ivresses au fond de son verre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
A la vue du guerrier stationné dans l'ombre des escaliers, Aon eut une pensée :
"Il vaut mieux se méfier de l'eau qui dort..."
Toutefois il lui fit servir une tourte, afin de tromper son attente - espérant peut-être aussi endormir légèrement ses réflexes en cas d'activation subite...
Et que Géfin ne perde pas la main : Aon garda sa bourse ouverte et commanda à manger pour tous les aventuriers présents, qui comme lui attendaient la suite des événements...
150301021805736653.jpg
Edited by Aon Duine

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×