Aller au contenu
Terre des Éléments
Ghost

Animation : "Il faut sauver Léokal", RP lié à l'animation

Recommended Posts

Après avoir entendu la nouvelle par son Général, Fielon se prépara de nouveau à combattre aux côtés de ses amis pour sauvez Melrath Zorac, il parti donc s'entrainer avec les membres de sa faction contre les bébé Grizzly, puis les spider et enfin la reine Arachnaïde.

Tous s'entrainèrent à l'endurance, la course pour aller le plus vite possible, là où la menace frapperait.

Au bout de quelques heures d'entraînement, ils allèrent se reposer à la taverne et faire la fête avant ce long et grand combat qui aura lieu contre Fargol et ses machines de destruction.

Pour la gloire d'Eolia, de Vulfume, Posicillon, Fimine et la gloire de l'Unique, sauvons Melrath Zorac ensemble et oublions quelques heures la violence inter-faction.

Profitez de la nuit pour vous reposer, demain sera l'heure de la préparation stratégique quand nous en saurons plus sur l'avancer de l'ennemi.

Souvenir:

sortie10.jpg

Modifié (le) par Fielon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au final, on en vient à trouver des p'tites choses positives aux tavernes... Certes, elles n'offrent pas le recueillement du désert, les épreuves de la montagne ou la musique de la rivière mais ce sont les rares lieux où VAL peut croiser d'autres êtres humains. Quelques mots échangés avec les convives les moins agressifs, on offre sa tournée, on retrouve des amis et les fleurs viennent parfumer les tables... Oui, rien à voir avec le milieu extérieur mais les tavernes ont leur charme que le rôdeur a fini par accepter de reconnaître au delà de la sécurité vendue par les sœurs Gerger.

Andia, Léokal, Fargol, Esgandiar, Olpiuns... Ces noms sont sur toutes les lèvres... L'espionnage n'est plus ce qu'il était! La discrétion qui doit normalement accompagner ce métier non plus!

Résumons ce qui occupe l'esprit des Melrathiens depuis quelques jours qu'ils sont tenus au courant des faits par la campagne d'information de la garde.

Un enfant du pays, un marchand très sympathique, d'armes ultra meurtrières du nom de Léokal s'est fait enlevé et torturé par un type plus que centenaire du nom de Fargol. Andia, une espionne au service de la milice, semble s'être donné comme point d'honneur d'empêcher Fargol d'utiliser les armes de Léokal, pour envahir Melrath Zorac. Mais, sans doute dans sa précipitation de vouloir informer tout le monde, le sieur Fargol semble avoir eut vent de ses agissements et sa mission est compromise. Le dénommé Fargol est déjà connu des services de police de la ville mais tout ce que l'on sait de lui, c'est qu'il a une passion pour la magie noire, qu'il s'est pour cela associé avec un sorcier du nom de Olpiuns et qu'il habite une forteresse du nom d'Esgandiar, restée isolée pendant très longtemps à la suite d'un éboulement près du camp des nomades. Après un siècle enfermé dans sa forteresse familiale, Falgor s'ennuie à mourir et a décidé d'envahir Melrath Zorac avec les armes conçues par Léokal avant de s'attaquer au monde.

Difficile de trier le faux du vrai tellement l'histoire est déformée par la rumeur et les ragots...

Qui sait? Peut-être qu'il se joue là une nouvelle aventure? Ou alors peut-être est-ce la saison de ski qui commence?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Se cacher, traquer, et tendre l'oreille. Se cacher à nouveau, chasser, écumer les bibliothèques. Et justement, même dans les bibliothèques, les rumeurs se propagent.

Enlèvement, tortures ? Hmmm torture, j'en ai les yeux qui pétillent d'intérêt, la peau frissonnante de désir... il y a si longtemps, peut-être devrais-je reprendre mes vieilles habitudes.

Un secret de longévité, de la magie noire... il n'en faut pas plus pour éveiller ma curiosité. Tout ceci pourrait bien me servir.

Il me suffit de suivre le flot d'ignorants voulant défendre la cité. Bande de moutons au soit-disant cœur pur, se croyant braves, nobles... j'en ricane d'avance... Drapée de noir, je pourrai me fondre dans la masse, et atteindre mon but.

L'idée d'avoir une nouveau sujet d'étude me fait trembler d'impatience... calme-toi Nïn, garde la tête froide, et observe, encore, toujours.

Fargol, Olpiuns, quelle que soit votre puissance, vous n'êtes que deux proies de plus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le soleil a pâli.

Depuis longtemps il s'est abîmé dans l'eau du lac...

Demain, s'il rentre vainqueur, il sera là. Au rendez-vous.

Comme chaque nouveau matin qui voit le jour.

Mais c'est une autre histoire, un autre combat.

Une bataille ou Kezeg n'a pas sa place. Une lutte au-delà de ce qui la concerne.

Melrath est en effervescence.

Une fois de plus le danger frappe aux portes de la ville.

Rien avoir avec les escarmouches quotidiennes de quelques hordes fanatiques.

Même si elle sait déjà que ceux-ci en profiteront pour étendre leurs marques.

Pour voler un sang déjà prédestiné à couler.

Le Seigneur Fargol "“ Esgandiar "“ Olpiuns ... tant de noms inconnus.

Oubliés.

Mais l'heure n'est plus à la consultation des livres anciens.

Melrath vibre. Melrath appel.

Kezeg répond.

Au crépuscule l'oliphant des Arpenteurs retentis.

Ils sont là.

A brandir fièrement l'Amphistère au cœur de la mêlée.

A se joindre aux troupes valeureuses.

Nombreux sont ceux venu pour prêter main forte.

Qu'il est beau de voir voler aux vents tant de bannières différentes à l'unisson.

Mais nombreux sont ceux dont il faut se méfier.

Difficile de distinguer parfois l'ami de l'ennemi.

Misérable pilleur de corps ou brave venu donner sa vie ?

Malgré les lames traîtresses.

Malgré les défenseurs de la forteresse.

Nous progressons au sein d'Esgandiar.

Effroi et stupeur face aux machines infernales sorties de l'imagination de l'ingénieur zoraquien.

Que ses machines de guerre tombées entre de mauvaises mains peuvent être meurtrières...

Le nombre, la volonté de vaincre triomphent.

Qu'un homme meurt, un autre déjà à pris sa place.

Imperceptiblement, nous prenons le dessus sur Fargol.

Implacablement nous gagnons du terrain.

Fargol trépasse.

Esgandiar est à nous.

Déjà des plans se tissent dans certains esprits.

Trouvant une autre utilité à ces armes de siège...

Le monde se bouscule à la taverne.

Kezeg, elle, a rendez-vous.

Au bord du lac, l'astre solaire flamboie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merel avait entendu l'annonce faites à travers toute la ville. Il avait même entendu murmurer les nomades non loin de son campement sur des machines infernales qui sèmeraient à nouveau la terreur sur Melrath Zorac. Les valeureux soldats de toute la région seraient encore une fois amener à combattre un ennemi redoutable.

C'est en repensant au crieur sur l'annonce effectuée non loin de la tente que Merel commença à se préparer. Il se promenait à la recherche de caillou bien équilibré pour sa fronde. Pas si facile que ça de trouver les projectiles qui feraient le plus de dégâts. Il fallait que les cailloux soient équilibrés, sphériques et bien entendu pas trop lourd pour permettre à Merel d'avoir une bonne précision.

C'est en cherchant donc ces munitions le nez contre le sol que Merel réfléchissait. Devait-il répondre présent à l'appel d'Andia ou rester à l'auberge ? Un souvenir amer restait dans l'esprit de Merel quant à la dernière bataille. Ce soir là, malgré la dévotion de la plupart des guerriers pour lutter ensemble contre la menace, une poignée d'irrésistible avait encore fait faux bon et s'étaient tout simplement rangé du côté obscur en tuant tous les jeunes guerriers inexpérimentés présents sur les lieux. Au lieu de les aider, de les encourager et même de les protéger, ce n'étaient que bain de sang pour savoir qui en tuerait le plus. Chacun montrait à l'autre tel ou tel trophée en ne pensant qu'à sa petite personne. Certes, ils avaient la puissance et la cohésion de leurs factions maléfiques pour eux mais la conséquence de leurs actes étaient irrémédiables. Beaucoup de jeunes recrues avaient fuis la ville de Melrath Zorac affaiblissant d'autant l'armée qui devrait combattre à nouveau.

C'est en repensant à tout ça que Merel soupira et rejoignit son auberge. Très honnêtement, il n'avait pas envie de venir défendre cette ville malgré tout l'amour qu'il pouvait lui porter. Toutefois, son devoir envers les habitants et envers les membres de sa faction passait avant son désir personnel. Il serait présent ce soir en espérant au fond de lui que les mentalités de certains changeraient.

Merel attendit patiemment en se préparant quand des gardes vinrent enfin l'appeler ! La bataille avait commencé ! Merel attendit un peu avant de rejoindre les rangs. Trop de précipitation n'était jamais bon. Il savait également qu'il y avait énormément de combattants présents et que les passages étaient assez réduis. Ca ne servait donc à rien de venir rajouter de la pagaille dans les rangs.

Merel entendait au loin le tumulte des combats. Il ne savait pas encore ce qu'il en était mais des gros morceaux de pierre, des rochers plutôt venaient s'écraser dangereusement près de la tente. Etrange...

Lorsque le bruit des combats se fit plus lointain, Merel sortit enfin de l'auberge pour accompagner les siens. Il avança prudemment hors de l'auberge se tenant toujours aux aguets. Il faisait bien de se méfier... Des membres de la faction des Enfers étaient présents partout, attendant leurs proies avec désinvolture... Merel comprit tout de suite que les choses n'avaient pas changé et qu'il faudrait encore tenir compte de ce fait avant de s'aventurer plus avant à l'ouest de l'oasis. Evitant tant bien que mal les coups et restant en vie, Merel arriva enfin à hauteur d'une bâtisse ou des machines de guerre étaient en action. C'était la première fois que Merel en voyait de prêt et il était vraiment impressionné ! Hélas, impossible d'y accéder sans passer par des escaliers très étroits surveiller par.... Des Enfers ! Que faire alors... Rentrer à l'auberge en abandonnant les siens ou tenter de passer en espérant que ces ennemis de toujours réfléchiraient un peu ? Merel opta pour la deuxième solution et fonça dans l'escalier ! A peine arrivé en haut des marches, Merel eu juste le temps de voir une épée fendre l'air, de reconnaître Onizouka et de s'étendre de tout son long dans une marre de sang. La bêtise humaine avait encore frappée. 30 niveaux d'expériences de différence et aucune sagesse dans ces actes. Merel agonisa pendant quelques temps avant de succomber à ce terrible coup.

Quelques temps plus tard, Merel se réveilla au camp nomade pansé encore une fois par une charmante personne. Il souffrait bien entendu de la blessure infligée par un Enfer mais plus encore par le geste qu'il avait commis. De l'incompréhension se lisait sur le visage de Merel.

Sombres désillusions....

Face à une menace sur « notre » ville, pourquoi ne pas faire front et se battre côte à côté ? Pourquoi continuer à défendre cette ville alors que d'autres s'évertuent à vouloir la détruire ?

Bien des questions qui remettraient peut-être en cause la participation future de ce jeune combattant à l'appel de la population...

Modifié (le) par Merel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et puis les choses se sont précipitées... La rumeur a fait place à l'alerte. L'attaque de Fargol serait pour le lendemain à l'aube!

L'aube...

Avant qu'elle n'arrive et ne baigne de sang les rues de Melrath Zorac, celles-ci se sont mise à gronder d'une clameur sourde et terrifiante. Un défilé de torchères dans la nuit... Les factions s'organisent... Mais c'est une foule compacte, au coude à coude, une masse grouillante et mortelle qui s'agglutine aux portes de Esgandiar désormais béantes. Une meute d'animaux assoiffés... Ils ne doivent pas être bien différents de leurs agresseurs présumés tous ces Melrathiens en furie...

Au cœur de ce chaos, VAL tente lui aussi de se frayer un chemin. Bousculade... Chacun se précipite. Qui sera le premier à prendre la tête du "méchant"? La lutte n'est pas contre un envahisseur mais elle est interne. Le véritable combat se joue là, aux marches de la forteresse excavée. Fargol n'est qu'un prétexte.

Dupe? Sans doute le jeune rôdeur l'est-il, pris dans cette frénésie. Il sait pourtant comment cela va se terminer... Qu'il ne sera pas un héros... Que son sang nourrira la terre... Mais peu importe, il ressent le besoin d'être là... De participer à cet instant de communion... A cette bacchanale de sang et d'orgueil qui prend un sens quasi religieux.

Il avance. Bousculade... La fronde à la ceinture, il ne compte agresser quiconque. Juste s'approcher assez près... Au milieu de tous ces anonymes en sueur, la situation lui semble fantasmagorique. Lentement, il porte à ses lèvres l'instrument du phénix. La musique résonne, franchit le champ de bataille, entre dans les cœurs et, un moment, immobilise la marée, la rage. Pour quelques uns, le temps s'arrête, laissant l'opportunité de voir ce qui est.

Le sylphide avance. Bousculade... Le grand escalier de pierre d'Esgandiar est bondé. Les combattants s'arrachent leur place. Implacable, la masse furieuse balaie les obstacles. Une nouvelle fois, une musique s'élève au dessus des clameurs et le flot imperturbable se transforme et le son du trouble spatial fait son office parmi les combattants, redistribuant les places que la force avait déterminées.

Et il avance toujours. Bousculade... Voilà... Fargol est en vue... Le rôdeur sourit... Il jouera sa partition, il jouera à sa mesure. Une dernière fois, la musique s'élève. Fargol tremble et VAL sourit de plus belle en croisant son regard.

Oui, c'est cela... Pose doucement tes affaires... Laisse toi gagner par cette antique mélodie...

Et irrésistiblement, l'adversaire des Melrathiens laisse tomber ce qu'il tenait.

Tandis que la licorne s'amuse du succès de son tour, la vie s'échappe de son corps... Une attaque... Une nécromantienne... Puis une autre... L'aventure se termine ici pour le jeune sylphide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le sang avait coulé de nouveau, de toute part les cadavres tombaient un à un, au milieu de la foule rassemblée pour défendre Melrath Zorac.

Encore une fois la ville avait été sauvé, mais combien de temps cela durera-t-il ?

Les attaques devenaient de plus en plus fréquentes et les forces rassemblées de plus en plus nombreuses.

Pourquoi cette ville perdue dans le désert était autant convoitée ?

Tant de questions auxquelles Darkfox ne savait répondre. Mais il avait appris à faire avec, rester indifférent en espérant qu'un jour la vérité éclaterait, pour le moment il vagabondait de part et d'autre voyageant au gré de ses envies.

Cependant l'attaque éminente de la ville ne l'avait pas laissé indifférent. Comme pratiquement tous les habitants de Melrath Zorac il avait revêtu ça plus lourde armure et préparé sa meilleure lame pour aller se battre.

Dans l'action, la fourberie qui coulait en ses veines l'avait fait ce venger de certaines personnes, tout en se battant contre les forces obscurs qui hantaient ce monde.

Les imposantes machines de sièges semaient la terreur parmi les combattants. Et quand le trébuchet apparu enfin Darkfox n'eut pas le temps d'apercevoir l'immense projectile qui lui tombait dessus.

Un Boum retentit...

Puis plus rien...

Le guerrier se réveilla à la nécropole...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Fargol, vil personnage qui se cache derrière ses troupes.

Détenteur d'engins dont nous n'imaginions pas l'existence.

Se faufilant dans les moindre recoins de sa demeure.

Délaissant ses opposants face à ses minutieux pièges que lui même a confectionné.

C'est tout Melrath qui s'est levé pour éradiquer cet infâme apparition de nos souvenirs.

Nul doute, nulle discorde entre nous n'a su nous enlever la victoire.

Fargol était sans aucun doute interdit de séjour à jamais.

Pauvre Fargol, pas même les Enfers ont voulu de toi...

Modifié (le) par Malicius

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En ce 27e jour de Créativa, Anamaya fit une grande découverte: la gueule de bois.

Leur balade en terre arachnide passée, ils étaient sensés boire un verre ou 2 puis rentrer se coucher.

Seulement voilà, généreux dans l'âme, les membres du Souffle l'étaient aussi sur la boisson quand il était question de s'amuser.

Ana avait eu beau se plaindre à coup de «Â mais c'est inadmissiiiiiiiiiiible! »

tempêter, faire la morale à chacun d'entre eux, mais rien n'y fit.

«Â Demain vous allez tous être sur les genoux, on va se faire massacrer! Comment on pourra aider qui que ce soit si on s'empale tout seuls sur les armes de nos assaillants parce que vous serez trop saouls pour marcher droit? » se souvenait elle d'avoir dit en dernier, avant qu'on lui serve une liqueur de cactus bien corsée. Comme jusqu'à présent on avait rien voulu lui donner à cause de son manque de résistance à tout ce qui était alcoolisé, elle haussa un sourcil suspicieux.

La curiosité se fit la plus forte et elle partit s'asseoir avec son verre sans demander son reste. Après tout, ils ne seraient pas seuls pour défendre... l'autre gars.

A la moitié de son verre, la tête lui tourna, et avant de sombrer dans une sorte de sommeil nauséeux, elle soupira en hochant la tête- mais pas trop fort parce que c'était douloureux.

«Â on va tous mourir dans d'atroces souffrances... »

Elle se réveilla en fin de jour suivant dans un lit qui n'était pas le sien, avec une migraine à vous faire hair vos cheveux.

Rampant hors de la chambre, elle sortie prendre l'air... Et là ce fut le drame! L'heure de l'assaut avait sonner, il fallait se préparer vitevitevitevitevite rejoindre le lieux de l'oppression, comme si une seconde de plus aurait rasé l'univers.

Heureusement pour le monde, le Souffle n'était pas la seule faction éveillée en ces moments là. Enfin éveillé c'est beaucoup dire. Soutenue par un Ingram qui souriait gentiment en coin en la voyant si nauséeuse après avoir si peu bu, la jeune femme attendait que le top soit donner pour tous se retrouver à l'entrée de la ville.

C'est là que les ennuis commencèrent vraiment. Elle n'avait pas l'air d'etre la seule à avoir du mal à se remettre de la veille, et leur préparation stratégique était plus un regroupement bordélique.

«Â On s'attend » qu'il avait dit, le chef

Ce même chef qui, quelques minutes après que nous nous soyons enfin tous retrouvés, ce qui avait déjà dû au moins laissé le temps à tout bon mégalomane qui se respecte d'envahir leur cité au moins 10 fois, restait au bout de 3 pas totalement immobile dans le désert. En approchant de lui, on pouvait voir son regard vide, comme si il était totalement déconnecté de cette réalité...

Bonjour la résistance à l'alcool de la boite de conserve!

Eolia aurait elle choisit ce si mauvais moment pour rappeler l'âme du guerrier à lui?

La prêtresse espérait que ce n'était pas le cas, car il était le seul à connaître les codes pour pouvoir gérer le coffre de la faction.

Mais le devoir passait avant tout et elle repartit, suivant tigrr, ne voyant déjà plus les autres.

Péniblement, ils avançaient, comme si la course du monde elle-même avait été ralentie, où qu'ils tentaient d'évoluer sous l'eau.

Promis, elle ne boirait plus.

Parvenus enfin là où les nomades avaient planté leur camp, ce fut le drame. Du monde partout; on aurait cru un jour de solde chez Sériste, le vendeur d'équipement. Comment ça il n'y en avait jamais eu?

Bon et bien il y aurait autant foule dans ce cas.

De plus, par dessus sa nausée, une sorte de quelque chose désagréable la désorientait. Etait-ce la gueule de bois niveau 2? Après un rapide regard autour d'elle, la jeune femme s'aperçu qu'en fait il s'agissait juste d'un petit comique qui jouait du pipeau. Elle aurait bien été lui tirer les oreilles, mais elle n'arrivait pas à marcher droit.

Bon et si on remettait tout ça a demain?

Non? Tant pis.

Alors que les effets de la chansonnette s'épuisait, elle pu enfin reprendre le droit chemin en direction du passage qui n'était pas là avant. C'était encore pire. Du sang partout, des lames, des gens, du bruit... A faire devenir n'importe qui agoraphobe. Ou gento-phobe, elle ne savait plus trop.

Si jamais elle mettait la main sur Léo..pard, elle lui botterait les fesses. Qu'elle idée de se faire enlever par le premier sociopathe venu aussi? Est ce que ça était déjà arrivé à l'un des squatteurs de Melrath qu'ils étaient? Non... Bon ba alors!

Elle se démena pour ne pas rester à proximité de ceux qui avaient le plus de sang sur leur vêtements. Ils n'étaient surement pas là que pour le tourisme, et elle n'avait pas envie de jouer à «Â nananère tu m'as loupé »

En sécurité à côté de Malicius, elle joua avec des barrières de pieux, afin de les faire tomber.

C'est fou ça, avec le nombre d'élémentaires de feu, personne n'avait penser à amener de quoi embrasser tout ce bois!

Des échardes pleins les doigts et des tambours dans la tête, elle se laissa balloter par les flots et autres courants contraire, ayant juste le temps d'accepter de soigner un certain nécromant, que, déjà, elle était loin de lui...

Et les gardes, derrière qui regardaient cette marée furieuse sans broncher. Qu'ils étaient bien entrainés à garder leur sang froid! Ils auraient pu leur apprendre beaucoup en terme de contrôle, si ils n'avaient pas été massacrés par la populace aussi rapidement.

Passant dans une dernière ouverture, elle découvrit une zone, où, en contrebas, on voyait le Grand Vilain en chef. Enfin c'était sûrement lui, vu les moyens de défense qui lui était alloué.

Il y avait une arme énorme, qui lançait des projectiles qui promettaient d'être douloureux.

Appuyée contre un baril, elle reprenait son souffle. Une étiquette explicitait que le contenait était instable, qu'il y avait danger. Elle fronça les sourcils, le secouant un peu, par curiosité.

Un souffle chaud lui fit voir 36 chandelles, lui causant une grande douleur dans tout le corps.

A ça voulait dire ça, instable...

Heureusement pour elle, sa magie s'activa rapidement, et elle pu se relever sans dommage interne irréversible, sinon avec la tête prête, elle aussi, à exploser.

Pitié quand est ce qu'on se couche!

A côté d'elle, une tache. Elle compris que son geste avait fait tomber quelqu'un, qui combattait vaillant pour la libération du pauvre opprimé.

Estomaquée, culpabilisante, en proie au tourment (tout ça tout ça) Elle resta figée, bloquant quelque peu le passage.

Heureusement l'arme de destruction se porta volontaire pour s'occuper de la prêtresse traumatisée, lui envoyant un coup qu'elle ne perçu que dans une explosion de douleur.

Le sol froid de la nécropole était une bénédiction qui la ramena a la réalité, loin de son angoisse...

Pour l'y replonger. Peut être avait elle assassiné stupidement l'un des siens!

Après une bise à la dame de la nécropole, elle repartit en courant vers le lieu de tous les affrontements, histoire de voir... Si quelque chose était à voir.

Ils en étaient à faire tomber les dernières barrières. Elle, elle scrutait la foule, apercevant certains de ses compagnons, cherchant les autres, sans faire attention aux autres. Il fallu de la persévérance à un certain magicien qui tentait de lui demander quelque aide, en lui tirant sur la manche!

Et une clameur monta. Le vil méchant s'était soigné? Quel vicieux personnage, quelle honte, il devrait se laisser tuer tranquillement!

Et puis il fut bientôt défait.

Comme ça, d'un coup. Et la victoire laissa place à un instant de flottement où l'on cligne des yeux et on prend conscience que c'est fini.

Puis la joie enfla dans les coeurs et les combattants pleins d'allégresse s'embrassèrent à coup de sort ou autres armes contondantes. Après tout, la cible de tous partie, il fallait bien revenir à l'essentiel, d'autant que tout le monde était là pour une grande fête!

La prêtresse, elle, n'aimant pas trop jouer avec les objets coupants, rentra vite vers chez elle. Le vil méchant officiel sois disant immortel était mort, si c'est possible, on avait tout sali son domaine, la pauvre victime était sauvée, youpi.

Dommage que personne n'avait rien contre le mal de crâne, ici.

Le remède lui fut apporté près du lac aux crapauds, violent, et définitif. C'est vrai que ça faisait quelque temps qu'elle n'avait pas parlé avec la Nécrowoman.

Enfin, Léotruc était sauf, et c'était le principal.

Peut être, qu'un jour, elle saurait qui il était, et si c'était vraiment une bonne chose...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×