Jump to content
Terre des Éléments

Ginji²

Membres
  • Content Count

    4
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

Profile Information

  • Gender
    Female
  1. [hrP : Certains auront peut-être déjà lu ce rp sur le forum des Constellations, mais suite à une demande je le publie sur le forum général. Merci à Bartimeus d'être à la base de ce rp en m'ayant confié cette mission.] - Kilinaí«... chevaucheur de phénix maudit... Un phénix au cœur aussi noir que son cavalier... Carinaí«, le plus sage des chevaucheurs le défia en combat singulier... - Chuuuuut ! Je relevais la tête un peu étourdie. Une femme qui semblait avoir déjà quelques années derrière elle me fixait d'un air sévère. - Je vous prie de bien vouloir m'excuser... Je repris donc ma lecture en silence : «Seul le plus sage d'entre eux, du nom de Carinaí« résista et défia Kilinaí« en combat singulier. Le combat fut épique et le plus vieux des deux prit le dessus. Mais son cœur pur le trahit, car au moment de porter le coup de grâce, il ne put s'y résoudre, ce qui laissa le temps à Kilinaí« de se reprendre et de le blesser gravement. Carinaí« fut sauvé de la mort par son phénix, qui l'attrapa et l'emmena au loin. L'histoire ne fait plus mention de lui à partir de ce jour. Dès lors, Kilinaí« devint le chef du peu de chevaucheurs restants, et dans sa folie il interdit que d'autres phénix que les leurs voient le jour. (...) ils furent décimés lors du cataclysme et avec eux disparu la tradition des chevaucheurs de phénix et les phénix eux-mêmes. Enfin, c'est ce que l'on croit, car le vieil homme qui me conta cette histoire me confia qu'il existait peut être encore un œuf de phénix que Carinaí« aurait caché En fait, je crois que le vieil homme que j'ai rencontré n'est autre que Carinaí« et qu'il doit sa vie et sa longévité à son phénix.» Perplexe, je me laissai retomber sur ma chaise en lâchant un profond soupir. Comment avais-je bien pu me laisser entrainer dans cette histoire ?! Satané Barti, il ne me facilite pas la tâche ! La veille, alors que mon parrain m'avait rejoint à l'auberge et que nous partagions une bonne bière bien de chez nous, j'osai finalement lui poser la question qui me démangeait tant. - Barti ?.. Tu m'as dis une fois posséder plusieurs flûtes du Phénix, commençai-je timidement,que.. Que voudrais-tu en échange de l'une d'elles ? lâchai-je d'une traite. Je vis alors Bartimeus remonté doucement la tête de son verre et poser ses yeux sur moi avec un sourire carnassier. Carnassier ? Amusé peut-être. - Je suis un mercenaire ma filleul tu le sais, je suis donc intéressé par les trésors, il marqua une courte pause avant de poursuivre, si tu me ramène l'Å’uf Perdu de Carinaí«, la flûte est à toi ! Je ne savais alors rien de cet œuf, mais je me devais d'essayer, au moins pour rendre mon Parrain, cet homme que j'admirai tant, fier de moi. C'est ainsi que le lendemain, je me rendis à la bibliothèque afin de me documenter durant de longues heures, avant que je ne trouve finalement cette légende, dans un vieux livre poussiéreux. - Que faire maintenant ?... chuchotais-je pour moi-même - Mais Chuuuuuut ! s'exclama la vieille dame exaspérée. Voyant bien que je ne pourrai réfléchir librement ici, je décidai finalement de retourner à l'auberge, exténuée. Une fois dans ma chambre, il ne me fallut guère longtemps pour sombrer dans un profond sommeil alors même que le soleil n'indiquait que 16h. Il était étrange de s'endormir si tôt, mais mes insomnies récurrentes devaient avoir déréglé mes cycles. Un repos sans rêves semblait s'annoncer devant moi, mais c'était sans compter sur cette voix qui murmurait inlassablement dans ma tête « Toutille... Toutille... Toutille... ». Je fini par me réveiller en sursaut, alors même que les étoiles étaient déjà hautes dans le ciel. Un peu perdue, il me fallut quelques minutes pour me remettre de cette sieste qui, au final, fut loin d'être reposante. - Toutille ? Mais qu'est-ce que ça signifie enfin ? Un peu agacée je me tournais vers les constellations à travers la fenêtre, comme pour leur faire grief de mon manque de sommeil. - C'est encore vous ça n'est-ce pas ?! J'apprécie que vous vous adressiez ainsi à moi, mais j'aimerai tout de même avoir un repos bien mérité parfois ! Si au moins vous vous exprimiez de manière claire ! Mais non, il faut toujours que vous passiez par des énig... Attends.. « Toutille » ?... Comprenant enfin le message céleste, je cessais toute altercation envers les étoiles pour me précipiter vers ma besace contenant le livre emprunté à la bibliothèque de Melrath Zorac. - C'est ça ! Toutille est l'historienne ayant rapportée la légende ! Je dois retrouver cette personne ! J'espère qu'elle est toujours en vie surtout... Ainsi commencèrent mes investigations. Cherchant à travers toutes les régions que je connaissais, je tentai même de m'adresser à un ogre afin d'en apprendre plus : très mauvaise idée. Au bout d'une semaine de recherche intensive, un vieux pêcheur fini par me dire que Toutille serait bien toujours en vie et qu'elle résiderait à l'est de Meltrath Zorac, dans cette auberge accueillant les jeunes aventuriers. Leur méconnaissance de l'histoire lui permettait de rester incognito, tout en apprenant de ces jeunes hommes et femmes pleins de fougue les nouvelles de ce monde. Arrivée devant la fameuse auberge, je demandai à une des sœurs GerGer de voir la personne qui m'intéressait tant. Et à ma grande surprise, je fus de suite conduit à la chambre de l'historienne. Assise à son bureau, une vieille dame pourtant toujours d'une fraicheur étonnante pour son âge, m'accueillit. - Je t'attendais, j'avais ouï dire qu'une magicienne me cherchait, je savais que tu finirais par me trouver. Que me veux-tu aquamancienne ? J'étais heureuse de voir que Toutille possédait le caractère sage et bien trempé que je lui avais imaginé, et lui répondis donc sans crainte : - Je voudrai des informations concernant une légende que vous avez rapporté, celle du Chevaucheur de Phénix Maudit. - Je n'ai rien d'autre à ajouter que ce que j'ai déjà raconter jeune fille. - Mais.. Peut-être pouvez-vous au moins m'indiquer où se trouve cet homme, vous savez celui qui vous a conter cette histoire ! Relevant doucement la tête, elle m'inspecta de haute en bas par-dessus ses lunettes. Ses yeux pleins de sagesse semblaient chercher à savoir si oui ou non elle pouvait me faire confiance. - Cet homme doit être mort depuis longtemps. J'ai rapporté cette légende il y a de cela maintenant 40 ans. A l'époque il prétendait avoir 70 ans, il a dû rejoindre l'Unique maintenant. - Vous n'y croyez pas. Vous pensez qu'il est Carinaí« lui-même, et vous pensez qu'il se maintient en vie grâce à son phénix. Laissez-moi une chance de pouvoir lui parler, dites-moi où il est je vous en prie ! M'inspectant une nouvelle fois avec lenteur, Toutille reprit calmement : - Je ne sais pas ce qui te motive magicienne, mais je ne sens pas de méchanceté en toi. Va, il se trouve dans les cimes enneigés. - Merci Madame ! Et je m'inclinai avant de me retirer pour prendre la route des Cimes. Le voyage dura quelques jours et une fois sur place, il me fallut user de maintes stratagèmes pour finalement apprendre de sources sures que le vieil homme résidait dans une cabane abandonnée. M'approchant lentement de la bâtisse de fortune, je toquai trois fois avant de pousser la porte de bois. Personne à l'intérieur. - Vous cherchez quelque chose mademoiselle ? Surprise, je me retournais d'un coup, prête à invoquer en cas de danger. Mais la personne m'aillant parlé, n'était nul autre que le conteur que je cherchais. Comment le savais-je ? Allez savoir, peut-être que l'aura qu'il dégageait me l'indiqua. - Eh bien, vous je pense, dis-je en m'inclinant respectueusement. - Voyez-vous ça, rigola le vieillard, et en quoi puis-je vous aidez jeune fille ? Jugeant nécessaire de ne rien lui cacher, je décidai de tout lui raconter depuis le début, de la mission de Bartimeus, à mes doutes sur sa vraie nature. A cette évocation, je cru discerner un léger sourire se dessinant sur son visage, mais il s'estompa rapidement. Gardant le silence quelque temps, j'obtins finalement une réponse : - L'œuf était où il devait être. Mais désormais il n'est plus. Jamais vous ne le trouverez, j'en ai peur. Maintenant excusez-moi, j'ai à faire, cependant je peux vous conseiller une bonne auberge pour la nuit si vous le désirez. N'insistant pas d'avantage, c'est la mort dans l'âme que je me dirigeai vers l'auberge indiquée. Au moins j'aurai essayé et j'espérai que mon Parrain serait fier de moi. Le soir, alors que je mangeai sans grand appétit un des fameux poulets de Géfin, je méditais sur les paroles de celui que je pensais être Carinaí«. - « L'œuf était où il devait être »... Mais où devait être cet œuf ?! Quel lieu évident aurait-on loupé depuis tout ce temps ?... Un phénix. Bon, un phénix est un animal de flammes, il serait évident que l'œuf se soit trouvé dans un endroit en rapport avec le feu. Ignis peut-être ? Hmm.. Pourquoi pas, mais c'est un peu facile. Quel lieu enflammé était important pour Carinaí«... ? Mais oui bien sur ! Le Volcan Oriental ! C'est là que tout a commencé ! Là que Kirinaí« perdu son phénix et son âme, là que fut l'objet de toutes les vengeances, mais là aussi qu'un phénix pourrait vivre en toute liberté. La zone est si dangereuse que seul peu d'aventuriers osent s'y aventurer et la lave du volcan, sa chaleur, c'est un lieu idéal pour ces animaux de légende ! Je dois absolument m'y rendre ! m'exclamai-je toute heureuse, mais... pourquoi faire ? Cet homme a prétendu que l'œuf n'était plus... A moins que... A moins qu'il ait juste voulu le protéger et qu'il s'y trouve en fait encore ! Bien décidée à me rendre au volcan dès le lendemain, c'est dans un frisson d'excitation que je terminai finalement mon poulet avec appétit. Cette fois, bien que long et jonché d'obstacle, le voyage me sembla d'une aisance incroyable. Je pensais toucher du doigt la vérité et cette ivresse de la quête et de la vérité m'aurait fait traverser montagnes et volcan ! Ce qui était d'ailleurs concrètement la route que je devais emprunter. Arrivée au pied du volcan oriental après plusieurs jours de marche, l'imposante montagne de feu me parut presque insurmontable. Mais qu'étais-je venue chercher ici ? Un œuf ? Mais à quoi m'attendais-je donc ?! Que j'allais me baisser et le trouver poser sagement près d'un beau caillou en forme de flèche ?! Franchement Ginji... Il faudra penser à réfléchir un peu plus avant de foncer la prochaine fois. Je n'eus pas le temps de prolonger mon sermon personnel que je fus frappée de plein fouet par une queue de sirène des grottes. Etourdie par le choc, je ne pus me demander ce que faisait ce monstre hors de son antre, que je devais déjà esquiver une autre attaque. Par réflexe je voulu contrôler l'eau ambiante, eau qui évidemment était pratiquement inexistante. Mon mur défensif aqueux ne mit pas 10 secondes à s'évaporer sous la chaleur ambiante due au volcan. Dans un bond agile, je me relevai, esquivant de peu la queue de la bête, et me saisis de mon grimoire pour incanter. Un châtiment sacré, enchaînée d'une perspicacité offensive de manière à infliger plus de dégâts, suivi d'un faisceau de pureté. La sirène quelque peu sonnée par cet enchaînement tituba légèrement, avant d'entrer dans une colère folle. - Tu aurais dû fuir Ginji ! Toujours à t'attirer des ennuis ! me dis-je à moi-même en fuyant devant la fureur du monstre. Mais la bête avait une aisance que j'étais loin de posséder à travers toutes ses crevasses et ses coulées de laves. J'entendais derrière moi le frottement de ses écailles sur les pierres roulantes se rapprocher de plus en plus. C'est alors qu'un cri aigu plein de douleur résonna dans mon dos. Je me retournai pour ne plus voir qu'un tas de cendre à la place de la sirène me poursuivant quelques secondes plus tôt. - Mais que s'est-il passé ? m'étonnais-je dans un soupir de soulagement. Je regardai autour de moi, mais aucun signe de vie. Qui avait bien pu me sauver ?! Une ombre survola alors la petite plaine rocailleuse où je me trouvais. Levant les yeux, tout devient soudainement clair. Souriant légèrement, j'agitai haut la main vers le ciel en hurlant : - Merciii ! Je ne savais si les phénix pouvait nous comprendre, mais j'étais sure au moins d'une chose, celui-ci venait de me sauver la vie et je lui devais de garder son existence secrète. Sur le chemin du retour, je repensais aux paroles de Carinaí« en souriant : «L'œuf était où il devait être. Mais désormais il n'est plus. Jamais vous ne le trouverez, j'en ai peur. » - Il ne m'a jamais menti, quel petit malin ce vieil homme ! L'œuf n'était en effet plus puisqu'il avait éclos pour laisser naître ce phénix m'aillant secouru, peut-être le dernier de son espèce. Je ne risquais pas de lui ramener son œuf à Barti ! Une fois de retour sur Melrath Zorac, je fis parvenir un message à mon parrain à l'aide d'un petit papillon d'eau enchanté : « Je n'ai malheureusement pas pu te ramener ce que tu me demandais, j'ai appris de source sure que l'œuf avait été détruit. » J'espérai que cette réponse le contenterait. Nous n'allions pas tarder à nous revoir et je lui conterai alors toute mon aventure. Enfin... En omettant certains détails. Certainement ne connaîtra-t-il jamais mon escapade dans le Volcan Oriental, la parole de Carinaí« lui-même concernant la destruction de l'œuf devrait le convaincre.
  2. - Le pnj "un mec paumé" sur la map "Puit Caverneux d'Esgandiar" peut être recouvert par un Fanatique de Fargol. Les remarques qui suivent ont été constaté avec mon multi Natsuki : - Sur Aeris il y a un petit décalage entre trois map : "plaine nuageuse d'Aeris", "plaine de la crevasse d'Aéris" et "plaine sud d'Aéris". Le décalage est de ce type : - Aussi (mais je ne sais pas si je dois en parler ici ou ailleurs), toujours sur Aéris, sur la map "Tour de Garde d'Aéris" se trouve un moustique bloquant l'escalier menant à Xaein et donc à KM. En soit ce n'est pas un problème, mais aillant parcouru Aqua avec Ginji, j'ai pu constater qu'il n'y avait pas cette difficulté là bas. Je dis "difficultés" dans le sens où un joueur revenant de Kiar Mar, aillant oublié la présence du moustique, pourrai ne pas avoir accès à la ville d'Aéris faute de PC ou pourrait se retrouver bloquer sans auberge faute de PE. Sur Aqua nous n'avons absolument pas ce problème. Peut-être serait-il donc possible de déplacer le moustique ou de débloquer une case permettant tout simplement de l'éviter au besoin ?
  3. Ginji²

    [Event RP]Un feu à Til'Lunis

    Merci Guix =)
  4. Ginji²

    [Event RP] Mais pourquoi tant de gardes ?

    Ce soir là j'étais à la taverne au campement des nomades, encore toute chamboulée par la déclaration enflammée d'un mage plus que charmant, je réfléchissais à la nature des étoiles. Etaient-elles là pour nous guider ? Ne voyons-nous pas ce que nous voulons en elles ?... Non, j'en étais sure, elles nous guident et nous protègent ! Elles m'ont guidé jusqu'à lui. - Ginji, mage des Constellations de l'Aube ?... Ginji des Constellations ?! appela une voix pressée. L'homme qui venait d'entrer dans la taverne, missive en main, me tira de mes réveries. - Oui c'est moi ! dis-je en faisant un geste dans sa direction. Assez agé, ce rodeur se déplaça lentement afin de me rejoindre à ma table pour me donner le message qui m'était déstiné. « Magicienne à la réputation juste des Constellation, venez au campement des Nomades à l'ouest de Melrath Zorac. Signée : une petite fille inconnue.» Je remarciai le messager, étonnée. Ce message tombait on ne peut mieux. En effet, grâce à Kalharaan, j'étais déjà sur place. Curieuse, je sorti de l'auberge pour finalement découvrir tout prêt de Gertrude une petite fille. - Ginji c'est vous ? demanda-t-elle paniquée. J'acquiéssai mais je n'eu le temps de rien d'autre q'elle se mit a parler à un débit ahurissant. - J'ai perdu mon chat ! Mon pitit chat ! Retrouvez le s'il vous plait, j'ai entendu dire que vous aimiez les animaux alors aidez moi ! J'ai demandé aux gardes aussi, ils le recherchent actuellement. Attendrie par la petite fille, je décidai de l'aider. Je me mis alors à chercher frénétiquement ce petit chat blanc, si cher au cœur de l'enfant. Imaginez à mes côtés ces gros soldats en armure qui maladroitement appelaient le chaton. La situation avait un certain côté comique je dois l'admettre. Au bout d'une demi heure de recherches passionnés, je fini enfin par découvrir l'animal, sous un étendoir à linge. Plus qu'heureuse, je le ramenai à la petite fille. Son sourire illumina mon cœur. Et derrière elle, une étoile brilla plus fort dans le ciel. Aucun doute, elles nous observent et nous protègent. Merci chères Constellations pour la merveilleuse soirée que vous m'avez accordé.
×